Situation des Femmes en Iran

Public

06 août 2007

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Juillet 2007
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr


Chères lectrices,
Chers lecteurs,


Vous trouverez dans notre bulletin de juillet de nombreuses nouvelles de pendaisons et même de lapidation des jeunes Iraniens. C’est avec une grande peine et beaucoup de tristesse que nous les avons réuni et vérifié pour informer l’opinion publique internationale.

Ces derniers mois, le régime des religieux au pouvoir en Iran a multiplié de façon sans précédant les exécutions souvent par pendaisons publiques.
Cette détérioration de la situation montre la volonté d’un pouvoir agonisant de faire régner la terreur et la répression dans le but de faire face à une résistance populaire grandissante.

Merci de faire circuler ces informations autour de vous car il est urgent d’agir. De nombreuses autres exécutions sont à venir.

La rédaction



Un détenu pendu à Ahar
Quotidien Etemade Meli, 1er juillet
Les autorités judiciaires ont exécuté la sentence de pendaison à l’encontre d’un détenu identifié par son prénom Firouz, le 30 juin dans la ville d'Ahar (nord-ouest).
Selon le quotidien, le tribunal de Téhéran a également condamné un homme de 33 ans à la peine de mort.


Solana évoque un lien possible entre l'Iran, Gaza et le Liban



Reuters – Bruxelles, 2 juillet
Javier Solana, représentant diplomatique de l'Union européenne, a évoqué lundi un lien possible entre, d'une part, l'Iran et, d'autre part, la prise de la bande de Gaza par le Hamas et les attaques récentes contre l'armée libanaise et contre les casques bleus au Sud Liban.
Solana s'est abstenu d'accuser directement l'Iran mais il a jugé que ces incidents ne pouvaient être abordés de manière séparée..."Cela ne s'est pas produit par accident ou par miracle, c'était probablement programmé", "Ce serait difficile à comprendre sans voir derrière cela d'autres acteurs importants de la région", a insisté Solana en évoquant d'"autres forces" en Syrie et en Iran...

L'Iran lance sa propre chaîne d'information en anglais
Reuters, 2 juillet
L'Iran a annoncé lundi le lancement de Press TV, une chaîne d'information en langue anglaise destinée, selon ses promoteurs, à contrebalancer la vision occidentale de l'actualité internationale.
Mahmoud Ahmadinejad a déclaré lors de la cérémonie de lancement de la chaîne d'information en continu que Press TV avait pour devoir de "révéler (ce qui se trame) dans les coulisses des réseaux de propagande des ennemis de l'humanité"...
Des responsables de Press TV ont déclaré que la nouvelle chaîne de télévision allait tenter de concurrencer CNN ou BBC World...


Une militante féministe condamnée au fouet et à la prison



ILNA, 3 juillet
La justice iranienne a condamné Delaram Ali, une activiste des droits des femmes, à dix coups de fouet et à une peine de 2 ans et 20 mois de prison avec sursis.
Elle est accusée d’avoir pris part à une manifestation le 12 juin 2006 à Téhéran pour les droits des Iraniennes.
Son avocate, Nasrin Sotoudeh annonçant cette condamnation a précisé que Delaram est accusée d'avoir « participé à un rassemblement illicite », de mener « des activités de propagande contre l’État » et de « perturber l’ordre public »…
"La peine infligée à Ali est trop lourde et nous allons contester ce jugement illégal", a dit Mme Sotoudeh, en expliquant qu'une "condamnation au fouet pour des activistes sociales et féminines va à l'encontre du droit international".
Delaram Ali avait été interpellée en juin 2006 avec 70 personnes lors d'une manifestation à Téhéran pour l'égalité entre les sexes, qui avait été brutalement dispersée par la police.


Emeutes du carburant : Un des détenus meurt à la prison de Gohardacht
Secrétariat du CNRI, 4 juillet
Dans la nuit de 3 juillet, M. Mohammad Jalali, un jeune homme de 25 ans qui s'était immolé en signe de protestation contre le rationnement de carburant imposé par le régime des mollahs, est décédé faute de soins à la prison de Gohardacht dans la banlieue de Karadj, à l'ouest de Téhéran...

Pour le respect des droits politiques des femmes en Iran
Communiqué du parti socialiste français, 5 juillet
« La justice iranienne a condamné, le 3 juillet, sept militantes des droits de la femme à de lourdes peines de prisons….
La décision du tribunal de condamner aux coups de fouet et à la prison, les militantes féministes qui ont participé à un rassemblement pacifique considéré « illégal » par les autorités iraniennes, est scandaleuse…
Le Parti socialiste exprime son indignation face à des violations des droits de l’Homme, notamment des droits des femmes, et à la violation des libertés des citoyens iraniens par la République islamique, qui s’aggravent de jour en jour. Il demande l’annulation de ces peines…
Devant la gravité de ces condamnations, le Parti socialiste demande à l’Union européenne, et particulièrement au gouvernement français, d’intervenir auprès des autorités iraniennes pour l’annulation des condamnations injustes des militantes iraniennes »


Le Parlement Européen s’inquiète des peines de mort en Iran
PE, 6 juillet
Le Parlement européen a exprimé son inquiétude devant la poursuite des exécutions en Iran et a demandé au régime iranien de suspendre les condamnations à mort, en particulier celles des adolescents.
Hans-Gert Peottering, le président du PE a dit sa préoccupation et celle du parlement européen dans une lettre ouverte remise à la presse. Il y affirme que de nombreux adolescents en Iran ayant commis des délits avant l'age de 18 ans ont été condamnés à mort.
L'Union européenne n'a cessé d'exprimer son opposition de principe à la peine de mort dans toutes les conditions...

Pendaison à Ispahan
ISNA, 7 juillet
Les autorités judiciaires ont exécuté un homme identifié étant Akbar A. Il a été pendu samedi matin dans la cour de la prison d’Ispahan (centre).


Un prisonnier pendu à Arak
Agence Fars, 8 juillet
Le régime iranien a pendu un autre prisonnier identifié par les initiales M.M. dans la ville d'Arak (centre).


Exécutions à Birjand et Chiraz
IRNA /AFP, 9 juillet
Un trafiquant de drogue a été pendu lundi dans la ville de Birjand (est). L'homme reconnu coupable de trafic de drogue, identifié comme Hassan Madadi, avait été arrêté alors qu'il transportait 1.300 kg d'opium et était armé.

Agence Fars
Reconnu coupable de meurtre, un jeune de 22 ans, Navid Parham, a été pendu dans une rue de Chiraz (sud).


Arrêtés et jugés pour avoir manifesté
ILNA, 9 juillet
Cinq ouvriers de la ville de Saghez (nord-ouest), seront jugés pour troubles de l'ordre public. Ils avaient été arrêtés dans une manifestation pour protester l'arrestation de Mahmoud Salehi un leader syndical à Saghez en mai 2007.


Six étudiants arrêtés
AFP / ISNA, 9 juillet
Six étudiants ont été arrêtés lundi alors qu'ils manifestaient devant une université de Téhéran. Six membres du conseil central du Bureau pour la consolidation de l'unité (qui regroupe les étudiants réformateurs) qui tenaient une réunion de protestation devant l'Université Amir-Kabir ont été arrêtés à sept heures du matin" lundi…


Réouverture du procès quatre ans après l’assassinat de Zahra Kazmi



RSF, 10 juillet Quatre ans après l’assassinat de la photographe irano-canadienne Zahra Kazemi, la Cour sûpreme de Téhéran doit prochainement se prononcer sur la possibilité de l’ouverture d’un nouveau procès, suite aux irrégularités qui ont entaché le verdict de la cour d’appel. Reporters sans frontières a adressé un courrier aux autorités canadiennes pour qu’elles continuent à dénoncer le “déni de justice” dans cette affaire...

Un Iranien condamné pour adultère a été exécuté par lapidation
AFP / Le Monde, 10 juillet
Le porte-parole du pouvoir judiciaire , Alireza Jamshidi, a reconnu, mardi 10 juillet, qu'un Iranien condamné pour adultère a été tué par lapidation, la semaine dernière, à Aghche Kand, à environ 200 km à l'ouest de Téhéran.
C'est la première exécution officielle de ce type depuis celle, appliquée et reconnue officiellement par les autorités en juillet 2001, d'une femme condamnée pour meurtre et adultère…
L'homme exécuté s'appelait Jafar Kiani, et sa compagne Mokarram Ebrahimi. Tous deux mariés, ils avaient quitté leurs familles pour vivre ensemble, avant d'être arrêtés il y a onze ans.


Louise Arbour vivement préoccupée par la lapidation d'un Iranien
AFP, 10 juillet
La haut commissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme a exprimé mardi sa vive préoccupation après la lapidation en Iran d'un homme accusé d'adultère et a appelé à épargner sa partenaire qui devrait subir le même sort…
La haut commissaire a appelé à "arrêter l'exécution de la femme du couple", dont la date n'a pas été précisée par les autorités iraniennes.


Huit femmes condamnées à mort par lapidation
Quotidien Etemad-Meli, 11 juillet
Huit femmes ont été condamnées à mort par lapidation et demeurent dans plusieurs prisons iraniennes dans l’attente de l’exécution de leur sentence.
Selon le quotidien, deux d'entre elles sont détenues dans la prison d'Evine à Téhéran, deux autres dans la prison Sepidar à Ahvaz (sud ouest), une à Tabriz (nord est), une à Varamine - près de Téhéran, une à la prison Tchobine à Ghazvine (ouest) et la dernière à la prison d'Oroumieh (nord-ouest).


Un émissaire français en Iran
AFP - Paris, 11 juillet
L'émissaire français Jean-Claude Cousseran se trouvait mercredi une nouvelle fois à Téhéran dans le cadre de la préparation de la réunion interlibanaise du week-end en région parisienne, a indiqué le ministère français des Affaires étrangères...


Lapidation : la Suède a convoqué l'ambassadeur d'Iran à Stockholm
AFP, 12 juillet
Le gouvernement suédois a convoqué mercredi l'ambassadeur d'Iran à Stockholm pour protester contre l'exécution par lapidation d'un Iranien condamné pour adultère. "Le secrétaire d'Etat chargé des Affaires étrangères s'est montré très critique sur les condamnations et exécutions à la lumière des conventions des Nations unies des droits de l'homme", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères...


16 personnes arrêtées au jour anniversaire d'une révolte étudiante
AFP- Téhéran, 12 juillet
Seize Iraniens ont été arrêtés lundi 10 juillet, dont des membres d'une organisation d'étudiants réformateurs, à l'occasion du huitième anniversaire d'une révolte étudiante sanglante, a déclaré mardi le porte-parole du pouvoir judiciaire.
"Seize personnes ont été arrêtées hier, six d'abord et dix ensuite", a dit Alireza Jamshidi dans un point de presse, en insistant sur le fait qu'aucune d'entre elles n'était étudiant...


Pendaison à Fassa
IRNA, 12 juillet
Les autorités iraniennes ont pendu en public un prisonnier identifié comme Abdollah F. dans la ville de Fassa dans le sud.


Nucléaire: l'Iran autorise la visite d'un réacteur, nouvelles négociations fin juillet
AFP, 13 juillet
L'Iran a autorisé des inspecteurs de l'AIEA à se rendre sur le site d'un réacteur nucléaire en construction et des discussions sont prévues les 25 et 26 juillet à Vienne pour régler les problèmes en suspens, a-t-on appris auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique et à Téhéran.


Emprisonnement d'un chef syndicaliste
AFP / ISNA, 13 juillet
Le responsable du syndicat des conducteurs de bus, Mansour Ossanlou, est en prison à Evine (nord de Téhéran), a déclaré Sohrab Soleimani, responsable des prisons de la province de Téhéran.
M. Ossanlou a été condamné à quatre ans de prison pour action contre la sécurité nationale et un an de prison pour propagande contre le régime islamique.
Les conducteurs d'autobus de Téhéran ont mené plusieurs mouvements pour protester contre leurs bas salaires et leurs conditions de vie...


Le régime iranien étouffe toute contestation
Le Figaro, 13 juillet
Arrestation d'étudiants, de syndicalistes et de binationaux, poursuites contre les militantes féministes, intimidation d'opposants et de journalistes : le régime de Téhéran, sous pression internationale à cause de son programme nucléaire, durcit le ton en interne...


Les violations des droits humains se poursuivent sans discontinuer
Amnesty International, 13 juilletAmnesty International s'inquiète de la poursuite des atteintes aux droits humains en Iran. De nouvelles arrestations de défenseurs des droits humains se sont produites, le nombre d'exécutions reste élevé – la première exécution par lapidation depuis le moratoire décrété en 2002 a été confirmée par les autorités. L'organisation appelle une nouvelle fois les autorités iraniennes à respecter leurs obligations au regard du droit international et à veiller à ce que nul ne soit détenu pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression ou d'association ; elle leur demande d'imposer immédiatement un moratoire sur les exécutions et de prendre des mesures visant à supprimer la peine capitale des textes de droit iranien…

Une politique "sans base scientifique"
AFP – Téhéran, 14 juillet
Les économistes iraniens reçus jeudi par le président Mahmoud Ahmadinejad ont critiqué la politique économique de son gouvernement qui est selon eux "sans base scientifique", a rapporté samedi le quotidien Etemad Melli...


Trois exécutions à Tabriz
Agence Fars, 14 juillet
La sentence de mort a été exécutée ce matin à l’encontre de trois accusés d’homicide sur la place Pich-ghadam à Tabriz (nord ouest).


Lapidation : la Finlande convoque l'ambassadeur d'Iran
Agence de presse finnoise, 15 juillet
Le ministère des Affaires étrangères finlandais vendredi a convoqué Reza Nazarahari, l'ambassadeur iranien en Finlande, à propos de la lapidation qui s'est déroulée en Iran jeudi...
Teija Tiilikainen, la directrice politique du ministère, a dit à l'ambassadeur que ces sentences constituent une violation des accords des droits de l'Homme internationaux que l'Iran a signés. Elle a ajouté que la Finlande avait fermement condamné la lapidation et vivement recommandé à l'Iran de ne pas exécuter la deuxième sentence.


Droits de l'Homme et lapidations judiciaires en Iran
Communiqué du parti socialiste français, 17 juillet
« Les violations des droits de l’Homme en Iran atteignent des niveaux insupportables. La répression ne touche plus seulement les mouvements politiques d’opposition, des journalistes, des intellectuels, des étudiants réformistes et engagés ; mais aussi des femmes, des ouvriers, des syndicalistes et des travailleurs sociaux…
Cette politique est doublée récemment par la reprise des lapidations judiciaires, contrairement à l’engagement de ce pays qui avait décidé, en 2002, d’un moratoire sur cette pratique inadmissible à notre époque...
Le Parti socialiste réaffirme son indignation face aux violations constantes des droits de l’Homme en Iran et particulièrement la reprise des lapidations… »

Téhéran met en scène les "aveux" d'Irano-Américains



Le Figaro, 18 et AFP, 19 juillet
L'universitaire américano-iranienne, Haleh Esfandiari, détenue à la prison Evin de Téhéran depuis son arrestation en mai pour atteinte à la sécurité nationale et tentative de mener une révolution de velours contre le régime islamique, a indiqué jeudi dans une interview à la télévision [iranienne] qu'elle avait été impliquée dans un travail dont l'objectif aurait été de "déstabiliser le régime iranien"…
"Je suis arrivée à la conclusion que mon (travail) et celui d'autres personnes consistaient à créer des liens entre différentes fondations et instituts de recherche, au nom de la démocratie, en vue de doter les femmes de plus de pouvoirs et au nom du dialogue", a-t-elle déclaré.
Washington s'était déclaré "outré" par ses "révélations", évoquant des déclarations "obtenues sous la contrainte". De son côté, sa fille avait qualifié de "propagande" la diffusion télévisée des "confessions" de sa mère, dans une tribune publiée jeudi dans le Washington Post.
Mme Esfandiari est chargée du Proche-Orient au Centre international Woodrow Wilson International, dont le siège est à Washington. Elle avait été arrêtée quand elle s'était rendue en Iran pour rendre visite à sa mère malade, âgée de 93 ans.



Kian Tajbakhsh, un autre universitaire américano-iranien, détenu également depuis mai en Iran pour les mêmes motifs, a indiqué qu'il était impliqué dans la fondation du milliardaire George Soros.
Leur philosophie est "de créer une distance entre le gouvernement et le peuple iranien. Cela aurait conduit à créer une démocratie sur le modèle occidental en Iran en renforçant le pouvoir d'ONG", a-t-il précisé...

La Maison Blanche avait qualifié mercredi de "ridicules" les accusations portées à l'encontre de deux universitaires.
"Ces universitaires "n'ont pris aucune part au conflit en cours entre le gouvernement iranien et le gouvernement américain. C'est simplement ridicule de penser qu'ils puissent représenter une menace pour le régime", avait dit le porte-parole de la Maison Blanche Tony Snow.


Ahmadinejad à Damas



AFP – Damas, 19 juillet
Le président iranien s'est entretenu jeudi à Damas avec le chef du Hamas en exil Khaled Mechaal, et rencontré des dirigeants palestiniens…
Il a affirmé "son appui au dialogue interpalestinien" et son " soutien au peuple palestinien et au Hamas"…Mahmoud Ahmadinejad, dont c'est la seconde visite à Damas depuis son élection en 2005, a rencontré jeudi Bachar al-Assad, deux jours après le début de second septennat du président syrien. Le mouvement islamiste règne en maître sur la bande de Gaza depuis son coup de force le 15 juin.


Exécution à Zabol
IRNA, 19 juillet
Les responsables judiciaires de la province de Sistan-Balutchestan ont annoncé la pendaison publique d’un trafiquant de drogue jeudi à Zabol (sud est)…


Pendaisons à Khoram-Abad et Zahedan
AFP - Téhéran, 21 juillet
Un Iranien, reconnu coupable de meurtre, a été pendu en public jeudi matin (19 juillet) à Khoram-Abad (ouest).

Un autre, Naïm M., a été pendu samedi à Zahedan. Il avait été arrêté alors qu'il avait en sa possession plus de 10 kg d'héroïne.


Douze personnes pendues dimanche


AFP / IRNA, 22 juillet
Douze personnes ont été pendues dimanche matin à Téhéran, a déclaré le procureur général de Téhéran. Saïd Mortazavi précisant que ces personnes ont été pendues pour "plusieurs enlèvements, des dizaines de viols et le commerce et la vente de centaines de kg de drogue".
Quatre autres personnes ont été pendues la semaine dernière à Téhéran pour trafic de drogue.
"La peine de mort a été demandée pour 17 autres criminels pour viol, enlèvement et trafic de drogue et leurs dossiers ont été envoyés au tribunal pénal de Téhéran pour une décision finale", a précisé le procureur.


Deux détenus pendus à Hamedan



Agence Fars, 23 juillet
Deux prisonniers ont été pendus en public sur "des charges de sécurité"dans la ville Hamedan à l’ouest de l’Iran


Pendaison à Kermanchah
IRNA, 24 juillet
Les autorités judiciaires ont exécuté un homme par pendaison dans la ville de Kermanchah (ouest). Accusé de meurtre de cinq membres de sa famille, Mahmoud Aminzadeh a été pendu mardi matin en prison.


Répression drastique contre les femmes



RFI, 24 juilletA partir de ce mardi, la police iranienne va intensifier la répression contre les femmes qui ne respectent pas les règles islamiques d'habillement. Elle double ses effectifs pour lutter contre tous comportements qu’elle juge « immoraux ». Depuis la révolution islamique (1979), ces répressions sont récurrentes en Iran, surtout en été, mais c’est la première fois que les autorités promettent officiellement de les intensifier
La police va sévir contre les femmes mal voilées, qui se comportent comme des mannequins, celles qui ont des manteaux ou des pantalons trop courts ou trop moulants et des foulards trop petits », a déclaré un responsable de la police de Téhéran. « La police va aussi sévir contre les hommes qui ont des coiffures ou des vêtements à l’occidental », a-t-il ajouté. « Certains jeunes portent des vêtements avec des inscriptions des groupes sataniques occidentaux ou des groupes sexuels », a déclaré le chef de la police de Téhéran, le général Ahmad-Reza Radan.
Depuis le début de cette campagne, en avril dernier, des milliers de femmes ont reçu des avertissements et des centaines d’autres ont été interpellées, mais cette campagne n’a pas eu les effets escomptés…


Irano-Américains détenus: Téhéran annonce de nouvelles arrestations



AFP - Téhéran, 25 juillet
Le ministre iranien des Renseignements, Gholamhossein Mohseni Ejeie, a annoncé l'arrestation de plusieurs personnes ayant partie liée avec les activités des universitaires irano-américains Haleh Esfandiari et Kian Tadjbaksh, accusés de complot contre le régime iranien.
"J'espère que leurs noms et les raisons de leur arrestation seront annoncés prochainement", a déclaré M. Mohseni Ejeie, sans autre précision...


Échanges houleux entre l’Iran et les Etats-Unis
AFP, 25 juillet
Les discussions irano-américaines à Bagdad ont connu des «échanges houleux», a affirmé mardi l'ambassadeur américain à Bagdad, Ryan Crocker, évoquant plus précisément les moments où Washington a accusé l'Iran de propager le terrorisme au Moyen-Orient et d'alimenter le sectarisme en Irak...
Selon M. Crocker, les discussions se sont envenimées quand il a accusé l'Iran de fournir un soutien direct - en armes et en entraînement - aux militants extrémistes et a affirmé que Washington en possédait «la preuve»… «J'ai dit que nous n'étions pas là pour prouver quoi que ce soit devant un tribunal. Nous sommes ici pour leur faire savoir que nous sommes au courant de leurs actions et qu'il faut que cela cesse», a ajouté M. Crocker.
La tension est également montée d'un cran lorsque M. Crocker a évoqué le soutien présumé de l'Iran au terrorisme dans la région, y compris au Hezbollah et au Hamas, ce à quoi l'Iran a à nouveau «exprimé son objection»…
La rencontre de mardi entre les deux ambassadeurs était la seconde réunion de ce niveau entre les deux pays depuis la rupture de leurs relations diplomatiques en 1980, après la prise d'otages à l'ambassade des États-Unis à Téhéran.


Pendaison publique à Sari
AFP, 26 juillet
Un condamné a été publiquement exécuté par pendaison dans la ville de Sari au nord de l’Iran.


La France critique l'exécution de 12 hommes en Iran
AP, 26 juillet
Le ministère des Affaires étrangères a convoqué jeudi matin le chargé d'affaires iranien à Paris afin de lui faire part de l'"extrême préoccupation" de la France après l'exécution le 22 juillet de 12 Iraniens auxquels était notamment reprochée leur homosexualité.
"La France, qui, comme ses partenaires européens, s'oppose à la peine de mort en toutes circonstances et en tous lieux, condamne" ces mises à mort, a déclaré le ministère dans un communiqué. "La France relève avec une préoccupation particulière qu'un officiel iranien avait annoncé le 10 juillet que l'orientation sexuelle des condamnés figurait parmi les chefs d'inculpation."
Des organisations de défense des droits des homosexuels avaient reproché à la France son mutisme sur cette affaire ces derniers jours.
Paris dit avoir rappelé au diplomate iranien son "opposition à la peine de mort en toutes circonstances", son "engagement en faveur de son abolition universelle", son "attachement au respect, par les autorités iraniennes, de leur moratoire de 2002 sur les lapidations", et son "appel à ce qu'aucune autre condamnation à la lapidation ne soit exécutée".
La France s'inquiète d'autant plus que les 12 exécutions "viennent s'ajouter à la lapidation pour adultère d'un homme le 5 juillet et pourraient annoncer d'autres exécutions".


Manifestation pour les homosexuels iraniens après des exécutions
AFP - Paris, 28 juillet Une soixantaine de personnes ont manifesté samedi à Paris pour dénoncer l'exécution en Iran d'hommes pour "comportements immoraux", dont leur orientation sexuelle, et pour protester contre une menace d'expulsion pesant sur un homosexuel iranien en France...

Craintes de torture pour un prisonnier d'opinion
Amnesty International, 30 juillet
Amir Yaghoub Ali, étudiant et partisan de l'égalité des droits entre hommes et femmes, 20 ans , a été arrêté le 11 juillet à Téhéran, tandis qu'il s'efforçait d'obtenir des signatures soutenant cette campagne, dont le but est de recueillir la signature d'un million d'Iraniens en faveur de l'abrogation des lois discriminatoires à l'égard des femmes.
Depuis son arrestation, il n'a pu passer qu'un seul coup de téléphone à ses proches. Il aurait dû être libéré le 14 juillet, toutefois, il a été maintenu en détention. Le 15, il a été transféré à la section 209 de la prison d'Evin, qui est administrée par le ministère du Renseignement...


Les grandes banques allemandes cessent la plupart de leurs relations avec l’Iran
The Wall Street Journal, 31 juillet
La Deutsche Bank et la Commerzbank, les deux plus grandes banques d’Europe, annoncent qu’elles cesseront la plupart de leurs relations avec des sociétés iraniennes.
Si l'Iran perdait ces liens avec les deux banques allemandes, cela représenterait un coup dur pour le pays…
L’Iran transfère de l’argent via des comptes en euros dans ces deux établissements allemands et dépend de ceux-ci pour le financement d’opérations commerciales, selon les hauts responsables du contre-terrorisme qui scrutent le système financier mondial…


L'ayatollah Ali Meshkini meurt à 85 ans
AP, 31 juillet
L'ayatollah Ali Meshkini, l'un des membres fondateurs du régime islamique iranien et chef d'une assemblée qui contrôle le chef suprême du pays, est mort lundi. Il avait 85 ans…
L'identité du successeur de Meshkini à l'Assemblée des experts n'était pas connue dans l'immédiat...


Deux journalistes kurdes condamnés à mort
AP – Téhéran, 31 juillet
Deux journalistes de la minorité kurde iranienne ont été condamnés à mort par les autorités judiciaires, a annoncé IRNA.
Adnan Hassanpour et Hiva Boutimar ont été condamnés à l'exécution pour « espionnage »…
Qualifiés d'activistes par le pouvoir, les deux journalistes ont été arrêtés lors d'une manifestation en 2005 au Kurdistan iranien à la frontière irakienne.Plusieurs dizaines de personnes avaient été arrêtées après des émeutes lors de cette manifestation de protestation contre la mort d'un militant kurde tué par la police iranienne.

csdhi

Les Iraniennes en révolte