Situation des Femmes en Iran

Public

14 juillet 2013

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Juin 2013
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97

Nous n’oublions pas les 3400 opposants iraniens
dont 1000 femmes du camp de Liberty en Irak

Les derviches Gonabadi manifestent à Chiraz
CSDHI, 1er juin 2013
Un groupe de derviches Gonabadi se sont rassemblés le 1 juin devant la prison Adel-Abad à Chiraz (sud) pour protester contre la situation indéterminée de quatre de leurs amis emprisonnés. Cette minorité religieuse est la cible de violentes discriminations et d’une dure répression. Selon les informations, les prisonniers ont été transférés en cellules d’isolement.


Fermeture de la plus vieille église protestante de Téhéran
Association de la campagne des droits humains en Iran, 1er juin 2013
Le plus vieux temple protestant de Téhéran situé dans la rue Takht-e-Djamchid a été fermé le 26 mai de manière inattendue sous prétexte de « réparations importantes».  Les paroissiens qui se sont présentés ce dimanche-là à l’église ont trouvé les portes closes. Après des mois de pression, le ministère du renseignement a fini par opter pour ce prétexte afin de fermer ce lieu de culte, le plus ancien où l’on officiait en persan.



Elections : la presse qualifie de "comédie" le premier débat télévisé
AFP-Téhéran, 1er juin 2013
Une partie de la presse iranienne a critiqué samedi la manière dont la télévision a organisé la veille le premier débat télévisé entre les huit candidats à l'élection présidentielle du 14 juin, dénonçant une "comédie".
Certains candidats avaient également manifesté leur mécontentement sur le format retenu pour ce débat de quatre heures comprenant des questions générales sur l'économie suivi de réponses rapides...
Même le quotidien conservateur Kayhan estime que cette émission était "loin des attentes" des téléspectateurs…
La presse a en outre critiqué la teneur des interventions des candidats, notamment sur la crise économique que traverse le pays en raison des sanctions internationales…


Deux prisonniers pendus à Khoramabad
Iran Human Rights, le 2 juin 2013
Selon les médias iraniens, deux prisonniers ont été pendus dans l’enceinte de la prison de Khoramabad, à l’ouest de l’Iran.
Selon la chaine publique iranienne, deux prisonniers, dont les identités n’ont pas été révélées, ont été pendus ce matin dans l’enceinte de la prison de Barsilon à Khoramabad. D’après cette source, les prisonniers avaient été condamnés pour possession et trafic de 2,20 kils de drogues synthétiques, telles que le crack et le crystal.


Sanctions américaines contre un réseau de 37 « sociétés écran »
AFP, 3 juin 2013
Les Etats-Unis ont annoncé mardi de nouvelles sanctions contre l'Iran visant un réseau « majeur » de 37 « sociétés écran », qui gèrent des milliards de dollars du gouvernement iranien et l'aident à contourner les sanctions internationales…
Elles visent à décourager les ambitions nucléaires du régime de Téhéran, accusé par les pays occidentaux de vouloir fabriquer l'arme nucléaire sous couvert d'un programme nucléaire civil…

Hollande souligne "l'impérieuse nécessité" d'empêcher Téhéran d'avoir la bombe
AFP, 3 juin 2013 
François Hollande a souligné dimanche "l'urgente, l'impérieuse nécessité d'empêcher l'Iran d'accéder à l'arme nucléaire", indiquant qu'il se rendrait "dans les prochains mois" au Proche-Orient.

Le quotidien « Iran » interdit pour six mois
CNRI, 4 juin 2013

La justice du régime iranien a ordonné que le quotidien « Iran » soit interdit pendant une période de six mois pour avoir publié de « faux articles ».
Le rédacteur en chef du journal proche de la faction de Mahmoud Ahmadinejad a été jugé la semaine dernière suite à une plainte, a indiqué le 2 juin l'agence officielle Mehr.
Ces dernières semaines, des personnes affiliées à diverses factions ont été arrêtées dans l'escalade des luttes internes du pouvoir…


L'inflation continue de monter en flèche dans un Iran à court de liquidités
CNRI, 5 juin 2013 
La viande fraîche et l'essence ont vu leur prix grimper en flèche en Iran avec l'inflation galopante qui ronge l'économie du pays.
Ces dernières hausses de prix interviennent après celles de tous les produits alimentaires de base…

Internet: optimisme en Iran après l'allègement des sanctions américaines
AFP, 5 juin 2013
La décision des Etats-Unis d'alléger leurs sanctions contre l'Iran en autorisant l'exportation d'équipements téléphoniques et de logiciels facilitant l'accès à internet suscite un certain optimisme parmi les Iraniens, soumis à une sévère censure gouvernementale…
Cette décision intervient deux semaines avant la présidentielle du 14 juin et quatre ans après les manifestations massives contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, organisées notamment via les réseaux sociaux Facebook et Twitter.


Les orchestres sont des «catastrophes qui ne jouent pas de musique»
ISNA/CNRI, 6 Juin 2013
Un membre de l'orchestre symphonique de Téhéran a déclaré ne plus jouer de concerts et que les salaires, très faibles, connaissaient de terribles retards.
Armine Gheitasi, joueur d’instruments à vent, estime «catastrophique» la situation de l'orchestre symphonique de Téhéran et de l'orchestre national iranien et que le régime aurait dû les fermer…
 «Les autorités versent les salaires des artistes avec de longs retards et les payent à crédit. Ce que vous voyez ici n'est pas un orchestre symphonique, c'est une catastrophe.
«Le salaire des membres de l'orchestre symphonique de Téhéran est égal aux travailleurs de la mairie, pourtant nous avons étudié la musique pendant des années.
«Si on ne veut pas de la musique et des orchestres, alors il faut les fermer. On ne sait pas ce qu'ils veulent faire. 
«De nombreux musiciens d'orchestre de l'Iran ont émigré et jouent maintenant dans des orchestres à l’étranger…
 «Nous avons obtenu une autorisation pour un concert en mars, mais après deux mois de préparation, il a finalement été annulé. Personne n'a demandé ce qui est arrivé aux trois millions de tomans que nous avons passés sur les répétitions. »
Toutes les musiques datant d’avant la révolution ont été interdites après l’arrivée des mollahs au pouvoir en 1979, parce que, disent-ils, « la musique s’interpose entre les fidèles et Dieu, et rend l’esprit impur ».
Depuis, des concerts ont été organisés au compte-gouttes en 30 ans de régime des mollahs.


L'Assemblée nationale du Canada commémore le massacre de prisonniers politiques survenu en Iran en 1988
AFP-Québec, 6 juin 2013 /CNW Telbec
Amir Khadir, député de Mercier, a présenté une motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale du Canada pour commémorer le triste 25e anniversaire du massacre de prisonniers politiques survenu en Iran en 1988.
Ainsi, « l'Assemblée nationale du Canada, à quelques jours de l'élection présidentielle iranienne qu'elle souhaiterait conformes aux pratiques démocratiques, et en solidarité avec les prisonniers d'opinion dans le monde, condamne le massacre de milliers de prisonniers politiques survenu en Iran au cours de l'été 1988.»
Des motions similaires ont été adoptées par le parlement canadien et la législature de l'Ontario.


Fermeture des salles de cinéma
Site radio d’Allemagne, 7 juin
Morteza Hosseini, député du parlement iranien a critiqué les responsables du ministère de l’orientation qui ferment les yeux sur les fermetures successives des salles de cinéma en Iran. Selon lui l’industrie du cinéma iranien est ainsi en danger de disparaitre. 
En réponse à cet avertissement, le ministre de la culture et de l’orientation islamique, Mohammad Hosseini, s’est dit pas inquiet car selon lui il y a d’autre choix tel que la télévision…
Le site News-on-Line a publié la liste de 200 films produits depuis les 30 dernières années qui ont été interdits de diffusion par les autorités. Les observateurs parlent d’une pression croissante sur les cinéastes iraniens depuis la fermeture de la Maison du cinéma. 


Arrestation d’un pasteur et fermeture de l’Assemblée de Dieu de Téhéran
Actu-Chretienne.Net, 8 juin 2013
Le 21 mai à Téhéran, les forces de sécurité ont arrêté un pasteur iranien et ont procédé à la fermeture de son église.
Ces faits se sont déroulés dans le cadre d’une répression renforcée des chrétiens avant les élections de juin, expliquent nos sources.
L’organisation des droits de l’Homme Christian Solidarity Worldwide (CSW) rapporte que le mardi 21 mai 2013 Robert Asserian a été arrêté au cours d’une réunion de prière dans son église des Assemblées de Dieu (église pentecôtiste). Peu de temps avant, les autorités ont perquisitionné sa maison, confisquant son ordinateur, des livres et d’autres objets personnels. Le Farsi Christian News Network (FCNN, réseau de nouvelles chrétiennes en farsi) a indiqué que les membres de la Garde révolutionnaire sont arrivés le lendemain et ont annoncé que l’église resterait fermée jusqu’à nouvel ordre…


Augmentation de la pauvreté, les droits du travail menacés (FIDH)
AFP, 10 juin 2013

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) s'alarme de l'augmentation de la pauvreté en Iran, conséquence de la crise économique due aux sanctions internationales, et redoute un déclin des droits des travailleurs, dans un rapport publié lundi.
Selon ce rapport, "la situation économique et sociale s'est progressivement détériorée avec une hausse du chômage, l'inflation ayant atteint un niveau sans précédent". Officiellement, le taux d'inflation a atteint 31%, mais la hausse du prix des produits alimentaires a été de plus de 50%.
"La plupart des gens sont obligés de cumuler plusieurs emplois car le salaire minimum (4,871 millions de rials par mois/135 dollars) ne suffit plus à contrebalancer l'inflation", affirme la FIDH.


Avoir un chien, une mode clandestine en République des mollahs
AFP, 11 juin 2013
Les Iraniens promènent leur chien en cachette car il risque d'être confisqué et son propriétaire mis à l'amende: avoir un chien est vu par les autorités comme une mode importée de l'Occident contraire aux moeurs islamiques…


Pour l'Iranienne Maryam, peu d'espoir après l'ère Ahmadinejad 
AFP-Téhéran, 11 juin 2013

"Parfois, j'ai mal rien qu'en pensant à l'avenir, alors je me vide la tête en faisant mes manteaux", commente Maryam, une couturière de Téhéran dont le niveau de vie est atteint de plein fouet par la crise économique qui frappe l'Iran depuis l'entrée en vigueur des sanctions internationales.
Cette veuve âgée de 55 ans doit subvenir aux besoins de ses quatre enfants depuis la mort de son mari lors de la guerre Iran-Irak (1980-88). Avec sa fille Sara, 30 ans, elle fabrique des longues vestes qui recouvrent la majeure partie du corps, approuvées par le code vestimentaire islamique. Elles travaillent à domicile, dans un modeste appartement de l'ouest de Téhéran.
L'un de ses trois fils, Saman, 34 ans, a un diplôme d'ingénieur mais vit de petits contrats. Un autre, Soheil, 38 ans, est revenu vivre à la maison après son divorce...


Koweït: boycott des produits iraniens, manifestation anti-Hezbollah
AFP-Koweït, 12 juin 2013
Des chaînes de supermarchés au Koweït ont lancé une campagne de boycott des produits iraniens et des militants ont manifesté contre le Hezbollah chiite libanais pour dénoncer l'engagement de ce parti dans le conflit armé en Syrie…


La campagne présidentielle en Iran n'a pas été "libre et équitable" (ONU)
AFP, 13 juin 2013

Le Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, a estimé jeudi que le climat politique dans le pays ne permettait pas de qualifier de "libres et équitables" les élections présidentielles prévues vendredi.
"Un certain nombre d'importants responsables politiques n'ont pas pu se présenter aux élections", a-t-il souligné lors d'un entretien avec l'AFP à Madrid, en marge du V Congrès mondial contre la peine de mort.
"Des partis ont été interdits, d'anciens dirigeants sont en prison: tout cela prive les gens de l'espace nécessaire pour organiser des élections libres et équitables", a-t-il ajouté…

Présidentielle iranienne: le Canada encourage les Iraniens à s'exprimer 
AFP-Montreal, 13 juin 2013
Le Canada a appelé jeudi les Iraniens à rejeter, lors de leur élection présidentielle vendredi, "le choix artificiel que leur impose le régime" et à exprimer par tous les moyens "leur désir de liberté" face à "la dictature religieuse et militaire des ayatollahs".
"Le Canada encourage les Iraniens à s'exprimer, même si leur gouvernement tente de les réduire au silence", a dit le chef de la diplomatie John Baird lors d'une téléconférence depuis Londres où il accompagne le Premier ministre Stephen Harper.
"Que les Iraniens se confient à des amis proches, qu'ils critiquent l'élection par la satire, par un vote de protestation, qu'ils participent à un scrutin virtuel en ligne ou qu'ils boycottent tout bonnement l'élection, le Canada salue le courage de ceux et celles qui expriment leur désir de liberté", a-t-il poursuivi…

Le Canada, qui abrite une importante diaspora iranienne et accueille de nombreux étudiants venus d'Iran, a "suspendu" ses relations diplomatiques avec le régime de Téhéran en septembre 2012.


Elections en Iran : les réseaux sociaux contrôlés par le pouvoir
Le Parisien,  13 juin 2013
… Les accès à Facebook, Twitter, Youtube ou aux sites en lignes des médias internationaux étaient depuis bloqués. Mais les internautes iraniens réussissent à accéder à Internet grâce à des logiciels permettant de contourner la censure.
Google dénonce des vols de mots de passe
Les réseaux sociaux ont réussi à reprendre du service cette année. Ils sont toutefois très contrôlés par le pouvoir en place et servent essentiellement à appeler les abstentionnistes à participer à la présidentielle ce vendredi. Les conservateurs, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs iraniens dans le dossier nucléaire Saïd Jalili, soutenu par l'aile dure du régime, ont ainsi des comptes Twitter associés à leurs noms. 
De son côté, Google a dénoncé mercredi des tentatives de vols de mots de passe des comptes de dizaines de milliers d'Iraniens.
Le guide suprême de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a appelé dès ce vendredi matin à une participation massive tandis que le Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, a estimé jeudi que le climat politique dans le pays ne permettait pas de qualifier de «libres et équitables» les élections présidentielles. ..
Des portraits géants de l'opposante Maryam Radjavi en plein Téhéran
Par ailleurs, des bannières géantes de la présidente-élue de la Résistance iranienne Maryam Radjavi ont été accrochées à Téhéran, au mépris de la stricte interdiction du régime pesant sur la « propagande » de l'opposition. La grande affiche suspendue à un pont autoroutier dit : «Je vote pour le renversement, notre présidente : Maryam Radjavi ». Cette dernière est la présidente élue par le CNRI, le Conseil National de la Résistance Iranienne, dont le siège est situé en France à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise). 


Les familles des équipes de la BBC menacées
AFP-Londres, 14 juin 2013
Le groupe de radio-télévision britannique BBC a accusé jeudi le régime iranien de procéder "à des intimidations à un niveau jamais atteint jusqu'ici" contre les familles de ses employés, à la veille de l'élection présidentielle dans le pays.
Selon le groupe, les autorités ont averti les familles des 15 employés du service persan de la BBC, travaillant à Londres, qu'elles couraient des risques pour leurs vies.
"Dans les derniers 15 jours, des membres de 15 familles ont été interrogés par le ministère iranien du Renseignement à Téhéran et dans d'autres villes du pays", a déclaré Liliane Landor, chef du service des langues à la BBC World Service, dans un communiqué.
"Le harcèlement comprenait des menaces de pertes d'emplois ou de retraites des membres de leurs familles, et des avertissements pour les empêcher de partir à l'étranger", selon la même source.
"Pour la première fois, la vie de personnels de la Télévision BBC en persan, vivant au Royaume-Uni, a également été menacée", a déclaré Mme Landor…


Présidentielle en Iran: Maryam Radjavi dénonce une "mascarade électorale" 
AFP, 15 juin 2013

Maryam Radjavi a dénoncé samedi une "mascarade électorale" après l'annonce de la victoire surprise au premier tour de la présidentielle du religieux modéré Hassan Rohani.
Il s'agit d'"une mascarade électorale du régime des mollahs dans la crainte d'un soulèvement", a déclaré la présidente élue du CNRI dans un communiqué publié à Paris.
"C'est le mollah Rohani qui a émergé. Ayant trempé depuis le début dans tous les crimes du régime, il ne trompe personne dans un rôle de +modéré+", ajoute Mme Radjavi, qui rappelle que "Rohani a été secrétaire du Conseil suprême de sécurité national (CSSN) du régime pendant 16 ans", "a été un des fondateurs de l'Association du clergé combattant" et "représente actuellement (le Guide suprême Ali) Khamenei au CSSN".
"Pour éviter le soulèvement populaire et une répétition des événements qui ont éclaté il y a quatre ans, le régime a bouclé à toute vitesse cette élection et, à son habitude, a multiplié par 4 ou 5 les votes", affirme la présidente du CNRI qui qualifie de "grotesque" le taux annoncé de 72% de participation au scrutin.
"Rien ne changera en Iran sans la liberté d'expression et sans les droits de l'homme, et tant qu'il y aura des prisonniers politiques, qu'il n'y aura pas de liberté d'action pour les partis, que la politique d'agression du régime se poursuivra en Syrie et en Irak, et que le régime insistera pour obtenir la bombe", poursuit-elle.
Maryam Radjavi a par ailleurs mis en cause la responsabilité d'Ali Khamenei dans l'attaque perpétrée dans la nuit de vendredi à samedi contre un camp d'opposants iraniens près de Bagdad qui, selon un nouveau bilan du CNRI, a fait 2 morts et 50 blessés.
"Avec l'attaque meurtrière d'aujourd'hui, Khamenei a l'intention de dissimuler les crises de son régime et d'empêcher un soulèvement populaire en instaurant la terreur", accuse Mme Radjavi qui demande à l'Onu de ramener les habitants du camp Liberty vers leur ancienne base d'Achraf où, selon elle, "ils bénéficieront de plus de sécurité".


Trocadéro : une manifestation était organisée par le Conseil national de la résistance Iranienne (CNRI)
France 3, 15 juin 2013
Une manifestation s'est tenue ce samedi sur le parvis des droits de l'Homme au Trocadéro à Paris. Le Conseil national de la résistance Iranienne, basé à Auvers sur Oise, manifeste pour obtenir la fin du régime des Mollahs en Iran et le rétablissement d'une vraie démocratie dans leur pays.


Attaque au camp Liberty : l'opposition iranienne dénonce l'absence de l'Onu 
AFP/Iran Focus, 16 juin 2013

L'opposition iranienne en exil a dénoncé samedi les "promesses mensongères" de l'Onu et l'absence de ses agents lors de l'attaque perpétrée contre le camp Liberty près de Bagdad, qui a fait au moins deux morts selon les Moudjahidine du peuple.
Des dizaines de roquettes de 107 mm se sont abattues samedi sur le camp Liberty, faisant au moins deux morts et 27 blessés, selon un bilan provisoire communiqué à l'AFP par un porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

Selon un communiqué de la résistance iranienne, cette attaque traduit l’attitude irresponsable de l’Onu et du gouvernement américain qui sont restés passifs et silencieux pendant quatre mois face à l’urgence du danger qui menaçait la sécurité des habitants de Liberté. Depuis quatre mois, l’émissaire onusien en Irak n’a pris aucune mesure pour ouvrir les portes de Liberty et transférer les habitants à Achraf, et n’a pas fait le moindre effort pour fournir un minimum d’équipement de protection à Liberty.
A la suite de la 3e attaque meurtrière sur les habitants de Liberty, Maryam Radjavi, la dirigeante de la Résistance iranienne, a adressé une lettre au secrétaire d’Etat américain, au Secrétaire général de l’ONU et au Haut commissaire pour les réfugiés, afin de leur demander d’intervenir de toute urgence pour ramener les habitants de Liberty à Achraf où ils bénéficieront de plus de sécurité. Elle a mis en avant cette réalité voulant que le « régime iranien et le gouvernement irakien ont mis à l’ordre du jour le massacre des réfugiés et des demandeurs d’asile sans défense ».
Le chef du HCR condamne l'attaque contre un camp d'Iraniens en Irak 
Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a condamné l'attaque contre un camp hébergeant des Moudjahidine du peuple, un groupe d'opposition iranien, qui a fait des morts et des blessés samedi près de Bagdad


Le long combat de deux Iraniennes pour la liberté
Histoiresordinaires.fr, 17 juin 2013
Parnian et Azadeh sont Iraniennes. Elles militent depuis leur exil, près de Paris, contre le régime islamique en place. Alors qu'une lueur d'espoir vient de naître avec l'élection d'un président modéré, les deux infatigables combattantes nous racontent leur histoire, leurs espoirs, leur engagement pour les droits des femmes, la liberté et la démocratie en Iran...


Les femmes interdites de fêter la victoire de l’équipe de football au stade Azadi
Secrétariat du CNR, 18 juin 2013

Le régime misogyne des mollahs a interdit aux femmes et aux filles en Iran de participer au rassemblement mardi au stade Azadi (Liberté) pour célébrer la qualification de l’équipe nationale de football à la coupe du monde de 2014.
La fédération de football du régime iranien a annoncé dans un communiqué que: « Dans cette cérémonie seuls les hommes sont autorisés. Il est demandé aux femmes qui aiment l’équipe nationale de s’abstenir de venir au stade Azadi. ». Le communiqué a été publié lundi par l’agence officielle Mehr affiliée au ministère du renseignement.


Iran : qu’est-ce qu’un modéré ?
Lavie.fr, 19 juin 2013
Une grande partie de la presse internationale a salué l'élection du "candidat modéré" Hassan Rohani. Mais qu'est-ce qu'un modéré dans le cadre du régime iranien?...


Manifestations anti-gouvernementales dans les villes iraniennes 
Iran Focus, 19 juin 2013

Depuis hier après midi des manifestations à caractères anti-gouvernemental ont éclaté, suite à la victoire de l'équipe nationale de football  à Téhéran et en province.
Les manifestants qui d’abord comptaient fêter la victoire de l’équipe nationale et sa qualification pour Brésil, très vite ont lancé des slogans politiques comme: «Mort au dictateur».
A l'heure locale 21h30 hier soir, des milliers de personnes ont occupées la place Vanak et les rues avoisinantes, scandant «libérer tous les prisonniers politiques », « n'ayez pas peur, nous sommes tous ensemble », « je tuerai celui qui a tué mon frère », « Bassidji quitte le pays»,  «libérez les prisonniers politique».
Les forces de sécurité ont tenté de disperser la foule à l'aide de gaz lacrymogènes mais la manifestation se poursuivait jusqu'au petit matin dans certains endroits.

Des manifestations identiques ont eu lieu dans les villes de province.
Ces manifestations sont liées au climat à l’intérieur de la société après que le Guide suprême, grand perdant de la mascarade électorale, a montré des signes de faiblesse.
Cela démontre que les exigences immédiates de la jeunesse et de la population risquent d’éclater à tout moment. Les forces de répression sont sur le qui-vive de crainte de voir cet après midi de nouvelles manifestations éclater  compte tenu de  l’interdiction aux filles d'entrer dans le stade de Téhéran.

Retour de l'horreur après le spectacle de la démocratie : 
Quatre prisonniers dont une femme pendus à l'ouest 
Iran Human Rights, le 21 juin 2013

Après deux semaines de pause à l'occasion des élections présidentielles, les exécutions ont repris en Iran.
Quatre prisonniers, parmi eux une femme, ont été pendus à Shahr-e Kord-(ouest), le jeudi 20 Juin.
Selon le quotidien Kayhan, les prisonniers ont été identifiés comme Mohammad Ebdali, Vahid Fayouj, Golafrooz Fayouj (femme) et Ghobad Fayouj.D'après la dépêche, les quatre détenus ont été reconnus coupables d'achat, de possession et du trafic de 4,5 kilos d'héroïne.
Les trois premiers prisonniers ont été pendus dans l'enceinte de la prison de Shahr-e Kord, tandis que le dernier (Ghobad Fayouj) a été pendu en public dans la zone "Mahdiyeh" de Shahr-e Kord.

Le prisonnier a été soulevé par une grue et pendu. Cela prend normalement plusieurs minutes lorsque l'exécution est effectuée de cette façon.
L'exécution publique a eu lieu encadrée par d'importantes mesures de sécurité.
Iran Human Rights (IHR) condamne fermement ces exécutions par les autorités iraniennes. Mahmood Amiry-Moghaddam, le porte-parole du IHR, a déclaré : « Il semble que le leader suprême iranien Ali Khamenei a redémarré son spectacle d'horreur après deux semaines de pause comme une démonstration démocratique". Amiry-Moghaddam a appelé la communauté internationale à condamner les exécutions...


L'Albanie accueille 71 Iraniens réfugiés en Irak (ONU) 
AFP-Bagdad, 22 juin 2013
Soixante-et-onze membres du groupe d'opposition iranien Moudjahidine du peuple ont été accueillis en Albanie, une semaine après une attaque contre le camp où ils étaient hébergés près de Bagdad, a annoncé l'ONU samedi…
"Au total, 71 hommes et femmes sont arrivés sans encombre en Albanie" qui a accepté "d'accueillir 210 résidents du camp", a indiqué dans un communiqué Martin Kobler, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Irak...


Villepinte : rassemblement mondial en faveur de la Résistance iranienne
France 3, 22 juin 2013

Le rassemblement annuel des Moudjahidine du peuple d’Iran se tient ce samedi à Villepinte (93). Plus de 80000 personnes sont présentes. Parmi elles,  500 personnalités internationales et de parlementaires qui soutiennent la résistance iranienne doivent participer à cette réunion.
Maryam Radjavi, à la tête du Conseil national de la résistance depuis 20 ans a fondé avec son mari Massoud, le mouvement des Moudjahidine.
Le rassemblement annuel des Moudjahidine du peuple d’Iran se tient ce samedi à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Plus de 80000 personnes sont présentes. Parmi elles,  500 personnalités internationales et de parlementaires venus des États-Unis, du Canada, de France et d'Europe, du Moyen-Orient et des pays arabes, soutiennent la résistance iranienne. 
Les opposants au régime iranien réunis dans le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) ont choisi le hall de Villepinte pour protester. Ils attendent de nombreux invités comme l'ancien maire de New York, Rudy Giuliani.


Iran s’oppose à la visite du rapporteur de l’Onu 
Site radio Farda, 25 juin 2013
Mohammad-Javad Larijani, secrétaire du département des droits de l’Homme du pouvoir judiciaire a déclaré que le rapporteur spécial des nations Unies, Ahmad Shaheed, n’est pas autorisé à rendre visite en Iran… 


Un jeune exécuté à Gatchsaran
Farsnews.com, 26 juin 2013
Reconnu coupable d’homicide en 2006, un jeune homme identifié par ses initiales A S a été exécuté ce matin dans la prison de Gatchsaran (sud ouest).


Deux trafiquants exécutés à Ispahan
Quotidien Keyhan, 27 juin 2013
Deux hommes identifiés étant Ehssan B et Asghar Sh ont été pendus dans l’enceinte de la prison centrale d’Ispahan. Ils étaient accusés de détention et trafic de drogue.


Pendaison publique à Ahvaz
Mehrnews.com, 29 juin 2013 
Le chef du département de la justice de Khouzestan a fait part de la pendaison publique ce samedi matin d’un homme dans la ville d’Ahvaz. Il a été  accusé de vol et trafic d’armes et de drogue.


Deux prisonniers pendus dont un en public à Ahvaz 
Iran Human Rights, 29 juin 2013 
D’après l’agence de presse Fars, un prisonnier a été pendu en public au carrefour de « Salman Farsi » à Ahvaz. Il a été identifié comme « M. T. », condamné pour l’achat et la revente de diverses drogues. La pendaison en public a eu lieu le matin du samedi 29 juin.


Trois détenus pendus à zahedan 
Human Rights and Democray Activists in Iran (HRDAI), 29 juin 2013 
Trois prisonniers dont un citoyen afghan ont été pendus ce matin dans l’enceinte de la prison de Zahedan. Les prisonniers, identifiés comme : « Aref Noorzahi » (citoyen afghan), "Shir Mohammad Kashani" et "Ghorbanali Soori".


Deux hommes pendus en public à karadj
Agence Mehrr, 30 juin 2013
Deux jeunes hommes accusés de viol ont été exécutés au carrefour Golzar dans la ville de Karadj (ouest de Téhéran).




 ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr

Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de

L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR 

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte