Situation des Femmes en Iran

Public

02 avril 2005

UN BOURREAU A PARIS

APPEL
POUR PROTESTER CONTRE LA VISITE DE KHATAMI
ET
POUR QUE L’ATTITUDE AMBIGUË DE LA FRANCE CESSE

Lors de son élection comme chef du pouvoir exécutif de la dictature religieuse au pouvoir en Iran, Khatami avait suscité de grands espoirs d’une démocratisation du régime des mollahs à Téhéran.

Ces espoirs ont été déçus. Les résolutions récentes de l’Assemblée Générale de l’ONU (22 décembre 2004) et du Parlement européen (13 janvier 2005) sur les violations des Droits de l’Homme en Iran, sont autant de preuves flagrantes de la détérioration de la situation dans ce pays où pendaisons publiques, exécutions de mineurs, amputations, violences légalisées contre les femmes, répression des étudiants et des journalistes, discriminations contre les minorités ethniques et religieuses, continuent avec le consentement de l’ensemble des factions du pouvoir.
L’implication directe de Khatami dans la répression sanglante des émeutes estudiantines de juillet 1999, ainsi que dans la fermeture d’un journal qui avait dénoncé son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en août 1988 est avérée.
Au cours des 8 années passée sous la présidence de Khatami, aucune réforme politique, ni aucune amélioration des droits humains n’ont été enregistrées dans son bilan. Sa soumission au Guide suprême, Khameneï, leader de la tendance la plus dure qui domine l’appareil de l’État, est totale.

On assiste au durcissement de plus en plus évident du régime iranien devant une jeunesse exaspérée et une atmosphère sociale explosive.

La mise au point de la bombe atomique continue et cela à un mois de la renégociation du Traité de Non Prolifération Nucléaire (TNP) en mai 2005 à l’ONU. Certains sites nucléaires ont encore été cachés à l’IAEA de Vienne. Si ce n’est déjà fait, les premières bombes atomiques iraniennes seront prêtes dans les mois qui viennent ce qui permettra un niveau encore supérieur du chantage que l’Iran des mollahs exerce sur le Moyen Orient et sur le monde entier.

Sous couvert d’une visite à l’UNESCO, Khatami vient à Paris les 4 et 5 avril prochains et il rencontrera les plus hautes autorités françaises.

Nous lançons un appel pour protester contre la visite de Khatami à Paris. L’oppression subie par les iraniens ne doit pas être éclipsée par le protocole diplomatique ni par l’interminable marchandage pour endiguer un projet nucléaire de plus en plus menaçant.

Retrouvons nous nombreux à la manifestation de protestation
le mardi 5 avril à 16 heures à la Bastille

csdhi

Les Iraniennes en révolte