Situation des Femmes en Iran

Public

08 décembre 2010

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Novembre 2010
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com

 Une centaine d’arrestations à Téhéran
CSDHI/La télévision d’Etat, 2 novembre


Avec le lancement d’un nouveau plan de sécurité, le commandant des forces de sécurité du Grand Téhéran a annoncé à l’arrestation d’une centaine de « voyous », «trafiquants de drogue » et « voleurs».

En temps ordinaires cela aurait dû mener à des rafles dans le gouvernement, les institutions et les bases de la milice et des gardiens de la révolution. Malheureusement, dans ce monde à l'envers qu'est l'Iran d'aujourd'hui, il s’agit là d’expressions clés des mollahs pour désigner la jeunesse et les protestataires.

Le commandant s’est dit satisfait de la rafle à « 99% » parce qu’ils avaient procédé à des opérations de « reconnaissance » dans les quartiers.
Il s’agit en fait pour le régime d’intensifier le climat de terreur pour empêcher la jeunesse de reprendre le chemin de la rue.



L'Iran déconseille les voyages en France du fait de l'agitation sociale !
Iran Focus, 3 novembre
Téhéran a appelé mardi les Iraniens à éviter autant que possible de se rendre en France, en raison des problèmes de sécurité créés par la situation sociale dans ce pays, et à faire preuve de "vigilance" s'ils ne peuvent pas reporter leur déplacement...



Dilma Rousseff : la lapidation de Sakineh serait "un acte très barbare"
AFP, 3 novembre


La présidente élue du Brésil, Dilma Rousseff, a déclaré mercredi être "totalement opposée" à la lapidation de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort pour adultère, qualifiant cet acte de "très barbare".
"Je suis totalement opposée à la lapidation de l'Iranienne. Je n'ai aucun statut officiel pour faire cela, mais j'affirme ici devant vous que je trouve que la lapidation de Sakineh est un acte très barbare", a-t-elle dit au cours de sa première conférence de presse après sa victoire dimanche.
"Même en tenant compte des us et coutumes d'autres pays, la lapidation de Sakineh reste un acte de barbarie", a-t-elle ajouté...



Amnesty appelle l'Iran à libérer l'avocat et le fils de Sakineh

AFP, 3 novembre
Amnesty International a appelé mercredi dans un communiqué à la libération de l'avocat et du fils de Sakineh Mohammadi Ashtiani.
Ce communiqué a été publié alors que des comités de soutien craignaient une exécution imminente de cette mère de famille de 42 ans condamnée à mort pour adultère…



Sakineh: les pays nordiques appellent l'Iran à commuer la peine
AFP, 4 novembre


La Suède, la Norvège, la Finlande, le Danemark et l'Islande appellent Téhéran à commuer la condamnation à la peine de mort prononcée contre Sakineh Mohammadi Ashtiani, pour adultères, selon un communiqué commun des ministres des Affaires étrangères publié jeudi.



Quatre prisonniers fouettés à Tabas
Site Aftab, 5 novembre


Quatre prisonniers ont été fouettés à Tabas (nord-est) en application de code pénal iranien. Trois des victimes ont été condamnés à des peines de prison, des amendes financières et le fouet. Le quatrième condamné a reçu une peine d'emprisonnement et de fouet.



Arrestations dans le milieu du rap underground
Journal Téhéran Emrouz /AFP, 8 novembre
La police iranienne a mené une série d'arrestations dans le milieu du rap iranien à Téhéran.
"Des garçons et des filles ont été arrêtés, des instruments de musique occidentaux et de l'alcool saisis" lors de descentes vendredi, a déclaré le chef de la police de Téhéran, Hossein Sajedi-Nia.
Il n'a pas précisé le nombre de personnes arrêtées.
"Ces groupes enregistraient des clips underground, et sortaient des chansons non-autorisées via internet ou le satellite", a-t-il indiqué, précisant que "ces garçons et filles se retrouvaient dans des bâtiments déserts et en ruines, dissimulant les lieux à l'aide de rideaux sales, pour ne pas attirer l'attention"…
Il a accusé les rappeurs de "proférer des obscénités, diffuser une image négative de la société, et présenter les relations malsaines entre filles et garçons comme étant normales"...
Des descentes de police ont fréquemment lieu dans des concerts illégaux, avec des dizaines d'arrestations.
Mais les groupes underground parviennent malgré tout à diffuser leur musique, en utilisant leurs ordinateurs personnels pour la mettre en ligne sur internet ou la transmettre à des chaînes de télévision satellitaires en persan émettant depuis l'étranger.



Cinq exécutions à Gonbad Qabus
ISNA, 9 novembre
Cinq hommes condamnés à mort ont été exécutés mardi dans le nord. Les cinq hommes, dont l'identité n'a pas été précisée, ont été exécutés dans l'enceinte de la prison de la localité de Gonbad Qabus...



ONU Femmes: l'Iran écarté du conseil d'administration, pas l'Arabie Saoudite
AFP, 10 novembre
L'Iran a été écarté mercredi du conseil d'administration de l'ONU Femmes, la nouvelle agence des Nations unies consacrée à la condition féminine, alors que l'Arabie Saoudite y a obtenu un siège. L'Iran n'a obtenu que 19 voix alors qu'il lui en fallait 28 pour faire partie des 41 pays membres du conseil d'administration de l'ONU Femmes. Onze pays asiatiques étaient candidats pour dix sièges au conseil. L'Iran est donc le seul pays à avoir été écarté pour ce groupe.
Cet échec est dû à l'entrée en course du Timor-Oriental à la fin de la semaine dernière, sur fond de polémique en raison de la politique de l'Iran à l'égard des femmes.



Journée mondiale de la philosophie: l'Unesco retire son parrainage à Téhéran
AFP, 10 novembre


L'Unesco a annoncé mardi qu'elle se retirait des manifestations organisées à Téhéran pour célébrer la Journée mondiale de la philosophie, estimant que les "conditions nécessaires" au bon déroulement d'une conférence des Nations unies n'étaient pas réunies en Iran. L'Iran devait, avec le soutien de l'organisation de  l'ONU pour la science, la culture et l'éducation (Unesco), accueillir les principales manifestations de cette journée dont le thème est cette année "Philosophie, diversité culturelle et rapprochement des cultures".
Cette décision avait soulevé des protestations dans les milieux universitaires et parmi les défenseurs des droits de l'Homme dans le monde.
La directrice générale de l'Unesco Irina Bukova "considère que les conditions nécessaires pour garantir le bon déroulement d'une conférence internationale des Nations unies ne sont pas réunies", indique un communiqué…

La France a salué mardi la décision de l'Unesco, estimant que "le contexte de répression qui prévaut aujourd'hui en Iran", notamment à l'encontre "des milieux de la recherche et de l'enseignement", était "incompatible avec les valeurs de culture, d'humanisme et de tolérance dont l'Unesco est le symbole", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Bernard Valero.
Paris invite "les autorités iraniennes à mesurer la portée de cette décision" et à "cesser leur politique d'intimidation et de répression", a-t-il ajouté, lors d'un point presse.



3.829 personnes ont été arrêtées à Oroumieh
CSDHI, 10 novembre


A Oroumieh (nord-ouest de l’Iran), le chef de la police de la sécurité publique a annoncé qu’au premier semestre de cette année 3.829 personnes ont été arrêtées pour notamment « participation à des réunions mixtes et trafic d’antennes satellites». Il a affirmé que le but de ces arrestations était de servir de leçon aux autres.



La mère d'un militant tué demande la libération des prisonniers politiques
CSDHI, 10 novembre


La mère d'un militant politique exécuté a envoyé un message de soutien des mères de détenus d’opinion pour demander la libération des parents de tous les prisonniers politiques.
Mme Saltanat Rezaï a déclaré que le régime iranien ne peut même pas tolérer l'expression de la solidarité avec les mères des détenus.
Son fils Farzad Kamangar, un enseignant dissident, a été exécuté en mai 2010 par le régime des mollahs.



Un projet de résolution contre la peine de mort adopté en commission à l'ONU
AFP, 12 novembre
La commission des droits de l'Homme de l'Assemblée générale de l'ONU a voté vendredi un nouveau projet de résolution contre la peine de mort, immédiatement salué par les associations de défense des droits de l'Homme.
Le texte a été adopté avec une majorité de 107 voix pour, 38 voix contre et 36 abstentions. Les Etats-Unis, la Chine, l'Arabie Saoudite et l'Iran ont voté contre...
Aujourd'hui, 136 des 192 Etats membres ont aboli la peine capitale par la loi ou en pratique, selon Amnesty.


127 Afghans vont être exécutés en Iran
La chaîne télévisée al-Arabiya, 12 novembre
Le régime iranien a condamné à mort au moins 127 Afghans résidant en Iran. Le vice-consul afghan a déclaré mardi que le système judiciaire des mollahs a prononcé 127 peines d'exécution contre des Afghans vivant en Iran.
Mohammad Aman Amine a dit au sénat afghan que "le régime iranien refuse de restituer les corps des Afghans exécutés".
Amnesty International a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude quant à l'exécution de réfugiés afghans en Iran.


Cinq avocats arrêtés en Iran
Agence Fars/AFP, 14 novembre


Les autorités iraniennes ont arrêté cinq avocats, dont trois femmes, soupçonnés d'atteinte à la sécurité, a indiqué dimanche le procureur de Téhéran Abbas Jafari-Dolatabadi.
"Trois d'entre eux ont été arrêtés à l'aéroport Imam Khomeiny de Téhéran à leur arrivée d'Antalya en Turquie. Deux avocats en lien avec eux ont également été arrêtés à Téhéran".
Le procureur a indiqué qu'ils étaient accusés de "crimes contre la sécurité et d'actes ayant violé les normes de la République islamique en dehors du pays".
Il n'a pas donné l'identité des avocats interpellés ni fourni d'autres détails.

Auparavant, les journaux réformistes Arman et Shargh avaient rapporté l'arrestation, à l'aéroport Imam Khomeiny de Téhéran, des trois avocates : Sara Sabaghian, Maryam Kianersi et Maryam Karbasi, sans plus de détails.

Me Sabaghian aurait représenté un blogueur de l'opposition emprisonné, et Me Kianersi figurait parmi les avocats ayant assuré la défense de Kobra Najjar, une femme condamnée à mort par lapidation mais acquittée et libérée il y a deux ans.Plusieurs avocats défendant les droits de l'Homme ont été visés par les mesures sévères prises par les autorités après la présidentielle de 2009.Plusieurs milliers de personnes ont été arrêtées pour leur participation au mouvement de contestation de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, en juin 2009.La plupart ont été libérées mais plusieurs centaines, notamment des dizaines de responsables réformateurs, de journalistes et de militants des droits de l'Homme sont toujours en prison après avoir parfois été condamnés à de lourdes peines.



Paris dénonce des violences devant la résidence de son ambassadeur en Iran
lemonde.fr, 16 novembre
La France a convoqué le représentant iranien à Paris pour protester contre des violences commises dimanche à Téhéran par "des services de sécurité non identifiés" à l'entrée de la résidence de son ambassadeur.
Dimanche soir, "des incidents particulièrement graves se sont produits à l'entrée de la résidence de France à Téhéran, dont l'accès a été entravé par des services de sécurité non identifiés qui ont procédé à l'arrestation de personnes invitées par l'ambassadeur de France et se sont livrés à des actes de violence inacceptables, y compris contre des personnels diplomatiques français", selon le porte-parole du ministère, Bernard Valero.

Au moins deux diplomates français ont été agressés et frappés par des agents de sécurité en civil à l'entrée de la résidence lors de cet incident, a précisé lundi l'ambassade de France à Téhéran. L'incident s'est produit alors que plus d'une centaine de personnes, dont des diplomates étrangers et des Iraniens, avaient été invités à un concert de musique classique iranienne à la résidence…



Droits de l'Homme: l'ONU adopte une résolution critique à l'égard de l'Iran
AFP, 18 novembre


L'Assemblée générale des Nations unies a adopté jeudi  une résolution critique à l'égard de la situation des droits de l'Homme en Iran, "fréquemment" bafoués.
La troisième commission de l'ONU cite la torture, des traitements ou des châtiments cruels, inhumains et dégradants, y compris le fouet ou les amputations. Elle note également "l'augmentation dramatique de l'application de la peine de mort" en l'absence de garanties internationalement reconnues.

La résolution, présentée par l'ambassadeur du Canada à l'ONU, John McNee, et coparrainée par 42 pays, souligne que la peine de mort est appliquée à des personnes qui, au moment du délit, avaient moins de 18 ans. La pendaison et la lapidation sont des méthodes courantes d'exécution en Iran, relève l'ONU.
Celle-ci critique encore l'inégalité flagrante entre les sexes et les violences contre les femmes ainsi que l'arrestation et la répression violente des défenseurs des droits des femmes.

De manière générale, le texte de la résolution critique les arrestations et la discrimination persistantes visant les femmes et les filles dans la loi et la pratique.
La résolution relève les limitations sévères et les restrictions concernant le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Elle stigmatise les arrestations arbitraires, des détentions et longues peines de prison pour ceux qui exercent ces droits.
Pour défendre l'Iran, Mohammed Larijani, un conseiller de haut rang venu d'Iran, avait souligné que cette résolution était "dommageable pour la coexistence internationale" et infligeait "de graves dommages à la crédibilité de l'ONU".

La résolution a été adoptée par 80 voix pour, 44 contre et 57 abstentions.



Lagos a informé le Conseil de sécurité de la saisie d'armes venant d'Iran
AFP, 18 novembre
Le Nigeria a informé le conseil de sécurité de l'ONU de la découverte d'une cargaison illégale d'armes et de munitions dans le port de Lagos pouvant constituer une violation des sanctions internationales envers Téhéran, a annoncé mercredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères...



Nigeria: saisie de 130 kilos d'héroïne en provenance d'Iran
AFP, 19 novembre
Des agents nigérians des douanes ont saisi 130 kg d'héroïne venant d'Iran au port de Lagos, ont annoncé des responsables vendredi…



Australie: des demandeurs d'asile iraniens se cousent les lèvres pour protester
AFP, 19 novembre
…Jusqu'à dix personnes parmi quelque 160 Irakiens et Iraniens détenus dans le centre de rétention de l'île de Christmas, située dans l'océan Indien au large des côtes occidentales de l'Australie, se sont cousu les lèvres et ont ensuite refusé une aide médicale, a indiqué le ministre de l'Immigration, Chris Bowen...

Les défenseurs des droits de l'Homme ont appelé les autorités à accélérer le processus, à la suite des suicides de l'Irakien Ahmad Al Akabi, détenu 18 mois avant de se voir notifier son expulsion, et d'un Fidjien en septembre.
En 2002, quelque 70 demandeurs d'asile s'étaient déjà cousus les lèvres dans un centre situé dans le désert australien, qui a depuis été fermé.



Grèce: asile politique pour 44 Iraniens après deux mois de protestation
AFP, 19 novembre
Les autorités grecques ont accordé l'asile politique à 44 Iraniens qui participaient depuis septembre à un mouvement de protestation à Athènes, certains ayant cousu leurs lèvres, pour réclamer ce statut, a annoncé vendredi leur comité de soutien.



Au sommet de l'OTAN, Sarkozy désigne l'Iran comme principale menace de l'Alliance
Le Monde, 20 novembre


"La menace, c'est L'Iran", a déclaré, samedi 20 novembre, à Lisbonne, le président Nicolas Sarkozy. A l'issue du sommet que l'OTAN tenait dans la capitale portugaise, le président français a clairement désigné Téhéran comme le pays qui menace le plus les pays de l'Alliance et a justifié de ce fait le projet de bouclier antimissile de l'Alliance, approuvé la veille. Le texte adopté vendredi ne mentionnait aucune menace précise, pour satisfaire notamment la Turquie, qui refusait toute allusion à l'Iran ou au Moyen-Orient.



Ahmadinejad prône le mariage des filles à 16 ans
AP, 21 novembre


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad exhorte les jeunes filles à se marier vers 16 ou 17 ans, jugeant les noces des jeunes Iraniens trop tardives.



"Jam-e Jam" rapporte que le président iranien a critiqué l'âge moyen du mariage en Iran, qui se situe actuellement entre 24 et 26 ans. "Nous devrions avancer l'âge du mariage à 20 ans pour les garçons et environ 16, 17 ans pour les filles", déclare le président cité par ce journal détenu par l'Etat.
D'autres journaux iraniens rapportaient de leur côté que le président avait établi l'âge souhaité pour le mariage des filles à 17 ou 18 ans.



Le régime iranien condamne deux femmes à être pendues
CNRI, 22 novembre


Le pouvoir judiciaire des mollahs en Iran a condamné deux femmes à la pendaison, selon l'agence de nouvelles HRANA du 20 novembre.
Bien que l'une des accusées souffre de troubles psychologiques patents, le tribunal a ouvertement ignoré sa condition et prononcé sa condamnation à mort.



L'Iran interdit un hebdomadaire destiné à la jeunesse
Agence ILNA/AFP, 22 novembre
Les autorités iraniennes ont interdit lundi un hebdomadaire populaire auprès de la jeunesse, Chelcheragh, pour avoir publié "des documents contraires à la morale publique".
"Chelcheragh a été interdit parce qu'il publiait des documents contraires à la morale publique et enfreignait les règles des médias", a dit l'agence citant une décision de la commission de surveillance de la presse, relevant du ministère de la Culture, et formée de représentants de la justice, de la Culture, du Parlement et des médias…
Le magazine est populaire pour ses articles sur la culture pop, ses satires, ses dessins humoristiques et parce qu'il donne la part belle aux célébrités iraniennes.
Chelcheragh figurait parmi les 17 publications à qui les autorités iraniennes avaient lancé début mars des "avertissements" pour des "manquements à la déontologie", "violation des règlements" ou publication d'"informations superficielles".



Plus de la moitié des présidents d'université révoqués
CNRI, 22 novembre


La dictature des mollahs en Iran a limogé près de la moitié des présidents des diverses universités de Téhéran. Selon l'agence de presse officielle Fars cette semaine, six chefs d'établissement  de l'enseignement supérieur ont été limogés, ce qui signifie que la moitié des universités de Téhéran sont désormais sous une nouvelle direction.
Il y a 12 universités de renom à Téhéran...



Sakineh: un haut responsable iranien optimiste sur l'issue de l'affaire
AFP, 22 novembre
Il y a "une bonne chance" que la justice épargne Sakineh Mohammadi-Ashtiani après le réexamen de sa condamnation à mort par lapidation dans une affaire de meurtre et adultère, a déclaré lundi Mohammad Javad Larijani, chef du Conseil des droits de l'Homme iranien…


Une détenue suicide à Gohardasht
Besouyepirouzi.com, 23 novembre


D’après les informations en provenance de la prison de Gohardasht (près de Téhéran), une détenue identifiée par son prénom Leila s’est suicidée. Par manque de soins médicaux, elle n’a pas été sauvée et est décédée quelque temps après.



Amputation à Machad
Site de la justice de Khorassan, 23 novembre
Accusé de vol, un homme identifié par ses initiales, M.B., a été sanctionné par l’amputation de sa main hier matin à Machad (nord-est).


Un jeune exécuté à Kāchān
Iran Press News, 24 novembre
Un détenu de 24 ans a été exécuté par pendaison dans la prison de la ville de Kāchān (près de Téhéran). Il a été accusé du trafic de drogue.



Appel de 5000 maires de France à sauver les vies des résidents de la cité d'Achraf
AFP, 25 novembre


Quelque 5.000 maires français ont signé un appel rendu public mercredi pour la fin du blocus du camp d'Achraf, en Irak, où sont rassemblés 3.500 sympathisants du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), groupe d'opposition en exil au régime de Téhéran.
En marge du congrès des maires de France, une conférence de presse le 24 novembre à la mairie du 1er arrondissement de Paris, a rendu public un appel lancé par 5000 maires pour la fin du blocus de la cité d’Achraf, la reconnaissance des droits de ses habitants et sauver d’urgence des malades risquant de mourir à cause des restrictions imposées par les forces irakiennes et les agents du régime iranien.
Le maire du premier arrondissement de Paris, Jean-François Legaret, a remis mercredi dans sa mairie plusieurs classeurs contenant les pétitions à Maryam Radjavi, présidente du CNRI, dont les Moudjahidine du peuple sont la principale composante.


Dans ce texte, les signataires, de diverses sensibilités politiques, affirment considérer Achraf comme une "ville sœur, qui incarne les aspirations démocratiques du peuple iranien".
Ils appellent aussi le secrétaire général de l'ONU "à déclarer l'interdiction de tout déplacement forcé des Achrafiens à l'intérieur de l'Irak et toute violence à leur encontre", ainsi qu'à "faire lever le blocus" du camp.
"Cette initiative démontre que les élus considèrent la libération du peuple iranien comme un combat commun contre l'intégrisme, la barbarie et la cruauté, en faveur de la paix, de la démocratie et de la laïcité", a déclaré Maryam Radjavi.
La présidente du CNRI a dénoncé le "blocus médical" du camp et la "torture psychologique" de ses résidents par les autorités irakiennes, à l'aide de haut-parleurs.



Navy Pillay critique la « répression » croissante
AFP, 25 novembre


La Haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, a exprimé mardi sa préoccupation vis-à-vis de la situation des défenseurs des droits de l'Homme en Iran, soumis à une "répression" croissante ces derniers mois.
«J'appelle les autorités iraniennes à réexaminer de toute urgence le cas de Nasrin Sotoudeh et à accélérer sa libération», a déclaré Navi Pillay. Dans un communiqué, elle s'inquiète du sort de cette opposante incarcérée depuis septembre à la prison d'Evin, à Téhéran, et plus généralement de celui des défenseurs des droits de l'Homme en Iran.
« Je suis très préoccupée par cette affaire, l'incarcération de Nasrin Sotoudeh fait partie d'une répression beaucoup plus large, et la situation des défenseurs des droits de l'homme en Iran est de plus en plus difficile », indique Navi Pillay…


Appel du Parlement européen pour assurer la protection du camp d'Achraf
AFP, 25 novembre
Le Parlement européen a demandé jeudi à la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton "d'enjoindre les Nations unies de fournir d'urgence une protection aux opposants iraniens en exil du camp d'Achraf" en Irak, soumis selon eux à un "siège impitoyable" par les autorités irakiennes…
Dans leur déclaration, les eurodéputés observent d'ailleurs que "les pressions externes exercées sur les résidents du camp perdurent sous prétexte que l'OMPI figure toujours sur la liste noire des Etats-Unis".
Ils demandent en conséquence à Mme Ashton "d'exhorter les Etats-Unis à suivre l'exemple de l'Union" en retirant l'OMPI de cette liste.


"L'adoption de la déclaration souligne l'appui exceptionnel et croissant de la population européenne pour la résistance iranienne", s'est félicitée la présidente du CNRI, Maryam Radjavi.
"Les Etats-Unis doivent reprendre la protection d’Achraf, c’est essentiel pour leur engagement vis-à-vis du droit international, de l’accord mutuel avec les résidents d’Achraf et des valeurs morales", a-t-elle ajouté.
…. Dans leur déclaration, les eurodéputés observent d'ailleurs que "les pressions externes exercées sur les résidents du camp perdurent sous prétexte que l'OMPI figure toujours sur la liste noire des Etats-Unis".
Ils demandent en conséquence à Mme Ashton "d'exhorter les Etats-Unis à suivre l'exemple de l'Union" en retirant l'OMPI de cette liste.



Un homme exécuté par pendaison à Ispahan
Agence ISNA, 27 novembre
Un homme accusé d'avoir violé plusieurs femmes à Ispahan a été pendu
Accusé de viol, un détenu identifié étant Hossein M. a été exécuté dans la prison centrale d’Ispahan (centre).
Ses deux complices ont reçu chacun 74 coups de fouet et ont été condamnés à 18 ans de prison.


Eutelsat assure n'avoir pas aidé Téhéran à censurer des émissions
AFP, 27 novembre


L'opérateur satellite européen Eutelsat assure n'avoir jamais cédé à des pressions de l'Iran pour censurer des émissions, réfutant les critiques formulées par l'avocate iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la Paix…



L'Iran dévoile un système de classification des jeux vidéo respectueux des valeurs islamiques
Lemonde.fr, 30 novembre
La Fondation nationale iranienne des jeux électroniques vient de dévoiler, en partenariat avec Index Holding, conglomérat originaire de Dubaï, un système de classification des jeux vidéo établi autour du respect des valeurs islamiques.


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

csdhi

Les Iraniennes en révolte