Situation des Femmes en Iran

Public

15 mars 2015

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Février 2015
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


En réponse à "Charlie Hebdo", l'Iran organise un concours de caricatures sur l'Holocauste
The Independent/Francetv info, 1er février 2015

Une compétition internationale de dessins a été lancée en Iran. Son but : récompenser des dessins se moquant de l'Holocauste. Il s'agit de répondre à la une de Charlie Hebdo montrant une caricature de Mahomet, quelques jours seulement après l'attentat contre le siège de l'hebdomadaire satirique qui a décimé la rédaction, le 4 janvier.

La Maison de la caricature et le complexe culturel Sarcheshmeh offrira 12 000 dollars (10 600 euros) au gagnant et 8 000 dollars (7 000 euros) pour les deuxième et troisième, poursuit le quotidien, citant le Tehran Times. Le journal indique par ailleurs que les œuvres seront exposées à Téhéran…


Un homme exécuté dans la province d’Alborz
Hamshahri/HRANA, 2 février 2015
Prénommé « Arash » natif de la ville de Karaj a été exécuté mercredi à l’aube dans une prison de la province d’Alborz (centre). Il était accusé d’homicide en 2009.


Un jeune pendu à Machhad
jamnews.ir, hra-news.org, 3 février 2015
Accusé d’homicide dans une bagarre en 2013, un jeune de 21 ans a été pendu le 2 février dans la prison centrale de Machhad (nord-est).




Une sénatrice pas comme les autres
Iran Focus, 3 février 2015
http://www.iranfocus.com/fr/index.php/qles-amisq/10294-une-senatrice-pas-comme-les-autres
Nathalie Goulet est une sénatrice UDI, à la tête d’une commission d'enquête sur les réseaux djihadistes. Curieusement elle est également l'amie de régimes honnis qui soutiennent les mouvements islamistes et terroristes, en tête desquels l'Iran.
La qualité d' « Amie de l'Iran » lui a été attribuée par les médias officiels iraniens qui apprécient son activisme auprès des politiques français pour la levée des sanctions et la fin de l'isolement diplomatique des mollahs. Elle se rend régulièrement en Iran pour y donner des interviews dans lesquelles elle fait état de ses activités en France en faveur des positions de l'Iran ou pour combattre les opposants du régime…

Les hordes islamistes manifestent devant l'ambassade de l'hexagone à Téhéran au cri d'"à bas la France", "mort à Charlie Hebdo".
Le manquement à la déontologie

A entendre la sénatrice de l'Orne défendre les vertus «démocratiques» du système électoral iranien, la "nécessité de rompre l'isolement diplomatique de l'Iran" et vouloir faire avaler l'idée "acceptable" d'un Iran nucléarisé comme un "pays du seuil à l'instar du Japon", le citoyen français est frappé par un tel manque de discernement.
Le manquement à la déontologie du métier de politicien est aujourd'hui la nouvelle chute de Nathalie Goulet. Elle s'est récemment fait photographier avec un T-shirt d'Hassan Rohani sur lequel est écrit « In Hassan Rohani we trust », selon la formule consacrée « In God we trust ». Cette dernière sortie de Mme Goulet a provoqué l'indignation des militants des droits humains en Iran…
Repousser les limites de l'indécence

Dans une interview avec Tasnim (l'agence de presse des Pasdaran), le 15 novembre 2014, Nathalie Goulet se fait le porte-parole des mollahs et s'en prend à la fermeté de la France.
Alors que Laurent Fabius était unanimement applaudie pour sa position judicieuse pour éviter un "mauvais accord", la sénatrice s'attaque de nouveau au ministre français et déclare à Tasnim : “L'Iran s'attend à un changement de la politique étrangère de la France et au soutien de son président à l'accord nucléaire. Car, en cas de besoin d'un accord, celui-ci interviendra même sans l'aval de la France. Car les propos de Fabius concernant le réacteur d'eau lourde a causé l'échec des négociations".



La justice confirme un non-lieu pour l'OMPI
AFP, 5 février 2015
La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi le non-lieu dont ont bénéficié les Moudjahidine du peuple dans une enquête ouverte en 2001 par la justice antiterroriste française, ont annoncé les avocats du groupe d'opposition iranien.
En septembre, le juge Marc Trevidic avait rendu une ordonnance de non-lieu général. Mais l'unique partie civile restant dans le dossier, un Iranien, avait interjeté appel de cette décision.
Me William Bourdon, un des avocats des Moudjhahidine, avait dénoncé une instrumentalisation de la justice française par les services iraniens, assurant que ce ressortissant iranien était en fait décédé depuis neuf ans.
"La cour rejette l'appel formé au nom d'une personne décédée, soulignant la tentative scandaleuse de manipuler la justice française", se sont félicités dans un communiqué les avocats du CNRI, Mes William Bourdon, Thierry Lévy, Bernard Dartevelle, Marie-Laure Barré et Louis-Marie de Roux.
Ils ont dit leur intention de porter plainte pour tentative d'escroquerie au jugement...



Golshifteh Farahani, « la mère de l’Iran » selon Satrapi
blog.lemonde.fr, 5 février 2015
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/02/05/chassee-diran-lactrice-golshifteh-farahani-pose-nue-en-couverture-dun-magazine-francais/
Golshifteh Farahani n'est pas seulement une actrice. Comme le dit la réalisatrice Marjane Satrapi, qui l'a dirigée dans Poulet aux prunes, "elle n'est pas seulement l'Iran, elle est la mère de l'Iran". Star depuis sa jeunesse, Golshifteh Farahani a été la première actrice iranienne à jouer dans un gros film d'Hollywood – Mensonges d'Etat, avec Leonardo DiCaprio – depuis la révolution de 1979.
Lors de l'avant-première du film à New York en 2008, elle apparaît sans voile, provoquant la colère du pouvoir iranien, qui lui interdit de tourner au pays, lui confisque son passeport et la force à l'exil vers la France. Depuis Paris, elle continue sa carrière, tournant avec Asghar Farhadi (A propos d'Elly), Atiq Rahimi (Syngué Sabour – Pierre de patience), Hiner Saleem (Si tu meurs, je te tue) ou à Hollywood (Exodus : Gods And Kings)…



Un détenu exécuté à Chiraz
hra-news.org, 6 février 2015
Le prisonnier « Esmaïl Massoumi » a été pendu mercredi à l’aube dans la prison Adel-Abad à Chiraz. Il était âgé de 32 ans et demeurait depuis 4 ans en prison pour trafic de drogue.


Deux prisonniers exécutés à Oroumieh
hra-news.org, 7 février 2015
Condamnés pour trafic de stupéfiants, deux détenus ont été pendus mardi dans l’enceinte de la prison d’Oroumieh (nord-ouest). Ils étaient âgés de 30 et 37 ans et étaient natifs d’Oroumieh.


Plusieurs centaines de jeunes arrêtés au cours de soirées
CSDHI, 7 février 2015
Dans la ville de Nazarbad, les pasdaran ont arrêté 46 personnes qui avaient participé à une soirée et ils les ont accusés d’avoir troublé l’ordre public…
Les agents du régime ont également procédé au retrait des mannequins des vitrines des magasins de vêtements dans différentes villes. Un commandant de la police dans la ville de Behbahan a déclaré le 3 février à l’agence Fars : « L’exposition de ces mannequins dans des vitrines de magasins va promouvoir des vêtement non-conformes avec le code vestimentaire islamique.»


Jafar Panahi, cinéaste du social banni en Iran et encensé à l'étranger
AFP, 7 février 2015
Le cinéaste iranien Jafar Panahi, encensé à l'étranger mais sous le coup d'une interdiction de travailler pendant 20 ans dans son pays, continue à tourner, dans une certaine clandestinité, pour se "sentir vivant". Distinguées par les plus grands festivals internationaux, ses satires sociales grinçantes sont interdites en Iran où les autorités le jugent subversif.
La sélection à la Berlinale de son film "Taxi", présenté vendredi, a ainsi été passée sous silence par les médias officiels.
"Le cinéma, c'est l'expression et la raison d'être de ma vie", explique-t-il dans une courte déclaration pour la Berlinale, assurant qu'il continuera "à faire des films dans toutes les circonstances".
L'élection en juin 2013 du modéré Hassan Rohani, qui prône un allègement de la censure, n'a jusqu'ici pas amélioré sa situation.


Un détenu exécuté à Bam
Agence HRANA, 9 février 2015
Reza Bigham, un prisonnier condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Kerman, accusé de possession de drogue et de deal, a été envoyé à la potence aux premières heures du jour, jeudi 29 janvier dans la Prison de Bam après avoir passé 12 années derrière les barreaux.
Il est important de noter que les médias gérés par l'État et les institutions de la province de Kerman doivent encore publier des rapports apportant des informations à ce sujet.


« Setareh Sobh », interdit
Agence officielle Tasnim, 10 février 2015
L’hebdomadaire « Setareh Sobh », qui devait être transformé en un quotidien dans un proche avenir en vertu d'un permis délivré par le conseil de supervision de la presse, a été fermé par la Direction générale 4 du tribunal de la Culture et des médias…


Le gouvernement d’Hassan Rohani ne permettra pas aux femmes de chanter
CNRI, 11 février 2015
Le gouvernement d’Hassan Rohani ne délivrera pas d’autorisation pour le chant des femmes, a déclaré Ali Jannati, le ministre iranien de la Culture et de l’Orientation.
Ali Jannati – qui a pris la parole le vendredi 6 février à Ispahan – a déclaré : «Certains courants politiques cherchent à affaiblir le gouvernement, en propageant auprès des oulémas et des membres du parlement de fausses informations sur ce sujet. »


L’état de santé de deux nourrissons dans la prison de Semnan est désastreux
CSDHI, 11 février 2015
Ruhollah Ismaeelian, le juge pénal supervisant la prison de Semnan et Heydar Asia'i, le chef du pouvoir judiciaire de la province de Semnan, n’ont accordé aucun congé médical à deux détenues baha'ies et à leurs deux enfants malades.
Tarane Torabi, condamnée à 30 mois de prison, se trouve derrière les barreaux avec son bébé de 5 mois qui est déjà très faible. Cet enfant en bas âge, est né prématurément à 7 mois en raison de la pression psychologique extrême imposée à sa mère ; elle a entendu les forces répressives du régime parler des raids qu’ils ont faits chez elle pour arrêter son mari, Erfan Ehsani.

Zohre Nik-Aien est emprisonnée pour une peine de 23 mois et est actuellement en prison avec son bébé âgé de 11 mois.


2000 femmes prisonnières dans la sinistre prison de Qarchak
ncr-iran.org, 12 février 2015
La prison de Qarchak est devenue depuis 2011 une infâme prison de femme connue pour ses conditions particulièrement difficiles.
Cette prison composée de plusieurs «silos» est réservée aux femmes incarcérées pour des délits de droit commun.
On trouve parmi elles des prisonnières politiques et d’opinion. Les conditions effroyables dans lesquelles elles sont détenues ont soulevé une vague de protestation.
Selon certaines informations, des femmes souffrent de plusieurs maladies infectieuses.
Hakimeh Chokri et Atena Farghdani prisonnières politiques, viennent d’y être envoyées.
Cette prison est composée de plusieurs hangars d’élevage de poulets. L’air et l’eau y sont très insalubres. Il n’y a pas de cellule. 2000 femmes y sont entassées sans la moindre hygiène dans le froid ou la chaleur insupportable.
Le transfert à Qarchak est une menace brandie par le parquet de Téhéran et de la prison d’Evine pour briser la résistance des détenues politiques.
Plusieurs détenues ont suivi une grève de la faim en octobre pour protester contre les fouilles corporelles humiliantes et la confiscation d’effets personnels par les gardiennes.


Une piste de ski iranienne fermée après une fête « décadente »
blog.lemonde.fr, 13 février 2015
La musique et « mouvements rythmés » – c'est l'expression utilisée dans le jargon officiel en Iran à la place de « danse » – de ceux qui ont assisté à la fête, le 5 février, n'ont pas été aux goûts des autorités.
La grande fête a eu vraisemblablement une autre conséquence grave pour les équipes nationales femmes et hommes. Cinq jours après l'inauguration, quelques heures avant le départ des équipes aux Etats-Unis, la Fédération iranienne a annulé le voyage, prévu de longue date à l'occasion des Championnats du monde de ski alpin, à Beaver Creek (Colorado). Au grand regret des sportifs. "S'il y a avait eu un problème, il aurait fallu annoncer plus tôt. S'ils veulent jouer comme ça avec le moral des sportifs, il vaut mieux tout court mettre fin à la pratique du ski", a regretté la sportive Iranienne Mitra Kalhor.
Pour le moment, les sportifs et les amoureux de ski en Iran doivent se contenter des heures de journée.


Pendaison à Racht
HRANA, 14 février 2015
Un homme de 43 ans a été pendu à ce jour dans la prison centrale de Racht (nord). Il était accusé de trafic d’opium et d’héroïne.


Deux exécutions à Tchahbahar
Activistes Baloutches/HRANA, 15 février 2015
Deux détenus Baloutches, Hamed Kehrazi 28 ans et Mobasher Mi Balotch Zehi, ont été pendus hier matin dans la prison de Tchahbahar (sud). Ils étaient en prison depuis 4 ans accusés de « guerre contre Dieu » et vol à main armée.


La concentration trop importante de poussières dans l'air menace la santé de millions de personnes
Iranfocus.com, 15 février 2015
Les habitants d’Ahwaz se sont rassemblés à plusieurs reprises la semaine dernière pour protester contre l'indifférence du régime devant l'aggravation de la pollution de l'air dans la ville.
Dans ces rassemblements, dont l'un devant le gouvernorat, malgré les menaces des forces répressives, les gens ont continué à protester dans la tempête de poussière et ont lancé des slogans contre le gouverneur, Rohani, le président du régime et  Khamenei, le Guide suprême des mollahs.


L’anniversaire de la Révolution antimonarchique en Iran sur France Culture
iranfocus.com, 16 février 2015     Mediapart - Par P. Maurel
http://www.iranfocus.com/fr/index.php/la-vie-en-iran/10307-l-anniversaire-de-la-revolution-antimonarchique-en-iran-sur-france-culture
Jeudi 12 février, avait lieu, sur France Culture, une émission d'une journée, organisée en direct de Téhéran, et consacrée au 36ème anniversaire de la Révolution antimonarchique iranienne.

Cette émission a été l'occasion de confronter les auditeurs de France Culture à la propagande du régime iranien, qui trouvait là une possible caisse de résonnance pour faire passer son message, avec des protagonistes souvent plus proche de la complaisance avec le régime, que de critiques véritables, quand ils n'étaient pas des relais du régime en place…

Sur la question des femmes, bien évidemment, il n'était pas fait mention des nombreuses attaques à l'acide, contre des femmes iraniennes, au printemps dernier, par des éléments incontrôlés, probablement proches du régime, et qui n'ont toujours pas été sanctionnés aujourd'hui…


Cinq détenus dont trois kurdes pendus à Oroumieh
kurdpa.net, 16 février 2015
Les autorités iraniennes ont exécutés cinq prisonniers dont trois kurdes dans la prison « Darya » à Oroumieh (nord-ouest). Les citoyens kurdes ont été identifiés étant Rahim Soleymani 60 ans emprisonné depuis 20 ans, prénommé Khossro et Adel Kouhi. Ils étaient accusés du trafic de stupéfiants.


Une détenue politique en grève de la faim
CSDHI, 17 février 2015
La prisonnière politique, Atena Faraghdani, détenue dans la prison de Varamin Gharchak a dépassé son troisième jour de grève de la faim.
Elle a décidé de faire une grève de la faim pour protester :
- Les conditions inhumaines pour les détenus de sexe féminin, touchant des prisonnières ordinaires et politiques à Gharchak Varamin.
- Le transfert de prisonnières politiques, dont Negar Haeri, Hakime Shekari, Roya Saberinezhad et Basme Jabouri dans la prison de Varamin Gharchak.
- Protestation concernant son transfert illégal depuis la prison de Varamin Gharchak et demande de retourner à la prison d'Evin dès que possible.



Une prisonnière politique kurde privée de sortie et de visite
CSDHI, 17 février 2015
La prisonnière politique kurde, Zeinab Jalalian, transférée de la prison d’Abad Diesel à Kermanchah vers la prison de Shahr-e Khuy, il y a près de deux mois, demeure privée de permission de sortie ou de rencontre avec ses proches.


Peine de prison pour une citoyenne bahaïe
CSDHI, 17 février 2015
Farah Baghi, une citoyenne bahaïe de Yazd, a été conduite à la prison centrale de la ville après que des agents de sécurité se soient présentés à son domicile. Elle fut conduite en prison pour purger sa peine d’une année d’emprisonnement.


Aggravation de la pauvreté en Iran
Radio Farda/CSDHI, 17 février 2015
Rahmatollah Pour-Moussa, responsable du syndicat du pouvoir a révélé que 70% des travailleurs sont sous le seuil de pauvreté en Iran Il a déclaré : “Nombreux sont les travailleurs qui ne peuvent pas s'acheter des produits ordinaires et beaucoup de cet ordinaire est devenu un luxe. 50% du salaire passe dans le loyer.”
Selon lui, le pouvoir d'achat des travailleurs a chuté de 73% cette année. Le salaire minimum est à 608.000 Tomans. Or pour survivre dans l'Iran en crise des mollahs, une famille de 4 personnes a besoin au minimum de 1,400.000 tomans.
Si la crise économique est ressentie depuis 2008 par les Iraniens, elle atteint cependant son apogée à l'heure actuelle et plonge une majorité dans la pauvreté…
Le ministre iranien du travail et du bien-être social, Ali Rabi'i, avait récemment révélé que 12 millions de personnes souffrent de " pauvreté alimentaire " en Iran. Le ministre adjoint de la santé, Ali-Akbar Sayari, a pour sa part déploré que 78% des Iraniens n'ont pas une bonne alimentation et manquent notamment de fruits et de légumes dans leurs régimes alimentaires.
Le magazine Chada, organe du ministère iranien de l'économie et des finances, avait par ailleurs révélé que le pouvoir d'achat des articles essentiels a chuté de 60%, alors que le pouvoir d'achat du logement a chuté de 25 % et celui de la location a chuté de 43%...



Neuf exécutions en un jour
HRANA, 17 février 2015
Courant la journée du lundi quatorze prisonniers ont été exécutés : six à Bam (sud), deux à la prison centrale de Bandar-Abbas et deux à la prison Vakil-Abad à Machhad.
Ces exécutions ne sont annoncées dans aucun media officiel. Les détenus étaient accusés de trafic de drogues.


Pendaison publique à Chiraz
dadfars.ir/tabnak.ir, 18 février 2015
Le prénommé Mohammad-Reza P, l’un des meurtriers d’un chauffeur de taxi, fut exécuté hier en public à Chiraz.



Exécution collective de six détenus à Karaj
hrdai.net, 17 février 2015
A l’aube de ce mardi 17 février, six détenus ont été exécutés dans la prison de Qezel Hessar.



La presse interdite d’évoquer l’ancien président Khatami
blog.lemonde.fr, 18 février 2015
Désormais il n'y a plus d'ambiguïté : la presse iranienne ne pourra ni publier ni mentionner le nom de l'ancien président réformateur, Mohammad Khatami (1997-2005). Lors de son point de presse hebdomadaire, le porte-parole de la justice iranienne, Gholamhossein Mohseni-Ejeie, a rappelé et confirmé cette décision judiciaire, avant de mettre en garde tout titre de presse qui désobéirait à cet ordre…


« La liberté d'habillement est contre la loi en Iran »
Farhang/CSDHI, 19 février 2015
Les actualités officielles de l’Etat, Farhang ont écrit : « la liberté de choisir ses vêtements est contre la loi en Iran ».
Ceux qui parlent ouvertement de la liberté de vêtements parlent publiquement de s’opposer aux lois du pays.
Sur la base de la loi pénale de 1983, ceux qui ne respectent pas les directives du port de vêtements des mollahs en public seront condamnés à 74 coups de fouet en plus de leur punition.
Sur la base des articles 2 et 4 de la loi adoptée en 1986, ceux qui portent des vêtements contre la loi de la charia en public seront poursuivis et condamnés soit à 40 coups de fouet ou à 200 000 rials. « Les employés reconnus coupables seront renvoyés temporairement de leur travail, en plus des punitions ci-dessus mentionnées et peuvent être expulsés pendant deux ans ou expulsés de leur poste de fonctionnaire », a ajouté la source.


Dans la langue de Téhéran
lemonde.fr, 19 février 2015
http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/02/19/dans-la-langue-de-teheran_4579615_3260.html
Vivre et mentir à Téhéran, roman choral de ¬Ramita Navai, est une collection d’histoires vraies dont le héros est le mensonge. Afin de protéger l’identité des personnes qui ont témoigné en racontant leur vie et celle de leurs proches, l’auteure transforme, adapte, ment à sa manière avec pour objectif de faire accéder le lecteur à une vérité plurielle, celle de chaque personnage, qu’il soit membre d’une organisation terroriste, mère de famille traditionaliste, adolescent homosexuel engagé dans la milice ou prostituée repentie. Elle écrit en ¬anglais des propos qu’elle a recueillis en persan et dont elle tient à conserver la couleur originelle. ¬Cécile Dutheil de la Rochère, sa traductrice en français, se plie à tous les caprices du texte. Elle se coule dans les descriptions somptueuses de ¬Téhéran – dont le lecteur ne peut que tomber amoureux –, syncope le parler moderne et américanisé des jeunes branchés, et tisse les discours plus ou moins ésotériques, plus ou moins manipulateurs, livrés par des mollahs en tout genre. Il faut une grande énergie et une palette...


Peine de mort - Situation de Saman Naseem
19 février 2015
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/iran/la-france-et-l-iran/evenements-4581/article/iran-peine-de-mort-situation-de
La France est préoccupée par les informations faisant état de l’exécution imminente du jeune kurde Saman Naseem.
Saman Naseem était mineur au moment des faits qui lui sont reprochés. Son droit fondamental à un procès juste et équitable n’a pas été respecté.
La France appelle les autorités iraniennes à respecter leurs engagements internationaux dans le domaine des droits de l’Homme, notamment la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et le pacte international sur les droits civils et politiques, auxquels l’Iran a librement souscrit.
La France rappelle son opposition constante et déterminée à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances.


Un jeune kurde exécuté en Iran malgré la mobilisation internationale
france24.com, 20 février 2015
http://www.france24.com/fr/20150220-iran-execution-jeune-kurde-saman-naseem-mobilisation-internationale-amnesty-international/
Reconnu coupable d'actions armées contre les Gardiens de la révolution, le jeune kurde iranien Saman Naseem a été exécuté jeudi 19 février en Iran, selon la FIDH. L’Iran est resté sourd aux appels internationaux à la clémence.
La menace de son exécution était imminente. Le jeune Kurde iranien Saman Naseem, 22 ans, reconnu coupable en avril 2013 d'actions armées contre les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, n’a pas été amnistié. Il a été exécuté jeudi 19 février dans la matinée, selon la FIDH qui a obtenu ces informations vendredi.
D’après l’ONG, la famille de Saman Naseem, à qui il a été demandé de garder le silence sur l’affaire, a été contactée par les autorités iraniennes jeudi après-midi pour venir chercher les effets personnels du jeune homme, comme cela est d’usage après une exécution…


Un agent iranien a assassiné le procureur Nisman
Iran Focus, 20 février 2015
Alors que les Argentins sont massivement descendus dans la rue le 19 février pour rendre hommage au procureur Alberto Nisman et réclamer que la lumière soit faite sur sa mort suspecte, un site d’information spécialisé dans les renseignements vient d’affirmer qu’un agent iranien a assassiné ce juge qui enquêtait sur l’attentat meurtrier contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA).


Exécution à Machhad
Khabaronline/HRANA, 20 février 2015
Un homme de 66 ans a été exécuté à l’aube du mardi 17 février à la prison centrale de Machhad (nord-est). Il était accusé de meurtre de son oncle.


La femme iranienne au fil du siècle
blog.lemonde.fr, 20 février 2015
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2015/02/20/la-femme-iranienne-au-fil-du-siecle/
La femme iranienne dans les années 2000.
Vidéo du collectif The Cut, "100 Years of Beauty"
Comment résumer l'histoire contemporaine d'un pays aussi compliqué que l'Iran, aux changements si brutaux et si abrupts ? Comment raconter de façon simple les évolutions d'une société qui change à grande vitesse ?
C'est en tout cas, le défi dans lequel s'est lancé le collectif américain, The Cut, pour sa troisième vidéo de la série "100 Years of Beauty" ("Cent ans de beauté").
Le concept paraît simple, mais est très parlant : mettre en scène, dans une courte vidéo, les changements politiques et sociaux dans différents pays en montrant comment l'apparence de la femme a évolué tous les dix ans durant le dernier siècle.
Pour la vidéo concernant l'Iran, mise en ligne le 18 février, un mannequin irano-américain, Sabrina Sarajy, a été choisi. Au fil des ans, le spectateur suit à travers ses changements de look les différentes périodes politiques en Iran...
A la fin de cette vidéo, qui ne dure qu'une minute trente, une question se pose : à quoi ressemblera l'Iranienne en 2020 ?


Prison et coups de fouet pour Massoumeh Zia
HRANA, 20 février 2015
La peine d'un an de prison et 74 coups de fouet est confirmée à l’encontre de Massoumeh Zia, activiste au sein du groupe « Erfan Halgheh ».
Elle a été arrêtée en juin 2006 avec quelque 70 autres activistes lors d'un rassemblement féministe à Téhéran violemment réprimé par la police.
Les manifestantes réclamaient l'égalité des droits entre les hommes et les femmes en matière de divorce, de garde des enfants et d'héritage.


Un député du régime iranien propose « une gestion domestique » comme un grand collège pour les femmes
Agence de presse officielle Mehr /CSDHI, 21 février 2015
Haddad Adel, un membre du parlement du régime iranien de Téhéran a prononcé un discours sur l'anniversaire de l’université isolée d’al-Zahra et encore une fois a tenté de forcer les filles à rester dans leurs maisons.
«Cette université, qui célèbre son 50ème anniversaire, alloué aux dames, a une autre signification maintenant. Il n'y a pas de préoccupations au sujet des études de physique, de chimie et de théologie à l'université. Cependant, je crois que cette université devrait également donner des cours sur la gestion domestique. Il doit y avoir un domaine pour une fille qui ne veut pas travailler ou qui ne trouve pas de travail. Ce champ doit faire son succès dans sa vie de famille. Si les femmes voient la gestion de la maison comme un travail, de nombreux problèmes dans la société seront effectivement résolus ».


Des jeunes filles soumises aux lois misogynes des mollahs
csdhi.org/ Agence Mehr, 21 février 2015
500 écolières de troisième année à Damghan (nord) ont été forcées d'écouter lois misogynes des mollahs.
Mahmoud Torabi, le chef de la prière du vendredi de la ville a déclaré à un groupe de filles âgées de 8 et 9 ans que, « quand les filles atteignent l'âge de la puberté, elles doivent respecter les lois de la chasteté et la règlementation du hijab encore plus qu'auparavant. Si elles répondent à leurs obligations religieuses et à leurs devoirs, une fois qu'elles ont atteint l'âge de la puberté, elles ne cèderont jamais à leurs tentations »…


Deux frères détenus politiques kurdes exécutés
alarabiya.net, 20/Iran Manif, 22 février 2015
Deux frères Afchari, prisonniers politiques kurdes, Razegar (Habibollah) et Ali, 26 et 34 ans ont été pendus à l’aube du 19 février à Oroumieh (nord-ouest).
Originaire de Mahabad, les frères Afchari avaient été arrêtés au printemps de l’année 2011, avec deux autres de leurs frères, Jafar et Vali. Ils avaient été torturés puis condamnés à mort dans un simulacre de procès pour « guerre contre Dieu».  Ali Afchari avait été blessé par balle lors de son arrestation. Malgré son état grave en raison de l’infection de ses blessures, ses bourreaux l’avaient privé du moindre soin médical.
Ils faisaient partie des détenus politiques kurdes protestataires en grève de la faim à la prison d’Oroumieh. Jafar et Ali, leurs deux frères, sont toujours incarcérés.


Monsieur le Président iranien : fini les paroles, libérez Jason Rezaian !
L'Express.fr, 24 février 2015
L'idée que l'Iran a changé ne saurait être prise au sérieux tant que Jason Rezaian, journaliste du Washington Post détenu depuis huit mois sans raison n'est pas libéré, plaide notre contributeur Charles-Antoine Joly.
Monsieur le Président Hassan Rohani, vous n'avez de cesse depuis des mois de dire et répéter que l'Iran a changé et que c'est un partenaire viable et sérieux dans une région ô combien agitée : vous réclamez la levée de l'embargo qui frappe votre pays depuis les années 1980, offrez l'aide de votre puissante armée pour combattre l'Etat Islamique, invitez les touristes à venir visiter les nombreuses merveilles que compte votre pays... Certains rêvent d'ores et déjà du rétablissement des échanges commerciaux. D'autres sont beaucoup plus sceptiques dont la famille, les amis et les proches de Jason Rezaian.
Les déclarations de bonne volonté ne suffisent plus
Jason est le correspondant du Washington Post à Téhéran depuis 2012. Doté de la double nationalité américaine et iranienne, il a été arrêté le 22 juillet 2014 par les Gardiens de la Révolution et placé en isolement dans la sinistre prison d'Evin au nord de Téhéran. Cela fait maintenant plus de 200 jours qu'il est emprisonné sans que l'on sache ce qui lui est reproché. Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a indiqué récemment qu'il espérait qu'il sera blanchi.


Les enseignants manifestent dans le sud
Des salariés réclament une hausse du SMIC
Iran Manif, 25 février 2015
Des dizaines d’enseignants, de directeurs d’
 Etablissements et de retraités de l’enseignement ont manifesté dans la ville de Bouchehr dans le sud de l’Iran, sur le Golfe persique, le 24 février. Défilant aux cris de « On ne négocie pas l’enseignement », ils ont apporté leur soutien au recteur de la région qui vient d’être limogé.

Un groupe de salariés courageux iraniens a manifesté devant le Majlis, parlement des mollahs, le 24 février pour réclamer une hausse du salaire minimum. Hommes et femmes, brandissaient des pancartes rappelant que le minimum pour vivre est de 3,5 millions de tomans, l’inflation faisant rage en Iran. Or le salaire minimum est de 608.000 tomans, loin en dessous du seuil.


Dieudonné à Téhéran pour remettre une Quenelle d’or à « l’antisioniste » Ahmadinejad
lemonde.fr, 25 février 2015
"Visitant un vieil ami, un grand artiste #Dieudonne #all4Palestine". C'est par ce tweet que l'ancien président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a rapporté, le 25 février, sa rencontre avec Dieudonné, à Téhéran.





L'Iran ouvre la lutte aux femmes mais exige des tenues différentes
 LeFigaro.fr, 25 février 2015
https://fr.news.yahoo.com/liran-ouvre-lutte-femmes-exige-tenues-diff%C3%A9rentes-224559548--spt.html
La fédération internationale de lutte statue sur une modification du règlement concernant les tenues des athlètes iraniennes. Une première dans l'histoire du pays.
Ce mardi, Rasoul Khadem, le président de la Fédération de lutte iranienne, a annoncé l'ouverture d'une section de lutte féminine. Du côté de Téhéran, les femmes pratiquaient déjà ce sport sans qu'aucune compétition ne soit officiellement affiliée à la Fédération…
Problème de tenues ?
Selon ISNA, l'Iran attend néanmoins que la FILA modifie son règlement concernant l'habillement des athlètes avant d'autoriser ses lutteuses à participer aux compétitions officielles. L'équipement des sportives iraniennes sera «presque similaire au judo et il n'y aura pas de problème concernant la tenue des femmes». Habituellement, en Iran, les athlètes sont habillées d'un pantalon et d'une veste maintenue par une ceinture souple. Seules les femmes seront autorisées à assister aux combats, étant donné l'interdiction de la mixité dans la majorité des complexes sportifs iraniens.
La lutte est un des sports les plus populaires en Iran…


Quatre hommes pendus à Arak
ncr-iran.org, 26 février 2015
Quatre prisonniers ont été pendus à la prison principale de la ville d'Arak (centre). Les victimes n'ont été identifiées que par leurs prénoms et les initiales de leurs noms de famille : Mohammad M., J. Ehsan, Amir-hossien Gh, et Reza Z. Les quatre hommes avaient été inculpés d'infractions liées à la drogue.
Dans son dernier rapport à l'Assemblée générale de l'ONU, le Rapporteur spécial des Nations unies, Ahmed Shaheed, a exprimé son inquiétude au sujet du nombre croissant d'exécutions en Iran, signe selon lui d'une détérioration de la situation des droits de l'Homme depuis l'arrivée au pouvoir d'Hassan Rohani.
" M. Rohani est incapable de régler ce problème, d'inverser cette tendance et de respecter ses promesses sur le sujet", avait-il déclaré.



Deux hommes pendus en public à Savejbolagh
tasnimnews.com, 26 février 2015
Deux hommes ont été exécutés en public à Savejbolagh (centre). « E P » 32 ans et « A L » 28 ans étaient accusés d’enlèvement et de viol.


Un responsable iranien admet que les filles sont privées d'éducation
Site Kjorassan/CSDHI, 27 février 2015
Bastani, l’adjoint des évaluations stratégiques du département des femmes et des affaires familiales de Rouhani a dit : « Le nombre d'écolières dans le secondaire privées d'éducation est très élevé. Les raisons en sont les mariages précoces et le fait de vivre loin des écoles ».


Une députée insiste sur la censure des rapports sur les femmes pour le sommet de Beijing + 20
Agence Fars/CSDHI, 27 février 2015
Shahla Mir-Galubiat, un membre de la faction des femmes au sein du parlement du régime iranien a dit : « Le ministère des affaires étrangères doit superviser sérieusement le rapport qui sera présenté par le Département des affaires féminines du bureau du président au sommet de Beijing +20 pour assurer les intérêts du pays.
Les fonctionnaires des affaires de la femme doivent être précis dans leurs rapports pour ne pas exagérer les problèmes et le statu quo. Nos fonctionnaires ne doivent pas se considérer eux-mêmes comme responsables vis-à-vis de l'Occident ».


La situation des femmes en Iran et au Moyen-Orient face au fléau de l'intégrisme islamiste
CSDHI, 28 février 2015
Elaheh Arjmandi, représentante de la Commission des femmes du CNRI, a expliqué la situation de misogynie institutionnalisée qui prévaut en Iran, "un système comme il en existe peu dans l’histoire contemporaine".
Un colloque intitulé "la situation des femmes au Moyen-Orient face au fléau de l'intégrisme islamiste", s'est tenu la semaine dernière à Paris où les intervenants ont abordé la question des femmes à l'aulne des récents bouleversements dans la région.
L'Association des femmes iraniennes, le Comité de Soutien aux Droits de l'homme en Iran, la Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne, les Nouveaux Droits de l'homme ainsi que le mouvement citoyen de Montreuil, étaient représentés au colloque qui se tenait en amont de la journée internationale de la femme, le 8 mars prochain.


12% des Iraniennes divorcées ont moins de 20 ans
Deutsche Welle persan, 28 février 2015
Selon le président de l’association de l’aide sociale d’Iran, 12% des femmes divorcées cette année sont âgées de moins de 20 ans. Sur cinq mariages, un se termine par le divorce. Dans les provinces de Téhéran et d’Alborz un divorce est enrégistré contre trois mariages. Le divorce se fait souvent dans les deux premières années de mariage. C’est la femme qui la plupart du temps demande la séparation.
D’après les statisques officielles, 381 divorces sont enregistés quotidiennement.


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte