Situation des Femmes en Iran

Public

17 novembre 2013

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Octobre 2013
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97

APPEL URGENT
Nous demandons la libération immédiate de sept opposants iraniens dont six femmes pris en otages par les autorités irakiennes depuis le massacre du 1er septembre à Achraf


Un homme pendu à Chiraz 
Justice de Fars, 1er octobre 2013
Accusé de détention et trafic d’hachich et d’héroïne, un homme a été pendu à l’aube du 1er octobre à la prison centrale de Chiraz (sud).
L'homme avait 45 ans et a été arrêté sur la route de Chiraz-Sepidan. Il a été condamné à la prison à vie, à une amende de 360 millions de riyals, à 50 coups de fouet avant sont exécution.


Trois exécutions à Ardebil
Agence Fars, 1er octobre 2013
Trois prisonniers ont été pendus dans l’enceinte de la prison d’Ardebil dans le l’ouest de l’Iran le 1er octobre.
Les hommes âgés de 39 ans, 37 ans et 56 ans, étaient accusés de fabrication et  trafic de drogue.



Un homme condamné à se faire crever les yeux et trancher une oreille
CSHDI/Quotidien Chargh, 1er octobre 2013
Le pouvoir judiciaire a condamné un jeune homme à se faire crever les yeux et trancher l’oreille droite.
Le jeune prénommé Jamshid est accusé d’avoir brulé volontairement le visage d'une jeune fille, Shirine, à l’acide. Elle a perdu la vue et l’oreille droite...






Le Canada pour le maintien de "dures sanctions" contre Téhéran
AFP, 1er octobre 2013
La communauté internationale doit maintenir de "dures sanctions" envers l'Iran pour forcer Téhéran à "changer de direction" dans son programme nucléaire, a affirmé lundi le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird…




Des centaines d’antennes écrasées sous des blindés des pasdaran
CNRI, 2 octobre 2013
Le mollah Rohani a déclaré le 26 septembre au Conseil des relations étrangères à New York qu’en “Iran tout le monde à facilement accès au réseau satellite, vous pouvez même voir des antennes sur les toits dans chaque village.”
Deux jours plus tard, les gardiens de la révolution (les pasdaran)  ont utilisé à des transports de troupe blindés et des rouleaux compresseurs pour écraser 800 antennes satellite l’annonçant comme un acte «symbolique » et une « mesure de valeur pour s’opposer à l’attaque culturelle lancée par les ennemis de la révolution et du système », en « présence des autorités de la province et de la ville de Chiraz. »
Les pasdaran avaient aussi disposé sur des antennes le drapeau américain où était écrit “Mort à l’Amérique”.

Les forces de sécurité ont lancé des raids chez l’habitant dans les villes de Bandar Abbas, Bam, Yazd et Minab en confisquant les antennes paraboliques.




Cinq trafiquants exécutés à Yazd
Département de la justice de Yazd, 5 octobre 2013
Cinq hommes sous les initiales de M KH, N M, M Sh, M M et M A ont été exécutés à l’aube du jeudi dans la prison centrale de Yazd (centre). Les cinq étaient accusés de trafic de drogue.





Deux personnes pendues à Babol
ISNA, 5 octobre 2013
Deux personnes ont été pendues à Babol (nord). Les prisonniers identifiés sous les initiales M S (37 ans) et A T (33 ans) étaient accusés d’homicide de quatre membres d’une famille.





La ségrégation entre les sexes au programme des universités
iranmanif.org, 7 octobre 2013
http://www.iranmanif.org/index.php?option=com_content&view=article&id=3429:-la-segregation-entre-les-sexes-au-programme-des-universites-en-iran&catid=21:femmes&Itemid=33
La ségrégation entre les hommes et les femmes doit être imposée à toutes les universités iraniennes, où la culture occidentale doit être remplacée par la «foi islamique», a déclaré Nouri Hamdani un ponte du régime des mollahs.
«Le climat des universités doit être un mélange de foi islamique et de sciences. La science sans morale islamique est juste un outil pour dévier le peuple »... «Les livres d'étude de sciences humaines basés sur les idées de l'Occident doivent être retirés et remplacés par des livres de sciences humaines fondées sur la culture islamique ».
Hamedani souligne la nécessité de mettre en place une ségrégation entre les hommes et les femmes dans les universités et déclare que les étudiants doivent éviter les activités politiques, qui seront « traitées avec fermeté »...
Ses commentaires sont tombés alors qu’une enquête sur la ségrégation entre les hommes et les femmes dans les universités des villes de Tabriz et d’Ardebil, a révélé que tous les étudiants sauf ceux appartenant à la milice du Bassidj, s’y opposaient. De vastes manifestations étudiantes en Iran ont dénoncé et rejeté ce plan de ségrégation sexuelle.


Amendes et immobilisation des voitures pour les conductrices "mal voilées"
iranmanif.org, 7 octobre 2013
Inscription apposée par la police des mœurs : parce que la conductrice et les passagères de cette voiture étaient mal voilées, et pour cause de pollution sonore (écouter la musique), cette automobile a été confisquée.
Dans un meeting à l’Ecole des Forces de sécurité de l'État, Hassan Rohani a déclaré cette semaine que le contrôle du code vestimentaire "doit commencer à l'école, au lycée, à l'université et à la mosquée. Ce n'est qu'en dernier ressort que la verbalisation de la police devrait intervenir".
Selon les lois en vigueur, la police peut interroger et arrêter les femmes et les jeunes pour avoir enfreint le code vestimentaire rigoriste des mollahs. C’est par dizaines que les agents conduisent chaque jour au poste des jeunes pour délit d’allure. Un communiqué officiel de la police précise qu'Hassan Rohani, "a insisté lors de cette rencontre sur la sensibilité de la question morale et sociale du code vestimentaire et a invité la population, notamment les jeunes, à respecter devoir religieux".




Une nouvelle pendaison à Ispahan
CSDHI, 8 octobre 2013
Le régime iranien n’a pas freiné le rythme effrayant de ses exécutions. Il a donc pendu un détenu à Ispahan (centre) le 8 octobre après l’avoir transféré de la terrible prison Karoun de la ville d’Ahvaz (sud-ouest) qui abrite la minorité arabe d’Iran.
Le condamné, Saïd Lavimi, avait 35 ans. Le régime n’a pas précisé les chefs d’inculpation.





Achraf : Appel de l’USCCAR
PRNewswire, 9 octobre 2013
L’USCCAR appelle l'administration Obama à tenir l’Irak responsable pour le massacre du 1er septembre au camp d'Achraf et à sauver sept habitants enlevés.
Le Comité américain pour les habitants du camp d'Achraf (USCCAR) déplore l’incapacité de la Maison-Blanche de tenir le gouvernement irakien de Nouri Maliki responsable du massacre le 1 septembre de 52 habitants sans défense du camp d’Achraf, membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple, principal mouvement d'opposition iranien.
Le Département d'Etat a affirmé « ne pas avoir d'informations crédibles indiquant que le gouvernement irakien a été ou est impliqué dans toute activité relative à l’enlèvement ou la détention » des sept habitants du camp d'Achraf pendant le massacre. Les faits suggèrent le contraire.


Deux trafiquants pendus à Ispahan
iribnews.ir, 9 octobre 2013
Accusés de détention et trafic de l’héroïne, deux individus ont été exécutés par pendaison dans la prison Karoun à Ispahan (sud).


Trois individus exécutés à Racht
Agence Fars, 9 octobre 2013
Le responsable du département de la justice de Racht (nord) a fait part de l’exécution jeudi dernier de trois hommes accusés de trafic de drogue.


Pendaison publique à Fasa
Département de la justice de Fars, 9 octobre 2013
Le directeur général du département de la justice de Fars a annoncé l’exécution publique ce matin d’un voleur dans la ville de Fasa (sud).


Sous Rohani, le rythme des exécutions reste élevé
Amnesty International, 10 octobre 2013
Amnesty International a fait savoir le que les pendaisons en place publique ont quadruplé en fin de mandat d’Ahmadinejad, rythme soutenu sous le nouveau président des mollahs, Hassan Rohani.
Les arrestations dans les minorités religieuses et ethniques ont également progressé, durant la même période. L'Iran reste en tête des pays qui pratiquent la peine de mort  par rapport à sa population…
Des milliers d'Iraniens croupissent aujourd'hui dans le couloir de la mort.

Le Parlement européen appelle l'Iran à libérer un pasteur protestant
AFP, 10 octobre 2013
Le Parlement européen a appelé jeudi l'Iran à "relaxer et libérer" un pasteur protestant américano-iranien condamné à huit ans de prison pour avoir "menacé la sécurité nationale" par ses activités religieuses.
Dans une résolution adoptée à Strasbourg, le Parlement "appelle le gouvernement iranien à relaxer et à libérer sans délai Saïd Abedini et toutes les autres personnes détenues ou accusées en raison de leur religion". Les députés se déclarent inquiets car M. Abedini "aurait subi des violences physiques et psychologiques en prison".
Au-delà du cas de M. Abedini, les députés européens appellent l'Iran à garantir "le respect total du droit à la liberté de religion ou de conviction", ce qui inclut "le droit de chacun de changer de religion de son plein gré"…


Achraf : Le Parlement européen demande la libération de 7 opposants iraniens détenus en Irak
AFP, 10 octobre 2013
Le Parlement européen a appelé jeudi à la libération "immédiate et inconditionnelle" des sept opposants iraniens enlevés le 1er septembre lors d'une attaque irakienne dans le camp d'Achraf, en Irak, et menacés d'être renvoyés en Iran.
Dans une résolution adoptée à Strasbourg, le Parlement "condamne fermement l'attaque par des forces irakiennes du camp d'Achraf"  qui a fait 52 morts selon un décompte de l'ONU.


Le principal centre des recherches militaires nucléaires transféré
AFP-Paris, 10 octobre 2013
L'opposition iranienne en exil a affirmé jeudi que le centre névralgique des recherches militaires pour doter le régime de Téhéran de l'arme atomique avait été déplacé récemment afin de "duper" la communauté internationale.
"Pour dissimuler ses activités nucléaires, le régime iranien procède actuellement à une vaste opération de transfert de l'Organisation pour la nouvelle recherche de la Défense (SPND), où est mené l'essentiel de ses opérations de recherche et de planification du projet nucléaire militaire", a déclaré à Paris Mehdi Abrichamtchi, un responsable du Conseil national de la Résistance iranienne, connue sous le nom de Moudjahidine du Peuple…






Iran, instants volés
Le Monde, 11 octobre 2013
http://abonnes.lemonde.fr/lemagazine/article/2013/10/11/iran-instants-voles_3493163_1616923.html
La jeunesse iranienne n'a pas attendu l'élection du "modéré" Rohani pour s'offrir des parenthèses de liberté. Dans sa série "Au-delà du voile", la photographe Kiana Hayeri donne à voir des adolescents qui flirtent, des filles qui dansent, d'autres qui osent le bain de mer...
Pour parler de l'Iran, les clichés et les préjugés ne manquent pas. Pays gouverné par des "radicaux barbus" qui menacent le monde de leur bombe en préparation. Pays où les femmes, tenues à porter le foulard dès l'âge de 9 ans, sont réduites à néant. Pays où toutes les libertés sont bafouées. Avec sa série de photos "Au-delà du voile", la jeune photographe iranienne Kiana Hayeri dépasse ces clichés en ouvrant une fenêtre sur la vie d'une jeunesse parfois débordante de force et de joie. Une jeunesse qui cherche avant tout à vivre pleinement malgré les contraintes, dictées aussi bien par le système politique que par la société. Les jeunes que raconte cette photographe, surtout les filles, sont loin de se sentir désemparés, d'être seulement des victimes. En 2012, 60 % des étudiants admis dans les universités publiques iraniennes étaient des femmes...


Instrument de musique interdit
lemonde.fr, 11 octobre 2013
Dans une société où 75 % de la population a moins de 35 ans, la jeunesse ne perd pas une occasion de se créer des bulles de liberté. Par exemple, bien que le ballet, comme d'autres danses classiques, soit interdit en Iran, les cours, parfois mixtes, se multiplient, à Téhéran et dans d'autres grandes villes. Pour pouvoir travailler tranquillement, les professeurs de ballet demandent une autorisation de cours de "mouvements rythmés et stretching"…




José Bové demande la libération des sept otages d’Achraf
Iran Focus, 11 octobre 2013
L’eurodéputé français José Bové s’est exprimé après l’adoption par le Parlement européen à Strasbourg, 10 octobre 2013, d’une résolution sur « les récentes violences en Irak », condamnant fermement « l'attaque sur le camp d'Achraf le 1er septembre 2013, par les forces irakiennes qui ont tués 52 réfugiés iraniens et enlevé 7 personnes, dont 6 femmes». José Bové a appelé à leur libération immédiate.





Manœuvres répressives des forces de sécurité en Iran
CSDHI/Agence Fars,  11 octobre 2013
Les forces de sécurité de l’Etat (FSE) ont lance leurs énièmes manœuvres répressives dans diverses villes du pays. La semaine dernière a même été nommée “la semaine des FSE”.












Hamedan : mort d’une étudiante
Site des opposants iraniens, 11 et 12 octobre 2013
Dans une cité universitaire de Hamedan (ouest), le corps inanimé d’une étudiante a été découvert pendu à une corde.
La victime, Sahar, étudiait les sciences médicales. Selon le médecin légiste, elle est décédée à 5 heures du matin et sa mort n’a pas été causée par la strangulation, mais par un coup mortel porté à la tête. D’après les indices, le corps de la victime a été pendu après le décès.
Par le passé, il y a eu au sein des campus d’autres morts suspectes. Pour protester contre ce crime, les étudiants se sont rassemblés le 12 octobre devant le bureau du président de l’université de Hamedan.


28 blessés dans une attaque pour empêcher une exécution
IRNA/AFP, 14 octobre
La famille d'un condamné à mort a lancé une attaque à la grenade contre sa prison pour tenter d'empêcher son exécution, faisant 28 blessés.
"Pendant l'exécution d'une peine capitale, les membres de la famille d'un condamné ont lancé une grenade sur la prison centrale d'Ilam" (ouest) selon le chef de la police provinciale, le colonel Ali Dolati.
L'explosion de la grenade a blessé 28 personnes parmi la population et les policiers. La police a immédiatement arrêté les assaillants : l'un tenait encore la goupille de la grenade et un autre avait en main une deuxième grenade n'a pas pu lancer, a précisé M. Dolati.
L'homme qu'ils voulaient aider, condamné à mort pour meurtre, a finalement été pendu.


En Iran, un père pourra épouser sa fille adoptive
lePoint.fr,  15 octobre 2013
http://fr.news.yahoo.com/iran-père-pourra-épouser-fille-adoptive-154800331.html
À l'abri des regards, le Conseil des gardiens a adopté une loi autorisant un père de famille à épouser sa fille adoptive dès l'âge de 13 ans.
Pendant que le monde entier a les yeux rivés sur le dossier du nucléaire iranien, qui pourrait enfin se dénouer avec l'ouverture affichée par le nouveau président Hassan Rohani, la République islamique adopte en catimini des lois dignes d'un autre âge. Le puissant Conseil des gardiens de la Constitution a approuvé la semaine dernière un texte, déjà adopté par le Parlement le 22 septembre dernier, autorisant tout simplement un père de famille à épouser sa fille adoptive dès l'âge de 13 ans.
Intitulée "Protection des enfants et des adolescents sans tuteur", la loi traite à l'origine de l'obligation pour une mère de porter le foulard islamique devant son fils adoptif majeur, ou à l'inverse pour une fille adoptive devant son père. D'après la Constitution islamique basée sur la charia, seul un membre de la famille (mari, frère, père ou fils) a l'autorisation d'observer une femme sans son voile à son domicile. Ainsi, la loi entend "protéger" la fille adoptée du regard de son beau-père. Mais l'article 27 de ce texte a provoqué l'ire d'un grand nombre de défenseurs des droits de l'Homme en Iran, qui y ont vu une légalisation de l'inceste. Pourquoi ?

Légalisation de l'inceste
Interdite en terre d'islam, car jugée contraire aux ordres divins de succession, l'adoption est pourtant tolérée en République islamique d'Iran, mais pas en tant que telle. "Avec le temps, comme le nombre d'orphelins augmentait, une loi adoptée dans les années 1970 a permis à un tribunal de désigner un adulte comme tuteur légal de l'enfant…


L'Iran n'a pas changé
Slate.fr, 19 octobre 2013
http://fr.news.yahoo.com/liran-na-changé-075902551.html
… Le cabinet de Rohani n'a pas représenté de changement radical pour ceux qui ont dirigé la République islamique depuis sa création. Comme ministre de la Justice, il a choisi Mostafa Pour-Mohammadi, un ancien représentant officiel du ministère de l'Information dans les années 80, période très violente pour le pays. Entre autres choses, Pour-Mohammadi a été l'un des premiers responsables de l'exécution en masse de milliers de prisonniers politiques en 1988. Il est ensuite passé aux opérations des services secrets dans les années 90. Parmi ses grandes «réussites», on compte l'explosion d'un foyer municipal juif de Buenos Aires et l'assassinat de dissidents en Iran et dans le reste du monde…

L'ouverture en Iran ne doit pas éclipser les droits de l'Homme
Reuters, 24 octobre
Ahmed Shaheed, rapporteur spécial de l'Onu sur la situation des droits de l'Homme en Iran, a dénoncé l'exécution de 724 personnes dans le pays en 18 mois, dont 44 peu après l'élection en juin du modéré Hassan Rohani à la présidence.


L'opposition iranienne proteste et les grévistes de la faim appellent à la libération des otages d'Achraf
Iran Focus, 25 octobre 2013
Parallèlement à la grève de la faim des centaines de membres de l'opposition iranienne dans le camp Liberty, en Irak, qui a débuté le 1er septembre, après le massacre et les exécutions massives au camp d'Achraf et l’enlèvement de 7 résidents par les forces irakiennes, des Iraniens à Genève, Londres, Berlin, Ottawa et Melbourne poursuivent leur grève de la faim.
Dans d'autres villes à travers le monde, des sympathisants de la Résistance iranienne ont organisé des protestations en soutiens aux grévistes de la faim qui demandent la libération des otages du camp d'Achraf et la protection des membres de l'opposition iranienne au camp Liberty, en Irak.


La situation des droits de l'Homme ne s'améliore pas en Iran
Le Monde, 27 octobre 2013                Par Alexandra Geneste
http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2013/10/26/la-situation-des-droits-de-l-homme-ne-s-ameliore-pas-en-iran-selon-l_3503463_3210.html
D'après un rapport, le discours d'ouverture du président Rohani est contredit par les faits. «Seule la musique de la rengaine iranienne a changé ; les paroles, elles, restent les mêmes», résumait dernièrement un diplomate occidental, en référence à l'ouverture prônée par le nouveau président Hassan Rohani, depuis son investiture, en août.
Le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, confirme : " La situation des droits de l'Homme reste préoccupante et ne montre aucun signe d'amélioration. "
Dans son dernier rapport annuel, l'expert indépendant, qui n'a jamais été autorisé à se rendre en Iran depuis le début de son mandat, en 2011, le déplore, " le rythme des exécutions ne semble pas s'être ralenti, les méthodes appliquées n'ont pas changé et le nombre de crimes passibles de la peine de mort reste important ".
Sur la base d'une centaine d'entretiens avec des témoins, des militants, des exilés et des représentants d'ONG, il dénonce l'exécution de 724 personnes en dix-huit mois - la majorité d'entre elles accusées de trafic de drogue -, et relève que les exécutions publiques ou secrètes et les peines inhumaines, comme la flagellation et l'amputation, se poursuivent.

La presse est toujours aussi muselée, selon le rapport, qui cite le cas de 600 journalistes accusés de faire partie d'un réseau opposé au régime, et victimes - avec leurs familles - de pressions. Depuis le début de l'année, 40 journalistes et 29 blogueurs ont été emprisonnés, 67 cafés Internet et 5 millions de comptes Internet ont été fermés…
Il a aussi qualifié de " petits pas positifs " la récente libération d'une douzaine de prisonniers politiques. Mais il a exhorté le régime à envisager la libération de centaines d'objecteurs de conscience, comme ces 115 adeptes de la foi bahaïe...


Un homme pendu à Khorram-Abad
Agence Mehr/CSDHI,  28 octobre 2013
Un prisonnier politique a été exécuté à la maison d’arrêt Parsilon de la ville de Khorram-Abad dans l’ouest de l’Iran. Il était accusé d’appartenir au groupe d’opposition d’Abdel-Malek Rigui.


OMCT- Appel au président Obama : Ne rencontrez pas un meurtrier et un kidnappeur
OMCT- Europe, 29 octobre 2013
« Cinquante-huit jours se sont écoulés depuis l'attaque criminelle contre le camp d'Achraf au nord de Bagdad ; attaque lors de laquelle 52 réfugiés iraniens sans défense ont été sauvagement exécutés par les forces spéciales irakiennes sous le commandement du Premier ministre Nouri al -Maliki ce 1er septembre dernier. Sept autres réfugiés, dont six femmes, ont été pris en otage. Un rapport de l'ONU a révélé que de nombreuses victimes avaient été menottées avant d'être exécutées d’une balle dans la tête. Les derniers réfugiés blessés qui n’avaient pas été exécutés immédiatement ont reçu le coup de grâce à la clinique du camp. »


L'actrice Pegah Ahangarani condamnée à 18 mois de prison
ISNA/AFP, 29 octobre 2013
L'actrice et réalisatrice iranienne, Pegah Ahangarani, 29 ans, a été condamnée en première instance à 18 mois de prison ferme, a déclaré lundi sa mère, Manijeh Hekmat, elle-même réalisatrice.
«Elle est également interdite de quitter le territoire depuis trois ans », a affirmé sa mère.
Selon IRNA, cette peine a été prononcée en raison "des déclarations politiques et des interviews accordées à des médias hostiles étrangers", sans donner plus de précision…





Des sénateurs américains critiquent le sectarisme de Maliki
AFP-Washington, 30 octobre 2013
D'influents sénateurs républicains et démocrates américains ont dénoncé la politique "sectaire et autoritaire" du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, en visite à Washington, et appelé à accroître le soutien américain dans la lutte antiterroriste…







Les forces irakiennes sont derrière l’attaque contre des exilés iraniens, selon un groupe de droits de l’Homme 
AFP - Washington, 30 octobre 2013
Appelant à une enquête de l’ONU sur l’attaque, le groupe « Droits des Migrants » situé à Aachen a déclaré que les interviews avec les 42 survivants de l’attaque sur le camp d’Achraf, dans la province centrale de Diyala, « mettent sans le moindre doute les forces irakiennes en scène ».
Il affirme que la police irakienne a déplacé les murs gardant le camp pour permettre à quelque 120 assaillants armés d’entrer, portant des uniformes identiques à ceux des forces spéciales irakiennes et parlant avec un accent irakien.
« Pendant deux heures, les assaillants ont écumé le camp, tuant 52 personnes et détruisant pour des millions de dollars de biens. Chaque personne tuée a été abattue d’une balle dans la tête ou dans la nuque, beaucoup avaient eu les mains liées avant d’être exécutées », a dit le rapport.
Il a maintenu qu’en raison de la proximité de 1200 soldats et policiers irakiens, il était « impossible que le groupe de bandits qui a attaqué ait pu entrer dans le camp d’Achraf sans la connaissance, la bénédiction ou l’autorisation directe du gouvernement irakien.»
Il dit également que sept personnes ont été prises en otages et qu’elles seraient dans des centres de détention près de Bagdad...


Appel des intellectuels et personnalités françaises pour la libération des sept otages dont six femmes en Irak
CNRI, 31 octobre 2013
http://www.ncr-iran.org/fr/actualites/achraf/13121-appel-des-intellectuels-et-personnalites-francaises-pour-la-liberation-des-sept-otages-dont-six-femmes-en-irak.html
« Profitant de l'attention internationale focalisée avec raison sur le carnage en Syrie, la dictature religieuse en Iran a commis, le 1er septembre dernier, un crime terrible contre ses opposants. Les forces irakiennes, inféodées à l'Iran, ont attaqué le camp d'Achraf en Irak, massacrant 52 personnes, achevant les blessés et tuant le personnel médical au dispensaire du camp et prenant sept otages, dont six femmes… »


Washington : Vaste manifestation d’Iraniens contre la visite de Maliki à la Maison-Blanche
CNRI, 31 octobre 2013
En parallèle avec la visite du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki à la Maison-Blanche et sa rencontre avec le Président Obama, une vaste manifestation d’Iraniens se tient devant la Maison-Blanche condamnant les atrocités commises par Maliki contre les opposants iraniens en Irak. Ils appellent le Président Obama à exiger de Maliki de libérer sur le champ les sept opposants iraniens qu’il retient en otages...
De hauts dignitaires américains, dont Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des Représentants et candidat à la présidentielle de 2012 ; Tom Ridge, premier secrétaire à la Sécurité nationale ; le sénateur Robert Torricelli (1997-2003); l’ex congressman Patrick Kennedy, (1995-2011); et le colonel Wesley Martin, ancien responsable du contre-terrorisme des forces de la coalition en Irak et commandant de la protection américaine d’Achraf, ont pris la parole...
Ces derniers jours, une initiative bipartite de 45 parlementaires et 36 personnalités américaines, y compris de très hauts dignitaires et anciens officiers supérieurs, dans leurs lettres au Président Obama ont souligné que toute aide ou vente d’armes en Irak doivent être subordonnées à la libération des otages et l’assurance de la protection des opposants iraniens en Irak.

ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de


L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035

BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte