Situation des Femmes en Iran

Public

21 janvier 2005

Trois meurtriers, dont un mineur au moment des faits, pendus en Iran

TEHERAN, 20 jan (AFP) - Trois Iraniens reconnus coupables de meurtre, dont un qui était mineur au moment des faits, ont été pendus en prison en présence des familles de leurs victimes, a rapporté jeudi le quotidien Shargh.
Selon le journal, qui cite un rapport de police, Iman Farokhi était un mineur de 17 ans en 2000 quand il a poignardé mortellement un soldat dans les montagnes du nord de Téhéran lors d'une dispute à propos d'une jeune fille.

Il a été exécuté mercredi matin à la prison d'Evine, dans le nord de Téhéran, tout comme Valiollah Zareian et Davoud Bagheri, sur lesquels Shargh n'a pas fourni plus de précisions.

Selon un décompte tenu à partir des informations de la presse, quatre personnes ont ainsi été exécutées en Iran depuis le début de l'année. Mais Iman Farokhi serait le premier mineur au moment des faits.

Face aux critiques, le porte-parole de la justice, Jamal Karimi-Rad, a pourtant assuré le 11 janvier qu'il n'y avait pas d'exécution de mineurs en Iran.
La justice ultraconservatrice dit aussi avoir remis au gouvernement un projet de loi interdisant la peine de mort et la flagellation des accusés mineurs au moment des faits.
Les exécutions de mineurs en Iran alarment une partie de la communauté internationale, l'Union européenne par exemple. Dans une résolution adoptée le 28 octobre, le parlement européen écrivait que 25 mineurs avaient été condamnés à mort "au cours de la seule année écoulée".
La justice a ordonné de surseoir au dernier moment à l'exécution de deux pirates de l'air, Shahram et Farhang Pourmansouri, qui avaient respectivement environ 17 ans et un peu moins de 18 ans au moment des faits et qui devaient être pendus mercredi dernier.
L'Union européenne a obtenu de la République islamique qu'elle suspende la lapidation depuis fin 2002. Aucun cas n'a été rapporté depuis lors et la justice a suspendu l'application de plusieurs peines de lapidation au cours des derniers mois.
Selon un décompte de l'AFP à partir des médias, 97 personnes au moins ont été exécutées en Iran l'année passée.

En 2003 et 2002, il y avait eu respectivement 108 et 113 exécutions, selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International.
Le meurtre, l'attaque à main armée, le viol, l'apostasie et le trafic de drogue, à partir de plus de 5 kg d'opium saisis, sont punis de mort en Iran.

csdhi

Les Iraniennes en révolte