Situation des Femmes en Iran

Public

02 juin 2005

Pendaison publique

Associated Press, Londres, 2 juin 2005

Un groupe d’opposition iranien a montré une terrible vidéo mercredi d’une pendaison publique de deux jeunes hommes en Iran, disant qu’ils étaient châtiés pour adultère.

Avec des centaines de personnes venues y assister, les nœuds coulants au bout des bras abaissés des grues ont été placés autour des cous des hommes. Puis le bras de chaque grue s’est élevé, tuant les hommes, laissant les corps se balancer.

Le Conseil national de la Résistance iranienne a dit que le film a été pris en août 2004 dans la ville iranienne de Khorramabad par un opposant au pouvoir. Il a été sorti clandestinement du pays il y a plusieurs jours, a indiqué le groupe. Le film a été diffusé hier dans le centre de Londres.

Omid Daavati, dont on voit la pendaison dans la vidéo, suppliait ses bourreaux en uniforme de lui enlever le bandeau qu’il avait sur les yeux. Il avait les mains attachées dans le dos et les pieds liés.

« Je veux voir les gens », disait-il, d’après une traduction faite par le Conseil. « Je n’ai pas peur. C’est mon destin. »

Le film montrait aussi la pendaison d’un homme identifié comme étant Ali Ilvanian. Le Conseil a dit que les deux hommes ont été pendus le même jour dans deux points différents de Khorramabad. Le groupe a précisé qu’un autre homme, Safar Khachiani, a été exécuté dans la ville le même jour, mais n’avait pas de film de cette exécution.

Amnesty international a rapporté que l’Iran avait exécuté 159 personnes en 2004. La Chine compte le plus grand nombre.

Les accusés sont pendus en public en Iran seulement si un tribunal juge que leurs délits affectent profondément le sentiment public. Les tribunaux sont contrôlés par l’aile dure.

« Ce n’est que la pointe de l’iceberg des violations des droits de l’homme en Iran », a dit Hossein Abedini, un membre de la commission des affaires étrangères du Conseil. « La situation s’est gravement détériorée » ces dernières années, a-t-il ajouté.

csdhi

Les Iraniennes en révolte