Situation des Femmes en Iran

Public

25 septembre 2008

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Août 2008
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012
Paris – FranceTél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com/



En souvenir des prisonniers politiques massacrés en 1988 en Iran

Au cours de l'été 1988, les autorités iraniennes ont procédé à une vague d’homicide des opposants détenus dans les prisons à Téhéran et en province. En l’espace de quelques mois, plusieurs milliers de prisonniers politiques ont été exécutés parmi lesquels de nombreuses femmes et adolescentes.

Vingt ans après, les commanditaires et les exécutants de ce crime abominable ne sont non seulement pas punis mais certains sont toujours au pouvoir.

Nous considérons ces exécutions sommaires comme un crime contre l’humanité et demandons que les responsables soient jugés devant un tribunal international.




L’Iran a contre-courant de la tendance mondiale en matière d’exécutions
Amnesty International, 1er août
Amnesty International est horrifiée par l’exécution collective de 29 hommes qui a eu lieu dans la prison d'Evin à Téhéran le 27 juillet. Ces exécutions portent à 187 le nombre de condamnés exécutés jusqu’à présent en 2008. L’an dernier, l’Iran a procédé à davantage d’exécutions (317) que n’importe quel autre pays, à l’exception de la Chine. Pourtant, la population iranienne est 18 fois moins nombreuse que la population chinoise.

Lorsqu’elles ont annoncé la nouvelle, les autorités iraniennes ont déclaré que les condamnés, qui ont été pendus, avaient commis de graves crimes tels que le trafic de stupéfiants et le meurtre. Néanmoins, elles n’ont cité que 10 des hommes exécutés et n’ont donné aucun détail sur les procès au cours desquels les 29 individus auraient été condamnés. Dans d’autres cas, des détenus ont été condamnés à mort et exécutés après des procès inéquitables.
Plusieurs des 29 condamnés ont été interviewés avant leur exécution par la Radio-Télévision de la République islamique d’Iran (IRIB), qui a diffusé des extraits à la télévision nationale.
Les autorités iraniennes continuent d’aller à contre-courant de la tendance mondiale en matière d’exécutions, malgré la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU du 18 décembre 2007 qui appelle les États à «instituer un moratoire sur les exécutions en vue de l’abolition de la peine de mort».


Un jeune pendu à Abhar
Asman Daily news/IskaNews, 1er août
Assadollah, 20 ans, a été pendu dans l’enceinte de la prison de la ville de Ahar (Nord-est). Il a été condamné d’avoir tiré sur son ami.


Cinq hommes fouettés en public
Quotidien Djavan, 2 août
Condamnés à 340 coups de fouet, cinq personnes ont été flagellées en public dans la ville de Khoramdareh dans la province de Zanjan.


14 millions Iraniens sous le seuil de pauvreté
Quotidien Sarmayeh, 4 août
La revue trimestrielle de la banque, Statistiques économiques, "montre qu'au moins 14 millions vivent sous le seuil de pauvreté en Iran" ; un chiffre montrant une forte augmentation en un an.
Le pays compte environ 70 millions d'habitants.
L'Iran est confronté depuis un an à une accélération de la hausse des prix, qui a atteint 26% en juin 2008 par rapport au même mois de l'année précédente.
Cette inflation, beaucoup plus forte pour certains produits de première nécessité, n'a pas été compensée entièrement par la hausse des salaires.


Pendaison de deux "rebelles" présumés à Zahedan
Quotidien Etemad Melli /AFP, 5 août



Yaghoub Mehrnahad et Abdolnasser Taherisadr ont été exécutés, à une date non précisée, dans la prison de Zahedan (sud).
Ils ont été reconnus coupables de "coopération avec le groupe Joundallah dirigé par Abdolmalek Rigi".
La condamnation à mort de M. Mehrnahad avait été annoncée en février dernier par la justice iranienne.
Les autorités avaient alors démenti des informations d'organisations étrangères de défense des droits de l'Homme selon lesquelles Yaghoub Mehrnahad était condamné comme étudiant dirigeant une ONG appelée "La voix de la jeunesse pour la justice".
Le porte-parole de la justice iranienne, Ali-Reza Jamshidi, avait nié qu'il soit étudiant et affirmé qu'il était "accusé d'appartenir au groupe terroriste Joundallah, d'avoir agi contre la sécurité nationale, d'avoir déclaré la guerre à Dieu et d'être un corrompu sur terre, ce qui est punissable de mort".

Yaghoob Mirnehad, journaliste, travaillait pour un quotidien de Téhéran, "Mardomsalari" et dirigeait une œuvre de charité s'occupant de l'éducation des enfants. Il avait été arrêté en mai 2007 à Zahedan (Sud-est).


Les Six envisagent de nouvelles sanctions
Le Monde, 6 août
Déçus de l'absence de réponse claire à leur offre, les six grandes puissances "commencent à discuter des contours possibles d'une nouvelle résolution prévoyant des sanctions". Les six pays impliqués dans les discussions sur le programme nucléaire iranien ont commencé à discuter, mercredi 6 août, de nouvelles sanctions contre l'Iran.


L'UE dénonce les violations des droits de la minorité kurde
AFP, 6 août
L'Union européenne a dénoncé mercredi les violations des droits de la minorité kurde en Iran et a exhorté Téhéran à mettre un terme aux condamnations à la peine de mort.
"L'Union européenne est vivement préoccupée par les atteintes portées par les autorités iraniennes aux droits de certains de leurs ressortissants de la province iranienne du Kurdistan", a annoncé la présidence française de l'UE dans un communiqué.
"C’est avec une grande inquiétude que l’Union européenne a appris la condamnation à mort de MM. Farzad Kamangar, Farhad Vakili, Ali Heidarian, Hivar Botimar et Anvar Hosein Panohi, membres de la société civile iranienne appartenant à la minorité kurde", poursuit le communiqué.
"L'Union européenne exhorte de nouveau les autorités iraniennes à mettre un terme aux condamnations à la peine de mort et aux exécutions, le cas échéant en commuant les peines", ajoute le texte.


Le guide suprême suspend des lapidations
Le Monde, 7 août
Ali Khamemei, guide suprême de la République islamique, a commué en peine de prison ou de flagellation, la condamnation à la lapidation prononcée contre huit Iraniennes de 27 à 43 ans pour prostitution, inceste ou adultère, de même qu'un professeur coupable de relations sexuelles avec un élève, a annoncé, mardi 5 août, un porte-parole du pouvoir judiciaire.


Deux médecins arrêtés pour avoir projeté « une révolution de velours»
AFP/ UE, 7 août


La présidence du Conseil de l’Union européenne est vivement préoccupée par la situation en Iran de MM. Arash et Kamiar Alaei, deux médecins qui ont été arbitrairement arrêtés les 21 et 22 juin derniers.
D’après leurs plus récentes déclarations, les autorités iraniennes accusent les frères Alaei de manière infondée de s’être rendus coupables d’activités de déstabilisation de la République islamique, alors qu’ils sont internationalement connus pour leur action en matière de prévention et de traitement du sida en Iran.
La présidence du Conseil de l’Union européenne appelle les autorités iraniennes à libérer sans délai Arash et Kamiar Alaei ainsi qu’à abandonner toutes les charges qui pourraient peser sur eux.


Trois pendaisons à Qom
Quotidien Kayhan, 7 août
Trois hommes reconnus coupables de meurtre et trafic de drogue ont été pendus dans la ville de Qom (centre).
Les condamnés, identifiés par leurs seuls prénoms et âge, Mehdi, 27 ans, Djavad, 34 ans, et Ali, 38 ans, avaient été arrêtés en possession de 1.080 kilos d'opium.


21 journaux fermés en une année
Quotidien Etemad, 7 août
Vingt-un journaux ont été fermés par le gouvernement d'Ahmadinejad l’an dernier. Etant donné que la plupart des journaux sont fortement tributaires des subventions publiques, en particulier pour le papier et la publicité, le gouvernement n'a pas besoin de fermer officiellement un journal. Il suffit de couper les subventions…
Il existe des "lignes rouges" que les journaux ne doivent pas franchir. Selon un jeune journaliste, «Les fameuses lignes rouges que les journalistes ne doivent pas franchir en Iran sont les critiques de la politique officielle économique et nucléaire. Des sujets sociaux comme les demandes des jeunes pour plus de liberté ou la lutte contre la discrimination des femmes font également partie des lignes rouges que les journalistes ne sont pas autorisés à franchir. "


Vélo interdit aux femmes
Site Dastranj, 10 août
Il est désormais interdit aux femmes de faire du vélo dans le Parc familial de la ville de Karaj (Ouest de Téhéran). Les affiches annonçant l'interdiction ont été installées tout au long de la piste où d'habitude les jeunes filles faisaient du vélo pendant les vacances scolaires…


3° grève des travailleurs de la canne à sucre
CNRI, 11 août
Les travailleurs de l’usine de sucre de canne de Haft Tapeh, à Chouch (Sud), se sont mis en grève pour la troisième fois cette année.
Ils se sont rassemblés devant le siège de la direction pour exiger le respect des accords passés avec les représentants des travailleurs qui avaient abouti à la fin de la dernière grève.
Ils ont menacé d’étendre la grève s’ils n’obtenaient pas satisfaction. La direction de l’usine devait être renouvelée, ce que les grévistes avaient salué dans l’espoir d’obtenir leurs salaires impayés.


Quatre détenus pendus à Zahedan
IRNA/Fars, 11 août


Quatre prisonniers identifiés étant Gol -Mohammad Saleh-zehi, Govar-Rahim Baranzehi, Lal-Mohammad Zainidini et Assadollah Es’hagh-zehi ont été pendus dans l'enceinte de la prison de Zahedan (Sud-est). Ils ont été condamnés à la peine capitale pour détention de drogue.

Trois autres prisonniers sont voués sous peu à la potence.


Deux jeunes humiliés publiquement
ISNA, 12 août


Accusés d'avoir perturbé l'ordre public, deux jeunes "voyous" ont été humiliés à Téhéran. Pancarte au cou avec nom et délit, ils ont été exhibés dans les rues du quartier Yakh-chaï abad.


Une militante emprisonnée a entamé une grève de la faim
Bulletin d'Amir Kabir, 14 août
Après son arrestation et pour protester contre la procédure obscure de son procès, sa condamnation à quatre ans de prison et la décision de son exil, Zeinab Bayazidi a entamé une grève de la faim…
Zeinab a passé son quatrième jour de grève de la faim. Les forces de sécurité et le chef de la prison, sont intervenus à plusieurs reprises pour l'obliger à briser sa grève, mais elle persiste toujours malgré les menaces.
Sa famille, vivement préoccupée par son état de santé, s'est rendu à la prison le jeudi 14août pour une visite. Les autorités ont refusé toutes visites avec leur fille.


Pendaison à Zahedan
Agence Fars, 15 août


Accusé d’adultère, Hassan Sadeghpour a été pendu à l’aube ce matin dans l’enceinte de la prison de Zahedan capitale de la province de Sistan-Baloutchistan (Sud-est).


Inspection des téléphones portables
Agence Chahab, 17 août
Les forces de sécurité de l'Etat (FSE) ont annoncé mercredi qu’elles allaient vérifier les téléphones portables dans les rues de la province d'Azerbaïdjan (Nord-ouest).
« Les FSE sont autorisées à inspecter les téléphones portables des suspects dans la rue. La police a clairement dit que la mesure visait à lutter contre l’immoralité »...


Chris de Burgh ne chantera pas en Iran
IRNA/AFP, 17 août
Le ministère iranien de la Culture a affirmé qu'aucune autorisation n'avait été accordée pour un concert du chanteur irlandais Chris de Burgh qui en ferait la première vedette pop étrangère à se produire en Iran depuis la révolution islamique...
Chris de Burgh a enregistré un album en anglais et en persan avec le groupe de musique iranien Arian, très populaire dans le pays...


Shirin Ebadi porte plainte contre IRNA pour diffamation
AFP, 18 août
Shirin Ebadi a annoncé lundi avoir porté plainte pour diffamation contre l'agence de presse officielle IRNA après des accusations que sa fille se serait convertie à la religion bahaïe, interdite en Iran...


Une féministe libérée
AFP-Téhéran, 18 août
La féministe Nahid Jafari, a été relaxée en appel de sa peine avec sursis de six mois de prison et 10 coups de fouet, a rapporté lundi le quotidien Kargozaran.


Exécution imminente de Behnood Shojaee
UE, 19 août


La Présidence du Conseil de l’Union européenne est profondément préoccupée par la nouvelle de l’exécution imminente de Behnood Shojaee, condamné à la peine de mort pour des crimes qu’il aurait commis alors qu’il était mineur.
La Présidence rappelle à l’Iran que la condamnation à mort de mineurs constitue une violation flagrante de ses obligations et engagements
internationaux, expressément énoncés dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et dans la Convention relative aux droits de l’enfant, qui tous deux interdisent clairement l’exécution de mineurs ou de personnes condamnées pour des crimes commis alors qu’elles étaient mineures.

La Présidence exhorte l’Iran à se conformer à ses obligations internationales et à prendre immédiatement les dispositions nécessaires pour empêcher l’exécution de M. Shojaee, ainsi que de tous les autres mineurs qui sont sous le coup d’une condamnation à mort. Elle appelle les autorités iraniennes à envisager des peines de substitution adaptées, à finalité avant tout éducative et visant à permettre la réinsertion sociale des mineurs délinquants.


Reza Hejazi pendu pour un crime commis à 15 ans
Amnesty International, 19 août


Amnesty International condamne sans réserve l’exécution ce mardi à 11 heures de Reza Hejazi, 20 ans, pour un crime commis alors qu’il était âgé de moins de dix-huit ans. Reza Hejazi a été pendu à la prison centrale d’Ispahan après avoir été reconnu coupable d’un meurtre commis lorsqu’il avait environ quinze ans. Son avocat n’avait pas été informé de ce que l’exécution allait avoir lieu, alors qu’au terme du droit iranien un préavis de quarante-huit heures est requis.

Amnesty International appelle la justice iranienne à mettre fin aux exécutions de mineurs délinquants, et le gouvernement iranien à interdire de telles exécutions, dans le respect du droit international.


Manifestation à Genève des opposants iraniens en Irak
ATS - Genève, 20 août
Une centaine de sympathisants des opposants iraniens en Irak ont manifesté mercredi à Genève contre la menace des autorités de Bagdad de les expulser.
Plus de 3500 opposants sont cantonnés depuis 2003 à Ashraf, au nord-est de Bagdad.
Les manifestants sur la place des Nations ont scandé des slogans hostiles au régime de Téhéran derrière les portraits de Massoud et Maryam Radjavi, les dirigeants de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI). Une banderole demandait au CICR de "garantir la protection des résidents d'Ashraf, intransférables".
Les manifestants ont ensuite marché jusqu'au siège du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).
Le porte-parole du secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) Afchine Alavi a mis en garde contre "une tragédie humanitaire" et "un massacre", si les autorités de Bagdad mettent leur menace à exécution sous la pression de Téhéran. La protection des militants en Irak est assurée depuis mai 2003 par la force multinationale. L'OMPI s'oppose à un transfert du camp d'Ashraf aux autorités irakiennes ainsi qu'à une expulsion forcée.
Il y voit "une machination téléguidée par Téhéran pour laminer son opposition principale en Irak".


Huit prisonniers exécutés
CSHDI, 22 août


Huit prisonniers ont été exécutés mercredi. Six ont été envoyés à la potence à Birjand (Nord-est), et deux autres prénommés Gholam Reza et Amine, en banlieue de Téhéran dans la prison de Gohardacht.


12 étudiants arrêtés à Téhéran
Iran Focus, 23 août
La police politique a procédé hier à l'arrestation de 12 étudiants dont cinq filles dans le parc Laleh de Téhéran. Ils auraient été transférés au centre n°3 du ministère du Renseignements. Certains d'entre eux auraient déjà été arrêtés lors d’un rassemblement à l'occasion de la « Journée des étudiants », célébrée le 16 décembre de chaque année en Iran.
Hamed Mohamadi, Nader Ahsani, Bita Samizad, Elham Ahsani, Nima Nahouri et Saïd font partie des personnes arrêtées.


Le meurtre tragique d’une jeune fille
Iran Focus - Marivan, 23 août
Suite à un « crime d’honneur » sur une jeune fille, plusieurs milliers de personne se sont rassemblées devant le tribunal de Marivan en Kurdistan, pour protester contre les atrocités dont sont victimes les femmes.
L’opinion publique avait été particulièrement choquée par la brutalité de ce crime, au cours duquel Ferechteh Nejati, 18 ans, avait eu la tête tranchée par son père. Une grande foule s’est réunie devant le cimetière où a été enterrée la victime pour ensuite se diriger vers le tribunal.
Les manifestants scandaient « non aux lois misogynes» et fustigeaient les autorités.


Un jeune pendu à Bojnourd
Quotidien Etemad, 23 août
Condamné pour meurtre, un homme âgé de 25 ans a été pendu jeudi matin à dans la ville de Bojnourd (nord-est). Il a été identifié par son seul prénom Ali.


Behnam Zaree exécuté à 18 ans
AFP, 27 août


Behnam Zaree, qui avait commis un meurtre alors qu'il était mineur, a été pendu mardi à la prison de Shiraz (sud), a rapporté mercredi le quotidien Etemad.
Behnam Zaree avait tué il y a trois ans, lorsqu'il avait 15 ans, un autre jeune, identifié par son seul prénom Mehrdad, avec une hache lors d'une bagarre de rue. Il avait expliqué qu'il n'avait pas l'intention de le tuer et demandé pardon à sa famille...


Plus de 1600 arrestations en une seule nuit
CSDHI, 27 août
Dans une opération sans précédent, les Forces de sécurité de l'État (FSE) ont arrêté mercredi 1600 Téhéranais lors d’une rafle nocturne dans la capitale.
«Les individus interpellés seront déférés au parquet pour l’ouverture d’un casier judiciaire. C’est la branche de la 20ème cour spéciale de la capitale qui s’occupera de ces criminels », a déclaré Mahmoud Salar-Kia, vice-procureur général de Téhéran.


Un mollah compare les femmes à des ânes
Site officiel Asr-e-Iran, 28 août
Dans un prêche devant une assemblée de miliciens du Bassidj, Ali Borhan, imam de la prière de Mehriz (Centre) a comparé les femmes iraniennes qui refusent de porter le tchador traditionnel à « des ânes sans selle».
« Les habitants de Mehriz ne toléreront pas les femmes portant autre chose qu’un tchador. La façon dont les femmes apparaissent en public est pire que si elles se montraient nues... Nous n'accepterons pas la distribution de cassettes [de musique] dans notre ville et ne tolérerons pas les femmes en mauvaises tenues. Il vaudrait mieux pour elle qu’elles ne portent rien», a-t-il prévenu.


Une femme et quatre hommes pendus à Evine
Quotidien Iran, 28 août
Cinq personnes, dont une femme, ont été pendues mercredi matin dans la prison d'Evine à Téhéran.
Les condamnés n’ont été identifiés que par leur prénom Majid, Amin, âgé de 28 ans, Nadjaf et Vahid.
La femme, prénommée Chabnam, 34 ans, aurait tué à coups de couteau son mari après avoir appris qu'il voulait se remarier avec une jeune fille.


Une pendaison à Semnan
Agence Fars, 28 août


Reconnu coupable de trafic de drogue, un homme identifié étant Mohammad Hassan B. a été pendu dans la ville de Semnan (Nord). Il avait déjà été condamné à 25 ans de prison mais s'était échappé lors d'un transfert.


Téhéran annonce avoir près de 4.000 centrifugeuses
IRNA, 29 août
L'agence officielle iranienne IRNA a annoncé vendredi que le pays dispose à présent de 4.000 centrifugeuses dans son complexe d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran...
Téhéran a annoncé la poursuite des préparatifs pour un complexe d'enrichissement d'uranium à grande échelle qui comprendra à terme 54.000 centrifugeuses.


Un homme pendu à Noshahr
Agence Fars/AFP, 31 août
Reconnu coupable de trafic de drogue, un condamné, identifié par ses seules initiales H.P.A., a été exécuté samedi dans une prison de Noshahr (Nord).
Cette pendaison porte à au moins 182 le nombre de personnes exécutées en Iran depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP à partir d'informations de presse.

csdhi

Les Iraniennes en révolte