Situation des Femmes en Iran

Public

05 janvier 2007

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Décembre 2006
ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton
75012 Paris – France
Tél.Fax (331) 43 65 57 84
mailto:84afifem2001@yahoo.fr

JOYEUX NOËL
ET
HEUREUSE ANNEE
2007



Colin Powell prône également un dialogue avec l'Iran et la Syrie
Reuters - Londres, 1er décembre
Répondant à une question de Reuters au cours d'une intervention, l'ancien secrétaire d'Etat américain Colin Powell a invité à son tour les Etats-Unis à engager un dialogue avec la Syrie et avec l'Iran...


Deux hommes pendus en public à Zahédan
Agence Fars, 2 décembre
Accusés depuis plusieurs années de kidnappings, deux hommes dont les identités n'ont pas été révélées ont été pendus à l'aube dans la ville de Zahédan (sud-est). Leurs peines ayant été confirmées par la Cour suprême, leurs exécutions ont eu lieu publiquement à l'angle de la rue Saadi et celle d' Amir-ol-Momenin.


Ahmadinejad à Haniyeh: Israël est sur la pente de la disparition
AFP, Téhéran, 2 décembre
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré lors d'une rencontre avec le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh au Qatar qu'Israël "est sur la pente de la disparition", a rapporté l'agence officielle IRNA, citant un communiqué de la présidence iranienne.


Présidente d'Alcatel-Lucent, ne fera pas d'affaires avec l'Iran
Reuters - Paris, 3 décembre

Patricia Russo, présidente du groupe franco-américain récemment fusionné Alcatel-Lucent, n'aura pas le droit, en tant que citoyenne américaine, de faire des affaires avec l'Iran.Elle n'a cependant pas précisé si cela causerait des problèmes pour sa société basée à Paris qui entretient de longues relations commerciales avec l'Iran.Cette compagnie française a conclu la modernisation des réseaux télécoms de Téhéran dans un contrat signé en 2001, a créé le premier réseau Internet haut débit ADSL en Iran et fournit des systèmes de communication pour des usines de gaz dans le pays." La loi m'interdit de faire des affaires en Iran"," Très clairement, nous devons respecter la loi américaine s'appliquant aux citoyens américains, et ceux-ci ne peuvent pas faire d'affaires dans les pays sanctionnés par les Etats-Unis ", a ajouté Patricia Russo...Un avocat de New York, spécialiste du droit international des affaires, et qui a également refusé d'être identifié, a déclaré : " Il existe des moyens légaux leur permettant de traiter avec l'Iran, par l'intermédiaire d'une filiale par exemple ".


Deux jeunes pendus en public à Langroud
Agence Fars, 4 décembre
Reconnus coupable de meurtre, deux jeunes hommes Taqi J., 25 ans, et Massoud M., 28 ans ont été pendus en public dimanche dans la ville septentrionale de Langroud dans la province de Guilan.


Ahmadinejad attaqué pour avoir assisté à un spectacle de danse avec des femmes
The Guardian, 5 décembre

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui affiche sa ferveur idéologique, est accusé de préjudice à la révolution islamique d'Iran à la suite de la diffusion à la télévision d'une vidéo le montrant en train de regarder un spectacle mettant en scène des chanteuses et des danseuses...


Pendaison à Kermanchah
Quotidien Kayhan, 5 décembre
Un homme dont l'identité n'est pas révélée a été pendu lundi sur la place de " la Liberté " dans la ville de Kermanchah (ouest).Il avait été condamné pour meurtre et vol à mains armées.


Total: pétrole iranien contre commission?
Express, 5 décembre
" Nouveau coup dur pour Total? La police helvète a découvert 41 millions de francs suisses sur un mystérieux compte, qui aurait permis au pétrolier d'obtenir du régime de Téhéran une concession d'exploitation. Une information judiciaire pourrait être ouverte à Paris... "


Les Six échouent encore à trouver un accord sur des sanctions contre l'Iran
Le Monde, 6 décembre
Les représentants des Six chargés du dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne et Royaume-Uni) n'ont pas réussi à se mettre d'accord, mardi soir 5 décembre, à Paris, sur la nature et l'ampleur des sanctions à infliger à l'Iran, en raison de réticences exprimées par la Russie. Selon une source diplomatique européenne, les Européens ont décidé que "la discussion entre capitales avait atteint sa limite" et qu'il fallait mettre désormais les Russes devant leurs responsabilités au Conseil de sécurité...


" YouTube " interdit en Iran
RSF, 6 décembre
La République islamique d'Iran bride encore un peu plus l'accès à Internet de ses citoyens. Déjà fin octobre, ils s'opposaient au haut débit en interdisant les connexions supérieures à 128 kbits/s. Désormais, deux nouveaux sites sont venus se rajouter aux listes de filtrage et interdisent l'accès au célèbre site de partage de vidéos YouTube ainsi que celui du quotidien américain New York Times. On se souvient également que l'encyclopédie Wikipédia avait elle aussi eu droit de passer par les listes noires du régime. Les responsables des technologies de l'information iraniens n'apprécient apparemment pas beaucoup de ne pas avoir le contrôle du contenu de ces sites. Il déclare d'ailleurs pour justifier ces sanctions, agir pour empêcher l'"érosion de la culture islamique au sein de la jeune génération".L'Iran fait toujours partie de la liste des 13 ennemis d'Internet établie par Reporters sans frontières qui dévoilent justement ces filtrages...


Fièvre émancipatrice dans les stades iraniens
Le Monde, 6 décembre
Dans l'Iran islamique, les filles interdites de foot se déguisent en garçons. Un film métaphore. Dans un stade de football, l'enjeu du match se cache parfois dans les tribunes. C'est ce que suggère l'Iranien Jafar Panahi dans ce film métaphore, Ours d'argent au Festival de Berlin 2006. Fidèle à son regard documentaire, le cinéaste a planté sa caméra dans le grand stade de Téhéran le jour où l'Iran joue sa qualification en Coupe du monde contre l'Emirat de Bahreïn. Arrivée massive de cars de supporteurs enflammés, vente de billets au marché noir, fouille intensive au contrôle. La foule est exclusivement mâle, à ceci près que s'y cache une fille déguisée en garçon. Là encore, Panahi ne viole pas le réel.


Royal confirme son refus du nucléaire civil iranien
Le Monde, 6 décembre

La candidate socialiste écarte tout contact avec le Hamas. Ségolène Royal a achevé à Jérusalem, lundi 4 décembre, une tournée de cinq jours au Proche-Orient qui l'a conduite successivement au Liban, dans les territoires palestiniens et en Israël. Au cours de ses entretiens avec les principaux responsables israéliens, lundi, la candidate socialiste à l'élection présidentielle française a répété son opposition à ce que l'Iran puisse se doter d'un programme nucléaire civil. " Il ne faut pas laisser l'Iran accéder au nucléaire civil, et donc militaire : ce sera ma position si je suis élue présidente de la République ", a assuré Mme Royal, qui s'est targuée d'être " la seule responsable politique française " à avoir cette position...


Le Hezbollah est accusé de se réarmer avec l'aide de l'Iran et de la Syrie
Le Monde, 8 décembre
... En dépit d'un embargo sur les armes décrété par la résolution 1701 du Conseil de sécurité, le 11 août, pour mettre fin au conflit avec Israël, le Hezbollah libanais est accusé, par des sources onusiennes et diplomatiques, de continuer à se procurer des armes en provenance de Syrie et d'Iran, ses principaux " parrains "...


Téhéran aura bientôt des taxis réservés aux femmes
Reuters - Téhéran, 9 décembre



Une compagnie de taxis réservés aux femmes va être lancée dans les prochaines semaines à Téhéran afin de proposer une alternative aux femmes gênées par la promiscuité avec les hommes dans les taxis collectifs, rapporte samedi le journal iranien Emrouz.Les taxis de cette entreprise privée seront conduits par des femmes en uniforme qui devront être mariées. Ce genre de taxis réservés aux femmes existe déjà dans certaines villes iraniennes. Les transports publics iraniens comportent des sections réservées aux femmes et d'autres aux hommes. Mais cette règle ne s'applique pas aux taxis collectifs privés de la capitale qui sont souvent bondés. Et de nombreuses femmes iraniennes se plaignent régulièrement de la promiscuité avec les hommes dans ces véhicules...


Les revenus du pétrole et du gaz atteignent les 120 milliards de dollars
Télévision d'Etat, 9 décembre
Les revenus annuels des ventes de pétrole et de gaz en Iran ont atteint les 120 milliards de dollars, a annoncé samedi la télévision nationale...


Un homme pendu à Miandoab
Quotidien Qods, 10 décembre
Accusé de viol et de meurtre, le prénommé Davoud a été pendu à l'aube de jeudi 7 décembre dans la prison de Miandoab (nord-ouest).


Trois Afghans pendus à Rafsandjan
Quotidien Tehran Emrouz, 10 décembre
Trois ressortissants afghans identifiés comme étant Gholam Hazrat, Chah Mir et Nour Ahmad ont été pendus lundi dans la ville de Rafsandjan (sud). Les trois hommes étaient accusés de viol.


Conférence révisionniste sur l'Holocauste à Téhéran
Reuters - Téhéran, 11 décembre
Une conférence sur la réalité de l'Holocauste, que le président iranien a qualifié de "mythe", et notamment sur l'utilisation de chambres à gaz dans les camps de concentration nazis, s'est ouverte lundi à Téhéran sous les auspices des autorités iraniennes. Cette réunion de deux jours à l'Institut d'études politiques et internationales du ministère des Affaires étrangères a été condamnée en Occident, où la négation de l'Holocauste est parfois passible de poursuites, et par la communauté juive iranienne, forte de 25.000 membres.
Intitulée "Etude de l'Holocauste: une vision mondiale", la conférence réunit notamment des universitaires et chercheurs européens, des rabbins antisionistes et l'ancien représentant républicain de Louisiane David Duke, dirigeant du Ku Klux Klan, qui a remercié l'Iran pour avoir organisé une telle rencontre. "La liberté de parole doit être respectée, il est scandaleux qu'on ne puisse pas parler librement de l'Holocauste. Cela fait que les gens refusent de voir les crimes commis par Israël contre le peuple palestinien", a dit ce dernier. "Le but de cette conférence n'est pas de nier ou de confirmer la réalité de l'Holocauste", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, dans son discours d'ouverture. "L'objectif principal, c'est de donner l'occasion de s'exprimer à des penseurs qui ne peuvent pas le faire librement en Europe." Selon les autorités iraniennes, 67 chercheurs originaires d'une trentaine de pays participent à la conférence de Téhéran. L'idée de cette réunion est venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui, depuis son arrivée au pouvoir en août 2005, a parlé à plusieurs reprises de l'Holocauste comme d'un "mythe" et a dénoncé la "tumeur" que constitue, selon lui, l'Etat d'Israël au Proche-Orient. En visite en France, le vice-Premier ministre israélien Shimon Peres a qualifié de "répugnants menteurs" les participants à la conférence. "Il s'agit d'ayatollahs extrémistes qui nous ramènent vers les sombres jours où des gens étaient brûlés et où des livres étaient brûlés", a-t-il dit devant les étudiants de l'Institut d'études politiques de Paris. La veille, le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy avait fait part de son "inquiétude" à l'annonce de la conférence. "S'il devait s'agir de propager des idées négationnistes et révisionnistes, la France ne pourrait que la condamner avec la plus grande fermeté", avait-il dit...

La conférence est vivement critiquée par la communauté juive d'Iran, a rappelé Moris Motamed, unique député juif au parlement iranien. "Nier l'Holocauste est une immense insulte", a-t-il dit à Reuters. "En tenant cette conférence, le gouvernement insulte encore la communauté juive."
Le mois dernier, un Marocain a reçu le premier prix d'un concours international de caricatures sur l'Holocauste organisé en Iran, initiative qui a soulevé l'indignation en Israël, en Occident et parmi les organisations juives...
Un colloque s'est tenu parallèlement à Berlin, avec le soutien du gouvernement allemand, pour protester contre la conférence de Téhéran. "Nier ou émettre des doutes sur la Shoah ne peut pas être passé sous silence. Il faut que nous fassions tout en notre possible pour les contrer avant que ces idées ne progressent dans notre société", a déclaré à la tribune Thomas Krügel, président de l'Agence fédérale pour l'éducation civique.


Mahmoud Ahmadinejad conspué par des étudiants en Iran
Le Monde, 12 décembre

Lors d'une visite du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, à l'université Amir-Kabir de Téhéran, lundi 11décembre, un petit groupe d'étudiants a crié "Mort au dictateur !" et brûlé ses photos sous ses yeux, selon l'agence estudiantine ISNA.M. Ahmadinejad a répliqué qu'il avait "l'honneur de brûler pour le bénéfice des idéaux de la nation et la défense du régime", ajoutant : "Les Américains doivent savoir que, même si le corps d'Ahmadinejad est brûlé mille fois, Ahmadinejad ne reculera pas d'un centimètre sur ses idéaux." Quelques échauffourées ont suivi et - fait rare - la télévision d'Etat a montré des images. On ne sait pas si des arrestations ont eu lieu. Dimanche, des centaines d'étudiants avaient dénoncé la répression contre l'association islamique des étudiants (réformateurs) et la "suspension" de 20 de ses membres. La veille, des étudiants avaient publié un communiqué critiquant "l'interdiction d'accès aux universités des professeurs indépendants" et soulignant la "banqueroute" et la "dégradation de l'image internationale" du pays. La semaine dernière, 2 000 à 3 000 étudiants avaient manifesté à Téhéran, pour la première fois depuis deux ans.


La justice européenne annule le gel des fonds par l'UE des Moudjahidine du peuple
AFP - Bruxelles, 12 décembre

La justice européenne a annulé mardi le gel par les 25 des fonds des Moudjahidine du Peuple, principale force de l'opposition iranienne, une décision qui pourrait impliquer leur retrait de la liste des organisations terroristes de l'Union européenne.Dans son arrêt publié mardi, le tribunal de première instance de la Cour européenne de justice (CEJ) a estimé que la décision prise en 2002 par l'UE de geler les fonds des Moudjahidine "viole les droits de la défense, l'obligation de motivation et le droit à une protection juridictionnelle effective". Le tribunal "constate que la décision ordonnant le gel des fonds des Moudjahidine du Peuple n'est pas motivée, que cette décision a été adoptée dans le cadre d'une procédure au cours de laquelle les droits de la défense de l'organisation n'ont pas été respectés, et que lui-même n'est pas en mesure d'en contrôler la légalité. En conséquence, cette décision doit être annulée", souligne-t-il dans un communiqué. Cette décision "pourrait impliquer le retrait (des Moudjahidine) de la liste des organisations terroristes de l'UE", a indiqué une porte-parole du Tribunal. "Je crois qu'on doit les retirer de la liste", a également estimé une source à l'UE. Dans un communiqué lu à l'AFP par l'un de ses porte-parole, la responsable de l'organisation, Maryam Radjavi, s'est félicitée de la décision des juges de Luxembourg, estimant que le retrait de la liste des organisations terroristes ne faisait aucun doute. "Aujourd'hui, l'une des instances judiciaires les plus élevées d'Europe a confirmé l'argument de la résistance iranienne, que l'étiquette terroriste est depuis le début une question purement politique destinée à apaiser les mollahs. Par conséquent, toutes les restrictions résultantes de cette étiquette doivent être retirées immédiatement", a-t-elle indiqué dans ce communiqué. Cette décision est "la preuve de la légitimité de la résistance iranienne face au fascisme religieux et la victoire de la justice sur les intérêts économiques", a-t-elle ajouté... Mme Radjavi, qui a déjà été reçue au Parlement européen ou au Sénat belge, réside légalement en France et se déplace librement en tant que présidente du Conseil national de la résistance iranienne, un organisme qui n'est pas interdit et constitue la vitrine politique des Moudjahidine. Elle se trouvait ce mardi au Parlement européen à Strasbourg, où elle devait faire une conférence de presse vers 17h00.


Ahmadinejad affirme que l'Etat d'Israël "va bientôt disparaître"
Le Monde, 12 décembre

" Lorsque j'ai dit que ce régime [Israël] va disparaître, j'ai exprimé ce que les peuples avaient dans leur cœur. Les réseaux du régime sioniste m'ont alors beaucoup attaqué. Mais tout comme l'URSS a disparu, le régime sioniste va bientôt disparaître", a déclaré, mardi 12 décembre, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui avait déjà provoqué un tollé en demandant qu'"Israël soit rayé de la carte


Un homme pendu en public à Djahrom
ISNA, 13 14 décembre
Accusé d'avoir tué 12 membres de la sa famille suite à une querelle, Ali Mohammad A., a été pendu en public mardi dans la ville de Djahrom (sud).
Conférence sur l'holocauste: Chirac demande une enquête sur les propos de Faurisson AFP - Paris, 15 décembreJacques Chirac a demandé l'ouverture d'une "enquête préliminaire", à la suite des propos tenus par le négationniste Robert Faurisson dans le cadre de la conférence de Téhéran sur l'Holocauste, a annoncé l'Elysée vendredi dans un communiqué...


Des intellectuels français appellent à des sanctions
Le Monde, 15 décembre
Dans un "Appel aux dirigeants européens", un groupe d'intellectuels français et étrangers, réunis autour de l'écrivain Elie Wiesel, a demandé, jeudi 14 décembre, lors d'un rassemblement tenu dans les locaux de Sciences-Po à Paris, une série de sanctions immédiates contre l'Iran, pour protester contre le programme nucléaire mené par ce pays, accusé de comporter un volet militaire, et pour dénoncer la "pseudo-conférence indécente sur l'Holocauste", organisée à Téhéran deux jours auparavant. Les signataires de l'appel (plus d'un millier selon les organisateurs), parmi lesquels André Glucksmann, Bernard-Henri Levy, Pascal Bruckner, et Alain Finkelkraut, dénoncent "l'impuissance" des cinq membres permanents du Conseil de sécurité et de l'Allemagne "à adopter, plus de trois mois après la date butoir du 31 août fixée par la résolution 1696, des sanctions concrètes à l'égard de l'Iran".Ils demandent, "afin d'éviter le pire", c'est-à-dire un scénario où l'Iran se doterait de l'arme atomique, qu'un "accord international" soit adopté "afin d'opposer un refus absolu à toute réception dans un pays étranger" du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Ils appellent aussi à un embargo sur les ventes d'armes à l'Iran, un arrêt des investissements en Iran par des entreprises françaises, un embargo sur les produits pétroliers raffinés à destination de l'Iran, et des mesures visant les secteurs énergétiques, nucléaire et balistique de ce pays.
RAPPEL DES AMBASSADEURS
Les signataires réclament par ailleurs un "rappel concerté des ambassadeurs en poste en Iran pour protester contre les thèses négationnistes ouvertement professées par le régime iranien".Plusieurs intervenants ont comparé la menace émanant de l'Iran à la situation qui prévalait en Europe dans les années 1930, lors de la montée du péril nazi. L'écrivain américain Elie Wiesel a commenté que "si Ahmadinejad, ce fanatique absolu, obtient la bombe, il s'en servira". Pascal Bruckner a qualifié le dirigeant iranien de "premier président djihadiste", ajoutant : "Nous de devons surtout pas écarter la force militaire pour le ramener à la raison."Un message du président français, Jacques Chirac, a été transmis aux participants, soulignant que l'Iran devait être "placé devant un choix clair : la coopération avec la communauté internationale, ou un isolement croissant".


Téhéran offre aux pays du Golfe son savoir-faire nucléaire
Reuters -Téhéran, 16 décembre
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que son pays était prêt à partager son savoir-faire dans le domaine nucléaire avec d'autres pays de la région, rapporte samedi la télévision iranienne. L'Iran, menacé de sanctions internationales en raison de son programme nucléaire soupçonné par Washington de servir à des fins militaires, affirme n'avoir aucune intention de se doter de la bombe atomique. "L'Iran est prêt à partager avec les pays de la région son expérience et ses réalisations dans le domaine de la technologie nucléaire pacifique", a déclaré Ahmadinejad à Mohammad Dhaifmoullah Charar, émissaire de l'émir du Koweït, le cheikh Sabah al Ahmad al Sabah. Le président iranien s'est réjoui de la décision des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) de se doter de capacités nucléaires civiles. Dimanche dernier, lors d'un sommet à Ryad, les six "pétromonarchies" du CCG ont revendiqué, à l'instar de l'Iran et d'Israël, leur droit de maîtriser la production de l'énergie nucléaire civile. Le CCG a décidé de lancer une étude de faisabilité d'un programme nucléaire civil commun aux six Etats membres - Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Bahreïn, Qatar, Oman et Koweït - qui serait conforme aux "accords et normes internationales" en vigueur


Plusieurs blessés dans le déraillement d'un train dans le centre de l'Iran
IRNA, 17 décembre
Au moins quatre personnes ont été blessées dimanche matin dans le déraillement d'un train de voyageurs près de la ville de Kachan (centre)...


L'Iran décide de remplacer le dollar par l'euro
AFP - Téhéran, 18 décembre
Le gouvernement iranien a décidé de remplacer le dollar par l'euro dans ses échanges extérieurs et pour ses avoirs à l'étranger, a dit lundi le porte-parole du gouvernement, Gholamhossein Elham. "Les sources de l'étranger et les revenus pétroliers seront calculés en euros, et nous les recevrons en euros pour mettre fin à la dépendance à l'égard du dollar", a déclaré le porte-parole lors de son point de presse hebdomadaire.


Des étudiants iraniens craignent pour leur vie après avoir manifesté contre Ahmadinejad
Par Robert Tait à Téhéran
The Guardian, 18 décembre

Les activistes étudiants iraniens qui ont organisé une manifestation contre le président Mahmoud Ahmadinejad la semaine dernière, se cachent craignant pour leur vie après que les partisans du président aient menacé de se venger.Un étudiant a pris la fuite après avoir été photographié brandissant une pancarte où l'on pouvait lire "président fasciste, l'IUT n'est pas pour toi ", lors de la visite de M. Ahmadinejad à l'Université Amir Kabir de Téhéran. Au moins trois autres se sont faits remarquer en brûlant sa photographie...


Echec des ultraconservateurs aux municipales
AFP - Téhéran, 18 décembre

Les premiers résultats des municipales à Téhéran confirment l'échec des partisans ultraconservateurs du président Mahmoud Ahmadinejad après celui qu'ils ont subi aux municipales en province et pour l'élection à l'Assemblée des experts. La liste des partisans de M. Ahmadinejad n'obtient que trois sièges sur les quinze du conseil municipal de la capitale, selon des résultats portant sur 186.000 bulletins dépouillés, sur 2,2 millions de voix exprimées lors du scrutin de vendredi...
Les résultats des élections iraniennes à l'Assemblée des experts et aux municipales tombent au compte-gouttes, mais laissent entrevoir dimanche l'échec des ultraconservateurs proches du président Mahmoud Ahmadinejad dans de nombreuses villes et à l'assemblée


L'Iran accusé d'avoir créé un "Etat dans l'Etat" en Irak
Reuters, 18 décembre
L'Iran a créé de fait un "Etat dans l'Etat" chiite en Irak, en fournissant un soutien logistique à des organisations armées et des fonds destinés aux programmes sociaux, écrit lundi le Washington Times, qui cite un rapport réalisé pour le compte du gouvernement saoudien.Les auteurs de ce rapport de 40 pages affirment que les forces armées iraniennes fournissent des milices chiites irakiennes en armes et les entraînent. Téhéran, en outre, soutiendrait activement des hommes politiques irakiens pro-iraniens, ajoute le journal. "Là où les Américains ont échoué, les Iraniens sont intervenus", constate le Washington Times en citant le rapport. Les conclusions du rapport ont été présentées en mars au gouvernement saoudien mais n'avaient pas été rendues publiques depuis lors. Selon le rapport, l'organisation Badr, branche armée du plus important parti de gouvernement irakien, le Conseil suprême pour la révolution islamique en Irak (CSRII), est "l'instrument capital qu'utilise l'Iran pour atteindre ses objectifs militaires ainsi que ses objectifs en matière de renseignements"...


Information judiciaire ouverte à Paris sur des contrats de Total en Iran
AP - Paris, 19 décembre
Le parquet de Paris a ouvert lundi une information judiciaire contre X visant implicitement Total dans le cadre d'une enquête sur des versements de commissions présumées par le groupe pétrolier en Iran, a-t-on appris mardi de sources judiciaires...La justice soupçonne de hauts responsables du groupe Total d'avoir mis en place un système de commissions présumées occultes afin de bénéficier de marchés pétroliers mais également d'avoir contourné l'embargo des Nations unies contre l'Irak.


Trois hommes pendus à Ahvaz
Sky News,19 décembre
Accusés d'avoir participé récemment à une série d'attentats à la bombe dans la ville d'Ahvaz et d'avoir "agi contre la sécurité nationale", trois prisonniers dont les identités n'ont pas été communiquées ont été exécutés par pendaison mardi à Ahvaz (sud-ouest).


Six hommes pendus à la prison d'Evine
Agence Fars, 20 décembre
Accusés de meurtre, six hommes prénommés Hassangholi, Hossein, Kheyrollah, Mohammad-Hadi (Oman), Yadollah et Vahid (un ressortissant afghan de 22 ans) ont été exécutés par pendaison mercredi à l'aube dans la prison d'Evine à Téhéran.


La police découvre une voiture remplie d'explosifs dans le sud
ISNA, 22 décembre
Le colonel Mohammad-Hossein Ahmadi, commandant adjoint de la police de la province de Sistan-Balouchestan, a fait état de la découverte de "52 kilos de TNT, avec une énorme capacité de destruction". Il a précisé que le véhicule contenait également "des conteneurs de gaz et de l'essence pour augmenter l'ampleur des destructions".


L'ONU sanctionne l'Iran dans les domaines nucléaire et balistique
AFP, 23 décembre

Le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé samedi des sanctions à l'Iran touchant à ses programmes nucléaire et balistique, pour son refus de suspendre ses activités nucléaires sensibles.Dans une résolution adoptée à l'unanimité de ses quinze membres et numérotée 1737, le Conseil décide que l'Iran doit immédiatement "suspendre toutes ses activités nucléaires sensibles en termes de prolifération", de manière vérifiable par l'AIEA.Il décide que tous les Etats doivent "empêcher la livraison, la vente ou le transfert directs ou indirects à l'Iran (...) de tout matériel, équipement, bien et technologie qui puisse contribuer" aux activités de l'Iran dans les domaines nucléaire et balistique sensibles.La résolution, fruit de deux mois de négociations acharnées entre les Occidentaux d'un côté, les Russes et les Chinois de l'autre, définit strictement ces activités comme étant "l'enrichissement d'uranium et le retraitement, les projets liés aux réacteurs à eau lourde et le développement des vecteurs de lancement Le Conseil interdit aussi toute fourniture à l'Iran "d'assistance ou de formation technique, d'aide financière, d'investissement, de services financiers et tout transfert de ressources ou de services" liés à ces programmes.Il impose également un gel des avoirs financiers détenus à l'étranger par douze ressortissants iraniens et onze entités directement associés aux programmes nucléaire et balistique de l'Iran et dont les noms figurent en annexe de la résolution.

La résolution demande aux Etats de "faire preuve de vigilance" concernant l'entrée ou le transit sur leur territoire de personnes considérées comme impliquées dans les programmes iraniens sensibles et de notifier un comité ad hoc du Conseil de sécurité de l'entrée ou du passage sur leur territoire des douze personnes susnommées.Ces douze personnes, parmi lesquelles figure le général Yahia Rahim Safavi, commandant des Gardiens de la révolution, étaient visées, dans les premières versions de la résolution, par une interdiction stricte de voyager à l'étranger mais la Russie, qui a bataillé pendant des semaines pour adoucir les sanctions, a obtenu la suppression de cette mesure.

Le Conseil réclame un rapport au directeur général de l'AIEA dans les 60 jours pour savoir si l'Iran s'est conformé à la résolution.Il se dit prêt, au vu de ce rapport, à réviser ces mesures, afin de les suspendre, d'y mettre fin ou de les renforcer, selon que l'Iran aura suspendu ses activités d'enrichissement, satisfait totalement à ses obligations au regard des résolutions du Conseil de sécurité ou de l'AIEA, ou ignoré ces obligations. Le Conseil précise avoir pris cette résolution au titre de l'article 41 du Chapitre VII de la Charte de l'ONU, qui prévoit des sanctions n'impliquant pas l'emploi de la force armée.


L'Iran défie l'ONU en annonçant l'installation de 3.000 centrifugeuses
AFP, 24 décembre

L'Iran a défié le Conseil de sécurité de l'ONU après le vote d'une résolution lui imposant des sanctions, indiquant qu'il allait entamer dès ce dimanche des travaux pour installer 3.000 centrifugeuses afin d'enrichir l'uranium.Au lendemain du vote, le président Mahmoud Ahmadinejad s'est lui-même chargé de résumer la position de Téhéran, déclarant que l'Occident devait accepter "de vivre avec un Iran nucléaire"...


Moscou appelle Téhéran à étudier "attentivement" la résolution
AFP, 25 décembre
Moscou a appelé lundi Téhéran à "étudier attentivement" la résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU et à prendre une décision privilégiant les "négociations" dans la crise du nucléaire iranien...


Mort du ministre de la Justice iranien dans un accident de voiture
Agence Mehr, 28 décembre

Le ministre de la Justice iranien est décédé jeudi dans un accident de voiture, ont annoncé les médias gouvernementaux.Jamal Karimi-Rad a été tué sur le coup par un camion qui a foncé dans sa voiture sur la route reliant Saveh à Tafresh, dans le centre de l'Iran, selon l'agence de presse Mehr.Il était auparavant juge révolutionnaire dans les provinces de Zanjan et de Qazvin, et directeur du département Taazirat (agence pour l'exécution des châtiments corporels, tels que le fouet en public, etc.) à Qazvin.


Irak: libération de deux diplomates iraniens arrêtés par l'armée américaine
AFP - Bagdad, 29 décembre
Deux diplomates iraniens qui étaient détenus par l'armée américaine en Irak ont été libérés et ont regagné leur pays vendredi après-midi, a affirmé le ministère irakien des Affaires étrangères dans un communiqué...
Les Américains avaient annoncé mercredi détenir deux Iraniens, suspectés de trafic d'armes avec "des groupes illégaux" en Irak, parmi une dizaine de personnes arrêtées lors d'une opération le 21 décembre. Le porte-parole de l'armée américaine, le général William Caldwell, a confirmé jeudi que ces deux individus faisaient partie d'un groupe de 10 suspects placés en détention après le raid du 21 décembre...Les hauts responsables américains accusent l'Iran de fournir un entraînement et d'autres formes d'assistance aux milices chiites en Irak, comme du matériel utilisé dans la fabrication de bombes de bord de route.


Selon un groupe d'opposition iranien, les Iraniens détenus en Irak sont des membres de l'élite des Gardiens de la révolution AP, 29 décembre...
Maryam Radjavi, qui préside le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), coalition de groupes opposée au régime et basée à Paris, a déclaré que ces deux hommes étaient de hauts membres de la Force Qods des Gardiens de la Révolution d'Iran, et étaient responsables d'attaques sectaires en Irak.
A Washington, un haut responsable du Pentagone a déclaré jeudi que les forces américaines avaient trouvé " des indications et la preuve que toutes les personnes appréhendées, y compris les deux Iraniens, étaient impliquées dans des transferts de technologie EEI entre l'Iran et l'Irak ". EEI signifie engins explosifs improvisés, ou petites bombes fréquemment utilisées dans les attaques en Irak.


Près d'un demi-analphabètes dans une province
Agence Fars, 30 décembre
Mohsen Mojtahed Chabestari, le représentant du guide suprême l'ayatollah Ali Khameneï et un haut responsable de la province de l'Azerbaïdjan de l'Est (nord-ouest) a reconnu qu'il existait près d'un demi-million d'analphabètes dans la province. "L'existence de 470.000 d'analphabètes dans la province est extrêmement honteuse", a-t-il déclaré aux responsables de l'éducation.


Un homme pendu à Bandar Abbas
ISNA, 30 décembre
Accusé de meurtre, un homme identifié par ses initiales H. A. a été pendu jeudi dans la prison d'un village près de la ville portuaire de Bandar Abbas (sud)


Un homme pendu à Saravan
Quotidien Djomhouri Eslami, 31 décembre
Le prénommé Amanollah, accusé de vol à main armée a été pendu en public dans la ville de Saravan (sud-est). Il avait été condamné à mort dans la ville voisine de Zahédan, la capitale provinciale du Sistan Baloutchistan.
Lundi, les autorités iraniens avaient exécuté deux hommes identifiés comme étant Youssef H. et Pordel B. à Zahédan.


La Police iranienne menace d'interdire les Peugeot 405
AFP - Téhéran, 31 décembre
La police iranienne a menacé de ne plus immatriculer les Peugeot 405 de fabrication locale en raison d'un problème dans le système d'alimentation d'essence qui a provoqué la mort de dizaines de personnes dont les véhicules avaient pris feu, a rapporté mercredi la presse locale...Une centaine de Peugeot 405 ont pris feu ces derniers mois, selon la presse locale. Ces véhicules sont fabriqués localement sous licence par la société Iran Khodro depuis 1990...L'Iran produit chaque année environ un million de voitures.

csdhi

Les Iraniennes en révolte