Situation des Femmes en Iran

Public

05 février 2017

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Janvier 2017
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
9 Rue Parrot CS 72809-75590 Paris Cedex 12 - France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr



La répression du hijab est une priorité pour la police
Agence officielle Tasnim, 1er Janvier 2017
Le porte-parole des forces de sécurité d'Etat a déclaré que la lutte contre les femmes mal-voilées était une priorité pour la police.
"La responsabilité consistant à propager la culture du hijab repose sur 26 organes et la police est considérée comme l'organe ultime", a déclaré Saïd Montazer al-Mehdi.
"En ce qui concerne le respect du voile, tous les organes doivent traiter cette question », a-t-il ajouté


Mode et musique visés à Tabriz
Site officie Entekhab, 2 janvier 2017
Le Procureur adjoint de Tabriz a déclaré que quatre femmes et deux hommes ont été arrêtés pour des activités dans le domaine de la mode.
"À cet égard, deux photographes ont également été arrêtés et leurs affaires sont examinées", a déclaré Ahmad Moaqari.
"Les suspects de l'affaire de la modélisation ont introduit leurs produits cosmétiques et leurs vêtements à travers leur chaîne Telegram", a-t-il ajouté.
S'agissant de la lutte contre la musique underground, il a déclaré : «Quatre dossiers ont été ouverts et le chanteur et le producteur de musique illégale ont été arrêtés et leurs instruments de musique confisqués». 


Parastou Forouhar convoquée au tribunal de la prison d'Evine 
CSDHI, 4 janvier 2017
Parastou Forouhar, une artiste vivant en Allemagne et parente des victimes des "meurtres en série", a été convoquée par le parquet de la prison d'Evine, en Iran.
Parastou Forouhar est la fille de Parvaneh Eskandari et Dariush Forouhar. Ses parents étaient des dirigeants du Parti Mellat d'Iran et ont été victimes des « meurtres en série » commis par le régime iranien à l'automne 1998.
Il est à noter que Mme Forouhar a été menacée chaque année à l'occasion de l'anniversaire du meurtre de ses parents par les forces de sécurité.


Une étudiante bahaïe expulsée de l'université
CSDHI, 4 janvier 2017
Farinaz Mokhtari, étudiante bahaïe, a été expulsée de l'université technique et professionnelle de Birjand, en Iran, en raison de sa foi.


Flagellation d’un journaliste à Najaf-Abad
tabnakesfahan.ir, 6 janvier 2017
Un jeune journaliste a reçu 40 coups de fouet suite à une plainte déposée par les forces de sécurité de l'Etat de Najaf-Abad, près d’Ispahan, pour avoir publié une histoire erronée au sujet de la confiscation de motos dans cette ville.


Appel à la stérilisation des prostituées et des toxicomanes sans abri à Téhéran
Radio Free Europe, 6 janvier 2017
Pour prévenir des "dommages sociaux", un responsable iranien a appelé à la stérilisation des prostituées et des toxicomanes sans abri à Téhéran.


Manifestation des enseignants devant le parlement
IRNA/CSDHI, 8 janvier 2017
Un groupe d'enseignants en CDD s’est rassemblé dans la matinée du 8 janvier devant le parlement dans la capitale iranienne. Les enseignants, dont un nombre considérable de femmes, ont convergé à Téhéran de différentes provinces. Les manifestants ont réclamé la sécurité de l'emploi.


Une étudiante bahaïe bannie de l'enseignement supérieur
CSDHI, 9 janvier 2017
Etudiante en première année à la Faculté de Lettres de Chiraz, Nazanine Nikouseresht, a été renvoyée après deux mois et demi d'études en littérature anglaise en raison de sa confession bahaïe.


Disparition d’un pilier important du régime en Iran
Mediapart, 10 janvier 2017
« Président de la république islamique de 1989 à 1997, Akbar Hachemi Rafsanjani est mort à l’âge de 82 après un malaise cardiaque.
Il était l'un des deux piliers et « clé de l'équilibre » du régime des mollahs. Au cours des 38 dernières années, à la fois sous Khomeiny et au cours des récentes années, Rafsandjani a joué un rôle crucial dans la répression interne et l'exportation du terrorisme à l'étranger ainsi que dans la quête de l'acquisition d'armes nucléaires. 
Bien que représenté par certains médias Occidentaux comme « pragmatiste » ou « modéré », pendant sa longue carrière, il a été associé à certaines des actions les plus monstrueuses du régime, y compris les attentats terroristes de masse et les assassinats de dissidents exilés… »


Un mois de détention pour une militante des droits civiques
CNRI Femmes, 11 janvier 2017
Le procureur du tribunal de la culture et des médias de Téhéran a prononcé une peine d'emprisonnement d'un mois à l’égard de Massoumeh Zia. Elle est incarcérée à la prison d'Evine. 
Selon sa famille, la police n’a pas donné la raison de son arrestation et de sa détention. La défenseure des droits civiques avait déjà été condamnée à un an de prison et 74 coups de fouet le 7 février 2016. 
Elle a été arrêtée à l'aéroport le 6 janvier 2017, à son retour en Iran après une visite familiale à l'étranger.


Allamolhoda : «Les femmes sont des usines à fabriquer des humains ! »
Site web Damadam/CSDHI, 12 janvier 2017
Dans le deuxième sermon des prières du vendredi, l’ecclésiastique, Ahmad Allamolhoda, a déclaré : « Les femmes sont des usines humaines. Une femme est une usine que Dieu a créée pour elle afin de créer des humains et fabriquer des personnes. Lorsque vous tirez une femme hors du centre de la vertu dans la famille et la placez dans l'arène de la luxure, elle ne peut pas augmenter le nombre d’humains et de scientifiques ... elle augmente les gens dévergondées ».
Il a dit que la mixité des hommes et des femmes est la raison qui se cache derrière la corruption dans les familles.
« Dans vos propres familles, les femmes et les hommes se mélangent ce qui s’est malheureusement étendu même dans les familles religieuses. Une sœur (pieuse) avec un hijab révolutionnaire parle avec un homme (qui n’est pas de la même famille qu’elle) comme une sœur parlant à un frère. Ce n'est pas correct », a-t-il ajouté. 


Arfania : « Les discriminations contre les femmes sont inscrites dans la loi »
ILNA/AFIF, 12 janvier 2017
Dans une interview publiée le 12 janvier 2017, Behshid Arfania, membre de l’association des avocats, a expliqué que les discriminations des femmes en Iran sont inscrites dans la loi. Elle a dit :
« De nombreuses lois violent les droits des femmes. La plus importante de ces lois est l'article 1105 du Code civil qui dit que la famille est dirigée par les hommes. »
L’avocate iranienne a ajouté : « En fait, il n’existe aucun respect pour les femmes au sein de la famille ou de la société. Même si elles ont une éducation ou des compétences élevées, elles sont toujours considérées comme des citoyens de deuxième classe. » 


ECPM: FIFA doit sanctionner le football iranien pour les exécutions dans les stades
blog.iranrights.org, 12 janvier 2017
L’association française Ensemble contre la peine de mort (ECPM) a demandé le boycott total du football iranien, en raison des pendaisons effectuées dans des stades en Iran. 
La demande a été envoyée à la FIFA et le secrétaire général de la FIFA a soutenu cette demande.


Une prisonnière obtient sa demande
CNRI Femmes, 12 janvier 2017
Les autorités pénitentiaires en Iran ont cédé à la demande de la prisonnière politique kurde Hadjar Piri et l'ont transférée hors de la section des détenues dangereuses. Hadjar Piri met ainsi fin à la grève de la faim qu'elle avait entamée le 3 janvier 2017.
Agée de 33 ans, elle a été arrêtée en avril 2007 par les services des renseignements à Naghadeh.
Détenue pendant sept mois sous interrogatoires à Naghadeh et Oroumieh, elle a ensuite été éloignée dans le sud, à la prison centrale de Kerman. Elle a été condamnée en octobre 2007, à 17 ans de prison, accusée d’appartenir à des partis kurdes d'opposition.


Une partisane de Taheri arrêtée à l'aéroport international de Téhéran
Campagne Internationale pour les droits de l'Homme en Iran, 13 janvier 2017
Masoumeh (Pegah) Zia, disciple du leader spirituel emprisonné Mohammad-Ali Taheri, a été arrêtée le 6 janvier 2017 à l'aéroport international Imam Khomeiny de Téhéran par une agence de sécurité inconnue après son retour en Iran d'un voyage en Turquie.


Iran : «Après l’accord sur le nucléaire, rien n’a changé pour les droits de l’Homme»
Libération, 13 janvier 2017
« Augmentation du nombre d’exécutions, climat politique tendu, droits des femmes bafoués… L’Iran progresse sur la scène internationale, mais la situation ne s’améliore pas… »


Condamné à mort et à 999 coups de fouet
csdhi.org, 14 janvier 2017
Un double verdict est prononcé contre un condamné à mort à Téhéran. Il s’agit de 999 coups de fouet, donc la mort assurée avant sa pendaison !


Des milliers de personnes ont manifesté devant le parlement du régime en Iran
CNRI, 14 janvier 2017
Le 11 janvier 2017, plus de 2500 retraités dans industries de l’acier ont protesté devant le parlement du régime à Téhéran. Les protestants sont venus de plusieurs provinces pour participer à ce rassemblement. Ils ont déployé une énorme bannière devant le parlement affichant « nous demandons simplement nos droits », « Nous, retraités de l’industrie de l’acier, voulons recevoir nos pensions de l’État. »


Deux femmes arrêtées pour avoir été filmées en moto
Independent, 14 janvier 2017
Deux femmes ont été arrêtées à Dezfoul pour avoir enfreint les «normes et valeurs révolutionnaires» après avoir été filmées en moto en Iran.
Les autorités de la ville de ont déclaré qu'elles avaient «exploité l'occasion» présentée par un manque de police dans un parc national pour commettre un «acte obscène» aggravé par la propagation des images en ligne.
La vidéo montre les femmes, portant des foulards et des vêtements amples, suivies sur une route par un grand groupe de motocyclistes masculins, en criant et en sifflant.


Parlement Européen demande la libération immédiate Arash Sadeghi et Ali Shariati en Iran
PE,15 janvier 2017
Suite aux rapports actuels sur la situation critique d’Arash Sadeghi et d’Ali Shariati, deux défenseurs iraniens des droits de l’Homme en grève de la faim, les députés Européens exigent leur libération immédiate et inconditionnelle. On doit leur permettre de se rendre dans un hôpital et de bénéficier d’un traitement complet…


Sauver le prisonnier politique Ali Moezzi en Iran
CNRI, 15 janvier 2017
Mettant en garde contre un complot visant la vie de M. Ali Moezzi, la Résistance iranienne et les deux filles du
détenu politique appellent les organisations internationales de défense des droits humains, en particulier le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Zeid Raad al-Hussein et le Rapporteur spécial sur les droits de l'Homme en Iran, Asma Jahangir, à prendre des mesures immédiates visant à sauver la vie de ce prisonnier politique.


Un prisonnier se suicide et meurt dans la prison de Rajai Shahr
Hrana.org, 16 janvier 2017
Abuzar Havasizadeh, 28 ans, originaire de Kouhdasht à Lorestan qui purgeait sa peine à vie dans la prison de Rajai Shahr, s'est suicidé et a perdu la vie le 5 décembre avant d'être transféré vers des centres médicaux.
M. Havasizadeh a été accusé, il y a 9 ans, de vol qualifié. Il a d'abord été condamné à mort, mais en appel, sa peine a été commuée à la réclusion criminelle à perpétuité avec une remise de peine.


Des Iraniens participent au téléthon en risquant leurs vies
CNRI, 16 janvier 2017
Des Iraniens à l’intérieur de l’Iran ont pris d’énormes risques en participant au téléthon de Simaye Azadi (IranTV), notamment le risque d’emprisonnement et même d’exécution, et malgré la situation économique intolérable, ils ont appelé sans cesse la chaîne et ont annoncé leurs contributions à cette cause.


Deux étudiants bahaïs expulsés de l'université d'Ispahan et de Shiraz
humanrightsiniran.org, 16 janvier 2017
Maedeh Hosseini Rad et Dorna Ismaieli ont été expulsées de leurs universités à Ispahan et Shiraz à cause de leur foi bahaie.
Dorna Ismaieli fut expulsée de l'Institution d'Enseignement Supérieur à Shiraz au milieu de ses examens.
Maedeh Hosseini Rad a été expulsé de l'Université industrielle d'Ispahan. 



Conférence « IRAN-Quelle politique ? » à l’Assemblée nationale 
AFIF, 17 janvier 2017
A l’invitation du Comité parlementaire pour un Iran démocratique (CPID), une conférence intitulée «Bouleversements au Moyen‐Orient : quelle approche de la France et de l’Europe ?» a eu lieu le mardi 17 janvier à la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale française.

En présence de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, de parlementaires français de tout bord et plusieurs orateurs ont abordé la politique de la France vis-à-vis de l’Iran et ont exposé leur soutien à l’opposition principale au régime des mollahs, que beaucoup ont qualifié de parrain de l’intégrisme islamiste.

La députée Martine Carillon-Couvreur a salué l’action de la Résistance iranienne pour pratiquer l'égalité entre les femmes et les hommes. La députée Brigitte Allain s’est également intervenue au sujet des violations des droits de l’Homme par le régime iranien.


Amnesty International condamne l'utilisation «prolifique» par l'Iran de châtiments corporels
Radio Free Europe, 18 janvier 2017
Un certain nombre de flagellations publiques ont été perpétrées en Iran en 2016, année où Amnesty International a déclaré qu'il y avait "des punitions cruelles" dans la république islamique.
Amnesty International a vivement critiqué l'Iran au sujet de ce qu'il appelait l'utilisation prolifique de châtiments corporels "cruels et inhumains", y compris la flagellation, les amputations et l'aveuglement forcé.


Une femme meure en prison par manque de soins médicaux
humanrightsiniran.org, 18 janvier 2017
Une détenue de la prison pour femmes de Shahre Rey est décédée après avoir souffert d'hypertension artérielle et de ne pas avoir reçu de soins médicaux. Elle a été identifiée comme Shiva Fekri. 


Une tour en feu s'effondre, au moins 70 blessés et de nombreux disparus
Le Parisien, 19 janvier 2017
C'était l'un des premiers immeubles construits à Téhéran dans les années 1960. Alors que des pompiers tentaient d'éteindre un incendie dans ce bâtiment de 15 étages, la tour s'est effondrée, prenant au piège les soldats du feu.
La télévision publique iranienne diffusait en direct les images de l'incendie lorsque les téléspectateurs ont pu voir, stupéfaits, l'immeuble s'effondrer dans un gigantesque nuage de poussière. A la mi-journée, il y avait « 70 blessés, dont 23 hospitalisés », selon le premier bilan a déclaré le chef des services d'urgence. De nombreux pompiers sont toujours portés disparus.
Des photos circulent sur Twitter montrant des hommes du feu pleurant des camarades prisonniers des décombres.


3700 petites mariées de moins de 15 ans dans une province d'Iran l'an passé
ISNA/ Iran Manif, 19 janvier 2017
Le directeur général de l'état-civil de la province d'Azerbaïdjan de l'Est en Iran a déclaré dans une réunion que de mars à décembre derniers, 3700 filles de moins de 15 ans et deux garçons de moins de 15 ans avaient été mariés dans la province.
Selon ce responsable, pour la même période 6.734 divorces avaient été prononcés dans cette province. Environ 50% de ces divorces interviennent dans les cinq premières années de la vie commune. 


Une dizaine de films "féministes" censurés en Iran
CSDHI, 20 janvier 2017
Le ministre iranien de l'Orientation a annoncé que dans une série de films passés au crible, une dizaine de longs métrages au parfum de féminisme ont été passés à la trappe.
Il en a profité pour ajouter que 160.000 comptes d'un réseau social avaient aussi été fermés dans la foulée, vu que "les autorités ont décidé que les internautes ayant des chaînes suivies par plus de 5000 abonnés devaient se déclarer pour obtenir une autorisation de diffuser".
L'agence officielle de presse Tasnim qui a diffusé la nouvelle, précise que parmi les films interdits figure "Canapé", un long métrage où les actrices jouent sans foulard, mais cachent leurs cheveux sous des chapeaux...


Pasdarans arrêtent des militantes à Téhéran
women.ncr-iran.org, 21 janvier 2017
Les agents du Corps des gardiens de la révolution ont arrêté un certain nombre de militantes des droits des femmes à Téhéran le lundi 16 janvier 2017. Les arrestations visent à empêcher leurs rassemblements à Téhéran pour protester contre les récentes attaques à l’acide par les femmes.
Deux des personnes arrêtées sont Zahra Khandan, journaliste et ancienne étudiante militante à l'Université Amir Kabir, et Soha Mortezaii, également étudiante militante. Elles ont toute les deux été arrêtées à leurs domiciles à Téhéran.


Un tribunal iranien a confirmé la peine de cinq ans d'emprisonnement de la mère londonienne
Independent, 22 janvier 2017
Les autorités iraniennes ont annoncé dimanche que Nazanin Zagheri Ratcliff, devait purger cinq ans de prison après avoir été condamnée en septembre dernier pour avoir prétendument comploté pour renverser le gouvernement iranien. Les détails exacts des accusations n'ont pas été rendus publics.
La travailleuse humanitaire basée à Londres, âgée de 37 ans, a été arrêtée par les gardiens de la révolution le 3 avril en Iran alors qu'elle rentrait en Grande-Bretagne avec sa fille Gabriella, âgée de deux ans, après avoir visité sa famille.
Richard Ratcliff a déclaré que la détention de son épouse était motivée par des raisons politiques et qu'elle avait été réaffirmée qu'elle était détenue comme une monnaie d'échange dans une dette d'armement exceptionnelle qui remonte à 40 ans que la Grande-Bretagne refuse de payer.


L'écrivaine qui avait écrit sur la lapidation de nouveau arrêtée
Amnesty International/ hra-news.org, 25 et 26 janvier 2017
En Iran, Golrokh Ebrahimi Iraee, défenseure des droits humains et écrivaine iranienne, condamnée à six ans d'emprisonnement pour avoir écrit une fiction sur la pratique de la lapidation, a été à nouveau arrêtée.
Golrokh Ebrahimi Iraee a été ramenée à la prison d'Evin après avoir été appréhendée par des pasdaran (gardiens de la révolution) alors qu'elle était en route vers l'hôpital pour rendre visite à Arash Sadeghi, son mari. Elle bénéficiait depuis le 3 janvier d'une autorisation temporaire de sortie, dans l'attente du réexamen judiciaire par la Cour suprême en Iran de sa peine d'emprisonnement, imposée pour avoir écrit une fiction non-publiée. Le réexamen judiciaire est retardé délibérément par les pasdaran.
Le prisonnier politique Arash Sadeqi a une nouvelle fois entamé une grève de la faim le dimanche 22 janvier, après que sa femme Golrokh Iraee ait été de nouveau arrêtée.
Il avait précédemment mis fin à sa grève de la faim de 72 jours et a été transporté à l'hôpital avec un délai de quatre jours. 


35% des enfants de Téhéran atteints de problèmes respiratoires
Iran Manif, 26 janvier 2017
Le directeur du centre de recherche immunologique d’Iran a annoncé le 24 janvier qu'à Téhéran 35% des enfants sont atteints de problèmes respiratoires et d'asthme liés à la pollution atmosphérique.
Ses propos, repris par les agences officielles, soulignent que l'asthme, en net progression, touche davantage les enfants que les adultes.
Il a ajouté que l'asthme avait progressé dans 20 grandes villes d'Iran. Il note également que les frais médicaux pour traiter cette maladie ont suivi la même courbe ascendante.
Désormais les maladies respiratoires figurent au nombre des maladies mortelles en Iran.


Sentence de flagellation à l’égard de deux journalistes 
FIJ, 30 janvier 2017
Condamner des journalistes à des peines de flagellation constitue une violation flagrante des droits de l'Homme!
La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a rejoint aujourd'hui sa filiale, l'Association des journalistes iraniens, pour demander l'annulation d'un jugement ordonnant la flagellation de deux journalistes iraniens qui ont été reconnus coupables de "déclaration inexacte". 
Les journalistes iraniens Mustafa Barari et Arash Shoaa, de Guilan Noveen et Guilan No news, ont été condamnés par le tribunal révolutionnaire de Rasht au nord de l'Iran, à la suite de la plainte d'un membre du parlement iranien contre leurs publications.
Les journalistes, accusés de «mensonges» et de «publication sans licence», font maintenant face à 114 et 40 coups de fouet ainsi qu'à 1 million de Rial (près de 30 000 euros) pour l'injure. Ils ont fait appel de ces peines et les deux sites sont toujours contrôlés par les autorités, ont ajouté les médias.


L'Iran classé troisième pays dans la hausse des taux de suicide des femmes
Site officiel Vista, 30 janvier 2017
L’Iran se classe au troisième rang mondial en termes d'augmentation des taux de suicide chez les femmes et est sur le point de dépasser le nombre de suicides chez les hommes ...
Les experts considèrent la dépression comme la principale raison derrière les suicides, mais dans certaines provinces iraniennes, les désaccords familiaux sont la raison principale.


Des parlementaires insiste sur le respect des droits humains en Iran, lors de la visite de Jean-Marc Ayrault à Téhéran
CPID, 31 janvier 2017
A l’occasion de la visite annoncée du Ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et d’une délégation d’entreprises françaises en Iran, le Comité Parlementaire pour un Iran Démocratique composé de plusieurs dizaines de parlementaires français, tient à rappeler sa position sur la question des relations franco-iraniennes.

ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
9 Rue Parrot 75012 Paris – France 
Tél. : (331) 43 65 32 97 
afifem2001@yahoo.fr

Envoyez vos dons 
Par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
23 Rue du Départ 75014 Paris
Ou par virement à
 La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041   Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé : 35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035    BIC : PSSTFRPPRR




JANVIER 2017
88 EXECUTIONS 
Deux femmes, deux juvéniles, un handicapé et sept en public


Le régime iranien a pendu deux prisonniers à Qazvin 
Agence officielle Fars – Qazvin, 2 janvier 2017
Deux hommes ont été exécutés dans la prison de Qazvin. Identifiés étant Majid Z, 34 ans, et Qodrat, 30 ans, ils étaient accusés de trafic de drogue.


Un homme exécuté à Qazvin
Agence officielle Tasnim, 4 janvier 2017
Le procureur de Qazvin a annoncé l’exécution d’un détenu en prison. L’homme était accusé d’avoir tué sa femme en 2012.


Trois prisonniers pendus à la prison de Qezelhesar
hrdai.net, 4 janvier 2017
Le mardi 3 janvier, trois prisonniers ont été pendus dans la prison de Qezelhesar de Karaj. Ils ont été identifiés comme Mehdi Kabousi, 33 ans, Khashayar Behrouzi, 42 ans, et Anoush Hododan, 35 ans.


Un détenu pendu dans la prison de Rasht
humanrightsiniran.org, 6 janvier 2017
Le matin du 4 janvier, au moins un prisonnier a été pendu dans la prison centrale de Rasht pour des accusations liées à la drogue. Il a été identifié comme Mohammad Zebardasht.


Deux exécutions en public
Site Tabnak/Agence de presse de Fars, 8 janvier 2017
Deux hommes ont été exécutés à 7h ce matin sur le pont d'Enqelab à Sar-e Pol-e Zahab. Ils étaient accusés de 
Moharebeh (guerre contre Dieu) pour avoir tué un agent de la force de sécurité de l'État lors d'un vol à main armée.


Un détenu pendu Rajaie Shahr
Agence de presse officielle RAKNA, 14 janvier 2017
Aujourd'hui, à 5 heures du matin, un homme identifié comme Atabak accusé d’homicide a été pendu dans la prison Rajaie-Shahr à Karaj.


26 prisonniers dont deux femmes pendues en Iran
iranhr.net, 14 janvier 2017
Au cours des derniers jours, au moins 26 prisonniers, dont deux femmes, ont été pendus dans les prisons d'Hamedan, Rasht, Sari, Qazvin et Karaj.
Ce 14 janvier, au moins 14 prisonniers ont été pendus pour des accusations liées à la drogue dans la prison centrale de Karaj. Deux femmes ont été pendues avec les 12 hommes. Elles venaient probablement de la prison de Qarchak à Varamin (Shahre Rey), transférés à la prison centrale de Karaj pour exécution. Les identités des deux femmes ne sont pas connues.


11 prisonniers pendus à la prison de Rajaie-Shahr
humanrightsiniran.org, 15 janvier 2017
À l'aube du samedi 14 janvier, onze prisonniers ont été pendus à la prison de Rajaie-Shahr pour des accusations de meurtre et de drogue. Le nombre de prisonniers exécutés avait déjà été annoncé comme quatre personnes. 


Un jeune pendu à Kerman
Asriran, 15 janvier 2017
Selon l’agence Mehr, un jeune de 23 ans prénommé Shamsedine, a été exécuté ce matin dans la prison de Kerman. 


Un homme pendu à Hamedan
humanrightsiniran.org, 15 janvier 2017
Le jeudi 12 janvier, un prisonnier a été pendu dans la prison centrale de Hamedan pour des accusations liées à la drogue. L’homme âgé de 37 ans a été identifié étant Babak Asghari était originaire du Kurdistan. 


Deux trafiquants exécutés à Qazvin
qazvin.farsnews.com, 15 janvier 2017
Akbar K, 63 ans et Morteza H ont été exécutés ce matin dans la prison de Qazvin. Tous les deux étaient accusés de trafic de drogue.


Deux détenus pendus à Kermanshah
humanrightsiniran.org, 16 janvier 2017
Deux prisonniers identifiés comme Seifollah Hosnian de Saqez et Tofiq Bahram Nejad ont été pendus le 14 janvier dans la prison de Dizel-Abad à Kermanshah. Ils ont été pendus pour des accusations liées à la drogue. 


Deux prisonniers pendus à Ispahan
humanrightsiniran.org, 16 janvier 2017
À l'aube du lundi 16 janvier, au moins deux détenus ont été exécutés dans la cour prison de Dastgerd à Ispahan. Hossein Kamar et Seyed Jalaleddin Hosseini étaient accusés de trafic de drogue. 


Pendaison publique d’un détenu à Bektash
Iran Human Rights, 16 janvier 2017
 Un prisonnier a été pendu dans le village de Bektash près de Miandoab, ont rapporté des agences officielles iraniennes. La pendaison publique a eu lieu le matin du lundi 16 janvier.
L'homme a été reconnu coupable d’homicide au cours de l'été 2016. Le site Web "Kurdistan Human Rights Network" a identifié le prisonnier comme Ali Aghayan, 24 ans.


Un prisonnier pendu à la prison de Bandar Abbas
iranhr.net, 18 janvier 2017
Dans la matinée du 17 janvier, Ramezan Yousef Heidari, 36 ans, a été pendu à la prison centrale de Bandar Abbas pour des accusations liées à des drogues.


Quatre prisonniers pendus à la prison de Taibad
rojikurd.net, 19 janvier 2017
Le mercredi 18 janvier, quatre prisonniers accusés de drogues ont été pendus dans la prison de Taibad, dans la province de Korasan Razavi. Deux des détenus étaient des ressortissants afghans. Un des prisonniers a été identifié étant Habib Khazaie. Deux des autres prisonniers étaient originaires de Mashhad.


Un homme pendu à Jiroft
tasnimnews.com, 19 janvier 2017
Un prisonnier fut pendu à l'aube du 18 janvier à la prison de Jiroft. Il a été reconnu coupable de meurtre. Sa peine de rétribution a été exécutée dans l’enceinte de la prison.


L'Iran exécute deux hommes dont un handicapé
Iran Human Rights Monitor, 21 janvier 2017
Le régime des mollahs a pendu deux prisonniers, dont un handicapé, samedi dans la prison centrale d'Oroumieh sur la base des accusations liées à la drogue.
Le détenu paralysé en fauteuil roulant a été identifiés étant Ghabl Ali Bapir. L’autre se nomme Sina Hosseinpour, 22 ans. 


Deux prisonniers pendus à Khoram-Abad
rojikurd.net/hra-news.org, 23 janvier 2017
Le vendredi 20 janvier, deux prisonniers ont été pendus dans la prison de Parsilon, à Khoram-Abad, pour des accusations liées à la drogue. Les détenus exécutés se nomment Jahangir Biranvand et Adel Biranvand. 


Deux détenus pendus à la prison d'Oroumieh
hra-news.org, 23 janvier 2017
Deux prisonniers condamnés pour meurtre ont été exécutés ce matin dans la prison centrale d’Oroumieh. Leurs noms Hamed Hamdollahi et Othman Qavisati.  


Prisonnier pendu après 25 ans de détention
rojikurd.net, 25 janvier 2017
Le matin du mardi 24 janvier, Mohammed Reza Latifi, 50 ans, a été pendu après avoir été maintenu dans un mauvais état de santé pendant 25 ans à la prison de Dastgerd à Ispahan. Selon des sources proches de lui, il se déclarait innocent. 


Au moins quatre prisonniers pendus dans la prison de Qezelhesar à Karaj
 hra-news.org, 25 janvier 2017
À l'aube du 25 janvier, la peine de mort pour au moins quatre prisonniers a été exécutée dans la prison de Qezelhesar à Karaj. Ils ont tous été pendus pour des accusations liées aux drogues. Deux des prisonniers ont été identifiés comme Rahman Norian et Majid Askari.


Deux prisonniers pendus à la prison de Maragheh
humanrightsiniran.org, 25 janvier 2017
Le lundi 23 janvier, deux prisonniers de la prison de Maragheh ont été pendus pour des accusations liées à la drogue. Ils ont été identifiés comme Iraj Ghafouri et Hossein Fatemi. 


Deux détenus pendus à Arak
humanrightsiniran.org, 26 janvier 2017
Seifollah Chezani et Ali-Reza Jalayeri ont été exécutés à l’aube du mercredi 25 janvier dans la prison centrale d’Arak. 


Deux détenus exécutés à Rasht
Iran-hrm.com, 28 janvier 2017
Deux prisonniers ont été pendus le lundi 28 janvier, dans la prison centrale de Rasht, au nord de l'Iran.
Accusés de trafic de drogue, les suppliciés ont été identifiés par leurs initiales « M A», 39 ans et « R Z », 26 ans.


Deux détenus juvéniles exécutés
Iran Human Rights, 28 janvier 2017
Deux jeunes délinquants ont été exécutés.  Arman Bahr Asemani née en 1997 a été pendu dans la prison Shahab de Kerman. Il était âgé de 16 ans au moment des faits. L’autre jeune Hassan Hassanzadeh après deux ans et demi de détention fut exécuté à l’âge de 18 ans dans la prison de Tabriz.


Deux pendaisons publiques à Bandar Abbas
iribnews.ir, 29 janvier 2017
Deux jeunes de 22 et 26 ans ont été pendus à Bandar-Abbas. Les deux condamnés étaient accusés d’enlèvement et de viol. 


Deux prisonniers pendus en public à Mashhad
dolatebahar.com/jamnews.ir, 29 janvier 2017
Ce matin, la condamnation à mort de deux personnes a été publiquement menée dans la région d'Ismael-Abad, à Mashhad, pour avoir fait la guerre contre Dieu en créant de la terreur et en commettant des vols à main armée. 


Deux prisonniers pendus à Rasht
Agence officielle Tasnim, 29 janvier 2017)
Deux trafiquants de stupéfiants ont été exécutés dans la prison centrale de Rasht. «Un de ces hommes avait 39 ans et l’autre était âgé de 26 ans», a-t-il ajouté. 


Un prisonnier pendu à Hamedan
iranhr.net, 30 janvier 2017
Dans la matinée du samedi 30 janvier, un prisonnier a été exécuté à la prison centrale de Hamedan pour des accusations liées à la drogue. Il a été identifié étant Hashem Qareh Qazlou, 36 ans.

Libellés : , , , ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte