Situation des Femmes en Iran

Public

10 octobre 2008

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Septembre 2008
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012
Paris – FranceTél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr
www.femmesiraniennes.blogspot.com


Trois prisonniers pendu à Zahedan
Quotidien Djomhouri, 31 août
Trois détenus identifiés étant Hossein-Ali Chahraki, Mojtaba Mozafari et Habibollah Pirvali ont été pendus dans la prison de Zahedan (sud-est).

Ces pendaisons portent à 35 le nombre des exécutés au mois d’août.


300 jeunes sombrent par jour dans la toxicomanie
Quotidien Djomhouri, 1er septembre


Les statistiques les plus récentes sur la toxicomanie montre la baisse considérable de l’âge des jeunes drogués de 17 à 13 ans. Chaque jour 300 jeunes sombrent dans la toxicomanie et sur 3 millions drogués un million ont moins de 19 ans.
Selon ces statistiques, chaque mois 100 drogués décèdent et l’âge moyen des détenus toxicomanes est 39 ans.


L'ONU condamne l'exécution de deux mineurs
HCDH, 2 septembre
Le Haut Commissariat aux Droits de l'Homme a déploré mardi l'exécution de deux mineurs en violation des obligations internationale de la République islamique d'Iran concernant l'application de la peine de mort.
Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit très «attristé et préoccupé» par cette nouvelle.
Le Haut Commissaire Navi Pillay s'est dite aussi préoccupée par le sort de deux autres jeunes hommes de moins de 18 ans qui risquent une exécution imminente.
Elle a appelé l'Iran à respecter ses obligations internationales qui interdisent strictement l'application de la peine de mort aux délinquants mineurs.


Un homme pendu à Arak
Agence Fars /AFP, 2 septembre
Un homme a été pendu lundi dans une prison de la ville d'Arak (centre). Le condamné, identifié par ses seules initiales Z.K., avait poignardé sa femme à mort, puis blessé par des tirs son gendre et sa fille. L'homme soupçonnait son épouse d'avoir une relation amoureuse avec son gendre.


Le chef du bureau de la télévision Al-Arabiya obligé de quitter l'Iran
AFP, 2 septembre
Le chef du bureau à Téhéran de la télévision saoudienne Al-Arabiya, Hassan Al-Fahs, a déclaré mardi avoir été informé par les autorités qu'il était obligé de quitter l'Iran…
Il lui a été expliqué que cette décision avait été prise "à cause de la politique de la chaîne (Al-Arabiya) et du travail de (son) bureau à Téhéran".
Al-Arabiya est l'une des deux principales chaînes de télévision par satellite de langue arabe, avec Al-Jazira.
La chaîne avait été récemment la cible d'une attaque virulente d'Allaeddine Boroudjerdi, qui dirige la commission des Affaires étrangères du Parlement iranien.
Le député lui reprochait son "dénigrement" et son "attitude hostile envers le peuple et le gouvernement de la République islamique", dans des propos cités le 9 août par IRNA.
Le bureau d'Al-Jazira à Téhéran avait été également fermé par les autorités en avril 2005, pendant quatorze mois, sur des accusations d'incitation à la violence à l'occasion de troubles dans la ville iranienne d'Ahvaz, où réside une forte communauté arabe.
Le directeur-adjoint du bureau de l'AFP à Téhéran, Stuart Williams, avait été contraint de quitter l'Iran à la fin juillet, après le non-renouvellement de son visa par les autorités. Ces dernières n'avaient fourni aucun motif officiel à leur decision.


Quatre féministes condamnées à six mois de prison
Quotidien Kargozaran/AFP, 3 septembre


Quatre féministes, Parvin Ardalan, Jelveh Javaheri, Maryam Hosseinkhah et Nahid Keshavarz, ont été condamnées à six mois de prison ferme en première instance, a déclaré leur avocate Shirin Ebadi mercredi.
Les quatre activistes ont été condamnées pour avoir écrit des articles dans deux sites internet féministes "taghir baray-é Barabari" (changement pour l'égalité) et "zanestan" (pays des femmes), filtrés depuis 2007 par les autorités…


Couleurs interdites aux femmes
Site Kerman khabar, 3 septembre
Les autorités de la province de Kerman ont interdit aux femmes de porter du blanc, du rouge ou du jaune. Selon le décrété du conseil local du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique, ces couleurs ont excitantes...


Un prisonnier pendu à Boroujerd
Quotidien Kayhan le 3 septembre
Un homme nommé Ali Sadeghi a été pendu à Boroudjerd, dans l’ouest du pays.
Cinq autres prisonniers, Hadi Khandar, Hamid Akbari, Mohsen, Hossein et Mehdi, ont été condamnés à mort.


Le PE invite les autorités en Irak à ne pas rapatrier de force en Iran des membres de l'opposition
Parlement européen, 4 septembre
Dans une résolution adoptée la semaine dernière sur les violations des droits de l’Homme en Iran, le Parlement européen a fait part de son inquiétude quand aux risques de voir expulser les résidents d’Achraf en Irak, où sont réuni les membres du mouvement de l’OMPI.


Le parlement européen condamne les exactions en Iran
Parlement européen, 4 septembre


Le parlement européen a voté le 4 septembre dernier une résolution condamnant les exactions du régime iranien dont voici des extraits :

Exécutions en Iran
Le Parlement a une fois de plus dénoncé le nombre élevé d'exécutions en Iran, en particulier celles des mineurs, et prie instamment les autorités iraniennes de modifier leur politique et la législation sur cette question.
La résolution, qui note que "29 exécutions simultanées ont eu lieu dans la prison d'Evin, à Téhéran, le 27 Juillet 2008", "condamne fermement l'augmentation du nombre d'exécutions et presse les autorités iraniennes d'établir un moratoire sur la peine de mort, en vue d'abolir de la peine capitale, conformément à la résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies, le 18 Décembre 2007 ".

Exécutions de mineurs
En premier lieu, le Parlement se dit "profondément attristé par l'exécution récente de plusieurs délinquants mineurs en Iran, ce qui fait de l'Iran le seul pays au monde où cette punition grave et inhumaine est toujours pratiquée en 2008".

Soutien aux défenseurs des droits de l'Homme, condamnation de la lapidation
Les députés condamnent fermement "les poursuites et l'emprisonnement de citoyens qui se consacrent en Iran à la défense des droits de l'homme et font campagne contre la peine capitale, et sont fréquemment accusés de mener des "activités contre la sécurité nationale". Là aussi, le texte cite des cas individuels.


Suppression d'articles d'un projet de loi facilitant la polygamie
AFP, 8 septembre
La Commission de la justice du Parlement iranien a décidé de supprimer des articles d'un projet de loi, combattus par des féministes et religieux, facilitant notamment la polygamie, a rapporté la télévision.
"La Commission s'est réunie en présence d'experts et finalement est arrivée à la conclusion que pour soutenir les fondements de la famille il valait mieux supprimer les articles 23 et 25, et par conséquent a voté leur suppression", a dit Amine Rahimi, porte-parole de la commission, cité sur le site de la télévision.
La polygamie est autorisée en Iran mais avec le consentement de l'épouse. L'article 23 dispensait un homme d'obtenir l'accord de sa première femme s'il souhaitait en prendre une deuxième.
L'article 25 envisageait de taxer la dot apportée par le mari à sa femme, ce qui aurait pénalisé l'épouse.
"A cause de la sensibilité des dignitaires religieux, des croyants et de toutes les femmes, le président du parlement (Ali Larijani) a conseillé à la commission d'examiner avec précision la loi sur la famille, en particulier les articles 23 et 25", a dit M. Rahimi.
Selon le pouvoir judiciaire, l'introduction de ces articles controversés s'était faite à l'initiative du gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad, et non de la Justice…
L'article 23 prévoyait en effet que le permis de nouveau mariage, délivré par un juge, était seulement conditionné à la capacité financière du mari de subvenir aux besoins de ses femmes et à la conviction du magistrat qu'elles seraient traitées équitablement.
M. Rahimi a estimé que "les modifications apportées par la commission lèveront les inquiétudes créées dans la société et les femmes iraniennes peuvent tranquillement continuer à éduquer leurs enfants (...) sans être inquiètes".


81 milliards de dollars de ventes de pétrole et de gaz en 2007/08
AFP, 8 septembre
L'Iran a obtenu plus de 81 milliards de dollars de ses ventes de pétrole et de gaz sur l'année iranienne terminée le 21 mars 2008, en hausse de plus de 31% par rapport à l'année précédente, grâce à la hausse du prix du baril, selon des chiffres de la Banque centrale iranienne...
L'augmentation des revenus pétroliers de l'Iran a contribué à nourrir une inflation en accélération, le gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad ayant procédé à des injections massives de fonds publics dans le circuit économique.
Les revenus du pétrole fournissent jusqu'à 80% des recettes en devises du pays et environ la moitié de ses ressources budgétaires. L'économie de la République islamique est d'autant plus dépendante des cours du brut que sa production augmente très lentement.


L'élection présidentielle fixée au 12 juin 2009
Le Monde, 9 septembre
Le ministère de l'intérieur iranien a annoncé, dimanche 7 septembre, que la prochaine élection présidentielle aura lieu le 12 juin 2009. Le président Mahmoud Ahmadinejad pourrait briguer un nouveau mandat. Cette annonce intervient alors que l'armée iranienne débute, lundi 8 septembre, trois jours de manoeuvres auxquelles participent notamment des unités de défense anti-aériennes…


Arrestation des femmes dans les parcs de Téhéran
CSDHI, 9 septembre


Le général Ahmad-Reza Radan, chef des forces de sécurité de l’Etat (FSE) du secteur du Grand Téhéran a déclaré : «La police arrêtera les femmes qui portent des vêtements inconvenants dans les parcs du Grand Téhéran.» «La police débarrassera les parcs de ces femmes en tenue immodeste. Nous assurerons un environnement familial aux Téhéranais tout en nous occupant rapidement de ceux qui violent la loi», a ajouté Radan. Cela entre dans le cadre du renforcement de la sécurité publique a précisé Radan.


La police sévit afin de faire respecter le ramadan en public
AFP, 10 septembre
Neuf jours après le début du mois musulman sacré du ramadan en Iran, la police a fermé plus de 200 petits restaurants et mis en garde plus de 20.000 personnes ayant bravé le jeûne avant le coucher du soleil, selon la police.
"Depuis le début du ramadan, plus de 26.000 personnes ayant mangé ou proposé de la nourriture dans la rue pendant la journée ont reçu un avertissement dans 27 provinces", a dit le chef-adjoint de la police Hossein Zolfaghari, cité dans le quotidien Kargozaran mercredi.
Il a ajouté que "208 petits restaurants ont été fermés à cet effet", depuis le début du ramadan, un mois où les musulmans sont censés ne pas manger, boire, fumer ou encore avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil.
Peu de temps avant le ramadan, qui a commencé le 2 septembre en Iran, la police avait averti les lieux de restauration, mais pas les supermarchés et épiceries, de respecter le mois du jeûne.
Elle avait aussi mis en garde les citoyens contre la consommation de nourriture pendant la journée sur la voie publique…


Pendaison d'un trafiquant de drogue
Quotidien Iran /AFP, 11 septembre
Reconnu coupable de trafic de drogue, un homme a été pendu dans la prison de Sari (nord).
Le condamné, non identifié, avait été arrêté à l'été 2007 avec deux complices pour détention d'environ 32 kilos de crack cocaïne dans la province septentrionale de Mazandaran.
Un de ses complices avait été exécuté en mars dernier et le deuxième avait été condamné à une peine de prison à vie, selon le quotidien.


L’Iran au premier rang de la peine de mort pour des enfants
AFP, 11 septembre


Cinq pays, au premier rang desquels l'Iran, sont responsables à eux seuls de la totalité des 32 exécutions capitales de jeunes de moins de 18 ans recensées depuis janvier 2005, selon un rapport rendu public mercredi de l'organisation américaine Human Right Watch (HRW).
Dans un communiqué, HRW a appelé "les gouvernements à utiliser l'ouverture de la nouvelle session de l'Assemblée générale de l'ONU (le 23 septembre) pour engager d'urgence les réformes nécessaires à la protection des droits des enfants en litige avec le droit".
Parmi les 32 exécutions de mineurs pratiquées depuis 2005, 26 ont eu lieu en Iran, deux en Arabie Saoudite, autant au Soudan, une au Yemen et une au Pakistan, rapporte l'organisation dans une étude d'une vingtaine de pages.
Dans ces pays, "plus de 100 jeunes condamnés attendent actuellement dans le couloir de la mort le résultat de leur appel ou, dans des cas de meurtre, le résultat d'une négociation accordant la clémence contre une compensation financière".
"Nous ne sommes qu'à cinq pays d'une interdiction totale de la peine de mort pour les mineurs", a déclaré Clarisa Bencomo, expert en droit des enfants pour HRW. "Ces quelques irréductibles devraient abandonner ces pratiques barbares de telle sorte que personne ne puisse plus être exécuté pour un crime commis quand il était enfant", a-t-elle ajouté.
HRW précise que l'écrasante majorité des Etats, "même la Chine et les Etats-Unis" récemment, ont "ratifié ou adhéré à des traités" garantissant que la peine de mort ne puisse être appliquée lorsque le crime a été commis quand le jeune avait moins de 18 ans.
Mais, en Iran, détaille HRW, "les juges peuvent imposer la peine capitale si l'accusé a atteint la majorité, définie dans le droit iranien à 9 ans pour les filles, 15 ans pour les garçons". Elle a comptabilisé dans ce pays six exécutions de mineurs en 2008.


Deux prisonniers dans l’attente d’être lapidés à Ispahan
Iran Focus, 14 septembre
Les informations reçues des autorités judiciaires d’Ispahan font état du maintien de la peine prononcée à l’encontre de deux prisonniers condamnés à la lapidation. Mme Guilan Mohamadi, 30 ans, est détenue depuis cinq ans dans la prison d’Ispahan sous l’inculpation d’adultère.
M. Gholam-Ali Eskandari, qui est également détenu depuis cinq ans dans la prison d’Ispahan, a été condamné à la lapidation et attend l’application de sa peine.


L'AIEA accuse Téhéran de continuer l'enrichissement d'uranium
Le Monde, 15 septembre
Dans un rapport publié lundi à Vienne, l'Agence internationale de l'énergie atomique se dit toujours dans l'incapacité d'établir la véritable nature du programme nucléaire iranien. Une nouvelle fois, l'AIEA enjoint Téhéran de fournir toutes les informations nécessaires, regrettant "de n'avoir pu faire de progrès substantiels sur les prétendues études [sur la militarisation du programme nucléaire iranien] et sur les autres sujets clés associés à ce problème qui continuent de l'inquiéter sérieusement"...


Les coupures d'électricité et d’eau se poursuivent
AFP, 17 septembre
Les coupures d'électricité imposées aux Iraniens depuis juillet vont probablement se poursuivre dans les six mois à venir, a prévenu le ministre de l'Energie, en avertissant aussi de possibles coupures d'eau.
"Nous ne pouvons pas stocker l'électricité et la possibilité existe de coupures pendant l'automne et l'hiver", a dit Parviz Fattah dans le quotidien Etemad mercredi…
L'Iran détient les deuxièmes réserves mondiales de gaz, mais en est un importateur net faute d'investissements dans la production et d'une hausse soutenue de la consommation.
Le manque d'investissement dans les secteurs pétrolier et gazier de l'Iran résulte en partie des sanctions internationales engagées contre le pays à cause de son programme nucléaire.


Une Iranienne craint d'être expulsée de Suède en Iran
AFP /CSDHI, 18 septembre


Une réfugiée iranienne, dont la demande d'asile a été rejetée en Suède, a déclaré jeudi qu'il serait très dangereux pour elle de retourner en Iran, en raison de ses critiques contre le régime.
"J'ai peur de retourner en Iran. Il faut que je reste (en Suède). Il n'y a pas d'autre voie possible", a indiqué à l'AFP Rana Karimzadeh, 46 ans, arrivée en Suède en 2005 après avoir fui son pays en 2001...
Les deux filles de Mme Karimzadeh, âgées de 10 et 15 ans, devraient retourner avec leur mère en Iran, selon la décision de la justice suédoise.
Un mouvement de soutien s'est créé en faveur de Mme Karimzadeh et, mercredi, une centaine de personnes ont manifesté devant le Parlement suédois.
Mme Karimzadeh a fait appel et la décision devrait être rendue fin octobre.


Une conférence européenne réclame que l'OMPI soit rayée de la liste de
L’Humanité, 19 septembre
Une conférence réunissant des juristes internationaux de renom - dont l'ancien juge président du Tribunal international pour l'ancienne Yougoslavie Antonio Cassese et l'ancien juge à la Cour de justice européenne lord Slynn de Hadley - et des parlementaires s'est tenue mardi à Bruxelles.
Son but : exiger de l'Union européenne qu'elle raye l'OMPI (Organisation des moudjahidin du peuple d'Iran) de sa liste des organisations terroristes. Un pas déjà franchi en juin par la Grande-Bretagne, après que deux tribunaux britanniques ont reconnu que cette inscription n'a aucune base juridique, ce qu'ont confirmé les experts réunis mardi. L'OMPI espérait que l'ensemble des pays de l'UE suivraient.


« Le voile noir est le vêtement national des Iraniennes! »
Bulletin Amir Kabir, 19 septembre
Le directeur général des affaires féminines et familiales à Téhéran a déclaré que « le voile noir est le vêtement national des femmes dans notre pays », avant de préciser que « les voiles colorés révèlent simplement une ignorance de la culture des femmes et du vêtement féminin en Iran. »


L'Iran mise sur la lassitude des pays occidentaux, selon Sarkozy
Reuters, 23 septembre


Le président français estime que les dirigeants iraniens misent sur la lassitude de la communauté internationale dans le dossier du programme nucléaire de l’Iran.
"Ma crainte, c'est que la communauté internationale donne le sentiment de se désintéresser de ce qui est pour moi la crise potentielle la plus grave, et qu'un jour le monde se réveille avec un conflit de plus", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.
"A ce moment-là on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas", a ajouté le président français, qui a estimé que l'arme atomique entre les mains du président iranien Mahmoud Ahmadinedjad ferait courir un risque "gigantesque" au monde.
"Une partie des dirigeants iraniens parient sur la lassitude de la Communauté internationale", a estimé Nicolas Sarkozy, pour qui c'est cependant aussi "un pari qu'ils font contre leur peuple".
Il s'est de nouveau prononcé en faveur d'un renforcement des sanctions contre l'Iran, pour amener les dirigeants iraniens à renoncer à tout programme militaire nucléaire.


Les sœurs d’un prisonnier politique arrêtées
CSDHI, 24 septembre
Des agents du ministère du Renseignement ont arrêté Homa et Nasrine Nikbakht, le 16 septembre et les ont transférées au siège provincial du renseignement à Golpaygan, dans la province d’Ispahan.
Homa Nikhbakht est étudiante à l’université de Chahr-e-Kurd. Elles ont été interrogées pendant des heures, insultées et menaces. Quand elles ont demandé la raison de leur arrestation, on leur a dit qu’elles « menaçaient la sécurité nationale ». Une enquête a été ouverte et elles seront sous peu traduites devant un tribunal.
Elles ont été libérées au bout de quelques heures de mauvais traitements. Il s’agit en fait des sœurs d’un prisonnier politique, Mohammad Nikbakht, incarcéré à la prison centrale d’Ispahan.


Intervention sur l'Iran de Condoleezza Rice
AP, 26 septembre


ONU - La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a jugé "inacceptables" vendredi les appels du président iranien à la destruction d'Israël et a précisé que les Etats-Unis allaient demander au Conseil de sécurité de l'ONUde se saisir de la menace émise contre l'existence d'un pays membre des Nations unies.
"Je ne crois pas que le peuple iranien dans son ensemble" partage cette opinion, a déclaré Condoleezza Rice au Conseil de sécurité. "Mais son président (Mahmoud Ahmadinejad) a déclaré qu'un autre membre de cette organisation, les Nations unies, devrait être rayé de la carte, devrait être détruit, et ne devrait pas exister". "C'est tout simplement inacceptable"…


l’UE profondément préoccupée par la situation des minorités religieuses
27 septembre
L'Union européenne est très préoccupée par la dégradation de l'exercice de la liberté de religion ou de conviction, notamment la liberté de culte en Iran, où les pressions exercées sur les personnes appartenant à des minorités religieuses se sont aggravées au cours des derniers mois.
L'arrestation, depuis le mois d'avril, d'Iraniens convertis au christianisme et de membres de la communauté baha'ie suscite sa profonde inquiétude. Elle demande leur libération immédiate et inconditionnelle ainsi que l'arrêt de toute forme de violence ou de discrimination à leur encontre.
De nombreuses informations rapportent que les personnes appartenant aux minorités chrétiennes, bahaïs, soufis et sunnites en Iran subissent des persécutions régulières comme la confiscation de leurs biens, la profanation de leurs lieux de prière, leur emprisonnement et de nombreuses violences faites à leur encontre, y compris certaines mettant leur vie en danger.
L'Union européenne exprime sa préoccupation devant la décision prise par le Parlement iranien d'examiner un projet de loi qui inscrit l'apostasie parmi les crimes passibles de la peine de mort. Cette loi, si elle était adoptée, constituerait une grave atteinte à la liberté de religion ou de conviction, qui comprend le droit de changer de religion et le droit de ne pas avoir de religion. Elle violerait l'article 18 du Pacte international sur les droits civils et
politiques, librement ratifié par l'Iran, et mettrait en danger la vie de plusieurs Iraniens, arrêtés et emprisonnés sans procès depuis plusieurs mois pour leurs convictions religieuses.
L'Union européenne exhorte la République islamique d'Iran à reconsidérer l'examen de cette loi, à libérer toute personne emprisonnée en raison de son appartenance religieuse et à garantir le plein exercice de la liberté de religion ou de conviction à tous ses citoyens.


Hausse de près de 40% du prix des produits alimentaires en été
Quotidien Kargozaran/AFP, 28 septembre
Selon les chiffres de la banque centrale, le prix des produits alimentaires en Iran a augmenté en moyenne de 39,2% durant les trois mois de l'été 2008 par rapport à la même période il y a un an.
Cette hausse concerne 45 produits alimentaires, notamment la viande, les produits laitiers, le riz, le thé ou encore les fruits et légumes, selon ces chiffres.
La banque a remarqué que le rythme de la hausse des prix avait accéléré durant cette période.


Deux étudiants kurdes emprisonnés privés de visites
Rochangari, 29 septembre
Défenseurs des droits de l’Homme, deux étudiants kurdes, Khezr Rassoul Morovat et Yareh Salar, emprisonnés à la prison de Miandoab (Nord-ouest) sont interdits de visite depuis deux semaines.


L'Iran continuera à enrichir de l'uranium malgré la résolution de l'ONU
AFP, 29 septembre
L'Iran va continuer à enrichir de l'uranium, a annoncé le porte-parole de sa diplomatie lundi, malgré l'adoption samedi d'une cinquième résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il suspende cette activité…
Le Conseil de sécurité a adopté samedi à l'unanimité la résolution 1835, qui s'est contentée de réaffirmer les quatre résolutions précédentes, dont trois assorties de sanctions, prises contre Téhéran.
Le Conseil exige notamment que la République islamique suspende ses activités d'enrichissement.


Un ministre reconnaît que son diplôme d'Oxford était un faux
AFP, 30 septembre
Le ministre de l'Intérieur Ali Kordan, soumis à de fortes critiques depuis deux mois, a finalement reconnu que son doctorat honorifique de l'université britannique d'Oxford était un faux, tout en accusant un "intermédiaire", a rapporté mardi le quotidien Iran.
Dans une lettre au président Mahmoud Ahmadinejad, il explique toutefois qu'il ne s'est jamais douté que son doctorat pouvait être un faux.


40% des Iraniens vivent dans la pauvreté
Quotidien Kargozaran, 30 septembre
Dans son récent rapport, le FMI, Fond monétaire international, a publié certaines statistiques sur le seuil de la pauvreté dans différents pays.
Selon ce rapport 40% des Iraniens vivent en dessous du seuil de la pauvreté…

csdhi

Les Iraniennes en révolte