Situation des Femmes en Iran

Public

07 novembre 2008

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Octobre 2008
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012
Paris – FranceTél./Fax (331) 43 65 57 84

Un jeune pendu à Kermanchah
CSDHI, 1er octobre
Un jeune de 21 ans a été exécuté dans la prison de Kermanchah (Ouest) lundi 29 septembre. Identifié étant Homayoun Chabestari, il a été pendu pour un délit qu’il aurait commis en 2005 quand il était mineur.


Ahmadinejad s’abstient d’assister à la rentrée scolaire par crainte des étudiants
Iran Focus, 1er octobre


Mahmoud Ahmadinejad craignant les protestations étudiantes a annulé à la dernière minute son intervention annuelle à l’occasion de la rentrée scolaire à l’université de Téhéran lundi.
“Contrairement aux trois dernières années, le Président ne fera pas de discours à l’occasion de la rentrée scolaire à l’université de Téhéran. Il a délégué M. Davoudi pour le remplacer à la cérémonie”, a dit la télévision d’Etat…

De nombreux agents étaient regroupés aux portes principales de l’université pour ne pas permettre aux étudiants des autres facultés d’entrer. Les cartes des étudiants étaient scrutées. Outre le dispositif de sécurité serré à l’entrée, les agents des SFE arrêtaient des étudiants au hasard pour un double, voire triple contrôle d’identité.


Une ONG critique les activités du pétrolier autrichien OMV en Iran
AFP, 2 octobre
L'alliance Stop the Bomb (Halte à la bombe), une organisation qui milite pour la mise en oeuvre de sanctions internationales contre l'Iran, a critiqué jeudi le géant autrichien du pétrole et du gaz OMV pour son financement d'une conférence à Téhéran ce week-end…


L'UE veut protéger les opposants Iraniens en Irak
Reuters, 3 octobre
Soixante-dix membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe ont appelé vendredi les Etats-Unis à ne pas transférer à l'Irak le contrôle du camp de réfugiés d'Achraf. Situé à 70 km au nord de Bagdad, il abrite 3 500 réfugiés iraniens, pour la plupart membres de l'Organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI).


Dans une déclaration écrite, les signataires, issus de différents pays et groupes politiques, estiment que ces opposants au pouvoir en place à Téhéran "risquent d'être torturés et exécutés" s'ils sont obligés de quitter le pays comme le gouvernement irakien en a manifesté le souhait.


La vente des reins chez les jeunes
Agence Fars, 4 octobre
Selon Chamsi Nia, directeur du centre des pathologies particulières, la pauvreté pousse certains jeunes à vendre leur rein. La vente des reins est refusée aux mineurs de moins 18 ans et est, d’après lui, déconseillée aux jeunes mais face à leur insistance, le centre cède. Chaque rein est vendu de 4 à 5 millions toumans en Iran.


Pendaison à Hamedan
Quotidien Etemad, 4 octobre
Accusé d’avoir tué sa femme, un homme identifié par son seul prénom Nosrat a été pendu dans la ville de Hamedan, à l'ouest de l’Iran.


Des étudiantes menacées de sanctions pour le non respect code vestimentaire
CSDHI, 4 octobre
Des étudiantes ont reçu des menaces de mesures disciplinaires si elles ne se conformaient pas au code vestimentaire imposé à l'université de Chiraz (sud)…
En avril 2007, ils avaient été des milliers à protester contre le code vestimentaire obligatoire fixés par l’administration et placardé sur d’énormes affiches dans l’université.
Certains panneaux interdisaient aux garçons de porter des « shorts et des tricots sans manche dans les dortoirs ou dans leur chambre ».
Les étudiants avaient répliqué par une déclaration en onze points, contenant leurs revendications, en tête desquelles la démission du président de l'université.


La police arrête dix manifestants
JDD, 5 octobre


La répression se poursuit en Iran. La police a arrêté dimanche dix étudiants qui manifestaient devant le parlement contre l'interdiction qui leur était faite de s'inscrire à l'université. Selon des étudiants et des militants, ceux d'entre eux ayant publiquement critiqué le président Ahmadinejad et son gouvernement ont été arrêtés ou empêchés de s'inscrire à l'université.


Le chef de guerre afghan Hekmatyar abrité par l'Iran en 2005
AFP, 6 octobre


Le chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar, qui a revendiqué la responsabilité de l'embuscade qui a tué dix soldats français le 18 août près de Kaboul, a vécu en 2005 à Téhéran, protégé par le régime, selon un rapport de renseignement cité lundi par la radio espagnole Cadena Ser. En 2005, Hekmatyar vivait dans un hôtel de Téhéran, en "liberté totale" et sa sécurité était assurée par le gouvernement iranien, selon la radio qui a eu accès à un rapport du Centre d'intelligence des Forces armées espagnoles (CIFAS).


L’EU préoccupée par la dégradation de la situation des droits de l’Homme en Iran
MAEE, 6 octobre
L’ambassadeur d’Iran en France a été convoqué le 6 octobre par le ministère des Affaires étrangères et européennes, au titre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne.
Cette convocation faisait suite au refus persistant des autorités iraniennes d’accorder l’entretien sollicité par l’ambassadeur de France en Iran, pour effectuer une démarche à Téhéran sur les droits de l’Homme...
Le ministère a particulièrement insisté sur les condamnations à mort de personnes mineures au moment des faits ayant motivé leur condamnation, sur les discriminations dont font l’objet les minorités religieuses et ethniques, sur la répression accrue des étudiants, sur le harcèlement judiciaire des féministes signataires de la « campagne d’un million de signatures » et sur les pressions contre les acteurs de la société civile et les syndicats. Dans tous ces domaines, nous appelons la République islamique d’Iran à respecter les engagements internationaux qu’elle a contractés. »
Cette convocation a aussi permis de marquer dans les termes les plus vifs la condamnation par l’Union européenne de la présentation, à l’occasion de la "journée de Jérusalem" organisée à Téhéran le 26 septembre, d’un recueil de caricatures sur l’Holocauste, qui s’est accompagnée de la publication d’un communiqué officiel appelant à la disparition d’Israël.


Autre pendaison à Hamedan
Quotidien Etemad / AFP, 7 octobre
Reconnu coupable de trafic de drogue, un homme a été pendu dans la prison de Hamedan (ouest).
Le condamné, Taher H., avait été emprisonné mais lors d'une permission, il s'était enfui pour reprendre ses activités. Il avait été arrêté avec 242 kilos d'opium.


Une militante féministe condamnée
AFP, 8 octobre


Une militante féministe kurde iranienne a été condamnée en appel à 18 mois de prison pour atteinte à la sécurité nationale, a indiqué aujourd'hui son avocat Mohammad Sharif. "Hana Abdi avait été condamnée à cinq ans de prison dans la ville de Garmey (nord), mais en appel sa peine a été commuée en un an et demi de prison à servir dans la ville de Razan (ouest)". A la mi-décembre 2007 que Hana Abdi, 23 ans et une autre féministe kurde, Ronak Safarzadeh, 24 ans, avaient été arrêtées pour "atteinte à la sécurité nationale". Les deux femmes étaient accusées d'avoir perpétré des attaques dans la ville de Sanandaj et d'être membres du groupe indépendantiste kurde PJAK…


12 syndicalistes convoqués par la justice
Agence Iran News, 9 octobre
Après les protestations des ouvriers de l'entreprise de pneus Alborz à Téhéran , le parquet a convoqué 12 syndicalistes.
Les ouvriers protestaient contre le non-paiement de leurs salaires et de leurs primes depuis six mois et avaient organisé un sit-in pendant deux semaines.


Accélération de l'inflation de 29,4%
AFP, 9 octobre
L'indice des prix à la consommation en Iran a augmenté en zones urbaines de 29,4% pour le mois iranien se terminant le 21 septembre par rapport au même mois de l'an passé, marquant une accélération de l'inflation, a rapporté mercredi l'agence Mehr citant la Banque centrale.
La Banque centrale n'a pas fourni de chiffre global pour l'indice des prix à la consommation mais les zones urbaines rassemblent plus des deux tiers de la population iranienne.
L'indice avait grimpé de 27,6%, dans les zones urbaines, pour le mois se terminant le 21 juillet par rapport au même mois de l'année précédente.


La Journée mondiale
contre la peine de mort


Contre la peine de mort en Iran
CSHDI, 9 octobre
A l'issus d'un colloque sur la peine de mort en Iran, le Comité Français pour un Iran démocratique (CFID) et le Comité de soutien aux droits de l'Homme en Iran (CSDHI), attirent solennellement l'attention sur l'aggravation de la situation des droits de l'Homme en Iran et la multiplication de l'application de la peine de mort dans ce pays.

Selon un décompte des exécutions annoncées officiellement en Iran, 251 personnes ont été exécutés depuis le début de l'année 2008, dont 9 adolescents. Ce qui est une multiplication par trois par rapport aux exécutions de mineurs en 2007...

Dans ces conditions, on ne peut que condamner, l'annonce de la visite de deux délégations parlementaires françaises en Iran le jour où l'on commémore dans le monde, l'abolition de la peine de mort. Cette visite sera exploité par le régime de Téhéran comme une approbation de la dictature religieuse et n'aidera pas à l'amélioration de la situation. Au contraire, elle encouragera ce régime à accentuer la répression...

Après 55 résolutions de l'ONU condamnant l'Iran pour ses violations des droits humains, il est temps que les Etats prennent des mesures concrètes contre ce régime et que les autorités responsables des massacres et des crimes contre l'humanité répondent devant une justice indépendante internationale.


Peine de mort: Robert Badinter fustige les "Etats islamistes intégristes"
AFP, 10 octobre


L'ancien ministre de la Justice Robert Badinter a fustigé vendredi à Strasbourg les "Etats islamistes intégristes" comme l'Iran qui appliquent la peine de mort, appelant les pays musulmans abolitionnistes à "prendre le flambeau" contre la peine capitale.
"Aujourd'hui, les Etats islamistes intégristes qui ont recours à la peine de mort constituent le véritable problème", a estimé M. Badinter lors d'une table ronde organisée par le Conseil de l'Europe à l'occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort.
"C'est particulièrement vrai pour l'Iran (...) où de 100 exécutions il y a trois ans, on est passé à plus de 300 en 2008. On a triplé les chiffres et le mouvement s'accentue", s'est-il inquiété, regrettant que l'on "passe sous silence" le sort "des femmes pendues, lapidées" et celui des "hommes exécutés"…


Amnesty international appelle à un moratoire sur la peine de mort en Asie
AFP - Londres, 10 octobre
"Il y a un an, la grande majorité des pays a voté en faveur d'un moratoire sur la peine de mort aux Nations unies. Cette année, nous demandons aux dirigeants d'Asie de faire un pas supplémentaire en en faisant une réalité", a expliqué Irene Khan, secrétaire générale de l'organisation de défense des droits de l'Homme, à l'occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort ce vendredi…

Soulignant que les deux-tiers des pays ont aboli la peine de mort par législation ou dans la pratique, Amnesty a précisé qu'au moins 1.252 personnes ont été exécutées en 2007 dans 24 pays et au moins 3.347 condamnées à la peine capitale.
88% des exécutions ont été le fait de cinq pays: la Chine (au moins 470), l'Iran (317), l'Arabie saoudite (143), le Pakistan (au moins 135) et les Etats-Unis (42)…


Le bazar de Téhéran se mobilise contre une réforme fiscale
Reuters, 12 octobre


En grève depuis une semaine, les commerçants du bazar de Téhéran ont laissé leurs rideaux baissés dimanche afin de protester contre l'instauration d'une TVA par le gouvernement.
Joint par téléphone, un commerçant a confirmé que toutes les échoppes du bazar étaient restées fermées, malgré les pressions de la police en faveur d'une réouverture.
Ce mouvement de grogne est inédit depuis la Révolution islamique de 1979.
Le mécontentement des marchands, qui représentent un pouvoir influent dans la capitale, constitue un véritable défi pour le président Ahmadinedjad avant l'élection présidentielle prévue en 2009...


Des députés français n'ont pas "l'impression" que l'Iran change
AFP-Téhéran, 12 octobre
Des députés français en mission d'étude en Iran ont conclu leur visite de deux jours dimanche avec l'impression que Téhéran n'était pas prêt à changer sa position sur son programme nucléaire controversé.
"Nous n'avons pas l'impression qu'ils soient prêts à changer de position", a déclaré le socialiste Jean-Louis Bianco…


Pendaison à Ispahan
Agence Fars, 14 octobre
Reconnu coupable de meurtre, un homme de 29 ans identifié étant Omid Kh, a été pendu à Ispahan (centre).


Nette augmentation des cas de sida
AFP, 14 octobre
Le nombre des Iraniens contaminés par le virus du sida (VIH) est en nette progression, passant de 14.000 en 2007 à plus de 18.000 fin 2008, a indiqué mardi le ministère de la Santé, selon le site internet de la télévision d'Etat.
D’après un communiqué du ministère, quelques 18.320 personnes ont été infectées par le virus du sida, dont 6,3% de femmes ; 80,8% des personnes contaminées l'ont été par l'utilisation de seringues pour l'injection de drogue alors que 11,9% l'ont été par des rapports sexuels...


48 rebelles tués ou blessés dans le sud-est en deux mois
AFP / IRNA, 14 octobre
Quarante-huit rebelles sunnites ont été tués ou blessés par les forces de l'ordre au cours des deux derniers mois dans la province de (sud-est), a déclaré un responsable militaire local…


Trois trafiquants pendus
Quotidien Kayhan / AFP, 15 octobre
Trois hommes reconnus coupables de trafic de drogue ont été pendus lundi dans une prison de Zahedan (sud-est).
Shahram Eyvani, Ramezan Rafei et Sassan Dogoshkani avaient été condamnés pour possession et trafic de 322 kilos d'héroïne et de 15 grammes d'opium.


Pendaison à Droud
Quotidien Kayhan / AFP, 16 octobre


Reconnu coupable de meurtre, un homme a été pendu mercredi dans une prison de la ville de Doroud (Nord-ouest).
Le condamné, identifié par ses initiales M. Gh. avait assassiné une femme et sa fille après avoir cambriolé leur maison.


L'Union des oulémas invite l'Iran à prévenir une sédition chiites/sunnites
AFP, 17 octobre
L'Union internationale de oulémas musulmans, dirigée par l'influent dignitaire sunnite Youssef Al-Qardaoui, a pressé jeudi l'Iran d'éviter une sédition confessionnelle entre sunnites et chiites, au terme d'une réunion à Doha.
Dans un communiqué, l'Union "invite la République islamique d'Iran à assumer sa responsabilité religieuse pour étouffer la sédition confessionnelle" entre les tenants des deux principales branches de l'islam, le sunnisme et le chiisme.
La réunion, à laquelle assistait l'ayatollah chiite iranien Mohamad Ali Taskhiri, vice-président de l'Union, s'est tenue mercredi à Doha pour discuter d'une vive polémique impliquant cheikh Qardaoui et l'Iran.


Un étudiant en prison
Agence Iran-News, 17 octobre
Le tribunal révolutionnaire de Chiraz a condamné Mohammad Mehdi Ahmadi, ancien président de l'Association islamique des étudiants en médecine de la faculté de Chiraz à huit mois de prison.
Ce militant des droits de l'Homme est accusé de liens avec les groupes d'opposition et d’activités anti-gouvernementales.


Quatre étudiants expulsés de l'université de Yazd
Bulletin étudiant Amir Kabir, 20 octobre
Quatre étudiants dont Afchine Akbarian, directeur du journal satirique « Hiss » ont été exclus des cours de l'université de Yazd (Centre).
Afchine Akbarian, militant dans le milieu culturel avait l'intention de mettre sur pied une association à caractère satirique sur le campus. Cependant devant l’objection des autorités, le projet n'a pu voir le jour. Ses camarades ont été expulsés pour leur militantisme dans le milieu universitaire.


Peine de mort toujours possible pour les mineurs
AFP, 20 octobre
L'adjoint du procureur général iranien, Hossein Zebhi, est revenu sur ses précédentes déclarations sur l'interdiction de la peine de mort pour les mineurs en affirmant qu'elle restait applicable en cas de condamnation pour meurtre.
Zebhi a distingué le meurtre des autres crimes punissables de mort selon la loi iranienne, comme les viol, vol à main armée, trafic de drogue ou encore adultère.

La loi prévoit en cas de meurtre que la famille de la victime est seule compétente pour faire appliquer ou non un verdict de peine de mort, car elle peut accorder le pardon au meurtrier dont la peine est alors commuée en prison.


L'Onu préoccupée par la situation des droits de l'Homme en Iran
ONU, 20 octobre


Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a fait part de sa préoccupation lundi concernant la situation des droits de l'Homme en Iran et a appelé ce pays à combattre la discrimination qui vise les femmes et les minorités…
L'une des minorités victimes de discrimination en Iran est la communauté Baha'i, a-t-il noté.
Dans un rapport, communiqué à l'ensemble des 192 pays membres des Nations unies, Ban Ki-moon indique qu'a été signalée "une augmentation des violations des droits des femmes, des étudiants, des enseignants, des ouvriers, et de certains groupes militants".

Il réitère en outre la préoccupation des Nations unies concernant la peine de mort en Iran, et notamment l'exécution de mineurs. "Il y a eu des cas de lapidation et d'exécution en public, malgré les efforts des autorités pour limiter de telles pratiques".
"Des cas d'amputation, de flagellation, et de morts suspectes et de suicides de prisonniers ont également été signalés", selon lui.


Quatre pendaisons à Zahedan
Radio d’Etat, 20 octobre
Quatre hommes ont été pendus dans une prison de la ville de Zahedan (sud-est). L'identité des quatre hommes n'a pas été précisée. Ils avaient été reconnus coupables de trafic de drogue.


Protestation contre l’exécution d’un prisonnier
Iran Press News, 21 octobre
Le détenu Ghanbar Kalari, 34 ans, avait purgé deux ans de prison. Il a été conduit au petit matin à la potence dressée devant la maison d’arrêt.
Les habitants de Nachtavard dans la province du Guilan (nord) se sont mises à protester pendant la pendaison publique. Des affrontements ont alors éclaté avec les forces de sécurité déployées sur place et ont été si étendus que le transfert du corps a été reporté de plusieurs heures.


Victoire judiciaire pour l'OMPI
EuroNews, 23 octobre


Le tribunal de première instance de la Cour européenne de Justice a estimé qu'il n'y avait pas lieu de maintenir l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d'Iran sur la liste européenne des organisations terroristes, et donc de maintenir ses avoirs gelés en Europe. Pour la justice européenne, qui se prononçait sur une décision prise par les Vingt-sept en décembre 2007, les motifs retenus étaient insuffisants. Maryam Rajavi, dirigeante de l'aile politique du mouvement d'opposition en exil, s'en est félicité et a appelé à retirer au plus tôt l'organisation de la liste noire.


Le taux de chômage au-dessus de 10%
AFP, 24 octobre
Le taux officiel de chômage en Iran est passé de 9,6% au printemps dernier à plus de 10% cet été, a déclaré le ministre du Travail Mohammad Jahromi…
Il a remarqué que le taux de chômage chez les diplômés est plus élevé que la moyenne et "atteint 15,6%". Il est de 27,9% pour les femmes diplômées, mais de seulement 8,3% pour leurs homologues masculins.
Ce phénomène s'explique par le fait que 62% de la population universitaire est formée par les étudiantes contre seulement 38% par les étudiants et que les étudiantes sortant des universités ont plus de mal à trouver un emploi.
Selon le Centre des statistiques, il faudrait une création de plus d'un million d'emplois par an pour maintenir le chômage à son niveau actuel dans les années à venir.


Mort d’un prisonnier sous la torture à Ispahan
Iran focus, 24 octobre
D'après les informations parvenues de la prison de Dastgerd à Ispahan, le 19 octobre dernier des geôliers ont opéré une descente violente dans les cellules du bloc 3 sous prétexte d'y trouver un appareil photo dissimulé.
Hamid Moghareh Abed, un des gardiens de prison s'en est particulièrement pris à un prisonniers au nom de Reza Shoja’i qui lui aurait résisté.
Avec l’arrivé des renforts, les prisonniers ont été transférés dans l'enceinte principale de la prison et violemment tabassés à coups de bâtons. Plusieurs prisonniers ayant résisté ont été placés en confinement solitaire.
Reza Shoja’i et Mansour Mir Louhi, deux prisonniers placés en isolement, ont été brutalement torturés. Reza Shoja’i aurait trouvé la mort sous la torture.


Le sénat italien en faveur d’un changement démocratique en Iran
Iranfocus, 25 octobre
La majorité des sénateurs italiens ont signé une déclaration en faveur d’un changement démocratique en Iran et annoncé leur soutien aux propositions de l’opposition iranienne dirigé par Maryam Radjavi. Le mois dernier la majorité de la Chambre des députés italiens avait déjà déclaré son soutien au Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) en recevant sa dirigeante.
Lors de cette visite, le 22 octobre dernier, Lucio Malan, secrétaire de la présidence du Sénat, a remis au nom du président la médaille du Sénat au chef de l’opposition iranienne.


Nouvelle mesure contre les étudiantes
Bulletin étudiant d’Amir Kabir, 26 octobre
Un projet de loi a été présenté le mois dernier au parlement par 37 députés don’t une deputée obligeant les universités et les centres d’enseignement supérieur de refuser l’admission aux femmes qui n’habitent pas dans la même ville.

D’après ce projet, toute étudiante admise dans une université loin de son lieu d’habitation doit présenter une autorisation écrite du père ou du mari lui permettant de vivre loin de sa famille pour étudier.


Une étudiante irano-américaine détenue en Iran
AFP, 27 octobre


Une étudiante irano-américaine, Acha Momeni, est détenue depuis deux semaines en Iran pour avoir participé à une pétition en faveur des droits des femmes, a déclaré lundi son avocat.
Il a précisé n'avoir pas encore été autorisé à rencontrer sa cliente, qui a été interpellée le 15 octobre pour une violation supposée du code de la route dans Téhéran et est détenue depuis à la section 209 de la prison d'Evine.

Acha Momeni, diplômée de la faculté Northridge de l'Université d'Etat de Californie, se trouvait en Iran depuis deux mois pour y effectuer des recherches sur la situation des femmes pour sa thèse de doctorat…


Deux hommes pendus à Zahedan
Agence Fars, 27 octobre
Accusés de détention et de transport de drogue, deux hommes ont été pendus dans une prison de la ville de Zahedan (sud-est).
Les deux condamnés ont été identifiés par leurs seules initiales A. M. et Kh. N.


Exécution à Machad
CSDHI, 30 octobre
Un homme de 35 ans a été exécuté hier dans la prison centrale de la ville de Machad, dans le nord-est du pays.


Les pots-de-vin font rage en Iran
Agence Mehr/AFP, 31 octobre
L'ancien président du parlement iranien, le conservateur Gholam-Ali Hadad Adel, a dénoncé la pratique des pots-de-vin destinés à l'achat de votes de députés...
Hadad Adel a également dénoncé ce qu'il a appelé l'absence de professionnalisme chez les députés et les ministres, tout en insistant sur la nécessité d'avoir des partis politiques pour former les hommes politiques.


Quatre-vingt boutiques placées fermées à Hamedan
CSDHI, 31 octobre
Quatre-vingt boutiques vendant des vêtements de Tanakora, un style d'art martial en vogue chez les jeunes en Iran, ont été fermées par les forces de sécurité de l’Etat (FSE) à Hamedan, dans l’ouest de l’Iran le 27 octobre.
La plupart de ces magasins sont détenus par des personnes âgées et sont leur seule source de revenus. Ce sont les unités spéciales des gardiens de la révolution qui sont intervenues. Les commerçants qui ont offert une résistance ont été arrêtés et emprisonnés.


Un jeune Afghan pendu à Ispahan
Quotidien Kargozaran/AFP, 31 octobre
Un jeune Afghan de 19 ans, reconnu coupable d'avoir tué un autre Afghan il y a deux ans alors qu'il était mineur, a été pendu mercredi dans la prison d'Ispahan (centre).
Gholamreza H. a tué à coup de couteau Shir-Agha Hosseini lors d'une bagarre.
L'Iran est pourtant adhérent du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, depuis 1976, et de la Convention relative aux droits de l'enfant, depuis 1994, dont les signataires s'engagent à ne pas exécuter les condamnés mineurs au moment des faits.


Un prisonnier politique tué sous la torture
Activistes des droits de l’Homme en Iran, 31 octobre


Le prisonnier politique, Abdolreza Rajabi, membre de l’OMPI, a été tué sous la torture le mardi 28 octobre. Il avait été mis en isolement à la sinistre prison d'Evine le 26 octobre, sans qu’on lui en donne la moindre raison, puis transféré à la prison de Gohardacht, à l’ouest de Téhéran.
Il a été arrêté en 2001 condamné à mort et emprisonné depuis. Il a été soumis à des tortures physiques et psychologiques, alors qu'il était malade.

csdhi

Les Iraniennes en révolte