Situation des Femmes en Iran

Public

10 novembre 2011

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Octobre 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


Le pasteur qui préfère la pendaison au reniement
Le Point, 1er octobre


Les séides d’Ahmadinejad veulent contraindre un pasteur à renier sa foi pour échapper à la peine de mort.
Youcef Nadarkhani, 34 ans, deux enfants, était pasteur depuis dix ans, dans la région de Guilan (nord). Jusqu'en 2009, il appartenant à l'Église évangélique, exerçait à peu près librement son ministère dans ce pays de 68 millions d'habitants, dont 99 % de la population est musulmane. 300 000 chrétiens vivent pourtant en Iran, dont beaucoup d'Arméniens et quelques milliers d'Iraniens de souche, comme le pasteur Nadarkhani. C'est bien là où le bât blesse...



Pendaison d'un homme à Sari
ISNA/AFP, 2 octobre
Un homme condamné à mort pour viol a été pendu dimanche dans la ville de Sari dans le nord de l'Iran.
L'homme avait menacé et violé sa victime en se faisant passer pour un policier…



L’avocat des américains empêché de quitter l’Iran
AFP, 2 octobre
L'avocat des randonneurs américains détenus pendant deux ans en Iran pour espionnage avant d'être libérés la semaine dernière, Me Massoud Shafii, a été empêché de quitter l'Iran ce dimanche et s'est vu retirer son passeport, selon une source proche du dossier…



Sept trafiquants pendus à Chiraz
ISNA, 3 octobre
Sept personnes condamnées à mort pour trafic de drogue ont été pendues à Chiraz (sud). Ces hommes ont été identifiés étant Abdolmajed A., Mohammad-Reza A., Abdolrassoul T., Mohsen E., Ahmad K., Hadi K. et Mohsen Z...


Une pendaison à Ardebil
IRNA/AFP, 4 octobre


Un homme condamné pour trafic de drogue a été pendu mardi à Ardebil (nord-ouest). Aucuns détails ne sont donnés sur le condamné ou la nature et l’importance du trafic…



Déséquilibre mentale
ILNA, 4 octobre
Abbas-Ali Nasehi, un responsable du ministère de la santé, tout en faisant état du nombre élevé d’Iraniens souffrant de déséquilibre mentale, a souligné que cette pathologie touche au moins 20% d’enfants et 26% de femmes en Iran…



Pendaison de trois trafiquants à Kerman
ISNA/AFP, 5 octobre 
Trois Iraniens condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus mercredi dans une prison de la ville de Kerman (sud).
Les trois hommes, identifiés comme Ahmad A., Mohammad R. et Karim Sh., avaient été reconnus coupables de trafic d'héroïne.



Les arrestations de journalistes et d’intellectuels continuent;
leurs familles sont prises au otage
Reporters sans frontières, 6 octobre


http://fr.rsf.org/iran-les-arrestations-de-journalistes-06-10-2011,41133.html
… La République islamique, perdue dans la corruption et touchée par la crise, use de tous les moyens pour faire taire les voix indépendantes, censurant les journaux, contrôlant les contenus sur Internet, arrêtant les journalistes et/ou prenant leur famille en otage.
Selon Peter Horrocks, un des directeurs de la BBC, les membres des familles de plusieurs journalistes iraniens de la chaîne ont été convoqués et interrogés suite à la diffusion d’un documentaire sur le Guide suprême de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Khamenei. Certains d’entre eux se sont vu retirer leur passeport et interdire de sortir du territoire...

Reporters sans frontières a recensé une cinquantaine de cas de menaces, arrestations et intimidations de familles de journalistes en Iran. Depuis juin 2009, plus de deux cent cinquante journalistes et blogueurs ont quitté le pays. Les familles de la plupart des journalistes qui travaillent pour les médias indépendants à l’étranger sont sous la menace des différents services des renseignements du régime. Cet exode est sans précédent dans l’histoire du pays.



Cinq exécutions à Ispahan
ILNA/Agence Fars, 8 octobre
Un homme de 67 ans condamné à mort pour les viols de 37 femmes qu'il avait filmés en vidéo et quatre autres accusés de vol ont été pendus ce samedi à la prison centrale d’Ispahan (centre).



Tunisie : Des islamistes radicaux contre Persepolis
AP, 9 octobre


Des islamistes radicaux ont voulu s'attaquer ce dimanche au siège de la chaîne privée tunisienne Nessma qui avait diffusé ces derniers jours le dessin animé 'Persepolis', un film qu'ils ont jugé hostile à leurs convictions religieuses, selon le directeur de la station, Nabil Karoui. La veille, ils s'en étaient pris à la faculté des lettres de Sousse (150 km au sud-est de Tunis) à la suite du refus de sa direction d'inscrire une étudiante portant le niqab et refusant de l'enlever pour s'identifier…


'Persepolis', réalisé par Marjane Satrapi avec Vincent Paronnaud, est adapté de la bande dessinée de la jeune femme, Iranienne installée en France, dans laquelle elle raconte notamment son enfance en Iran après la Révolution islamique. Il a obtenu le Prix du jury au festival de Cannes en 2007. Les islamistes reprochent à ce film d'animation de montrer une représentation d'Allah, ce qui est contraire à l'islam.




Deux des cinéastes arrêtés pour collaboration avec BBC sont libérés
ISNA/Lemonde.fr, 10 octobre
Deux des six cinéastes iraniens arrêtés à la mi-septembre pour collaboration avec la chaîne de télévision en persan de la BBC ont été libérés hier soir.
Nasser Safarian et Mohsen Shahnazdar ont été libérés, selon un communiqué de l'Association des documentaristes iraniens. Nasser Safarian a versé une caution de 2 milliards de rials (160 000 dollars)…



L’UE étend ses sanctions contre l’Iran
The Associated Press, 10 octobre
L'Union européenne a décidé d'élargir ses sanctions contre l'Iran en raison des violations répétées des droits de l'Homme.
Lors d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères, 29 responsables iraniens liés au régime du président Mahmoud Ahmadinejad ont été ajoutés sur la liste des personnes interdites de visa et dont les biens ont été gelés dans l'UE.
Le secrétaire au Foreign Office William Hague a déclaré lundi que ces mesures ont pour but d'accentuer la pression sur l'Iran pour améliorer 'son épouvantable bilan en matière de droits de l'Homme'.

Selon l'UE, les violations des droits de l'Homme se sont multipliées ces derniers mois, notamment avec l'exécution de mineurs. Les 27 ont également appelé à davantage de liberté religieuse et la fin de la répression de l'opposition.



Un réalisateur iranien interdit de se rendre au Liban
AFP, 10 octobre


Le réalisateur iranien Nader Davoudi s'est vu interdire de se rendre au Liban où son documentaire "Rouge, Blanc et Vert", qui traite de la violence dans les semaines ayant précédé l'élection présidentielle de 2009 en Iran, devait être projeté, ont annoncé dimanche les organisateurs.




Quatre prisonniers amputés des doigts à Ispahan
ILNA, 10 octobre
Quatre prisonniers ont été amputés des doigts dans la province d'Ispahan (centre du pays), a annoncé, Mohamed-Reza Habibi, le procureur général de la province...



En Iran, des peines de flagellation sont infligées pour museler la liberté d'expression
Amnesty International, 11 octobre


Amnesty International demande une nouvelle fois aux autorités iraniennes de mettre fin aux châtiments cruels, inhumains et dégradants tels que les peines de flagellation, en réaction à la recrudescence de ces condamnations dans le pays. L'organisation craint que ces peines ne visent à dissuader de nouvelles critiques envers les autorités, en particulier à l'approche des élections législatives prévues pour mars 2012.



Quatre exécutions au centre
ISNA/AFP, 12 octobre
Quatre personnes reconnues coupables d'avoir participé à un viol collectif à Khomeiny-Shahr (centre) ont été pendus mercredi matin en public…
Les quatre hommes, Abbas (24 ans), Ali Siah (23 ans), Asghar (20 ans) et Mansour (25 ans) condamnés pour enlèvement, attaque à main armée et viol, ont été pendus en public…



Trois trafiquants exécutés à Semnan
IRNA, 12 octobre
Accusés de trafic de drogue, trois hommes  identifiés par leurs initiales E. S. 43 ans, E. J. 44 ans et R. Gh. Ont été exécuté à l’aube du mardi dans la prison centrale de la ville de Semnan (nord).



Harper : L’Iran est « la plus grave menace » pour la paix dans le monde
Le Journal de Québec, 14 octobre
L'Iran représente «la plus grave menace» pour la paix et la sécurité dans le monde, a déclaré ce vendredi le premier ministre canadien Stephen Harper après la dénonciation par Washington d'un complot iranien présumé visant à assassiner l'ambassadeur saoudien aux États-Unis.
«Nous n'avons rien contre le peuple iranien, mais le régime de Téhéran représente vraisemblablement la plus grave menace pour la paix et à la sécurité dans le monde», a dit M. Harper lors d'un point de presse.

Hier, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a laissé entendre que le Canada pourrait se joindre à d'éventuelles nouvelles sanctions contre Téhéran, affirmant qu'Ottawa collaborerait avec ses partenaires internationaux au sujet «des conséquences concernant les actes de l’Iran».

La justice américaine a annoncé mardi l'inculpation de deux ressortissants iraniens dans cette affaire. L'Iran a rejeté en bloc les accusations américaines.



Deux pendaisons à Sari et une à Marvdasht
ISNA/AFP, 16 octobre
Deux condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus dimanche matin à la prison de Sari (nord).
Selon le parquet de la ville, il s'agit des "deux principaux responsables de la distribution de la drogue dans la ville".
Par ailleurs, un autre condamné à mort pour viol et enlèvement, a été pendu mercredi dernier à Marvdasht (sud), a rapporté le site de la télévision d'Etat.



Khamenei évoque l’élection du président iranien par le parlement
Reuters, 16 octobre


L'Iran pourrait renoncer à l'élection présidentielle au suffrage direct, a déclaré ce dimanche le guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei dans une apparente mise en garde à Mahmoud Ahmadinejad et à ses éventuels successeurs.

Les déclarations de Khamenei surviennent alors que le président Ahmadinejed fait l'objet de vives critiques de la part de la frange dure de son régime, qui l'accuse d'être influencé par des conseillers 'déviants' tentant de limiter le rôle du clergé chiite.

La suppression de l'élection présidentielle au suffrage direct, suggérée par Khamenei, constituerait l'un des plus grands changements constitutionnels depuis vingt ans au sein de la République islamique.



ONU accuse l’Iran d’exécuter secrètement des centaines de condamnés
Le monde.fr/AFP, 18 octobre
Plus de trois cents exécutions secrètes ont été perpétrées l'an dernier en Iran, affirme un rapport de l'ONU. Elles ont été perpétrées dans la prison de Vakilabad, à Machad, dans le Nord-Est, 'en violation de la loi iranienne', sans la présence des avocats et des membres de la famille des suppliciés, indique le document rédigé par Ahmed Shaheed, nouveau rapporteur de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran. Depuis le début de l'année, au moins cent quarante-six exécutions secrètes auraient été commises en Iran, selon le rapporteur, qui cite des témoignages et des organisations de défense des droits de l'homme…



Pendaison d'un homme à Chiraz
Agence Fars/AFP, 19 octobre
Un homme de 35 ans condamné à mort pour avoir tué une femme avec une hache a été pendu mercredi à Chiraz (sud). Il a été identifié étant Koroush A.



Peines de prison pour sept Bahaïs accusés de prosélytisme
AFP, 19 octobre


Sept éducateurs bahaïs accusés de prosélytisme ont été condamnés à des peines de quatre à cinq ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, selon un communiqué de leur communauté aux Etats-Unis reçu mercredi par l'AFP.
Les sept accusés, six hommes et une femme, avaient comparu fin septembre après quatre mois de détention, selon l'Assemblée spirituelle nationale des bahaïs des Etats-Unis (USBNC)
Ils font partie d'un groupe de 21 responsables ou enseignants de l'université en ligne des bahaïs BIHE (Bahaï Institute for Higher Education), dont les autorités iraniennes avaient annoncé fin mai l'arrestation pour "prosélytisme". Les 14 autres ont été libérés depuis…
Les sept principaux responsables de la communauté bahaïe en Iran ont été condamnés fin 2010 à 20 ans de prison.


Un journaliste réformateur condamné à six ans de prison
AFP, 20 octobre
La justice iranienne a confirmé en appel une peine de six ans de prison contre le journaliste réformateur Alireza Tadjik pour "action contre la sécurité nationale" et "propagande contre le régime", a rapporté jeudi le quotidien gouvernemental Iran.

Il a également été condamné pour "appartenance au Cercle des défenseurs des droits de l'Homme" un mouvement considéré comme illégal et dirigé par le prix Nobel de la paix, l'avocate iranienne Shirin Ebadi.



Complot iranien présumé: l'UE sanctionne cinq personnes d'origine iranienne
AFP, 21 octobre
L'Union européenne a décidé vendredi d'imposer des sanctions à l'encontre de cinq personnes d'origine iranienne ayant un lien avec la tentative déjouée d'assassinat visant l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington…



Trois hommes pendus à Qazvin 
Agence Fars/AFP, 21 octobre
Trois hommes condamnés à mort pour meurtre ont été pendus à Qazvin (nord). Ils avaient assassiné un berger à coups de couteau il y a cinq ans.



Manifestation en faveur d’un groupe iranien
The Associated Press, 22 octobre


Des centaines de personnes ont manifesté, hier, devant la Maison-Blanche afin de demander au président Barack Obama de retirer de la liste des organisations terroristes des États-Unis un groupe d'opposition iranien...
Tom Ridge et Ed Rendell, deux figures importantes de la politique américaine, comptaient parmi les gens qui ont pris la parole pour exhorter l'administration Obama à enlever les Moudjahidines du peuple iranien de la liste du département d'État…




L’UE met en garde  Téhéran contre de nouvelles sanctions
AFP, 23 octobre
Les dirigeants européens ont mis en garde ce dimanche l'Iran contre de nouvelles sanctions en cas d'absence de coopération de la République islamique soupçonnée de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert de son programme nucléaire civil.
Réunis à Bruxelles, les Vingt-Sept dirigeants européens exhortent Téhéran à entamer des «pourparlers constructifs et substantiels» avec l'Occident en vue d'une solution négociée à la question nucléaire, «afin d'éviter la possibilité de nouvelles sanctions». Ils appellent à la préparation de nouvelles sanctions «à mettre en œuvre au moment opportun si l'Iran persiste à ne pas coopérer sérieusement ou à remplir ses obligations internationales.»



Deux pendaisons
AFP, 24 octobre
Deux Iraniens, reconnus coupables de meurtre et de trafic de drogue, ont été pendus ce lundi matin dans deux villes iraniennes, ont rapporté les médias locaux.
Selon l'agence ISNA, un homme reconnu coupable de trafic de drogue a été pendu à Ardebil (nord-ouest).
Un autre homme a été pendu à Jam (sud) pour meurtre, selon l'agence Fars.



120 députés demandent le report de la fermeture du camp d'Ashraf
AFP/Parlement européen, 26 octobre
Plus de 120 députés européens ont demandé dans une pétition le report de la fermeture du camp d'Ashraf, en Irak, où quelque 3.400 réfugiés iraniens opposés au régime de Téhéran risquent selon eux d'être "massacrés", ont annoncé mercredi les promoteurs de cette initiative.
Les pétitionnaires "demandent instamment" à la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, aux Etats membres de l'UE, à l'ONU et aux Etats-Unis de faire pression sur le gouvernement irakien pour qu'il renonce à son projet de fermer le camp d'ici au 31 décembre.
Ce projet de fermeture "pourrait servir de prétexte pour un massacre à grande échelle", s'alarment les signataires de ce texte, dont l'initiative revient notamment au conservateur britannique Struan Stevenson, au libéral belge et ancien commissaire européen Louis Michel, et à l'écologiste français José Bové…


Pendaison publique d'un homme pour meurtre
AFP, 26 octobre
Un homme, condamné à mort pour le meurtre d'une vieille femme et le meurtre et viol de la petite-fille de cette dernière, a été pendu à Gharchak (est de Téhéran), a rapporté mardi le site de la télévision d'Etat.
L'homme, identifié par son prénom, Bakhshali, a été pendu publiquement à l'aube.



Témoignage direct sur la répression en Iran - Conférence à paris
Iran manif, 27 octobre


http://www.iranmanif.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1973:temoignages-directs-sur-la-repression-en-iran-conference-a-paris-&catid=5:les-droits-de-lhomme&Itemid=14
Condamnée à dix ans de prison par le régime des mollahs Machine Sare mi a fui Téhéran au début de l'été. Son mari lui, n'a pas eu le temps de quitter l'Iran. Après 24 années de détention, on l'a exécuté, au seul motif d'avoir participé à des manifestations contre le pouvoir en place.


Mahine Saremi : nous n'avons pas eu droit à avoir le jugement, la condamnation. Nous avons seulement lu dans les journaux qu'il avait été condamné à mort. On ne nous a pas informé de la date d'exécution. Après on n'a pas pu récupérer le corps de mon mari. Donc les agents du régime l'ont enterré clandestinement dans un village à 400km de Téhéran où nous habitions.
Mahmoud Jochan a participé activement à l'insurrection de 2009, avec un réseau de sympathisants. Un acte de protestation qui vaut aujourd'hui à son frère d'être toujours en prison. Sur ces images d'amateurs, on y voit des portraits du guide suprême déchiré par des opposants au régime. Un geste sévèrement réprimé par les mollahs, passible de la peine de mort. Malgré la répression, Mahmoud Johan parle d'un espoir naissant grâce au printemps arabe.
Mahmoud Jochan : j'ai vécu personnellement la répression. J'ai participé souvent aux manifestations, nous avons été battus, nous avons été frappés, on nous a jeté du gaz lacrymogène. Mais je ne peux pas dire que tout cela a fait peur à la population. C'est pour cela que j'insiste pour dire que c'est une poudrière. Les gens attendent à tout moment une occasion pour se soulever et se révolter.
Suite aux manifestations contre la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en 2009, la Fédération internationale des droits de l'homme, parle aujourd'hui de 2000 personnes arrêtées et de centaines de disparitions.


Patrick Beaudoin: Aujourd'hui l'Iran est par rapport à la population, le pays qui exécute le plus au monde, ce qui est quand même très révélateur. Il y a aussi de nombreuses arrestations totalement arbitraires avec des personnes qui sont détenues dans les prisons iraniennes dans des conditions épouvantables et une pratique, là aussi en pleine recrudescence, de torture et de mauvais traitements.



La libération d'une actrice met en lumière la situation difficile des réalisateurs détenus
Amnesty International, 27 octobre


La libération d'une actrice iranienne condamnée à 90 coups de fouet et à un an d'emprisonnement pour son rôle dans un film interdit souligne la nécessité de remettre en liberté les réalisateurs détenus en Iran, a déclaré Amnesty International le jeudi 27 octobre.
Marzieh Vafamehr, qui a été arrêtée après avoir joué dans le film australien My Tehran for Sale, a été libérée le lundi 24 octobre au soir. Dans une scène, cette actrice apparaît sans le voile que les femmes iraniennes sont tenues de porter et, dans une autre, elle consomme de l'alcool.

Elle semble avoir été remise en liberté après qu'une cour d'appel a ramené sa peine d'emprisonnement à trois mois et annulé sa flagellation.



Le régime iranien en proie aux querelles intestines (Clinton)
AFP, 27 octobre


La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a estimé mercredi que l'Iran se transformait "en dictature militaire" mais que le peuple iranien pouvait tirer profit de luttes pour le pouvoir qui ont lieu au cœur même du régime...



Hillary Clinton entendue au Congrès sur Achraf
CNRI, 30 octobre
Le 28 octobre, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton était entendue dans une audition à la commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants américaine. Plusieurs parlementaires l'ont interrogée sur la situation au camp d'Achraf et le retard pris dans la radiation des Moudjahidine du peuple d'Iran de la liste terroriste duy département d'Etat américain.



L'Irak décidé à fermer le camp d'Ashraf d'ici fin 2011
AFP, 31 octobre


Le gouvernement irakien est décidé à fermer d'ici à la fin de l'année le camp d'Ashraf où vivent quelque 3.400 réfugiés iraniens opposés au régime de Téhéran, a déclaré lundi le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari…



La semaine précédente, la dirigeante du principal mouvement d'opposition iranien en exil, Maryam Radjavi, avait évoqué le risque d'une attaque "imminente" du camp d'Ashraf par les forces irakiennes, laquelle pourrait conduire à un "bain de sang".


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte