Situation des Femmes en Iran

Public

01 mai 2008

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Avril 2008
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr
http://femmesiraniennes.blogspot.com


Feu sur la population qui proteste la pénurie d'eau

Iran News, 1er avril


Les Forces de sécurité de l'Etat (FSE) ont ouvert le feu sur plus d'un millier de manifestants, habitants de Djozjan dans la province de Fars (sud), qui protestaient dimanche contre la pénurie d'eau. Les protestataires en colère souffrant de pénurie d'eau depuis longtemps ont bloqué la route principale qui relie Chiraz à Bandar Abbas (sud). Ils scandaient des slogans contre les dirigeants du régime et ses responsables. «Nous n'avons pas d'eau potable et les autorités ne font rien », «Nous voulons de l'eau », criaient-ils.

Craintes d'exécutions de quatre mineurs délinquants
Action Urgente - Amnesty International, 3 avril


Condamnés à mort pour homicide, Naser Qasemi, 23 ans, Mohammad Reza Haddadi, 18 ans et Reza Hejazi, 19 ans attendent tous trois en prison d'être exécutés.
La peine de mort prononcée contre Iman Hashemi, 18 ans, également pour homicide, sera certainement approuvée de façon imminente.
Ces quatre jeunes hommes étaient tous âgés de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés. Ils risquent d'être pendus d'un moment à l'autre. Au stade actuel de la procédure, le chef des autorités judiciaires dispose du pouvoir de leur accorder un sursis…


En Iran, on vend son rein pour 3.000 €
La Croix, 4 avril
Le commerce d'organes est organisé en Iran où il est souvent vécu comme un don religieux. À l'échelle planétaire, le « tourisme de transplantation » semble en recul…
Au siège la Fondation pour les malades du rein à Téhéran se règlent environ 2.000 transplantations chaque année.
La Fondation met en lien des malades et des donneurs qui pour la plupart ne se connaissent pas, ils négocient un tarif autour de 3.000 euros, un an et demi du salaire minimum.
L’État paie un quart de la somme, le reste est à la charge de la Fondation et du receveur. Ici on refuse de parler de «vente »…



Appel d’une femme dans le couloir de la mort
saveakram.blogspot.com, 4 avril


Akram Mahdavi, 32 ans, mère d’une jeune fille de 17 ans, a été accusée d’homicide sur la personne de son mari de 74 ans. Cela fait quatre ans et demi qu’elle est incarcérée à la terrible prison d’Evin à Téhéran.
Elle a été condamnée à mort et son verdict envoyé au service de l’application des peines. Elle devrait être exécutée ce mois-ci. La famille de son mari exige le paiement du prix du sang, mais les proches d’Akram ne sont pas en mesure de rassembler la somme exorbitante que la famille réclame.
Dans une lettre diffusée sur le net par son avocat, elle demande qu’on l’aide à payer cette somme qui lui sauvera la vie. Dans son appel au secours elle déclare : Aidez-moi pour ma fille qui a besoin de sa mère et qui n’a plus aucun espoir dans ce monde.


A la chasse des « mal-voilées » à Machad
IRNA, 4 avril
Seyed Ahmad Alam-al-Hoda, l'imam de la prière du vendredi de Machad (nord est) a appelé à la chasse de ceux qui commettent des infractions au code vestimentaire...
"Etre mal-voilé est à la racine de beaucoup d'autres comportements criminels dans la société", a-t-il lancé.
Dans sa conclusion, Alam-al-Hoda a menacé les forces de sécurité de mesures légales s'ils ne réprimaient pas les contrevenants comme il le fallait…


Des femmes irakiennes témoignent
RFI-journal du Moyen-Orient, 4 avril


Elles sont 4 irakiennes invitées par un groupe parlementaire français à Paris. Elles ont décrit, dans l'enceinte de l'Assemblée nationale devant quelques députés, comment l'Iran, selon elles, interféreraient dans les affaires irakiennes.
Toufik Benaichouch les a rencontrées. Il a d'abord interrogé Hala, c'est un nom d'emprunt. À la seule évocation de ce qu'elle a vécu, elle en tremblait encore. Elle a demandé de préserver son anonymat. Je vous propose de l'écouter : « Nous conduisions moi et mon mari avec notre enfant de trois ans de Bagdad à Baquba. Il y avait un faux check-point et les milices pro-iraniennes chiites nous ont demandé nos identités. Lorsqu'ils se sont aperçus que mon mari était sunnite, ils l’ont fait descendre, à peine dix mètres éloignés de nous, et l’ont tué devant mes yeux et ceux de mon enfant de trois ans, qui a toujours gardé cette trace depuis 2003. »
Un millier de récepteurs satellites confisqués
La télévision d'Etat, 5 avril
Un millier de récepteurs satellites ont été saisis par les Forces de sécurité de l'Etat (FSE) dans un camion qui se rendait à Karadj (ouest de Téhéran).
« Les récepteurs arrivaient d'une ville de l'ouest et étaient destinés au quartier Chahriar de Karadj », a ajouté la télévision en citant Mohammad Hossein Karimi, le chef des FSE de Karadj.


Deux féministes kurdes toujours en prison
Bulletin d’AmirKabir, 6 avril
Dans un communiqué publié hier par l’Organisation de défense des droits de l’Homme de Kurdistan, 500 activistes protestent le maintien en détention de Ronak Safa-Zadeh et Hana Abdi demandent la libération immédiate et sans condition de ces deux militantes féministes en prison depuis 7 mois...


1/3 des prisonnières à Téhéran sont mineures
IWNA, 7 avril
Le directeur général des prisons de la province de Téhéran, Sohrab Soleimani, a déclaré que 34,2% de la population carcérale féminine de Téhéran ont moins de 18 ans…


L'Iran installe 6.000 nouvelles centrifugeuses
AP, 9 avril
L'Iran a commencé à installer 6.000 nouvelles centrifugeuses dans son usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, a annoncé mardi la télévision d'Etat, citant le président Mahmoud Ahmadinejad.
L'Iran a déjà mis en route quelque 3.000 centrifugeuses à Natanz, et cette annonce représente une nouvelle provocation à l'égard de la communauté internationale, qui négocie un arrêt du programme nucléaire iranien


5000 ouvriers reprennent la grève à Chouch
CNRI, 9 avril


5 000 ouvriers ont débrayé en signe de protestation à l'usine de canne à sucre de Chouch, dans le sud de l'Iran, mardi 9 avril. Les ouvriers ont entamé une grève quand leur accord salarial passé avec la direction en février dernier n'a pas été honoré. Tous les employés ont participé à cette dernière protestation, y compris des ouvriers de la production et des sections de la récolte de la canne.

Pendaison à Semnan
IRNA/AFP, 9 avril
Un homme de 31 ans, identifié par les seules initiales P. P. a été pendu dans la prison de la ville de Semnan (nord-est).
Il avait été reconnu coupable d'avoir poignardé à mort un bijoutier.


Pendaison à Arak
Iran News, 9 avril


Reconnu coupable de meurtre, Mahmoud Amiri-Siavashani a été pendu samedi à Arak près de Téhéran.


Ahmadinejad : «L'Iran ira jusqu'au bout pour "éliminer la direction corrompue du monde»
Agence Fars/AFP, 10 avril
Le président iranien a lancé une nouvelle diatribe contre les puissances occidentales en affirmant que l'Iran ira jusqu'au bout pour "éliminer la direction corrompue du monde"...
Le président Ahmadinejad a affirmé mercredi que l'Iran ne cèderait pas sur le nucléaire malgré les menaces de nouvelles sanctions internationales évoquées par Paris et Washington, au lendemain de l'annonce de l'installation de 6.000 centrifugeuses supplémentaires...


Ahmadinejad limoge ses ministres de l'économie et de l'intérieur
Le Monde, 11 Avril
Le président iranien a limogé mercredi les ministres de l'économie et de l'intérieur, Danesh Jafari et Pour Mohammadi. Ce qui est interprété à Téhéran comme un nouveau signe de désaccord au sein du gouvernement, en particulier sur la politique économique, inflationniste.
Depuis son élection en 2005, M. Ahmadinejad a remplacé cinq ministres, dont ceux du pétrole et de l'industrie, le président de la Banque centrale, le responsable de l'organisation du Plan et du budget. Ce mini remaniement intervient peu avant le second tour des législatives, le 25 avril...


Deux « rebelles » pendus à Zahedan
Site Tabnak/AFP, 11 avril
Deux hommes, identifiés étant Abdol-Qodus M. et Mohammad Youssef S., ont été exécutés mercredi dans une prison à Zahedan (sud-est)
Ils avaient été arrêtés le 13 décembre avec onze autres militants lors de heurts armés avec des forces de sécurité. Le tribunal révolutionnaire les a qualifiés de membres du "groupe terroriste" Joundallah. Le groupe, qui affirme défendre les droits de la minorité baloutche de confession sunnite dans le sud-est, a été accusé par les autorités d'une série d'attaques contre les forces de l'ordre...


L’épouse d’un activiste azeri arrêtée
APA, 12 avril


Rugayya, femme de l’activiste azerbaïdjanais Abbas Lesani est arrêtée… Les agents du renseignement ont fait une perquisition chez Rugayya, ont confisqué son ordinateur et l’ont arrêtée suite à ses publications sur l’enquête et les pressions contre son mari.
Accusé d’avoir organisé des manifestations du mai 2006, Abbas Lesani est incarcéré pour une période de 18 mois et est toujours détenu en prison de la ville de Yazd (centre).
Sa femme est arrêtée par les forces de l’ordre, suite à son appel aux organisations internationales. Elle a été délibérée 12 heures plus tard.


Protestation contre la détention d'une féministe
Quotidien Sarmayeh/AFP, 12 avril


Quelques 600 activistes féministes et défenseurs des droits civiques iraniens ont protesté, dans une lettre ouverte, contre l'arrestation de la féministe Kadijeh Moghadam.
Dans leur lettre de protestation, ils demandent "la libération immédiate de Kadijeh Moghadam", âgée de 56 ans, qui est membre active de l'Association des femmes pour la lutte contre la pollution de l'environnement.
Selon cette lettre, Moghadam a collaboré ces dernières années avec la mairie de Téhéran pour le plan de ramassage des ordures ou pour empêcher la destruction des forêts de la région de Téhéran et du nord de l'Iran.
Elle a été arrêtée le 8 avril pour "action contre la sécurité nationale" et "trouble de l'ordre public" et une caution d'un milliard de rials (71.500 euros) a été fixée pour sa libération...


Explosion à Chiraz, Téhéran privilégie l'accident
Reuters -Téhéran, 13 avril
Les autorités iraniennes ont écarté dimanche la thèse de l'attentat dans l'explosion qui a fait la veille 12 morts dans une mosquée bondée de Chiraz (sud).
Dans un premier temps, les médias avaient fait état de l'explosion d'une bombe, samedi soir, qui a également fait près de 200 blessés…
Ces toutes dernières années, l'Iran a été le théâtre d'attentats à la bombe isolés, principalement dans le Sud. En février, 65 hommes ont été arrêtés après un attentat ayant coûté la vie à onze Gardiens de la révolution à Zahedan (sud).
Le 24 janvier, huit personnes avaient été tuées dans des attentats à la bombe à Ahvaz, ville pétrolière du sud-ouest proche de la frontière irakienne.


Nouvelle peine de mort pour un militant Kurde
AFP, 13 avril
Un tribunal révolutionnaire de Marivan (ouest) a condamné à mort pour la deuxième fois Hivar Botimar après l'annulation du premier verdict par la Cour suprême et l'ordre de tenir un nouveau procès. Le tribunal a jugé ce membre d'une ONG pour la protection de l'environnement, âgé de 31 ans, coupable d'être un "moharebeh", -ennemi de Dieu-, et de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), basé en Turquie…


Deux hommes pendus à Sari
IRNA/AFP, 13 avril
Deux condamnés, identifiés par leurs seules initiales H.H. et R.Sh. ont été pendus samedi dans la prison de Sari (nord) pour l'enlèvement d'un industriel, qu'ils avaient abattu de dix balles dans la tête quand la police était intervenue pour le libérer.


Arrestation dans une soirée de 67 filles et garçons
Quotidien Jomhouri Eslami, 14 avril
Les agents de police de Velenjak (nord de Téhéran) ont procédé à l’arrestation de 31 filles et 36 garçons dans une soirée et découvert quelques bouteilles d’alcool. Les adolescents ont été transférés au bureau de la protection des mœurs et une instruction policière a été ouverte.


Un homme pendu à Gonbad Kavoos
AFP, 15 avril
Un homme condamné pour meurtre a été pendu mardi à Gonbad Kavoos (nord), a rapporté la télévision d'Etat sur son site internet.
Le condamné, identifié comme "Abdollah A.", avait été reconnu coupable d'avoir poignardé à mort Abdolkarim Yazdanpanah. Il a été pendu dans la prison de la ville, a précisé la télévision d'Etat, sans plus de détail.


24 exécutions par semaine en 2007
Amnesty International - Rapport 2007, 15 avril


Amnesty International a indiqué mardi dans son rapport annuel sur la peine de mort dans le monde qu'en Iran au moins 317 personnes avaient été exécutées en 2007.
Selon les chiffres d'Amnesty International, plus d'un quart de 1252 exécutions connues dans le monde ont été effectuées par le régime iranien.
L'Iran sous le régime des mollahs est un des trois pays à avoir exécuté des enfants de moins de 18 ans, violant le droit international.
Selon le rapport d’Amnesty, le plus jeune exécuté au monde était un enfant de 13 ans, mis à mort par le régime des mollahs en avril 2007. En Iran au moins un homme a été lapidé, précise Amnesty.


Une étudiante condamnée à deux ans de prison
Radio Farda, 15 avril
Zeinab Peyghanbar-Zadeh, étudiante de l’université de Téhéran et militante des droits des femmes, a été condamnée à deux ans d’emprisonnement pour avoir participé à un rassemblement « non autorisé » devant le tribunal révolutionnaire et une campagne de signature…

Trois détenus exécutés à Ispahan
Agence Fars, 16 avril
Un homme reconnu coupable du viol et deux autres de trafic de drogue ont été pendus dans l’enceinte de la prison de Dastgerd d’Ispahan (centre).
Gholam Rahimi, 60 ans, a été exécuté mardi pour le viol d'un garçon de dix ans en 2006, selon le journal Teheran Emrouz. Deux autres, identifiés étant Esmaïl Panjehpour, 35 ans, et Rassoul Mohammadi, 45 ans, ont été pendus pour trafic de drogue et détention d'armes.


Le porte-parole du gouvernement démissionne
AFP, 16 avril
Le porte-parole du gouvernement Gholam Hossein Elham, sous le coup de nombreuses critiques, a offert sa démission au président Mahmoud Ahmadinejad, sur fond de confusion autour d'un éventuel remaniement ministériel…


Menaces de mort contre Shirin Ebadi
Le Monde, 16 Avril
La lauréate du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi a affirmé, lundi 14 avril, avoir reçu des menaces de mort contenues dans des lettres laissées à la porte de son bureau à Téhéran, l'avertissant de « tenir sa langue » sinon sa mort serait « proche ».
Impliquée dans la défense des affaires sensibles en Iran, Ebadi a déjà été menacée en 2006. L'enquête qu'elle a réclamée n'a pas abouti. Selon un de ses proches, les menaces se sont amplifiées récemment, surtout depuis que l'avocate a dénoncé le manque « d'équité et de liberté » au premier tour des élections législatives, le 14 mars.


A la chasse des employées "mal voilées" des entreprises
Agence Mehr/AFP, 17 avril


La police va s'en prendre aux employées "mal voilées" des sociétés privées, ainsi que des cafés et restaurants, pour mieux faire respecter le port du voile islamique, a annoncé le chef de la police de Téhéran.
"Dans le cadre de sa campagne de moralisation, la police de la capitale va bientôt agir contre le mauvais port du voile dans les entreprises privées, les cafés, les cybercafés et les restaurants et agira durement contre celles qui ne respectent pas la loi", a déclaré le général Ahmad Reza Radan.
Ce qui signifie que les policiers pourront entrer dans les sociétés privées pour contrôler le respect du port du voile.


Six mois de prison et 10 coups de fouet avec sursis pour deux féministes
Quotidien Etemad Melli /Iran Press, 21 avril
Nahid Jafari et Nasrin Afzali, militante féministe et journaliste ont été condamnées à une peine de six mois de prison et 10 coups de fouet avec sursis pour "trouble à l'ordre public".
Reconnue coupables de "trouble à l'ordre public pour avoir participé à un rassemblement en mars 2007 devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran", qui devait juger d'autres féministes.
Afzali est aussi membre du Bureau de consolidation de l'unité, une organisation réformiste étudiante.
Les autorités iraniennes ont arrêté ces derniers temps plusieurs militantes féministes, dont certaines sont toujours en prison.


Quatre hommes pendus à Kerman
IRNA/AFP, 21 avril
Quatre trafiquants de drogue dont les identités n’ont pas été révélées ont été pendus à Kerman (sud).


Pendaison à Ispahan
Agence Fars/AFP, 22 avril
Un Iranien reconnu coupable de meurtre a été pendu mardi dans la prison centrale d'Ispahan (centre).
Le condamné, identifié comme étant Hassan M., avait poignardé à mort un dénommé Mostafa il y a trois ans dans des collines proches d'Ispahan.


Les adeptes de la conduite à risque encourent le fouet
Quotidien Kayhan/AFP, 22 avril


Les conducteurs iraniens reconnus coupables de comportement dangereux seront punis de 74 coups de fouet ou de plusieurs mois de prison, a annoncé mardi le chef de la police de la route.
"Les conducteurs commettant des actes dangereux seront envoyés au tribunal pour trouble à l'ordre public et il pourra les punir de trois mois de prison ou 74 coups de fouet", a dit Mohammad Rouyanian.
Les conducteurs coupables d'infraction au code de la route étaient jusqu'ici passibles uniquement d'amendes, d'un retrait de leur permis ou de la confiscation de leur véhicule.
Les routes iraniennes sont réputées particulièrement dangereuses, avec au moins 100.000 morts sur les cinq dernières années.

Malgré une présence assez forte de la police de la route, et une large utilisation de radars pour contrôler la vitesse, de nombreux automobilistes roulent bien au-delà des limites autorisées, en effectuant des manoeuvres risquées.
Les peines de coup de fouet sont prévues par la loi islamique pour une série de délits et de crimes comme le vol et l'adultère…




Des étudiants manifestent contre la détention de trois des leurs
AFP/ Agence Fars, 22 avril
Des étudiants iraniens de l'université Amir Kabir à Téhéran ont manifesté mardi contre la détention de trois de leurs collègues récemment condamnés à la prison.
Les étudiants ont protesté contre les peines de 22 à 30 mois de prison ferme infligées récemment à Ehsan Mansouri, Majid Tavakoli et Ahmad Ghassaban, pour insultes contre l'islam.
Les manifestants ont brandi des panneaux demandant leur libération, et d'autres où était écrit "mort au dictateur", dans une référence au président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.
Ils ont aussi crié des slogans contre le ministère des Renseignements, et accusé le président d'être "responsable de la corruption dans la société".
Ils se sont aussi frottés aux gardes de l'université dans de brèves échauffourées...


Cinq condamnés pendus à Evin
Agence Fars/AFP, 23 avril
Cinq Iraniens reconnus coupables de meurtre ont été pendus mercredi dans la prison d'Evin dans le nord de Téhéran.
Les meurtriers, identifiés par leur prénom, Hamid 29 ans, Esfandiar, 35 ans, Mohammad, 40 ans, Mohammad, 32 ans, Ahmad 38 ans , avaient été condamnés pour avoir tué différentes personnes.


Paris appelle Téhéran à respecter le droit des femmes
AFP, 24 avril


La France a appelé jeudi l'Iran à se conformer à ses obligations internationales "en respectant le droit des femmes à exprimer leurs opinions" après la condamnation à Téhéran d'une troisième activiste féministe...


Des eurodéputés demandent à la France d'être ferme avec l'Iran
Reuters - Strasbourg, 24 avril
Des parlementaires européens ont interpellé Nicolas Sarkozy à Strasbourg pour lui demander de mettre en pratique le langage de fermeté qu'il prône vis-à-vis de l'Iran quand la France présidera, au second semestre 2008, le conseil de l'Union européenne.
"Je dis à la présidence française: il ne s'agit pas seulement de parler dur et ferme. Il faut le traduire en pratique", a affirmé lors d'un colloque Struan Stevenson, eurodéputé conservateur britannique qui co-préside l'intergroupe des Amis d'un Iran libre au parlement européen…
"Je crois qu'il existe un consensus sur la menace posée par le régime iranien", a ajouté l'Espagnol Alejo Vidal Quadras, vice-président PPE (Parti populaire européen) du parlement européen en prônant "un changement de régime mené par le peuple iranien et sa résistance".

"Contrairement au passé, la France a adopté une politique de fermeté vis-à-vis du régime des mollahs», a souligné à son tour Maryam Radjavi, invitée à la réunion. "Cette fermeté ne peut être prise au sérieux qu'en reconnaissant la Résistance du peuple iranien", a-t-elle ajouté.


L'opposition iranienne, en exil, qualifie les élections en Iran de farce
EuroNews, 25 avril
Suite aux élections législatives en Iran, Maryam Radjavi, présidente en exil du Conseil de la Résistance iranienne, a déclaré au micro d'EuroNews que, "Dans une dictature religieuse, les élections au parlement n'ont pas de sens. Khamenei et Ahmadinejad ont préparé toutes choses pour former un parlement totalement en faveur de leurs orientations, c'est à dire pour obtenir la bombe atomique".


Journées culturelles franco iraniennes à Conflans
AFIF, 26 avril
Pour la troisième année consécutive, les « journées culturelles franco-iraniennes » tenues le 25 et 26 avril à la salle des fêtes à Conflans Sainte Honorine ont attiré beaucoup de visiteurs.
Ces deux journées ont été organisées par les associations « Femmes solidaires », « ADCALI » et « Femmes Iraniennes en France » dans le but de mettre en avant l’art et la civilisation d’Iran et de célebrer la fête ancestrale de « Norouz », le nouvel an iranien.


Cinq morts dans des affrontements suite aux législatives
AFP, 27 avril
Des affrontements à la suite de rumeurs sur une manipulation des résultats des législatives dans une circonscription d'Ilam (ouest) ont fait entre un et cinq morts vendredi.
Selon le député local, Dariush Ghanbari, réélu au deuxième tour qui s'est tenu vendredi, ses partisans se sont rassemblés devant la préfecture à la suite de rumeurs faisant état d'une modification des résultats en faveur d'un rival.
"A la suite de ces rumeurs, mes partisans se sont rassemblés devant la préfecture et, à cause de la faiblesse des responsables locaux, cinq personnes ont été tuées et 30 autres blessées", a déclaré M. Ghanbari au quotidien modéré Kargozaran, sans préciser la nature des affrontements et la façon dont les victimes ont été tuées...


Deux trafiquants pendus à Qom
Agence Fars/AFP, 27 avril


Deux trafiquants de drogue ont été pendus dimanche dans la ville sainte de Qom (centre). Les deux trafiquants, identifiés comme M. N., 47 ans et Gh. A., 56 ans, avaient été arrêtés à plusieurs reprises pour trafic de drogue. Ils ont été pendus à la prison de la ville.


Le procureur alarmé par "l'assaut" de Barbie, Spider Man, Harry Potter
ISNA/AFP, 27 avril
Le procureur général iranien, l'hodjatoleslam Ghorban Ali Dori-Nadjafabadi s'est inquiété dans une lettre de "l'assaut" des jouets Barbie, Spider Man et Harry Potter en Iran.
"L'importation incontrôlée de jouets, souvent en contrebande, a des effets culturels et sociaux néfastes", écrit il dans une lettre au vice-président iranien, en lui demandant des mesures pour "protéger la culture islamique et les valeurs de la révolution"…

La poupée Barbie avait fait l'objet de descentes de police dans des magasins il y a deux ans. Les vendeurs avaient été obligés de masquer leurs formes à la vue de la clientèle à l'aide d'autocollants noirs sur les paquets.

L'Iran a également lancé il y a quelques années les poupées Sara et Dara pour lutter contre l'influence occidentale. Mais elles n'ont pas encore réussi à détrôner l'icône des petites filles.


Le ministre iranien de la Culture encourage les écrivains à l'autocensure
AFP, 28 avril
Le ministre iranien de la Culture a engagé lundi les écrivains et éditeurs à s'autocensurer pour obtenir l'autorisation de paraître dans la République islamique, qui a durci sa politique dans ce domaine.
"Vous êtes conscients des règles pour la parution, alors censurez les pages susceptibles de créer un problème", a dit Mohammad Hossein Safar-Harandi, dans une conférence de presse.


L’interdiction d'un quotidien
ISNA/AFP, 28 avril
La commission de la surveillance de la presse, contrôlée par les conservateurs, a ordonné au quotidien réformateur Hambasteghi de cesser sa parution…

En mars dernier, les autorités iraniennes ont interdit neuf périodiques pour publication de photographies d'"actrices corrompues étrangères", et d'articles "contraires à la morale".
La presse iranienne fait de plus en plus l'objet de restrictions de la part du pouvoir depuis l'élection du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad en juin 2005.

En juillet 2007, le pouvoir a interdit définitivement le quotidien Mosharekat, organe du Front de la participation (réformateur), et suspendu le grand quotidien modéré Ham Mihan…

Un journaliste interpellé et un hebdomadaire suspendu
Reporters sans frontière, 29 avril
Le 13 avril 2008, Masoud Rafai Taleghani, du quotidien Farhangh Ashati, a été arrêté à son domicile puis transféré vers un lieu inconnu. Une semaine plus tard, le 19 avril 2008, l’hebdomadaire Paygam Borujerd a été suspendu suite à une plainte du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. Enfin, le 28 avril, la Commission de surveillance de la presse a ordonné la fermeture du quotidien réformateur Hambasteghi…
Depuis 2000, plus de 150 journaux ont été fermés en Iran. Dix journalistes sont actuellement incarcérés dans le pays, considéré comme la plus grande prison du Moyen-Orient pour les professionnels des médias.


Fugues et disparitions des filles en hausse
ISNA, 30 avril
Le chef de la police de la province de Khuzistan (sud) déclare que 75% des personnes portées disparus dans cette province sont des filles…
Entre 15 à 20 ans, elles sont de plus en plus nombreuses à fuir souvent leur foyer et tombent entre les mains des trafiquants, sont violées ou tuées…


Grève de la faim dans une université de Tabriz
Quotidien Etemad/AFP, 30 avril
Des étudiants de l'université technique Sahand de Tabriz (nord-ouest) sont en grève de la faim depuis plusieurs jours pour protester contre les mesures disciplinaires et les restrictions imposées dans leur établissement.
Le mouvement de protestation a commencé la semaine dernière et "17 étudiants ont été hospitalisés après trois jours de grève de la faim", selon le communiqué des manifestants


Pendaison de deux trafiquants de drogue à Qom
Agence Fars /AFP, 30 avril
Deux trafiquants de drogue ont été pendus mercredi dans la ville de Qom (centre). Les deux hommes, identifiés par les initiales A.M. et K.N., avaient été arrêtés en flagrant délit en pleine rue en novembre 2006.
"A la suite de leur arrestation, quelque 360 grammes d'héroïne ont été découverts à leurs domiciles", a indiqué le bureau du procureur de Qom.
Les deux dernières exécutions portent à au moins 74 le nombre d'exécutions en Iran depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP établi à partir d'informations de presse.

csdhi

Les Iraniennes en révolte