Situation des Femmes en Iran

Public

14 avril 2009

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Mars 2009
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012
Paris – FranceTél./Fax (331) 43 65 57 84
84afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com/

8 mars : Belle journée à toutes les femmes
21 mars : Heureuse année 1388 à tous les Iraniens


Quatre étudiants arrêtés
Agence Kouroch, 1er mars
Quatre militants étudiants ont été arrêtés à la suite de raids lancés contre leurs domiciles par les agents des services de sécurité. Ils ont été emmenés vers une destination inconnue. Aucune information n’a percé sur le lieu de détention d’Amir Hussein Mohammadi, Sanaz Allahyari, Maryam Sheikh et Nassim Roshanayi. Ce dernier était en mauvaise santé lors de son arrestation et il est à craindre que son état ne se détériore en prison.



Le président irakien reçu par le guide suprême
IRNA, 1er mars


Le guide suprême de la révolution islamique a plaidé au cours de sa rencontre avec le président irakien, Jalal Talabani en visite officielle à Téhéran pour le développement des relations entre l'Iran et l'Irak dans divers domaines, tout en insistant sur l'application des accords précédemment conclus entre les deux pays.
" La présence militaire anglo-américaine porte atteinte à l'Irak" a affirmé le guide suprême de la Révolution islamique avant d'indiquer que les troupes d'occupation devraient quitter le plus rapidement possible l'Irak, "car a-t-il précisé, le moindre retard pris dans ce retrait, nuirait aux intérêts du peuple irakien".

Plus loin dans ses propos, le guide suprême a fait allusion à l'accord irano-irakien concernant l'expulsion du groupuscule terroriste des Moudjahiddines, avant d’affirmer: "cet accord doit se traduire dans les faits".
"Les Moudjahiddines sont source de mal et de corruption" a poursuivi le guide suprême commentant la décision de l'Union Européenne de retirer ce groupuscule terroriste de sa liste noire : " la décision européenne a démontré que le fait d'être ou de ne pas être terroriste, est du point de vue de l'Occident, une question ordinaire, ne correspondant absolument pas aux réalités"…

Les Arabes doivent s'unir face au "défi iranien", selon Ryad
AFP-Le Caire, 3 mars
Le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud Al-Fayçal, a exhorté les pays arabes à l'union, notamment pour faire face au "défi iranien", mardi, à l'ouverture d'une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères au Caire…
L'influence iranienne --pays non arabe et chiite--, qui s'exerce notamment à travers les mouvements libanais Hezbollah et palestinien Hamas, inquiètent les régimes sunnites de la région dont l'Arabie saoudite.
Le programme nucléaire de Téhéran est également perçu comme un danger…



Deux rebelles sunnites pendus à Zahedan
ILNA/AFP, 3 mars
Deux membres du groupe rebelle sunnite Joundallah (soldats de Dieu) ont été pendus mardi matin à Zahedan (Sud-est) alors que 28 autres membres du groupe ont été condamnés à mort pour action armée contre le pouvoir islamique...
Accusés de «Corruption sur Terre», les deux hommes exécutés ont été identifiés comme étant Salaheddine Seyedi et Khalilollah Zare’i.



Les USA sanctionnent onze sociétés accusées d'aider l'Iran dans le nucléaire
AFP, 3 mars
Le département américain du Trésor a annoncé mardi des sanctions contre onze sociétés liées à une banque iranienne et accusées d'aider Téhéran dans son programme d'armement nucléaire.
Cette banque, la plus grande du pays, la Melli Bank, figure depuis 2007 sur la liste des entreprises actives dans la prolifération nucléaire tenue par Washington. Elle est également sous le coup de sanctions de l'Union européenne et de l'Australie.
Les onze sociétés visées, dont huit ont leur siège à Téhéran, sont des filiales de Melli Bank, ou des sociétés liées à ses filiales...
Ces sanctions prévoient l'interdiction pour ces sociétés d'avoir des activités et le gel de leurs actifs éventuellement détenus sur le territoire des Etats-Unis, et interdisent à tout ressortissant américain de traiter avec elles.



Aveux forcés de la sympathisante d’un religieux
Activistes des droits de l'Homme en Iran, 4 mars
Zohreh Charifi, sympathisante de l'ayatollah Boroujerdi (religieux dissident emprisonné), a été soumis à des pressions et à des abus pour lui soutirer des aveux. Des sources informées ont dit qu'elle avait été accusée de charges inconsistantes et contraintes d'avouer.
Zohreh Charifi a été arrêtée le 7 octobre 2006. Elle a été violemment battue et blessée au moment de son arrestation. Le 28 janvier 2009, elle a de nouveau été interrogée et battue pendant plusieurs heures. Enceinte de trois mois, elle a fait une fausse couche. Le 17 février, les agents ont mené des perquisitions à son domicile après son arrestation. Zohreh est mariée et mère d’un enfant en bas âge.



L'Iran condamne le mandat d'arrêt "injuste" contre Béchir
AFP, 5 mars
L'Iran a condamné jeudi le mandat d'arrêt "injuste" délivré par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir pour crime de guerre et crime contre l'humanité au Darfour.



Seize exécutions en une semaine
Secrétariat du CNRI, 6 mars


« Le régime des mollahs a pendu 16 prisonniers au cours de la semaine dernière à Kermanchah, dans l'ouest de l'Iran, à Zahedan (sud), à Ispahan, (centre), Oroumieh et Miyandoab (nord-ouest) de l'Iran.
M. Mehdi Ghasem-Zadeh, un adepte de la foi « Ahl-e-Haq » (une branche du chiisme adepte de l’Imam Ali, premier imam chi’ite), a été pendu à Oroumieh, le 28 février.
Onze autres prisonniers ont été pendus le jour suivant à Kermanchah.
Le 3 mars, deux prisonniers ont été pendus à Zahedan accusés d’être en « guerre contre Dieu » selon l’agence de presse officielle ILNA. L'exécution de Mostafa Hosseini, 37 ans, qui était incarcéré dans la section 4 de la prison centrale d'Ispahan, a suivi le 4 mars.
Un prisonnier de 25 ans, du nom de Nader Chokrollahi a été pendu à Miandoab la semaine passée. Abdullah Farivar, un professeur de musique et père de deux enfants, a également été pendu dans la ville de Sari le 20 février… »


Une femme condamnée à la lapidation, sentence confirmée
BBC Farsi service, 6 mars
Selon la Commission d'amnistie du ministère de la Justice iranienne, la lapidation ne sera pas épargnée à une jeune femme prénommée Achraf.
K. Achraf, qui est emprisonnée à Evine, a été condamnée à 15 ans de prison et à la lapidation.



Le Maroc a rompu ses relations avec l'Iran
AFP-Rabat, 6 mars


Le Maroc a décidé la rupture, à partir de ce vendredi, des relations diplomatiques avec la République islamique d'Iran, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.
Le 25 février dernier, Rabat avait rappelé, en consultations pour une semaine, son chargé d'affaires par intérim à Téhéran, afin de protester contre des "expressions inopportunes" de l'Iran à propos du soutien de Rabat au Bahreïn...
Selon Rabat, l'Iran a protesté contre la position marocaine en convoquant, le 20 février, le chargé d'affaires du Maroc au ministère iranien des Affaires étrangères...



Seules les femmes peuvent vendre des vêtements aux femmes
AFP, 7 mars


La police iranienne a publié une nouvelle directive affirmant que, désormais, tous les magasins de vêtements féminins devaient employer uniquement des femmes, a rapporté samedi le quotidien Vatan Emrouz.
"Selon l'ordre donné par le chef de la police du grand Téhéran, tous les employés de magasins de vêtements féminins, à l'exception du propriétaire et du caissier, doivent être des femmes", a déclaré le colonel Mehdi Ahmadi, porte-parole de la police de Téhéran.
Il a ajouté que cette décision était valable pour l'ensemble du pays et que les policiers allaient surveiller ces magasins directement et indirectement.
"Dans un premier temps, les magasins qui contreviendraient à cette mesure recevront un avertissement et dans un second temps ils seront fermés", a-t-il ajouté…
Elle fait partie également d'une série de mesures prises ces dernières années pour séparer femmes et hommes dans les lieux publics. Ainsi, plusieurs parcs uniquement réservés aux femmes ont été créés à Téhéran et dans les villes de province.
De même, depuis près de deux ans, des taxis uniquement réservés aux femmes et conduits par des femmes ont vu le jour.


Un dissident meurt en prison
Activistes des DH en Iran/AFP, 7 mars


Selon des informations en provenance de l’hôpital Radjaï, le prisonnier politique, Amir Hossein Heshmat-Saran, après avoir absorbé des médicaments prescrits et passé 48 h dans le coma, a décédé ce vendredi à 9h en prison.
Heshmat-Saran, fondateur du Front national démocratique a été arrêté en 2004 et condamné à huit ans de prison. Il a commencé à avoir des problèmes de cœur depuis un an et demi mais malgré la demande de sa famille, il n'a pas été autorisé à quitter la prison pour subir des soins.


Six trafiquants tués
AFP, 8 mars
La police iranienne a tué six trafiquants de drogue et saisi cinq tonnes de stupéfiants dans la province du Sistan-Balouchestan (sud-est), a rapporté l’IRNA.
L'incident est survenu samedi après-midi et des violences se poursuivaient en soirée, selon une source non identifiée.
La province du Sistan-Baloutchistan est frontalière du Pakistan et de l'Afghanistan, qui est le premier producteur mondial d'héroïne. Elle est fréquemment le théâtre d'affrontements armés entre les forces de l'ordre et les trafiquants de drogue.
Plusieurs dizaines de trafiquants de drogue sont exécutés par la justice en Iran chaque année.


15 rappeurs arrêtés à Ispahan
ISNA, 8 mars
Le chef de la sécurité publique d’Ispahan a annoncé la fermeture d’un studio d’enregistrement. Mir Abassi a ajouté que 13 personnes qui travaillaient dans ce studio de rap diffusé par satellites avaient été arrêtés.
« Deux autres rappeurs à Ispahan, qui exploitait un site Internet, ont également été arrêtés.


L'inflation en hausse à 25,9% sur un an en février
AFP, 8 mars
Le taux d'inflation sur un an dans les zones urbaines a monté de près de deux points au mois iranien de Bahman (20 janvier-18 février) par rapport au mois précédent, à 25,9%...
Cette période, au cours de laquelle de très nombreux ménages iraniens engagent traditionnellement des dépenses d'équipement, s'accompagne généralement d'une forte hausse des prix.


Pendaison à Kermanchah
AFP, 8 mars
Un homme condamné pour le meurtre d'un bijoutier a été exécuté par pendaison dimanche à Kermanchah (ouest), a annoncé une télévision publique sur son site internet.
Le condamné n'a pas été identifié. Le site indique simplement qu'il a tué le bijoutier voici deux ans environ pour s'emparer de son or.


Pendaison à Ispahan
Quotidien Kayhan, 9 mars
Un homme condamné pour le meurtre de sa femme et de son beau-père a été pendu dimanche à Ispahan (centre).
L'homme, Mostapha M., âgé de 34 ans, avait tué son beau-père puis sa femme.


Quatre exécutions à Zahedan
IRNA/AFP, 9 mars
Quatre hommes, qui n'ont pas été identifiés, ont été pendus lundi dans la prison de Zahedan (sud-est) pour meurtre et enlèvement.
Un autre condamné a été pendu pour le meurtre de sa femme et de son beau-père dans le centre du pays, a rapporté la presse iranienne lundi.


Un homme pendu à Zahedan
Quotidien Kayhan, 9 mars
Le condamné, Mostafa M., 34 ans, venait de la campagne d'Ispahan. Il s’était livré à la police à Téhéran en août 2005 suite à une amnistie accordée mais avait par la suite été condamné à mort.



La Cour d'appel confirme la condamnation à mort d’un étudiant
Iran Focus, 11 mars


La Cour d'Appel du Kurdistan s'est prononcée pour la peine de mort de Habibollah Latifi, militant étudiant.
Latifi, 27 ans, étudiant de l'Université libre d'Ilam, a été arrêté le 23 octobre 2007, à Sanandaj. Après neuf jours de recherche dans les hôpitaux et les centres des forces de sécurité d'Etat, un de ses parents l'a finalement retrouvé dans un hôpital de Sanandaj.
Au neuvième jour de sa détention, à la suite de tortures, il souffrait de saignement aux reins et les forces de sécurité ont été contraintes de l'emmener à l'hôpital. Après un traitement, il a été renvoyé au centre de détention à Sanandaj. On a ensuite découvert que pour obtenir des aveux d'autres prisonniers, les agents l'avaient torturé devant les autres.



Droits de l’Homme
AFP-Londres, 11 mars


Amnesty International a appelé mercredi les pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord à mieux protéger les défenseurs de droits de l'Homme, souvent menacés d'emprisonnement, voire de torture, selon l'organisation.
Les gouvernements utilisent souvent des lois réprimant toute critique envers l'Etat pour justifier la mise sous silence d'avocats ou de journalistes, juge l'organisation de défense des droits de l'Homme, basée à Londres, dans un nouveau rapport.
Les Etats recourent souvent à des lois réprimant l'"insulte", la "calomnie", la "dissémination de fausses informations", la "propagande antiétatique" pour pourchasser les opposants, explique Amnesty.
"En Iran, les autorités peuvent avancer au moins neuf lois, dont beaucoup sont vagues et se recoupent, pour punir la critique, l'insulte supposée ou la diffamation à l'égard de responsables étatiques", constate l'organisation.


La répression s’accentue à l’encontre des syndicalistes
CSI, 12 mars
La Confédération syndicale internationale s’est fortement indignée contre la dernière vague de répression qui a frappé le syndicat Haft Tapeh en Iran, membre de la Fédération syndicale internationale UITA (Union internationale des travailleurs de l’alimentation et des branches connexes). Plusieurs syndicalistes ont été victimes d’arrestations musclées et ont ensuite été relâchés. Toutefois, Ali Nejati, président du syndicat arrêté le 8 mars, reste emprisonné. Cette arrestation fait suite à une action en justice entamée à l’encontre de cinq dirigeants syndicaux de la plantation de cannes à sucre Haft Tapeh.


Pendaison de quatre trafiquants de drogue
Quotidien Kayhan/AFP, 12 mars
Quatre Iraniens reconnus coupables de trafic de drogue et possession d'armes ont été pendus mercredi à Tabas dans l'est de l'Iran, a rapporté jeudi le quotidien Kayhan.
Ali Abestan, Ali Dehqani, Ali Damshad et Mahmoud Moradi avaient été arrêtés il y a deux ans à la suite d'une fusillade avec les forces de l'ordre. La police avait saisi à cette occasion plusieurs fusils d'assaut et 1,4 tonne de stupéfiants.


La Journée des femmes
Iran Focus, 13 mars


Sept cents femmes se sont rassemblées devant le Parc Melat à Machad (Nord-est) pour célébrer le 8 mars, la Journée internationale des femmes.
Elles ont scandé des slogans en faveur de la liberté des femmes dans le pays.
Les forces de sécurité sont arrivées en force sur la Place Azadi en face du parc pour disperser les manifestantes. Quand les gardes ont voulu charger, les manifestantes ont riposté à coups de pierres et de briques. Cinquante femmes ont été arrêtées et transférées vers un lieu inconnu…

A Téhéran, les militantes avaient annoncé à 14h00 un rassemblement au Parc Varsovie. Mais les Forces de sécurité de l'Etat ont bloqué la rue Karim-Khan pour empêcher les femmes de s’y rendre.

A Chiraz (Sud), les étudiantes avaient prévu de tenir une réunion pour marquer cette journée. Mais les forces de sécurité ont arrêté le bus qui les transportait vers le lieu de rassemblement, avant de les obliger à abandonner le véhicule. Elles ont toutes fait l’objet d’un contrôle d’identité.



Un prisonnier lapidé
Bulletin d’Amir Kabir, 14 mars
Un homme âgé de 30 ans, originaire de Pars-Abad de Moghan (Nord), a été lapidé à mort dans la prison de Lakan de la ville de Racht. Il s’agit de Vali Azad, un employé du Département du Commerce. L’appareil judiciaire local a refusé de restituer le corps à la famille et l’a enterré dans un lieu inconnu.

Le 6 mars dernier la Justice iranienne avait annoncé que la lapidation ne sera pas épargnée à une jeune femme nommée K. Achraf. Elle est emprisonnée à Evine et a été condamnée à 15 ans de prison et à la lapidation.


Pendaison de quatre hommes à Chiraz
Quotidien Etemad /AFP, 14 mars


Reconnus coupables de meurtre et viol, quatre hommes ont été pendus à Chiraz (Sud). L'un d'eux, identifié uniquement par son prénom Abolhassan, a été condamné à mort pour avoir tué son cousin il y a 27 ans.
Les identités des autres n'ont pas été communiquées.

Quatre exécutions à Zahedan
IRNA/Quotidien Djomhouri Eslami, 14 mars
Quatre hommes étaient pendus dans la prison centrale de Zahedan (sud-est). Ils ont été identifiés étant Nour-Mohammad Esmaïl-Zehi, Majibol-Rahman Kord, Babak Kord et Mohammad Djom'eh Khan-Hosseini.



Confirmation d’une condamnation à mort d'une femme
Site Jam-e-Jam, 16 Mars


La peine de mort de Shahla Jahed a été confirmée après deux procès. Cette femme a été accusée d’homicide sur une autre femme.




L'épouse d’un militant politique convoquée par les services du renseignement
Activistes des droits de l’Homme en Iran, 16 mars
Mahboubeh Ali Naghian, épouse de Hechmotallah Tabarzadi a été convoquée par les services de renseignements. N’ayant pas de précédent et ne se livrant pas à des activités politiques, cette convocation vise à mettre plus de pression sur son mari, un militant politique, pour l'empêcher de poursuivre ses activités.


L'armée irakienne encercle un camp des Moudjahidine du peuple
Reuters, 16 mars
L'armée irakienne a entrepris le blocus d'un camp d'exilés de l'organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) que les autorités de Bagdad entendent fermer définitivement avant la fin du mois rapportent lundi des résidents locaux et des sources proche des services de sécurité…
Selon des chefs de l'OMPI, les forces de sécurité irakiennes ont tenté de faire évacuer des résidents de force en utilisant des matraques électriques.
Elles empêcheraient en outre le camp d'être approvisionné en denrées de base "en violation de la convention de Genève", a déclaré par téléphone Chahriar Kia, porte-parole local du mouvement.
Le sort des Iraniens du camp est incertain depuis que les forces irakiennes en ont repris la supervision aux forces américaines, l'an dernier, le gouvernement irakien, à majorité chiite, entretenant de bonnes relations.



Rassemblement de protestation devant la prison d’Evine à Téhéran
CSDHI, 17 mars
Dans la matinée du samedi 14 mars, un rassemblement a été organisé de 10h00 à 12h00 devant la prison d’Evine contre le transfert en isolement cellulaire de Pouria Mobachere, un étudiant militant de l’université Allameh.
Vendredi 13 mars Pouria avait réussit à avertir depuis la prison de son transfert. Il avait été arrêté lors des cérémonies marquant la Journée des Etudiants en Iran.



Déclaration de la présidence au nom de l'UE sur les droits de l'Homme en Iran, à l'occasion du 33e anniversaire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques
19 mars
« L'Union européenne constate une tendance préoccupante à l'augmentation des entraves à la liberté d'expression et de réunion des Iraniens. Des défenseurs des droits de l'Homme, des journalistes, des étudiants, des syndicalistes et d'autres citoyens exprimant pacifiquement leurs avis ou leurs opinions sont souvent poursuivis pour de vagues raisons de sécurité publique. Dans certains cas, ces personnes se voient refuser l'accès à leurs représentants légaux et ceux qui les défendent, comme le Centre des défenseurs des droits de l'Homme, se heurtent à des obstacles dans l'exercice de leur activité légitime.

À cet égard, l'Union européenne demande de toute urgence à l'Iran d'annuler les peines prononcées contre deux spécialistes du VIH, les frères Arash et Kamiar Alaei, condamnés respectivement à six et trois ans de prison...
L'Union européenne demande aussi aux autorités iraniennes d'abandonner les poursuites intentées contre des étudiants de l'université de Chiraz, dont au moins dix-huit ont été en outre empêchés de poursuivre leurs études à la suite de leur participation au rassemblement pacifique organisé lors de la Journée nationale des étudiants. L'Union européenne demande également la pleine jouissance de la liberté de mouvement, y compris le droit de quitter le pays, en particulier pour M. Saïd Razavi Faghih, un ancien militant étudiant, condamné par défaut pour ses activités pacifiques et dont le passeport a été confisqué par les autorités iraniennes. »



Les morts en détention mettent en évidence le mépris flagrant des autorités carcérales pour la vie humaine
Amnesty International, 20 mars


En Iran, les autorités carcérales infligent une peine supplémentaire aux prisonniers en les privant de soins médicaux, a déclaré Amnesty International ce vendredi, alors que deux prisonniers sont morts en détention en moins de deux semaines parce qu'ils n'ont pas reçu les soins appropriés.
Omid Reza Mirsayafi, blogueur d'environ vingt-cinq ans, est mort le 18 mars à la prison d'Evin, à Téhéran, moins de six semaines après avoir commencé, selon certaines informations, à purger sa peine de 30 mois d'emprisonnement. Il a été reconnu coupable d'« insulte au Guide suprême » et de « propagande contre le système » après avoir publié des articles sur son blog, Rooznegaar...
Omid Reza Mirsayafi est tombé gravement malade après avoir pris une surdose d'un médicament que l'infirmerie de la prison lui avait prescrit pour dépression.
Omid Reza Mirsayafi est mort à l'infirmerie de la prison.
Reporters sans frontières est profondément choquée par le décès en prison du blogueur Omidreza Mirsayafi et demande l’ouverture immédiate d’une enquête sur les circonstances de ce drame.
"Nous tenons les autorités iraniennes pour responsables du décès de Omidreza Mirsayafi. Elles ont procédé à son arrestation de manière arbitraire et n’ont pas fait le nécessaire pour lui fournir des soins médicaux adéquats. La mort d’Omidreza Mirsayafi rappelle tristement que le régime iranien est l’un des plus durs du monde pour les journalistes et blogueurs. Nous demandons la création une commission indépendante pour déterminer la cause de la mort de ce jeune homme."


L'opposition iranienne demande un non-lieu à des juges français
Reuters, 20 mars



Les opposants iraniens poursuivis depuis 2003 en France dans une procédure judiciaire pour terrorisme ont déposé officiellement jeudi une demande de non-lieu auprès des juges d'instruction chargés de l'affaire, apprend-on de source judiciaire.
Maryam Radjavi, dirigeante de l'OMPI et 23 autres responsables mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" s'appuient sur la décision récente de l'Union européenne de rayer cette entité de sa liste recensant les organisations qualifiées de "terroristes".
Elle mentionne aussi un livre du journaliste Jean-Claude Maurice qui assure avoir assisté en 2003 à une rencontre en avril 2003 entre Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères, et son homologue iranien.
A en croire ce journaliste, un accord aurait été passé à cette occasion par lequel Paris promettait de s'en prendre à l'opposition iranienne en échange de contrats pétroliers.
Jeudi, le Quai d'Orsay s'est refusé à commenter la demande de non-lieu mais a rappelé que la France avait déposé un pourvoi contre la décision de justice européenne rayant l'OMPI de la liste des organisations terroristes…



Plus de 125.000 antennes paraboliques saisies à Téhéran
IRNA, 20 mars
Le général Hossein Achtari, chef de la sécurité publique des forces de sécurité de l’Etat (FSE) du Grand Téhéran, a déclaré que 125.133 unités d’équipement satellite avaient été saisies dans diverses parties de la capitale.
Il a ajouté que 17 personnes avaient été arrêtées pour détention d’équipements interdits, notamment des récepteurs, de grandes quantités d'antennes paraboliques et des LNB.
Le chef des FSE, le général Ismaël Ahmadi-Moghadam avait déclaré le 15 février que « ces derniers jours, la découverte d’antennes paraboliques illégales [par la police] a augmenté de façon spectaculaire dans les zones urbaines et rurales »…

Bien que depuis 1994, les antennes paraboliques soient officiellement interdites en Iran, des millions d'Iraniens se branchent sur les chaînes satellites pour s’informer. Selon le général Ezzatollah Zarghami, chef de la radiotélévision officielle, plus de 30 % des Iraniens ont accès aux chaînes satellites.



2.390 exécutions capitales dans le monde en 2008
AFP-Londres, 23 mars


En 2008, 2.390 condamnés à mort ont été exécutés dans le monde, dont près des trois-quarts en Chine, alors que le Bélarus reste le seul pays européen à appliquer la peine capitale, selon un rapport d'Amnesty International publié mardi qui a recensé ces exécutions dans 25 pays, soit sept par jour, sur l'année écoulée.
Sur la même période, 8.864 personnes ont été condamnées à mort. Cinq pays, la Chine, l'Iran, l'Arabie saoudite, le Pakistan et les Etats-Unis sont responsables de 93% des exécutions...
L'Iran, qui a exécuté au moins 346 condamnés, s'est mis en infraction à la loi internationale, selon Amnesty, en exécutant huit mineurs.

Amnesty a basé son rapport sur des statistiques officielles et sur les données fournies par des organisations non-gouvernementales, des défenseurs des droits de l'Homme et des médias.


Journaliste US détenue : Washington redemande un accès consulaire
AFP, 25 mars


Les Etats-Unis ont réitéré mercredi leur appel aux autorités iraniennes pour qu'elles permettent aux services consulaires suisses de rencontrer la journaliste américano-iranienne Roxana Saberi, détenue depuis fin janvier en Iran...
Le père de la jeune femme de 31 ans, Reza Saberi, a rencontré des responsables du département d'Etat mardi à Washington pour exprimer son inquiétude.
Selon sa famille, Roxana Saberi subit une grande pression psychologique et semble être mentalement "en danger" du fait de son incarcération.
L'ISNA avait rapporté le 9 mars des propos du procureur adjoint de Téhéran Hassan Haddad annonçant la libération de Roxana Saberi "d'ici quelques jours". Mais elle n'a toujours pas été libérée.
Roxana Saberi, née et élevée aux Etats-Unis, a été accusée par les autorités iraniennes de travailler "illégalement" en Iran depuis le retrait de son accréditation par les autorités en 2006.



Dix personnes meurent après avoir consommé de l'alcool frelaté
Agence Mehr/AFP, 25 mars
Dix personnes sont mortes après avoir consommé de l'alcool frelaté à Rasht (nord).
"En plus de ces dix personnes, 27 autres sont actuellement hospitalisées dont deux dans un état grave", a annoncé le commandant de la police Bahman Amiri Moghadam.
La production, la vente ou la consommation d'alcool sont passibles de prison ou de coups de fouets en Iran, mais cela n'empêche pas la contrebande.
L'alcool fait maison est beaucoup moins cher, mais les bouilleurs de cru utilisent parfois des produits chimiques dangereux pour la santé.



« Erreurs de l’Occident »
Figaro, 27 mars
Dans une interview accordée au Figaro.fr, le nouvel ambassadeur de la République islamique d’Iran a Paris, Seyed Mehdi Miraboutalebi a déclaré que, « Notre politique est définie et claire. L'élection d'un président ne changera donc pas notre ligne politique. Quand l'Occident dit : attendons de voir le résultat des élections iraniennes, c'est l'une des autres erreurs commises par l'Occident. Dans le cadre de la République islamique, le changement de président n'apporte pas de changement sur la politique globale du pays.



Un militant politique tué sous la torture
CNRI, 28 mars
Ali Badozadeh, un militant politique, a été assassiné sous la torture par le régime des mollahs dans la ville de Mahabad, dans le nord-ouest du pays, selon les sources de la Résistance en Iran.
Il avait été arrêté le 20 février par des agents du Vevak, les services de Renseignement, et transféré dans une salle de torture secrète.
Son corps mutilé a été retrouvé dans les alentours de la ville le 25 mars, recouvert de neige.
Son frère, Jahangir, purge également une peine politique dans la prison centrale d’Oroumieh (nord-ouest).



Maryam Radjavi appelle les dirigeants arabes à une action immédiate pour empêcher une catastrophe humanitaire dans le camp d’Achraf
CNRI, 29 mars


Dans une lettre urgente adressée aux dirigeants arabes, Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a demandé au sommet arabe de prendre des mesures urgentes pour empêcher qu’une catastrophe humanitaire touche les 3.500 résidents sans défense du camp d’Achraf en Irak.



Arrestation de 12 militants des droits des femmes à Téhéran
Iran Focus, 29 mars
Les forces de sécurités du régime ont arrêté la semaine dernière 12 militants des droits des femmes à Téhéran. Ces personnes allaient rendre visite à des familles de prisonniers politiques pour les vœux de Norouz, le nouvel an iranien. Elles souhaitaient se rendre auprès de la mère endeuillée du Dr Zahra Bani-Yaghoubi, mystérieusement assassinées par les Forces de sécurité de l’Etat lors de sa garde à vue. Le groupe a été transféré à la prison d’Evine.
Selon les familles, figurent parmi les femmes arrêtées Khadijeh Moghadam, Farkhondeh Ehtessabian, Delaram Ali, Leila Nazari, Mahboubeh Karami, Bahareh Bahrevan, Chahla Forouzanfar et Soraya Youssefi. Parmi les hommes se trouvent Ali Abdi et Amir Rachidi, Mohammad Chourab et Arach Nassiri-Eghbali.
Les opposants ont appelé les organes internationaux et des organisations de défense des droits des femmes à prendre des mesures urgentes pour faire libérer les personnes arrêtées.



Hillary Clinton table sur une attitude "constructive" de l'Iran
AFP-La Haye, 30 mars


La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a indiqué lundi tabler sur une attitude "constructive" des voisins de l'Afghanistan, dont l'Iran, à la conférence sur l'Afghanistan de mardi à La Haye.
"Il y a un certain nombre de problèmes qui affectent les voisins (de l'Afghanistan), notamment le terrorisme et le trafic de drogue", a déclaré la chef de la diplomatie américaine dans l'avion la conduisant à La Haye, où elle doit présenter mardi la nouvelle stratégie américaine en Afghanistan.
"Nous espérons que chacun des voisins, amis et parties intéressées qui y participeront, aura des idées constructives sur ce que son pays fera pour nous aider à atteindre les objectifs de sécurité et stabilité que nous avons fixés à l'Afghanistan", a-t-elle ajouté, sans mentionner expressément l'Iran.
Interrogée sur une éventuelle rencontre avec un représentant iranien pendant cette conférence, elle s'est refusée à toute prévision: "Je n'ai pas de plan, je ne peux pas prévoir de quoi demain sera fait", a-t-elle dit.
Vendredi, Barack Obama a dévoilé sa nouvelle stratégie pour l'Afghanistan, qui comprend la création d'un groupe de contact auquel participerait l'Iran.
Téhéran a annoncé sa participation à la conférence de La Haye, alors que l'Iran n'avait pas assisté à la précédente conférence internationale sur l'Afghanistan organisée en décembre dernier par la France.
M. Obama vient de lancer un appel sans précédent à Téhéran, lui proposant de surmonter trente années de relations hostiles.



Plus de 450 enfants en bas-âge vivent avec leurs mères dans les prisons
Site Aftab-e Yazd, 30 mars
Selon les règles carcérales en vigueur, les enfants peuvent rester jusqu’à l’âge de trois ans avec leur mère en prison. Cependant beaucoup y restent plus longtemps. L’incarcération prolongée cause toute sorte de problème aux enfants.
2.300 autres enfants de moins de 15 ans ont été envoyés dans des orphelinats parce que leurs mères sont incarcérées.
Les prisons en Iran ne disposent pas de crèche pour s’occuper des enfants emprisonnés avec leurs mères.
Certains se sont habitués aux conditions carcérales au point qu’ils retourneront en prison comme criminels à l’âge adulte.

csdhi

Les Iraniennes en révolte