Situation des Femmes en Iran

Public

10 novembre 2011

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran


Septembre 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com




90 morts sur les routes en trois jours
AP, 2 septembre
La radio officielle iranienne affirme qu'au moins 90 personnes ont perdu la vie sur les routes du pays au cours des trois derniers jours.
Les Iraniens ont pris la direction de la campagne à l'occasion de l'Eid al-Fitr, la fête qui marque la fin du mois sacré du ramadan. La fête a débuté mercredi en Iran.
Les routes iraniennes comptent parmi les plus dangereuses de la planète. Quelque 26 000 personnes y perdent la vie chaque année.
Ce lourd bilan est attribué à des véhicules mal entretenus, à des services de secours inadéquats et à au non-respect des règles de circulation.



Manifestations sévèrement réprimées
Euronews, 4 septembre


Dans les villes de Tabriz, de Téhéran et d’Oroumieh, des centaines de personnes ont protesté contre le manque de réaction des autorités face au dessèchement progressif du lac d’Oroumieh, les des plus grands lacs salés du monde. Plusieurs personnes ont été blessées, des tirs ont été entendus.



Six personnes pendues à Ahvaz
ISNA/AFP, 4 septembre
Six personnes -trois condamnées pour des "actes contraires à la religion", deux pour viols et une autre pour trafic de drogue- ont été exécutées par pendaison dimanche dans la  prison Karoun à Ahvaz (sud ouest).
Trois de ces prisonniers, identifiés par leurs seules initiales, M. T., T. T., et M. Tch. ont été pendus pour avoir commis des "actes interdits, allant à l'encontre de la religion", a indiqué l'agence ISNA sans préciser la nature de ces actes.
Ils étaient également poursuivis pour enlèvement et vol.
Les trois autres personnes E. H., G. N. et A. CH. deux condamnées pour viol et une pour trafic de drogue, ont également été exécutées par pendaison dimanche dans la même prison.



Arrestations après une nouvelle bataille d'eau dans un parc de Téhéran
Agence Mehr/AFP, 4 septembre


La police a procédé vendredi à de nouvelles arrestations de jeunes gens tentant de se livrer à des batailles d'eau dans un parc de Téhéran, a indiqué dimanche le chef adjoint de la police de Téhéran Ahmad Reza Radan…
Plus de 36.000 internautes avaient annoncé sur Facebook leur intention de participer à la bataille d'eau de vendredi, entraînant une présence policière massive dans le parc, selon les témoignages et documents diffusés sur internet.



Que cesse la répression…
RSF, 5 septembre


http://fr.rsf.org/iran-que-cesse-la-repression-que-05-09-2011,40923.html
Malgré certains gestes d’ouverture de la part du régime, la répression contre les médias et les journalistes continue en Iran. L’hebdomadaire Shahrvand Emrouz a été suspendu le 5 septembre 2011. Reporters sans frontières condamne la répression contre la liberté d’expression et les manifestations non violentes dans les villes d’Oroumieh et Tabriz, ainsi que l’arrestation de net-citoyens et de journalistes…
La Commission d’autorisation et de surveillance de la presse, organe de censure du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique, a ordonné, le 5 septembre, la suspension de l’hebdomadaire Shahrvand Emrouz, pour 'insulte envers des dirigeants du pays'. Selon la Commission, le journal ne serait autorisé à publier que des articles liés à l’actualité culturelle et sociale…



Opérations contre les rebelles kurdes à la frontière, 22 morts
AFP, 5 septembre
Des unités des Gardiens de la révolution iranienne ont tué 22 combattants kurdes iraniens du PJAK, dans de nouvelles opérations contre ce groupe séparatiste dans la zone frontalière avec l'Irak, a affirmé lundi la télévision d'Etat iranienne.
Vingt-sept autres combattants du PJAK, principal mouvement indépendantiste armé kurde iranien, ont été tués dans ces opérations, qui se sont déroulées dans les montagnes de Sardasht…



Quatre hommes pendus à Kerman
ISNA, 6 septembre
Quatre hommes accusés de trafic de drogue ont été pendus mardi à la prison de Kerman (sud). Ils ont été reconnus étant Hamid K., Ghassem B., Hossein J. et Siamak M. Les trafics reprochés à chacun des quatre condamnés portaient sur plusieurs dizaines de kilos d'opium ou d'héroïne.



Dans l’enfer cruellement gris de la république islamique
« Au Revoir » : La liberté ou la mort
Le Point/Le Monde, 6 septembre


 « Au revoir » film de Mohammad Rasoulof, présenté en son absence à Cannes, où il a obtenu le prix de la mise en scène (section Un certain regard), frappe bien plus fort.
Le réalisateur a été condamné à six ans de prison. Il a fait appel et, en attendant le jugement, il a tourné 'Au revoir' semi-clandestinement. Son film ne sera pas montré en Iran…
C’est l’histoire d’une jeune avocate enceinte à qui on a retiré sa licence vivote en attendant de pouvoir quitter l'Iran…
Le cinéaste est arrivé début septembre à Paris pour y promouvoir la sortie de son film, a annoncé vendredi la mairie de Paris.



La révolution en Iran, une question de temps, selon Leon Panetta
Reuters, 7 septembre


La révolution en Iran n'est qu'une question de temps, a déclaré hier le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, estimant que le mouvement réformateur iranien avait tiré les enseignements des soulèvements dans le monde arabe. Invité de l'émission télévisée du journaliste Charlie Rose, l'ancien directeur de la CIA nommé en juillet à la tête du Pentagone s'est dit «absolument» convaincu que le printemps arabe pourrait s'étendre à la République islamique d'Iran. «Ce n'est qu'une question de temps avant que ce genre de changement, de réforme et de révolution se produise aussi en Iran», a-t-il dit...



ONU: l'Iran profite du chaos libyen pour renforcer son programme nucléaire
AFP, 7 septembre
L'Iran profite du chaos en Libye et en Syrie pour renforcer ses efforts pour fabriquer une arme nucléaire, a souligné mercredi un représentant occidental lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.
L'attention du monde étant portée sur les soulèvements dans le monde arabe, "l'Iran croit peut-être pouvoir en profiter", a souligné M. Martin Briens, ambassadeur adjoint de la France aux Nations unies...



Des cas de choléra relevés en Iran, selon la ministre de la Santé 
AFP, 7 septembre
Des cas de choléra ont été relevés en Iran au cours des derniers jours, a indiqué mercredi la ministre de la santé Marzieh Vahid Dastjerdi sans donner de précision sur leur nombre mais en les attribuant à "l'entrée illégale d'étrangers" dans le pays



Après Panahi, Mirtahmasbi
La répression continue en Iran
L’Expresse, 8 septembre
Après Jafar Panahi, emprisonné en Iran et interdit de réaliser des films pour une durée de 20 ans, c'est au tour de son co-réalisateur Mojtaba Mirtahmasb d'être empêché de sortie du territoire. Le 5 septembre 2011, Mirtahmasb, co-réalisateur avec Jafar Panahi du film 'Ceci n'est pas un film', s'est vu confisquer son passeport alors qu'il devait embarquer avec sa femme et son fils pour un vol en direction de Paris…
Il est désormais interdit de sortie du territoire iranien et ses affaires personnelles (ordinateur portable, carnets de notes) ont également été confisquées par les autorités iraniennes. Seuls sa femme et son fils ont eu l'autorisation de voyager.



Trois détenus pendus à Oroumieh
Site Press News, 8 septembre
Accusés se trafic de drogue, trois prisonniers kurdes reconnus étant Mohiedine, Khorshid et Younes Ghassem-Zadeh ont été pendus ce matin dans la prison centrale d’Oroumieh (nord-ouest)...



La séparation des sexes à l’université
Agence Fars, 9 septembre
Le ministre iranien de l’éducation a annoncé la mise en place des universités féminines dans chacune des provinces iraniennes. Cette décision, selon lui, n’a pas pour objectif d’islamiser les universités qui reste un vaste projet mais de sauvegarder les mœurs et les bornes…



300 000 Iraniens victimes d’un piratage de leur compte Gmail
Le Monde, 9 septembre
Selon un rapport publié le 5 septembre par le gouvernement des Pays-Bas, plus de 300 000 internautes iraniens utilisant Gmail, le service de courrier électronique de Google, ont été victimes au cours de l'été d'un piratage massif. Le hacker a intercepté les messages de ses victimes, volé leurs mots de passe et parfois pénétré leurs autres comptes personnels, notamment sur Facebook et Twitter. Le rapport néerlandais confirme un communiqué publié le 29 août par Google, faisant état de problèmes rencontrés par les utilisateurs de Gmail et des prestataires techniques en Iran.



Deux hommes exécutés à Sari
ISNA/AFP, 10 septembre
Deux hommes condamnés pour trafic de drogue ont été pendus samedi à la prison de Sari, dans le nord de l'Iran.
Les deux condamnés avaient été jugés coupables de détention et vente de quatre kilos d'héroïne.



Un homme exécuté à Meshkinshahr
AFP, 11 septembre
Un homme condamné pour trafic de drogue a été pendu dimanche en prison dans la ville de Meshkinshahr, dans le nord de l'Iran, a rapporté l'agence de presse ISNA.
L'agence n'a pas précisé l'identité ni l'âge du condamné.



Cinq exécutions à Shahroud
AFP, 12 septembre
Cinq personnes condamnées pour trafic de drogue ont été pendues lundi à la prison de Shahroud, dans le centre de l'Iran, a annoncé l'agence Fars sans donner d'indication sur leur identité ni sur les faits qui leurs étaient reprochés.



Amnesty International dénonce l'arrestation d'un avocat militant
AFP, 12 septembre


Les autorités iraniennes ont arrêté samedi l'avocat des droits de l'Homme Abdolfattah Soltani, l'un des co-fondateurs du Centre des défenseurs des droits de l'Homme iranien, aux côtés du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi...
M. Soltani a été arrêté alors qu'il se trouvait dans les bureaux du procureur général de Téhéran, a précisé dans un communiqué l'organisation internationale de défense des droits de l'Homme, qui demande la "libération immédiate" de l'avocat.
La police a ensuite perquisitionné son domicile où elle a saisi des ordinateurs et des documents, selon le communiqué, qui cite l'épouse de M. Soltani.

Un autre co-fondateur du Centre des défenseurs de droits de l'Homme iranien, Mohammad Seyfzadeh, purge actuellement une peine de deux ans de prison et une autre célèbre avocate iranienne des droits de l'Homme, Nasrin Sotoudeh, a été condamnée au début de l'année à 11 ans de prison pour "atteinte à la sécurité nationale"...



16 hommes et femmes arrêtés lors d’une soirée privée
Site Khorasan News, 12 septembre
Dix hommes et six femmes ont été arrétés lors d'une soirée privée à Maschad; selon le site Internet du département de la police de Razavi Khorasan, les agents de police du bureau de Najafi sont rapidement intervenus sur les lieux et la justice immédiatement saisie.

D'après cette source, les 10 hommes et les 6 femmes étaient dans une tenue indécente et des bouteilles d'alcool ont été confisquées. Les prévenus ont été déférés devant le juge pour actes criminels.



Pas de « mal voilées » dans l’administration de Broujerd
Agence Fars, 13 septembre
Un respnsable de l’office du gouverneur de la ville de Broujerd a annocé que l’entrée des administrations de cette ville est désormais interdite  aux femmes « mal voilées »…
Lors d’une réunion autour  de la culture de se couvrir, Bijan Davoudi a ajouté qu’il faut institutionnaliser le voile…



Pendaison de cinq hommes
Agence Fars/AFP, 13 septembre
Cinq hommes condamnés à mort pour meurtre ou trafic de drogues ont été pendus mardi dans trois villes différentes d'Iran.
L'un d'eux, pendu en public à Téhéran, avait reconnu avoir tué une camarade à l'université fin juillet, après qu'elle l'eut éconduit, a rapporté le site de la télévision d'Etat. Agé de 25 ans, il a été exécuté près du lieu du crime, dans le nord-ouest de la capitale.
Le deuxième condamné avait été reconnu coupable du meurtre de quatre membres d'une même famille il y a un an. Il a été pendu, également en public, dans la ville de Dashtestan (sud).
Trois autres hommes reconnus coupables de trafic de drogue ont été exécutés par pendaison dans la ville sainte de Qom, au sud de Téhéran.



Pendaison d'un homme à Qazvin
Agence Mehr/AFP, 14 septembre
Un Iranien condamné à mort pour trafic de drogue a été pendu dimanche dans la ville de Qazvin (centre).
L'homme, âgé de 39 ans, a été identifié comme Elias Babai Chegini.



"Zahra's Paradise", BD choc sur les disparus d'Iran
IE6, 15 septembre


http://www.insideofiran.org/fr/culture/763-qzahras-paradiseq-bd-choc-sur-les-disparus-diran.html
MetroFrance- Roman graphique basé sur des témoignages réels, "Zahra's Paradise" vient de paraître Casterman. Une BD coup de poing dont les auteurs sont protégés par des pseudos.
L’histoire d’un frère et d’une mère à la recherche de Mehdi, disparu à Téhéran après les manifestations qui ont suivi les élections "volées" de juin 2009 : prisons, morgue, hôpitaux, tribunal... Zahra’s Paradise se suit comme un “jeu de piste” effrayant dans les arcanes du régime iranien, et rien n’est épargné au lecteur (pendaisons au moyen de grues, viols dans les prisons...).

Fiction basée sur des témoignages authentiques et traduite en une douzaine de langues…



"Une Séparation" sélectionné pour représenter l'Iran aux Oscars
AFP, 17 septembre


Le film d'Asghar Farhadi "Une Séparation" a été sélectionné vendredi pour représenter l'Iran à la sélection du meilleur film étranger à la 84e cérémonie des Oscars "après un bras de fer de plusieurs semaines", a annoncé le distributeur français du film Memento Films…

Par ailleurs, le distributeur américain Sony Pictures Classics sortira le film dans les salles américaines le 30 décembre 2011 "afin de pouvoir le présenter également dans les catégories meilleur réalisateur et meilleur scénario"…



22 trafiquants pendus à Evine et Ghezelhessar
Quotidien Iran/AP, 19 septembre


Reconnus coupable de détention et trafic de stupéfiant, vingt deux détenus ont été exécutes dans les prisons d’Evine et de Ghezelhessar hier à l’aube. Leurs noms et les quantités de drogue sont listés dans le quotidien…



Flagellation publique à Tabas
Site Asre Iran, 20 septembre
Deux hommes identifiés étant Seyed Ali Reza R. et Chahram B. ont reçu des coups de fouet sur la Place centrale de la ville de Tabas (nord-est). Ils ont été accusés de vol…



Pendaison publique d'un jeune iranien pour le meurtre d'un athlète célèbre 
Agence Fars/AFP, 21 septembre
Un jeune iranien de 17 ans qui avait tué à coups de couteau Ruhollah Dadashi,  un athlète connu, a été pendu en public mercredi matin à Karaj, à 50 km à l'ouest de Téhéran.
L'adolescent meurtrier, Alireza Molla Soltani, avait déclaré avoir été pris de panique et avoir agi en légitime défense après que l'athlète l'eut agressé. Il a été pendu mercredi publiquement.



Amnesty International avait demandé mardi aux autorités iraniennes de ne pas appliquer la peine de mort, rappelant qu'"exécuter des délinquants mineurs est strictement interdit par les traités internationaux dont l'Iran est signataire".
"Le fait que l'Iran ait décidé d'exécuter un adolescent de 17 ans montre le peu de respect des autorités pour les critères internationaux des droits de l'Homme", a affirmé Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Le représentant du parquet, Ali Rezvanmanesh, a rejeté mercredi ces accusations en affirmant à Fars que "le critère légal pour calculer la maturité religieuse est le calendrier lunaire (ndlr: islamique) et selon ce critère le meurtrier avait atteint l'âge de 18 ans".
Le calendrier islamique lunaire en usage notamment dans les pays arabes compte 354 jours, contre 365 pour le calendrier solaire en vigueur en Iran.



L'ONU "indignée" après la pendaison d'un mineur
AFP, 22 septembre
Des experts de l'ONU se sont déclarés jeudi "indignés" par l'exécution par pendaison d'un mineur en Iran, qui avait tué à coups de couteau un athlète connu.
"Nous sommes indignés par les pratiques concernant les exécutions en Iran, malgré notre appel et celui de la communauté internationale à mettre en place un moratoire", ont déclaré les quatre experts dont fait partie l'enquêteur de l'ONU sur l'Iran, Ahmed Shaheed.
"Il existe une interdiction totale de la peine de mort prononcée à l'encontre de personnes âgées de moins de 18 ans au moment des faits, selon la loi internationale sur les droits de l'homme", ont-ils ajouté.
"Tout jugement prononçant la peine de mort à l'encontre de mineurs de moins de 18 ans, et leur exécution, est incompatible avec les obligations internationales de l'Iran", ont souligné les experts.
Hormis M. Shaheed, les trois autres experts de l'ONU sont Christof Heyns, rapporteur spécial sur les exécutions sommaires, Juan Mendez, enquêteur sur la torture, et Gabriela Knaul qui est le rapporteur spécial sur l'indépendance de la justice.



Les manifestants anti-Ahmadinejad rivalisent d'imagination à New York
AFP, 22 septembre


Plusieurs centaines de manifestants ont protesté jeudi devant le siège des Nations Unies à New York contre le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, en différents groupes adoptant des stratégies variées pour marquer leur colère.
"Ahmadinejad est un terroriste", ont scandé quelque 400 protestataires en tee-shirts jaunes, arborant également les bannières jaunes de l'organisation iranienne interdite des Moudjahidine du Peuple.
Invité de cette manifestation, l'ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu sous George W. Bush, John Bolton, a dénoncé un président iranien qui selon lui est le "banquier central du terrorisme dans le monde", et suggéré que les autorités américaines déclarent que "leur politique est de renverser le régime" iranien.

Au même moment, les délégations américaine et de l'Union européenne quittaient la salle où se tient l'Assemblée générale de l'ONU, lors du discours du président iranien qui s'est livré à une nouvelle diatribe anti-occidentale.
Mais sur la Dag Hammarskjold Plaza, réservée chaque année aux manifestations organisées à l'occasion de l'Assemblée générale, d'autres protestataires avaient aussi décidé de se faire entendre.
Un petit groupe hostile au président iranien a déployé des photos d'hommes pendus en Iran.
Un troisième groupe avait choisi l'humour, avec des manifestants portant des masques du président iranien et du président syrien Bachar al-Assad, "unis dans un mariage de même sexe".
Les organisateurs ont expliqué qu'ils voulaient se moquer "de deux des leaders les plus dangereux au monde", le tout sur fond musical de "Bad romance" de Lady Gaga.
Un quatrième groupe du groupe "Unis contre l'Iran nucléaire", avait choisi de manifester à vélo : trois hommes vêtus de noir portaient des panneaux portant la photo de Mahmoud Ahmadinejad, et affirmant : "alors que nous nous souvenons du 11-Septembre, dix ans après, le partenaire silencieux d'Al-Qaïda vient à New York"…



ONU: diatribe d'Ahmadinejad contre les Occidentaux, qui quittent la salle

AFP, 22 septembre


Le président iranien s'est livré jeudi devant l'Assemblée générale de l'ONU à une nouvelle diatribe anti-occidentale qui, comme les années précédentes, a provoqué le départ des délégations des Etats-Unis et de l'Union européenne.
La délégation américaine est partie alors que le président iranien condamnait vivement le rôle des Etats-Unis dans les guerres et dans la crise financière, demandant aux puissances occidentales de payer des réparations pour l'esclavage.
Les délégations de l'UE se sont levées à leur tour, d'un commun accord, en signe de protestation, lorsqu'il a mis en cause les Européens…
Dans son discours, M. Ahmadinejad a jeté le doute sur les origines de l'Holocauste, ainsi que sur les attentats du 11 septembre 2001 qu'il a qualifiés de "mystérieux", critiquant les Etats-Unis pour avoir tué leur commanditaire Oussama ben Laden plutôt que de le traduire en justice…

Le président iranien n'a pas dit un mot sur la démarche des Palestiniens visant à obtenir l'admission d'un Etat de Palestine à l'ONU, question qui domine cette année le grand rendez-vous rituel des chefs d'Etat ou de gouvernement des Etats membres.
Il n'a rien dit non plus sur le nucléaire, alors qu'il avait annoncé peu auparavant que l'Iran était prêt sous condition à arrêter sa production d'uranium faiblement enrichi, ce que la communauté internationale réclame depuis des années...



Libération des randonneurs américains 
Médiation de l'ONU, d'Oman, d'Irak, du Venezuela
AFP, 22 septembre


Plusieurs dirigeants mondiaux dont ceux d'Oman, d'Irak, du Venezuela et de l'ONU, étaient intervenus en médiateurs pour la libération sous caution de randonneurs américains, après deux ans de détention pour espionnage.
Shane Bauer et Josh Fattal avaient été arrêtés en juillet 2009 à la frontière irano-irakienne, qu'ils ont toujours affirmé avoir franchie par erreur lors d'une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien. Ils ont été condamnés en août par le tribunal révolutionnaire de Téhéran à huit ans de prison pour "espionnage" et "entrée illégale en Iran", mais ils ont fait appel.
La détention provisoire des deux hommes a été "transformée en caution" de 5 milliards de rials pour chacun (environ 400.000 dollars) et ils ont été "libérés jusqu'au verdict définitif" de la cour d'appel, a expliqué l'Autorité judiciaire iranienne.
C'est le sultanat d'Oman qui a payé la caution, selon leur avocat en Iran, Me Masoud Shafii. Oman avait également versé une caution de 500.000 USD pour la libération de Sarah Shourd.



L'UE charge un Belge de se pencher sur le problème du camp d'Ashraf
AFP, 26 septembre
La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a nommé un diplomate belge expérimenté pour réfléchir au sort de quelque 3.400 réfugiés iraniens vivant depuis une trentaine d'années au camp d'Ashraf en Irak...


L'Irak souhaite le fermer avant la fin de l'année.
Maryam Rajavi, chef du Conseil national de la résistance iranien, l'opposition iranienne en exil, a appelé lundi le nouveau conseiller européen à visiter au plus vite le camp d'Ashraf. Il a aussi demandé aux autorités irakiennes de renoncer à leur intention de le fermer avant la fin 2011.
La nomination de l'ambassadeur belge a été saluée par le député européen Struan Stevenson, chef de la délégation du Parlement européen UE-Irak, qui a estimé qu'il devrait "visiter Ashraf le plus vite possible".
Actuellement, le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés étudie chaque cas individuellement parmi les résidents du camp, en vue de leur octroyer le statut de réfugié qui leur permettrait  de se réinstaller ailleurs, a rappelé M. Stevenson.
"Cette opération majeure ne peut être réalisée dans les délais fixés" par les autorités irakiennes pour fermer le camp, a jugé l'eurodéputé.



Procès de sept enseignants bahaïs accusés de prosélytisme
AFP, 27 septembre


 Sept bahaïs iraniens accusés de prosélytisme ont commencé à comparaître samedi devant la justice iranienne, selon un communiqué de la communauté bahaïe des Etats-Unis (USBNC).
Les sept accusés, six hommes et une femme, ont commencé à comparaître, séparément ou par groupes de deux, devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran.
Ils font partie d'un groupe de responsables ou enseignants de l'université en ligne des bahaïs BIHE (Bahaï Institute for Higher Education), dont les autorités iraniennes avaient annoncé fin mai l'arrestation pour "prosélytisme", précise le communiqué...
L'Union européenne et les Etats-Unis ont fait part à plusieurs reprises de leur inquiétude au sujet du sort réservé aux bahaïs par les autorités iraniennes.



Conséquences désastreuses du mariage des Iraniennes avec les étrangers
Jahannews.com, 27 septembre
Plus de 400 000 enfants sans aucun papier d’identité sont issus des mariages mixtes entre les femmes iraniennes et les ressortissants étrangers et en particuliers afghans et irakiens.
Selon les lois en vigueur en Iran, la nationalité iranienne est acquise seul du côté du père. De ce fait, ces enfants sont privés des droits élémentaires tels que l’éducation, l’assurance maladie et l’asistance sociale…



Une jeune fille défenestrée à Machad
Iran Manif, 28 septembre
Le 24 septembre, à la suite d’un raid des forces de sécurité dans un appartement à Machad où se déroulait une fête, une jeune fille est morte après avoir été défénestrée du 6e étage, indique un communiqué du CNRI.
Le chef de la « police de sécurité » de la province de Khorassan Razavi (nord-est)  a expliqué que ce crime s’est passé « au cours d’une attaque des commandos spéciaux de la police de sécurité publique» contre une fête « démoniaque ». Dans cette attaque arbitraire lancée sans même l’autorisation de l’appareil judiciaire du régime, huit jeunes, filles et garçons, ont été arrêtés…



Pendaison à Qom
Agence Fars, 28 septembre


Accusé de trafic de drogue, un détenue a été pendu dans la prison centrale de la ville de Qom (150 km au sud de Téhéran).
L’homme,  identifié  par ses initiales M.F., était également accusé de l’enlèvement.



Exécutions à Zabol
AFP, 29 septembre
Deux Iraniens, condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus à Zabol (est), et un troisième à Qom (150 km au sud de Téhéran).
Deux hommes condamnés à mort pour trafic de stupéfiants ont été exécutés à Zabol, a rapporté le site internet de la télévision d'Etat sans préciser si la pendaison avait eu lieu en public.



Scandale financier en Iran 
Le gouvernement démet les patrons de 3 banques
AFP, 29 septembre
Le gouvernement iranien a écarté les patrons de trois importantes banques d'Iran après l'escroquerie géante découverte récemment au sein du système bancaire, a rapporté jeudi le quotidien économique Donyaye Eghtesad…
Début septembre, les médias avaient révélé la découverte d'une escroquerie géante de 2,6 milliards de dollars au sein du système bancaire iranien, montée apparemment par un groupe privé, Amir Mansour Aria.



Pétition du cinéma français en faveur de six cinéastes iraniens emprisonnés
AFP, 29 septembre


http://bit.ly/nfi704
Les principaux responsables et figures du cinéma français, du Festival de Cannes aux associations d'auteurs et de réalisateurs, ont appelé à signer une pétition internationale de soutien à six cinéastes iraniens emprisonnés…
Il s'agit des réalisateurs Mojtaba Mirtahmasb, Nasser Saffarian, Hadi Afarideh, Mohsen Shahrnazdar, Marzieh Vafamehr et de la productrice Katayoun Shahabi.
Les familles des réalisateurs emprisonnés ont appris qu'elles n'avaient pas le droit de rendre visite à leur proche" et le ministre de l'Information iranien les a priées de de ne pas évoquer publiquement la situation des cinéastes, poursuivent les signataires...

Un caméraman, Touraj Aslani, a également été arrêté par le régime alors qu'il se trouvait dans un avion en partance pour la Turquie

Un grand nombre d'artistes iraniens, en France, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, viennent de créer un comité de soutien aux cinéastes iraniens emprisonnés.



L’Iran doit libérer Katayoun Shahabi
Libération, 30 septembre


 La productrice iranienne Katayoun Shahabi a été arrêtée le 17 septembre à Téhéran, ainsi que six de ses compatriotes réalisateurs, accusés d’avoir distribué à la BBC des images «visant à donner une image négative de l’Iran»...
Accusés d’espionnage à la solde d’une puissance étrangère, ces cinéastes sont détenus à la prison d’Evin, dans la terrible section 209, dont beaucoup ne sont jamais ressortis.

Katayoun Shahabi n’est ni espionne ni traître à sa patrie… Elle est PDG de sa propre société de films, officiellement reconnue par le gouvernement. Elle travaille en plein jour, ses productions sont systématiquement approuvées par les autorités. Katayoun ne vend pas d’archives aux pays étrangers, pour la simple raison qu’elle n’en a pas. Lorsque l’on fait un documentaire en Iran, on achète les images aux organismes officiels. Tout passe par l’Etat! Même les projets de scénarios et les synopsis sont soumis au ministère des Affaires étrangères.



Appel urgent à sauver le pasteur Nadarkhani
Iran Manif/AFP, 30 septembre


Le régime vient de faire une nouvelle fois la preuve de sa sauvagerie, en forçant un pasteur, Youcef Nadarkhani à choisir entre le repentir ou la mort.
La Résistance iranienne par la voix du CNRI a lancé un appel aux instances et organisations de défense des droits humains à prendre des mesures concrètes sérieuses pour le faire libérer…
Youcef Nadarkhani, 32 ans, musulman converti au christianisme à l'âge de 19 ans et devenu pasteur d'une petite communauté évangélique baptisée "Eglise d'Iran", a été arrêté en octobre 2009 et condamné à mort en septembre 2010 pour apostasie en vertu de la charia (loi islamique) en vigueur en Iran. Il est emprisonné à Racht depuis deux ans.

De très nombreux chrétiens et fidèles d’autres cultes sont dans les prisons du régime pour les mêmes raisons...

Washington, Londres, Berlin et plusieurs capitales occidentales ont dénoncé mercredi le sort fait à M. Nadarkhani, et ont appelé à sa libération.
"J'exhorte la république islamique à respecter ses engagements internationaux en matière de droits de l'Homme, et appelle fermement l'Iran à ne pas condamner le pasteur Nadarkhani à mort. J'appelle à sa libération immédiate et sans condition", a déclaré vendredi la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.


"Malgré les déclarations du Guide suprême Ali Khamenei et du président Ahmadinejad qui affirment soutenir les droits et les libertés des citoyens iraniens et des peuples de la région, le gouvernement poursuit sa répression contre toute forme de dissidence", a dénoncé de son côté la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte