Situation des Femmes en Iran

Public

09 février 2011

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Janvier 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com



Pendaison de quatre personnes à Zahedan
IRNA/AFP, 1er janvier
Quatre hommes reconnus coupables de meurtre et de prises d'otages ont été pendus samedi matin à Zahedan (sud-est).
Il s'agit de Mahmoud Barahoui, Shahram Naroui, Zohour-Ahmad Assef-Doust et Jahanbaksh Barahoui, qui ont participé à plusieurs "prises d'otages" pour demander des rançons à leurs familles. Ils avaient tué plusieurs de leurs otages.

 

Sept exécutions à Kermanchah
Agence ISNA, 3 janvier


Le procureur général de la province de Kermanchah, Mojtaba Maleki, a  annoncé l’exécution par pendaison de sept trafiquants de drogue dans la prison centrale de la ville de Kermanchah (ouest).



Un homme pendu à Zahedan
Zahedan Press, 3 janvier


Un homme a été pendu tôt ce matin du 3 janvier à la prison de Zahedan (sud-est). L’homme a été identifié comme Bahman Rigi, condamné pour avoir tiré sur quatre personnes et pour les avoir tuées en 2008.



Catherine Ashton décline l'invitation de l'Iran
Fenêtre sur l'Europe, 7 janvier
L'Union européenne décline l'invitation de Téhéran et ne visitera pas les installations nucléaires de l'Iran, comme l'a confirmé la Haute Représentante Catherine Ashton, le 7 janvier.



Les agents iraniens attaquent Achraf, 175 blessés dont 83 femmes
Iran Focus, 7 janvier


La Résistance iranienne a demandé l’intervention des Nations-Unies contre ce qu’elle a décrit comme une nouvelle agression des forces irakiennes contre le camp d’Achraf, qui abrite 3400 membres de l’OMPI, principal mouvement d’opposition au régime iranien. Selon un communiqué du CNRI, 175 personnes ont été blessés dans cette attaque, dont 83 femmes.



Shiva Nazar-Ahari condamnée à la prison et au fouet
AFP, 9 janvier


La journaliste et militante des droits de l'Homme Shiva Nazar-Ahari a été condamnée samedi en appel à quatre ans de prison et 74 coups de fouet, après avoir été reconnue coupable de "guerre contre Dieu".

En septembre, elle avait été condamnée à six ans de prison pour "conspiration contre les institutions" et "guerre contre Dieu"...
Ce tribunal l'a également condamnée à être emprisonnée dans la ville de Karaj, à 35 km à l'ouest de Téhéran, alors que Shiva Nazar-Ahari a nié toutes les accusations retenues contre elle.
Militante des droits de l'Homme, cette jeune femme de 26 ans avait été arrêtée une première fois peu après la réélection contestée du président Ahmadinejad en juin 2009, qui a déclenché une vague de manifestations dans tout le pays.
Libérée sous caution trois mois plus tard, elle avait été arrêtée de nouveau en décembre 2009 alors qu'elle s'apprêtait à participer aux obsèques du grand ayatollah Hossein Ali Montazeri, ancien dauphin de l'Imam Khomeiny devenu un symbole de la résistance au pouvoir. Elle avait été libérée sous caution en septembre…



Le port de jeans serrés, de manteaux cintrés et les tatouages interdits dans les universités
Agence Fars/Reuters, 10 janvier


Les autorités iraniennes ont durci le code vestimentaire dans plusieurs universités en interdisant notamment aux étudiantes les ongles longs, les vêtements de couleurs vives et les tatouages.

Cette nouvelle règlementation interdit notamment aux femmes de porter «des casquettes ou des chapeaux sans foulard et des jeans serrés ou courts». Elle proscrit également le piercing, boucles d'oreilles mises à part, et bannit les manteaux ceintrés de certaines universités. L'agence Fars a publié la liste des établissements concernés par ce nouveau code vestimentaire imposé.

Les autorités intensifient généralement leurs efforts en prévision des mois d'été au cours desquels les femmes ont tendance à porter des vêtements plus légers et des foulards de couleurs vives souvent rejetés en arrière, laissant apparaître les cheveux.



77 morts dans un accident d’avion
AFP, 10 janvier
Soixante-dix-sept personnes ont été tuées et 27 blessées, selon un dernier bilan de l'accident d'un Boeing 727 de la compagnie Iran Air qui s'est écrasé dimanche soir dans le nord-ouest de l'Iran probablement à cause du mauvais temps.



Onze ans de prison pour Nasrin Sotoudeh
Appel international à la libération de l’avocate
CNRI, 11 janvier


«Dans une décision répressive et criminelle, Mme Nasrine Sotoudeh, avocate de prisonniers politiques en Iran, a été condamnée à 11 ans de prison, 20 ans d’interdiction de quitter le pays et 20 ans d’interdiction de pratiquer. Elle a été accusée de “collaborer contre la sécurité du pays, de propagande contre le système et de n’avoir pas respecté le code vestimentaire en prononçant un discours ».

Mme Sotoudeh, mère de deux enfants de 3 et 10 ans, est détenue en isolement à la section 209 de la prison d’Evine de Téhéran depuis son arrestation le 5 septembre 2010.

La Résistance iranienne appelle le Conseil de sécurité de l’ONU, le Haut-commissaire aux droits de l’Homme, les rapporteurs spéciaux sur les arrestations arbitraires et les femmes, l’ensemble des organisations de défense des droits des femmes, les barreaux et juristes de par le monde à prendre des mesures urgentes pour faire libérer Mme Sotoudeh et les autres prisonniers politiques.


Sénateurs français soutiennent la Résistance iranienne et le camp d’Achraf
CFID, 13 janvier


Le Comité Français pour un Iran Démocratique (CFID) qui regroupe parlementaires, anciens ministres, magistrats, personnalités politiques et défenseurs des droits de l’Homme, a organisé le mercredi 12 janvier 2011 au Sénat une réunion intitulé « soutien des sénateurs français à la Résistance iranienne et au camp Achraf». Accueillant Maryam Radjavi, présidente du CNRI,  le sénateur Jean-Pierre Michel lui a remis, une déclaration de soutien portant la signature d’une majorité de sénateurs.



Autorisation obligatoire du mari pour quitter le pays
Agence ISNA, 14 janvier
La direction de la police des frontières rend obligatoire l’autorisation du mari pour que son épouse puisse voyager et quitter le pays.
Les enfants de moins de 18 ans ont également besoin de la permission de leur père  pour voyager  à l’étranger.



Exécution du militant et prisonnier politique Hossein Khezri

HRANA/AFP, 15 janvier


Un rebelle kurde  iranien, Hossein Khezri, a été pendu dans la prison d'Oroumieh (nord-ouest).

Hossein Khezri a été arrêté à Kermanshah, au Kurdistan iranien, en 2008 et maintenu en détention dans des locaux appartenant au ministère du Renseignement et aux gardiens de la révolution avant d'être condamné à mort par le tribunal révolutionnaire d'Oroumieh, lors d'un procès de 5 minute pour  « moharebeh » (guerre contre Dieu). Accusé d'appartenance au Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), sa peine a été confirmée en août 2009.



Un homme pendu à Zarand
Agence ISNA/AFP, 18 janvier
Un homme reconnu coupable de trafic de drogue a été pendu dans la ville de Zarand, dans le sud de l'Iran. Le procureur de Zarand, Mehdi Bakhshi, a indiqué que l'homme, identifié comme Ali K., avait été exécuté dans la prison de la ville. Il n'a pas précisé la date de la pendaison.



Pendaison de dix trafiquants de drogue à Karaj
AFP, 19 janvier
Dix trafiquants de drogue ont été pendus mercredi matin dans la prison de Karaj, une ville située à l'ouest de Téhéran, a rapporté le site de la télévision d'Etat...



Un homme exécuté à Bojnurd
Agence ISNA/AFP, 21 janvier
Un homme condamné à mort pour trafic de drogue a été exécuté par pendaison dans une prison de la ville de Bojnurd, dans le nord-est.

L'homme, identifié sous ses seules initiales M. Gh., condamné pour un trafic d'opium alors qu'il purgeait une peine de prison à vie, a été exécuté jeudi.



L'Iran est un des premiers trafiquants de drogue au monde (Wikileaks)
AFP, 22 janvier
L'Iran est un des premiers trafiquants de drogue au monde, et des responsables des Gardiens de la Révolution sont impliqués dans ce trafic, rapporte vendredi le quotidien allemand Die Welt en citant des télégrammes diplomatiques américains obtenus par Wikileaks.

Un télégramme confidentiel, en date du 12 juin 2009 et en provenance de l'ambassade américaine à Bakou, rapporte que les quantités d'héroïne en provenance d'Iran saisies en Azerbaïdjan étaient passées de 20 kilos en 2006 à 59.000 kilos pour le seul premier trimestre 2009.


 
Echec à Istanbul des négociations sur le nucléaire iranien
Le Monde/AFP, 23 janvier


Les discussions d'Istanbul sur le nucléaire iranien, entre l'Iran et les grandes puissances qui craignent que Téhéran ne se dote de l'arme atomique, se sont achevées sur un échec samedi, et aucune réunion nouvelle n'est prévue dans ce dossier hypersensible.

L'Iran, en posant des conditions préalables "totalement inacceptables" lors des discussions multilatérales à Istanbul sur son programme nucléaire, a "tout bloqué", a dénoncé à Amman la ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie.



Un homme exécuté à Yasuj
Quotidien Jomhuri Eslami, 24 janvier
Accusé de viole, un homme identifié étant Massoud A., 29 ans, a été exécuté par pendaison dans la prison centrale de la ville de Yasuj.



Deux opposants politiques exécutés ce matin en Iran
AP/Euronews, 24 janvier


Membres des Moujahidine du Peuple d’Iran, Jafar Kazemi et Mohammad-Ali Hajagahaei, arrêtés en Iran lors des manifestations antigouvernementales de 2009 ont été pendus lundi matin, selon le site internet de la télévision d'Etat iranienne citant un communiqué du bureau du procureur général de Téhéran.

Plusieurs pays dont la France avaient appelé l'Iran à ne pas exécuter des opposants, et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait nommément évoqué en août dernier la situation de Jafar Kazemi et Mohammad Ali Hajaghei pour demander la clémence de Téhéran...

Ces deux exécutions sont les premières d'opposants condamnés à mort pour leur participation à la vague de manifestations violentes qui avaient suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.
L'organisation des moudjahidine a dénoncé "l'exécution odieuse" lundi en Iran par pendaison de deux de ses militants arrêtés lors des manifestations antigouvernementales de 2009.
Cette exécution "est un acte d’impuissance et de vengeance d’une dictature religieuse assiégée par des crises internes et externes et par l'escalade du mécontentement de la population", a déclaré Maryam Radjavi, dirigeante du mouvement dans un communiqué publié à Paris.

Elle a appelé "le Conseil de sécurité des Nations Unies et l'Union européenne à suspendre leurs relations économiques et diplomatiques avec ce régime médiéval, jusqu'à une amélioration de la situation des droits de l'Homme et un arrêt total de la torture et des exécutions".



Rapport HRW :
L’Iran a recours à la torture et aux menaces pour conserver le pouvoir

AFP, 24 janvier
La crise des droits de l'Homme s'est intensifiée en 2010 en Iran, le régime ayant recours à la torture et l'intimidation pour maintenir la pression sur ses détracteurs et asseoir son pouvoir, a estimé lundi l'ONG Human Rights Watch (HRW).
"Les limitations imposées à la liberté d'expression et d'association, ainsi que les discriminations religieuses et sexistes ont continué avec la même violence", estime l'ONG basée à New York dans son rapport 2010.
Le groupe déplore par ailleurs que le programme nucléaire iranien controversé ait "éclipsé les graves inquiétudes au sujet de la crise toujours plus profonde des droits de l'Homme dans ce pays".

Selon HRW, plus de 6.000 personnes ont été arrêtées après les présidentielles contestées de juin 2009, qui ont vu la réélection du conservateur Mahmoud Ahmadinejad, l'opposition dénonçant des fraudes.
"Les enquêteurs ont fait usage de la torture pour obtenir des aveux, sur la base desquels le système judiciaire a prononcé des condamnations à de longues peines de prison et même à la peine capitale", dit HRW.

L'Iran a exécuté au moins neuf "dissidents politiques" depuis novembre 2009, tous reconnus coupables de "moharebeh" ("ennemi de Dieu"), dit l'ONG, soulignant que 16 Kurdes attendent par ailleurs leur exécution pour leur soutien présumé à des groupes armés.

"Des centaines de personnes, dont des avocats, des défenseurs des droits de l'Homme, des journalistes, des militants de la société civile et des chefs de l'opposition sont maintenus en détention sans accusation", dit HRW, accusant l'Iran d'intimidation contre les avocats qui s'occupent des droits de l'Homme et les empêchent de défendre des détenus politiques...

"La loi iranienne continue de discriminer les minorités religieuses, dont les sunnites musulmans, en matière d'emploi et d'éducation", écrit HRW, soulignant que "les sunnites, (10% de la population), ne peuvent pas construire de mosquée dans les grandes villes".
Sept chefs bahaïs ont été accusés d'espionnage et condamnés à 10 ans de prison...



Un jeune pendu à Karaj
AFP, 24 janvier
Un homme condamné pour avoir tué, violé et volé dix femmes, nommé Omid Barak, 24 ans, a été pendu en public sur la place de Karaj, une ville proche de Téhéran.
 
 

Trois exécutions à Evine
Agence Fars/AFP, 24 janvier
Reconnus coupables de viole, trois hommes ont été pendus à l’aube dans la prison d’Evine à Téhéran. Ils ont été reconnus étant Ghavam Atakesh-Zadeh, Mostafa Karimi-Khaneghah et Reza dehghan.



Des députés européens demandent à l'UE de durcir les sanctions contre l'Iran
AFP, 25 janvier


Des députés européens ont plaidé mardi pour durcir les sanctions à l'encontre de l'Iran en estimant que continuer à "faire preuve de souplesse" avec le régime iranien dans le dossier nucléaire "s'avère futile".

"La baronne (Catherine) Ashton a quitté Istanbul les mains vides le week-end dernier. Si nous continuons à gagner du temps, nous finirons par le payer pour longtemps et nous le payerons très cher. Un Iran avec l'arme nucléaire sera une menace mondiale", a affirmé l'eurodéputé conservateur britannique Struan Stevenson à l'occasion d'une réunion à Bruxelles pour soutenir "la résistance" iranienne.

Ces eurodéputés participaient aux côtés d'ex-responsables américains dont l'ancien conseiller à la sécurité nationale du président Barack Obama, le général James Jones, à une conférence de soutien à l'Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI).
Il s'agit "de la seule opposition réaliste au régime fasciste corrompu" iranien, a estimé M. Stevenson.



Pendaison de deux frères à Bojnurd

Quotidien Donya e Eqtesad /AFP, 26 janvier
Deux frères, condamnés à mort pour le meurtre d'un gardien dans une station-service, ont été pendus dans une prison de Bojnurd, dans le nord-est.
Kamran et Mehran Khaki, également reconnus coupables d'être les auteurs d'une série de braquages, ont été exécutés lundi.

   
Quatre détenus pendus à Oroumieh
IRNA/HRANA, 26 janvier
Accusés de trafic de drogue, quatre détenus ont été exécutés dans la prison centrale à Oroumieh (nord-ouest). Ils ont été identifiés étant Rostam Mirzaï, Esmaeil Rostami, Mohammad Chenari et Farhad Hatami.



Lady  Ashton retouchée par la presse iranienne
7sur7.be, 26 janvier


Plusieurs journaux iraniens ont retouché une photo de la Haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, afin de rendre sa tenue moins "provocante" et refermer son décolleté.

La photo originale a été prise la semaine passée à Istanbul, en Turquie, avec le négociateur iranien sur le dossier nucléaire, Saïd Jalili.

La retouche des photos est une pratique courante en Iran, selon un collaborateur de la BBC, qui explique qu'il s'agit plus d'éviter les problèmes avec l'autorité que de nuire à l'image des personnes.



Sept trafiquants de drogue exécutés à Karaj
AFP, 27 janvier
Sept trafiquants ont été pendus jeudi à la prison Ghezelhessar de Karaj, dans la banlieue de Téhéran, pour divers trafics d'héroïne, opium et cannabis, a indiqué le site internet de la télévision d'Etat sans fournir d'autres précisions.



Exécutions en Iran:
L’UE demande à Téhéran de décréter un  moratoire

AFP, 27 janvier


L'Union européenne a appelé jeudi les autorités iraniennes à "cesser immédiatement" les exécutions prévues de condamnés à mort et de décréter "aussi vite que possible" un moratoire sur la peine de mort.

"Les exécutions ont lieu à un rythme alarmant. En outre des pratiques abominables telles que des exécutions publiques et des pendaisons continuent à être utilisées en dépit des obligations internationales de l'Iran", a déploré la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton dans un communiqué.




ONU et USA doivent protéger le camp d'Ashraf (parlementaires Conseil Europe)
AFP, 28 janvier
Des parlementaires du Conseil de l'Europe ont demandé vendredi aux Nations unies et aux Etats-Unis de garantir la protection du camp d'Ashraf en Irak, victime d'une attaque qui fait 176 blessés le 7 janvier selon le Conseil national de la résistance iranienne.

Dans une déclaration écrite qui n'engage que les signataires, les 150 parlementaires (sur 318) ont également demandé "de faire immédiatement cesser la torture psychologique par des agents des services de renseignements iraniens qui ont déployé 180 haut-parleurs autour du camp"...



Manifestations en Afghanistan contre des exécutions d'Afghans en Iran
AFP, 29 janvier


Environ un millier d'Afghans au total, scandant des slogans anti-iraniens ont manifesté samedi dans les trois principales villes d'Afghanistan pour protester contre de présumées exécutions de citoyens afghans en Iran. Un millier de manifestants ont défilé dans le centre-ville d'Hérat (ouest), deuxième ville d'Afghanistan, tandis que des manifestations similaires ont rassemblé une centaine de personnes à Kaboul, la capitale et plusieurs dizaines à Mazar-i-Sharif, principale ville du nord du pays.Les manifestants, brandissant des pancartes hostiles au gouvernement iranien et appelant à la mort du président Mahmoud Ahmadinejad, appelaient à l'arrêt des exécutions en Iran d'Afghans, mais aussi d'Iraniens, sans préciser s'ils faisaient référence à des exécutions en particulier…



Exécution de Zahra Bahrami :
La Haye "gèle" ses contacts avec l'Iran

AFP, 29 janvier


Les Pays-Bas ont annoncé samedi le "gel" de leurs contacts avec l'Iran après l'exécution de l'Irano-néerlandaise Zahra Bahrami, accusée par Téhéran de trafic de drogue, et dénoncé "un acte commis par un régime barbare"....
Zahra Bahrami, 46 ans, avait été condamnée à mort le 2 janvier, selon la radio néerlandaise citant sa fille.

Zahra Bahrami avait été arrêtée en décembre 2009 à Téhéran alors qu'elle participait à une manifestation contre la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad.
Le communiqué du procureur de Téhéran confirme que Mme Bahrami a été "arrêtée pour crimes relatifs à la sécurité", sans plus de précisions.
Mais durant la perquisition de son domicile, "450 grammes de cocaïne et 420 grammes d'opium ont été découverts", et l'enquête a "montré qu'elle avait vendu 150 grammes de cocaïne", selon le communiqué.



L'exécution de Zahra Bahrami "arbitraire" (président du PE)
AFP, 30 janvier
Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, a dénoncé dimanche l'exécution "arbitraire" de l'Irano-Néerlandaise Zahra Bahrami...
Dans un communiqué, il "condamne fermement l'exécution d'une citoyenne européenne" et dénonce "un acte lâche de justice arbitraire".

"L'augmentation dramatique des condamnations à mort depuis les protestations contre les élections présidentielles manipulées est source de grave préoccupation", souligne-t-il.
"L'Union européenne condamne la peine de mort par principe, en tant que violation de la dignité humaine, mais le cas de Sarah Bahrami est particulièrement horrible", estime-t-il.
Jerzy Buzek juge les accusations "plus que douteuses" et estime que "ce procès a été tout sauf juste et équilibré", dénonçant notamment le fait que Sarah Bahrami n'a pas pu recourir à l'assistance consulaire néerlandaise.


L'UE condamne l'exécution de l'Irano-néerlandaise  Zahra Bahrami
AFP, 31 janvier
La dirigeante de la diplomatie européenne Catherine Ashton "condamne" la pendaison intervenue samedi de  Zahra Bahrami, et demande à nouveau un moratoire sur toutes les exécutions en Iran.

Mme Ashton "condamne fermement" cette exécution et exprime aussi "sa consternation face au refus des autorités iraniennes d'accorder un accès consulaire à Mme Bahrami avant l'exécution et critique l'absence "de procédure judiciaire équitable et transparente" la concernant...



L'Iran menace de rompre ses relations culturelles avec la France
Quotidien Tehran Emrouz/AFP, 31 janvier
L'Iran pourrait rompre ses relations culturelles avec la France si le musée du Louvre ne s'engage à organiser à Téhéran une exposition de pièces historiques iraniennes, a affirmé le vice-président Hamid Baghaie...


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

csdhi

Les Iraniennes en révolte