06 mai 2022

AFIF INFOS - Avril 2022

                                     Bulletin mensuel d’informations sur les droits de l’Homme en Iran 
ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE 



Rapport annuel 2021 sur la peine de mort en Iran 
Préface par Mohammad Rasoulof, cinéaste indépendant primé
« Les meurtres organisés et légalisés sont une description appropriée de la peine de mort en Iran. En s’appuyant sur des lois fondées sur la religion, le pouvoir politique en place a d’abord présenté la peine de mort comme nécessaire, justifiée et finalement, normalisée. Une société régulièrement exposée à une telle violence organisée a accepté la peine de mort comme une solution légale, qui est ensuite devenue un outil de répression aux mains du gouvernement…»

Dans les prisons des femmes en Iran
Saada Khadirzadeh enceinte, fait une grève de la faim
AFIF, 29 avril 2022
La prisonnière politique kurde, détenue arbitrairement dans le quartier des femmes de la prison centrale d'Oroumieh est dans son 8ème mois de grossesse et souffre de maladies cardiaques et rénales. Elle a été privée de visites de sa famille ou de l’accès à un avocat tout au long de sa détention.
Saada a entamé une grève de la faim depuis le 26 avril 2022 pour protester contre 7 mois de détention temporaire au statut incertain.  Dans un fichier audio depuis sa cellule, elle appelle au soutien.

Leila Chegini torturée et battue à la prison de Noshahr 
women.ncr-iran.org, 28 avril 2022
La prisonnière politique Leila Chegini, 43 ans et mère de deux enfants a été arrêté à son domicile de Karaj le 16 mars 2022 par des agents des services de renseignement sous  
l’accusation de la propagande contre l’État. Interrogée pendant 20 jours, elle a été placée en détention provisoire à la prison de Noshahr. Torturée alors qu’elle était malade, elle n’a pas accès aux médicaments et aux soins médicaux nécessaires.
Ces derniers jours, plusieurs prisonnières chargées et payées par la direction de la prison l’ont attaqué et sévèrement battu et blessée à l’œil, au visage et au dos pour qu’elle fasse de faux aveux contre elle-même.
Après 20 jours de détention, Leila Chegini était censée être jugée sans qu’une date ne soit précisée. Elle se voit également refuser l’accès à un avocat de son choix.

Nooshin Keshavarznia arrêtée à Téhéran
HRANA, 27 avril 2022 
Les forces de sécurité ont arrêté lundi 25 avril 2022 à Téhéran la militante des droits des femmes et chercheuse sociale Nooshin Keshavarznia et l'ont transférée dans un lieu non identifié. 
Avant son arrestation, elle avait été convoquée par une institution de sécurité inconnue. Les raisons de cette arrestation et le lieu où elle se trouve sont toujours inconnus.
Ces dernières années, Nooshin Keshavarznia, s'est concentrée sur les questions liées au harcèlement et à la violence contre les femmes.

Asal Mohammadi condamnée à plus d’un an de prison 
women.ncr-iran.org, 27 avril 2022
La 36e branche de la Cour d’appel de Téhéran a confirmé la condamnation de la militante ouvrière Asal Mohammadi à un an et huit mois de prison et à deux ans de privation d’appartenance à des groupes politiques et sociaux. Elle est accusée de propagande contre l’État et l’assemblée et de collusion contre la sécurité nationale.
Elle avait été brutalisée et arrêtée le 6 novembre 2021, et les forces de sécurité ont fouillé son domicile. 

Iran : deux étudiants condamnés à 16 ans de prison chacun
HRANA, 25 avril 2022
Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné deux étudiants iraniens détenus, Ali Younesi et Amir Hossein Moradi, à un total de 32 ans de prison.
Plus tôt, l'avocat Mostafa Nili a informé le public de la tenue de la dernière session du tribunal pour Younesi et Moradi le 17 avril 2022. Les deux ont été accusés de "propagation de la corruption sur terre, rassemblement et collusion contre le régime, et propagande contre la République islamique".
Le 10 avril 2020, les forces de sécurité ont arrêté les deux étudiants de manière violente et sans présenter de mandat d'arrêt, les envoyant dans le quartier 209 de la prison d'Evin.
Le 5 mai 2020, le porte-parole du pouvoir judiciaire a accusé Younesi et Moradi de collaborer avec l'Organisation des moudjahidines du peuple d'Iran". Cependant, dans un enregistrement vidéo circulant sur les médias sociaux, Ayda Younesi, la sœur d'Ali Younesi, a démenti une telle accusation. En septembre 2020, elle a révélé que son frère avait subi des pressions pour faire des aveux à la télévision. En novembre de la même année, Ali Younsei a contracté le Covid-19 en prison.
Amir Hossein Moradi est le lauréat de la médaille d'argent des Olympiades nationales d'astronomie en 2017. Ali Younesi est le lauréat de la médaille d'argent des Olympiades nationales d'astronomie de 2016 et de la médaille d'or des Olympiades d'astronomie de 2017. Ali Younesi a également remporté une médaille d'or aux 12e Olympiades mondiales d'astronomie et d'astrophysique en Chine.

RSF demande à l’ONU d’agir d’urgence pour la santé des journalistes en détention en Iran
«Reporters sans frontières (RSF) exprime sa plus vive inquiétude sur les conditions de détention des journalistes emprisonnés en Iran, malades et privés de soins, et appelle le Rapporteur spécial de l'ONU à agir rapidement pour que le régime de Téhéran respecte ses obligations en matière de traitement des prisonniers.
Le 12 avril 2022, les deux journalistes Narges Mohammadi et Alieh Motalebzadeh ont été arrêtées chez elles à Téhéran alors qu’elles étaient en permission médicale, conduites à la prison d’Evin, puis transférées à la prison pour femmes de Gharchak. Pendant une semaine, Narges Mohammadi a été privée de ses médicaments, dont des comprimés qu’elle devait prendre tous les jours après avoir subi une opération cardiaque.
Le 21 avril, Alireza Saghafi, journaliste indépendant, directeur du magazine Rah Ayandeh (suspendu en 2010) et Naghd noo (suspendu également) et membre de l’Association des écrivains iraniens a été transféré à l’hôpital de la ville de Karaj, avec une tension artérielle élevée. Il a été ramené dans sa cellule quelques heures plus tard. Arrêté avec plusieurs autres participants le 14 mars 2022, à la commémoration de la mort d’un écrivain dissident Samad Shabani, dans la ville de Karaj, il avait été transféré à la prison de Kachooi pour purger une peine d’un an de prison ferme… »

Crimes d’honneur
Deux victimes de mariages d’enfants assassinées par leurs maris en Iran
Rokna News Agency/shaboneh.com, 22 et 23 avril 2022
La nouvelle de deux cas de féminicides a été rapportée dans les médias en l’espace d’une journée. 
Zahra Zeinalpour, 21 ans, mère d’un enfant de 3 ans, a été froidement brûlée à mort avec de l’essence
Née en 2001, Zahra avait été contrainte de se marier à l’âge de 14 ou 15 ans. 
Le mari de Zahra faisait venir d’autres femmes dans leur maison sous ses yeux et avait des relations avec elles tout au long de leur mariage. Chaque fois que Zahra s’opposait à cette situation, elle subissait des violences.
La dernière fois, le 15 avril 2022, Zahra s’est opposée et a dit qu’elle allait tout dire à sa famille. Elle a pris le téléphone pour appeler son père.
Son mari a vidé un récipient de 20 litres d’essence sur leur maison. Le chauffage était allumé et il y avait du feu partout. Zahra très gravement brûlée est décédée le 22 avril à l’hôpital. Le mari de Zahra s’est échappé et n’a pas été arrêté par les autorités iraniennes.
Le comté de Showt, où vivait Zahra, est parmi les plus défavorisées de la province d’Azerbaïdjan occidental (nord-ouest).
Shiva, 16 ans, a été abattue par son fiancé
La jeune fille de 16 ans a été assassinée par Moussa, son fiancé de 21 ans, pour avoir choisi de ne pas se soumettre à un mariage forcé disant qu’elle n’était pas préparée à commencer une vie commune. Shiva a été tuée dans la nuit du jeudi 21 avril 2022 dans un village proche de Yassoudj (sud-ouest). Shiva était fiancée à son cousin depuis un certain temps. 

40 femmes arrêtées lors d’un rassemblement pacifique d’enseignants à Téhéran
women.ncr-iran.org, 21 avril 2022
Manifestations nationales dans 50 villes de 24 provinces iraniennes
Les enseignants et les éducateurs iraniens sont descendus dans la rue lors d’une manifestation nationale le jeudi 21 avril 2022. Le rassemblement avait été préalablement appelé et coordonné. Les enseignantes ont joué un rôle actif dans pratiquement tous les rassemblements.
Plusieurs dizaines d’enseignants ont été arrêtés lors d’un rassemblement pacifique à Téhéran le 21 avril 2022.
Mohammad Habibi, porte-parole de la Ligue des enseignants de Téhéran et membre de son conseil d’administration, a annoncé 70 enseignants, dont 40 femmes et 30 hommes, ont été arrêtés.

Rapports annuels de l'UE sur les droits de l'homme et la démocratie
19 avril 2022

Iran « La situation des droits de l'homme en Iran est restée préoccupante en En outre, la crise du COVID-19 a exacerbé la vulnérabilité des personnes les moins protégées de la société iranienne, qui a été partiellement atténuée au cours du second semestre grâce à une accélération significative de la distribution de vaccins. L'Iran a procédé à des exécutions à un rythme extrêmement élevé. Le recours à la peine de mort, y compris pour les mineurs délinquants, les manifestants et les dissidents, est resté une source de préoccupation majeure. Les restrictions aux libertés civiles ont persisté, notamment l'absence de garanties de procès équitable, les violations de la liberté d'expression, de religion ou de croyance et des droits fondamentaux des femmes et des filles. Les mauvais traitements et la torture en prison, la détention et la condamnation de personnes possédant la double nationalité et la situation des militants des droits de l'homme restaient des sujets de grave préoccupation. Une pénurie d'eau dans le Khouzestan a déclenché une série de manifestations au cours de l'été 2021, marquées par des rapports concernant l'usage disproportionné de la force par les forces de sécurité iraniennes. Une évolution positive dans une situation globalement difficile a été l'effort de l'Iran pour continuer à accueillir l'une des plus grandes populations de réfugiés au monde, dont environ un million de réfugiés afghans enregistrés, et pour leur donner accès aux services de base, en particulier aux soins de santé, y compris la vaccination contre le coronavirus, et à l'éducation pour les enfants… »

Ramadan : Les prisonnières de Qarchak et de Sanandaj privées de nourriture
women.ncr-iran.org, 16 avril 2022
Les détenues de la prison de Qarchak et du quartier des femmes de la prison centrale de Sanandaj sont privées de nourriture pendant le mois du ramadan. Privées des facilités minimales et d’installations de base pendant le ramadan, ces prisonnières vivent dans de très mauvaises conditions, et les autorités pénitentiaires les affament. Elles n’ont pas d’endroit où utiliser une flamme de cuisson pour préparer un repas simple pour rompre le jeûne ou même réchauffer une simple soupe pour les malades. La nourriture de la prison ne contient pas de viande, mais du soja à la place. On ne donne des œufs qu’une fois par semaine. En raison de la mauvaise qualité de la nourriture, elles se retrouvent affaiblies et ont besoin de protéine pour compenser leurs carences.
Selon des informations, dans le quartier des femmes de la prison de Sanandaj - connu sous le nom de Centre correctionnel et de formation – alors que seul un petit nombre de détenues jeûnent, la plupart de celles qui ne jeûnent pas sont sciemment affamées par les responsables de la prison et ne reçoivent qu’un seul repas par 24 heures. Elles souffrent de graves problèmes physiques et psychologiques.

Un prisonnier politique mort en prison
HRANA/Iran HRM, 14 avril 2022
Mehdi Salehi manifestant emprisonné a été tué après avoir reçu une injection de "mauvais médicament" en prison.
Agé de 38 ans, marié et père d'une fille de 9 ans, il faisait partie des personnes arrêtées lors des manifestations de 2018 dans la ville de Khomeini Shahr et avait été condamné à mort.
Les responsables de la prison, ont confirmé à une source informée proche de sa famille qu'il était décédé sans mentionner la cause du décès : "Certains de ses codétenus ont attribué son décès à une erreur médicale des services de santé de la prison. Cependant, jusqu'à présent, aucune clarification officielle n'a été donnée à sa famille".
Le 8 février 2020, le tribunal révolutionnaire d'Ispahan a condamné Salehi à la peine de mort (deux fois) pour "inimitié contre Dieu en utilisant une arme à feu et en tirant en public" et "utilisation d'armes de guerre (fusil Kalachnikov) contre les forces du régime pendant les troubles". Il a également été condamné à 5 ans de prison pour avoir "répandu la corruption sur terre pour troubler l'ordre public et dirigé les insurgés."
Mehdi Salehi n'a jamais accepté ces allégations. 
Salehi a également été blessé par une balle de pistolet à palette à la tête alors qu'il essayait d'aider un autre manifestant.

Iran : 1 500 bébés nés de filles-mères âgées de 10 à 14 ans en une année
Iran HRM, 14 avril 2022
L’Organisation nationale iranienne d’état civil a annoncé que près de 70.000 bébés étaient nés de filles-mères âgées de 10 à 19 ans, groupe d’âge considéré comme à haut risque pour la grossesse.
Selon les informations, dans le même temps, 1 474 bébés sont nés de mères âgées de 10 à 14 ans.
Le Centre national iranien des statistiques a annoncé l’année dernière que les mariages de près de 10 000 filles âgées de 10 à 14 ans au printemps 2021 montrent une augmentation de 32% par rapport à la même période l’année dernière.
Le mariage d’enfants est l’un des exemples les plus évidents de violence à l’égard des femmes.
Pourtant, il est encouragé sous le régime des mollahs en , ce qui entraîne un nombre croissant d’enfants-mères…
Les experts des droits humains ont appelé le régime iranien à abroger la nouvelle loi qui "restreint sévèrement l’accès à l’avortement, à la contraception, aux services de stérilisation volontaire et aux informations connexes, en violation directe des droits fondamentaux des femmes en vertu du droit international".

Deux militantes renvoyées en prison
HRANA, 13 avril 2022
Le mardi 12 avril 2022, la militante des droits humains Narges Mohammadi et la militante des droits des femmes Aliyeh Motallebzadeh ont été arrêtées et renvoyées à la prison de Qarchak alors qu’elles étaient en permission. Fin février, ces citoyennes ont été libérées pour raisons médicales.
Sur sa page personnelle sur les médias sociaux, Narges Mohammadi a informé qu’elle avait dû retourner en prison alors qu’elle était encore en convalescence après une opération chirurgicale à cœur ouvert.
De même, la militante Aliyeh Motallebzadeh, qui était en permission de sortie pour traitement médical depuis le 23 février 2022, est retournée à Qarchak.
Narges Mohammadi et Aliyeh Motallebzadeh purgent actuellement leurs peines respectives de 8 et 3 ans dans cette prison près de Téhéran.

Iran : Des détenu·e·s malades qu’on abandonne, sur fond de crise de l’impunité pour les dénis meurtriers d’accès aux soins
Amnesty International, 12 avril 2022
Les autorités carcérales iraniennes portent atteinte au droit à la vie de manière choquante, en privant délibérément de soins de santé vitaux des détenu·e·s malades, et en refusant d’enquêter sur les morts en détention résultant d’actes illégaux et d’amener les responsables présumés à rendre des comptes…Les autorités carcérales causent régulièrement des décès en prison ou y contribuent, notamment en bloquant ou en retardant l’accès des détenu·e·s à une hospitalisation en urgence.
Conformément à des pratiques profondément ancrées dont découle une impunité systématique en Iran, les autorités continuent à refuser de diligenter la moindre enquête indépendante et transparente sur les morts en détention qui auraient été précédées d’un refus de soins, et ne font pas le nécessaire pour que les personnes soupçonnées d’être pénalement responsables soient poursuivies et sanctionnées…
Le rapport, qui décrit les circonstances entourant la mort en détention de 92 hommes et quatre femmes dans 30 prisons à travers 18 provinces du pays depuis janvier 2020, s’appuie sur le travail effectué par Amnesty International sur une sélection de cas représentatifs, sur des constats de longue date à propos du déni délibéré de soins de santé adaptés dans les prisons iraniennes, et sur un examen approfondi des signalements effectués par des groupes indépendants de défense des droits humains.
Rapport annuel des Etats Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran
USDS, 12 avril 2022
«…Le gouvernement de la République islamique et ses agents auraient commis des exécutions arbitraires ou illégales, le plus souvent des exécutions pour des crimes ne répondant pas à la norme juridique internationale des " crimes les plus graves " ou pour des crimes commis par des délinquants mineurs, ainsi que des exécutions après des procès sans procédure régulière. Comme l'ont montré les observateurs internationaux des droits de l'homme, les tribunaux dits révolutionnaires ont continué à prononcer la grande majorité des condamnations à mort et n'ont pas accordé aux accusés une procédure régulière. Les tribunaux ont régulièrement refusé aux accusés de se faire représenter par un avocat et, dans de nombreux cas, n'ont retenu comme preuve que des aveux souvent extorqués sous la torture. Les juges pouvaient également prononcer la peine de mort en appel, ce qui décourageait les recours dans les affaires pénales. Le 25 octobre, le rapporteur spécial des Nations unies (RSNU) sur la situation des droits de l'homme en République islamique d'Iran, Javaid Rehman, a déclaré à l'Assemblée générale des Nations unies que la quasi-totalité des exécutions dans le pays constituait une privation arbitraire de la vie, notant "des motifs étendus, vagues et arbitraires en Iran pour imposer la peine de mort, ce qui peut rapidement transformer ce châtiment en un outil politique". »

Restrictions pour les femmes dans les dortoirs de l’université de Téhéran
HRW, 12 avril 2022
Le 2 avril, l’Université de Téhéran a publié une nouvelle série de règlements pour les dortoirs universitaires qui imposent des restrictions plus importantes aux étudiantes. Nombre de ces restrictions existaient déjà dans les règlements des dortoirs universitaires, mais voilà que les autorités du département des affaires des dortoirs de l’université ont ajouté deux nouvelles restrictions discriminatoires.
Selon les nouvelles règles, les femmes mariées ne peuvent quitter ou regagner leur dortoir après le couvre-feu imposé par l’université, soit une heure après le coucher du soleil, que si elles sont accompagnées de leur mari. En outre, les résidentes des dortoirs doivent obtenir l’autorisation de leurs parents pour passer seulement deux nuits par semaine chez leurs proches. Ces restrictions s’ajoutent à la limitation des heures de sortie et d’entrée imposée par l’université au début de l’année, les femmes ne pouvant quitter leur dortoir qu’entre 6 heures du matin et une heure après le coucher du soleil. 
Les étudiants militants de tout le pays se sont élevés contre ces règles. Plusieurs étudiantes ont décrit combien il était humiliant et dégradant de vivre sous de telles restrictions.
Les étudiantes ont également rapporté que les responsables de la sécurité des universités ont fait pression sur les femmes pour qu’elles portent une forme plus stricte de hijab, qui couvre davantage les cheveux et le cou, maintenant que les cours sont à nouveau dispensés en personne sur le campus.
Bien que les universités iraniennes aient chacune leurs propres règles pour leurs dortoirs, historiquement, les dortoirs des femmes ont toujours imposé plus de restrictions sur les mouvements des femmes que ceux des hommes, y compris des heures de couvre-feu plus restrictives. Cette année, ces règles sont devenues encore plus strictes et portent atteinte à la capacité des étudiantes à prendre des décisions simples pour leur vie.

Résistance des femmes iraniennes 
28 organes chargés de faire respecter le hijab en Iran
Iran Focus/CSDHI, 12 avril 2022
Depuis quatre dernières décennies, l’Iran est le théâtre de la résistance des femmes et les filles iraniennes contre la dictature religieuse et ses lois, sa constitution et sa répression misogynes.
Lors des récentes manifestations nationales, notamment les protestations contre la hausse soudaine du prix du carburant en novembre 2019, le leadership des femmes a été mis en évidence plus que jamais, forçant les responsables à admettre ce fait à plusieurs reprises.
Ces jours-ci, la résistance des femmes iraniennes pour les libertés personnelles et sociales, et les droits fondamentaux, a sévèrement terrifié les autorités. Le régime a intensifié sa répression systématique et ses mesures misogynes en réponse aux tentatives répétées des femmes de faire entendre leur voix.
Agence de presse officielle Mehr, affiliée au ministère du renseignement et de la sécurité a cité Raïssi dans sa dépêche du 1er avril : " Il existe près de 28 agences chargées de faire respecter le hijab. Le travail culturel dans le domaine du hijab prime sur le travail coercitif" .

Condamnation des défenseurs de l’environnement à 160 ans de prison
Iran HRM, 10 avril 2022
La justice iranienne a condamné 22 défenseurs de l’environnement, qui manifestaient, à un total de 160 ans de prison, 1480 coups de fouet et des amendes pour s’être opposés au projet de transfert d’eau Sabzkooh-Boroudjen dans la province du Tchaharmahal-et-Bakhtiari.
Dans une photo du procès publié par le tribunal pénal des deux villes de Boroudjen, les plaignants sont " l’Organisation régionale des eaux de la province du Tchaharmahal-et-Bakhtiari " et l’entreprise de construction "Khatam al-Anbia", propriété des pasdarans.
Selon le même document, les trois chefs d’accusation de "participation à la perturbation de l’ordre public en incitant le public", "perturbation de l’ordre public" et "participation à la destruction des biens du régime et des biens publics" ont été retenus contre 37 défendeurs de l’environnement dans l’affaire des manifestants.
Le projet de tunnel de transfert d’eau de Sabzkooh est l’un des quatre projets difficiles de transfert d’eau et de construction de barrages dans cette province, qui a été lancé les années précédentes avant d’avoir reçu les autorisations légales et les approbations environnementales.

Répression contre la liberté de l’information en Iran
RSF, 11 avril 2022
«Reporters sans frontières est très préoccupée par l'état de santé de Reza Khandan Mahabadi, journaliste de 60 ans et membre de l'Association des écrivains iraniens. Le 5 avril, il a été renvoyé dans sa cellule de prison après avoir été hospitalisé début janvier pour un cas sévère de Covid-19. Mahabadi souffre toujours de problèmes respiratoires, a appris RSF.
Un autre membre de l'Association des écrivains iraniens, Baktash Abtin, est décédé le 8 janvier, faute d'avoir été traité rapidement lorsqu'il a contracté le Covid-19 à la prison d'Evin à Téhéran. Un troisième membre de l'association, Kayvan Bagen, a été libéré sous condition le 16 mars après avoir purgé un tiers de sa peine.
Mahabadi, Abtin et Bagen ont tous été arrêtés en septembre 2020 pour commencer à purger les peines allant de trois ans et demi à six ans de prison qu'ils avaient reçues en mai 2019 pour propagande antigouvernementale et publication illégale d'un journal en ligne sur Facebook…»

Hausse du chômage des femmes ; La pauvreté se féminise en Iran
VOA/AFIF, 10 avril 2022
Selon le dernier rapport du Centre iranien des statistiques publiées le 9 avril sur la situation du chômage et de l'emploi au cours des trois dernières années, publié le 10 avril, malgré l'augmentation de "500 000" hommes employés, le nombre de femmes employées a diminué de 830 000 et de fait le taux d'emploi des femmes est de 20% Abandonné.
Le Centre des statistiques d'Iran indique que le taux de chômage des femmes est environ le double de celui des hommes et indique que le taux de chômage des femmes diplômées en licence, en licence et en maîtrise est "un peu plus du double de celui des hommes" et en doctorat, il est "trois fois plus élevé", et même plus. "
"70% des déciles économiques les plus pauvres sont des femmes au foyer, ce qui montre que la pauvreté se féminise en Iran."
Selon la loi iranienne, "pour qu'une femme travaille, elle doit avoir l'autorisation de son mari", de nombreuses femmes perdent leur emploi et ne sont même pas autorisées à étudier car elles n'ont pas l'autorisation de leur mari.
En fait, une partie du capital social et humain de l'Iran est gaspillée.

Ahmadreza Djalali battu par les responsables de la prison d'Evin
Iran Human Rights, 9 avril 2022 
Le Dr Ahmadreza Djalali, un scientifique irano-suédois condamné à mort à la prison d'Evin, n'a toujours pas le droit de contacter sa famille et "a été battu à l'infirmerie de la prison le 4 avril" selon certaines sources.
Selon les informations obtenues par Iran Human Rights, Ahmadreza Djalali est détenu dans de mauvaises conditions et interdit de contact avec sa famille.
Certains de ses compagnons de cellule ont rapporté que "Ahmadreza Djalali a été battu à l'infirmerie de la prison le 4 avril".
Initialement accusé de "collaboration avec des États hostiles", il a ensuite été inculpé d'"fesad-fil-arz (corruption sur terre) par espionnage pour Israël" par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, qui a également été confirmé par la Cour suprême.

Les pasdarans menacent une détenue politique de brûler ses enfants
CNRI Femmes, 9 avril 2022
Les services de renseignement des gardiens de la révolution ont menacé Golaleh Moradi de "brûler ses enfants dans le feu" devant elle si elle n’avouait pas.
Cette prisonnière politique, mère de deux enfants, a envoyé un fichier audio en kurde depuis la prison centrale d’Oroumieh, dans lequel elle décrit les tortures et les pressions exercées subies pour faire des aveux forcés.
, elle déclare dans son fichier audio : " Je suis une victime emprisonnée depuis 2 ans sans avoir commis le moindre crime. Les services de renseignements de Piranshahr m’ont arrêtée et transférée dans le centre de détention des pasdarans appelé ‘hôtel’ et m’ont gardée pendant 40 jours. Ils m’ont interrogée tous les jours de 9 h à 14 h et ont essayé de me terrifier en jouant avec le revolver sur la table d’interrogatoire. Ils ont menacé mes enfants et m’ont dit : "Tu dois avouer. Nous avons reçu des rapports sur toi, et tu dois dire que tous ces rapports sont corrects. Sinon, nous arrêterons tes fils, nous les emmènerons au sous-sol et nous les mettrons sur gaz à pique-nique que nous allumerons. Alors tes fils verront de leurs propres yeux que tu vas avouer". 

Crime d’honneur
Le corps d’une femme découvert dans une rizière, un crime d’honneur commis par son frère
women.ncr-iran.org, 9 avril 2022
Le corps d’une femme a été découvert dans les rizières d’Amol (nord). La police de la ville a confirmé la nouvelle de la découverte du corps d’une femme d’environ 30 ans et a déclaré que la femme a été assassinée une vingtaine de jours auparavant par l’un de ses proches et enterrée dans les rizières du village de Hosseinabad.
Certaines sources locales ont identifié la victime comme étant Sara (Razieh) Shadifar, 33 ans. Elle était mère de deux enfants et résidait dans ce village près de la grande ville d’Amol. Elles disent que son frère a tué Sara parce qu’elle voulait émigrer en Turquie après deux mariages malheureux.

Condamnation de quatre membres de la Voix des femmes iraniennes
CNRI Femmes, 8 avril 2022
Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné les membres de l’association Voix des femmes iraniennes, Nahid Shaqaqi, Akram Nasirian, Maryam Mohammadi et Esrin Derkaleh, à quatre ans et deux mois d’emprisonnement. Elles sont notamment accusées de "rassemblement et collusion en vue d’attenter à la sécurité nationale", de " propagande contre l’État" et d’avoir "commis un acte interdit" en retirant leur voile.
Leurs peines ont finalement été réduites à deux ans et trois mois. Elles ont été convoquées pour purger leurs peines de prison.

L'Iran réprime les témoins qui dénoncent les violations des droits de l'homme
iranintl.com, 7 avril 2022
Dans une déclaration commune publiée le 7 avril, quinze organisations de défense des droits de l'homme, parmi lesquelles Amnesty International, Frontline Defenders et Ensemble contre la peine de mort (EPCM), ont exhorté les organismes internationaux, tels que les Nations unies, à prendre des mesures pour mettre un terme au harcèlement et à la persécution, par l'Iran, des témoins et de leurs familles qui ont témoigné devant le Tribunal des atrocités en Iran (Aban) l'année dernière.
Les autorités iraniennes violent l’interdiction absolue de la torture ou d’autres mauvais traitements en harcelant les témoins qui ont témoigné devant le « tribunal du peuple » chargé d’examiner la répression meurtrière des manifestations nationales de novembre 2019 par les autorités, ainsi que leurs familles, ont déclaré organisations soussignées.

Pression de la société iranienne pour lever l’interdiction des stades pour les femmes
HRW, 6 avril 2022
Les autorités iraniennes ont une fois de plus empêché les femmes et les filles d’entrer dans un stade.
L’équipe iranienne de football a affronté le Liban lors d’un match de qualification pour la Coupe du monde de la FIFA Qatar 2022 dans la ville de Machhad la semaine dernière. Mais les autorités ont empêché des dizaines de femmes, qui avaient acheté des billets, d’entrer dans le stade.
De plus, des vidéos circulant sur les médias sociaux suggèrent que certaines femmes à l’extérieur du stade ont peut-être été attaquées avec du gaz poivré.
Les autorités iraniennes doivent cesser de mener cette bataille discriminatoire et perdante et annuler cette interdiction. La FIFA devrait soutenir les femmes iraniennes dans la revendication de leurs droits et ne pas laisser l’un de ses membres violer les propres règles de la FIFA concernant l’égalité d’accès aux stades et aux événements sportifs pour les hommes et les femmes.

ONU-Iran
Prolongation du mandat du rapporteur spécial sur les droits humains en Iran
irannewswire.org, 5 avril 2022
Avec les votes affirmatifs de 19 des 47 États membres du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, le mandat de Javaid Rahman, rapporteur spécial sur les droits de l’homme en Iran, est prolongé d’un an.
La résolution appelle à faciliter les actions du Rapporteur spécial en Iran. 
Ces derniers jours, des dizaines d'organisations de défense des droits de l'homme actives sur l'Iran, évoquant la "violation généralisée et systématique des droits de l'homme" par les responsables de la République islamique, ont souligné que "dans de telles circonstances, le mandat du rapporteur spécial qui consiste à surveiller, documenter et rendre compte au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, est plus vital que jamais".

Santé préoccupante de la prisonnière politique Maryam Akbari Monfared
CSDHI, 4 avril 2022
Des informations provenant de l’intérieur de la prison de Semnan indiquent que la santé de la prisonnière politique Maryam Akbari Monfared se détériore de jour en jour. Selon l’ordre du ministère du Renseignement du régime, pour augmenter la pression sur elle, les responsables de la prison refusent de l’envoyer à l’hôpital pour recevoir des soins médicaux.
Depuis 11 mois, elle souffre d’une maladie du foie. En raison de son état, le médecin de la prison lui a prescrit de ne consommer que certains aliments. Cependant, jusqu’à présent, les autorités carcérales ne lui ont pas permis d’obtenir les aliments prescrits.

131000 filles iraniennes de moins de 15 ans mariées durant cinq dernières années
tejaratnews.com/Iran HRM, 2 avril 2022 
Les données du Centre des statistiques d'Iran montrent qu'au cours des cinq dernières années, 131 000 filles de moins de 15 ans ont été mariées, dont plus de 7 500 l'été dernier. 
Depuis 2017, une moyenne de 30000 filles de moins de 15 ans se marient chaque année. Selon le rapport, 123 garçons de moins de 15 ans se sont également mariés au cours des cinq dernières années.
Le Centre a signalé une augmentation de 10,5 % du taux de mariage des filles âgées de 10 à 14 ans en 2020 par rapport à l'année précédente. 9 753 jeunes filles de 10 à 14 ans et 45 522 filles âgées de 15 à 19 ans ont été mariées au printemps 2021.
Cette statistique ne concerne que les mariages enregistrés auprès du Registre national, et il est probable que le nombre réel soit plus élevé.

Les familles des victimes du régime des mollahs sont persécutées en Iran
CSDHI, 1er avril 2022
Les familles des victimes en quête de justice font l’objet de harcèlement et de poursuites fantaisistes de la part des mollahs iraniens.
Le gouvernement d’Ebrahim Raïssi doit mettre fin à la campagne de harcèlement et d’intimidation menée par le régime à l’encontre des familles des victimes de la violence d’État, notamment celles qui sont mortes lors des manifestations de rue.
Comme le montre la liste d’exemples, compilée par le Centre pour les droits de l’homme en Iran (CHRI), qui n’est pas exhaustive, les familles endeuillées en Iran subissent des représailles de la part des mollahs iraniens au pouvoir. Parce qu’elles ont demandé des enquêtes sur la mort de leurs proches et ont réclamé justice.
Au lieu d’être autorisés à faire leur deuil et à rendre publiquement hommage à leurs proches, les agents des services du renseignement et de la sécurité du régime harcèlent les membres de leur famille. Notamment, ils les convoquent pour les avertir de ne pas participer à des rassemblements et à des activités publiques. Ils les arrêtent sans motif valable et cherchent à les faire condamner dans le cadre de procès qui ne respectent absolument pas les normes internationales d’équité.

La reprise des exécutions publiques en Iran
Iran Human Rights, 30 mars 2022 
Selon les rapports des médias iraniens, deux hommes ont été condamnés à une exécution publique pour des accusations de meurtre par un tribunal de Foulad Shahr, Ispahan.
Étant donné qu'il n'y a pas eu d'exécutions publiques depuis un an et demi en raison de la pandémie de Covid-19, le retour à une méthode d'exécution aussi cruelle doit être fermement condamné par la société civile iranienne, les militants des droits humains et la communauté internationale.
Selon le Comité des droits de l'homme des Nations unies, les exécutions publiques constituent une violation de l'article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont l'Iran est signataire, qui stipule que "nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants". Elle viole également l'article 6 de la Convention qui stipule que "Tout être humain a un droit inhérent à la vie. Ce droit est protégé par la loi. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa vie." Les exécutions publiques ont également été critiquées à plusieurs reprises par la communauté internationale.



05 avril 2022

AFIF INFOS - Mars 2022

Bulletin mensuel d’informations sur les droits de l’Homme en Iran 
ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE 

40 personnes dont une femme ont été exécutées en mars 2022 en Iran

Les forces de sécurité du régime iranien ont aspergé de gaz poivre des femmes fans de football
ISNA/RFI/Iran HRM, 30 mars 2022
Près de 2000 femmes et jeunes filles se sont assemblées mardi devant le principal complexe sportif de Machhad pour voir l'Iran jouer contre le Liban lors de son dernier match de qualification pour la Coupe du monde 2022. Des billets ont été vendus à ces femmes, mais elles ont été empêchées d’accéder au stade et aspergées de gaz poivre pour disperser.
La Fédération iranienne de football (FFI) a toutefois affirmé le 30 mars que seules 9 femmes avaient acheté des billets pour le match. Mais l’une des femmes adressant à l'agence de presse officielle Fars, a déclaré que les femmes fans de football avaient été informées qu'elles pouvaient obtenir des billets et entrer dans le stade : "Nous étions sur le site web hier de 12h à 20h pour pouvoir obtenir des billets. Toutes les femmes qui sont ici ont des billets. Nous avons pris congé de notre travail, nous avons dépensé beaucoup d'argent, mais maintenant ils disent que les femmes ne peuvent pas entrer".
Les médias sociaux et les vidéos indiquent qu'à leur arrivée, les femmes se sont vu immédiatement refuser l'entrée avant que les forces de sécurité n'utilisent le gaz poivré pour disperser la foule.
Des vidéos partagées en ligne montrent des femmes et des jeunes filles s'étouffant et pleurant, les yeux ruisselants, après avoir été attaquées à l'extérieur du stade Imam Reza, mardi.

Amnesty International - Rapport 2021/22 
La situation des droits humains dans le monde
29 mars 2022
IRAN (Pages 255 – 261)
Des milliers de personnes ont été interrogées, poursuivies de façon inique ou détenues arbitrairement alors qu’elles n’avaient fait qu’exercer pacifiquement leurs droits humains, et des centaines étaient toujours emprisonnées injustement. Les forces de sécurité ont eu recours illégalement à la force meurtrière et à des armes à grenaille pour réprimer des manifestations. Les femmes, les personnes LGBTI et les membres de minorités ethniques ou religieuses étaient en butte à des violences et à une discrimination profondément enracinée. Dans le domaine législatif, des éléments nouveaux ont mis à mal les droits en matière de sexualité et de procréation, le droit à la liberté de religion et de conviction, et l’accès à Internet. La torture et les autres formes de mauvais traitements, dont le fait de priver des personnes détenues de soins médicaux adaptés, demeuraient généralisées et systématiques. Les autorités n’ont pas garanti un accès rapide et équitable aux vaccins contre le COVID-19. Des flagellations, des amputations et des énucléations ont été infligées à titre de sanctions judiciaires. La peine de mort était largement utilisée, notamment comme instrument de répression. Des exécutions ont eu lieu à la suite de condamnations prononcées à l’issue de procès iniques. L’impunité était la norme pour les crimes contre l’humanité passés et présents relatifs aux massacres ayant eu lieu dans les prisons en 1988 et à d’autres crimes de droit international. 
IMPUNITE
Loin de faire l’objet d’une enquête pour crimes contre l’humanité en lien avec les disparitions forcées et exécutions extrajudiciaires massives perpétrées en Iran en 1988, Ebrahim Raïssi a accédé à la présidence (P 70)

Disparition du Dr Manouchehr Hezarkhani
AFIF, 28 mars 2022
Le Dr Manouchehr Hezarkhani, écrivain essayiste de renom et illustre intellectuel iranien s'est éteint vendredi matin, le 18 mars, dans un hôpital de la banlieue de Paris. Il avait 87 ans.
Des Iraniens ont assisté le 28 mars aux funérailles et à l'enterrement de ce grand intellectuel dissident au cimetière d'Auvers-Sur-Oise.
Diplômé de la faculté de médecine de Paris, spécialité en pathologie, il a laissé des œuvres comme "Les critères de la critique littéraire", "La vision du monde du petit poisson noir" et "L'origine des intellectuels" , "La Vision du petit poisson noir" et traduit notamment des chefs-d’œuvre d’Antonio Gramsci, Aimé Césaire, Maxime Rodinson… Il était l’un des cofondateurs de l’Association des Ecrivains iraniens.
Depuis 1985, il a été rédacteur en chef du mensuel Shora et de 1994 à 1996, il a été à la tête de la rédaction de l’hebdomadaire Iran-Zamin, publiés en Europe. Jusqu'à sa disparition, il est resté membre du Conseil et président de la Commission de la Culture et de l’Art du CNRI.
Manouchehr Hezarkhani est enterré au cimetière d'Auvers-Sur-Oise, où reposent Vincent van Gogh et Marzieh, la légendaire diva de la musique iranienne. 

Crime d’honneur
Assassinée par son père parce qu’elle voulait divorcer
IHR, 26 mars 2022
Zinat Mazidi, 20 ans, a été assassinée par son père dans l’un des villages de la province méridionale de Fars en Iran. Le père de Zinat Mazidi a frappé sa fille en lui assenant plusieurs coups de barre de fer sur la tête qu’elle allait divorcer pour la seconde fois.
Zinat Mazidi était originaire du village de Dehno, à Zarrinedacht, dans la province de Fars.   La nouvelle de ce féminicide a circulé sur les médias sociaux le 26 mars.


La fermeture de la Maison du soleil laisse des milliers de femmes victimes de violences sans abri
CNRI Femmes, 23 mars 2022
La Maison du soleil, une ONG qui héberge 2500 femmes victimes de violences, notamment des toxicomanes et des sans-abris, dans le quartier Darvazeh-Ghar à Téhéran est contrainte de fermer ses portes fin mars sous pression du pouvoir.
Très peu de centres accueillent ces femmes et il n’ y a pas de structure en Iran qui prend en charge les mères et leurs enfants.
La fermeture de la Maison du soleil, l’un des plus anciens refuges de Téhéran, intervient alors que, selon l’Organisation nationale de la protection sociale, il n’existe que 27 refuges dans ce pays. Chacun d’entre eux peut fournir des services à un maximum de 10 femmes en danger.

Une femme pendue parmi 19 condamnés exécutés à la prison de Chiraz
CNRI Femmes, 21 mars 2022
Entre le 9 et le 17 mars 2022, 19 condamnés dont une femme ont été exécutés à Adelabad, la prison centrale de Chiraz 
Non identifiée, cette femme a été pendue avec son mari dans la matinée du lundi 14 mars 2022, sous l’accusation d’homicide volontaire. Ils venaient de se marier au moment de l’arrestation.
Les autorités de la prison d’Adelabad ont annoncé à 15 autres condamnés qu’ils seraient exécutés avant le ramadan.
Premier bourreau de femmes au monde
Avec cette exécution, le nombre de femmes exécutées en Iran depuis l’arrivée de Rohani à la présidence des mollahs, atteint 131.

20 mars
Belle et Heureuse Année 1401 aux Iraniens et à tous ceux et celles qui 
célèbrent le Norouz


ONU-Iran
Le rapporteur spécial présente son rapport au Conseil des droits humains
AFIF, 18 mars 2022
Le 17 mars, Javaid Rehman a exposé son évaluation annuelle de la situation des droits humains dans la République islamique d’Iran au Conseil des droits de l’homme à Genève.
Au cours de cette 49ème session du Conseil, session, le rapporteur spécial s’est dit profondément inquiet de la dégradation continue des droits humains et juge nécessaire de reconnaitre des crimes commis par les autorités du régime :
Recours fréquent à la peine de mort en 2021, avec au moins 280 exécutions en 2021, dont dix femmes et deux mineurs et même des personnes ayant participé à des manifestations. Utilisation d’une force disproportionnée contre les manifestations pacifiques, comme au Khouzistan et à Ispahan. 
Le rapporteur spécial a appelé la communauté internationale, notamment le Conseil des droits humains et les États membres, à la responsabilisation de la République islamique à œuvrer pour l’amélioration de la situation des droits des citoyens iraniens,  surtout des femmes, des minorités ethniques et religieux. 
Il a encouragé surtout le Conseil à jouer un rôle plus actif pour mettre fin à l’impunité des autorités iraniennes responsables des violations des droits humains, notamment des exécutions massives de prisonniers politiques en 1988 et des meurtres de manifestants iraniens en 2019…

Etudiante iranienne condamnée à un an d'emprisonnement pour s'être opposé à la peine de mort sur Twitter
IHR, 15 mars 2022
Hasti Amiri, étudiante à l'université d'Alameh Tabatabaei, a été condamnée à un an d'emprisonnement et à des interdictions sociales pour "propagande contre le système politique". Ses publications sur Twitter contre la peine de mort et sa participation aux manifestations étudiantes ont été citées.
Dans un message sur Twitter, elle a écrit : "Il y a environ deux mois, alors que j'étais au travail, j'ai appris que les forces de sécurité étaient entrées dans la maison de mon père avec un mandat d'arrêt. Après avoir fouillé la maison, ils ont déclaré que je devrais me rendre à la branche 2 du tribunal d'Evin dans les jours à venir. Une visite qui s'est terminée par une inculpation, une nouvelle affaire et une détention de nuit à la prison d'Evin".
Les résultats d'une enquête réalisée par l'institut GAMAAN du 3 au 11 septembre 2020 auprès de 20.000 personnes vivant en Iran,  ont révélé que 70 % des Iraniens sont soit totalement opposés à la peine de mort 

Une sportive iranienne convoquée en commission de discipline pour le slogan anti-guerre sur sa chemise
Persian Independent, 11 mars 2022
Le mardi 4 mars 2022, la footballeuses, Mahsa Kamali a marqué deux buts lors d'un match entre les équipes Rafsanjan Copper et Naft Abadan. Après avoir marqué, elle a exhibé sous sa tenue de sport une chemise portant le slogan "Arrêtez la guerre". 
La protestation de Mahsa Kamali contre la guerre a suscité une vive réaction des responsables du club Rafsanjan Copper, au point qu'ils ont déclaré dans un communiqué que la footballeuse serait convoquée devant la commission de discipline. Les responsables sportifs iraniens ont l'intention de réprimander Mahsa Kamali, elle a été convoquée en commission de discipline pour avoir soutenu le peuple ukrainien et appelé à l'arrêt des combats.

Un rapport novateur de l'ONU dénonce la " criminalisation " des bahaïs en Iran et dans la région MENA
Iran Wire, 11 mars 2022
Les bahaïs connaissent une "insécurité croissante" en République islamique d'Iran et dans un certain nombre de pays de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, selon un nouveau rapport et son annexe du Rapporteur spécial des Nations unies, Dr Ahmed Shaheed, sur la liberté de religion ou de conviction, le 
Le rapport, intitulé " Droits des personnes appartenant à des minorités religieuses ou de conviction dans des situations de conflit ou d'insécurité " est un premier document des Nations unies qui se concentre exclusivement sur la situation des bahaïs dans plusieurs pays.

L'état de santé de la prisonnière Sepideh Gholian s'aggrave
HRW, 10 mars 2022
Mehdi Gholian, le frère de la militante ouvrière emprisonnée Sepideh Gholian, a publié sur son compte Instagram le 6 mars 2022 que malgré l'aggravation de l'état de santé de sa sœur, qui a contracté la variante Omicron du Covid-19 lors de la dernière épidémie à la prison d'Evin, les autorités refusent de procéder à sa libération médicale temporaire.
 Il explique que les multiples déménagements, les grèves de la faim et le poids de l'emprisonnement ont affaibli le corps de Sepideh, sans compter le nombre de pathologies sous-jacentes que les autorités ont négligé de traiter. Les autorités ont d'abord arrêté Sepideh Gholian en novembre 2018 pour avoir participé à des manifestations pacifiques, mais elle a été libérée le mois suivant sous caution. Après avoir parlé des tortures subies en détention, elle a été de nouveau arrêtée en janvier 2019 et finalement condamnée à 5 ans de prison sur la base d'accusations fondées sur son activisme pacifique. Sepideh a été libérée temporairement en raison des poussées de Covid-19, mais selon elle, les autorités l'ont de nouveau arrêtée en juillet 2020 parce qu'elle a insisté sur son innocence et refusé de demander la clémence. Depuis son retour en prison, elle a été déplacée deux fois : de la prison d'Evin à Téhéran à la prison de Boushehr (à 350 km de sa famille) en mars 2021, puis de nouveau à Evin en octobre 2021.
Les autorités iraniennes continuent de mettre en danger la vie des militants et des défenseurs des droits en continuant de les emprisonner et en leur refusant l'accès à des soins médicaux immédiats et suffisants. Il y a tout juste deux mois, Baktash Abtin est mort de complications liées au Covid-19 après que les autorités ont retardé son accès à des soins médicaux.

8 mars 2022
Journée internationale des femmes
Rendons hommage aux femmes d’Iran que malgré une misogynie institutionnalisée, continuent à lutter pour l’égalité, la justice sociale et les droits humains pour tous
 
Solidarité internationale avec les femmes d’Iran et d’Ukraine
AFIF, 7 mars 2022
A la veille de la Journée internationale des femmes, une conférence parrainée par la Commission des femmes du CNRI s’est tenue le 5 mars à Berlin. Plus de 170 personnalités de 37 pays ont assisté à la conférence ou se sont exprimées en ligne. Elles ont apporté leur soutien à la lutte des femmes iraniennes pour la liberté et l’égalité, ainsi que leur solidarité avec les femmes d’Ukraine.
Des dizaines d’Iraniennes, membres des unités de résistance en Iran, ont envoyé des messages vidéo au rassemblement de Berlin. La présidente élue du CNRI Maryam Radjavi a appelé le 8 mars de cette année, « la journée de la résistance des femmes d’Ukraine ».
Les interventions de deux députées ukrainiennes, qui ont rejoint la conférence depuis Kiev ont émues le public.
Dominique Attias, présidente de la Fédération des barreaux européens, a rendu hommage au combat des Iraniennes : « Les femmes d’Iran savent depuis plus de 40 ans qu’elles ne peuvent pas atteindre l’égalité sans atteindre la liberté. Elles sont la force du changement et un véritable changement sera réalisé en Iran grâce à ces femmes courageuses. Nous les avons vues dans toutes les manifestations. Regardez toutes ces femmes qui ont perdu leurs frères et leurs maris mais qui ne se sont pas rendues au régime. Elles ont saisi toutes les occasions de se battre pour la justice. Regardez les femmes dans les unités de résistance qui défient tous les problèmes ».

Violation des droits des femmes au Kurdistan d'Iran
35 militantes arrêtées en un an et 12 condamnées
hengaw.net, 5 et 7 mars 2022
Selon les statistiques enregistrées au centre de statistiques et de documentation de l'organisation des droits de l'homme Hengaw, de mars 2021 à mars 2022, au moins 35 militantes kurdes ont été arrêtées par les agents de sécurité de la République islamique d'Iran, et au moins 12 militantes ont été condamnées à la prison par les différentes branches du pouvoir judiciaire.  
Parmi les 35 militantes arrêtées deux étaient étudiantes et cinq avaient moins de 18 ans. 
Au moins 94 femmes ont mis fin à leur vie dans différentes villes du Kurdistan et 41 femmes ont été tuées. 
Les cas de féminicide ont augmenté de 30% par rapport à l’année dernière. Le motif des meurtres était des disputes familiales, et 17 femmes ont été assassinées par leur mari et trois femmes par leur ex-mari. 

Auto-immolation d’une victime du mariage d'enfants à Bampour
HRANA/Radio Farda, 2 et 4 mars 2022 
Le mercredi 2 mars 2022, une adolescente de 17 ans du comté de Bampour, (Sistan-Baloutchistan), s'est immolée par le feu. La jeune mariée identifiée étant F. Marandegani du village de Marandegan, été victime de la "violence du mari" et du "manque de soutien familial".     
Selon un site Web lié aux actualités de cette province, l'adolescente avait été physiquement et mentalement abusée et battue par son mari.
C’est la deuxième auto-immolation en moins de deux mois. Plusieurs cas de suicide d'enfants-épouses ont été signalés en Iran, notamment dans cette province, au cours des derniers mois.  

Recommandations d’Amnesty International pour l’Iran avant la 49e session du Conseil des droits humains de l’ONU
stopfundamentalism.com/CSDHI, 3 mars 2022
Amnesty International a mis en avant plusieurs grandes priorités à débattre et à évaluer concernant les problèmes de droits humains en Iran avant la 49e session du Conseil des droits humains des Nations unies, qui a débuté le 28 février. Ils souhaitent que le Conseil des droits humains «réagisse plus fermement aux problèmes de l’Iran», notamment en «établissant des mécanismes efficaces de surveillance et d’enquête».
L’ONG encourage le Conseil à se concentrer davantage sur les violations « systématiques » des droits humains dans ce pays, ainsi que sur l’impunité institutionnalisée qui protège les responsables du régime iranien et les empêche de rendre des comptes pour les crimes contre l’humanité passés et présents.
Pour lutter contre l’impunité, Amnesty International a demandé la mise en place d’un mécanisme indépendant « ayant pour mandat de recueillir, rassembler, préserver et analyser les éléments de preuve en vue d’enquêtes futures et, s’il existe suffisamment d’éléments de preuve recevables, de poursuites judiciaires » en vertu du droit international pour les auteurs des actes odieux commis par l’Iran…

ONU-Iran
Les experts des droits de l'homme de l'ONU exhortent l'Iran à abandonner son projet de loi restrictif sur l'Internet 
Genève, 1er mars 2022
Les experts des droits de l'homme des Nations Unies ont appelé le gouvernement iranien à renoncer à ses efforts pour promulguer une nouvelle loi qui isolerait effectivement le pays de l'Internet mondial.
Le Parlement iranien pourrait bientôt ratifier le "projet de loi sur le système de réglementation des services en ligne " - plus communément appelé " projet de loi sur la protection des utilisateurs " - et adopter la législation à la mi-mars en invoquant une disposition constitutionnelle qui permet de contourner le processus parlementaire régulier.
Initialement proposé en 2018, le projet de loi accorde au gouvernement et à l'armée un contrôle étendu sur les infrastructures qui connectent l'Iran à l'internet mondial. Si elle est adoptée, la législation obligera les entreprises technologiques à "suivre les directives de l'État" ou à être soumises à un étranglement et à un blocage de la bande passante.
Ce projet de loi bloquera probablement les sites web et les plateformes gérés par des entreprises étrangères qui opèrent encore en Iran, obligera les gens à utiliser des pièces d'identité pour accéder à l'internet et criminalisera la distribution et la vente de réseaux privés virtuels (VPN). Il obligera également les plateformes de médias sociaux à coopérer avec le gouvernement en matière de surveillance et de censure.