Situation des Femmes en Iran

Public

13 janvier 2012

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Décembre 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr

Bonne et Heureuse Année Deux Mille Douze


Les Vingt-Sept dégagent un accord de principe pour sanctionner l'Iran
RFI, 1er décembre
L'Union européenne a fait un pas de plus ce jeudi l'imposition de sanctions à l’encontre de l’Iran. Les vingt sept ministres des Affaires étrangères de l’Union réunis à Bruxelles ont dégagé un accord de principe pour des mesures destinées à « affecter sévèrement » le système financier iranien, les secteurs du transport et de l’énergie…
Les avoirs dans l’UE de 143 sociétés iraniennes sont gelés, 37 responsables iraniens sont frappés d’une interdiction de visa pour l’Union européenne et du gel de leurs avoirs personnels en Europe…
Pour le secteur financier, le projet est de geler les avoirs et les activités de la Banque centrale iranienne dans l’UE afin d’assécher les sources financières de l’Iran. Sur l’embargo pétrolier, la Grèce continue de freiner car elle dépend fortement du pétrole iranien importé à crédit. Les Vingt-Sept recherchent donc une solution permettant de compenser l’arrêt du pétrole iranien par des importations en provenance d’autres pays producteurs.



La France réduit temporairement son personnel diplomatique à Téhéran
RFI,  3 décembre
Par mesure de précaution la France a décidé ce samedi 3 décembre de retirer temporairement une partie de son personnel diplomatique à Téhéran. Cette mesure, qui concernera également les familles de tous les fonctionnaires français, a été prise après l'attaque mardi dernier de plusieurs sites de l'ambassade britannique dans la capitale iranienne. Invoquant un problème purement bilatéral, l'Iran a invité les puissances occidentales à se garder de provoquer une crise diplomatique majeure...



L'ONU demande à l'Irak de retarder la fermeture du camp d'Ashraf
AFP, 8 décembre


L'envoyé spécial de l'ONU en Irak Martin Kobler a lancé mardi devant le Conseil de sécurité un appel aux autorités irakiennes pour retarder la fermeture du camp irakien d'Ashraf qui abrite quelque 3.400 réfugiés iraniens opposés au régime de Téhéran...



Record de journalistes emprisonnés dans le monde depuis 15 ans
Europe1.fr/AFP, 8 décembre
Le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde s'est établi à 179 en 2011, le plus élevé depuis 15 ans, selon le dernier rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) publié ce jeudi, qui ajoute qu'ils sont principalement détenus en Iran, en Erythrée et en Chine.
L'association non gouvernementale dont le siège est à New York précise qu'il s'agit de rédacteurs, rédacteurs en chef et photographes, dont la moitié du secteur internet et 45% d'indépendants, soit 34 de plus qu'en 2010 à la date du 1er décembre.



Un bilan des droits de l’Homme cataclysmique en Iran
CNRI, 9 décembre
2011 restera marquée en Iran par une recrudescence sauvage des exécutions, en particulier celles qui n’ont pas été annoncées, et qui se comptent par centaines.


Selon les sources de la résistance à l’intérieur du pays, qui dispose d’un vaste réseau social, les pendaisons jusqu’à fin novembre se montent au total à 667, dont 336 déclarées et 331 secrètes.
On compte parmi les victimes une quinzaine de prisonniers politiques, une dizaine de femmes, cinq mineurs et cinquante-cinq exécutions publiques. Il faut de plus déplorer 104 personnes tuées arbitrairement dans les rues par les forces de sécurité.
Des prisonniers politiques Moudjahidine du peuple comme Mohammad Agha’i, Ali Saremi ou Jafar Kazemi, exécutés fin décembre et début janvier pour délit de filiation avec les Achrafiens ou pour avoir manifesté; des prisonniers politiques décédés de maladie sans soins comme Mohsen Dokmetchi, des manifestants assassinés en février et mars 2011, comme Mohammad Mokhtari, Hamed Mansour Mohammadi, Behnoud Ramezani ou Sane Zhaleh, la manifestante Zahra Bahrami pendue en janvier 2011, ou encore des militants kurdes comme Hossein Khezri, exécuté en janvier aussi, la liste des victimes des exécutions en Iran est longue.
Un hommage particulier à Ali Saremi, le plus célèbre détenu politique iranien ayant purgé 24 années de prison. Il a été exécuté à l’aube de 2011, le 28 décembre 2010, pour avoir rendu visite à son fils à Achraf.
Les condamnations à mort, elles se montent à 257. Elles touchent dix femmes, quatorze prisonniers politiques et cinq mineurs.
Au niveau des châtiments cruels et dégradants, le régime a commis au moins cinq amputations et fait subir le fouet.



L’Ambassade virtuelle des Etats Unis
XINHUA, 12 décembre
Le ministre iranien du Renseignement Heidar Moslehi a déclaré hier que le lancement d'une ambassade américaine virtuelle destinée aux Iraniens était un 'piège visant à recruter des espions', a rapporté la chaîne par satellite Press TV…


En octobre dernier, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait déjà annoncé que Washington envisageait de mettre en place une ambassade virtuelle destinée aux Iraniens à la fin de cette année, pour leur permettre d'accéder à des informations utiles sur l'obtention des visas et les études aux Etats-Unis.

Le Département d'Etat américain a lancé mardi cette ambassade virtuelle, un outil internet décrit par Mme Clinton comme une 'plateforme permettant de communiquer - de manière ouverte et sans peur -- au sujet des Etats-Unis, de notre politique, de notre culture et du peuple américain'.
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, a déclaré mercredi que le lancement de l'ambassade virtuelle américaine prouvait que Washington réalisait avoir commis une erreur historique en rompant ses liens avec l'Iran il y trois décennies.
Les médias iraniens ont rapporté mercredi que l'Iran avait bloqué le site web de l'ambassade virtuelle américaine peu après son lancement mardi.
La Maison Blanche a condamné mardi le gouvernement iranien pour ce blocage…



Campagne pour libérer Nasrin Sotoudeh
Le Monde, 12 décembre
Une campagne internationale appelant à la libération immédiate de l'avocate Nasrin Sotoudeh a été lancée…
Reconnue coupable de 'propagande contre le régime' et 'appartenance au Centre pour les défenseurs des droits de l'Homme', elle est détenue en Iran depuis septembre 2010 et est condamnée à six ans de prison et dix ans d'interdiction d'exercer son métier d'avocate.


Défenseure des droits des femmes et des enfants, Nasrin Sotoudeh est l'une des rares avocats ayant accepté de défendre les prisonniers politiques arrêtés après les manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. Elle s'est ainsi occupée du cas d'Arash Rahmanipour, pendu en janvier 2010. 'Arash n'avait que 16 ou 17 ans au moment de son arrestation. Il a été obligé de faire des aveux sous la pression de ses interrogateurs, avait-elle déclaré peu après sa pendaison. Je suis exaspérée par toutes ces irrégularités dans les verdicts de mes clients. Maintenant, que je me sens incapable de faire quoi que ce soit pour mes clients, je préfère être pendue avec eux.'



Il faut enrayer l’accroissement brutal des exécutions secrètes pour des infractions liées aux stupéfiants Amnesty International France
(Communiqué de presse), 15 décembre
http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/iran-surge-secret-executions-drug-offences-must-end-2011-12-1
En 2011, l'Iran a connu une augmentation alarmante du nombre de personnes, pauvres pour la plupart, mises à mort pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié jeudi 15 décembre.


Dans ce document de 44 pages intitulé Addicted to Death: Executions for Drug Offences in Iran, l'organisation indique qu'au moins 488 personnes ont été exécutées pour des infractions présumées en lien avec les stupéfiants depuis le début de l'année 2011, c'est-à-dire presque trois fois plus qu'en 2009, année pour laquelle Amnesty International avait recensé pas moins de 166 exécutions pour de telles infractions.

Au total, en se basant sur des sources officielles et non officielles, l'organisation a recensé quelque 600 exécutions en 2011, dont environ 81 % pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants. Les autorités iraniennes doivent cesser de recourir à la peine capitale contre les personnes accusées de telles infractions…



Pendaison à Ilam
ISNA, 18 décembre
Reconnu coupable de viol et trafique de drogue, un homme identifié par ses initiales H. A. a été exécuté à l’aube de ce dimanche dans la prison centrale d’Ilam (ouest).



Un prisonnier pendu à Saveh
ISNA, 20 décembre
Un détenu a été pendu à l’aube de ce mardi dans l’enceinte de la prison de Saveh au sud ouest de Téhéran.
Identifié par ses initiales N. Y., il a été accusé de détention et de trafique de héroïne et crack.



Trois hommes flagellés à Chiraz
ISNA, 20 décembre
La sentence de flagellation a été exécutée publiquement à l’encontre de trois hommes à Chiraz (sud). Accusés des actes contraires à la morale en vigueur, en plus de 74 coups de fouets, les trois ont été également condamnés à 10 ans de prison et 5 années d’exil.



Un homme pendu à Shahroud
IRNA, 21 décembre
Accusé de détention et trafique de drogue, un homme a été pendu à l’aube de ce mercredi dans la prison de Shahroud à 410 km à l’est de Téhéran.



Une chute de la monnaie provoque des turbulences politiques
AFP, 21 décembre
La monnaie iranienne a chuté de près de 15% depuis le week-end pour atteindre mercredi le taux sans précédent de 15.500 rials par dollar, provoquant l'émoi des médias et du parlement et incitant le président Mahmoud Ahmadinejad à appeler les Iraniens au calme...
Ce trou d'air du rial, qui n'a cessé de perdre de la valeur depuis trente ans, est intervenu alors que l'Iran est soumis depuis 18 mois à un blocus commercial et financier sévère des Occidentaux pour sa politique nucléaire controversée, et subit une forte inflation de 20% selon les chiffres officiels.
La chute du rial a été accélérée par des informations mardi de certains médias iraniens - démenties ensuite par les autorités - sur un arrêt des importations en provenance des Emirats arabes unis du fait des sanctions occidentales.
Plaque tournante pour la réexportation vers l'Iran de marchandises venant du monde entier, les Emirats sont l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Iran.



La CEJ rejette un pourvoi de la France contre des opposants iraniens

AFP- Luxembourg, 21 décembre


La Cour européenne de justice (CEJ) a rejeté mercredi un pourvoi de la France contre une décision de la justice européenne de radier de la liste européenne des organisations terroristes les Moudjahidine du peuple iranien…
Maryam Radjavi, la dirigeante du CNRI, a salué l'arrêt de la Cour. Ce jugement "démontre une fois de plus que l'étiquette de terrorisme et les autres accusations contre la Résistance iranienne ne sont stimulées que par la complaisance et la soumission au fascisme religieux au pouvoir en Iran", a-t-elle estimé.


"L'inscription de l'OMPI sur les listes noires en Europe et aux Etats-Unis a été l'attitude la plus abjecte de complaisance des gouvernements occidentaux avec la dictature religieuse", a-t-elle ajouté…



L'Iran rapatrie ses sites internet officiels pour des raisons de sécurité
AFP, 22 décembre
L'Iran a rapatrié sur son territoire l'hébergement de plus de 90% de ses sites internet officiels pour des raisons de sécurité, a indiqué jeudi la presse en citant un haut responsable...
Le contrôle de l'internet est un enjeu essentiel pour le régime iranien comme pour ses adversaires.
Avec plus de 36 millions d'internautes pour 75 millions d'habitants, l'Iran est le pays du Moyen-Orient le plus branché sur le web, qui a joué un grand rôle dans la vague de manifestations populaires qui a secoué le pays après la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009...



5500 maires et élus de France appellent à la protection des Achrafiens
Vendredi, 23 décembre


Plus de 5500 maires et élus de France demandent dans une déclaration une action urgente pour empêcher un massacre au camp d’Achraf, un déplacement forcé en Irak et sauver la vie des Achrafiens.

Dans cette déclaration, les élus demandent au gouvernement français d’entreprendre une action urgente en collaboration avec l’ONU, les Etats-Unis et l’Union européenne pour empêcher toute sorte de tuerie au camp d’Achraf et un déplacement forcé des Achrafiens en Irak...



Maryam Radjavi se déclare prête à se rendre à Bagdad pour des entretiens avec le gouvernement irakien
Iran Focus, 24 décembre
Maryam Radjavi, dirigeante de la Résistance iranienne, a salué une résolution pacifique de la crise d'Achraf et s’est une nouvelle fois déclarée prête à se rendre immédiatement à Bagdad pour entamer des pourparlers avec le gouvernement irakien en vue de faire les arrangement pour la mise en œuvre d'une résolution pacifique de la crise d'Achraf et à assurer un minimum de garanties pour la sécurité de 400 habitants d'Achraf lors de leur transfert au camp Liberty, rapporte un communiqué du CNRI à Paris.



Sept détenus dont une femme exécutés à Oroumieh
Agence HRANA, 24 décembre
Accusés de trafic de stupéfiant, une femme, Nahid Ebrahimi et six hommes identifiés étant
GhorbanAli Chakeri, Mehdi Saadatian, Cyrus Maleki, Saïd Moradian, Youssef Eslamdoust et Heidar Daïzadeh ont été pendus samedi matin dans la prison centrale d’Oroumieh (nord ouest).



Le camp d’Achraf attaqué par le régime iranien avec des roquettes Katioucha
CNRI, 25 décembre
« Des commandos de la force Qods ont tiré 4 roquettes Katioucha depuis l’extrémité sud d’Achraf vers le centre du camp. Les roquettes ont atteint des points à proximité des lieux de résidence des habitants.

Le général Hossein Hamedani, un commandant du corps des gardiens de la révolution, avait affirmé dans une interview avec l’agence de presse Qods des pasdaran le 22 décembre s’être rendu en personne à Achraf à des fins de reconnaissance et de préparatifs pour une attaque.

400 agents du ministère du renseignement des mollahs (Vevak) sont depuis une semaine installés dans le quartier Moïne dans le nord d’Achraf, occupé depuis l’attaque d’avril dernier des forces irakiennes. De cette manière, avec la force terroriste Qods, le régime des mollahs impose dans la pratique sa souveraineté dans le secteur d’Achraf. »



Pendaison de cinq trafiquants à Chahroud
IRNA/AFP, 26 décembre
Cinq condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus lundi matin à la prison de Chahroud (nord). Ces hommes ont été identifiés par leurs initiales étant H. B., H. R., H. B., A. S. et A. M.



Deux pendaisons publiques à Qazvin
Site Justice Qazvin, 26 décembre


Reconnus coupables de meurtre de quatre membres d’une famille, deux hommes identifiés étant Ali N. et Mohammad M. ont été pendus en public dans la ville de Qazvin (centre).



Evénement
Camp d’Ashraf – Signature d’un accord entre le gouvernement irakien et les Nations unies 27 décembre


http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/irak/la-france-et-l-irak/evenements-14108/article/camp-d-ashraf-signature-d-un
La France salue la signature d’un accord entre le gouvernement irakien et les Nations unies sur les modalités du transfert des résidents du camp d’Ashraf vers un lieu de transit afin que le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) puisse procéder à l’examen de leur statut en toute neutralité et sécurité. Cet accord prévoit notamment que le gouvernement irakien doit assurer la protection des résidents du camp jusqu’à l’issue du processus.
La France soutient pleinement cet accord. Elle appelle toutes les parties à faciliter sa mise en œuvre dans le respect des droits de l’Homme et du droit international humanitaire.
Nous espérons qu’il permettra de trouver une solution pacifique et durable pour les résidents du camp d’Ashraf, qui soit respectueuse à la fois de la souveraineté de l’Irak et des droits de ces personnes.
Nous soutenons pleinement les efforts du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et du HCR.



L'Iranienne Sakineh, condamnée à la lapidation, pourrait être pendue
LEMONDE.FR/Reuters, 26 décembre


La peine de mort par lapidation prononcée contre l'Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée pour adultère, pourrait être transformée en pendaison, rapporte dimanche 25 décembre ISNA.
Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à la lapidation en 2006 pour adultère et à dix ans de prison pour complicité dans le meurtre de son mari. Sa condamnation à mort a été suspendue l'année dernière après la vague d'indignation soulevée par son cas dans le monde entier.
"Nous ne sommes pas pressés. (...) Nos spécialistes de la loi islamique sont en train d'examiner la condamnation d'Ashtiani pour voir si on peut transformer la peine de lapidation en pendaison", a déclaré Malek Ajdar Sharifi, chef de la justice de la province de l'Azerbaïdjan oriental, où Sakineh Mohammadi Ashtiani purge actuellement sa peine.

En vertu de la charia (loi islamique), en vigueur depuis la révolution de 1979, l'adultère est passible de la peine de mort par lapidation en Iran tandis que le meurtre, le vol et le viol sont passibles de pendaison. L'Union européenne avait qualifié l'année dernière de "barbare" la condamnation à mort par lapidation, le Vatican avait appelé à la clémence et le Brésil avait offert l'asile politique à Sakineh.



Peine de mort
Situation de Sakineh Ashtiani
Diplomatie.gouv.fr, 27 décembre


La France est vivement préoccupée par les informations faisant état de l’exécution prochaine par pendaison de Sakineh Mohammadi Ashtiani.
La France demande instamment aux autorités iraniennes de renoncer à cette exécution et de respecter les engagements internationaux auxquels l’Iran a librement souscrit.
Selon des informations recoupées, ce seraient des centaines de personnes qui auraient été exécutées en Iran tout au long de l’année 2011.
La France rappelle son opposition constante à la peine de mort, partout dans le monde et en toutes circonstances.



400 premiers Moudjahidine prêts à quitter le camp Achraf (Radjavi)
AFP, 28 décembre
Maryam Radjavi, la dirigeante du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, opposition en exil), a affirmé mercredi que 400 premiers réfugiés iraniens étaient "prêts" à quitter le camp d'Achraf pour un autre lieu d'accueil temporaire en Irak.


Selon un accord signé dimanche par l'Irak et l'ONU, les quelque 3.400 Moudjahidine du peuple du camp d'Achraf (dont 1000 femmes) doivent être relogés dans un lieu d'accueil temporaire en Irak, le temps que l'ONU règle la question de leur statut de réfugié, étape indispensable avant leur installation hors d'Irak. "Malgré les tirs de roquettes de 107 mm sur Achraf les 25 et 27 décembre (...), 400 Achrafiens sont prêts, en signe de bonne volonté, à se rendre à la première occasion au camp Liberty avec leurs véhicules et leurs biens meubles", a déclaré Mme Radjavi dans un communiqué.


Le nom du camp Liberty a été évoqué une première fois par la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton qui a salué l'accord de dimanche en s'engageant à ce que des responsables de l'ambassade américaine se rendent "régulièrement" sur le nouveau site.
Ce camp est situé près de l'aéroport de Bagdad, sur une ancienne base américaine, selon le CNRI.
L'Irak, qui a repoussé à avril la fermeture d'Achraf et s'est engagé à "assurer la sécurité des habitants du nouveau lieu" d'accueil selon l'ONU, n'a précisé ni l'emplacement de ce camp temporaire ni la date du transfert des réfugiés.
"Le transfert du premier groupe est en même temps un test pour l'attitude du gouvernement irakien sur les engagements qu'il a pris auprès de l'ONU et des USA", a souligné Mme Radjavi dans son communiqué, qui a exprimé en particulier sa "gratitude à Hillary Clinton".



Nouveaux tirs contre le camp d'Achraf
AFP-Irak, 28 décembre
Plusieurs obus de mortier ont été tirés mercredi sur le camp de réfugiés d'Achraf, au nord de Bagdad, où résident 3.400 réfugiés iraniens hostiles au régime de Téhéran, a indiqué un responsable irakien.
Cette troisième série de tirs en cinq jours a eu lieu à 20H15 (17H15 GMT), selon un responsable du centre de commandement de la sécurité irakienne à Baqouba, la capitale de la province de Diyala...


L'Iran évoque la fermeture du détroit d'Ormuz, mise en garde américaine
AFP, 28 décembre


Le commandant de la marine iranienne a souligné mercredi qu'il était "très facile" pour l'Iran de fermer le détroit d'Ormuz, passage obligé de nombreuses exportations pétrolières, provoquant une sévère mise en garde des Etats-Unis.



Deux autres sports interdits aux femmes en Iran
Site Tabnak/Mehr, 29 décembre
Selon un nouvel ordre, les activités des femmes iraniennes dans les activités sportives Kick boxing et Muay Thai sont interdites et les fédérations qui couvrent ces deux disciplines sont chargées de l’appliquer...




ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte