Situation des Femmes en Iran

Public

13 janvier 2005

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

AFIF INFOS
ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris - France Tél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr
Bonne et Heureuse Année 2005

Empêché de quitter l'Iran
AFP - ISNA, 1er décembre
L'un des avocats de la famille de la photographe irano-canadienne Zahra Kazemi, morte en détention en Iran, a été empêché de quitter la République islamique... Mohammad Seifzadeh est chargé aussi du cas de plusieurs journalistes, utilisateurs d'internet et dissidents arrêtés au cours d'une campagne lancée par la justice, aux mains des conservateurs...

L'Union européenne a protesté récemment auprès des autorités iraniennes contre les arrestations et les pressions contre les journalistes, les organisations non gouvernementales et les membres des minorités religieuses.
Dimanche, ISNA avait rapporté qu'un journaliste dissident, Issa Saharkhiz, avait été empêché de quitter l'Iran alors qu'il souhaitait se rendre à une conférence aux Pays-Bas.

Aspirants kamikazes prêtent serment
AP, 2 décembre
Quelques 200 jeunes hommes et femmes se sont réunis, masqués, dans un cimetière de Téhéran, pour jurer de s'engager à mener des attentats-suicide contre les Américains en Irak et contre les Israéliens.
Cette cérémonie était organisée par le Quartier général pour la commémoration des martyrs du mouvement islamique global, obscur groupuscule qui cherche depuis juin des candidats au «martyre» volontaires pour des attentats-suicide.
Ali Mohammadi, porte-parole du mouvement, a décrit le groupe ayant prêté serment comme la «première unité de commandos-suicide», même si un autre responsable du groupe affirme que des attentats ont déjà eu lieu en Israël. Des épouses, des maris et des enfants accompagnaient ces volontaires au cimetière.
Au cours de la cérémonie a été inauguré un monument de pierre haut de deux mètres, commémorant l'attentat au camion piégé de 1983 contre les forces américaines à Beyrouth, au Liban, qui avait causé la mort de 241 Marines, considérée comme «le plus important attentat-suicide contre le blasphème global».
L'attentat avait eu pour conséquence le retrait des forces américaines du Liban quelques mois plus tard. En 2003, un juge fédéral américain avait mis en cause l'Iran pour cet attentat, estimant que Téhéran devrait verser des compensations.
Protestations à la veille de la Journée des Etudiants
Secrétariat du CNRI, 3 décembre
« 1200 étudiants de l’université internationale de Ghazvine entament leur cinquième jour de grève pour protester contre la répression actuelle, malgré un froid glacial... Les étudiants ont brisé les vitres des bâtiments universitaires et se sont heurtés aux agents de sécurité. Les étudiants ont demandé la démission du chef du département des affaires étudiantes et celles des directeurs des comités d'éthiques et de l'assistance sociale.
Par ailleurs, des étudiants de l’université Radjaï se sont rassemblés devant le parlement des mollahs pour protester contre les pénuries dont souffre l’enseignement supérieur et le manque de moyens.
Les étudiants de l’université libre de Mahabad ont lancé une manifestation contre les ingérences des forces répressives le 29 novembre.
Près de 200 étudiants de l’université d’Ispahan se sont rassemblés dans la ville en lançant des slogans et en appelant à une enquête sur la mort suspecte d’une de leurs camarades, étudiante à l’Ecole des relations internationales... »
Craintes d'exécution imminente et de flagellation pour Leyla 19 ans
Amnesty International - Canada, 4 décembre amnistie.qc.ca/actions/a-vos-plumes.cfm?record=3250
« Leyla M. », qui a un âge mental de huit ans, risque d’être exécutée à tout moment pour des infractions relevant de la « morale », liées au fait qu’on l’a contrainte à se prostituer quand elle était enfant.
Selon un article publié dans un journal de Téhéran le 28 novembre, Leyla M. a été condamnée à mort par un tribunal situé à Arak (centre), lorsqu’elle avait dix-huit ans, et la sentence a maintenant été transmise à la Cour suprême pour confirmation...

Sept trafiquants de drogue pendus publiquement en Iran
AFP, 7 décembre
Sept trafiquants de drogue ont été pendus en place publique mardi matin à Zahédan (sud-est), a rapporté le quotidien conservateur Kayhan...
Selon un décompte tenu à partir des informations de la presse iranienne, 94 personnes ont été exécutées en Iran depuis le 1er janvier 2004, dont 61 depuis le 1er juillet.
En 2003 et 2002, il y avait eu respectivement 108 et 113 exécutions, selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International.

Des centaines de pendaisons et de peines de mort en Iran depuis janvier
Secrétariat du CNRI, 9 décembre
« Pour la Journée internationale des droits de l'Homme, la Résistance iranienne appelle la communauté mondiale à prendre des décisions urgentes et contraignantes pour traiter les violations flagrantes et persistantes des droits de l’Homme en Iran.
Les médias officiels ont rapporté pour la seule première semaine de décembre, douze prisonniers ont été pendus en public à travers le pays. Ces chiffres ne prennent pas en compte les exécutions secrètes et les condamnations à mort des prisonniers politiques, dont plusieurs ont été condamnés à mort cette année et d'autres attendent dans le couloir de la mort. Pour briser ces détenus, le régime exerce d'énormes pressions sur eux. Certains ont été envoyés en confinement solitaire et d'autres dans des cellules avec des prisonniers dangereux.
Au moins quatre femmes ont été pendues et douze autres attendent de l’être. Une jeune fille de 16 ans a été pendue en public à Neka le 15 août. Hadjieh Esmaïl Vand, 33 ans, a été condamnée à être lapidée dans la ville de Jolfa.
Au moins dix jeunes de moins de 18 ans ont été condamnés à mort et attendent l’application des peines dans différents centres de détention...
Au moins 98 prisonniers, dont 12 femmes et 11 mineurs, attendent dans les couloirs de la mort...
La Résistance iranienne souligne la nécessité d’une action urgente pour faire face aux terribles violations
des droits de l’Homme en Iran. »
APPEL URGENT Craintes d'exécution imminente par la lapidation
10 décembre
Amnesty International craint que Hajieh Esmailvand ne soit exécutée très prochainement car, au mois de novembre, la Cour suprême a confirmé sa condamnation à la peine capitale pour adultère. Selon les informations recueillies, elle pourrait être lapidée jusqu’à ce que mort s’ensuive d’ici au 21 décembre. Son coaccusé, pourrait être exécuté par pendaison de façon imminente.
« Les droits de l’Homme lapidés »
AFIF, 10 décembre
Dans le cadre de la journée internationale des droits de l’Homme, une grande exposition intitulée « Iran : les droits de l’Homme lapidés » a été organisée du 10 au 12 décembre à Paris par le Comité de soutien aux droits de l’Homme en Iran. Ce comité réunit plus de trente ONG et associations défenseurs des droits humains comme Amnesty International, France Libertés, LIDH, MRAP,...

Plusieurs centaines de documents, photos, vidéos, textes et témoignages ont été présentés ainsi que des œuvres de peintres, sculpturs et artistes iraniens en exil.
Plusieurs débats et tables rondes sur les thèmes tels que l’islam et les droits de l’Homme, les femmes et l’intégrisme, ... sont organisés pour ses 3 journées.
Nucléaire
Télévision de Dubaï, 12 décembre
Selon Abdallah Bishara, l’ancien secrétaire général du Conseil de coopération des Etats du Golfe l'arme nucléaire iranienne représente un danger pour les pays de la région.

Chaîne iranienne Jam-E-Jam1
14 décembre
Selon le vice-président iranien Gholam-Reza Aqa-Zadeh, responsable de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, "Nul en Iran n'envisage d'abandonner l'enrichissement de l'uranium contre ce que certains médias appellent 'une récompense' européenne. Cette idée n'a aucun fondement. »
Complaisance vis-à-vis de Téhéran
Reuters, 15 décembre
Une dirigeante en exil de l’opposition iranienne a accusé les Etats de l’Union européenne mercredi de complaisance vis-à-vis de Téhéran et les a appelés à soutenir un changement de régime en Iran.
Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne... s'est exprimée dans une réunion privée au parlement européen.
« La complaisance européenne a fourni une ample occasion aux mollahs de se rapprocher de la bombe atomique », a-t-elle déclaré...
Maryam Radjavi prenait la parole deux jours après que les ministres des affaires étrangères britannique, français et allemand ainsi que le chef de la politique étrangère de l‘Union européenne, Javier Solana aient ouvert des négociations avec l’Iran concernant un accord à long terme sur la coopération nucléaire, économique et de sécurité après que Téhéran ait accepté de suspendre l'enrichissement d'uranium qui pourrait l'aider à fabriquer la bombe atomique...
Téhéran et Damas responsables des violences selon l'Irak
AFP – Bagdad, 16 décembre
Le ministre irakien de la Défense Hazem Chaalane a accusé mercredi l'Iran et la Syrie d'être responsables des violences dans le pays, à la veille du lancement de la campagne électorale pour le scrutin de janvier 2005...
M. Chaalane n'a pas mâché ses mots contre Téhéran et Damas, voyant notamment dans l'Iran l'"ennemi le plus dangereux de l'Irak et de tous les Arabes", devant des officiers supérieurs irakiens et américains...


Arrestation de 45 personnes
AP – Bagdad, 16 décembre
La police irakienne a arrêté 45 personnes affirmant être de nationalités iraniennes, afghanes et bangladeshis qui avaient franchi illégalement la frontière depuis l'Iran.
Les 45 personnes ont été interpellées samedi à Mandali, à la frontière iranienne, à 97km à l'est de Bagdad, selon la police irakienne. Il s'agit d'hommes âgés de 20 à 60 ans environ, qui disent être des pèlerins musulmans et qui sont entrés en Irak sans papiers d'identité...
L'Europe à portée de missile de l'Iran
Libération, 16 décembre
L'Iran construit un nouveau missile, baptisé «Ghadr», dont la portée serait suffisante pour atteindre Rome et Berlin. Cette information a été récemment fournie par des opposants au régime de Téhéran, le Conseil national de la résistance iranienne (Moudjahidin du peuple). Malgré les démentis de Téhéran, cette information confirme les craintes de nombreux experts (Libération du 9 juin 2004), alors que la communauté internationale soupçonne l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire...
Droits de l'Homme: l'ONU dénonce l'Iran
AFP - New York (Nations Unies), 21 décembre
L'Assemblée générale de l'ONU a adopté lundi une résolution dénonçant la situation des droits de l'Homme en Iran et les restrictions à la liberté d'expression imposées par le gouvernement iranien. L'Assemblée qui regroupe les 191 pays membres a approuvé la résolution à l'issue d'un vote assez serré de 71 contre 54, avec 55 abstentions. Cette résolution comme toutes celles adoptées par l'Assemblée générale n'a pas de caractère contraignant mais reflète l'opinion internationale.
Cette résolution a été initiée par le Canada, dont les relations avec Téhéran se sont dégradées après la mort d'une photographe irano-canadienne Zahra Kazemi lors de son emprisonnement en Iran.
Co-parrainée par 33 autres pays, la résolution n'a toutefois pas totalement condamné l'Iran, soulignant que les membres avaient «de sérieuses inquiétudes» concernant une longue liste d'abus. Elle accuse le gouvernement iranien «de l'aggravation de l'évolution de la liberté d'expression et de parole».
L'Iran continue d'utiliser «la torture et d'autres formes de punitions inhumaines et dégradantes» dont des amputations, des exécutions de mineurs, ajoute la résolution selon qui les réformistes, les dissidents religieux et les membres de l'opposition politique sont soumis à des persécutions. Le texte ajoute que l'Iran ne respecte pas les normes internationales de la justice.
Dix soupçonnées d'espionnage arrêtées
AP – Téhéran, 22 décembre
L'Iran a arrêté plus de dix personnes, dont des responsables militaires et des employés du secteur nucléaire, accusées d'avoir transmis des secrets nucléaires iraniens aux agences de renseignement israéliennes et américaines, a déclaré mercredi le ministre du Renseignement Ali Yunesi...
Les suspects sont entre les mains du Tribunal révolutionnaire, géré par les "durs" du régime des mollahs et chargé de juger les crimes de sécurité de l'Etat. Leurs identités ne seront pas révélées avant leur procès, a-t-il encore précisé...
Centre de réhabilitation pour filles
ILNA, 22 décembre
Selon Mansour Moghare Abed, directeur du Centre de réhabilitation de Téhéran, 91% des filles ont été envoyées à ce centre pour « le non-respect de la chasteté » et pour avoir « des relations sexuelles illégitimes ». La moyenne d’âge de ces filles est de 17 ans...

Lapidation suspendue
Quotidien gouvernemental Hamchahri, 23 décembre
Un responsable judiciaire de la province d’Azarbaïdjan de l’Est a déclaré que la sentence de la lapidation de Hadjieh Esmailvand a été suspendue en attendant une décision de la Commission des grâces.
C’est sous la pression de la communauté internationale et notamment l’appel de Amnesty International pour la sauver que le pouvoir judiciaire du régime iranien a suspendu la sentence.
APPEL PUBLIC Des vies en suspens
amnesty.asso.fr, 24 décembre 2004
L’affaire Leyla Mafi, cette jeune femme sur le point d’être exécutée après avoir été déclarée coupable, entre autres choses, d’avoir eu des relations sexuelles avec des hommes avec qui elle avait des liens de parenté, d’avoir donné naissance à un enfant illégitime et de s’être livrée à des actes contraires à la chasteté, est un affront à la justice et à la dignité humaine. C’est aussi une violation des obligations de l’Iran au regard du droit international...

Le 16 décembre 2004, Amnesty International a lancé une nouvelle Action urgente en faveur de Hajieh Esmailvand et d’un homme dont l’identité n’était pas connue et qui a depuis était identifié comme Ruhollah G., âgé de dix-sept ans au moment de l’adultère présumé. Tous deux seraient détenus à Jolfa, (nord-ouest).Tous deux ont été condamnés à mort, la lapidation a été prononcée pour Hajieh Esmailvand. Les peines ont été confirmées par la Cour suprême dans une décision de novembre 2004. Selon certaines informations, la Cour suprême aurait ordonné que la lapidation ait lieu avant le 21 décembre.
Le 23 décembre, les autorités auraient suspendu temporairement la sentence pour soumettre l’affaire à la Commission de clémence et d’amnistie pour qu’elle se prononce sur la lapidation. On ne sait pas si l’ACC devra également revoir les autres éléments de la sentence, prévus à l’origine avant l’exécution, soit la flagellation suivie d’une peine privative de liberté de cinq années. L’ACC, organe du pouvoir judiciaire, est habilitée à réduire les peines ou gracier les prisonniers. Ruhollah G., âgé de moins de dix-huit ans à l’époque des faits qui lui sont reprochés, est en attente de son exécution.
Bam : Un an après
AFP – Bam, 25 décembre
Cinq mille survivants du séisme qui a dévasté il y a un an Bam et sa région se sont rendus samedi au cimetière pour se recueillir sur les tombes des 30.000 victimes et marquer la fin du deuil, même si la ville ressemble toujours à un champ de ruines.
Vêtus de noir, portant les portraits de leur disparus, les habitants se sont rassemblées dès les premières heures de la matinée au cimetière Behesht-é Zahra de Bam...
Des dizaines de milliers de personnes vivent encore dans des camps de préfabriqués dans les faubourgs. Ils disent ne pas manquer de l'essentiel, mais, comme le dit le docteur Hamid Barani aux urgences du Croissant-Rouge, "les Bamis n'ont pas mérité d'être traités comme ça"...

Pas de commission parlementaire pour les femmes et les jeunes
ILNA, 26 décembre
La députée Fatemeh Alia a jugé inutile la création des commissions parlementaires pour les affaires de femmes et de la jeunesse... Elle a conseillé aux députés intéressés de poursuivre leurs activités dans ces domaines de préférence au sein de l’actuelle Commission culturelle où elle est membre.
La crise d’emploi des jeunes
ISNA, 26 décembre
Selon un rapport du service social de l’ISNA, pour normaliser la situation de l’emploi des jeunes, il faudra créer d’ici 2022, 106000 à 159000 nouvels emplois par an pour les hommes. Quant aux femmes dont le taux du chômage reste très élevé, ces chiffres seront encore beaucoup plus importants.

Suicide d’une mère de 60 ans
Quotidien Hamchahri, 26 décembre
Après 40 années de vie commune, Zahra, 60 ans, s’est donnée la mort en se brulant. Elle vivait à Ilam (ouest) et était mère de six enfants.
Condamnations et pendaisonsQuotidien Etemad, 26 décembre
Arrêté à 17 ans, Iman Farrokhi a été condamné, ainsi que deux autres jeunes, Ali Reza et Mehdi, 22 ans, à la peine capitale par les tribunaux de Téhéran.

Quotidien Rochangari, 27 décembre
Un jeune homme prénommé Mohammad-Reza a été pendu en public sur un boulevard à Machad (nord-est). Mostafa, un autre jeune a été exécuté par la pendaison à Ghoutchan (même région).

Quotidien Charq, 27 décembre
Un homme de 48 ans a été condamné à mort par la Chambre 71 de la Cour pénale de Téhéran.
Dote « plafonnée »
SIYNA - Téhéran, 28 décembre
Dans un projet de loi présenté par le parlement iranien dans le but de « faciliter et encourager le mariage des jeunes», il est question que la dote des filles soit déterminée par un « Comité organisateur du mariage » habilité à fixer un montant selon l’aisance de la famille, le quartier ou la région de la résidence.
Il est à noter que ce projet de loi, qui a été approuvé même par les 12 députées du parlement, a suscité beaucoup de réactions en Iran et notamment chez les femmes et les jeunes iraniennes qui refusent d’avoir une dote « plafonnée »...
Chômage chez les femmes diplômées
ILNA, 28 décembre
« Dans les années à venir, notre société devra faire face à la crise du chômage des femmes diplômées... » a déclaré le gouverneur de Ardebil (nord-ouest).
Répression des femmes et des jeunes à Oroumieh
SIYNA, 28 décembre
Sara, Samira et Ali, jeunes habitants de la ville d’Oroumieh (nord-ouest) témoignent : ...Malgré l’arrivée de l’hiver et le fait que tout le monde se couvre normalement, les forces de sécurité se sont installées aux carrefours de nombreuses rues à Oroumieh dans le but d’interpeller et contrôler des filles et des femmes dites « mal voilées ».

Des eurodéputés allemands manifestent contre la lapidation en Iran
Iran Focus - Berlin, 29 décembre
Trois membres du parlement européen ont pris part à une manifestation devant l’ambassade d’Iran à Berlin pour protester contre les lapidations pratiquées par le régime iranien.
Un grand nombre d’Iraniens en exil hier après-midi se sont joints aux trois eurodéputés Alexander Alvaro, Holger Krahmer, et Alexander Lambsdorff, du parti libre démocrate allemand.
Les manifestants ont appelé à la fin du dialogue entre l’Union européenne et le régime iranien tant que Téhéran continuera de violer les droits de l’Homme, insistant particulièrement sur la condamnation à la lapidation d’une femme nommée Hadjieh Esmailvand. Le verdict a soulevé l’indignation internationale. Les eurodéputés ont aussi protesté contre l’exécution prévue d’une jeune fille de 19 ans, nommée Leïla Mafi, condamnée pour relations illicites...
M. Lambsdorff a déclaré qu’il avait adressé une lettre à l’ambassade pour protester contre « la méthode barbare de lapidation » pratiquée par le gouvernement iranien.
Bonne et Heureuse Année 2005






csdhi

Les Iraniennes en révolte