05 février 2018

AFIF INFOS Janvier 2018

AFIF INFOS
Janvier 2018
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
afifem2001@yahoo.fr
https://twitter.com/femmiran


17 exécutions en Janvier 2018 en Iran
2 en public et 3 mineurs au moment du fait, dont une jeune mariée

Protestation massive contre le régime en Iran


     Une imposante protestation populaire contre la vie chère et la politique du gouvernement a débuté le 28 décembre 2017 à Machhad (nord-est), la deuxième ville la plus peuplée de l’Iran. 
En l’espace de quelques heures, le mouvement s’est propagé dans d’autres grandes et petites villes à travers pays. Les premiers slogans contre l’augmentation des prix ont très vite pris un caractère politique pour ensuite rejeter le régime des mollahs dans son ensemble, voire le Guide suprême Ali Khamenei.

  
  Inédite depuis 2009, la protestation qui en espace de quelques jours a gagné plus de 142 villes de 31 provinces, a secoué la théocratie en place par son ampleur, sa propagation rapide et les revendications radicales de changement. Les arrestations massives de jeunes dans différentes villes, déclenchées depuis le début du soulèvement populaire, se sont poursuivies avec brutalité.

Selon les rapports obtenus d’Iran, notamment au sein du régime, le nombre d’arrestations s’élèverait à 8000 dont 3700 la première semaine, selon le député de Téhéran, Mahmoud Sadeghi, (asriran.com, 9 janvier 2018). 
  Au total plus de 50 morts, suivies de plusieurs morts suspectes des personnes en détention que les autorités ont déclarées comme suicides.
Plus de 1 000 personnes ont été arrêtées dans la province du Khouzistan et 400 femmes font partie des détenus (Radio Zamaneh, 8 janvier 2018)

     D’après les médias et défenseurs des droits humains, parmi des manifestants tués, au moins dix jeunes sont décédés sous la torture dans les centres de détention


La maison Blanche se positionne aux côtés des Iraniens
The White House of America, 30 décembre 2017
Sarah Sanders, attachée de presse de la Maison Blanche a retweeté Donald J. Trump :
" Les régimes oppressifs ne peuvent pas durer éternellement et le jour viendra où le peuple iranien devra faire un choix. Le monde regarde ! "
"Les jours de l'Amérique détournant les yeux de l'oppression du régime iranien sont terminés. L'Amérique se tient au côté du peuple iranien", a ajouté Sarah Sanders.

L’Allemagne appelle au calme en Iran et appelle fermement au respect du droit de manifester
Reuters – Berlin, 1er janvier 2018 
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, s'est dit préoccupé lundi par la mort de manifestants en Iran et il a appelé le 
"Les autorités iraniennes devraient s'abstenir d'utiliser une force excessive, enquêter sur les morts au cours des manifestations actuelles à travers le pays, et supprimer les restrictions arbitraires sur l'accès à Internet… 

Iran - Diplomatie française 
Extraits du point de presse quotidien, 2 janvier 2018
https://goo.gl/vsb95A
- " Les autorités françaises suivent de près la situation en Iran. Faire une démonstration librement est un droit fondamental. Il en va de même pour la libre circulation de l'information. La France exprime son inquiétude face au grand nombre de victimes et d'arrestations. Ces questions, et plus généralement les droits de l'Homme, seront au centre de nos discussions avec les autorités iraniennes dans les semaines à venir. "

- " Comme le ministre des Affaires étrangères l'a dit à plusieurs reprises, la France est favorable à un dialogue régulier, direct et rigoureux avec l'Iran. Ce dialogue inclut la question des droits de l'Homme. "

90% des manifestants détenus ont moins de 25 ans 
Site Web officiel RONKA, 1er janvier 2018
Le responsable de sécurité au ministère de l'Intérieur a déclaré que plus de 90% des personnes arrêtées sur les lieux des troubles étaient des jeunes et des adolescents, et que leur âge moyen était inférieur à 25 ans.
"La plupart d'entre eux n'ont jamais été arrêtés", a ajouté Hossein Zolfaghari. 

Enfant parmi les morts à Dorud
Agence de presse officielle ISNA, 1er janvier 2018
Nemati, gouverneur de Doroud, a déclaré que le premier jour de la tourmente, deux personnes ont été tuées et six autres blessées. "Une personne d'âge moyen et un garçon âgé de 12 à 15 ans sont morts après avoir été écrasés par un camion de pompiers", a-t-il ajouté. 

Deux manifestants tués à Izeh
Site Web officiel jahannews.com, 1er janvier 2018
Le député d'Izeh au Majlis a déclaré que deux personnes sont mortes dans cette ville. "Les habitants de la ville d'Izeh, comme d'autres villes iraniennes, se sont rassemblés pour protester contre les problèmes économiques qui ont malheureusement entraîné la mort de deux personnes et blessé d'autres dans la ville", a déclaré Hedayatollah Khademi. 

Les regrets de l'ONU pour des pertes de vie au milieu des manifestations iraniennes
ONU, 2 janvier 2018
https://goo.gl/ngme9P
Les Nations Unies déplorent les pertes en vies humaines lors des protestations en Iran et espèrent que d'autres violences seront évitées, a déclaré mardi à la presse Farhan Haq, porte-parole adjoint d'António Guterres, à New York. "Le secrétaire général a suivi attentivement les informations faisant état de manifestations dans un certain nombre de villes en Iran…  Nous espérons que les droits de réunion pacifique et d'expression du peuple iranien seront respectés".

Iran : Enquêter sur les meurtres de manifestants
Stopper l'usage de la force excessive contre les manifestants
HRW, 2 janvier 2018
https://goo.gl/TU2W8B
"Les autorités iraniennes devraient s'abstenir d'utiliser une force excessive, enquêter sur les morts au cours des manifestations actuelles à travers le pays, et supprimer les restrictions arbitraires sur l'accès à Internet… "

HCHR exhorte les autorités iraniennes à désamorcer les tensions et à enquêter sur les morts de protestation
ONU- Genève, 3 janvier 2018
https://goo.gl/Yfzd1f
Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté mercredi les autorités iraniennes "à gérer avec attention la vague de protestations qui a eu lieu dans le pays afin de ne pas aggraver la situation en violences et troubles, et d'enquêter sur tous les décès et les blessures graves qui ont eu lieu jusqu'à présent. "
"Je suis profondément troublé par les informations selon lesquelles plus de 20 personnes, dont un garçon de 11 ans, sont mortes et des centaines ont été arrêtées lors de la récente vague de manifestations en Iran", a déclaré Zeid…
"Les manifestations pacifiques ne doivent pas être criminalisées… Ils sont une partie légitime du processus démocratique", a-t-il poursuivi.

La liberté d’information victime de la répression du mouvement de protestation en Iran 
RSF, 3 janvier 2018
https://goo.gl/a8dbxh
Arrestation d’une dizaine de journalistes-citoyens, restriction des accès aux réseaux sociaux… confronté depuis plusieurs jours à une nouvelle vague de contestation à travers tout le pays, le régime iranien a opté de réprimer les journalistes-citoyens et de censurer l’information…
Malgré l’engagement du président Hassan Rohani pendant la campagne électorale en faveur de davantage de liberté, le gouvernement iranien multiplie les rafles et les arrestations ciblées afin d’identifier et de neutraliser les réseaux de dissidents mais aussi d’intimider les journalistes...
L’Iran se trouve à la 165e position sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2017 de Reporters sans frontières.

Le gouvernement doit respecter les droits humains et gérer les manifestations nationales avec plus de sérénité
Fidh - Paris, 3 janvier 2018
https://goo.gl/EZWszY
« Le gouvernement iranien doit libérer immédiatement et sans condition tous les individus détenus suite aux récentes protestations nationales et ouvrir des enquêtes impartiales et indépendantes sur tous les décès ayant eu lieu durant les manifestations, ont déclaré aujourd’hui la FIDH et son organisation membre, la League for the Defence of Human Rights in Iran (LDDHI). « Plutôt que de répondre aux réclamations légitimes de son peuple, le gouvernement iranien a une fois de plus réagi de façon disproportionnée aux manifestations. La communauté internationale devrait exhorter le gouvernement iranien à respecter les normes internationales et à s’acquitter de ses obligations en vertu des traités des droits humains dont l’Iran est signataire pour faire face aux manifestations » a affirmé le président d’honneur de la FIDH et président de la LDDHI, Karim Lahidji.. »

Déclaration du Canada sur les manifestations actuelles en Iran
Affaires mondiales Canada, 3 janvier 2018
https://goo.gl/Hc8ctL
«Le Canada est profondément troublé par les récents rapports faisant état de décès et de détentions de manifestants en Iran. Le peuple iranien a le droit de se rassembler et de s’exprimer librement, sans devoir subir de la violence ou risquer l’emprisonnement.
« Comme nous l’avons dit la semaine dernière, le Canada est encouragé de voir le peuple iranien exercer bravement son droit fondamental de manifester pacifiquement. Nous demandons aux autorités iraniennes de respecter et de protéger les droits démocratiques et les droits de la personne, qui sont trop souvent bafoués. « Nous restons préoccupés par le bien-être des manifestants et continuerons de surveiller de près les manifestations. »

Il faut mettre fin à la répression impitoyable et enquêter sur les morts des manifestants
Amnesty International, 4 janvier 2018
https://goo.gl/jqtUyE
« Les autorités iraniennes doivent garantir le droit de manifester pacifiquement, enquêter sur les informations indiquant que les forces de sécurité ont utilisé illégalement des armes à feu contre des manifestants non armés et protéger les centaines de détenus de la torture et des autres mauvais traitements
« Les responsables de l’application des lois ont le droit de se défendre et le devoir de préserver la sécurité de la population. Cependant, les informations faisant état de l’utilisation par les forces de sécurité d’armes à feu contre des manifestants non armés sont très inquiétantes et cette utilisation serait contraire aux obligations de l’Iran au titre du droit international », a déclaré Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.
« Le gouvernement iranien doit ouvrir sans délai une enquête efficace et indépendante sur les homicides et les autres allégations de recours à une force excessive ou injustifiée, et traduire en justice les responsables présumés de violations des droits humains. »

Un jeune délinquant, Amir Hossein Pourjafar, exécuté aujourd'hui 
Fars News /iranhr.net, 4 janvier 2018
https://goo.gl/FTNmqu
Amir Hossein Pourjafar, accusé de viol d’une jeune fille et de meurtre alors qu'il avait moins de 16 ans, a été exécuté aujourd'hui à la prison de Rajai Shahr. Ceci en dépit du fait que les lois internationales interdisent strictement l'exécution des délinquants mineurs.
L'exécution de cet enfant délinquant est une violation de la Convention relative aux droits de l'enfant que l'Iran a ratifiée. Iran Human Rights (IHR) exhorte la communauté internationale à condamner cette exécution.
Iran Human Rights (IHR) a signalé l'exécution de cinq délinquants juvéniles en Iran en 2017.

Plus de 2 000 personnes arrêtées entre 28 décembre et 4 janvier 
Radio Zamaneh, 6 janvier 2018
Des groupes de défense des droits de l'Homme ont fourni diverses statistiques sur les arrestations lors des récentes manifestations nationales selon lesquelles, plus de 2 000 personnes ont été arrêtées entre le 28 décembre 2017 et le 4 janvier 2018. Les manifestations de rue se sont étendues à 72 villes, provoquant la mort de 21 à 24 manifestants. Un site affilié à des groupes de défense des droits humains en Iran a signalé l'arrestation de 2 094 personnes jusqu'à présent.

Près de 19 000 accidents du travail et plus de 1000 morts en 8 mois en Iran
isfahan.iribnews.ir, 6 janvier 2018
Les relations publiques et les affaires internationales de l'Organisation de médecine légale ont annoncé qu'en huit mois, 18 777 personnes ont été blessées dans des accidents de travail, dont 17 863 hommes et 914 femmes.
Au cours des huit premiers mois de l'année (iranienne), 1 137 personnes ont perdu la vie dans des accidents de travail. Ce chiffre a augmenté de 1,3% par rapport à la même période l'an passé. Sur l'ensemble des victimes dans le pays, 1 129 personnes étaient des hommes et huit étaient des femmes.

Mineurs parmi les manifestants détenus à Ardebil
Agence de presse officielle Tasnim, 7 janvier 2018
Le procureur d'Ardebil, Nasser Atabati, a déclaré que lors d'un sit-in samedi, un certain nombre de personnes ont été arrêtées en raison des slogans qu'elles scandaient et "des actions criminelles".
"Parmi les 41 individus arrêtés dont quatre cybercriminels, qui ont provoqué des gens à prendre part aux émeutes, six personnes avaient moins de 18 ans", a ajouté le procureur d'Ardebil.

Manifestants d'Izeh détenus entre 16 et 24 ans
Agence de presse officielle ILNA- ilna.ir, 7 janvier 2018
Le député de la ville d'Izeh a déclaré que les personnes arrêtées lors des rassemblements dans cette ville étaient pour la plupart des adolescents et des jeunes âgés de 16 à 24 ans. "Beaucoup de jeunes sont sans emploi à Izeh", a-t-il ajouté.

Les étudiants représentent le plus grand nombre d’arrestations en Iran, lors des manifestations
Selon un rapport classifié obtenu à l'intérieur du régime, 35 % des personnes récemment arrêtées pendant la manifestation en Iran sont des étudiants.

Sept femmes arrêtées lors des manifestations de Saqez
hra-news.org, 7 janvier 2018
Onze manifestants ont été transférés à la prison de Saqez le 7 janvier, après les interrogatoires par les forces de sécurité de l'État. Des témoins oculaires ont déclaré qu'au moins sept des détenus étaient des femmes.

Plus de 400 femmes détenues par les forces de sécurité dans le sud de l'Iran
Radio Zamaneh, 8 janvier 2018
Plus de 1 000 personnes ont été détenues dans la province du Khouzestan. Seulement dans la ville d'Izeh, dans certains cas, tous les membres d'une famille ont été arrêtés. Selon les rapports, 400 femmes sont parmi les détenus. Un témoin oculaire a également signalé qu'un détenu à Izeh avait dit à sa famille qu'on ne lui avait rien donné à manger pendant quatre jours sauf de l'eau.

Une étudiante battue en détention
hengaw.net, 8 janvier 2018 
Touran Mehraban, étudiante à l'université de Nazlou à Oroumieh, a été arrêtée le lundi 1er janvier pour avoir participé aux rassemblements de protestation dans cette ville. Un membre de sa famille a fait savoir qu'elle avait été battue par des agents pendant sa détention.

Préoccupations concernant l'état des élèves détenus, en particulier les filles
Site Web officiel Khabar Online, 9 janvier 2018
Bahram Parsaïe, le porte-parole de la fraction des droits civils au Majlis, a fait part de la demande de cette fraction de visiter la prison d'Evin. Le député de Damavand et de Firouzkoh, Qasem Mirzaie-Niko, a également souligné que les étudiantes étaient toujours en détention et que cette question est devenue très préoccupante.

Manifestants décédés en détention en Iran, le régime parle de "suicide ! "
AI, 10 janvier/hengaw.net, 14 janvier/irankargar.com, 17 janvier 2018
Plusieurs manifestants sont tués dans des prisons et des centres de détention en Iran. Ils ont été identifiés étant :
Sina Ghanbari 23 ans, décédé à la sinistre prison d'Evin à Téhéran
Vahid Heydari à Arak et Mohsen Adeli à Dezfoul
Nematollah Shafiei, 40 ans, succombé le 2 janvier à Qahderijan
Kianoush Zandi, Sarou Ghahreman, Mohammad Nassiri, Aria Roozbehi
Seyed Shahab Abtahi, 20 ans, son corps a été laissé à l’extérieur de sa maison à Arak, après 10 jours avec des ecchymoses apparentes sur tout son corps.
Gholam-Reza Mohammadi, un jeune athlète arrêté le 2 janvier, Les agents du régime ont déclaré honteusement que c’est le « manque de drogue » qui est la cause de son décès.
Ali Pouladi, 26 ans, arrêté à Chalous.

35 jeunes arrêtés pour avoir bu et dansé à Varamin
CSDHI, 10 janvier 2018
L'agence de presse officielle Mehr a cité le chef de la police de l'est de Téhéran, le 28 décembre 2017, affirmant que 35 fêtards avaient été arrêtés au sein d’un groupe mixte à Varamin, à l'ouest de Téhéran, en Iran, pour avoir dansé et bu.

Dix quotidiens locaux interdits à Kermanchah
hra-news.org, 11 janvier 2018
Bien que plus de 100 médias aient été enregistrés dans les provinces kurdes d'Iran, seuls ceux qui sont affiliés au ministère de l'Intérieur, aux gouverneurs de province et aux autres agences gouvernementales continuent à fonctionner. Selon les rapports, dix journaux locaux ont récemment été interdits dans la province de Kermanchah.

Un homme pendu publiquement à Salmas
Site Web officiel Rokna (rokna.net), 11 janvier 2018 Un homme a été pendu en public pour meurtre ce matin à Salmas. L'homme a été condamné à cinq chefs de rétribution publique (exécution), 148 coups de fouet et 14 ans de prison. Il a été identifié comme Hossein, âgé de 39 ans.

Le procureur de Téhéran défend la censure sur internet
csdhi.org, 12 janvier 2018
Le procureur de Téhéran, Jafari Dolatabadi, a déclaré que l'utilisation du cyberespace, y compris Twitter, Telegram et certains sites Web dissidents, était la principale source des émeutes dans le pays.

Huit exécutions après les grandes manifestations
HRANA, 14 janvier 2018
Suite aux protestations populaires contre le régime et dans le but d’intimider davantage la population, les autorités ont exécuté huit jeunes détenus entre le 1er et le 11 janvier. Deux prisonniers ont été pendus le 11 janvier en public à Salmas et à Qazvin. Le prisonnier exécuté à Salmas souffrait de troubles mentaux, le jeune homme exécuté dans la prison de Qazvin attendait dans le couloir de la mort depuis huit ans.

Des femmes arrêtées à Ispahan pour avoir brandi des pancartes
Site officiel jahannews.com, 16 janvier 2018
Un certain nombre de personnes qui ont brandi des pancartes dans diverses zones d'Ispahan et qui ont pris des mesures illégales du 6 au 12 janvier ont été identifiées et arrêtées avec des mandats d'arrêt.
À cet égard, quatre femmes qui avaient commis des bris de structure ont été identifiées par l'appareil de sécurité et arrêtées.  

Révélation d’un député de Téhéran
Radio Farda, 16 janvier 2018
Mahmoud Sadeghi, député de Téhéran au Majlis a révélé sur son compte twitter : « Selon les proches d’un des détenus décédés en prison, il a déclaré  dans plusieurs appels avec sa famille que les autorités l’avaient obligé ainsi que d’autres détenus à prendre des pilules qui les rendaient malades ».

Amputation de la main d’un voleur à Machhad
Quotidien Khorasan/ Amnesty International, 18 janvier 2018
https://goo.gl/XQsQmX
Amnesty International est scandalisée par les informations selon lesquelles un homme reconnu coupable de vol a été amputé d’une main. L'amputation, effectuée à l'aide d'une guillotine, s'est déroulée le 17 janvier à la prison centrale de la ville de Meched, dans la province du Khorasan-e Razavi. D'après le Khorasan News, cet homme de 34 ans, identifié par ses initiales A. Kh., a été transféré dans un centre médical tout de suite après avoir subi le châtiment, un acte d’une grande cruauté. Il a été condamné à être amputé de la main il y a six ans pour vol de bétail et d'autres biens de valeur dans plusieurs villages de la province.

Une étudiante tuée lors des manifestations
samuelkub.blogspot.fr, 19 janvier 2018
Élève ingénieure Maryam (Forouzan) Jafarpour, âgée de 27 ans a été arrêtée lors du récent soulèvement en Iran. Elle a perdu la vie sous torture des agents de Renseignement. Son père annonce que son corps après une autopsie a été livré à sa famille.

L’étudiante bahaïe expulsée de l'université de Kashan
persian.iranhumanrights.org, 20 janvier 2018
Neda Eshraghi-Broujni, étudiante en informatique à l'université de Kashan, a été expulsée de l'université pour avoir la confession bahaïe. Après avoir retiré sa carte d'étudiant, les autorités de l'université lui ont également refusé l'accès au site Web de l'université et lui ont interdit d'entrer dans le dortoir. Selon une source informée, sa sœur, Mana Eshraghi Broujni, a également été interdite d'inscription à l'université.

Une militante civile arrêtée à Téhéran
HRANA, 21 janvier 2018
L’activiste civile, Sepideh Farahabadi a été arrêtée le 2 janvier 2018 lors des récentes émeutes sur la place Enghelab à Téhéran par les forces de sécurité et transférée vers un lieu inconnu.
Selon toutes récentes informations, elle se trouve dans la prison d'Evin à Téhéran, mais les autorités judiciaires refusent de libérer cette manifestante.

Des enfants travailleurs sont détenus pour avoir vendu des bonbons
IranHRM, 24 janvier 2018
https://goo.gl/xRqv3p
Un certain nombre d'images montrant plusieurs enfants travailleurs détenus pour vente de bonbons qui a été publié par le site de relations publiques de la municipalité de Borujerd le 22 janvier 2018, a eu de nombreuses réactions en Iran.
Le nombre d'enfants travailleurs est en augmentation selon les agences de presse de l'État en Iran. Quelque 10 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue et cela contribue à l'augmentation quotidienne du nombre d'enfants travailleurs.
Les mêmes sources indiquent que 60% des Iraniens ont des revenus inférieurs au minimum dont une famille a besoin pour répondre aux besoins de ses enfants. C'est alors que l'Iran est l'un des pays les plus riches du monde avec des ressources naturelles telles que le pétrole.

Groupe UEL sur la situation des droits de l'Homme en Iran
Unified European Left Group, 24 janvier 2018
https://goo.gl/o6KVPp
Mercredi 24 janvier 2018, le Groupe pour la gauche unitaire européenne à l'APCE a invité la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Mme Maryam Radjavi, à prendre la parole à la réunion du groupe sur la situation des droits de l'Homme en L'Iran et les récentes manifestations à l'échelle nationale dans le pays.
Plus de 8000 manifestants ont été arrêtés et au moins 50 ont été tués, dont huit sous la torture dans les prisons iraniennes depuis le début des manifestations, le 28 décembre 2017, selon Mme Radjavi. Elle a également présenté sa plate-forme démocratique de 10 points pour le futur Iran.
L'UEL condamne la répression et les arrestations massives par les autorités, qui empêchent le peuple iranien d'exercer son droit de manifester. L'UEL appelle les membres de l'APCE à agir pour la libération immédiate des personnes arrêtées et à enquêter sur la mort des manifestants.

Le voile obligatoire est abusif, discriminatoire et humiliant ; Il faut mettre fin à la persécution des femmes qui proteste pacifiquement contre le voile
Amnesty International, 24 janvier 2018
https://goo.gl/GvRX7M
Les autorités iraniennes doivent libérer immédiatement et sans condition une femme arrêtée le 27 décembre 2017 à Téhéran pour s'être engagée dans une manifestation pacifique contre le voile obligatoire (hijab), a déclaré Amnesty International aujourd'hui.
L'organisation a de nouveau appelé les autorités iraniennes à mettre fin à la persécution des femmes qui dénoncent le voile obligatoire et à abolir cette pratique discriminatoire et humiliante. Cette pratique a violé les droits des femmes en Iran pendant des décennies, notamment leurs droits à la non-discrimination, à la liberté de croyance et de religion, à la liberté d'expression et à la protection contre les arrestations et détentions arbitraires.

Deux détenues politiques battues et expulsées vers la sinistre prison de Qarchak
Radio Zamaneh/women.ncri.org, 25 janvier 2018
Deux prisonnières politiques d'Evin - Atena Daemi et Golrokh Iraee - ont été battues et expulsées vers la tristement célèbre prison pour femmes de Qarchak, à Varamin, dans la province de Téhéran.
Convoquées pour la cinquième au tribunal, elles ont refusé de comparaître, protestant contre la légitimité de l'affaire et du tribunal.
Emmenées à la salle 2A d'Evin pour être interrogées, elles ont été violemment battues et expulsées d’Evin le 24 janvier 2018 vers Qarchak.
La prison de Qarchak est un centre de détention notoire pour les femmes criminelles ordinaires et dangereuses où les conditions de vie sont cruellement au-dessous de la norme. Les prisonnières politiques sont transférées à Qarchak pour subir des tortures physiques et psychologiques.
 Atena Daemi et Golrokh Iraee purgeaient respectivement leur peine de prison de sept et six ans.

Les autorités exécutent l'homme dans des circonstances exceptionnellement cruelles
Amnesty International, 30 janvier 2018
https://goo.gl/SjircU
Amnesty International est indignée par les informations selon lesquelles les autorités iraniennes auraient exécuté un jeune homme reconnu coupable de meurtre et qui n'avait que 15 ans au moment du crime.
L'organisation a appris que Ali Kazemi, 22 ans, a été pendu aujourd'hui dans une prison de la province de Boushehr. Son exécution a été programmée et exécutée sans aucun préavis donné à l'avocat d'Ali Kazemi comme requis par la loi iranienne...
En effectuant cette exécution illégale, l'Iran déclare en fait qu'il veut maintenir le statut honteux du pays comme l'un des principaux exécuteurs du monde de ceux qui étaient des enfants au moment de leur crime.

Trois mineurs délinquants pendus en Iran, y compris une jeune mariée
IranHRM, 3 février 2018
https://goo.gl/qr7Yhz
La tombe de Mahboubeh Mofidi
Le pouvoir judiciaire de la République islamique d'Iran a pendu deux mineurs délinquants en une journée le mardi 30 janvier. La dernière mineure à être pendue a été identifiée comme étant Mahboubeh Mofidi.
Elle a été pendue à la prison de Noshahr pour avoir tué son mari à l'âge de 17 ans.
C'est la troisième exécution d'un mineur en un mois en Iran. Auparavant, il y avait des rapports sur l'exécution d'Ali Kazemi et Amir Hossein Pourjafar qui avaient 15 et 16 ans quand ils ont commis un meurtre. L'exécution de Mahboubeh et Ali n'a pas été publiée par les médias de l’Etat.
Il y a au moins 80 mineurs délinquants en Iran qui ont été condamnés à mort.