Situation des Femmes en Iran

Public

20 décembre 2013

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Novembre 2013
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr

APPEL URGENT
Nous demandons la libération immédiate de sept opposants iraniens dont six femmes pris en otages par les autorités irakiennes depuis le massacre du 1er septembre à Achraf


Le prisonnier politique kurde iranien Habibollah Golparipour exécuté
kurdpa.net, 26 octobre et soliranparis Blog, 27 octobre2013
Les mollahs iraniens ont exécuté le prisonnier politique kurde Habibollah Golparipour âgé de  29 ans. Il avait été placé et transféré à l’isolement depuis la matinée du 25 octobre puis pendu tôt dans la matinée du 26 Octobre dans la prison d’Oroumieh (nord est).
Arrêté en 2009 et depuis les débuts de son incarcération, il avait été soumis à des violences, des traitements dégradants et inhumains et à de sévères tortures en raison de son affiliation au Parti Pour Une Vie Libre Au Kurdistan  ou PJAK et à l’organisation de mères Kurdes Iraniennes de la Peace Mothers Association de la ville de Mahabad.

Il y a actuellement plus de  30 prisonniers politiques Kurdes iraniens qui sont condamnés à mort et courent le risque d’exécutions imminentes qui peuvent êtres appliquées à tout moment...


Nous avons besoin d'au moins 150 millions d'habitants en Iran (Khamenei)
CNRI, 1er novembre 2013
Dans un message à la "Conférence des populations", organisée à Qom, le guide suprême du régime Ali Khamenei a souhaité voir la population iranienne atteindre au moins 150 millions d'habitants.
Selon les statistiques officielles, la population est aujourd'hui estimée à 75 millions d'habitants.
"La politique générale de l'Iran doit tendre vers une augmentation de la population qui devrait atteindre au moins 150 millions d'habitants", a-t-il déclaré.
 Au lieu de penser aux problèmes des familles de quatre ou cinq enfants, a-t-il expliqué, il faudrait réfléchir aux progrès qu'accomplirait l'Iran avec une telle population.
Les familles iraniennes comptent aujourd'hui une moyenne de deux enfants et les statistiques montrent une résistance sociale tenace à une croissance démographique.
Selon les analystes, encourager une explosion démographique entre dans la stratégie militaire et sécuritaire des autorités iraniennes.
Cet été, Khamenei avait déjà souligné la nécessité d'augmenter la population iranienne, estimant que le slogan "seulement deux enfants" est un credo occidental erroné. À la suite de quoi le gouvernement a suspendu le budget du planning familial.


L’exécution d’un trafiquant à Ahvaz
Justice de Khouzestan, 2 novembre 2013
Au matin du mercredi 2 novembre, un homme identifié étant « Charif H » a été exécuté par pendaison dans la prison de Karoun à Ahvaz (sud ouest). Il était accusé de trafic et détention d’opium.


Cinq hommes pendus à Kermanchah
Justice de Kermanchah, 2 novembre 2013
Reconnus coupables d’homicide, cinq individus ont été pendus dans la prison centrale de la ville de Kermanchah (ouest).
Ces hommes ont été identifiés par leurs initiales «P R », « N S », « B F », « A Sh » et «  J D».


Le directeur du quotidien Bahar arrêté
AFP, 2 novembre 2013
Saïd Pourazizi, directeur du quotidien réformateur iranien Bahar, interdit lundi pour un article remettant en cause les "croyances chiites", a été arrêté, a annoncé samedi sa femme à l'agence Fars.
"Ce matin, il s'est rendu au journal et à 11 heures il a reçu un coup de téléphone du parquet pour le convoquer. Lorsqu'il s'y est rendu, il a été arrêté et emmené à la prison d'Evin", dans le nord de Téhéran, a déclaré Massoumeh Shahriari…
L'article incriminé a suscité de nombreuses critiques, dénonçant la remise en cause par son auteur de la désignation de l'imam Ali par le prophète Mahomet comme son premier successeur, comme le croient les musulmans chiites, contrairement aux sunnites…
La direction du quotidien avait présenté ses excuses, affirmant que l'article était "contraire à la ligne politique du journal", et évoqué une "erreur involontaire".
"L'article du quotidien Bahar est une falsification de l'histoire de l'islam et provoque des divisions inter-religieuses", avait estimé le ministre de la Culture Ali Janati.
Mercredi, le chef de l'autorité judiciaire, l'ayatollah Sadegh Larijani, avait déclaré que la justice agirait "avec détermination contre ceux qui falsifient l'histoire et tentent d'affaiblir les fondements du régime".


34 ans après la prise d'otages, le pouvoir reste fidèle au slogan "Mort à l'Amérique"
AFP, 3 novembre 2013
Le pouvoir iranien célèbre lundi le 34e anniversaire de la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran en restant fidèle au slogan "Mort à l'Amérique", malgré un contact historique entre le président Hassan Rohani et son homologue américain Barack Obama.
Quelque 200 parlementaires (sur 290) ont affirmé dans un communiqué qu'ils allaient participer à la manifestation annuelle organisée devant l'ancienne représentation et "scander +Mort à l'Amérique+".
"Le slogan +Mort à l'Amérique+ est le symbole de la résistance et de la détermination de la nation iranienne face à la domination des Etats-Unis qui sont une nation oppressive et pas digne de confiance", ont martelé samedi les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, alors que le bien-fondé de ce slogan a fait débat ces dernières semaines.
Vendredi, à la prière collective, l'ayatollah conservateur Ahmad Khatami a lui aussi plaidé en faveur du maintien du slogan "Mort à l'Amérique"…
"Marg bar Amrika" est habituellement scandé lors des cérémonies officielles, notamment lors de l'anniversaire de la prise d'otages de 1979.


Deux hommes pendus à Semnan
Justice de Semnan, 3 novembre 2013
Sous l’accusation d’homicide volontaire, deux individus ont été exécutés selon la loi du talion dans l’enceinte de la prison centrale de Semnan (nord). Leurs identités sont annoncées par les initiales « A M » « M B ».


Six trafiquants pendus à Kerman et Bam
iribnews.ir, 4 novembre
Le procureur de Kerman a annoncé l’exécution de six individus dans les prisons de Kerman et de Bam (sud). Tous les six étaient accusés de fabrication et détention d’opium, héroïne et morphine.


Le prisonnier politique Kurde Iranien Shirkou Moarefi exécuté 
iran-echo.com, 5 novembre 2013
Le prisonnier politique Kurde Iranien Shirkou Moarefi qui était emprisonné dans la prison de la ‎ville de Saghez à l’Est du Kurdistan, a été pendu tôt dans la matinée du lundi 4 ‎novembre 2013.‎
Shirkou Maaréfi, 34 ans, avait été arrêté et condamné à mort le 1er Novembre 2007 sous ‎les motifs d’accusation d’être un "Moharebeh" «ennemi de dieu"…

Par ailleurs, il y a actuellement de grandes inquiétudes pour un autre codétenu politique Kurde ‎Iranien de Shirkou Maaréfi, lui aussi condamné à mort nommé Mutelib Ehmedî qui a ‎également été placé dans les cellules du couloir de la mort de la même prison de la ville...‎




Ministre iranien à Paris, les mots ne suffisent pas toujours
Huffingtonpost, 5 novembre 2013
Par Yves Bonnet
http://www.huffingtonpost.fr/yves-bonnet/ministre-iranien-paris_b_4215436.html
… Ceux que prononcera mercredi Mohammad Javad Zarif, le ministre des affaires étrangères de l'Iran, devant le parterre poli et courtois de l'U.N.E.S.C.O., ne diffèreront guère des propos que tiendrait n'importe quel diplomate, de quelque pays que ce soit, quand il évoquera avec toute l'autorité que mérite un si grand peuple, la culture et l'éducation en Perse. Mais leur résonnance sera singulièrement assourdie par la muette protestation des victimes d'un terrorisme quotidien, celui qu'un régime d'intolérance absolue fait subir à son peuple.
Il ne lui suffira pas de belles formules quand il lui faudra expliquer les 270 pendaisons intervenues depuis l'élection du mollah "modéré" Rohani , les représailles contre les opposants de la minorité baloutche, avec à la clé, 16 exécutions sommaires dans la prison de Zahedan, la condamnation des bahais, objecteurs de conscience, à de lourdes peines de prison. Celle de Pegah Ahangarani, actrice talentueuse, à 18 mois d'emprisonnement, en raison de ses déclarations et des entretiens accordés à des journalistes étrangers et la liste n'est pas close.
Mohammad Javad Zarif ne convaincra personne de la pureté de ses intentions, surtout pas ceux qui auront pris connaissance des déclarations du rapporteur spécial de l'organisation internationale pour les droits de l'Homme en Iran, le maldivien Ahmad Shaheed, qui ne voit aucun signe d'amélioration dans un pays qui se place au second rang mondial pour les exécutions capitales…


Les Iraniens protestent contre la visite de Javad Zarif à l’UNESCO
AP/Reuters, 6 novembre 2013
Les opposants iraniens (sympathisants de l’organisation des Moudjahidine du peuple) ont manifesté devant le siège de l’Unesco à Paris pour protester contre la présence en France de Javad Zarif ».
Javad Zarif a effectué une visite de deux jours à Paris pour participer à la conférence générale de l’Unesco.
Ces manifestations ont eu lieu les 5 et 6 novembre devant le siège de l’Unesco à Paris. Les manifestants avaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Non à la peine de mort ».
Reuters a rapporté que « Les membres du Conseil national de la Résistance d’Iran, groupe d’opposition en exil, ont manifesté à proximité de l’Unesco pour dénoncer le bilan du régime iranien en matière des droits de l’Homme. Les manifestants ont critiqué la visite de Javad Zarif et ont affirmé que cette visite était une insulte à l’héritage culturel de l’Iran. »


Cinq détenus exécutés à Jiroft
IRNA, 6 novembre 2013
Le département de la justice de Kerman a fait part de l’exécution de cinq détenus dans l’enceinte de la prison de Jiroft (sud). Ils étaient accusés de trafic de 200 kg d’héroïne.




Les femmes de rue de plus en plus jeunes
Site Tabnak, 7 novembre 2013
Selon le directeur général de la direction des pathologies sociales au sein du ministère du Bien être, l’âge moyen des prostituées et des filles et femmes de rue continue à diminuer. Evoquant les dernières statistiques, il dit que 10 à 12% des femmes de rue sont mariées et âgées de 20 à 29 ans. L’âge des femmes SDF est descendu ces dernières années à 17 ans.
La pauvreté et les violences conjugales poussent les femmes dans la rue où il arrive qu’elles dorment avec leurs enfants sous les cartons où elles sont amenées à la prostitution…


Appel urgent pour un syndicaliste iranien emprisonné
Amnesty International, 7 novembre 2013
http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE13/043/2013/en
Le syndicaliste iranien Reza Shahabi, qui est détenu à la prison d’Evine à Téhéran, a un besoin urgent de soins médicaux, qu’il ne peut obtenir en prison. Il purge une peine de six ans. Amnesty demande la libération immédiate de ce prisonnier de conscience.
Reza Shahabi est le trésorier du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et de sa banlieue (Sherkat-e Vahed).
Reza Shahabi a déjà fait plusieurs grèves de la faim pour protester contre la manière dont lui et les autres prisonniers sont traités, y compris l’absence de soins...

FIFA pour l'entrée des Iraniennes dans les stades
FranceTVsport, 7 novembre 2013
Le président de la FIFA, Sepp Blatter, a plaidé jeudi à Téhéran pour la fin de l'interdiction de stades pour les Iraniennes, une "loi culturelle" qui freine selon lui le développement du sport féminin.
La mixité n'est pas autorisée dans les stades iraniens pour, selon les autorités, protéger les femmes des jurons proférés par les hommes…
"J'ai eu l'opportunité de demander à la vice-présidente (chargée de  l'Environnement et défenseure du droit des femmes en Iran) Massoumeh Ebtekar si le gouvernement pouvait changer l'une des lois culturelles disant que les femmes ne peuvent pas assister aux matches de football", a expliqué M. Blatter, qui effectue depuis mercredi une visite en Iran. "Je l'ai répété au président du Parlement (le conservateur Ali Larijani) et  il a dit qu'il allait faire remonter" cette demande, a ajouté le Suisse.
La fin de cette interdiction "est en faveur du football féminin qui se développe si bien ici et je dois dire que les femmes devraient pouvoir aller au stade", a-t-il affirmé, assurant toutefois qu'il n'était "pas intervenu pour  faire changer" la loi iranienne. Sepp Blatter a également précisé que la décision finale sur l'autorisation du voile dans le football féminin serait prise par l'International Football Association Board (Ifab), organe garant des lois du jeu, lors d'une réunion à  Zürich le 28 février 2014…


FMI : le chômage en Iran augmentera sous Rohani
CNRI, 9 novembre 2013
Le Fonds monétaire international a annoncé dans un rapport que le taux de chômage en Iran ne baissera pas sous Rohani et suivra une tendance inverse, passant de 13,1% actuellement, à 17,7% en 2018.
Les sources officielles iraniennes placent le taux de chômage à 13,1%, mais des analyses indépendantes avancent un taux plus réaliste de 30 %, voire 50 % dans certaines provinces.
Selon le centre de statistiques iraniennes, 40 % des diplômés iraniens et 41,7% des Iraniennes âgées de 15 à 29 ans sont actuellement au chômage.
Récemment le premier vice-président d’Hassan Rohani, le ministre du Travail, le ministre de l'Economie et le président du Centre de statistiques avaient estimé que le marché du travail en Iran traverse une "crise aiguë".


Kurdistan: vague de solidarité avec les prisonniers politiques kurdes
CNRI, 9 novembre 2013
Des milliers de personnes se sont rassemblées le 7 novembre à Baneh, dans la province du Kurdistan iranien, sur la tombe du prisonnier politique kurde Chirkou Moarefi, récemment exécuté par la dictature des mollahs. Chirkou Moarefi a été exécuté ce 4 novembre, provoquant la colère de la population. Le cortège était composé principalement de jeunes et d’étudiants.

Marivan, une autre ville kurde, a également été le théâtre d'un mouvement de protestation, le 5 novembre, contre les récentes exécutions de cinq prisonniers politiques kurdes. Plusieurs manifestants ont été arrêtés par les Pasdaran, selon des témoins.

Pour mobiliser l'opinion publique, les organisations kurdes de défense des Droits Humains ont annoncé, pour le 14 novembre prochain, "une journée de solidarité et de deuil" avec les familles des victimes. Elles ont appelé la population à manifester leur soutien avec les familles des prisonniers politiques kurdes en Iran.

Par ailleurs, dans le Kurdistan irakien, Mme Ameneh Ghaderi, la mère du prisonnier kurde Zaniar Moradi, condamné à mort en Iran, suit une grève de la faim depuis le 5 novembre devant le parlement du Kurdistan irakien à Soleimanieh pour exiger la libération de son fils et des autres prisonniers politiques kurdes.


Des écoles fermées pour un pic de pollution
AFP-Téhéran, 10 novembre 2013
Les autorités iraniennes ont ordonné dimanche la fermeture pour trois jours des écoles maternelles et primaires dans la province de Téhéran en raison d'un pic de pollution.
Les administrations ont également réduit leurs horaires d'ouverture jusqu'à mardi. La circulation alternée a été instaurée pour les véhicules privés dans la capitale pour diminuer le trafic automobile, principale cause de cette pollution qui a atteint le niveau d'alerte…
Téhéran est l'une des villes les plus polluées au monde, en raison de sa situation géographique, à 1.500 mètres d'altitude dans une cuvette entourée de montagnes, et de la circulation automobile qui augmente régulièrement dans cette capitale de plus de 12 millions d'habitants.
De plus, les voitures iraniennes consomment en moyenne plus que dans les autres pays, avec une qualité d'essence généralement inférieure...


Un studio clandestin démantelé dans la capitale iranienne
ISNA, 11 novembre 2013
Le chef de la sécurité de la région du Grand Téhéran, le colonel Alireza Mehrabi a déclaré qu’un studio d’enregistrement de musique a été démantelé.
« Nous avons reçu des informations comme quoi un studio avait été installé à Téhéran, dans le quartier de Tehran Pars par un homme identifié comme M. Célèbre ou Mohammad DJ. Nous avons enquêté et découvert qu’il fournissait de la musique clandestine à des réseaux satellites. »
"Nous avons envoyé un groupe d’agents de police sur place le 7 novembre. Après une perquisition, les agents ont trouvé une guitare, un orgue, deux appareils d’enregistrement, deux amplificateurs, deux micros,   5000 CD illégaux, des équipements satellites, et un ordinateur portable. Le suspect a été arrêté emmené au poste de police du Grand Téhéran.»


Deux prisonniers exécutés à Gonbad Kavous
Agence HRANA, 11 novembre 2013
Deux prisonniers ont été exécutés dans la prison centrale de Gonbad Kavous (nord) le 29 octobre… L’un d’entre eux était originaire de la province du Mazandaran (nord), mais son identité n’a pas été révélée. Le second condamné, Youssef Toumaj, était originaire de la ville d’Aq-Qala. Ils ont été exécutés sans que les familles ou un tiers ait été informés.


La fortune d’un conglomérat de Khamenei estimée à 95 milliards de dollars
Reuters/CNRI, 12 et 13 novembre 2013
http://www.ncr-iran.org/fr/actualites/iran-a-monde/13185-iran-la-fortune-d-un-conglomerat-de-khamenei-estimee-a-95-milliards-de-dollars.html
L’agence Reuters vient de publier une dépêche sur un énorme conglomérat appartenant à Ali Khamenei, le guide suprême. Ce conglomérat s’appelle « le QG exécutif de l’ordre de l’imam » comme un « énorme empire économique» et ses avoirs sont estimés à 95 milliards de dollars.
Peu connu des non initiés, ce conglomérat est une des institutions les plus puissantes en Iran qui constitue un instrument clé pour assurer le pouvoir économique de l’ayatollah Khamenei…
Bien que les puissances occidentales disposent de nombreuses informations sur les activités de cette institution et ses relations étroites avec le guide de la République islamique, jusqu’à présent, cet empire économique a pu échapper aux sanctions internationales.
En juillet 2010, l’Union européenne a inscrit le nom du « QG exécutif de l’ordre de l’imam » dans la liste des individus et sociétés visées par les sanctions internationales, mais deux ans plus tard, cette institution en était retirée…
Depuis 2007, le « QG exécutif de l’ordre de l’imam » a développé ses activités dans divers secteurs. Au fil du temps, cette institution est devenue une puissante machine économique dont les vastes activités « incluent aussi bien le secteur bancaire que la production de pilules contraceptives ».


John Kerry demande au Congrès de "calmer" le jeu sur l'Iran
AFP, 13 novembre 2013
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a demandé une nouvelle fois aux élus du Congrès américain de ne pas renforcer les sanctions contre l'Iran afin de donner une chance aux négociations avec le groupe P5+1 sur le programme nucléaire iranien...


Deux hommes pendus à Bandar-Abbas
tasnimnews.com, 13 novembre 2013
La RP de la justice de Hormozgan (sud) a fait savoir que les meurtriers du garçon de 8 ans enlevé puis assassiné en 2009 ont été exécutés. Les deux individus ont été identifiés sous initiales « A J » et « A M ».


Les exécutions s’enchaînent à un rythme effréné en Iran
Bulletin.fr, 13 novembre 2013
http://www.lebulletin.fr/international/d...a-un-rythme-effrene-en-ira
Alors que le climat politique entre l'Iran et la communauté internationale s'est amélioré depuis l'élection du président Rohani, les exécutions se poursuivent à un rythme effréné dans le pays. En l’espace de quelques jours, 45 exécutions ont été confirmées.
Le barreau de Paris, membre de la coalition internationale contre la peine de mort, condamne fermement cette vague d’exécution.
Samedi 26 octobre, 18 prisonniers ont été exécutés,  parmi eux deux prisonniers politiques kurdes et 16 baloutches,  en représailles d’une attaque d’insurgés intervenue la veille. Lundi 28 octobre, un autre prisonnier baloutche a été pendu, reconnu coupable d'appartenance à un groupe de militants baloutches. Mardi 29 octobre, un prisonnier a été exécuté pour des accusations liées à la drogue…
Il est paradoxal de constater qu’alors même que les relations diplomatiques entre l'Iran et la communauté internationale se sont améliorées et que le groupe P5 +1 (les 5 permanents au Conseil de sécurité plus l’Allemagne) et l'Union européenne ont repris leur dialogue avec l'Iran, les exécutions atteignent un nombre extrêmement élevé. Cette situation est d’autant plus préoccupante que la plupart des condamnés à mort sont soumis à la torture, aux aveux forcés et à des procès inéquitables.
La Coalition mondiale contre la peine de mort a appelé les Nations Unies, l’Union européenne et la communauté internationale à aborder de toute urgence la question de la peine de mort lors de leur dialogue avec l’Iran.


Un prisonnier politique dans un état critique
CSDHI, 17 novembre 2013
Navid Khanjani, militant des droits humains, incarcéré à la prison de Radjaï-Chahr (ouest de Téhéran), souffre de problèmes à la colonne vertébrale qui ont conduit à de plus en plus de perte de sensibilité de sa jambe gauche par manque de soins ainsi que de problèmes cardiaques, intestinaux et respiratoires.
Il a été arrêté à la fin de l’hiver 2010 et condamné à 12 ans de prison et de travaux forcés.
Il est accusé de “troubler et de perturber les esprits » et de « propagande contre le système », d’appartenir au « comité des reporters des droits humains » et d’avoir «instauré le groupe des oubliés de l’enseignement ».



Un homme exécuté à Ispahan
Agence Mehr, 17 novembre 2013
Le procureur général d’Ispahan (centre) a fait état de la pendaison d’un homme de 46 ans dans la prison centrale de la ville. L’homme était accusé d’avoir tué un policier lors d’une cavalcade.


100 jours de présidence de Hassan Rohani : aucune avancée significative pour la liberté de l’information
RSF, 19 novembre 2013
http://fr.rsf.org/iran-100-jours-de-presidence-de-hassan-19-11-2013,45473.html#
…À l’occasion des 100 premiers jours du gouvernement Rohani, Reporters sans frontières dresse un bilan décevant des actions du gouvernement dans le domaine de liberté de l’information et demande à nouveau au président Rohani de respecter ses promesses, de mettre fin au règne de l’arbitraire, de l’impunité et de la censure…
Le 14 juin, les Iraniens ont profité de la brèche électorale pour s’exprimer et voter massivement contre la politique officielle du Guide suprême, Ali Khamenei, considéré comme responsable de la répression et de l’arrestation arbitraire de plus de 300 journalistes et net-citoyens, torturés par les services de renseignements.
Pendant sa campagne, Hassan Rohani a répété qu’il fallait “libérer tous les prisonniers politiques”. Il a également mentionné à plusieurs reprises vouloir un changement “en faveur de la liberté d’expression et de la presse”. Ces engagements forts ont poussé les progressistes iraniens, notamment les jeunes et les femmes, à massivement voter pour lui, faisant d’Hassan Rohani le septième président de la République islamique. Cent jours après son arrivée au pouvoir, et malgré la libération de certains prisonniers d’opinion, l’Iran demeure l’une des plus grandes prisons du monde pour les professionnels des médias avec cinquante journalistes et net-citoyens emprisonnés. Depuis son arrivée au pouvoir, au moins dix journalistes et blogueurs, ont été arrêtés ; dix autres ont été condamnés à des peines s’élevant, au total, à 72 ans de prison ferme ; et trois médias ont été suspendus ou obligés d’interrompre leur publication sous la pression des autorités.


11 millions d'analphabètes en Iran
Agence Fars, 20 novembre 2013
L'Iran compte 11 millions d'analphabètes sur une population de 75 millions, selon un responsable du régime.

Ali Bagherzadeh, directeur de l'Organisation de lutte contre l'analphabétisme a déclaré : "Le principal problème réside dans l'absence de budget suffisant dans ce domaine. Il faut en moyenne 500 mille tomans pour l'éducation de chaque personne, mais aujourd'hui nous manquons de budget nécessaire pour l'éducation des personnes analphabètes."


Deux femmes et quatre hommes exécutés à Yazd
Justice de Yazd, 23 novembre 2013
A l’aube du jeudi 21 novembre, six personnes ont été exécutés dans la prison centrale de Yazd (centre). Ils étaient accusés de détention et trafic d’opium et d’autres drogues. Le département de la justice de Yazd a révélé leurs identités étant : Abdolaziz E, Said B, Cyrus S, Abolfazl A et deux femmes « A A » et « R E ».


58% des toxicomanes ont moins de 34 ans
Quotidien Etemad, 23 novembre 2013
Le directeur du Bureau de la lutte contre les drogues fait état d’un million 325 mille toxicomanes en Iran parmi lesquels 58% ont moins de 34 ans. Les femmes  constituent 9,3% des drogués. 21,45% des toxicomanes ont le niveau d’études supérieur à la licence. De plus en plus de gens mariés se trouvent parmi eux. La toxicomanie, préoccupation de 92% de la population iranienne, est, d’après ce responsable, la cause principale des délits et l’origine de 25% des homicides volontaires.


L'opposition iranienne salue le "recul" de Téhéran
AFP, 24 novembre 2013
Le Conseil national de la révolution iranienne a salué dimanche "le recul imposé" à l'Iran "en matière de fabrication de la bombe atomique" par l'accord de Genève.
"Le recul imposé à la dictature religieuse en Iran en matière de fabrication de la bombe atomique aux négociations de Genève, est le résultat immédiat des sanctions internationales et de la vaste opposition du peuple iranien à la politique antipatriotique du régime du guide suprême", a déclaré la présidente du CNRI, Maryam Radjavi, dans un communiqué.
"Toute faiblesse, tout retard et toute concession de la communauté internationale fera que Khamenei retournera par la ruse à la production de l'arme nucléaire", a-t-elle prévenu.
Mme Radjavi a insisté sur "la nécessité pour l'AIEA de mener des inspections immédiates" sur les sites suspects.

"Jamais le régime des mollahs n'a fait volontairement de rapport à l'AIEA sur ses activités nucléaires et c'est la Résistance iranienne qui la première a révélé ses installations clandestines et secrètes", a-t-elle dit.


Pendaison publique à Khonj
iribnews.ir-Chiraz, 24 novembre 2013
Accusé de deux homicides et d’adultère, un homme de 32 ans a été exécuté par pendaison sur la place de la mosquée Jamé dans la ville de Khonj (sud) a annoncé Abdollah Mohamadi, chef du tribunal de la province de Fars.

25 novembre
Journée de l’élimination des violences faites aux femmes


66% des Iraniennes sont victimes de violences
Site Radio BBC/Quotidien Ebtekar, 25 novembre 2013
Amir Hossein Jalali, membre de l’équipe scientifique au sein de la faculté de médecine, se basant sur une étude menée au niveau national déclare que 66% des femmes en Iran sont victimes de violences conjugales : coups, brulure, blessure grave, handicape et meurtre. 53% des Iraniennes se heurtent à ces violences dès la première année de mariage et même pendant la grossesse.
Selon le psychologue Jafar Bolhori, ces violences frappent 88% des femmes dans les familles kurdes. D’après cette étude reconnue, les villes de Sanandaj (ouest) et d’Ahvaz (sud) ont le record du nombre de femmes violentées...


La pollution lève un tribut de 277 décès par mois
CNRI, 25 novembre 2013
…Rahmatollah Hafezi, président de la commission de la Santé au Conseil islamique de la ville de Téhéran, a déclaré le 20 novembre aux médias iraniens : "Chaque mois, 277 personnes décèdent à cause de la pollution de l'air en Iran. Notons que la pollution de l'air  est due de 70 à 80 % aux gaz d’échappement des véhicules et des deux-roues."
Agence Fars a par ailleurs rapporté le 21 novembre une déclaration du ministère de la Santé affirmant que "ces derniers jours plus de 2000 personnes se sont présentées dans des centres médicaux pour des problèmes respiratoires à Ahvaz (sud ouest)"…
Rappelons que l'Organisation mondiale de la santé a placé la ville d'Ahvaz au premier rang des villes les plus polluées du monde. Trois autres villes iraniennes, Sanandaj, Kermanchah et Yassoudj comptent parmi les dix villes les plus polluées au monde.





Amnesty International demande à Rohani de tenir ses promesses sur les droits humains
Communiqué Amnesty, 25 novembre 2013
"En dépit des promesses d'Hassan Rohani lors de sa campagne électorale pour remédier à la situation des droits humains en Iran, cette question n'a pas été une priorité"…
La question des droits humains a longtemps été éclipsée par celle du nucléaire. Or comme cette dernière a fait l’objet d’un accord, il est temps de s’occuper plus.
Amnesty International demande aux autorités iraniennes d'agir immédiatement et concrètement pour remédier au problème des exactions dans le pays.
Rappelant la résolution du 19 novembre de l'Assemblée générale des Nations unies sur la "gravité" de la situation en Iran, Amnesty souligne également que si un certain nombre de prisonniers politiques ont été libérés depuis que Hassan Rohani a pris ses fonctions, les prisons iraniennes restent cependant "remplies" de prisonniers politiques… Le bilan des exécutions en Iran d’après A I est de 592 pendaisons pour la seule année 2013 (331 exécutions déclarées et 262 exécutions non déclarées).


Plus de 623 pendaisons depuis le début de cette année
iran-echo.com, 25 novembre  2013
Le chiffre paraît hallucinant. Depuis le début de l’année, plus de 623 personnes ont été pendues en Iran. Selon le régime iranien la plupart auraient été condamnées pour des trafics de drogues. Mais des organisations soulignent que plusieurs exécutions au moins ont concerné des militants des droits de l’Homme. Ces chiffres sont mis en lumière par les organisations de la société civile
L'Iran est l'un des pays où se déroulent le plus grand nombre d'exécutions dans le monde, et le régime vient de battre un nouveau record dans sa violence effrénée en exécutant au moins 81 personnes en 10 jours, et souvent pendaisons publiques.
L’Iran se classe deuxième derrière la Chine pour le nombre d’exécutions menées chaque année. Les autorités iraniennes ne fournissent aucune statistique concernant le nombre d’exécutions annuelles, ni aucune information sur les personnes condamnées à mort. Il semble qu’elles dissimulent délibérément les informations sur l’ampleur des exécutions.


Les discussions avec Washington ont porté uniquement sur le nucléaire
AFP, 26 novembre 2013
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a affirmé mardi que les discussions bilatérales avec les Etats-Unis avant l'accord de dimanche s'étaient limitées à la question nucléaire, écartant un éventuel rapprochement avec Washington…


Protestation des familles de prisonniers politiques devant le parlement
CNRI,  26 novembre 2013
A la mi-journée, des parents de prisonniers politiques condamnés à mort, en particulier les mères de ces détenus, se sont rassemblés devant le parlement des mollahs pour réclamer l’annulation de ces condamnations à mort.
Par ailleurs, des familles des prisonniers politiques ont participé à un autre rassemblement devant la prison de Ghezel-Hessar (à l’ouest de Téhéran) pour demander elles aussi l’annulation des condamnations à mort prononcées à l’encontre des prisonniers politiques.


Grève de la faim de près de 2000 prisonniers
Secrétariat du CNRI, 27 novembre 2013
Une femme figure au nombre des exécutés
La Résistance iranienne salue près de 2000 prisonniers de la centrale de Ghezel Hessar, en banlieue de Téhéran, qui ont entamé une grève de la faim le 25 novembre pour protester contre l’exécution de 11 détenus. Elle appelle le Conseil de sécurité, le Secrétaire général, la Haut commissaire aux droits humains et les autres autorités concernées de l’ONU, l’UE, les gouvernements des Etats-Unis et des autres pays du monde à agir de toute urgence pour mettre fin à la montée des exécutions arbitraires et collectives. Amnesty International le 26 novembre fait état d’environ 600 exécutions en 2013, dont 367 sous le mandat de Rohani.
Dans la matinée du 26 novembre, les bourreaux ont exécuté un groupe de 11 prisonniers répondant aux noms de Abdol-Salem Khatouni, Reza Yazdan, Mohsen Yazdan-Panah, Nasser Farah-Bakhch, Hossein Karimian, Farchid Gholi-Zadeh, Behrouz Kiani, Ehsan Mohammad-Pour, Mehrdad Khadayar-Zadeh, et Vahid-Mohammad Karimi, ainsi qu’une femme venue de la prison de Gharchak…


Quatre exécutions dont trois publiques à Bandar Abbas
Justice de Hormozgan, 28 novembre 2013
Hojatoleslam Akbari, juge en chef de la province de Hormozgan, a annoncé l’exécution de trois individus en public et d’un quatrième dans la prison centrale de Bandar Abbas (sud).

Tremblement de terre meurtrier près de Bouchehr
Euronews, 28 novembre 2013
La terre a tremblé ce jeudi en Iran. Un séisme d’une magnitude de 5,7 dans la région de Bouchehr (sud ouest). Selon les autorités, il y a au moins 7 morts.
Bouchehr est connue pour sa centrale nucléaire civile. Officiellement aucun dégât n’a été constaté. Téhéran assure que cette centrale respecte les normes internationales de sécurité, mais cela n’empêche pas les pays voisins de s’inquiéter à chaque séisme.


L'ONU adopte une résolution sur les défenseurs des droits de la femme
AFP, 28 novembre 2013
Une commission de l'Assemblée générale des Nations unies a adopté mercredi soir une résolution historique en faveur des défenseurs des droits des femmes, tels que Malala Yousafzai, en dépit d'une forte campagne contre ce texte.
Pour obtenir l'adoption par consensus, les promoteurs de la résolution menés par la Norvège ont dû supprimer notamment un paragraphe condamnant "toutes les formes de violence contre les femmes".
Des pays africains, le Vatican, l'Iran, la Russie, la Chine et les Etats musulmans conservateurs ont cherché à affaiblir la résolution adoptée par le Comité des droits de l'homme de l'Assemblée, ont indiqué des diplomates et des militants ayant assisté aux débats...


Ma mère est l'otage du Premier ministre irakien
JOLPRESSE, 29 novembre 2013
http://www.jolpress.com/blog/otage-chahabeh-barouti-premier-ministre-irakien-nouri-al-maliki-irak-823222.html
Chahabeh Barouti a vu sa mère kidnappée quand sept habitants du camp d'Achraf ont été enlevés en Irak le 1er septembre 2013. Elle se bat aujourd'hui pour mobiliser l'opinion publique sur une tragédie passée sous silence.
« Je me bats jour et nuit pour la trouver et la sauver, mais en vain. Je demande au gouvernement français de faire pression sur le premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour libérer ma mère, qui a le statut de réfugié politique en France, » affirme-t-elle dans une lettre qu'elle vient de publier…


Chaine humaine de milliers de personnes à Ahvaz contre le détournement des eaux du Karoun
Secrétariat du CNRI, 29 novembre 2013
Des milliers d’habitants de la ville d’Ahvaz (sud) ont formé pour la énième fois une chaine humaine tout le long du fleuve Karoun pour protester contre le plan du régime visant à détourner ses eaux et à l’assécher. Ils estiment que ce plan va entrainer la sécheresse et la désertification de la province du Khouzestan. Redoutant que ce mouvement prenne de l’ampleur, les forces répressives ont chargé avec violence les manifestants, procédant à des arrestations.
Selon le plan du régime des mollahs, 1200 millions de m3 d’eaux du Karoun seront détournés vers les provinces du centre du pays. Ce détournement va cruellement réduire le débit des fleuves dans les plaines du Khouzestan et du Golfe persique. Sous prétexte d’irriguer les autres régions du pays, le régime transforme la province la plus fertile d’Iran en désert, pour servir les intérêts des gardiens de la révolution...


L'Iran refusera qu'on lui impose son niveau d'enrichissement d'uranium (Zarif)
IRNA/AFP, 30 novembre 2013
L'Iran décidera lui-même du niveau d'enrichissement d'uranium dont il aura besoin, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.
"Seuls les détails (de l'enrichissement) sont négociables dans la phase finale des négociations" avec les puissances du groupe 5+1.
Selon l'accord de Genève, qui ouvre la voie à six mois de délicates tractations pour obtenir un accord "complet", Téhéran a accepté de limiter son niveau d'enrichissement d'uranium à moins de 5% en attendant un accord définitif avec les grandes puissances.

En contrepartie d'une suspension partielle des sanctions internationales qui étouffent son économie, l'Iran a également accepté de transformer la moitié de son stock d'uranium enrichi à 20% en combustible pour le réacteur médical de Téhéran et de ramener le niveau de l'autre moitié à moins de 5%...
"Nous avons toujours dit qu'on ne permettra pas que quelqu'un d'autre (les autres pays, NDLR) définisse les besoins de l'Iran" en ce qui concerne l'enrichissement, a insisté le ministre iranien, cité par l'agence Fars.


Les Pasdaran s'attaquent à une classe d'étudiants bahaïs
CNRI, 30 novembre 2013
La minorité bahaïe a été la cible d’une nouvelle exaction des autorités iraniennes lorsque les Pasdaran ont attaqué, le 27 novembre, une classe d'étudiants bahaïs à Karadj, près de Téhéran.
Étant donné que les jeunes de cette minorité religieuse sont interdits d'entrée dans les universités iraniennes, certains créent des classes d'études dans résidences privées.
Dans leur assaut cette semaine, les Pasdaran ont confisqué les téléphones portables des étudiants et les biens de la maison.
Il n'y a pas de statistiques sur le nombre d'étudiants bahaïs privés d'études supérieures en Iran, mais on estime leur nombre à quelque 1500 étudiants.


Interdiction aux femmes d'assister au match de foot Milan-Persépolis
IRNA/CNRI, 30 novembre 2013
Avant la rencontre Milan-Persépolis le 28 novembre au stade Azadi à Téhéran, les entraîneurs de l'équipe iranienne avaient une nouvelle fois tenté d'obtenir pour les femmes l'autorisation d'entrer dans le stade. Mais le général Rouyanian, le directeur du club Persépolis, qui est également membre de l'état-major des forces armées iraniennes, a répondu : "l'autorisation ne sera accordée qu'aux Italiennes qui ont été identifiées d'avance."…


Les enfants de rue victimes du sida
ISNA, 30 novembre 2013
Selon le ministère iranien de la santé, une étude sur quelque 1000 enfants de rue montre que 4,5 % sont contaminés par le virus du sida. Ce chiffre est 45 fois supérieur à celui des autres catégories de population.
Ali-Akbar Sayari, le ministre de la santé, a fait état des statistiques troublantes du taux d'infection chez les "enfants de rue" et les "enfants du travail". Les termes "enfants du travail" et "enfants de rue" désignent en Iran les enfants non scolarisés en raison de la pauvreté et qui arpentent les rues pour mendier, trier les déchets, vendre des chewing-gums etc... afin de subvenir aux besoins de leurs familles.
Alors que le taux général de contamination est de l'ordre de 0,1%, le chiffre de cette étude montre un taux 45 fois plus élevé chez les enfants de rue que les autres catégories de la population.
Par ailleurs, 72 % des enfants de rue ont affirmé que la consommation de drogue est une pratique répandue parmi leur entourage, 15% disent en consommer eux-mêmes et 4,6% affirment se droguer par injection.
"Le problème des enfants de rue, la toxicomanie et les relations sexuelles malsaines sonnent l'alarme de la propagation du sida en Iran", a déclaré le ministre de la santé…

ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France 
Tél. : (331) 43 65 32 97 
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
23 Rue du Départ 75014 Paris
Ou par  virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041   Guichet : 00001  Compte : 2739481C020  Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035    BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte