Situation des Femmes en Iran

Public

08 avril 2011

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Mars 2011
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
http://www.femmesiraniennes.blogspot.com


8 mars
Joyeux huit mars 2011 à toutes les femmes

21 mars
Belle et heureuse année 1390 aux Iraniens


Sept exécutions à Jiroft et Bam
IRNA, 1er mars

Accusés de détention et trafic de stupéfiant, sept Iraniens ont été exécutés dans la province de Kerman (sud).
Identifiés étant Mohammad-Nabi N., Mehdi S., Ali-Bakhsh S., Hamid-Reza D. et Sohrab N., les cinq hommes ont été pendus dans la prison de la ville de Jiroft.

Deux autres personnes, Malek N. et Saïd M., ont été exécutées dans la prison de Bam.


Un homme flagellé en public
ISNA, 1er mars
Accusé de vol, un homme identifié par ses initiales, M.M., a reçu 70 coups de fouet en public à Lamard dans la province de Fars (sud). Il a en même temps été condamné à 3 ans d’emprisonnement.


Le logo des JO de Londres fâche l'Iran
Le Monde, 1er mars

L'Iran a fait savoir lundi, que ses athlètes pourraient boycotter les Jeux olympiques de 2012, en raison du logo de la compétition : aux yeux du Comité national olympique iranien, le chiffre "2012", qui compose sous une forme déstructurée, le logo, dissimulerait en fait le mot "Zion", un terme qui désigne la cité de Jérusalem, capitale de l'Etat juif, dont la République islamique d'Iran récuse l'existence...



Un jeune pendu à Ispahan
IRNA, 1er mars
Accusé de détention de plusieurs kilos de diverses drogues, un jeune de 24 ans identifié étant Mahmoud Alaï, a été exécuté à 6h30 du matin à Khomeini-shahr d’Ispahan. Son casier judiciaire étant vide, il avait été arrêté pour la première fois en 2009.



Trois hommes pendus à Chiraz
Site justice Fars, 1er mars
Condamnés à la peine capitale pour trafic de stupéfiants, trois hommes identifiés par leurs initiales, A. A., H. R et S. K., ont été pendus dans la prison Adel Abad à Chiraz.



55.000 nouveaux prisonniers
Site Asre Iran, 2 mars
Gholamhossein Esmaïli, directeur de l’organisation des prisons en Iran, a fait l’état de 55.000 nouveaux détenus dans les prisons du pays depuis un an et demi.
Selon lui, aucun projet d’extension ou de construction de nouvelle prison n’étant envisagé, le manque d’espace est fortement ressenti. Il a déclaré à 220.000 la population carcérale actuelle alors que la capacité des prisons iraniennes se limite à 85.000 détenus…

Pour gérer la prison d’Evin de Téhéran avec 6.000 détenus, l’organisation des prisons s’est vue obligée de faire une demande écrite de l’aide à la municipalité de la capitale.



La pauvreté dans les villes
Radio Farda, 2 mars
D’après une étude publiée hier en Iran, 45% à 55% de la population urbaine du pays vivent sous le seuil de la pauvreté.



Affrontements à Téhéran entre police et manifestants
AFP, 1 mars

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser mardi des partisans de l'opposition qui tentaient de se rassembler dans le centre de Téhéran, selon des sites d'opposition.
En revanche, le site internet du quotidien gouvernemental Iran a affirmé que "toutes les informations venant des différents quartiers de Téhéran font état d'une situation calme et normale".
Les correspondants de la presse étrangère en Iran ne sont pas autorisés à couvrir sur place les manifestations de l'opposition…
Cette manifestation, la troisième en deux semaines, avait été interdite par les autorités.
Au moins cinq personnes ont été arrêtées à Téhéran, selon le site d'opposition Rahesabz…
Plusieurs sites d'opposition avaient appelé les partisans de MM. Moussavi et de Karoubi à manifester pour réclamer la libération des deux leaders de l'opposition.
Les deux opposants, officiellement accusés d'être des "traîtres" au régime, ont été placés en résidence surveillée stricte à leur domicile, et ils sont depuis totalement coupés du monde extérieur sans aucun contact avec leurs proches.
Plusieurs capitales occidentales ont critiqué le sort réservé à MM. Moussavi et Karoubi.
Washington a jugé leur arrestation "inacceptable", tandis que Paris a appelé à leur libération et Berlin à leur permettre de communiquer avec leur famille et de prendre un avocat.

Le président du Parlement européen Jerzy Buzek a dénoncé pour sa part une "atteinte à l'intégrité personnelle des plus hauts représentants de l'opposition démocratique en Iran".

La Suède convoque mercredi l'ambassadeur d'Iran au sujet des arrestations d'opposants et a dit ne pas avoir été satisfait des explications reçues.



Paris "préoccupé" pour Moussavi et Karoubi, "détenus dans un lieu inconnu"
AFP, 4 mars
La France est "très préoccupée" par le sort des chefs de l'opposition réformatrice iranienne Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, "retenus dans un lieu inconnu", a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères…


Pendaison de trois Afghans pour viol
Quotidien Iran/AFP, 6 mars
Reconnus coupables de viol, trois ressortissants afghans dont l’identité n’a pas été révélée ont été pendus dans la prison d’Evine à Téhéran.


La part des femmes dans le marché du travail
ILNA/News online, 7 mars

Bien loin de l’objectif fixé dans le 4ème plan gouvernemental du développement, seules 13% des femmes iraniennes sont actives. Selon les statistiques de World Economic Forum sur l’activité économique des femmes dans le monde, l’Iran occupe le 116ème rang.
Le taux de participation des femmes dans l’économie est, à l’heure actuelle, inférieur des années 50...







Amnesty International a appelé le 8 mars les autorités iraniennes à libérer immédiatement toutes les femmes détenues arbitrairement en Iran, notamment les militantes politiques, défenseures des droits humains et membres des minorités ethniques et religieuses.

Soulignant l'exemple de neuf femmes prisonnières d'opinion dont les noms ont été soumis à la Commission des Nations unies sur le statut des femmes en août 2010 dans le cadre de la procédure de communication et dont un document d'une dizaine de pages, rendu public le 8 mars, évoque le parcours, l'organisation déplore le fait qu'en dépit des appels lancés pour demander leur libération ou pour que les charges retenues contre elles soient abandonnées, Hengameh Shahidi, Shiva Nazar Ahari, Alieh Aghdam-Doust, Ronak Safazadeh, Zeynab Beyezidi, Mahboubeh Karami, Behareh Hedayat, Masoumeh Karabi et Rozita Vaseghi sont toutes emprisonnées ou passibles d'un emprisonnement imminent…



Les grandes puissances appellent à nouveau l'Iran à coopérer avec l'AIEA
AFP, 9 mars
Les grandes puissances ont à nouveau appelé mercredi l'Iran à coopérer avec l'Agence internationale pour l'énergie atomique sur son programme nucléaire controversé, objet d'un bras de fer depuis plusieurs années.
"Nous appelons l'Iran à coopérer pleinement avec l'AIEA", a indiqué le groupe 5+1 dans son premier communiqué commun transmis en deux ans au conseil des gouverneurs de l'organisation, actuellement réunis à Vienne…



Deux pendaisons à Dezfoul
Aftabnews, 10 mars
Accusés d’enlèvement, deux hommes ont été pendus publiquement dans la province de Dezfoul en Khûzistân (sud).



Un journaliste de l'AFP expulsé
AFP, 11 mars

Le chef de rédaction de l’Agence France-Presse (AFP) à Téhéran, Jay Deshmukh, a été expulsé vendredi par les autorités iraniennes qui n'ont pas donné d'explication officielle à cette décision.

M. Deshmukh et dix autres correspondants de la presse étrangère s’étaient vu retirer leurs cartes de presse le 15 février, au lendemain de la première manifestation significative de l'opposition à Téhéran depuis un an, largement couverte par l'AFP et la plupart des médias internationaux…



Nouvelle arrestation de Bahaïs en Iran
IRNA/AFP, 12 mars
Des personnes appartenant à la minorité religieuse bahaïe ont été arrêtées pour avoir promu leur croyance dans des "jardins d'enfants", a déclaré le procureur de la ville iranienne de Bam (sud)…
Il n'a pas non plus précisé le nombre de personnes arrêtées et la date des arrestations. La communauté bahaïe compte plus de 7 millions de fidèles à travers le monde, dont quelque 300.000 en Iran.



Une "cyber-armée" de miliciens pour attaquer les sites "ennemis"
Quotidien Iran/AFP, 14 mars
L'Iran a créé une "cyber-armée" formée d'experts bassidjis (miliciens islamiques) pour "attaquer les sites des ennemis" en réponse à leurs "attaques", a déclaré le général Ali Fazli, adjoint du chef du bassidi.
Le général Fazli n'a donné aucun détail sur le type "d'attaques" menées contre des sites étrangers, sur la nature de ces sites. Des sites ultra-conservateurs iraniens ont fait état ces dernières semaines d'attaques informatiques iraniennes visant notamment les sites de la Voix de l'Amérique en persan, contre la radio néerlandaise en persan RadioZamaneh, ou contre Twitter.
Il y a quelques jours, Saïd Jalili, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, avait affirmé que les "ennemis de l'Iran" avaient financé la création de "874 sites internet" pour déstabiliser le pouvoir iranien à la faveur des manifestations ayant suivi la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.



Ban Ki-moon dénonce une "intensification de la répression"
AFP, 15 mars

Le chef de l'ONU Ban Ki-moon dénonce une "intensification de la répression" en Iran dans son premier rapport sur le pays qui sera présenté le 23 mars au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.
"Depuis le dernier rapport à l'Assemblée générale du 15 décembre 2010, la situation des droits de l'Homme en Iran a été marquée par une intensification de la répression des défenseurs des droits de l'Homme, des militants pour les droits des femmes, des journalistes et des opposants au gouvernement", indique le document publié cette semaine par l'ONU.
"Il y a eu une augmentation sensible des applications de la peine de mort, y compris dans le cas de prisonniers politiques, depuis début 2011", poursuit Ban Ki-moon, critiquant l'exécution de mineurs délinquants.
Le chef de l'ONU déplore aussi "une discrimination qui persiste à l'égard des minorités, qui dans certains cas peut être assimilée à de la persécution".
Dans ses conclusions, il se dit "profondément troublé par les informations faisant état d'une augmentation des exécutions, des détentions et arrestations arbitraires, des procès injustes, des possibles tortures et mauvais traitements sur des défenseurs des droits de l'Homme, juristes, journalistes et militants de l'opposition"…



14 prisonniers tués et 33 blessés dans une tentative d'évasion manquée
Iran Focus, 18 mars
Quatorze prisonniers ont été tués et 33 autres blessés lors d'une tentative d'évasion manquée mercredi dans une prison proche de Téhéran a annoncé le quotidien Khorasan.
Les prisonniers ont affronté les gardiens à la prison Ghezel Hesar de Karaj, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de la capitale, a précisé le journal.
Par ailleurs, la Résistance iranienne a estimé que le massacre, le 15 mars dernier, des prisonniers sans défense de Ghezel-Hessar est un crime effroyable sans précédent et une nouvelle page d’ignominie dans le dossier criminel du régime.
Dans son communiqué le CNRI a demandé " la ferme condamnation de ce crime par la communauté internationale, en particulier par le Conseil de sécurité de l’ONU et a appelé Ban Ki-Moon à envoyer une mission pour enquêter sur ce crime de grande ampleur et les conditions de vie dans les prisons iraniennes, en particulier pour les prisonniers politiques."…



Un étudiant tué par des miliciens du Bassidj lors de la Fête du Feu en Iran
CNRI, 19 mars
Lors de la fête du feu du 15 mars, les pasdaran ont tué le jeune Behnoud Ramezani, 18 ans, étudiant en génie mécanique à l’université de Babol, dans le quartier Narmak de Téhéran. Vers les 22h00, une horde de voltigeurs à moto de la milice du Bassidj s’est ruée sur un groupe de jeunes. Grièvement blessé durant cette agression sauvage, Behnoud Ramezani est décédé peu après son arrivée à l’hôpital Alghadir.
Lors des manifestations de la Fête du Feu, les forces répressives ont arrêté près de 900 jeunes, et ont fait un très grand nombre de blessés.
La Résistance iranienne appelle l’ensemble des instances internationales et de défense des droits humains à condamner la répression sauvage des manifestations en Iran et demande le renvoi du dossier des exactions systématiques en Iran devant le Conseil de sécurité de l’ONU pour que soient adoptées des mesures contraignantes.



Tentative d’étranglement d’un réfugié iranien à Paris
Libération, 21 mars
Ibrahim Mehtari est l’un des rares prisonniers politiques iraniens à avoir osé raconter qu’il avait été violé par l’un de ses tortionnaires dans une caserne secrète pendant sa période de détention, en août 2009.
Réfugié en France, ce journaliste de 28 ans avait confié son témoignage à Libération (du 4 février 2010).
Samedi matin, le jeune homme a vécu un autre cauchemar mais cette fois à Paris, dans le XIIIe arrondissement. Vers 3 heures du matin, il a été attaqué par deux hommes, dont l’un au moins parlait persan «avec l’accent iranien», qui l’ont blessé et frappé avant de chercher à l’étrangler...



D’ex-dirigeants américains pour la reconnaissance de l’opposition iranienne
AFP, 21 mars

D'anciens hauts responsables américains, civils et militaires, ont demandé aux Etats-Unis de retirer les Moudjahidine du peuple (OMPI) de la liste des organisations terroristes, au cours d'un congrès organisé samedi à Berlin par ce mouvement d'opposition.
"Madame la secrétaire d'Etat, retirez les Moudjahidine du Peuple de cette liste", a lancé à l'adresse d'Hillary Clinton, chef de la diplomatie américaine, l'ancien directeur du FBI Louis Freeh (1993-2001).
Il a souhaité que Mme Clinton rencontre Maryam Radjavi, la présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) aux Etats-Unis, comme elle a rencontré cette semaine des opposants libyens.



L'UE va sanctionner les auteurs de violations des droits de l'Homme
AFP, 21 mars
L'Union européenne a décidé lundi de sanctionner les auteurs de violations des droits de l'Homme en Iran, à l'instar des Etats-Unis, et compte introduire "rapidement" des mesures ciblées à leur encontre...
Cette décision de principe ouvre la voie à l'élaboration, par des experts européens, d'une liste d'auteurs de violations des droits de l'Homme.
L'UE se dit "profondément préoccupée du fait que la situation des droits de l'Homme continue à se détériorer" en Iran…



Les Iraniens célèbrent leur nouvel an Norouz
AFP, 21 mars

Des millions d'Iraniens ont célébré leur nouvel an Norouz, qui a marqué dans la nuit de dimanche à lundi l'arrivée du printemps, marqué par un discours du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, qui a appelé à une "guerre sainte économique pour déjouer les complots ennemis"…
Norouz marque le passage de l'hiver au printemps, qui est tombé cette année à 02H50 locales (23H20 GMT)…
Dans un message diffusé dimanche à l'occasion de Norouz, le président américain Barack Obama a fustigé le régime de Téhéran, affirmant que la répression de l'opposition témoignait de sa "peur", et a exprimé sa solidarité aux jeunes manifestants.



Un homme exécuté ; un autre toujours en danger
Amnesty International, 22 mars
Farzad Alizadeh Mohajer, également appelé Abbas, a été exécuté le 12 janvier 2011 à la prison d'Evin, à Téhéran, la capitale iranienne. Mohammad Zafari, qui a été condamné en même temps que lui, risque toujours d'être exécuté…


L’ONU nomme un Rapporteur spécial pour les droits de l’Homme
AFP, 24 mars
Le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU a adopté jeudi une résolution créant pour la première fois depuis 2002 un mandat de Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'Homme en Iran et exprimé sa "préoccupation" sur l'intensification de la répression dans ce pays.
L'Iran n'a pas autorisé depuis 2002 le renouvellement du dernier mandat de rapporteur spécial sur le pays et n'a également laissé aucun des rapporteurs thématiques de l'ONU à se rendre sur place depuis 2005.
Vingt-deux membres du Conseil basé à Genève ont voté en faveur de la résolution, présentée par la Suède et appuyée par les Etats-Unis ainsi que d'autres pays non occidentaux dont la Zambie, le Panama ou la Colombie.
Sept pays, dont la Chine, Cuba, le Pakistan et la Russie notamment ont voté contre, tandis que 14 pays se sont abstenus…
Le vote sur l'Iran couronne "un effort diplomatique intensif et un travail de longue haleine", s'est félicité pour sa part un diplomate européen…
"Depuis le dernier rapport à l'Assemblée générale du 15 décembre 2010, la situation des droits de l'homme en Iran a été marquée par une intensification de la répression des défenseurs des droits de l'homme, des militants pour les droits des femmes, des journalistes et des opposants au gouvernement", avait déploré Ban Ki-moon la semaine dernière…
Navi Pillay avait également dénoncé le mois dernier "l'accroissement dramatique" des exécutions capitales en Iran depuis janvier.



La prisonnière politique Zahra Jabbari dans le coma, en danger de mort par manque de soins
Secrétariat du CNRI, 27 mars


Zahra Jabbari, 39 ans, est une prisonnière politique incarcérée à la prison d’Evine de Téhéran. Souffrant d’une grave maladie cardiaque, elle est tombée dans le coma le 21 mars 2001 parce que la prison ne lui a pas fourni les soins nécessaires. Elle est à deux doigts de la mort, et ce n’est qu’après un long retard qu’elle a été hospitalisée dans un établissement sous contrôle du régime.
Mère d’un enfant de 4 ans, elle a été arrêtée le 17 septembre 2009 et placée sous de terribles pressions et tortures uniquement parce qu’elle a une sœur et deux frères au camp d’Ashraf dans le nord de l’Irak…



Le régime iranien pend cinq personnes à la prison d’Evine
CNRI, 28 mars
Lundi dernier, d’après l’agence de presse Harana, le régime iranien a pendu en secret cinq personnes à la prison d’Evine de Téhéran. Une femme, deux hommes et un couple identifié comme étant Adiva Mirza Soleiman et Varjoun Petrosian, respectivement adeptes de la religion juive et de la religion chrétienne, ont été pendus dans cette prison de la capitale.
Le régime a interdit à leurs familles d’organiser des cérémonies funéraires pour leurs proches.



La peine de mort recule dans le monde, mais…
Amnesty/AFP, 28 mars
La peine de mort est en recul dans le monde, mais des milliers d'exécutions capitales ont eu lieu en 2010 dans des pays comme l'Iran, la Corée du Nord, le Yémen, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et surtout la Chine, selon un rapport d'Amnesty International...
Téhéran a ainsi reconnu 252 exécutions capitales l'an dernier, dont celles de cinq femmes et d'un mineur. Quatorze personnes y ont fait l'objet d'exécutions publiques...
"Un monde sans peine de mort n'est pas seulement possible, il est aussi inévitable. La question est de savoir combien de temps cela prendra », conclut Amnesty.



Mort dans la souffrance du prisonnier politique Mohsen Dokmechi privé de soins médicaux
CNRI, 29 mars

Après avoir enduré un total de neuf années de prison et de torture dans sa vie, le prisonnier politique Mohsen Dokmechi, membre de l’OMPI, est mort en détention en Iran dans la soirée du 28 mars pour avoir été privé de soins médicaux par ses bourreaux.
Agé de 52 ans, il avait été prisonnier politique dans les années 1980, et jouissait d’une grande réputation comme commerçant du bazar de Téhéran.



Pour Amnesty, l'accès aux nouveaux médias est un droit de l'homme
AFP, 31 mars
Le secrétaire général d'Amnesty International Salil Shetty a affirmé, mercredi à Montréal, que le libre accès aux nouveaux médias électroniques - restreint par certains Etats, dont la Chine et l'Iran - devait figurer parmi les droits de l'Homme ...


 
 ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

csdhi

Les Iraniennes en révolte