Situation des Femmes en Iran

Public

07 mars 2011

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran


Fevrier 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com



HRW : Téhéran devrait exécuter "plus de mille personnes en 2011"
Le Monde, 1er février
L'Iran, qui a provoqué une levée de boucliers avec la récente pendaison d'une femme néerlando-iranienne, devrait "au rythme actuel" exécuter plus de mille personnes en 2011, ce qui serait un record, selon l’organisation Human Rights Watch…



Exposition en Iran: le Louvre n'a pris "aucun engagement contraignant"
AFP, 1er février

Le musée du Louvre a déclaré mardi à l'AFP n'avoir pris "aucun engagement précis et contraignant" sur l'organisation d'une exposition d'art ancien iranien à Téhéran, alors que l'Iran menace de rompre ses relations culturelles avec Paris si le musée français ne s'exécute pas...



Peine de mort pour avoir créé un site porno: Ottawa critique l'Iran
IRNA/AFP, 1er février
Le Canada a dénoncé à nouveau mardi la condamnation à mort par la justice de Téhéran d'un Iranien résidant au Canada, qui avait été accusé de gérer un site pornographique…
Saeed Malekpour, un informaticien de 35 ans, a été condamné début décembre à la peine capitale après avoir été reconnu coupable en octobre d'avoir "conçu et hébergé des sites pour adultes", "d'agitation contre le régime" et "d'insulte à l'islam", ont indiqué ses proches.
M. Malekpour a été arrêté en Iran en 2008, alors qu'il rendait visite à son père mourant.
Une autre personne poursuivie pour gestion de sites pornographiques a également été condamnée à mort…



La fille du cinéaste iranien Jafar Panahi "à l'abri" en France

AFP, 2 février
La fille du cinéaste iranien Jafar Panahi condamné à six ans de prison est "à l'abri en France" à la demande de ses parents, a annoncé mardi soir le directeur de la Cinémathèque française Serge Toubiana, au cours d'une soirée de soutien à M. Panahi.



Les USA appellent l'Iran à arrêter les exécutions, condamnent celle de Zahra Bahrami

AFP, 2 février


Les Etats-Unis ont appelé lundi l'Iran à mettre fin aux exécutions, le Département d'Etat se déclarant "particulièrement inquiet" de la pendaison intervenue samedi d'une Irano-néerlandaise accusée de trafic de drogue, Zahra Bahrami.
"Les Etats-Unis sont très préoccupés par le fait que l'Iran continue à refuser à ses citoyens leurs droits civiques", a indiqué le porte-parole du Département d'Etat Philip Crowley dans un communiqué diffusé lundi soir.



Les internautes iraniens plus préoccupés par la censure que par les sanctions
AFP, 3 février
La récente décision de Google de rendre trois de ses principaux services accessibles en Iran est passée inaperçue auprès des internautes iraniens, plus préoccupés par les moyens de contourner la censure du pouvoir sur Internet que par des sanctions américaines demeurées virtuelles.
C'est le blocage de milliers de sites étrangers par les autorités qui constitue le principal problème pour les iraniens, et non l'accès aux logiciels américains les plus avancés, disponibles partout à Téhéran en dépit des sanctions…
La République islamique, avec quelque 32 millions d'internautes pour 74 millions d'habitants, est le pays du Moyen-Orient le plus branché sur le web.
Les autorités ont toutefois multiplié les restrictions depuis les grandes manifestations anti-gouvernementales de 2009, dans lesquelles les réseaux sociaux comme Facebook ou des plates-formes vidéo comme You Tube ont joué un rôle important pour mobiliser les manifestants et diffuser les images d'une répression qui a fait plusieurs dizaines de morts.
Le pouvoir iranien a bloqué des milliers de sites web, notamment pornographiques, politiques ou d'information, accusés de jouer un rôle "destructeur et immoral". Il a également réduit les flux internet --parfois quasiment bloqués en période de crise-- et a lancé officiellement fin janvier une "cyberpolice" chargée de traquer les "activités illégales" sur la toile.
Mais l'Iran demeure malgré cela "le plus grand consommateur de logiciels du Moyen-Orient", grâce au piratage qui permet des prix défiant toute concurrence, souligne Milad N., un expert en informatique qui requiert l'anonymat.



L’ONU dénonce l’accroissement des exécutions
AFP, 4 février


La Haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU Navi Pillay a dénoncé mercredi "l'accroissement dramatique" des exécutions capitales en Iran depuis janvier.
Depuis le 1er janvier, 67 personnes ont été exécutées en Iran... Il s'agit d'un rythme quatre fois plus élevé qu'en 2010, où 179 exécutions avaient été recensées sur l'année.
"Nous avons exhorté l'Iran, plus d'une fois, à cesser les exécutions", explique Mme Pillay.
"Je suis consternée par le fait qu'au lieu d'entendre nos appels, les autorités iraniennes semblent faire un usage accru de la peine de mort", dénonce-t-elle.
Selon la Haut-commissaire, une grande partie des personnes ont été exécutées en relation avec des accusations de trafic de drogue. Et au moins trois prisonniers politiques ont été pendus en janvier en tant qu'"ennemi de Dieu".
Elle a réitéré son appel à la mise en place d'un moratoire en vue de l'abolition de la peine de mort en Iran.



L'Iran appelle à un régime islamique en Egypte
AFP, 4 février


Ali Khamenei estime que l'Egypte doit suivre le modèle de la révolution de 1979 en Iran. Dans un discours prononcé à dessein en persan puis en arabe, à la prière du vendredi, le Guide suprême iranien, Ali Khamenei, a exhorté les pays arabes à "suivre le modèle iranien se répandait comme un "tremblement de terre" susceptible de balayer l'influence américaine dans le monde arabe…
Les dirigeants iraniens, qui s'étaient au début inquiétés du soulèvement en Tunisie, n'ont jamais caché leur intérêt face au possible effondrement du régime égyptien, allié d'Israël et des Etats-Unis que Téhéran considère comme ses deux ennemis jurés…



Tenue plus islamique requise pour les femmes journalistes parlementaires
ILNA/AFP, 5 février


Le Parlement iranien dominé par les conservateurs veut imposer un code vestimentaire plus "islamique" aux femmes journalistes couvrant l'actualité parlementaire.
"Certaines femmes journalistes ne sont pas habillées de façon appropriées à l'atmosphère du Parlement", a expliqué la députée Fatemeh Rahbar.

"Il a été envisagé de préparer des vêtements (pour les visiteuses) respectant le code islamique tout en tenant compte du goût des journalistes", a-t-elle ajouté sans donner davantage de détails...

Les sept femmes siégeant au Parlement, toutes conservatrices, portent généralement le tchador noir mais beaucoup d'employées ou de visiteuses se contentent d'un foulard et d'un manteau...



Orchestres interdits
Jahan News, 6 février
Le procureur général de la province de Kohkilouyeh (ouest) a interdit la présence de tout orchestre et groupe de musique dans les fêtes et cérémonies de mariage…



Marée noire en Iran
Agence Mehr/Le Monde, 8 février
La rupture d'un oléoduc en Iran a provoqué une marée noire dans le port de Daylam, dans la province de Bouchehr (sud).
La nappe s'étendrait sur vingt kilomètres de côte et sur huit kilomètres vers le large…



Pauvreté chez les ouvriers
Radio Farda, 8 février
Gholam-Reza Khademi-Zadeh, le responsable des associations syndicales des ouvriers iraniens, a révélé que 43% des travailleurs vivent en dessous du seuil de pauvreté. Il a rejeté le montant déclaré officiellement du minimum salaire, estimant que les salariés et en particulier les femmes gagnent beaucoup moins…



La pression augmente sur les prisonniers politiques à Oroumieh
Harana, 8 février
Le régime iranien a considérablement intensifié la pression sur les prisonniers politiques dans une prison d'Oroumieh (nord-ouest).
Les prisonniers politiques de la section 12 ont fait passer à l’extérieur un communiqué, révélant certaines tactiques de pressions et appelant la communauté internationale et les organisations des droits humains à prendre des mesures d’urgence.
Selon le communiqué, quelques temps après la mise à mort de Hossein Kehezri de nombreuses contestations ont éclaté, notamment contre la pénurie d’eau chaude et le refus du régime de transférer les malades de la Section au dispensaire de la prison pour y être soignés.
Le communiqué précise aussi que les agents ne permettent pas aux prisonniers de recevoir des vêtements propres de leur famille, que les agents de renseignements surveillent étroitement les visites des familles et que les téléphones publics ont été déconnectés pendant deux semaines.



10 personnes pendues en secret dans une prison à Machad
Agence Harana, 8 février
Le régime iranien a secrètement pendu 10 prisonniers à la prison de Vakilabad dans la ville de Machad (nord-est).
L'Organisation iranienne des Droits de l'Homme a signalé que ces 10 personnes auraient été accusées d'infractions liées à la drogue. Les pendaisons ont eu lieu sans que les avocats des familles en aient été avertis.



Panahi "Citoyen d’honneur de la Ville de Paris"
AFP, 10 février


Le cinéaste iranien Jafar Panahi, condamné à de lourdes peines dans son pays, a été fait mardi à l'unanimité du Conseil de Paris Citoyen d'honneur de la ville de Paris, a annoncé mardi soir la Mairie de Paris…



"cinq minutes de silence pour Panahi"

AFP, 11 février


Le philosophe français Bernard-Henri Lévy a appelé jeudi "le monde du cinéma à observer cinq minutes de silence" en soutien au cinéaste iranien Jafar Pahani, condamné à de lourdes peines et auquel le festival de Berlin rend hommage vendredi…



L’UE a décidé de boycotter la fête nationale iranienne
AFP, 11 février
L'Union européenne a décidé de boycotter les cérémonies du 32e anniversaire de la Révolution islamique iranienne pour protester contre l'exécution de l’Irano-néerlandaise, Zahra Bahrami, a-t-on appris jeudi de source diplomatique européenne à Téhéran…



Deux hommes pendus à Khoramabad
Quotidien Kayhan/AFP, 14 février
Deux trafiquants de drogue ont été pendus dans la ville de Khoramabad à l’ouest de l'Iran. Les deux hommes, identifiés comme Nourbakhsh A. et Aliheydar Z., ont été reconnus coupables d'avoir distribué de la cocaïne.



Un mort, plusieurs blessés à Téhéran pour la 1ère manifestation depuis un an 
AFP, 14 février


Une personne a été tuée et plusieurs ont été blessées par des tirs lundi à Téhéran lors de la première manifestation anti-gouvernementale organisée depuis un an par l'opposition réformatrice.
Alors que les autorités avaient interdit tout rassemblement, des incidents ont éclaté en plusieurs endroits de la capitale entre des milliers de manifestants et les forces de l'ordre…

Saluant le "courage" des manifestants, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a affirmé que Washington soutenait leurs revendications et mis en garde contre l'usage de la violence à leur encontre. Elle a également appelé l'Iran à "ouvrir" son système politique.
Londres a appelé Téhéran à "protéger la liberté d'expression et d'association" et "faire preuve de retenue".
Les autorités avaient interdit aux médias étrangers de se rendre sur place pour couvrir les rassemblements.

La police a fait usage de lacrymogènes et de billes de "paintball" pour disperser des milliers de manifestants près de la grande place Azadi dans l'ouest de Téhéran, selon les témoignages.
Alors que ces rassemblements étaient silencieux au départ, certains manifestants ont commencé à crier des slogans anti-gouvernementaux, comme "mort au dictateur", selon les mêmes sources. Ils ont également incendié des poubelles...



Washington ouvre un compte Twitter en persan
Reuters, 14 février
Les Etats-Unis ont ouvert, dimanche, un compte Twitter en persan pour s'adresser aux utilisateurs de ce réseau social sur Internet en Iran. "Le département d'Etat américain reconnaît le rôle historique des médias sociaux auprès des Iraniens dans le monde aujourd'hui...

Le département d'Etat a commencé dimanche à écrire des micro-messages sur le site Twitter en persan pour s'adresser aux Iraniens, en insistant sur la nécessité que Téhéran laisse sa population manifester pacifiquement et librement comme en Egypte.



Amnesty International condamne la répression d’une manifestation
AI, 14 février
Amnesty International dénonce le fait que les autorités iraniennes aient dispersé une marche semble-t-il pacifique organisée à Téhéran en signe de soutien aux actions de protestation égyptiennes et tunisiennes. Des manifestations auraient également eu lieu dans d'autres villes d'Iran, dont Ispahan, Chiraz et Kermanshah…



Deux pendaisons à Sari
IRNA, 14 février
Accusés de trafic de drogue, deux hommes ont été pendus dans la prison centrale de la ville septentrionale de Sari.



Paris condamne "avec fermeté" les violences contre les manifestants
AFP, 15 février
La France "condamne avec fermeté" les violences commises contre des manifestants lundi en Iran et "demande la libération des personnes arrêtées", a déclaré mardi le ministère français des Affaires étrangères.
"A l'heure où des aspirations démocratiques s'expriment dans plusieurs pays, la France réitère son attachement à la liberté d'expression et au droit de manifestation pacifique partout dans le monde", a dit le porte-parole du ministère, Bernard Valero, lors d'un point de presse.



L'UE augmente la pression sur Téhéran
AFP, 15 février


L'Union européenne a accru la pression mardi sur les autorités iraniennes pour qu'elles respectent le droit de manifester et lèvent les restrictions à l'opposition, son Parlement faisant même un parallèle avec les toutes récentes révolutions en Egypte et Tunisie.
La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, suit de près les événements en Iran, "en particulier les restrictions apparentes à la liberté de mouvement de certains membres de l'opposition et les manifestations qui ont lieu dans les rues", souligne un communiqué de sa porte-parole.
"Elle appelle les autorités iraniennes à respecter pleinement et à protéger les droits de leurs citoyens, y compris la liberté d'expression et le droit de se rassembler pacifiquement", ajoute le texte.

Mme Ashton exhorte également "les autorités iraniennes à s'abstenir de l'usage de la force contre des manifestants pacifiques".


Deux hommes pendus à Sanandaj
IRNA/AFP, 15 février
Deux trafiquants de drogue ont été pendus dans la ville de Sanandaj, dans l'ouest de l'Iran. Les deux hommes, identifiés comme M. H. et Kh. R., ont été pendus mardi matin dans la prison de Sanandaj.


Incidents aux funérailles de Sanee Jaleh
AFP, 16 février


Des incidents ont éclaté mercredi entre des participants aux funérailles d'une des victimes des manifestations antigouvernementales de lundi et "un petit nombre de personnes apparemment liées" à l'opposition, a indiqué le site internet de la télévision d'Etat.
"Des incidents ont opposé des étudiants et des personnes participant aux funérailles du martyr Sanee Jaleh à l'Université des Arts de Téhéran à un petit nombre (de personnes) apparemment liées au mouvement de sédition" (ndlr: nom donné par le pouvoir à l'opposition), a indiqué le site.
Les partisans du pouvoir ont "forcé (les opposants) à se retirer, en criant des slogans contre les monafeghine" (hypocrites, nom désignant les Moudjahidine du peuple, principale organisation de lutte armée contre le régime de Téhéran), a ajouté le site.
Deux personnes présentées par les autorités comme des partisans du pouvoir ont été tuées lors des manifestations de l’opposition lundi à Téhéran.
Salee Jaleh a été présenté officiellement comme un "étudiant bassidji" (membre de la milice islamique du Bassidj), mais certains sites de l'opposition ont affirmé qu'il était "un activiste" du mouvement vert (opposition).



La répression en Iran "totalement inacceptable" (Merkel)

AFP, 16 février

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé mercredi "totalement inacceptable" la répression des manifestations en Iran…
La chancelière assure les femmes et les hommes d'Iran qui sont courageusement descendus dans la rue que leur appels à la liberté et à l'application des droits de l'homme seront entendus en Allemagne et en Europe".
Le gouvernement fédéral demande la fin immédiate des menaces contre les chefs de l'opposition politique" et la protection des "opposants au régime".



L'Iran libère deux journalistes allemands
Le Monde, 19 février
Les autorités judiciaires iraniennes ont annoncé samedi la remise en liberté de deux ressortissants allemands emprisonnés depuis octobre dans le nord-ouest du pays après avoir été reconnus coupables d'espionnage, rapportent des médias officiels.



Quatre hommes pendus à Kerman
Quotidien Arman /AFP, 19 février
Quatre hommes condamnés pour trafic de drogue ont été pendus en début de semaine dans la ville de Kerman.
Akbar M., Zaher G., Saïd J. et Kodabash A. ont été reconnus coupables d'avoir eu en leur possession différentes sortes de drogue (héroïne, opium et crack).



Deux pendaisons à Ispahan

Site télévision d'Etat/AFP, 20 février
Deux hommes condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus à Ispahan (centre).
En Iran, les personnes ayant plus de 30 grammes de drogue en leur possession sont passibles de la peine de mort.



Nouvelle défection d'un diplomate
AFP, 20 février


Un diplomate iranien en poste en Italie a fait défection "afin de dénoncer la politique" du président Mahmoud Ahmadinejad et de son régime...
"Ahmad Maleki, premier secrétaire et vice-consul du consulat général de la République Islamique d'Iran à Milan, neveu de Mehdi Karoubi, a fait défection afin de dénoncer la politique d'Ahmadinejad et de son régime, et a ainsi rejoint le peuple iranien dans son combat pour la libération de l'Iran", a annoncé dans un communiqué Amir Hossein Jahanchahi, fondateur de la Vague Verte.



1.500 membres du Hezbollah libanais participent à la répression 
AFP, 20 février
Le Conseil national de la résistance iranienne (opposition), dont les Moudjahidine du peuple sont la principale composante, a affirmé dimanche que quelque 1.500 membres du Hezbollah libanais participaient aux côtés des forces de l'ordre à la répression des manifestations en Iran…
"Lors du soulèvement du 14 février, dans les secteurs de la rue Azadi à Téhéran, le régime des mollahs a utilisé 1.500 membres du Hezbollah dans des affrontements avec les manifestants. Ces forces sont également convoquées dans la répression des manifestations de grande ampleur qui ont touché Téhéran d'aujourd'hui", a ajouté le principal mouvement iranien d'opposition en exil.
D'après le CNRI, le régime "les mobilise dans les rues en civil pour donner un coup de main aux forces de sécurité face aux protestations et émeutes"…



L’arrestation de la fille de l'ex-président Rafsandjani parmi des manifestants
AFP, 20 février


Un déploiement policier massif a empêché tout rassemblement anti-gouvernemental important dimanche à Téhéran, des sites d'opposition faisant état d'affrontements alors que le pouvoir annonçait l'arrestation de la fille de l'ex-président Rafsandjani parmi des manifestants…



Trois prisonniers pendus sur une place publique à Salmas
Agence Harana, 20 février
Dans la ville de Salmas (nord ouest), trois hommes identifiés comme étant Moslem Issapour, un Kurde Ardalan Hatami, un Kurde et Peyman Qaneh, un Azéri ont été exécutés en public par le régime iranien.
Ils ont tous été pendus sur la place de la bourgade.
Les gens qui ont assisté à la pendaison ont réagi avec colère en scandant « mort au dictateur ». Les forces de sécurité ont dû intervenir pour disperser la foule.


Un étudiant tué au cours du soulèvement à Chiraz
Iran Focus, 21 février


L’étudiant Hamed Nourmohamadi a été tué à Chiraz au cours du soulèvement héroïque de la population dimanche...
Selon les témoignages reçus, Hamed, étudiant en biologie, a été propulsé par les agents répressifs du régime par-dessus un pont piéton.
Selon les informations communiquées par le CNRI, l’opposition organisée, des agents de sécurité ont ouvert le feu sur les manifestants sur la place Namazi.



UE demande de sanctions contre l'Iran
AFP, 22 février
Plusieurs pays européens ont demandé que l'UE impose des sanctions contre l'Iran en raison des violations des droits de l'Homme dans le pays, s'ajoutant à celles déjà décidées en raison du programme nucléaire de Téhéran, a indiqué aujourd'hui une source diplomatique.



Deux navires de guerre iraniens en Méditerranée
nouvelobs.fr, 22 février
Deux navires de guerre iraniens sont entrés, mardi après-midi, dans les eaux de la Méditerranée après avoir emprunté le canal de Suez, a-t-on appris auprès de l'Autorité exploitant le canal.
Le ministère israélien des Affaires étrangères a appelé la communauté internationale à réagir "avec fermeté" à cette mission de la marine iranienne, considérée par Israël comme une "provocation"…


Le Sénégal rompt ses relations diplomatiques avec l'Iran

AFP, 23 février
Le Sénégal a rompu mercredi ses relations diplomatiques avec l'Iran qu'il a accusé d'avoir livré des armes aux rebelles indépendantistes de Casamance où la recrudescence de la violence depuis fin décembre 2010 a causé la mort d'au moins seize soldats sénégalais...



Dépression chez les femmes iraniennes
Peyke Iran, 23 février
Selon la psychologue Sima Ferdowsi, bien que
l’espérance de vie des femmes en Iran est estimée à 2 ans plus que celle des hommes, les Iraniennes, constamment sous pression, sont beaucoup plus exposées aux maladies physiques et surtout psychiques. Des affections psychiques touchent 26% des femmes et 15% des hommes. 
Se basant sur les recherches récentes, le Dr. Ferdowsi souligne que la dépression  chez les femmes iraniennes est de 3 à 4 fois plus élevée que la limite.



Des antennes paraboliques confisquées à Téhéran
Agence HRANA, 24 février
Le régime iranien a confisqué des antennes paraboliques dans plusieurs points de Téhéran pour empêcher le libre accès à l’information...
Ces derniers jours, le régime a également intensifié ses tentatives pour brouiller les signaux satellites, ce qui, d’après certaines recherches, pourrait nuire à la santé publique.



L'Iran annonce l'arrêt du réacteur de Bouchehr
Le Monde, 26 février
L'Iran a annoncé samedi 26 février l'arrêt pour des raisons "techniques" de sa centrale de Bouchehr avant même qu'elle n'ait commencé à produire de l'électricité. Cet arrêt constitue un revers significatif pour le programme nucléaire iranien…



Une solution pacifique et démocratique au Moyen-Orient, passe inévitablement par un changement de régime en Iran : Maryam Radjavi
CNRI, 26 février


«La voie d'un Moyen Orient démocratique et pacifique, dans lequel les femmes et les jeunes joueront le rôle qu'ils méritent passe obligatoirement par un changement de régime en Iran. Sans ce changement, l'instauration de la démocratie et de la stabilité dans cette région ne sera pas possible. Dans la nouvelle conjoncture, le changement de régime s’avère cent fois plus nécessaire si l’on veut éviter le détournement des  événements dans la région», a déclaré Maryam Radjavi à Paris, le 26 février.
La présidente élue de la Résistance iranienne s’exprimait au CNIT dans une conférence intitulée « l’Iran, les droits humains, les femmes, le camp d’Achraf et les options politiques ».



« Shoah », diffusé en Iran le 7 mars

Le Monde, 27 février
Shoah (1985), de Claude Lanzmann, film essentiel sur l'extermination des Juifs durant la seconde guerre mondiale, n'a jamais été montré en Iran, en Turquie, ni dans aucun pays arabe. Lundi 7 mars, deux chaînes satellitaires iraniennes émettant depuis les Etats-Unis, Pars et Channel One,...




Les opposants  Karoubi et Moussavi ont été arrêtés

Reuters, 28 février


Selon le site d'opposition Kaleme, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, qui étaient assignés à résidence depuis deux semaines, ont été arrêtés et transférés à la prison Heshmatiyeh à Téhéran…



Berlin inquiet et Paris "très préoccupé" par le sort des chefs de l'opposition
AFP, 28 février
La France a exprimé lundi sa grande préoccupation pour le sort des deux chefs de l'opposition réformatrice iranienne Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi, et condamné le refus persistant de coopération de Téhéran sur son programme nucléaire controversé...
Les forces de sécurité ont transféré Mehdi Karoubi et sa femme, depuis plus de deux semaines en résidence surveillée à Téhéran, vers un endroit inconnu, selon son site internet. Mir Hossein Moussavi et son épouse sont également en résidence surveillée après avoir appelé à une manifestation interdite le 14 février.
Le pouvoir accuse désormais les deux hommes d'être des "contre-révolutionnaires".



Flagellation publique à Tabas

Agence ISNA, 28 février
Deux hommes ont reçu 74 et 60 coups de fouet sur une place publique dans la ville de Tabas (nord est) en présence du procureur.
L’un a été accusé de vol et l’autre condamné pour detention de la drogue.


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

csdhi

Les Iraniennes en révolte