Situation des Femmes en Iran

Public

15 mars 2015

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

AFIF a 20 ans

Janvier 2015
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr

2015 est la 20ème année d’activités de l’Association des Femmes Iraniennes en France. A cette occasion et pour fêter le Nouvel An, un concert de chants et musiques persans a été organisé en collaboration avec les associations Femmes solidaires-Conflans et ADCALI.


Cet événement musical a eu lieu le dimanche 4 janvier à la salle des fêtes de la mairie de Conflans Sainte Honorine. Mme Arlette Bunout, Conseillère municipale de Conflans, tout en souhaitant bon anniversaire à l’AFIF a apporté son soutien aux efforts de ces associations.





Martine Roquevert présidente des Femmes solidaires-Conflans a dit son admiration pour le combat des femmes iraniennes.
Simin NOURI, présidente de l’AFIF a présenté un bref résumé de 20 années d’activités contre l’intégrisme islamiste et pour la défense des droits des femmes en Iran.
Elham Akhavan, porte-parole d’ADCALI présidée par Sedigheh Moussavi, a parcouru le bilan de plus d’une décennie de cette association pour la promotion de l’art et la culture iraniens.
Par message et témoignage, Andrée Michel et Habiba Nefissi ont manifesté leur solidarité au combat des femmes iraniennes.





Plusieurs musiciens et artistes iraniens ont participé à ce concert et notamment maître Hamid-Reza TaherZadeh, Aref Ebrahimpour, Ali Torchizi et Farideh Goldareh, chanteuse féministe iranienne.





Seules 7.8 % des femmes employées sont assurées
ISNA/csdhi.org, 2 janvier 2015
Fereshteh Saljoughi, directrice générale du Bureau des affaires féminines et familiales de la province de Khorasan, a déclaré que : « Seulement 786 femmes sur 10 000 sont assurées ».
Selon elle : « 65 % de tous les étudiants dans les universités sont aujourd'hui des femmes mais seulement 20 % du marché de l'emploi sont alloués aux femmes alors que le travail des femmes induit des erreurs moindres et une probabilité inférieure de corruption ».


600 000 entrées en prison par an
Agence Mehr, 3 janvier 2015
Le directeur de l’organisation des prisons iraniennes déclare que 600 000 personnes entrent chaque année dans les prisons mais une partie y reste moins d’un mois. Plus de 7000 personnes sont emprisonnés pour des délits financiers… Selon lui, l’ensemble des prisons du pays ont une capacité d’accueil que pour 80 000 à 118000 personnes, alors qu'aujourd'hui il y a 220 000 personnes en détention. 50% des hommes détenus et 40% des femmes détenues sont chassés de leurs foyers, a expliqué le directeur…


14 personnes exécutées le jour de l’an dont 4 femmes
csdhi.org, 5 janvier 2015
Le régime des mollahs a exécuté 14 prisonniers le 1er janvier dans les prisons de Bam, Kerman, Bandar Abbas, et à Qazvin (ouest).
Le régime a pendu quatre femmes ensemble à la prison de Bam. Deux condamnés ont été exécutés à Bandar-Abbas, sept condamnés ensemble à la prison Chahab de la ville de Kerman et un autre à Bouyne-Zahra (province de Qazvin).
L’exécution de 14 prisonniers, dont quatre femmes pour le Jour de l’An, et une amputation trahissent les crises croissantes du régime aux abois incapable de répondre à la plus petite demande du peuple iranien…


Le nombre de femmes droguées atteint un record
Mailonline, 3 janvier/csdhi.org, 5 janvier 2015           par Jack CRONE
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2895416/Iran-facing-drug-abuse-crisis-record-numbers-young-educated-women-addicted-crystal-meth.html
L'Iran est confronté à une crise de toxicomanie féminine qui voit augmenter sans cesse le nombre de jeunes femmes aisées et instruites tomber victimes. Au moins six millions sur les 77,7 millions d'habitants de l'Iran ont des problèmes liés à la drogue, selon les sources officielles. La toxicomanie, en particulier l’addiction au chicheh - une forme de cristaux de méthamphétamine de haute pureté - est de plus en plus répandue à travers toutes les classes sociales.
La substance est devenue la deuxième drogue la plus populaire après l'opium chez les jeunes qui cherchent à échapper aux difficultés économiques et sociales, rapporte le Financial Times.
Fumer de l'opium en Iran remonte au moins au 17ème siècle, et le pays a l'un des taux les plus élevés dans le monde de dépendance aux opiacés…
Une nouvelle génération de jeunes adultes rejette un mode de vie islamique stricte.
Au cours des dernières années, les taux de mariage et de naissance en Iran ont baissé, tandis que le nombre de divorces est à la hausse.
Une femme appelée Mahsa est typique de cette tendance. Après son bac, elle a été forcée de se marier à 18 ans. Elle divorce ensuite et trouve un réconfort dans la drogue. Malgré ses études de psychologie, elle s’est retrouvée dans un centre de traitement pour toxicomane à Téhéran l'an dernier avec une dépendance à la drogue qui lui coûte £ 24 par jour.
Les derniers chiffres officiels indiquent le nombre de femmes toxicomanes a presque doublé ces huit dernières années. Les femmes représentent aujourd'hui 9,3 pour cent des Iraniens touchés. Plus de 50 pour cent des femmes toxicomanes consomment des drogues pour la première fois entre les 15 et 19 ans.
Des experts soutiennent que c’est parce que les femmes ont été considérées comme une priorité de deuxième ordre par rapport aux hommes parce qu'elles représentent moins de dix pour cent des toxicomanes de l'Iran.


Exécution publique de trois jeunes hommes à Torghabeh
csdhi.org, 6 janvier 2015
Dans la matinée du 4 janvier, le régime des mollahs a fait pendre trois jeunes en public à Torghabeh, dans le nord-est de l'Iran.
Mehdi V., Ehsan K. et Mahmoud V. ont été pendus ensemble sur un portique à trois cordes. Le dernier a reçu 100 coups de fouet juste avant...


Un musicien privé du droit de voyager à l’étranger en raison de la présence de femmes dans son groupe
csdhi.org, 6 janvier 2015
Dimanche 4 janvier, le régime des mollahs a empêché le déplacement à l’étranger du musicien iranien Madjid Derakhchani. Les agents du régime lui ont expliqué qu’il n’a pas le droit de quitter le territoire iranien car son groupe musical comporte des femmes.
Derakhchani dirige un groupe musical connu sous le nom de « Mah » ou « Mah Banou ». A plusieurs reprises, les organes sécuritaires du régime ont convoqué les membres de ce groupe musical pour les interroger.
M. Derakhchani a précisé que son groupe musical subit toutes ces pressions uniquement parce que le groupe comporte des femmes musiciennes et que les clips de ce groupe ont rencontré un succès populaire considérable…
Madjid Derakhchani avait critiqué l’interdiction qui existe en Iran contre les activités des femmes dans le domaine de musique et de chant. Il avait dit que cette interdiction a abouti à un gâchis et à la privation du public des talents musicaux des femmes.


230 patrouilles de plus à Téhéran
Agence officielle Mehr /CSDHI, 6 janvier 2015
Le haut commandant des Forces de Sécurité de l'État de Téhéran a signalé un ajout de 230 voitures de police supplémentaires à travers la capitale iranienne.
« La police de Téhéran a, a cours de l’année dernière, mis en place des mesures efficaces en terme de sécurité dans la ville et a augmenté ses patrouilles de 170 à 400 », a dit Hossein Sajedi Nia.
« La direction de la police a mis en œuvre la préparation nécessaire pour fournir et mettre en place la meilleure sécurité et des équipements ont été installés dans des entrepôts en accord avec les politiques de « la résistance économique », a-t-il stipulé.


Exécution à Qazvin
Agence officielle Fars/csdhi.org, 7 janvier 2015
Un homme a été exécuté le 6 janvier à la prison de Qazvin, à l'ouest de Téhéran. Cela porte à quatre le nombre d'exécutions annoncées ce 6 janvier…


Le prisonnier politique kurde Saber Mavaneh a été pendu
Iran Focus, 7 janvier 2015
Un prisonnier politique kurde, Saber Mokhled Mavaneh, a été pendu le 6 janvier à la prison d'Oroumieh (nord-ouest).
Il avait été arrêté le 10 juillet 2012 par les gardiens de la révolution. Après avoir disparu trois mois dans les geôles des pasdaran, il a été condamné à mort pour "guerre contre Dieu", en fait pour avoir milité dans le parti d'opposition kurde Komaleh.
Ces deux derniers mois, il avait participé à une grève de la faim de trente-trois jours avec 27 autres détenus politiques de la section 12 de la maison d'arrêt d'Oroumieh. Ils protestaient contre la venue de prisonniers de droit commun dangereux dans le quartier des politiques, les traitements inhumains et humiliants contre eux-mêmes et leurs familles.
Il a été exécuté à 6h du matin avec deux autres détenus, Ali Eghbalpour et Sattar Alipour, en présence d'un représentant des services de renseignement, le Vevak.


Les activités de «l’Association professionnelle des journalistes iraniens » entravées par le gouvernement de Rohani
csdhi.org, 7 janvier 2015
«L’Association professionnelle des journalistes iraniens» a déclaré que le gouvernement Rohani empêche les activités de cette association. Dans une lettre adressée à Hassan Rohani et datée du 5 janvier, les responsables de cette association précisent que le ministère du travail entrave la reprise de leurs activités et ont demandé à Rohani d’intervenir afin que ce ministère cesse ses obstructions.
Les activités de l’association ont été soudainement interdites parle le régime des mollahs, alors que cette association est apolitique et travaille dans le cadre des lois de ce régime.
Les activités de cette association ont été interdites pour la première fois sous le gouvernement de Mahmoud Ahmadinéjad, mais le gouvernement de Rohani a reconduit cette interdiction.
Kambiz Nowrouzi, le secrétaire de cette association et chargé des questions juridiques, a déclaré dans une interview avec le site Internet Aftab News : « Malgré ses promesses, Rohani agit de la même manière qu’Ahmadinéjad. »
L’Association professionnelle des journalistes iraniens a été créée il y a 18 ans et compte près de 4000 membres.


Campagne des règles plus sévères sur le port du hijab
csdhi.org, 7 janvier 2015
Des imams et des mollahs de l'Etat ont récemment lancé une campagne sans précédent exigeant des mesures plus strictes pour mettre en œuvre la réglementation du hijab. Compte tenu des remarques des mollahs sur le hijab menant à la vague d'attaques à l'acide en octobre dernier, cela peut être considéré comme des préparatifs à une nouvelle vague de répression contre les femmes. Voici quelques exemples de ces remarques :
L'agence de presse officielle Fars, le 3 janvier : Ali Mehdizadeh, le chef de la prière du vendredi à Baft, a dit : «L'un des principaux exemples de l'injustice est la négligence vis-à-vis de la question du hijab et de la vertu».
Les actualités de Rasa, le 2 janvier : Ahmad Najmipour, le chef de la prière du vendredi à Sarayan a déclaré : « Aujourd'hui, nos ennemis encouragent le port inapproprié du hijab pour entacher l'image du Guide suprême dans la société. Si les femmes maintiennent leur hijab cela conduira à plus de sécurité pour le peuple ».
L'agence de presse officielle, Fars, le 2 janvier : Mohammad Dastjerdi, le chef de la prière du vendredi à Rudsar, a dit : « Il y a une vague d'attaques contre les saintetés de l'Iran sur la question du hijab ».
L'agence de presse officielle, Fars, le 2 janvier : Akbar Afshar-Manesh, le chef de la prière du vendredi à Kahnuj, a déclaré : « l’un des complots les plus sournois mené par les ennemis de l'Islam dans l'histoire moderne a été contre le hijab ».


Une prisonnière politique gravement malade
csdhi.org, 8 janvier 2015
Une prisonnière politique kurde Maryam Moghadassi détenue à la prison d'Evine a été transférée dans un hôpital en dehors de la prison suite à l’aggravation de sa maladie rénale.
Sur la base d’un rapport de la campagne de défense des prisonniers politiques et civils, Maryam Moghadassi a été arrêtée en 2010 sur des accusations d'activités et de propagande contre les institutions étatiques et pour sa collaboration avec les parties kurdes et a été condamnée à neuf années de prison.
Elle a commencé une grève de la faim, il y a quelques mois pour protester contre les conditions de détention terribles et l'indifférence des responsables de la prison concernant sa maladie rénale.




Exhibition de prisonniers dans les rues
CNRI, 8 janvier 2015

Cette semaine, dans deux villes en Iran, les forces de sécurité du régime des mollahs ont exhibé dans les rues au moins quatre hommes accusés d’infractions mineures.
Dans la ville d’Ilam (ouest), un homme qui venait d’être arrêté, a été immédiatement inculpé et exhibé dans les rues de la ville. Ali Dolati, le chef de la police dans la province d’Ilam, a déclaré : « Cet homme était recherché par la police depuis longtemps. Sa cachette a été découverte et il a été arrêté dans une opération de surprise. »
Dolati, dont les déclarations ont été citées par les médias officiels du régime, n’a pas révélé l’identité de l’homme arrêté, mais il a confirmé que ce prisonnier a été exhibé dans les rues de la ville « pour servir de leçon aux autres ».
Par ailleurs, le mardi 6 janvier, trois prisonniers ont été exhibés dans les rues de la ville de Chiraz (sud)… Ces peines sont appliquées sans aucune procédure légale, souvent à l’encontre des jeunes qui sont exhibés dans les quartiers où ils habitent, alors que leurs mains sont ligotées.


Le régime interdit une manifestation en hommage aux victimes du massacre à Charlie Hebdo
CNRI, 10 janvier 2015
Les forces de sécurité du régime iranien à Téhéran ont empêché jeudi un rassemblement de journalistes iraniens en solidarité avec les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris.
Un certain nombre de journalistes s’apprêtaient à manifester devant le siège de l’Association des journalistes iraniens. Mais les forces de répression et du renseignement ont empêché la tenue du rassemblement en se déployant sur place.
Cette information a été censurée dans la presse du régime, et les journalistes iraniens ont été privés d’exprimer leur solidarité avec leurs collègues. Les forces de sécurités ont même empêché les quelques journalistes qui avaient réussis à s’approcher du lieu de déposer symboliquement des gerbes.
Les autorités du régime iranien qui ont été les premiers à lancer des fatwas de mort contre des écrivains et ont transformé l’Iran en une prison pour journaliste ont toujours maintenu un climat de haine contre le journal satirique français. Une condamnation du bout des lèvres de la tuerie par une porte-parole du gouvernement semble plutôt être une manifestation de larmes de crocodiles. Les médias et les autorités multiplient des mis en gardes à la France en la présentant comme seule responsable de ces crimes pour avoir soutenu les revendications du peuple syrien contre le dictateur Bachar El-Assad.


Les services de messagerie LINE, WhatsApp et Tango bloqués par le régime
csdhi.org, 10 janvier 2015
L’appareil judiciaire du régime des mollahs a ordonné le blocage des trois services de messagerie suivants : LINE, WhatsApp et Tango. Ces services sont très utilisés par les Iraniens, car ils permettent des communications bon marchées ou gratuites avec des interlocuteurs en Iran ou à l’étranger.


1277 nouveau-nés de mères de moins de 15 ans
CSDHI, 12 janvier 2015
Basée sur l'Organisation du recensement du régime iranien, 1277 bébés sont nés de mères âgées de moins de 15 ans au cours des 9 premiers mois de cette année.
En outre, ces cas ont atteint 1 727 naissances, ce qui représente 1% de toutes les naissances en Iran au cours de l'année dernière (1.471.834).
Des provinces comme le Sistan-Balouchistan avec 462 cas de mères en dessous de l'âge légal se classent parmi les premières ...


Deux détenus pendus à Chiraz
HRANA, 13 janvier 2015
Pour avoir commis un vol à main armée, deux prisonniers ont été pendus dimanche matin dans la prison Adelabad à Chiraz (sud)


Un homme exécuté à Sari
tasnimnews.com/mazandjudiciary.ir, 14 janvier 2015
Reconnu coupable de viol, un homme a été pendu dans l’enceinte de la prison de Sari (nord)...


Cinq trafiquants pendus à Arak
tasnimnews.com, 14 janvier 2015
Cinq membres d’une bande de trafiquants ont été pendus dans l’enceinte de la prison centrale de la ville d’Arak (centre)…


Deux prisonniers pendus à Zahedan
iranrights.org, 17 janvier 2015
Deux détenus ont été exécutés dans la prison centrale de Zahedan. L’un, Abdolrahman Janjalzadeh 35 ans est un ressortissant afghan. L’autre Kourosh Aminian 59 ans est père de deux enfants…


Exécutions publiques à Chiraz
fararu.com, 17 janvier 2015
Sur l’ordre des autorités judiciaires, deux hommes ont été pendus en public à Chiraz ‘sud). Les accusés, identifiés sous les initiales « S M » et «E M », auraient introduit par force dans une maison et avaient violé une femme…


Un quotidien interdit pour avoir publié « Je suis Charlie » en « une »
Le Monde, 17 janvier 2015
La "une" qui a valu au quotidien Mardom-é Emrooz son interdiction. "Clooney : "Je suis Charlie"", peut-on lire.
Le quotidien Mardom-é Emrooz n'a existé que quelques jours depuis sa première parution, le 27 décembre 2014. Le titre, proche des réformateurs iraniens, a été interdit de publication, ce samedi 17 janvier, par un ordre judiciaire pour avoir publié en sa "une", datée du 13 janvier, "Je suis Charlie", reprenant ainsi une citation de l'acteur américain, Georges Clooney, à la cérémonie des Golden Globes.
Dans un entretien accordé à l'agence officiel ISNA, son rédacteur en chef, Mohammad Ghoochani, a confirmé la fermeture mais n'a pas souhaité donner plus de détails sur la raison de cette interdiction. Or, le ministère de la culture et de l'orientation islamique, en charge d'accorder des autorisations de parution à toutes les publications, a confirmé que le quotidien avait déjà été reçu des avertissements pour son titre et sa "une" concernant les tueries à Charlie Hebdo...


Charlie Hebdo : manifestation lundi devant l'ambassade de France en Iran
AFP, 18 janvier 2015
Des étudiants islamistes iraniens ont appelé à manifester lundi devant l'ambassade de France à Téhéran pour protester contre la publication par le magazine français Charlie Hebdo d'un dessin du prophète Mahomet, considéré comme une "insulte", ont rapporté dimanche les médias locaux.
Dans un message, l'ambassade a annoncé que ses services ainsi que les organismes culturels affiliés seraient fermés au public lundi et invité les ressortissants français à "éviter tout déplacement dans le quartier".
L'école française, située dans le nord de la ville, sera également fermée pour la journée par mesure de sécurité.
La dernière manifestation devant la représentation française, déjà à cause de la publication de caricatures dans la presse en 2012, était restée pacifique…


"Mort à la France" scandé par des manifestants à Téhéran
AFP/ France tv info, 19 janvier 2015
"Mort à la France", "Mort à Israël", "Nous aimons le prophète". Plus de 2 000 manifestants ont scandé des slogans anti-français, anti-israéliens et contre les Etats-Unis, lundi 19 janvier, aux abords de l'ambassade de France, à Téhéran. Ils protestaient contre la publication, dans le dernier numéro de Charlie Hebdo, d'une caricature représentant le prophète Mahomet.

Une fausse une de Charlie Hebdo a été brandie par la foule, un photomontage représentant le chef de l'organisation Etat islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, entre le président français, François Hollande, et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, lors de la récente marche républicaine, à Paris, au lendemain des attaques terroristes en France. Des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés en fin de manifestation.
L'ambassade de France à Téhéran, située en centre-ville, était protégée par un important dispositif de sécurité qui empêchait la foule d'approcher. La dernière manifestation de colère devant le bâtiment remontait à octobre 2012, déjà à cause de caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo. Le rassemblement était resté pacifique.


Un jeune de 26 ans exécuté en Iran
Khorasannews.com/Iran Manif, 21 janvier 2015
Le régime des mollahs a exécuté à l'aube du 19 janvier un jeune de 26 ans dans la ville de Torghabeh non loin de Machhad, dans le nord-est de l'Iran.


Pollution atmosphérique
4.600 habitants de Téhéran ont perdu la vie
tasnimnews.com/CSDHI, 21 janvier 2015
Rahmatollah Hafezi, président de la commission « santé et environnement» du conseil municipal de Téhéran, a déclaré le mardi 20 janvier : « Selon les chiffres du ministère de la santé, durant l’année dernière, 4.600 habitants de Téhéran ont décédé des suites des maladies provoquées par la pollution atmosphérique dans cette ville. »
Il a demandé aux services gouvernementaux de contrôle de la qualité de l’air de publier les résultats de leurs enquêtes et ne pas cacher la réalité de la pollution atmosphérique à Téhéran.
Ces dernières années, la pollution atmosphérique est devenue un véritable enjeu de santé publique dans les grandes villes en Iran. Le régime iranien refuse de consacrer les ressources nécessaires pour réduire la pollution et améliorer la qualité de l’air dans les zones urbaines en Iran.
Les rapports montrent que le Grand Téhéran (plus de 12 millions d’habitants) fait partie des mégalopoles les plus pollués au monde.
Ahwaz, Sanandaj et Kermânchâh (les chefs-lieux de trois provinces situées à l’ouest de l’Iran) font partie des villes les plus polluées en Iran.


Une cyber-militante emprisonnée
HRANA/CSDHI, 21 janvier 2015
Nahid Gorji, détenu pour ses activités cybernétiques, a été privée de toute visite et appels téléphoniques avec ses parents.
Les fonctionnaires de la justice ont fixé une caution de 4 milliards de rials (soit environ $ 115 000) pour la libération de cette militante d'Internet, arrêtée par les forces de sécurité, le 11 octobre 2014. Cependant, ne pouvant réunir une telle somme, elle a été forcée de rester en prison.


Les conjectures se multiplient sur la mort du procureur argentin Nisman
AFP, 21 janvier 2015
par Alexandre PEYRILLE / Paula Bustamante
http://www.liberation.fr/monde/2015/01/21/argentine-l-ex-epouse-du-procureur-nisman-ne-croit-pas-au-suicide_1185256
Trois jours après la mort surprenante du procureur Alberto Nisman, chargé de l'enquête sur l'attentat contre la mutuelle juive AMIA en 1994, les spéculations allaient bon train et la thèse du suicide, à laquelle a conclu l'autopsie, laissait nombre d'Argentins perplexes.
La communauté juive s'est rassemblée mercredi en fin d'après-midi à Buenos Aires, devant le bâtiment de l'AMIA, pour réclamer justice. Ils considèrent Alberto Nisman comme la 86e victime de la tragédie. D'après la police fédérale, ils étaient 2.000.
"Nous demandons à tous les pouvoirs de l'Etat de redoubler d'efforts pour élucider" le plus grave attentat ayant visé le pays sud-américain, a dit le président de l'AMIA, Leonardo Jmelnitzky. Deux ans avant, l'explosion visant l'ambassade d'Israël avait tué.
Alberto Nisman était un des 300.000 Juifs d'Argentine, la communauté israélite la plus importante d'Amérique latine.
"La mort douteuse de Nisman est horrible mais le pire, c'est de voir la tournure que prend l'enquête. Le suicide n'est pas crédible et il faut élucider cette affaire au plus vite, tout comme le lien entre le gouvernement et ce pays étranger innommable (ndlr : l'Iran).
Alberto Nisman soupçonnait le gouvernement d'avoir ménagé l'Iran, pour préserver des contrats commerciaux...



6000 antennes satellites diabolisées comme «ennemies de l'islam »
Iran Manif, 22 janvier 2015
La théocratie en Iran vient de lancer son offensive contre l’une des multiples incarnations du Malin, à savoir les antennes satellites. Les mollahs ont visé haut en détruisant 6000 antennes et récepteurs tous marqués au fer «ennemi de l'islam » dans un autodafé flamboyant à Chiraz. Jadis cœur rayonnant de la culture iranienne, cette ville est désormais reconvertie en gigantesque casse.


Une cinéaste iranienne convoquée pour « propagande contre l'Etat »
femmeslibertelaicite.org, 22 janvier 2015
La cinéaste iranienne Tahmine Milani a reçu une convocation en vertu de laquelle elle doit comparaitre devant le Parquet de la culture et des médias dans les 72 prochaines heures. La raison de cette convocation concerne la publication d'un scénario, appelé : « Shahrzad, une femme des 1001 nuits». Ce livre a été publié avec la permission du ministère de la culture et a suivi toutes les étapes juridiques de la publication, selon Milani.
« L’accusation qui se trouve derrière cette convocation est une propagande contre l'État. Ce scénario est l'histoire épique d'une femme qui a recours à la sagesse, la compréhension et l'art de combattre la violence et l'effusion de sang », dit-elle.
Milani a été incarcérée pendant huit jours à la prison d'Evin, il y a 12 ans, accusée de mener des « actions contre la sécurité nationale, de « moharebe » contre Dieu, de coopération avec des groupes dissidents et de déformer l'opinion publique ».


Une activiste civile menacée d'exil à la prison
HRANA/CSDHI, 22 janvier 2015
Activiste civile Atena Daemi, arrêtée par les Gardiens de la Révolution, le 11 octobre 2014, a été mise sous pression en la plaçant en isolement pendant une longue période afin d’obtenir ses aveux concernant ses liens avec Ahmed Shaheed, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'Homme en Iran.
Les allégations soulevées contre elle sont : propagande contre l'Etat, relations avec des étrangers et actions contre la sécurité nationale. Le juge Moghise lui avait déclaré au cours de la première session des audiences : « Les accusations qui pèsent sur vous sont très graves et si vous ne les reconnaissez pas, je vous enverrai dans la prison de Varamin Gharchak ». Malgré la fin des enquêtes préliminaires et en raison de sa longue détention dans de mauvaises conditions d'hygiène et du manque d'accès à la lumière du soleil, elle souffre de problèmes de peau, les fonctionnaires du pouvoir judiciaire du régime iranien continuent de s’opposer à sa mise en liberté provisoire pour bénéficier d’un traitement médical.


Enlever un œil et de couper une oreille d’un prisonnier
CNRI, 22 janvier 2015
A Téhéran, les mollahs ont ordonné aux médecins d’enlever un œil et de couper une oreille d’un prisonnier…
Selon une dépêche de l’agence de presse officielle Tasnim, datée du mardi 20 janvier, ce prisonnier a été condamné à l’ablation d’un œil et l’amputation d’une oreille, parce qu’il avait agressé une femme il y a neuf ans, en aspergeant d’acide le visage de la victime.
Lors de cette agression à l’acide, un œil et une oreille de la victime ont été détruits. En appliquant la loi du talion, le tribunal des mollahs a ordonné l’ablation d’un œil et l’amputation d’une oreille de l’auteur de cette agression. Aucun chirurgien n’a accepté de participer à un tel acte barbare et par conséquent l’application de ce verdict a provisoirement été suspendue…


Mouvement de grogne des enseignants
Iran Manif, 23 janvier 2015
La profession d’enseignant en Iran est une des plus mal lotie et se trouve tout en bas de l’échelle sociale.
A Qazvine à l’ouest de Téhéran, le 21 janvier les enseignants du primaire et secondaire se sont rassemblés pour protester contre le retard dans le versement de leurs salaires et ont demandé le limogeage du ministre de l’Education.

Dans la ville de Saghez dans le Kurdistan d’Iran, des dizaines d’enseignants ont aussi protesté le 20 janvier. L’agence Kurdpa indique que la moitié des enseignants de la ville ont pris part à ce mouvement contre les conditions déplorables dans lesquelles ils doivent exercer. Ils se sont regroupés dans les bureaux de la direction de leurs établissements respectifs.


Message du Guide suprême aux « jeunes d’Europe et d’Amérique du nord » : les terroristes sont au service de l’Occident
CNRI, 24 janvier 2015
Après deux semaines de silence total sur le massacre de Charlie Hebdo, la première réaction de Khameneï a été une lettre à l’adresse de « la jeunesse de l’Europe et de l’Amérique du nord ». Dans son message il a repris cette allégation déjà répété par ses médias et ses représentants qualifiant les terroristes d’individus au service de l’Occident : « ne leur laissez pas de vous présenter des terroristes embauchés par eux-mêmes comme étant des représentants de l’islam ».

Vendredi dernier, l’Imam de la prière de vendredi de Téhéran, le mollah Kazem Sedighi avait également déclaré que l’attaque terroriste qui a visé Charlie Hebdo était l’œuvre « de l’Occident qui cherche une confrontation idéologique avec le monde musulman ».

Un dessin du caricaturiste iranien installé en France, Mana Nistani, représente Khameneï et son message.



Deux trafiquants exécutés à Arak
tasnimnews.com, 25 janvier 2015
Le département de la justice des provinces du centre a annoncé la pendaison de deux trafiquants de drogue dans l’enceinte de la prison centrale de la ville d’Arak.
Les deux hommes, Milad Z et Alireza A, étaient inculpés sous accusation de détention et trafic de plusieurs kilos d’héroïne.


L'opposition iranienne dénonce toute alliance avec Téhéran
Reuters-Strasbourg, 26 janvier 2015
https://fr.news.yahoo.com/lopposition-iranienne-soppose-%C3%A0-toute-alliance-avec-t%C3%A9h%C3%A9ran-143737195.html
L'Organisation des moudjahidines du peuple (OMPI) a mis lundi en garde les pays occidentaux contre toute alliance avec l'Iran dans la lutte contre l'Etat islamique (Daech).
L’Iran chiite ne participe pas à la coalition formée à l'initiative des Etats-Unis pour combattre les djihadistes sunnites de l'EI en Irak et en Syrie mais fournit un appui militaire aux régimes chiites en place à Damas et Bagdad.
"La participation du régime (de Téhéran) à la coalition contre Daech est cent fois plus dangereuse que tout intégrisme islamiste sous le couvert de chiisme ou de sunnisme", a déclaré la présidente de l’OMPI, Maryam Radjavi, lors d’une audition organisée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.
Alors que les négociations internationales sur le programme nucléaire iranien doivent reprendre début février, elle a qualifié de "simpliste" l’idée selon laquelle une implication plus forte de l’Iran en Irak favoriserait son renoncement à l’arme atomique.
"Quand les mollahs seront encore plus déchaînés en Irak, ils n’abandonneront pas la bombe atomique", a dit Maryam Radjavi.
Le pouvoir "intégriste" chiite en place depuis 1979 en Iran n’est pas la solution, selon elle, mais la cause de l’intégrisme sunnite.
"S’il n’y avait pas cette répression cruelle des sunnites en Irak et en Syrie par le régime iranien et ses gouvernements alliés et vassaux, Daech n’aurait pas de terrain propice à son développement", a-t-elle affirmé.
L’OMPI, qui affirme défendre une conception laïque et démocratique de l’islam, estime que la lutte contre l’intégrisme islamique passe par un renversement du régime iranien et, dans l’immédiat, par son éviction de Syrie et d’Irak.


Nombre considérable des femmes sdf dans les rues de Téhéran
ISNA/CNRI, 26 janvier 2015
Le chef d’une organisation caritative basée à Téhéran a déclaré que le nombre des femmes sans-abri dans cette ville a augmenté de façon considérable.
Radjabi, le chef de l’organisation caritative Tolou, a affirmé : « Il y a 4 ans, il existait à Téhéran quelque 200 femmes sans-abri. Maintenant, il y en a 500 et leur nombre continue d’augmenter de façon considérable. »
Récemment, Rahmatollah Hafezi, le chef de la commission de santé et d’environnement au sein du conseil municipal de Téhéran, a déclaré pour sa part que dans la capitale iranienne, il y a plus de 3.000 femmes sans-abri. Il a précisé que le nombre des sans-abri à Téhéran est de l’ordre de 15.000 personnes.
Les experts indépendants estiment que le nombre des sdf à Téhéran est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels.
Parmi les personnes sans-abri qui vivent dans les rues de Téhéran, il y a notamment des personnes ayant des diplômés d’enseignement supérieur et des jeunes filles.
Les mollahs ont tenté de transférer de manière coercitive toutes les personnes sans-abri vers des camps situés dans la périphérie des villes.
Ces deux dernières années, la pauvreté et le chômage ont augmenté en Iran. A l’heure actuelle, une partie considérable des revenus pétroliers de l’Iran est utilisée pour le financement des programmes nucléaires des mollahs, mais aussi pour le financement des interventions du régime iraniens et ses milices en Syrie et en Irak.


Lourdes peines de prison contre 8 cyber-activistes
Iran Focus, 27 janvier 2015
La Cour suprême du régime des mollahs a confirmé les lourdes peines de prison prononcées en première instance contre huit activistes qui avaient exprimé leurs opinions politiques dans des réseaux sociaux, dont Facebook.
Ces activistes avaient été initialement accusés de « participation aux complots contre la sécurité de l’Etat, propagande contre l’Etat, profération d’injures contre les symboles sacrés et contre les responsables d’instances gouvernementales. »

Le régime n’a pas précisé s’il y a eu des liens entre les activités de ces militantes arrêtés dans différentes villes en Iran (notamment à Téhéran, Yazd, Kerman, Chiraz et Abadan).
Parmi les cyber-activistes condamnées, il y a six hommes et deux femmes (Roya Saberi-Nejad-Nobakht et Nagmeh Chahsavandi-Chirazi).
Roya Saberi-Nejad-Nobakht, âgée de 47 ans, de double nationalité irano-britannique résidant en Angleterre a été arrêtée dans la ville de Chiraz (sud) alors qu’elle rendait visite à ses amis.
Parmi ces huit personnes condamnées, la plus âgée est une femme de 62 ans et le plus jeune est un homme de 21 ans.
Le verdict de la Cour contre chacune de ces personnes n’a pas été clairement précisé par les autorités judiciaires. Ces personnes, arrêtées en été 2013, ont tous été condamnées à de lourdes peines de prison allant de 8 à 21 ans...


Une petite fille âgée de 13 ans, détenue en prison jusqu’à l’âge de 38 ans
CSDHI, 27 janvier 2015
Soghra Najafpour a passé, dès l’âge de 13 ans, 25 années de sa jeunesse ans derrière les barreaux. Elle n'a été graciée et libérée qu’à l'âge de 38 après la mort du père de la victime du meurtre.
Soghra a été emprisonnée en 1989 alors qu'elle n’avait que 13 ans.


Pendaison à Chiraz
HRANA, 27 janvier 2015
Sous accusation de vol à main armée, un homme identifié étant Morteza Ghorbani a été exécuté par pendaison dans la prison Adelabad à Chiraz.



Des militantes des droits de l’Homme arrêtées à Téhéran
IRGC, 28 janvier 2015
Les forces de renseignement de la Garde révolutionnaire ont arrêté un certain nombre de militants des droits des femmes tout en convoquant ou en menaçant de nombreux autres à Téhéran. On prétend que ces mesures sont prises pour empêcher les militants de tenir des rassemblements afin de protester contre les attaques récentes à l’acide.
Une journaliste et ancienne militante étudiante, Zahra Khandan et une étudiante militante, Soha Mortezaii font partie des personnes arrêtées. Elles ont été arrêtées le 19 janvier à leur domicile à Téhéran et il n'y a aucune information de l’endroit où elles se trouvent jusque-là.


Un homme pendu pour viol
ISNA, 28 janvier 2015
Ali Kamalvand est pendu mercredi matin à Téhéran. Il était reconnu coupable de nombreux vols et viols. Il a été condamné à 10 ans de prison, 74 coups de fouet et trois pendaisons…


Exécution publique à Golpayegan
mehrnews.com, 28 janvier 2015
Condamné pour vols à main armé et meurtre, Mansour Mirlohi fut exécuté ce matin en public dans la ville de Golpayegan (centre).


Paroles de murs
Le Monde, 29 janvier 2015

En se baladant dans les rues embouteillées de Téhéran, le passant peut voir des graffitis, souvent discrets et parfois bien visibles, qui constituent un contrepoint avec les grandes peintures murales « officielles ».
Omniprésentes, celles-ci mettent en scène des figures politiques de la République islamique d’Iran, des martyrs de la guerre Iran-Irak, ou des paysages kitsch, cascade, arbres, nuages et soleil brillant.
Mêlant poésie, humour, engagement politique et social, les graffeurs iraniens font entendre des voix dissonantes, qui dénoncent les discriminations. Les murs de la capitale et d’autres villes sont ainsi devenus un espace de liberté, loin de toute forme de censure…

Par l’été chaud de 2014, des femmes iraniennes, désireuses d’assister aux matchs de volley-ball masculin, se sont vues interdites d’accès aux stades. Black Hand, un graffeur bien connu, n’a pas hésité à mettre en scène son hommage à leur combat. Sur un mur de Téhéran, il a dessiné une jeune femme voilée, vêtue d’un maillot de l’équipe nationale, qui brandissait un flacon de liquide vaisselle en guise de trophée. Furieuse, elle regardait les passants droit dans les yeux…



Un homme pendu à Oroumieh
iribnews.ir, 29 janvier 2015
Accusé de harcèlement et viol et emprisonné depuis quatre ans, un homme a été exécuté dans l’enceinte de la prison d’Oroumieh (nord-ouest) a déclaré le directeur du département de la justice de Salmas.


Deux détenus exécutions à Minab dont un en fauteuil roulant
CSDHI, 30 janvier 2015
Dans la matinée du 24 janvier, deux prisonniers nommés Hossein Heydari et Khosro Rahimi ont été pendus dans la prison centrale de Minab (sud).
Khosro Rahimi souffrait d'une maladie grave et ne pouvait pas se tenir sur ses jambes. Ce prisonnier malade a été conduit à la potence sur un fauteuil roulant... Les fonctionnaires de la justice pénale de la prison avaient demandé aux responsables de la prison et à d'autres qui se trouvaient sur le lieu d’exécution de lui mettre la corde autour du cou, mais personne n’a pu le faire. Finalement, la corde a été mise autour de son cou par un agent de lutte anti-drogue.


Quatre trafiquants exécutés à Racht
tasnimnews.com, 31 janvier 2015
Le département de la justice de la province de Guilan (nord) a fait part de l’exécution de quatre hommes dans la prison centrale de Racht. Identifiés par leurs initiales « E M » 42 ans, « Y Gh » 41 ans, « H T » 37 ans et « S Gh » 29 ans, ils étaient accusés de détention et trafic de diverses drogues.


Il faut faire entendre la voix des musulmans démocrates d’Iran
CNRI, 31 janvier 2015
http://www.ncr-iran.org/fr/actualites/iran-resistance/15565-il-faut-faire-entendre-la-voix-des-musulmans-democrates-d-iran-dowlat-norouzi.html
Les femmes sont les principales victimes de l'extrémisme religieux qui sévit en Iran, a déclaré dans une interview la représentante du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) en Grande Bretagne. La charia et l'oppression des femmes par le régime n'a cependant rien à voir avec la religion et n'est qu'un instrument de pouvoir des islamistes, a déclaré Dowlat Norouzi dans une interview avec la télévision Conseil de l'Europe :
«En plus des obstacles habituels dont les femmes sont confrontés partout dans le monde, la situation est bien pire en Iran parce que les femmes font face à une dictature religieuse très brutale qui justifie la répression et la discrimination sous prétexte de la religion. Nous disons que les droits des femmes sont les droits humains et leur combat contre le fondamentalisme islamiste doit être soutenu, car les racines de ce phénomène funeste sont en Iran. »

Dowlat Norouzi a salué la présence significative des femmes dans la Résistance iranienne : "Le mouvement d'opposition dirigé par Maryam Radjavi est l'antithèse même de l'intégrisme islamiste. Il porte les valeurs de tolérance, de démocratie et une vision progressiste de l'Islam qui valorise les droits humains, la séparation de la religion de l'État et cherche à établir l'égalité des droits pour les femmes dans tous les domaines.
« Ce mouvement mène un combat acharné pour l'instauration d'une démocratie pluraliste en Iran. C'est ce qui explique le soutien dont jouit la Résistance à l'intérieur et à l'extérieur du pays pour changer le régime et établir un régime moderne basé sur l'État de droit, le pluralisme.
«Rappelons que le régime iranien est le premier "Etat islamique" du monde contemporain et s'appuie aujourd'hui sur la manne pétrolière et le chantage islamiste et nucléaire dans cette région très stratégique du Moyen-Orient pour maintenir son pouvoir. Il est crucial de lui barrer la route.
« Mais vous ne pouvez pas lutter contre le fondamentalisme islamiste avec une approche anti-islamique. Vous avez besoin de musulmans démocratiques animés d'une culture tolérante et éclairée pour faire face aux fanatiques qui instrumentalisent la religion. Je pense que l'Europe doit d'abord reconnaître le mouvement d'opposition dirigée par Maryam Radjavi comme la solution et l'antithèse de l'islamisme. Il faut faire entendre la voix des musulmans démocrates iraniens. »


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte