Situation des Femmes en Iran

Public

14 avril 2010

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Mars 2010
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com


Le quotidien Etemad, interdit par les autorités
ISNA/AFP, 1er mars
Le quotidien réformateur Etemad ainsi qu'un hebdomadaire contrôlé par la famille de l'opposant Mehdi Karoubi ont été interdits de publication jusqu'à nouvel ordre...
La licence de publication de l’hebdomadaire Iran Dokht (La fille d’Iran) a été annulée sur ordre de la Commission d’autorisation et de surveillance de la presse, contrôlée par le ministère de la Culture et de l’Orientation islamique…



La France condamne le harcèlement imposé à la société civile
AFP, 2 mars

La France "condamne le harcèlement des opposants et de la société civile" en Iran, après l'arrestation du réalisateur iranien Jafar Panahi, a déclaré mardi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.
L'annonce de cette arrestation suscite une "vive préoccupation" de la France, a-t-il ajouté, en appelant d'autre part "les autorités à libérer tous les prisonniers politiques".
Jafar Panahi, dont les films ont remporté de nombreux prix internationaux, a été arrêté à son domicile de Téhéran avec sa famille et une quinzaine d'invités…

Il n'avait plus le droit de quitter l'Iran depuis son soutien public à l'opposition iranienne lors du festival du Film de Montréal l'été dernier, arborant la couleur verte, l'un des signes de ralliement des opposants.
En dépit de leur succès international, la plupart de ses films ont été frappés par la censure en Iran.



La condamnation à mort d'un manifestant confirmée en appel
New York Times/AFP, 3 mars

Jafar PanahiLa justice iranienne a confirmé en appel la condamnation à mort d'un étudiant de 20 ans pour sa participation aux émeutes du 27 décembre.
Mohammad Amin Valian a été jugé coupable d'être "mohareb" (ennemi de Dieu), pour avoir jeté des pierres contre les forces de sécurité durant ces manifestations…



La Norvège expulse un diplomate iranien en représailles
AFP, 3 mars
La Norvège a expulsé un diplomate iranien en représailles à l'expulsion la semaine dernière d'Iran d'un de ses propres diplomates, a annoncé mercredi le ministère norvégien des Affaires étrangères.
Le ministère "a demandé à un diplomate iranien de quitter le pays", dit un communiqué qui n'identifie pas le diplomate iranien visé.



L'Iran doit libérer une journaliste incarcérée en raison de ses activités politiques
AI, 4 mars

Amnesty International demande aux autorités iraniennes de libérer une journaliste et militante des droits des femmes incarcérée en raison de ses activités politiques au lendemain de l'élection présidentielle contestée de 2009.

Hengameh Shahidi a commencé à purger sa peine de six ans d'emprisonnement à la prison d'Evin, à Téhéran, le 25 février 2010, après que sa condamnation a été confirmée en appel.
Son incarcération est le dernier épisode d'une série d'attaques qui visent actuellement les journalistes et les médias proches de l'opposition.




L'Allemagne va accueillir des dissidents iraniens
AFP, 8 mars
L'Allemagne va accueillir des dissidents iraniens réfugiés à l'étranger en "signe de solidarité" et pour agir contre le non-respect des droits de l'Homme en Iran, a annoncé lundi le gouvernement...




Deux pendaisons à Khoramabad
IRNA/AFP, 8 mars
Deux trafiquants de drogue ont été exécutés par pendaison dans la ville de Khoramabad (ouest).


Simin Behbahani empêchée d'aller en France
AFP, 8 mars

La poétesse iranienne Simin Behbahani a été empêchée lundi matin de quitter l'Iran alors qu'elle devait se rendre en France à l'invitation de la mairie de Paris pour y prononcer un discours sur le féminisme à l'occasion du 8 mars, selon le site de l'opposition Kaleme.com…


8 mars
Belle journée internationale à toutes les
femmes et aux courageuses femmes d’Iran



La situation des droits de l'Homme a empiré en 2009 (USA)
AFP, 11 mars
La situation des droits de l'Homme a empiré en Iran en 2009, en particulier après les élections de juin, dénoncent jeudi les Etats-Unis dans leur rapport annuel sur les droits de l'Homme.
"Le mauvais bilan du gouvernement en matière de droits de l'Homme a empiré pendant l'année, en particulier après l'élection présidentielle contestée de juin", note le document publié par le département d'Etat.

Le droit d'expression, le droit d'association et l'absence de procédures judiciaires fiables sont pointés, de même que la "limitation sévère" par le gouvernement du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad contre "le droit des individus de changer de gouvernement pacifiquement, à travers des élections libres et justes".
L'administration Obama avait déjà estimé il y a un an, dans son précédent rapport, que la situation des droits de l'Homme s'était détériorée en Iran en 2008.



Deux hommes pendus à Qom
Quotidien Arman/AFP, 11 mars
Deux trafiquants de drogue ont été exécutés par pendaison dans la ville sainte de Qom, au sud de Téhéran. Les deux hommes, Hamid Kh. et Zeinolabedine Gh., avaient été arrêtés à plusieurs reprises pour trafic de drogue. Ils ont été pendus mercredi.



Abbas accuse l'Iran d'être derrière l'échec de la réconciliation inter-palestinienne
AFP, 12 mars

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé vendredi l'Iran d'être
derrière l'échec de la réconciliation inter-palestinienne entre les deux mouvements du Fatah et Hamas.
"L'Iran ne veut pas que le Hamas signe le document de réconciliation du Caire", a déploré M. Abbas, en visite de deux jours à Tunis.
"Après avoir donné dans un premier temps leur approbation à cet accord", les dirigeants du mouvement islamiste du Hamas "ont invoqué par la suite des prétextes pour ne pas le signer", a-t-il ajouté, précisant que le point important de l'accord portait sur l'organisation d'élections présidentielle et législatives en juin prochain…



Pendaison publique à Ahvaz
ISNA/AFP, 12 mars
Un homme reconnu coupable de trafic de drogue a été pendu lors d'une exécution publique à Ahvaz (sud ouest). L'homme a été pendu mercredi, selon des sources judiciaires locales.



Parvin Ardalan reçoit le prix du « net-citoyen »
Nouvelobs.com/AFP, 12 mars

Le premier Prix du "net-citoyen" a été décerné jeudi aux cyber féministes iraniennes du site www.we-change.org (changement pour l'égalité) par Reporters sans Frontières (RSF) en partenariat avec Google.
Conçu par une vingtaine de femmes, la plupart blogueuses et journalistes, ce site a vu le jour en septembre 2006 pour promouvoir une campagne de mobilisation à propos de lois discriminatoires envers les femmes, a expliqué RSF.
La remise du prix se tenait en prélude à la troisième Journée mondiale contre la cyber-censure célébrée chaque 12 mars.
La militante, journaliste et blogueuse Parvin Ardalan, une des fondatrices du site, a reçu le prix jeudi des mains du journaliste français Jean-Marie Colombani.
Elle a dédié son prix aux prisonniers iraniens victimes de leur combat pour la liberté d'expression en Iran.
"information indispensable"
Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF a déclaré qu'"Internet a largement contribué à la défense des libertés et de la démocratie en Iran, depuis la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad, en juin dernier".
"La blogosphère iranienne est très active et mérite d'être fortement soutenue. Sans ces net-citoyens courageux et déterminés, nous serions privés d'une information indispensable à la compréhension de notre monde", a-t-il dit.



30 opposants liés aux Moudjahidine du Peuple arrêtés en Iran
AFP, 13 mars
Les autorités iraniennes ont démantelé un groupe présumé lié au mouvement d'opposition en exil des Moudjahidine du peuple qui rassemblait des informations sur des scientifiques nucléaires iraniens, selon la télévision officielle.
Selon la chaîne d'information en continu an anglais Press-TV, 30 membres de ce réseau qui communiquaient sur l'internet ont été arrêtés et les autorités ont fait appel à Interpol pour demander l'arrestation de deux autres dirigeants de ce groupe.
L'un des deux responsables est Ahmad Batebi, un militant étudiant qui a fui la République islamique en 2007 après avoir purgé une peine de neuf ans de prison après les émeutes étudiantes de juillet 1999.
Il vivrait actuellement aux Etats-Unis, et intervient régulièrement sur les chaînes de télévision pour dénoncer les violations des droits de l'Homme en Iran.
Press-TV a seulement identifié l'autre responsable par le nom de Rafie…



Une réformatrice condamnée à trois ans de prison
ILNA/AFP, 13 mars

Une réformatrice iranienne de premier plan, arrêtée à la suite de la réélection controversée du président Ahmadinejad, a été condamnée à trois ans de prison pour avoir comploté contre la sécurité nationale, a déclaré son avocat samedi.
Azar Mansouri, l'une des dirigeantes du Front de participation de l'Iran islamique, un parti réformateur, avait été arrêtée en septembre à la suite des mouvements de protestation consécutifs à l'élection présidentielle de juin 2009.
Elle a été accusée d'avoir perturbé l'ordre public en participant à des rassemblements, en se livrant à de la propagande contre le régime, en répandant des mensonges et en complotant pour porter atteinte à la sécurité nationale…



Comment faire un bon mariage? Les autorités lancent des cours en ligne
AFP, 15 mars
Les jeunes iraniens en âge de convoler peuvent désormais suivre des cours sur internet pour apprendre à concevoir un mariage durable, une initiative du gouvernement qui vise notamment à enrayer la hausse du nombre des divorces dans le pays.
L'Organisation iranienne de la jeunesse a officiellement inauguré ce week-end un programme de cours "interactifs" de trois mois, censé les aider à choisir le bon partenaire pour une union heureuse et durable, à l'issue duquel les participants recevront un diplôme d'"aptitude au mariage".
Le nombre des divorces est en hausse rapide en Iran depuis quelques années, notamment dans les grandes villes comme Téhéran où un quart des mariages se soldent par une séparation, selon le psychologue Ahmad Borjali qui participe au programme.

En 2009, "le nombre des divorces a augmenté de 15% et celui des mariages n'a crû que de 2%", a-t-il souligné, à l'occasion de la présentation samedi de cette initiative.
Parallèlement, l'âge moyen du mariage n'a cessé d'augmenter notamment pour des raisons économiques, se situant désormais à 29 ans, selon les estimations officielles. Les religieux conservateurs au pouvoir en Iran, qui condamnent les relations hors mariage, prônent le mariage autour de 20 ans pour hommes et femmes, héritage d'une société traditionaliste considérant avec suspicion les célibataires de plus de 30 ans.
Les cours dispensés sur internet par des spécialistes et des religieux que les "élèves" peuvent interroger sont censés aider les candidats au mariage à répondre à un certain nombre de questions: comment rencontrer puis choisir le bon partenaire, quels obstacles éviter pour réussir son mariage, comment le préparer dans tous ses détails depuis les dispositions concernant la dot de la mariée jusqu'aux achats avant la cérémonie.
Les autorités ont fourni peu de détails sur le contenu précis des cours que la centaine de candidats inscrits va découvrir progressivement…
En dépit de ses bonnes intentions, l'initiative a été accueillie avec scepticisme par certains experts qui critiquent son conservatisme.
"L'éducation, c'est bien, mais pour promouvoir quel type de famille", se demande la sociologue Shahla Ezazi, interrogée par l'AFP.



Mahboubeh Karami détenue en Iran
Action urgente - Amnesty International, 16 mars

Mahboubeh Karami, une défenseure des droits des femmes, est détenue à la prison d’Evin à Téhéran, la capitale iranienne, depuis le 2 mars. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion, détenue uniquement parce qu’elle milite en faveur des droits des femmes. Elle risque de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements.
Mahboubeh Karami participe à la Campagne pour l’égalité depuis son lancement en 2006. Ce mouvement vise à mettre fin à la discrimination dont les femmes font l’objet dans le droit iranien.
Le 2 mars à 22 heures, trois agents des forces de sécurité ont effectué une descente au domicile de Mahboubeh Karami, à Téhéran. Avant de l’arrêter, ils ont perquisitionné et saisi plusieurs objets personnels.
Mahboubeh Karami avait déjà été arrêtée à quatre reprises sur la base des mêmes accusations. À chaque fois, elle avait été détenue pendant plusieurs jours avant d’être relâchée et avait ensuite été acquittée de toutes les charges retenues contre elle.




Laleh Hassanpour arrêtée
Comité des reporteurs des droits de l’Homme en Iran, 16 mars

Ecrivain et activiste des droits des femmes, Laleh Hassanpour a été arrêtée mardi suite à la descente des forces de sécurité à son domicile. Elle a été transférée vers une destination inconnue.
Aucun motif n’a été communiqué au sujet de cette arrestation.



Une activiste arrêtée
Comité des Reporters pour Les Droits de l’Homme, 16 mars

Somayeh Farid, activiste pour les droits de l’Homme a été arrêtée aujourd’hui à l’extérieur de la prison d’Evin alors qu’elle venait se renseigner et suivre l’état de son mari, Hojat Montazeri, Prisonnier politique . Elle a été directement enfermée à la prison d’Evin après son arrestation. Son mari avait été arrêté le 4 mars 2010. Il est actuellement à la prison d’Evin.



Une écrivain-journaliste kurde arrêtée
RSF, 16 mars
Sussan Mohamadkhani Ghiassvand, écrivain et journaliste en ligne, a été arrêtée le 11 mars 2010 à son domicile par des agents du ministère des Renseignements, dans la ville de Karaj (ouest de Téhéran). Deux jours après son arrestation, la journaliste kurde a pu contacter sa famille. Elle est actuellement détenue à la prison Ghezel Hessar…



Large déploiement policier pour la célébration de la fête du feu
AFP, 16 mars

Les forces de l'ordre se sont largement déployées à Téhéran pour prévenir tout incident à l'occasion de "chahar shanbe souri", la "fête du feu" datant de l'époque pré-islamique, qui intervient la nuit précédant le dernier mercredi de l'année iranienne s'achevant le 20 mars.




La Fête du feu ravive la fronde iranienne
Le Figaro, 17 mars

Par Delphine Minoui - Sous la braise, le feu.
À peine les opposants iraniens s'étaient-ils accordé quelques semaines de répit - forcé par une violente répression - qu'ils ont repris, mardi soir, leur fronde à haut risque.

L'occasion était rêvée. Chaque année, une grande partie de la population a pour tradition de sauter au-dessus de petits feux de joie dans la nuit du mardi au mercredi qui précède l'équinoxe du printemps - et le Nouvel An iranien, célébré le 20 mars. Le rituel, hérité de la Perse préislamique, remonte selon les historiens à 1725 avant J.-C. Passé sous silence par la République islamique avant d'être récemment ravivé, le chahar shanbe souri (ou «fête du feu») est un véritable exutoire pour une jeunesse iranienne en mal de loisirs et en quête de liberté.
«Cette année, le rite est encore plus symbolique. C'est un moyen de protester à nouveau contre la fraude de juin dernier et la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, même si l'espace imparti à la contestation se réduit de plus en plus», confie, par téléphone, une habitante de Téhéran, avant de rejoindre voisins et amis autour d'un petit autel de braises dressé discrètement au milieu de son impasse. Les plus téméraires, eux, se préparaient à de nouveaux accrochages avec les forces de l'ordre…
Pour un régime dont la légitimité n'a jamais été autant mise à mal, ce défouloir social n'est pas vu d'un bon œil. Craignant une nouvelle vague de protestation, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a prévenu, dès samedi, ses détracteurs. Cette fête n'a «aucune base religieuse. Elle apporte beaucoup de dégâts et de corruption et il est approprié de l'éviter (…) C'est une sorte d'adoration du feu», a-t-il déclaré à l'agence de presse IRNA. Un responsable de la police, dont les équipes ont été déployées en renfort à Téhéran, a, lui, demandé aux familles de «fêter chahar shanbe souri près de leur maison» car les policiers empêcheront «tout rassemblement sur les principales artères»


21 mars
Joyeux Norouz et bonne année 1389
à tous les Iraniens



Les talibans reçoivent un entraînement armé en Iran par le VEVAK
AFP, 21 mars
Des talibans reçoivent un entraînement armé en Iran dispensé par des membres des services de sécurité iraniens, a affirmé le Sunday Times, s'appuyant sur le témoignage de deux chefs rebelles anonymes qui disent en avoir bénéficié...



Une mère et ses deux enfants condamnés à mort
L’Organisation des Droits de l’Homme au Kurdistan, 22 mars
Trois membres d’une famille d’Orumieh ont été condamnés à mort pour crimes de droit commun, à la Court de Mahabad.
Une mère Kurde et ses deux enfants qui avaient été arrêtés, pour des crimes de droit communs, ont été condamnés à mort par le Tribunal Révolutionnaire à Mahabad.
Ces prisonniers sont Jazieh Darvish Zadeh et ses deux enfants Afsaneh Darvish Zadeh, 19 ans et Fatollah Darvish Zadeh, 21ans. Ils sont en ce moment détenus à la prison de Mahabad.



L'UE proteste contre le Brouillage des émissions TV en Iran
Reuters, 22 mars
Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont demandé lundi à l'Iran de cesser de perturber les transmissions européennes par satellite.



230 membres du Congrès américain appellent à la protection des opposants iraniens à Achraf
PR-Newswire, 23 mars
Une majorité bi-partisane des membres de la Chambre des Représentants des Etats-Unis ont co-parrainé la résolution (H.Res.704) demandant au Président de prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir les engagements des Etats-Unis, afin d’assurer la protection d’Achraf...



L'Europe veut s'attaquer à la censure des médias étrangers en Iran
AFP, 23 mars
Les pays de l'UE ont annoncé lundi leur intention d'agir contre l'Iran pour "mettre fin" au brouillage des programmes étrangers de radio et télévision diffusés vers ce pays, au moment où les négociations sur des sanctions sur le dossier nucléaire peinent à progresser.



L'UIT demande à l'Iran de cesser le brouillage des radios et TV européennes
AFP, 26 mars
L'Union internationale des télécommunications (UIT) a appelé vendredi les autorités iraniennes à mettre fin au brouillage des émissions du satellite Eutelsat qui diffuse vers l'Iran des programmes étrangers de radio ou télévision.



Medvedev : des sanctions contre l'Iran pourraient être nécessaires
Associated Press, 28 mars
Imposer des sanctions supplémentaires à l'Iran en raison de son programme nucléaire n'est pas la meilleure option mais cette piste ne peut être exclue, a estimé samedi le président russe Dimitri Medvedev…



Violations de la liberté de la presse en temps réel en Iran
RSF, 29 mars
A l’occasion du nouvel an iranien, plusieurs journalistes et blogueurs ont été libérés provisoirement en attente de leur jugement, ou ont obtenu une permission...
Plusieurs autres journalistes, pourtant dans une situation préoccupante, ont été privés de leur droit de visite, ou n’ont pu obtenir de permission. C’est le cas de Masoud Lavassani, journaliste et blogueur arrêté le 26 septembre et condamné en décembre 2009 à 8 ans de prison ferme…

Reporters sans frontières a appris la libération, le 13 mars, de trois journalistes et blogueurs :
Vahid Pourostad, blogueur arrêté le 8 janvier 2010, Lilli Farhadpour, collaborateur de Meher News, arrêté le 7 février et Somayeh Momeni, journaliste de Nasim Bidary, arrêtée le 7 février.

Ces journalistes ont été libérés provisoirement suite au versement d’une caution, en attente de leur jugement.



« Les exécutions en Iran adressent un message effrayant »
Amnesty International, 29 mars
Entretien avec Philip Alston, rapporteur spécial de l'ONU.
Les récents événements en Iran font craindre que les autorités n'utilisent une nouvelle fois les exécutions comme un instrument visant à étouffer l'agitation politique…



Allawi accuse l'Iran d'"interférer" dans la formation du gouvernement
AFP, 31 mars


Le laïque Iyad Allawi, vainqueur des élections législatives en Irak, a accusé mardi l'Iran d'"interférer" dans le processus de formation du nouveau gouvernement irakien et de vouloir l'empêcher de devenir Premier ministre...



Les ministres du G8 prônent une position ferme contre l'Iran
Reuters, 30 mars
Les ministres des Affaires étrangères du G8, réunis pour deux jours à Ottawa, appellent la communauté internationale à prendre des "mesures appropriées et fortes" pour afficher sa détermination face aux activités nucléaires de l'Iran.



Sarkozy et Obama affichent leur entente et leur fermeté sur l'Iran
AFP, 31 mars

Les présidents américain Barack Obama et français Nicolas Sarkozy ont énoncé mardi une position commune de fermeté vis-à-vis du programme nucléaire iranien, affichant aussi face à la presse l'excellence de rapports qui avaient été marqués par des malentendus…



La vindicte post mortem du pouvoir iranien
Le Monde, 31 mars
Lorsque le grand ayatollah Hossein Ali Montazeri est mort, à 87 ans, fin décembre 2009 à Qom, la ville sainte iranienne, les forces de sécurité étaient intervenues pour limiter au maximum les cérémonies du deuil. Il est vrai qu’il est une des plus hautes autorités religieuses chiites, faisait figure depuis vingt ans de chantre de la contestation, lui qui fustigeait les dérives autoritaires du Guide suprême, Ali Khamenei, et du régime, devenu à ses yeux, une "dictature religieuse".
Empêcher que ses funérailles ne soient l'occasion, pour des milliers de manifestants, de conspuer le gouvernement pouvait paraître sacrilège et déplacé mais en partie justifié aux yeux des autorités, dans la logique répressive en cours depuis des mois en Iran. Mais, que pareille vindicte puisse se transmette "post mortem" à son épouse, Mah Soltan Rabani, bien peu l'avaient imaginé.
Or, celle-ci est morte, à plus de 80 ans, samedi 27 mars, à Qom. Conformément aux voeux de cette femme effacée mais respectée car tout à la fois "mère de martyr", depuis l'assassinat d'un de ses fils dans un attentat au début de la révolution islamique de 1979, et femme de "source d'imitation", ses proches ont voulu l'enterrer aux côtés de son fils et de son mari dans le mausolée Masoumeh, le lieu de culte le plus sacré de la ville.

Ce droit leur fut refusé par les représentants du Guide suprême. Ils demandèrent une explication. La réponse ne vint jamais. Sinon sous la forme d'un commando d'agents des services secrets qui, devant la foule en deuil qui se pressait devant le mausolée, emmena le corps, dirent des témoins, pour couper court aux rassemblements, l'enterrant en grande hâte et en toute discrétion à la périphérie de la ville.

Une prière en guise de défi
Qu'importe. Choqués, de nombreux "marjas" ou leurs représentants, dont ceux de l'ayatollah Saanei, Moussavi Ardebili ou Sistani, s'étaient rassemblés pour prier sous la houlette de l'un des plus respectés, le grand ayatollah Chobeyr Zandjani. Une prière, ont estimé certains commentateurs, en forme de défi à l'autorité "religieuse" du Guide suprême, souvent critiqué à Qom pour sa conception trop "politique" de sa fonction.
Le défi aux autorités "temporelles" ne se fera pas attendre : même sans pouvoir suivre la dépouille, comme le veut la tradition, plusieurs centaines d'Iraniens en deuil ont maintenu la marche funèbre, défilant dans les rues de Qom, sous haute surveillance. Très vite des slogans politiques contre la "dictature" ont fusé et ce que les services secrets avaient voulu éviter à tout prix est arrivé : des heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre. Une trentaine de personnes auraient été arrêtées. Conclusion de l'un des fils de la défunte : "Par cette action regrettable les services secrets ont clairement montré leur peur. Ils sont même effrayés par un corps sans vie."


116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

csdhi

Les Iraniennes en révolte