Situation des Femmes en Iran

Public

09 juin 2008

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Mai 2008
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 57 84

Premier mai, journée de répression



Solidarité Ouvrière/CNRI, 1er mai
Des rassemblements pacifiques organisés à l’occasion de la fête du travail du premier mai ont été réprimés par les autorités dans diverses localités iraniennes. Une fois encore, de nombreux syndicalistes ont été arrêtés et des rassemblements dispersés…
Shays Amani, arrêté le 23 avril, fait partie des fondateurs du Syndicat national des travailleurs licenciés et sans emploi (NUDUW) et est un ancien dirigeant du syndicat de l’usine Kurdistan Textile Company.



Le jour du premier mai, diverses arrestations et autres actes de harcèlement ont été rapportés aux quatre coins du pays…
A Téhéran, où les festivités du premier mai ont démarré dès le 25 avril, les forces de l’ordre et la police ont bloqué l’accès au parc de Chitgar et dispersé les participants. Le parc a été cerné par un barrage formé par un millier d’agents de sécurité. Les travailleuses et travailleurs ont néanmoins réussi à rejoindre le parc Jahan-Nama, où ils ont poursuivi leurs festivités...



Plusieurs féministes condamnées


Quotidien Kargozaran /AFP, 2 mai
Une quatrième militante féministe, Rezvan Moghadam, a été condamnée à une peine avec sursis de six mois de prison et 10 coups de fouet par le tribunal révolutionnaire de Téhéran.
Cette peine est assortie d'un sursis de trois ans.
Rezvan Moghadam a été arrêtée en mars 2007 en compagnie de 32 autres militantes des droits des femmes devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran, où devaient être jugées cinq féministes pour avoir participé à un rassemblement en juin 2006.
La nature exacte des chefs d'accusation retenus contre Mme Moghadam n'a pas été précisée.
Auparavant, le tribunal avait condamné Nahid Jafari et Nasrin Afzali et Marzieh Mortazi Langueroudi, trois autres militantes féministes, à des peines identiques.
Mme Afzali avait été reconnue coupable de "trouble à l'ordre public" pour avoir manifesté devant le tribunal révolutionnaire, avait alors affirmé son avocat au quotidien iranien Etemad Melli.
Les activistes iraniennes ont lancé une campagne de collecte d'un million de signatures pour demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.

Quotidien Etemad /AFP, 3 mai
Une militante pour les droits des femmes, Parvin Ardalan, 41 ans, a été condamnée à une peine de deux à trois ans de prison avec sursis…
La République islamique a exercé de fortes pressions sur les porte-voix du mouvement féministe et arrêté ces derniers mois plusieurs activistes…



Moscou invite Téhéran à voir les avantages qu'il a à négocier
AFP, 3 mai
La Russie a assuré samedi que les six grandes puissances impliquées dans les discussions sur le programme nucléaire iranien ne demandaient à Téhéran que de suspendre l'enrichissement d'uranium pour la durée des négociations, invitant l'Iran à en voir les avantages…

La Russie, qui construit la première centrale nucléaire iranienne à Bouchehr, dans le sud du pays, adopte généralement à l'égard de Téhéran une position plus souple que les Etats-Unis. Elle lui a fourni en décembre et janvier de l'uranium enrichi pour l'usine de Bouchehr, dans l'intention de le convaincre qu'il n'avait pas besoin de l'enrichir lui-même.


Inflation
AFP- Teheran, 4 mai
Le taux d'inflation a atteint 19,1% en Iran sur les douze mois précédant le 19 avril 2008, soit une forte accélération au cours des derniers mois…
Cette inflation, plus forte dans les zones urbaines, est le fruit d'une injection massive dans le circuit économique de fonds publics, rendue possible par la hausse des revenus de la vente du pétrole...

Selon les experts, l'inflation devrait encore s'accélérer au cours des prochains mois. Certains spécialistes estiment que le chiffre officiel de l'inflation est en dessous de la réalité et que ce taux dépasse en fait les 25%.



Douze pendaisons
AFP, 5 mai
Neuf trafiquants ont été pendus, dont un en public, à Bojnourd (nord-est), a publié le quotidien Kayhan, sans préciser la date de ces exécutions.
Selon la déclaration du procureur général de Bojnourd, 80 trafiquants ont été condamnés à mort, a rapporté l’agence Fars.

Le quotidien Qods a par ailleurs fait part de la pendaison de trois violeurs à Ahvaz (sud).



49 personnes arrêtées pour « infraction morale »
Quotidien Djomhouri-Eslami, 5 mai
Dimanche, 49 hommes et femmes ont été arrêtés pour infraction morale et non respect du code vestimentaire à Hamadan (ouest).
L'information a été diffusée par les Forces de sécurité de l'Etat (FSE) dans la province occidentale de Hamadan.



La pauvreté
Quotidiens Jomhouri et Sarmayeh, 6 mai
Selon les statistiques officielles, 15 millions Iraniens vivent sous le seuil de la pauvreté...



Les « cyberféministes » menacés
RSF, 6 mai
Reporters sans frontières demande aux autorités de cesser la répression qu’elles exercent à l’encontre des responsables de publications défendant les droits des femmes en Iran…
« Pour les cyberféministes, Internet est le seul moyen pour revendiquer leurs droits. Elles sont devenues une cible facile et font l’objet d’un véritable harcèlement. Les sites Internet auxquels elles contribuent sont régulièrement bloqués. Nous demandons aux autorités de cesser cette répression systématique envers les cyberféministes », a déclaré l’organisation…

L’Iran figure sur la liste des Ennemis d’Internet établie par Reporters sans frontières. Il est le pays du Moyen-Orient le plus répressif à l’encontre des blogueurs. En 2007, plus de dix d’entre eux ont été interpellés en raison des articles qu’ils rédigeaient sur Internet.
L’Iran occupe la 166e place du classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières.



L'UE appelle à suspendre l'exécution d'enfants mineurs
Union Européenne, 6 mai
L'Union européenne a appelé dimanche le régime iranien à de ne pas exécuter Behnoud Choja'i, un jeune de 20 ans condamné à mort pour un délit commis quand il était mineur…
La présidence de l'UE a de nouveau appelé le régime iranien à cesser immédiatement toutes les exécutions et à appliquer un moratoire sur les exécutions, en vue de l’abolition de la peine de mort, comme demande la résolution de l'assemblée générale des Nations unies adoptée en décembre 2007.

L’UE note que ces condamnations à mort prononcées à l’encontre de mineurs constituent une violation flagrante des obligations et engagements internationaux de la République islamique d’Iran, expressément énoncés dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et dans la Convention relative aux droits de l’enfant, qui tous deux interdisent clairement l’exécution de mineurs ou de personnes condamnées pour des crimes commis alors qu’elles étaient mineures.


Le gouvernement britannique perd un appel contre les Moudjahidine du peuple


AFP, 7 mai
Un recours du gouvernement britannique contre la décision de retirer l'Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) de la liste des organisations terroristes, a été rejeté mercredi par la Cour d'appel de Londres.
La Cour a jugé que la ministre de l'Intérieur Jacqui Smith "n'avait pas de fondement solide" pour affirmer que la Commission d'appel pour les organisations interdites avait fait une erreur en rayant les Moudjahidine de cette liste noire.
La Commission d'appel pour les organisations interdites (POAC), un tribunal chargé de se prononcer en cas de contestation concernant la présence de groupes sur cette liste, avait jugé le 30 novembre 2007 "déraisonnable" de maintenir l'OMPI dans le "Terrorist Act".
Cette commission a confirmé cette décision en appel en décembre 2007.
Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a qualifié ce jugement de "victoire de la justice et des valeurs humaines" dans un communiqué.
Elle a appelé le Royaume-Uni à appliquer cette décision de justice en rayant l'OMPI de la liste britannique des organisations terroristes et à lever toutes les restrictions liées...



Plus de 9 millions d'analphabètes en Iran, soit 13% de la population
Quotidien Kayhan / AFP, 7 mai
L'Iran compte plus de neuf millions d'analphabètes sur une population de 70 millions d'habitants, soit environ 13%, selon l'organisme public pour l'alphabétisation.
"Il y a 9,45 millions d'analphabètes complets dans le pays", a dit le vice-directeur de l'Organisation du mouvement pour l'alphabétisation, Parviz Kosari.
L'organisation a été créée après la révolution islamique de 1979 pour atteindre les franges de la population laissées pour compte par le système éducatif.

"Le taux le plus élevé d'analphabétisation se trouve dans la province du Sistan-Balouchestan (sud-est), et le taux d'alphabétisation le plus haut est dans celle de Téhéran", a ajouté M. Kosari.

La province du Sistan-Balouchestan, qui borde l'Afghanistan et le Pakistan, est l'une des plus pauvres du pays.
Selon M. Kosari, la cible de son organisation "consiste en des femmes pour environ 85%, et des villageois pour 53%".
Ceci étant, il a expliqué que les femmes étaient plus motivées pour apprendre à lire et écrire que les hommes, qui ont pour priorité de travailler pour des raisons de subsistance.



Ahmadinejad qualifie le régime israélien de «cadavre puant»


Télévision d’Etat /AFP, 8 mai
Le président iranien a qualifié le «régime imposteur et usurpateur d'Israël» de «cadavre puant», à l'évocation du 60e anniversaire de la création de l'Etat hébreu.
«Ceux qui pensent qu'en organisant une fête d'anniversaire ils pourront faire revivre le cadavre puant du régime imposteur et usurpateur d'Israël se trompent. Et les noms des participants à ces cérémonies seront inscrits parmi les criminels sionistes», a déclaré le président Ahmadinejad...
«Aujourd'hui, la philosophie de l'existence même du régime sioniste est remise en cause et le régime usurpateur et imposteur est sur la pente de l'anéantissement», a ajouté M. Ahmadinejad, qui a aussi qualifié Israël de «rat mort en bout de course».
Mahmoud Ahmadinejad, qui s'exprimait devant les députés conservateurs du futur Parlement, a dénoncé les cérémonies de célébration de cet anniversaire, auxquelles sont conviés de nombreux dirigeants étrangers.
«Si certains croient qu'en se réunissant ensemble, ils pourront changer la donne dans les affaires mondiales, ils se trompent car les peuples vont les enterrer», a-t-il dit.
Depuis son élection en 2005, le président Ahmadinejad a répété à plusieurs reprises qu'Israël était condamné à disparaître.



Quatre hommes pendus à Evin


Quotidien Etemad Melli / AFP, 8 mai
Accusés d'homicide, quatre hommes ont été pendus dans la prison d'Evin de Téhéran.
Ils ont été identifiés uniquement par leurs prénoms : Hassan, Jalal, Mahdi et Majid.


Protestation de familles d'ouvriers emprisonnés à Bouchehr
Journal Dast-Ranj, 11 mai
Des familles d'ouvriers emprisonnés, arrêtés lors de la journée internationale du travail à Assalouyeh, se sont installées sur la place principale de la ville de Bouchehr (sud) pour protester.
Cela fait plusieurs jours que ces familles s’y sont installées pour exiger rendre visite aux ouvriers détenus, mais aucune suite n’a été donnée par les autorités.



Peine de mort pour deux jeunes
Quotidien Qods, 11 et 12 mai
Un jeune de 18 ans prénommé Hessam a été condamné à mort à Karadj (banlieue de Téhéran).

Un autre, Ali Mahine-Torabi, a été également condamné à mort à Téhéran. Il avait 16 ans au moment du délit.
Sa peine de mort a été confirmée par la cour suprême.



Cinq jeunes pendus
Quotidien Iran /AFP, 12 mai
Cinq jeunes reconnus coupables d'enlèvements et de viols de plusieurs jeunes filles et garçons ainsi que du meurtre d'une de leur victime, ont été pendus dimanche dans la ville sainte de Qom, à 120 km au sud de Téhéran.
Les cinq hommes, Morteza 21 ans, Hadi 24 ans, Hossein 19 ans, Javad 24 ans et Hadi 23 ans, avaient également été condamnés à être jetés dans le vide pour le viol de plusieurs garçons.

Selon le quotidien Etemad-Meli du 11 mai, les familles de ces prisonniers et d’autres, se sont rassemblées devant le tribunal de Qom et la cour suprême du pays pour protester contre l’exécution de leurs enfants.
Une des proches a dit à Etemad-Meli: « mon frère est licencié de mathématiques. Je peux jurer qu'il n'a pas avoué de meurtre à aucun moment. Je suis sûr qu'ils sont innocents."



Un activiste hospitalisé en prison
Quotidien Kargozaran /AFP, 12 mai
Le journaliste et militant des droits de l'Homme, Emmadeddin Baghi, a été hospitalisé en prison à Téhéran peu après avoir bénéficié d'une sortie pour raison médicale…
Le pouvoir judiciaire a annoncé au début mai qu’il était lavé des accusations de "propagande en faveur de l'opposition visant à affaiblir la sécurité nationale et de propagande contre le régime". Il risquait pour cela une nouvelle peine de trois ans de prison...



Le chômage des jeunes dépasse les 25%


Agence Mehr /Les Echos, 12 mai
Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans en Iran atteint actuellement 25,6%, a déclaré le président du Centre des statistiques, Mohammad Madad.
"25,6% des jeunes sont au chômage, mais ce chiffre atteint 28,9% dans les zones urbaines et 19,4% dans les zones rurales", a-t-il précisé.
Selon lui, ce chiffre atteint 11,9% de l'ensemble de la population active.
La moitié des 70 millions d'Iraniens ont moins de 30 ans. L'âge légal pour commencer à travailler en Iran est de 15 ans.
La politique économique du gouvernement du président Ahmadinejad est de plus en plus contestée par les experts mais aussi une partie de la classe politique.
Outre le problème du chômage, le taux élevé de l'inflation touche directement les classes les plus défavorisées.



Ahmadinejad remplace son ministre de l'Intérieur par un fidèle
Quotidien Iran / AFP, 15 mai
Le président Mahmoud Ahmadinejad a remplacé son ministre de l'Intérieur, Mostapha Pour Mohammadi, par un fidèle, Mehdi Hachemi, après plusieurs semaines de flottement dû à des tensions politiques…
M. Hachémi, ingénieur de formation, est un proche d'Ahmadinejad, dont il était l'adjoint à la mairie de Téhéran avant son élection à la présidence de la République en juin 2005.
Né en 1953, il a été l'adjoint du commandant du Bassidj, la milice islamique qui dépend des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime…

Les Téhérannaises traitées « durement »
Quotidien Jomhouri 15 mai
Radan, commandant en chef de la force de sécurité de Téhéran a déclaré : «Nous faisions doubler les patrouilles chargées de contrôler les femmes mal voilées, dans le cadre du plan de sécurité et de l’application du code vestimentaire...
Radan avait mis en garde que les femmes et les jeunes filles de Téhéran seront traitées « durement ».



Exécution à Mahabad
Etemad Melli, 16 mai
Le pouvoir judiciaire a pendu un détenu dans la prison de Mahabad (ouest). Il était accusé d’avoir tué un agent de forces de l’ordre.



L'Iran est au coeur d'un nouvel enjeu mondial: le gaz
Le Monde, 16 Mai
Un gisement géant attise les appétits des grandes compagnies internationales. C'est une nouvelle bataille d'Iran, et elle ne concerne pas, cette fois, le programme nucléaire de la République islamique. Il s'agit du gaz, dont l'Iran détient les deuxièmes réserves mondiales, et il en va, au premier chef, de la sécurité énergétique de l'Europe. Tout est lié dans cette bataille, le gaz et le nucléaire, ce qui en fait l'une des questions géostratégiques majeures des années à venir…



Arrestation de responsables bahaïs


Le Monde, 19 mai
Selon les représentants de la communauté bahaïe en France, six responsables bahaïs ont été arrêtés, mercredi 14 mai et incarcérés à la prison d’Evin à Téhéran. La septième responsable, une femme, détenue depuis le 5 mars dans la prison de Mashad. Selon les représentants bahaïs en France, « ces dernières arrestations semblent signer la volonté du gouvernement iranien d’éradiquer la communauté bahaïs d’Iran ».

Fondée à Shiraz à la fin du XIXe siècle en Iran, cette communauté, qui prône, l’unicité de dieu et la paix, a toujours été la cible de persécutions de la part des différents régimes iraniens.



Pendaison d’un afghan à Ispahan
Agence Fars, 20 mai
Un ressortissant afghan a été exécuté mardi dans l’enceinte de la prison d’Ispahan (centre). L’homme reconnu étant Reza. A. était âgé de 35 ans et travaillait comme portier dans un centre médical.



La spéculation immobilière fait flamber le prix du bâtiment
AFP, 21 mai
Aux Etats-Unis, la crise immobilière jette à la rue des propriétaires pauvres, en Europe, les prix stagnent mais en Iran, la spéculation fait flamber les prix du logement, faisant le bonheur des propriétaires mais laissant des millions d'autres sans espoir de le devenir.
Dans un quartier chic de Téhéran, un appartement de 1.400 m2 s'est vendu récemment pour 14 millions d'euros, soit 10.000 euros le m2. Une petite fortune alors que le salaire mensuel moyen dans la capitale n'est que de 200 à 300 euros par mois.
En trois mois, le prix du mètre carré a augmenté d'au moins 10 millions de rials (700 euros) dans les quartiers chics du nord, où la fourchette va de 60 à 100 millions de rials (4.200 à 7.000 euros) le mètre carré, comparable avec le prix des logements parisiens…



Des centaines de femmes interpellées au Kurdistan
ISNA, 21 mai
A Kermanchah (ouest) les forces de sécurité ont interpellé 250 femmes dans les rues les 19 et 20 mai pour infractions au code vestimentaire.
Selon le chef de la police locale, « 10 quartiers pollués ont été nettoyés et dans le cadre du développement du plan de sécurité publique, les agents ont arrêté 250 femmes qui ne respectaient pas le port du voile et qui manquaient de pudeur. »



Un responsable veut interdire les importations de cravate
Agence Fars / AFP, 22 mai
Un responsable des douanes iraniennes a prôné l'interdiction de l'importation de cravates, jugées contraires à la culture de la République islamique.
"L'importation de vêtements n'est pas interdite mais il faut agir sérieusement pour empêcher l'entrée de certains produits, notamment les cravates, qui ne correspondent pas à notre culture", a déclaré Asghar Hamidi, le vice-directeur des services douaniers du pays.



Ebadi dénonce une aggravation de la situation des droits de l'Homme
AFP, 23 mai
Le Cercle des défenseurs des droits de l'Homme, dirigé par la lauréate du prix Nobel de la paix 2003, Shirin Ebadi, a critiqué une aggravation de la situation des droits de l'Homme durant la dernière année iranienne (mars 2007 - mars 2008) dans un rapport envoyé dimanche à l'AFP.
Le rapport dénonce les pressions et les condamnations contre les activistes ayant une position critique à l'égard du gouvernement du président Ahmadinejad contre les étudiants, les féministes, les syndicalistes ouvriers ainsi que le nombre croissant des exécutions, notamment de mineurs de moins de 18 ans…
Le rapport affirme que "17 quotidiens, hebdomadaires et mensuels et huit sites internet ont été fermés durant cette période que 32 journalistes et écrivains ont été condamnés à des peines de prison, de fouet et des amendes"...

Le rapport affirme que 45 étudiants ont été interrogés par des tribunaux révolutionnaires, 108 ont été arrêtés, cinq jugés et quinze ont été condamnés à des peines de prison et de fouet.
Concernant les féministes, le rapport affirme que 41 femmes ont été arrêtées et neuf condamnées à des peines de prison, de fouet et d'amende.
Le rapport souligne que "la réaction du pouvoir contre les protestations (salariales) des enseignants a été très dure et répressive". Ainsi 55 enseignants, ont été arrêtés et 19 condamnés à des peines de prisons définitive ou avec sursis.
Enfin, en ce qui concerne les travailleurs, le rapport souligne que "le gouvernement ne reconnaît aucun droit de manifestation ou de grève et réprime tout mouvement comme étant une action contre la sécurité nationale".
Ainsi, 31 travailleurs ont été arrêtés et 31 autres condamnés à la prison. De même, 789 personnes ont été renvoyées et 8.153 n'ont pas reçu leur salaire à temps.



Une Iranienne à la tête du réseau ferroviaire Suèdois


Radio Farda, 23 mai
Minou Akhtarzand, Iranienne d’origine, vient d’être nommée à la direction générale du réseau ferroviaire en Suède. Elle a effectué des études d’ingénieur en électronique à son arrivée en Suède en 1974 et a travaillé de nombreuses années dans le centre national de l’énergie de ce pays.



Neuf rebelles kurdes, dont cinq femmes, tués dans l'ouest
AFP, 24 mai
Neuf rebelles kurdes, dont cinq femmes, ont été tués dans des affrontements avec les forces de l'ordre dans le village de Gonbad, près de la ville de Orumieh, en Azerbaïdjan occidental, frontalière de la Turquie et de l'Irak.
"Des combats ont opposé des gardiens de la révolution à un groupe de dix personnes, et neuf d'entre elles ont été tuées", indique le quotidien Jomhuri Eslami décrivant le groupe comme "des membres de la branche armée du groupe terroriste Pejak".
"Il y avait cinq femmes et quatre hommes parmi les neuf corps. Sept étaient turcs et deux iraniens", poursuit le journal…



30 morts dans un incendie dans une usine de produits chimiques
IRNA /AFP, 25 mai
Au moins trente personnes sont mortes et 38 ont été blessées dimanche dans un incendie survenu dans une usine de produits chimiques près de la ville de Shazand, dans le centre de l'Iran.


Un militant féministe condamné à un an de prison
Quotidien Kargozaran, 26 mai
Un militant féministe, Amir Yaqoubali, a été condamné à un an de prison. M. Yaqoubali est membre du comité des hommes de la campagne d'un million de signatures lancée en juin 2006 pour modifier les lois iraniennes discriminatoires contre les femmes et demander des droits égaux en ce qui concerne le mariage, le divorce, l'héritage et la garde des enfants.
Selon un site internet féministe, M. Yaqoubali avait été interpellé alors qu'il collectait des signatures pour cette pétition...



Un Kurde condamné à mort
AFP-Téhéran, 27 mai
Un enseignant kurde, Farzad Kamangar, a été condamné à mort pour "appartenance à un groupe terroriste et possession d'explosifs", a déclaré mardi le porte-parole de la justice, Alireza Jamshidi, dans un point de presse...
Des associations internationales des droits de l'Homme ont réclamé l'annulation de ce verdict…



Pendaison de deux meurtriers
AFP, 27 mai
Deux hommes ont été pendus pour meurtre à Babol et Ardébil (nord), ont rapporté mardi les médias locaux. Un homme, identifié comme R.A., a été pendu à Babol mardi pour le meurtre de trois membres de sa famille, a rapporté l'agence Fars.

L'agence a fait état de la pendaison dimanche à Ardébil d'un homme ayant tué son épouse.



Les femmes indemnisées comme les hommes en cas d'accident de la route
AFP, 27 mai
Une commission du Parlement iranien a adopté un projet de loi prévoyant que les femmes victimes d'accidents de la route auront droit à une indemnité, ou "prix du sang", désormais égale à celle des hommes, a annoncé mardi le porte-parole du ministère de la Justice, Alireza Jamshidi.
"La loi sur l'assurance obligatoire des véhicules prévoit de payer le même montant pour le prix du sang d'une femme que d'un homme, qu'elle soit musulmane ou pas", a déclaré M. Jamshidi dans un point de presse.
Selon la loi islamique en vigueur en Iran, toute personne qui en tue une autre doit payer une compensation, appelée diyeh ou "prix du sang", à la famille de la victime. Le montant de cette compensation était jusqu'ici pour une femme inférieur de moitié à celui pour un homme...

Le prix du sang, qui suit l'inflation, a été fixé cette année à 55 millions de rials (38.500 euros) depuis mars 2008.
Les condamnés à mort pour meurtre peuvent échapper à la peine capitale en payant le prix du sang à la famille de la victime à condition que celle-ci l'accepte.



Le nouveau président du Parlement iranien met en garde l'AIEA


L’Express, 28 mai
Le nouveau Parlement iranien tout juste entré en fonction vient d'annoncer que Téhéran pourrait rompre sa coopération avec l'Agence internationale d'énergie atomique. En cause : certaines clauses du rapport rendu par l'agence sur le programme nucléaire du pays, peu appréciées par le pouvoir en place.

Le nouveau président du Parlement iranien Ali Larijani a averti ce mercredi que la chambre pourrait revoir la coopération avec l’AIEA sur le programme nucléaire iranien.



Pendaison d'un violeur à Qom
Quotidien Iran /AFP, 28 mai
Reconnu coupable d'enlèvement et de viol, un homme a été pendu mardi dans la ville de Qom, à 120 km au sud de Téhéran.


Pendu pour un délit commis à l’âge de 17 ans
Quotidien Etemad, 29 mai
Un jeune homme a été exécuté pour un délit qu’il aurait commis à l’âge de 17 ans. Identifié étant Mohammad Fadai’i, il a été pendu dans la ville de Babol (nord).



La peine de prison d'un étudiant convertie en une amende en appel
Quotidien Kargozaran /AFP, 31 mai
Un étudiant condamné à un an de prison ferme en première instance pour "actions contre la sécurité nationale" a vu sa peine convertie en une amende en appel.
"La peine d'un an de prison contre Babak Zamanian a été convertie en une amende de cinq millions de rials (environ 530 USD) par la cour d'appel de Téhéran".

Babak Zamanian, étudiant à l'université Amir Kabir de Téhéran, l'une des plus politisées de la capitale, avait été arrêté en avril 2007 avant d'être libéré peu après en échange d'une caution de 500 millions de rials (environ 53.000 USD).
Son avocat Behnam Daraiezadeh avait indiqué en mars que son client avait écopé d'un an de prison pour "actions contre la sécurité nationale", sans autre précision.

Au moins une dizaine d'étudiants sont toujours en prison, notamment pour avoir participé à des manifestations contre le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad et contre l'emprisonnement d'autres étudiants.

csdhi

Les Iraniennes en révolte