Situation des Femmes en Iran

Public

10 juillet 2014

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Juin 2014
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


Un trafiquant exécuté à semnan
Agence Tansim, 1er juin 2014
Accusé de détention et trafic de drogue, un homme a été exécuté ce matin dans la prison centrale de la ville de Semnan. L’homme identifié sous les initiales « J L » était âgé de 39 ans et originaire de Zabol.


Opposant iranien exécuté en représailles, selon les Moudjahidine du peuple
AFP, 1er juin 2014
L'Iranien Gholamreza Khosravi Savadjani, condamné pour ses liens avec les Moudjahidine du peuple a été pendu dimanche en représailles à une révolte à la prison d'Evine à Téhéran, a déclaré le CNRI.
"L'exécution de M. Khosravi est une représaille visant les prisonniers de la section 350 de la prison d'Evine où il se trouvait et les autres prisonniers qui continuent à résister à l'intérieur des prisons du régime fasciste religieux", a déclaré à Paris le CNRI dans un communiqué.
Les autorités iraniennes "considéraient M. Khosravi comme le principal instigateur de la protestation et la révolte des prisonniers politiques le 17 avril dans la section 350 de la prison d'Evine", a souligné l'organisation.
Gholamreza Khosravi Savadjani avait été condamné à mort en 2010. Il avait été arrêté en 2008, soupçonné d'avoir des contacts avec l'OMPI et d'avoir transmis des documents sensibles à l'opposition en exil, selon IRNA.
Amnesty International avait appelé samedi les autorités iraniennes à stopper son exécution, affirmant qu'il n'avait pas bénéficié d'un procès équitable. Selon Amnesty, le nouveau code pénal iranien ne prévoit la peine de mort que pour les opposants ayant "activement pris les armes".
Il était détenu à l'isolement à la prison d'Evine, dans le nord de Téhéran, avant son transfert vers Karaj.
Selon l'ONU, au moins 500 personnes ont été exécutées en 2013 en Iran, dont 57 en public.
Voire également :        
Un condamné exécuté pour « hostilité envers Dieu »
TheBlaze.com, 2 juin 2014  Par Sharona Schwart
http://www.csdhi.org/index.php?option=com_content&view=article&id=5114:iran-un-condamne-execute-pour-hostilite-envers-dieu&catid=111&Itemid=142



Réactions internationales sur l’exécution de Gholamreza Khosravi
CNRI, 4 juin 2014
En réponse à une question des journalistes sur l’exécution de Gholamreza Khosravi à cause de ses liens avec l’OMPI, le porte-parole du « Département d’Etat » a déclaré : « Nous avons constamment exprimé nos inquiétudes concernant le nombre élevé des Iraniens condamnés à mort et exécutés à la suite de procès inéquitables.
Dans le dossier nucléaire, nous sommes à la recherche d’une solution diplomatique, mais nous continuerons à soutenir les libertés fondamentales et les droits de tous les Iraniens. Le teste clé pour le régime iranien est de montrer qu’il est désireux de réintégrer la communauté internationale. Nous allons voir si ce régime progresse sur le chemin vers le respect des droits de l’Homme et de ses engagements internationaux. Nous avons toujours demandé au régime iranien de permettre à tous les prisonniers de bénéficier de procédures judiciaires équitables et conformes aux conventions internationales. »
Ahmad Shaheed, le rapporteur spéciale de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme en Iran a condamné l’exécution de Gholamreza Khosravi et a qualifié cette exécution de « flagrante violation du droit international ».
Ahmad Shaheed a écrit sur son compte Twitter : « J’ai été stupéfait et peiné par l’exécution de ce prisonnier politique. Cette exécution constitue une flagrante violation du droit international. » Ahmad Shaheed a mis en garde contre l’augmentation du nombre des exécutions en Iran…


Exécution à Bandar Abbas
dadhor.ir, 2 juin 2014
Selon le département de la justice de Hormozgan, un homme accusé d’homicide lors d’une fête de mariage fut exécuté dans la prison centrale de Bandar Abbas (sud). Il a été identifié sous les initiales « M H ».


En Iran, la répression étouffe les universités
Amnesty International, 2 juin 2014
http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/persecution-universities-iran-squeezes-life-out-academic-freedom-2014-06-02
• Les militants étudiants, les réformistes et les universitaires perçus comme laïques sont harcelés par les autorités.
• L’« islamisation » des programmes universitaires est en cours afin de bannir les influences dites occidentales.
• Les femmes se voient interdire d’étudier certaines matières, et des quotas sont imposés afin de limiter le nombre d’étudiantes.
• L’accès aux études supérieures pour les minorités est bloqué ou restreint.
Depuis trois décennies, les autorités iraniennes mènent une campagne de répression sans pitié contre les étudiants et les universitaires, qui sont régulièrement harcelés, arrêtés ou empêchés d’étudier ou d’enseigner en raison de leur militantisme, de leurs opinions ou de leurs convictions pourtant pacifiques, écrit Amnesty International dans un rapport rendu public lundi 2 juin.
Ce rapport, intitulé Silence, Excelle, Emprisonne: Répression of surdents and académiques in Iran, met par ailleurs en lumière une discrimination généralisée, dont sont particulièrement victimes les femmes et les minorités religieuses, au sein du système universitaire du pays…


La justice conservatrice condamne 12 net-citoyens à 135 ans de prison ferme
RSF, 3 juin 2014
http://fr.rsf.org/iran-la-justice-conservatrice-condamne-03-06-2014,46386.html
Reporters sans frontières dénonce fermement une fois de plus les arrestations et les lourdes condamnations prononcées à l’encontre de plusieurs journalistes et net-citoyens. Le 27 mai 2014, douze net-citoyens ont été condamnés par les tribunaux de la Révolution dans plusieurs villes du pays à un total cumulé de 135 années de prison ferme pour leurs activités sur les réseaux sociaux. Le 28 mai 2014, la journaliste Saba Azarpeyk  a été arrêtée. Sa famille ignore toujours les motifs de son arrestation et le lieu de sa détention.


L'Iran toujours dans l'expectative 25 ans après Khomeiny
AFP, 4 juin 2014
Le président iranien Hassan Rohani prononce un discours, le 3 juin 2014 à Téhéran, sous le portrait de l'Ayatollah Rouhollah Khomeiny dont le pays commémore les 25 ans de la disparition.
Un quart de siècle après la mort du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, l'Iran est toujours à la croisée des chemins, entre une économie en berne, un isolement diplomatique et des batailles politiques internes…


Une journaliste documentariste emprisonnée pour purger sa peine de cinq ans prison ferme
RSF, 10 juin 2014
http://fr.rsf.org/iran-recit-de-la-repression-contre-la-23-01-2014,45704.html
Reporters sans frontières condamne le renvoi en prison, le 7 juin 2014, de Mahnaz Mohammadi, journaliste documentariste.
Mahnaz Mohammadi avait déjà été arrêtée, les 26 juin 2011 et 29 juillet 2009, elle avait passé à chaque fois un mois dans la prison d’Evin avant d’être libérée sous caution exorbitante. Le 23 octobre 2013, la documentariste avait été informée de sa condamnation à cinq ans de prison par la 28e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran pour “réunion et complot contre la République islamique”, “publicité contre le régime”. Le 7 juin 2014, elle a été convoquée par le tribunal de l’application des peines de la prison d’Evin pour purger une peine de cinq ans de détention ferme.

Cette militante pour les droits des femmes en Iran est connue notamment pour son documentaire “Femmes sans ombre”. A l’édition 2011 du festival de Cannes, le cinéaste Costa Gavras avait alors lu un message pour que sa parole puisse s’exprimer : « Je suis une femme, je suis cinéaste, deux raisons suffisantes pour être coupable dans ce pays »…


Quatre ans de prison pour une militante
Amnesty International, 10 juin 2014
La prisonnière d'opinion Maryam Shafi-Pour a vu la durée de sa peine d'emprisonnement ramenée de sept à quatre ans.
La peine de Maryam Shafi-Pour a été réduite à quatre ans d'emprisonnement par la 54e chambre de la cour d'appel de Téhéran le 28 mai. Maryam Shafi- Pour avait été condamnée à sept ans de prison le 2 mars par la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Elle avait été déclarée coupable de « propagande contre le régime » et de « rassemblement et collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale », pour avoir semble-t-il été en contact avec la famille d'un des dirigeants de l'opposition se trouvant en prison.


Un homme pendu à Qazvin
IRNA, 10 juin 2014
Accusé de détention et trafic de drogue et d’alcool, un homme a été exécuté tôt ce matin dans la prison centrale de Qazvin (centre).

Exécution à Sari
Agence Fars, 10 juin 2014
Un dénommé Majid Gh a été exécuté dans la prison de ville de Sari (nord). Il était accusé d’avoir tué un jeune à Galougah.


Trois détenus exécutés à Karaj
Hra-news.org, 11 juin 2014
Les Activistes des droits de l’Homme en Iran ont fait part de l’exécution de trois détenus dans l’enceinte de la prison Rajaï-Chahr à Karaj (ouest de Téhéran). L’identité de deux d’entre eux est reconnue étant Rassoul Azizi et Mehdi Achouri. Les trois hommes étaient accusés d’homicide.
Un autre détenu, Jalal Azarmehr, a également été pendu le 9 juin dans la même prison.


Coupe du monde : bière et leggings aux couleurs iraniennes fait scandale
blog.lemonde.fr, 12 juin 2014
Le drapeau iranien, imprimé sur un nouveau modèle de leggings et sur les capsules des bouteilles de bière, à l'occasion de la présence de l'équipe nationale iranienne à la Coupe du monde au Brésil...
"C'est une insulte faite au drapeau de la République islamique et au nom d'Allah [inscrit au milieu du drapeau]", a dénoncé le  très conservateur député Hamid Rasaie, dans un entretien accordé à l'agence semi-officielle FARS, jeudi 12 juin. Selon ce député, l'ambassade d'Iran au Brésil, ainsi que la Fédération iranienne de football, auraient dû s'opposer à cette offense.
Les critiques de Hamid Rasaie à l'attention des autorités iraniennes sont d'autant plus intéressantes qu'il avait demandé à partir au Brésil pour "surveiller" l'équipe nationale.
La lettre dans laquelle il demandait que ses frais de voyage soient pris en charge s'est retrouvée sur Internet, suscitant moqueries et réprobations. L'élu a finalement renoncé à son projet en invoquant des "raisons personnelles".
Le chef du Parlement, Ali Larijani, aurait suggéré que les parlementaires souhaitant se rendre au Brésil le fassent "avec leurs propres moyens".
A la place de Hamid Rasaie, un autre député, Hossein Azin, chef de la Commission du parlement chargée de la culture, s'est déplacé au Brésil. Sa mission : "Surveiller les attitudes de l'équipe nationale et de tous les artistes qui l'accompagnent au Mondial". "Nous devrons veiller à ce qu'il n'y ait aucun comportement contraire aux traditions islamiques", avait-il expliqué.


Exécution clandestine de deux détenus politiques d’Ahvaz
sahamnews.org, 13 juin 2014
Suite aux exécutions clandestines de nos compatriotes à Ahvaz (sud), les familles de Ali Che-Bichat et de Seyed Khaled Moussavi, ont appris la pendaison de ces deux arabes d’Ahvaz. Les autorités ont indiqué aux deux familles l’endroit où les deux hommes ont été enterrés mais les ont interdit de célébrer une commémoration.
Arrêtés en 2012 à Shoush, ces deux prisonniers politiques ont subi des tortures physiques et psychologiques pendant plusieurs mois et ont été contraints d’aveux forcés.

L’Iran dont vous n’entendrez pas parler par le président Rohani
John Baird, ministre des Affaires étrangères du Canada, 13 juin 2014
http://www.international.gc.ca/media/aff/news-communiques/2014/06/13c.aspx?lang=fra
Il est arrivé au pouvoir avec de grandes promesses - s’attaquer à la corruption bien ancrée, accorder les libertés fondamentales aux Iraniens et libérer de leur carcan leurs aspirations et leurs talents.  Son mantra en était un d’espoir et de changement...
Mais un an plus tard, nous devons être plus réalistes et nous demander : à qui a été accordée la dignité promise par le président Rohani? En toute honnêteté, il n’y a pas lieu d’être optimiste. Elle n’a pas été accordée aux avocats de la défense iraniens emprisonnés pour avoir défendu les droits de leurs concitoyens. Pas davantage aux prisonniers politiques sauvagement battus par les Gardiens de la révolution islamique (GRI) et les forces du ministère des Renseignements et de la Sécurité (VEVAK) dans la tristement célèbre section 350 de la prison d’Evin. Certainement pas non plus à Hachem Shabaani, un membre de la minorité avanie qui a été arrêté, torturé et exécuté sommairement pour sa poésie…


Démographie : l'autre bombe iranienne
nouvellesobs.com, 14 juin 2014
L'Iran encourage aujourd'hui les femmes à avoir de nombreux enfants.

Depuis 1989, la république islamiste d'Iran bénéficie d'une politique de planification familiale très énergique : ainsi, en 1991, près de 70% des femmes mariées recouraient à des pratiques contraceptives, et 45% d'entre elles avaient recours à une contraception moderne, y compris dans les campagnes. Le gouvernement n'avait fait qu'accompagner un besoin général des femmes iraniennes de réguler leur fécondité.

Mais en 2009, Mahmoud Ahmadinejad, suivi trois ans plus tard par le Guide Khomeiny, a décidé de faire exploser la croissance démographique, pour arriver à 150 millions d'habitants (sans préciser de délais, la population actuelle s'élevant à 76 millions d'habitants...).



Navi Pillay critique le nombre élevé d’exécutions en Iran
CSDHI, 16 juin 2014
Le nombre élevé d’exécutions en Iran a figuré au nombre des points soulignés par la Haute Commissaire aux droits humains de l’ONU Navi Pillay dans son discours à l’ouverture de la 26e session du Conseil des droits de l’homme à Genève, dans lequel elle a critiqué le pouvoir iranien.
Elle a rappelé que plus de 200 exécutions avaient eu lieu en 2014 en Iran et que les pendaisons liées à la drogue étaient sans fondement.
Il est à noter qu’il s’agissait de son dernier discours à cette fonction, le Secrétaire général de l’ONU ayant nommé le jordanien Zeid Raad Zeid al-Hossein pour la remplacer.
La 26e session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU se tient à Genève du 10 au 27 juin.


Une femme kurde en train de perdre la vue dans une prison iranienne
Amnesty International, 16 juin 2014
Zeynab Jalalian, membre de la minorité kurde d'Iran, qui purge actuellement une peine de réclusion à perpétuité à la prison de Kermanchah (ouest du pays), risque de perdre totalement la vue et a besoin de toute urgence de soins médicaux.



La liberté d’information toujours bafouée, un an après l’élection de Hassan Rohani
RSF, 18 juin 2014
http://fr.rsf.org/iran-la-liberte-d-information-toujours-18-06-2014,46469.html
Un an après l’élection de Hassan Rohani à la présidence de la République islamique d’Iran, RSF dénonce l’absence d’avancées pour la liberté de l’information et la situation inacceptable des journalistes et net-citoyens incarcérés.
C’est un bien triste anniversaire. Un an après l’arrivée du conservateur modéré Hassan Rohani à la présidence de la République islamique d’Iran le 14 juin 2013, Reporters sans frontières exprime sa profonde préoccupation concernant la situation de la liberté d’information et le sort des journalistes et net-citoyens en Iran…

Dix détenus exécutés à Oroumieh et …
CNRI, 19 juin 2014
Le 14 juin, quatre condamnés ont été pendus dans la prison de Naghadeh (nord-ouest). Ils ont été identifiés étant Hamed Aghaï, Saïd Varmaziari, Ebrahim Dalaï-Milan et Arach Ahmadouch.
Le 17 juin, le régime des mollahs a procédé à l’exécution collective de six prisonniers à la prison d’Oroumieh. Il s’agissait de Faramarz Pachaï, Abdolvahab Dalir, Parviz Kikhouï, Abdolkarim Hercoli, Naghd-Ali Radjaï et Rachid Moradi originaire d’Oroumieh, Salmas et Naghadeh (nord-ouest). Trois des prisonniers pendus avaient été condamnés à la perpétuité.


80 prisonniers sunnites en grève de la faim
CSDHI, 20 juin 2014
Quatre-vingt prisonniers sunnites à Karaj près de Téhéran se sont mis en grève de la faim pour sauver quatre détenus politiques kurdes condamnés à mort…
De leurs cotés, les familles des détenus qui ont tenu ces derniers jours un sit-in pour protester contre la peine de mort de leurs proches et les actes cruels dont ils sont victimes, ont annoncé que leurs enfants ont été condamnés dans des procès inéquitables sans avocats pour les défendre pour des accusations du prosélytisme en faveur de la religion chaféite...


Exécution de trois détenus à Yazd
hrdai.net, 20 juin 2014
Selon les Activistes des droits de l’Homme et démocratie en Iran, au moins trois détenus ont été pendus lundi dans la prison centrale de Yazd. Accusés de trafic de drogue et emprisonnés depuis plus de deux ans et demi, ces détenus ont été identifiés étant Yaghoub Shah-Bakhsh, 26 ans, Abdolghafar Barahouï, 35 ans et Gor Gij.


Cinq détenus exécutés à Birjand
HRANA, 21 juin 2014
Reconnus coupable de détention et trafic de drogue, cinq détenus ont été pendus jeudi dans la prison centrale de Birjand (nord-est). L’un des exécutés, Molavi Rahim-Allah un ressortissant Afghan, demeurait depuis deux ans dans la même prison.
Aucun média officiel n’a relayé ces exécutions.


Huit personnes arrêtées à la commémoration de Neda Agha-Soltan
CSDHI, 22 juin 2014
Les autorités ont interdit la commémoration ce 22 juin de la mort de Neda Agha-Soltan lors du soulèvement de 2009.
Des dizaines de patrouilles d’agents en civils et de policiers ont sillonné le cimetière de Behecht-e-Zahra (sud de Téhéran) dès les premières heures de samedi, créant un climat de peur.
Ils ont empêché l’entrée des gens qui voulaient se recueillir sur la tombe de cette martyre. Même les parents de Neda ont été menacés et empêchés de se rendre sur la tombe de la jeune fille.
Au moins huit personnes ont été arrêtées et emmenées dans des postes de police de Chahr-e-Ray...


4 prisonniers politiques sunnites condamnés à mort et grévistes de la faim en état grave
Secrétariat du CNRI, 22 juin 2014
La santé de quatre prisonniers politiques kurdes de confession sunnite, Hamed Ahmadi, Kamal Molaï et les frères Jamchid et Jahanguir Dehghani se dégrade. Incarcérés à la maison d’arrêt de Ghezel Hessar à Karaj (banlieue de Téhéran), ils sont en grève de la faim.
Ils ont cessé de s’alimenter depuis le 14 juin et après avoir été transférés de la prison de Gohardacht à celle de Ghezel-Hessar dans la même ville pour procéder à leur exécution. Ils sont condamnés à mort pour « propagande contre le régime, corruption sur Terre et guerre contre Dieu (Moharebeh) ».

Ces quatre détenus ont perdu beaucoup de poids, ont une chute de tension et des problèmes néphrétiques. Hamed Ahmadi souffre de saignements de l’estomac. Il y a quatre mois, également, pour protester contre leur condamnation à mort, ils avaient mené 73 jours de grève de la faim.

Les bourreaux les confinent à l’isolement dans leurs uniformes de futurs exécutés et ne cessent de les menacer de les pendre.

L'Iran, un marché de rêve pour L'Oréal
BMFTV/AFP, 22 juin 2014
Après Yves Saint Laurent Beauté, c'est au tour de Lancôme de débarquer en Iran pour vendre du maquillage. Le pays est le 2e marché du Moyen-Orient pour les cosmétiques, et le 7e mondial.

Les Iraniennes achètent trois fois plus de mascara que les Françaises

Les femmes iraniennes ont beau être obligées de se voiler, elles consomment plus de maquillage que les Européennes. De quoi aiguiser l'appétit des marques de cosmétiques, en particulier des Françaises. Du fait des sanctions commerciales contre le pays, elles n'ont pas à y craindre la concurrence des marques Américaines.
Lancôme, la griffe de luxe française, numéro un mondial des cosmétiques, a ainsi fait un retour remarqué dans le pays récemment, après plusieurs décennies d'absence. La société a seulement dû effectuer des modifications dans ses publicités pour les rendre conforme aux normes islamiques.
La marque du groupe L'Oréal Luxe vise un marché des cosmétiques dont elle juge le potentiel énorme: 38 millions de femmes vivent en Iran, ce qui en fait le deuxième marché du Moyen-Orient en chiffre d'affaires pour les cosmétiques, derrière l'Arabie saoudite, et le 7e marché mondial. D'ailleurs Yves Saint-Laurent Beauté, une autre filiale de L'Oréal, est aussi présente en Iran.

La Charia tolère le maquillage
La loi islamique qui y est appliquée depuis la révolution de 1979 oblige les femmes à porter un voile couvrant les cheveux et le cou, mais elle n'interdit pas de porter du maquillage. D'où le succès des faux ongles vernis et des cosmétiques…
C'est la première fois depuis la révolution islamique en 1979 qu'une marque occidentale majeure est lancée en fanfare dans un pays mis au ban de la communauté internationale pour son soutien présumé au terrorisme et son programme nucléaire controversé.


Ligue mondiale de volley-ball en Iran
Les femmes, même journalistes, interdites de matches
AFP/Lefigaro.fr, 23 juin 2014
Les femmes, dont des journalistes, ont été empêchées d'assister au match de Ligue mondiale de volley-ball entre l'Iran et l'Italie prévu dimanche.
"Les journalistes femmes sont interdites d'entrée dans le stade pour les trois prochaines rencontres qui doivent avoir lieu à Téhéran", a rapporté IRNA sans donner d'explication sur les raisons de cette décision.
Selon le site internet d'informations Khabaronline, la police avait déjà refoulé les supportrices et les femmes disposant d'une accréditation de presse délivrée par la Fédération nationale de volley-ball, vendredi lors d'un premier match contre les Italiens.
Lors des précédentes rencontres, seules les femmes journalistes avaient été admises dans la salle et les supportrices avaient protesté à l'extérieur de l'enceinte...
Le chef de la police nationale, Esmail Ahmadi Moghaddam a précisé qu'il n'était « pas  dans l'intérêt général»  pour les hommes et les femmes d’assister à de tels événements ensemble.  « Nous ne pouvons pas autoriser la présence des femmes dans les stades. La police applique la loi », a  commenté le policier.
Les autorités officielles avancent que ce type de décision les protège contre le comportement obscène des supporters masculins.

La journaliste Fatemeh Jamalpour, du quotidien réformateur Shargh, a raconté sur sa page Facebook avoir été appréhendée vendredi alors qu'elle parlait à des femmes interdites de salle, puis détenue pendant six heures.

Depuis la révolution iranienne de 1979, les femmes ont été interdites d’entrée dans tous les lieux de rassemblements sportifs...
Pour le Mondial brésilien de football, la police iranienne a également interdit la projection des rencontres dans les cafés ou dans les salles de cinéma pour un public mixte.
Ce qui n'a pas empêché des milliers de femmes et de jeunes filles de descendre samedi soir dans les rues de Téhéran pour fêter l'équipe nationale qui a résisté face à l'Argentine pendant 90 minutes avant de s'incliner dans le temps additionnel.


Image négative du régime iranien au Moyen-Orient
CNRI, 23 juin 2014
Un nouveau sondage du "Pew Research Center" estime l'opinion favorable pour le régime iranien dans plusieurs pays du Moyen-Orient a considérablement diminué au cours des dernières années.
En Turquie, Tunisie,  Jordanie et Egypte, Rohani est moins populaire que son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad. Pendant ce temps, le regard des Américains envers le régime des mollahs reste fortement négatif, avec environ trois sur quatre ayant des opinions défavorables.
Le nouveau sondage de Pew Research Center a été  mené dans 40 pays auprès de 44 628 répondants, du 17 mars au 25 mai 2014.
L'opinion en faveur de l'Iran a baissé de façon constante au cours des dernières années au Moyen-Orient. En 2006, plus de la moitié des sondés en Egypte, en Jordanie et en Turquie avaient une opinion positive du régime iranien, aujourd'hui, ils sont moins d'un sur cinq à avoir cet avis. De même, les opinions favorables pour le régime iranien parmi les Palestiniens ont chuté de 55% en 2007 à 33% aujourd'hui.
Par ailleurs, Hassan Rohani reçoit de mauvaises notes dans tous les pays sondés au Moyen-Orient.


Des grues pour enlever les antennes paraboliques des maisons
CNRI, 23 juin 2014
Les forces de sécurité du régime iranien utilisent des grues pour enlever les antennes paraboliques sur les toits et les balcons des maisons à Machad (nord-est)... Le ministre de la culture avait déploré en décembre 2013 que plus de 70% des habitants de Téhéran regardent des chaînes de télévision "interdites"...


Exécution clandestine d’un jeune à Naghadeh
hrdai.net, 23 juin 2014
Selon les Activistes des droits de l’Homme en Iran, Himan Baravandi, 25 ans originaire de Piran-Chahr, a été clandestinement exécuté dans la prison centrale de Naghadeh (nord-ouest).


Sept trafiquants exécutés à Racht
dadgil.ir, 23 juin 2014
Selon le département de la justice de la province de Guilan (nord), sept hommes accusés de détention et trafic de diverses drogues ont été exécutés dans la prison centrale de Racht. Leurs initiales ont été annoncées étant :« M H », « S Gh », « A D », « J Kh », « A A » « A S » et « B B ».


Un iranologue américain ne sera pas enterré à Ispahan
AFP, 24 juin 2014
Un universitaire américain spécialiste de l'Iran, Richard Frye, a été incinéré aux Etats-Unis, les autorités iraniennes n'ayant pas répondu à son vœu d'être enterré à Ispahan, ont indiqué mardi les médias iraniens.
La famille de M. Frye, décédé en mars à l'âge de 94 ans, a décidé de procéder à l'incinération le 8 juin à Boston, en l'absence de réaction du gouvernement iranien, a expliqué dans le quotidien anglophone Tehran Times un collègue de l'universitaire, Touraj Daryaie.
Professeur à l'Université de Harvard, Richard Frye était un spécialiste de l'Iran et de l'Asie centrale. Il avait notamment dirigé l'Institut asiatique à Chiraz (sud) entre 1970 et 1975, et écrit plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Perse…


Le Parlement vote une loi pour encourager les naissances
AFP/CNRI, 25 juin 2014
Un projet de loi visant à relancer la croissance démographique en restreignant les méthodes de stérilisation a été adopté en première lecture par le Parlement iranien, ont rapporté mercredi les médias iraniens...
Les femmes ayant opté pour la «vasectomie» seront passibles d’une peine de 2 à 5 ans de prison…


Toutes les trois heures un toxicomane meurt en Iran
CNRI, 25 Juin 2014
Djazini, le directeur-adjoint du « QG de lutte contre les stupéfiants », a fait des déclarations dans lesquelles il a reconnu l’ampleur du phénomène de la toxicomanie en Iran.
«Khabar Farsi» a écrit : « Selon les statistiques, toutes les trois heures, un toxicomane meurt en Iran. »
Djazini a précisé qu’en Iran, 91% des toxicomanes sont des hommes et 9% d’entre eux des femmes. Il a ajouté qu’en quelques années, le  nombre des femmes toxicomane a doublé dans le pays.
Par ailleurs, le ministre de l’intérieur du gouvernement de Rohani a reconnu dans un discours l’ampleur de l’usage des drogues en Iran. Dans une interview le 21 juin avec ISNA il a déclaré : « En Iran, 2,6% de la population, c'est-à-dire 1,35 millions de personnes consomment régulièrement des drogues. »
Selon le secrétaire du QG de lutte contre les stupéfiants, « six millions de personnes en Iran ont au moins un toxicomane au sein de leur cercle familial et sont ainsi directement concernés par le phénomène de la toxicomanie.»


Pendaison collective de onze prisonniers à Karaj 
hrdai.net, 26 juin 2014
Selon les Activistes des droits de l’Homme en Iran, onze détenus ont été pendus collectivement jeudi dans la prison de Ghezel Hessar à Karaj (ouest de Téhéran).


Deux détenus pendus à Karaj
Hra-news.org, 26 juin 2014
Deux prisonniers, Mehrdad Bagheri et Benyamin, ont été exécutés mercredi à l’aube dans la prison de Rajaï-Chahr de Karaj (ouest de Téhéran).


L'ONU appelle l'Iran à ne pas exécuter une criminelle mineure
AFP, 26 juin 2014
La Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme Navi Pillay a appelé jeudi l'Iran à suspendre l'exécution "imminente" d'une jeune fille reconnue coupable d'un crime alors qu'elle était mineure.
Razieh Ebrahimi, âgée de 21 ans, a été condamnée à mort pour avoir tué son mari et enterré son corps en 2009, alors qu'elle avait 17 ans. Victime de violences domestiques selon son avocat, elle avait été mariée de force à 14 ans et avait eu une enfant l'année suivante.
Selon l'agence Mehr, l'avocat de Razieh Ebrahimi a demandé le 17 juin au chef de l'Autorité judiciaire iranienne de surseoir à l'exécution en attendant que la justice décide si elle "avait atteint la maturité", c'est à dire la capacité à comprendre son acte, au moment du meurtre.
Elle devait être pendue fin avril mais avec l'aide du parquet d'Ahvaz (sud-ouest), la peine de mort n'a pas été appliquée, a précisé l'agence.
Dans un communiqué publié à Genève, Navi Pillay a dénoncé "l'usage inacceptable de la peine de mort contre des criminels mineurs en Iran" où selon l'ONU environ 160 d'entre eux attendent leur exécution.

Une mineure risque d’être exécutée sous peu, avait averti le 19 juin Amnesty International que sa sentence a été envoyée au Bureau de l’application des peines, ce qui signifie qu’elle pourrait être appliquée à tout moment.


Immense meeting des Iraniens à Villepinte
CNRI/Le Parisien,  27 juin 2014
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/en-images-des-dizaines-de-milliers-de-personnes-au-rassemblement-de-la-resistance-iranienne-27-06-2014-3958599.php?pic=3#
A la veille de l’ultimatum de l’accord atomique et un an après “l’élection” de Rohani, immense meeting des Iraniens du monde entier en présence de centaines de personnalités de 69 pays.
A l’approche de l’ultimatum pour conclure un accord général sur le programme d’armes nucléaires des mollahs entre la communauté internationale et Téhéran (le 20 juillet) et un an après « l’élection » de Rohani à la présidence du régime des mollahs, les Iraniens du monde entier vont converger vers un immense rassemblement le 27 juin à Villepinte, près de Paris.
Près d’une centaine de personnalités internationales de premier plan y participeront ainsi que 500 parlementaires venant des USA, de France, d’Europe, du Canada, d’Australie, du Moyen-Orient et des pays arabes, représentant un vaste éventail politique...
Les Iraniens et les centaines de personnalités internationales annonceront à la communauté mondiale les mesures acceptables pour tout accord atomique, en particulier les mesures que doivent prendre les mollahs pour garantir qu’ils ne se doteront pas de la bombe atomique.
Un an après l’entrée en fonction de Rohani, les associations d’Iraniens et des personnalités internationales évalueront le bilan de Rohani dans divers domaines comme la montée de la répression en Iran, la dégradation des droits de l’Homme, le cours des événements en Iran ainsi que la politique occidentale face à Téhéran.
Les participants demanderont des garanties de protections et de sécurité pour les Iraniens exilés en Irak au camp Liberty, des personnes protégées par les conventions de Genève, attaqués à plusieurs reprises, à la demande du régime iranien, par le gouvernement irakien et des agents du régime de Téhéran dans ce pays.


L’aggravation de l’état de santé du syndicaliste emprisonné Reza Shahabi Zakaria au 30e jour de sa grève de la faim,
CNRI, 30 juin 2014
L’état de santé du syndicaliste emprisonné Reza Shahabi s’est aggravé au 30e jour de sa grève de la faim. Il vient d’être transféré à l’infirmerie de la prison.
Amnesty International a fait une déclaration le 2 juin selon laquelle Reza Shahabi, syndicaliste iranien et prisonnier d’opinion purgeant une peine de six ans, a entamé une grève de la faim pour protester contre son transfert de la prison d’Evin, à Téhéran, vers celle de Rajai-Chahr à Karaj…
Reza Chahabi est membre du comité de direction du syndicat des employés de la Régie des transports de la ville de Téhéran.
« L’état de santé de Reza Chahabi est de plus en plus inquiétant. Il a besoin d’une opération chirurgicale sur sa colonne vertébrale et cette opération n’est pas réalisable à l’intérieur de la prison. Les médecins qui l’ont examiné ont souligné que si Reza Chahabi ne reçoit pas rapidement les soins médicaux dont il a besoin, le côté gauche de son corps sera prochainement paralysé. »


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte