Situation des Femmes en Iran

Public

10 septembre 2012

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran


Août 2012
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97

Nous n’oublions pas les 3400 opposants iraniens
dont 1000 femmes du camp d’Achraf et de Liberty



Festival de Venise
Le Monde, 1er août
L'Iran pourrait boycotter le Festival international de film de Venise, qui se tiendra du 29 août au 8 septembre, en raison des sanctions économiques et pétrolières imposées par l'Union européenne (UE) contre le pays pour l'obliger à renoncer à son programme nucléaire. « En tenant compte du fait que l'UE a imposé les plus fortes sanctions inhumaines et illégales contre l'Iran, nous pensons naturellement boycotter le Festival de Venise », a déclaré le responsable iranien Alireza Sajadpour, cité lundi 30 juillet par le quotidien Tehran Times.


Nouvelles sanctions contre l'Iran
AFP, 2 août
Le Congrès américain a approuvé mercredi de nouvelles sanctions ciblant les secteurs iraniens de l'énergie et de la construction navale, un jour après le dévoilement par Barack Obama de ses propres mesures pour entraver le programme nucléaire de Téhéran.


Des camps de réfugiés iranien comparés à Auschwitz
AFP, 2 août
Des membres du Congrès américain ont accusé mercredi les dirigeants américains et irakiens de ne rien faire pour améliorer les conditions de vie épouvantables des réfugiés iraniens des camps d'Achraf et Liberty, en Irak, allant jusqu'à les comparer à Auschwitz…


Don iranien au ministère syrien de la Santé
AFP, 2 août
Le gouvernement syrien a annoncé jeudi avoir reçu d'Iran, son principal allié dans la région, un don en équipements médicaux de plus d'un million de dollars, selon l'agence officielle Sana…



Exécution prochaine de Saeed Sedeghi
Amnesty International, 3 août


L'exécution de Saeed Sedeghi, un commerçant condamné à mort pour des infractions liées aux stupéfiants, semble imminente. Cet homme a été transféré le 1er août dernier du centre de détention de Kahrizak, à Téhéran, vers la prison de Ghezel Hesar, à Karaj, où il pourrait être exécuté à tout moment…


Conférence arabo-musulmane à Paris en présence de délégations parlementaires de 14 pays arabes
Soutien à la révolution du peuple syrien et aux résistants iraniens du camp d’Achraf

CNRI, 5 août


http://www.ncr-iran.org/fr/communiques-cnri/iran-resistance/11023-conference-arabo-musulmane-a-paris-en-presence-de-delegations-parlementaires-de-14-pays-arabes
internatioSamedi 4 aout, une conférencenale arabo-musulmane s’est tenue près de Paris en solidarité avec la Résistance iranienne et Achraf avec la participation de centaines de personnalités musulmanes de 17 pays et des délégations parlementaires de 14 pays arabes. La conférence a appelé à la condamnation de l’Irak par l’Assemblée générale de l’ONU, l’Organisation de la conférence islamique et la Ligue arabe, pour sa répression des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Elle a également appelé à contraindre le gouvernement irakien à assurer les besoins humanitaires des Achrafiens avant la poursuite de leur transfert à Liberty.


Les rebelles syriens affirment que les Iraniens enlevés sont des militaires
AFP, 5 août
Les rebelles syriens ont diffusé une vidéo montrant des otages iraniens qu'ils accusent d'appartenir aux Gardiens de la révolution alors que l'Iran affirme qu'il s'agit de pèlerins dont elle réclame la libération demandant l'aide de la Turquie et du Qatar.
Les combattants de la brigade Al-Baraa de l'Armée syrienne libre (ASL) "ont capturé 48 miliciens iraniens qui étaient en mission de reconnaissance à Damas", affirme un membre de l'ASL dans la vidéo diffusée sur YouTube.
"Lors des interrogatoires, il a été révélé que certains étaient des officiers des Gardiens de la révolution", ajoute le même rebelle montrant des documents appartenant aux otages iraniens, notamment un permis de port d'armes.
Il a aussi mis en garde Téhéran en affirmant que d'autres Iraniens seraient enlevés si Téhéran continuait à soutenir le régime du président Bachar al-Assad…


L'Iran s'engage dans le conflit syrien
Le puissant allié du régime de Bachar el-Assad multiplie les initiatives pour empêcher sa chute
Le Figaro, 9 août


En affirmant que la Syrie est «un pilier essentiel» de «l'axe de résistance» à Israël et aux États-Unis et que l'Iran «ne permettra jamais» la destruction de cet axe, Téhéran a montré son intention de s'engager encore plus directement qu'auparavant dans la défense du ¬régime de Bachar el-Assad.
L'Iran s'engage dans le conflit syrien

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a reconnu, mercredi, que des membres des gardiens de la révolution et de militaires «à la retraite» faisaient partie des otages.



Camp d'Achraf: appel d'experts indépendants de l'ONU
AFP, 10 août
Une dizaine d'experts indépendants, siégeant au Comité consultatif du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, ont signé un appel vendredi pour dénoncer la situation "alarmante" de quelque 3.400 réfugiés iraniens dissidents vivant dans le camp d'Achraf ou ailleurs en Irak...
L'inquiétude des signataires fait suite à une déclaration le 31 juillet à Bagdad de Faleh Fayaz, conseiller en matière de sécurité du Premier ministre irakien, selon lequel il n'y aura plus de report pour la fermeture du camp d'Achraf, l'Irak allant à présent prendre "des mesures pour rétablir sa pleine souveraineté" sur ce camp.
L'Irak, a ajouté M. Fayaz cité dans l'appel, va "expulser le groupe des dissidents iraniens". "C'est le prélude du troisième massacre à Achraf et d'une nouvelle tragédie humanitaire", ont dénoncé les signataires…



5 ans de prison pour avoir vu son enfant à Achraf
CNRI, 10 août


Malgré la détérioration de la santé de Mohammad Banazadeh Amirkhizi, 65 ans, les autorités pénitentiaires refusent son transfert à l’hôpital pour soigner sa prostate, selon le site des militants des droits de l’homme, qui rapporte la nouvelle le 6 août.
Il a été arrêté dans une rafle par les forces de sécurité le 30 novembre 2009 et incarcéré à la section 209 de la prison d’Evine, rattachée aux services de renseignement. Il a subi de graves tortures physiques et psychologiques durant près de deux ans dans cette section 209.
Il a été condamné  à cinq ans de prison sans accès à son avocat et sans lui donner une chance de se défendre…



Exécution prévue pour Gholamreza Khosravi
Amnesty International, 10 août


Gholamreza Khosravi Savadjani doit être exécuté le 10 septembre prochain pour « inimitié à l'égard de Dieu » (mohareb) pour avoir soutenu, supposément, l'Organisation des moudjahidin du peuple d'Iran (OMPI)…



Incendie d'une usine pétrochimique en Iran: le bilan s'alourdit à 6 morts
IRNA/AFP, 11 août
L'incendie qui s'était déclaré le 3 août dans la principale usine pétrochimique d'Iran a fait six morts, selon un bilan revu à la hausse samedi par le porte-parole de la Compagnie nationale de pétrochimie d'Iran.
Un précédent bilan faisait état d'un mort et d'une dizaine de blessés…

Selon des estimations, cette centrale a fabriqué l'an dernier plus de quatre millions de tonnes de produits pétrochimiques comme des polymères, du benzène, du gaz propane, du butane et du mazout.




Pression accrue sur les familles et les sympathisants de l’OMPI dans les prisons
CNRI, 12 août


Le détenu politique Manouchehr Meimanat, âgé de 46 ans, arrêté en 2010 simplement pour avoir contacté sa sœur membre des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), est dans une situation critique à la prison de Borazdjan (center de l’Iran) où il est incarcéré en exil… est enfermé dans une cellule de 20 mètres où sont entassés 80 prisonniers accusés de trafic de drogue, privés du minium d’hygiène et de moyens de subsistance. Trois membres de sa famille ont déjà été exécutés par les mollahs. Ses deux frères et sa mère, Akhtar Molavi (Mère Meimanat), enseignante de 55 ans, a été tuée par les forces du régime en 1988.


Urgence humanitaire en Iran après un double séisme meurtrier
Le Monde/AFP, 14 août


Les secousses qui ont frappé samedi le nord-ouest du pays ont fait 306 morts et 16 000 sinistrés. Après la recherche des survivants, l'heure est à l'urgence humanitaire dans le nord-ouest de l'Iran, frappé par deux violents séismes, samedi 11 août dans l'après-midi.


Les secours ont mis fin aux opérations de déblaiement : « Dimanche, à 6 heures du matin, nous avons eu l'assurance qu'il n'y avait plus de corps et de survivants sous les décombres», a expliqué, lundi matin, le responsable de la cellule de crise du ministère de l'intérieur, Hossein Ghadami, devant les parlementaires…

Le gouvernement iranien critiqué pour sa réaction face au séisme
Le gouvernement iranien a essuyé des critiques des parlementaires et de la population lundi pour sa gestion des opérations de secours après que deux grands séismes aient tué 300 personnes et blessé des milliers d'autres dans le nord ouest du pays…



Les Iraniens bientôt déconnectés d'internet?
RFI, 12 août


Début août, le gouvernement iranien a annoncé le retrait de tous ses sites institutionnels et gouvernementaux d’internet à partir de septembre afin de se protéger des cyber-attaques. Une première étape en vue de l’élaboration d’un réseau intranet national coupé du reste du monde pour 2013.
Objectif final des autorités iraniennes:  remplacer internet par un intranet national dans les 18 prochains mois. L’Iran ne serait en tout cas pas le premier pays à se couper virtuellement du monde. La Corée du Nord fonctionne avec son propre intranet, Kwangmyong (« intelligent » en Coréen) depuis 2000 et la Chine possède un vaste firewall (pare-feu) assurant le filtrage d’internet presque aussi célèbre que sa grande muraille…



Vague de répression et d’arrestations dans la minorité arabe du Khouzistan
CNRI, 15 août
Un prisonnier politique meurt sous la torture
Le prisonnier politique Alireza Ghabichavi, 37 ans, de la minorité ethnique arabe iranienne d’Ahwaz, est mort sous la torture le 7 août.
Auparavant, Gheiban Obeidavi, Mohammad Cheldavi, Reza Maghamessi, Mohammad Kaabi et Nasser Al-Bouchoukeh avaient été tués sous la torture par des agents de renseignement des mollahs.

Alireza Ghabichavi avait été arrêté à cause de ses liens d’amitié avec plusieurs prisonniers politiques accusés de «guerre contre Dieu» qui ont été condamnés à mort le mois dernier.


Un rapport sur la situation de la prison des femmes de Semnan
La prison des femmes de Semnan (nord) est une des pires du pays au niveau des conditions d’internement, rapporte les Défenseurs des droits de l’homme en Iran, le 15 août 2012. Cette prison qui était un ancien caravansérail a également servie d’écurie.
Actuellement, 70 femmes y purgent des peines pour homicides, vols, escroqueries, trafic de drogue, toxicomanie et relations illégitimes. Sept enfants de moins de deux ans y vivent également avec leurs mères.
Toutes ces détenues ne disposent que d’une seule douche ...
Il y a très peu lits et les prisonnières y dorment à deux. Les autres dorment à même le sol et ne peuvent dormir que sur le côté en raison du manque d'espace.
Dans cet endroit surpeuplé, il n’y a qu’une fenêtre et qu’une porte, et il y est difficile de respirer. Selon les médecins, l’humidité et la pollution de l'air entrainent des maladies de peau.
La cour de la prison est si petite que les prisonnières ne peuvent même pas marcher à l'extérieur. Toute détenue qui perturbe l'ordre de la prison ou effectue une action contre la volonté des responsables pénitentiaires est suspendue au mur par les mains devant les autres prisonnières.
Les détenues Jinousse Nourani et Roufia Bidoghi qui appartiennent à la minorité bahaïe sont encore plus harcelées que les autres, ce qui rend leurs conditions de vies bien plus dures.
Les gardiennes comme Siadati, Chokri et Kordi incitent les autres prisonnières à persécuter les bahaïs. Kordi a crié aux prisonnières qui leur avaient fait un peu de place : « Elles sont sales et c’est comme si vous dormiez à côté de chiennes. » A d’autres elles ont jeté : « votre amitié avec les Bahaïs vous enverra tout droit en enfer. »
Deux autres bahaïs, Zohreh Nik Ayïn, mère d’un bébé de 6 mois, et Taraneh Torabi, mère d’un bébé d'un mois, seront incarcérées dans cette prison dans un avenir proche pour y purger leur peine. Le climat de la prison de Semnan va sérieusement mettre en danger la santé de ces deux nourrissons.



Dans les coulisses du premier café iranien réservé aux femmes
Le Monde.fr, 16 août
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2012/08/16/dans-les-coulisses-du-premier-cafe-iranien-reserve-aux-femmes/
Situé au centre de Téhéran, dans une des rues adjacentes de l'Université de Téhéran, le café Kerasé (le livre) n'a rien d'extraordinaire. Sauf que sur le panneau, placé à la porte du café, une phrase tape à l'œil : "Les hommes n'ont pas le droit d'entrer dans le café avant 16 heures".


Après l'inauguration en hiver dernier, les directeurs du café ont décidé de créer "une ambiance saine pour les filles pratiquantes afin qu'elles puissent se sentir en
sécurité dans le café"…
 Dans ce café, la mixité et le tabagisme font partie des activités interdites. Contrairement à de nombreux cafés téhéranais, les recoins du café sont très bien éclairés pour éviter toute ambiance "non-islamique"…

Si les femmes veulent se rendre au café en dehors des heures qui sont consacrées, elles doivent se mettre à une des quatre tables à droite de la salle.


Dans cet endroit isolé, séparé de la partie gauche du café réservée aux hommes, elles sont à l'abri des regards. Le centre est destiné aux couples, mariés bien sûr, qui cherchent un lieu "islamique" pour passer un moment agréable…



Un adolescent de 15 ans condamné à mort
Défenseurs des droits de l’Homme en Iran, 16 août
Bahaoddine Qassemzadeh, originaire d’Oroumieh, a été condamné à mort pour homicide présumé par la cour pénale d’Azerbaïdjan occidental.
Il a été arrêté le 3 décembre 2009, sur accusation d'assassinat alors qu’il avait 15 ans.
Né le 1er décembre 1993, il était mineur lors de son arrestation, mais la cour pénale d’Oroumieh n’a pas hésité à le condamner à mort.

Sa peine a été prononcée le 9 juin 2012 et envoyée à la cour suprême. Selon des sources bien informées, on lui a annoncé sa peine récemment en prison.



Hommage à Mouloud Aounit
CNRI, 17 août


C'est avec une profonde tristesse que le MRAP annonce le décès de Mouloud Aounit survenu le vendredi 10 août 2012 à l'âge de 59 ans.
Mouloud Aounit, président d’honneur du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, a été inhumé hier au cimetière d’Aubervilliers.

Une délégation du CNRI et de nombreux Iraniens étaient venus saluer cet ami de la résistance iranienne.



L'Irak aide Téhéran à contourner les sanctions internationales
AFP, 19 août
L'Irak aide son voisin iranien a contourner les sanctions internationales dont il fait l'objet, en faisant passer du pétrole en contrebande et en laissant Téhéran participer à des opérations d'échanges de devises vendues aux enchères sous couvert des banques irakiennes, a rapporté dimanche le New York Times…


L'Iran exclut les femmes de 77 filières universitaires
The New York Times, 20 août


Trente-six universités iraniennes ont interdit aux femmes d’accéder à 77 domaines d'études. L'interdiction, signalée pour la première fois le 6 août par l'agence de presse semi officielle Mehr, est arrivée alors que les résultats des examens d'entrée pour l'année universitaire à venir ont été annoncés.

Les restrictions n'ont pas été notées dans les dépliants universitaires précédemment distribués, mais affecteront les étudiants pour l'année à venir. Parmi les matières uniquement accessibles aux hommes, il y a la comptabilité, l'ingénierie et la chimie pure, selon le site d'information iranien, Rooz Online. Par exemple, l'Université de Téhéran n’acceptera désormais que des candidats de sexe masculin pour des sujets relatifs aux ressources naturelles, à la sylviculture et aux mathématiques. La plupart des sujets concernant le pétrole ont également été rendus exclusifs pour les hommes.

"Certaines matières ne sont pas très appropriées pour la nature des femmes", a déclaré Abolfazl Hassani, un haut responsable iranien de l'éducation, selon le rapport de Rooz Online…
Les femmes représentent près de 60 pour cent des étudiants en Iran.



L'aide anti-drogue en Iran facilite les exécutions, dénoncent des ONG
AFP, 22 aout


Deux organisations de défense des droits de l'Homme ont demandé mardi la fin de l'aide financière et technique à la lutte anti-drogue en Iran, car elle conduit à une hausse du nombre des exécutions dans ce pays.
En 2010 et 2011, l'Iran a procédé à plus de 1.000 exécutions liées au trafic ou à la consommation de drogue, un chiffre qui a plus que triplé par rapport aux deux années précédentes, affirment Harm Reduction International (HRI) et Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué…
En 2011, l'Iran a exécuté au moins 600 personnes. 81% de ces exécutions étaient liées à la drogue.

Selon des chiffres d'Amnesty International, 166 des 389 exécutions répertoriées en 2009 sont liées à la drogue, soit près de 43%...
Une grande partie des personnes exécutées ces dernières années seraient des Afghans n'ayant pas eu accès ni à un avocat ni aux services consulaires, dénoncent aussi les organisations.



Les fréquentations troublantes du sénateur Nathalie Goulet
Iran Focus, 22 août


http://www.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=9601:iran-les-frequentations-troublantes-du-senateur-nathalie-goulet&catid=23:amis&Itemid=48
Le régime des mollahs, mis à mal sur la scène internationale et désavoué par une population qui suit avec envie la révolte syrienne, va chercher en terre étrangère des «amis». De précieux « amis » pour briser son isolement diplomatique, vanter ses mérites «démocratiques », faire passer son programme nucléaire, et surtout diaboliser ses opposants les plus déterminés. A entendre et à lire le sénateur Nathalie Goulet défendre avec fougue les vertus du « système électoral iranien », la nécessité de «rompre l'isolement diplomatique de l'Iran» et chercher à faire avaler l'idée «acceptable» d'un Iran nucléarisé comme un « pays du seuil à l'instar du Japon », on serait porté à croire à une ineptie intellectuelle ou une navrante erreur de jugement, comme nombre d'intellectuels ou d'observateurs sincères qui se sont parfois laissé abuser par le langage « populiste » ou l'image «modérée» des dirigeants iraniens...
Devant la complexité de l'échiquier iranien, il est naturel que des observateurs de bonne foi aient quelques difficultés à cerner le fond du problème ou à trouver la bonne solution. Des errances ponctuelles facilement pardonnables. Mais lorsque cela débouche sur une implication active avec un régime responsable de la torture et de l'élimination de plus de 120.000 opposants politiques et qui cherche à acquérir la Bombe comme moyen de chantage international, cela devient impardonnable. Démarcher, pour le compte des mollahs, le gouvernement français et les instances européennes afin d’empêcher le retrait des opposants iraniens de la liste terroriste de l'UE, cela devient douteux. Ce lobbying honteux, lorsqu’il est le fait d'un élu de la République, devient scandaleux et suscite des interrogations sur les réelles motivations de Mme Goulet. Les citoyens sont en droit de demander des informations sur une éventuelle collusion d’intérêt avec une dictature étrangère.



Craintes de torture pour un écrivain iranien Arzhang Davoodi
Amnesty International, 24 août


L'écrivain iranien Arzhang Davoodi, âgé de 60 ans et emprisonné depuis octobre 2003, a été transféré vers la section 209 de la prison d'Evin, à Téhéran, le 27 juin dernier. On craint qu'il y subisse des actes de torture ou d'autres mauvais traitements.
Cet homme doit comparaître le 28 août prochain pour «inimitié à l'égard de Dieu » (mohareb), infraction dont il a récemment été inculpé en raison de ses activités de militant politique pacifique.



Appel à sauver les prisonnières sympathisantes de l’OMPI dans le camp de la mort de Garachak
CNRI, 25 août
http://www.ncr-iran.org/fr/communiques-cnri/femmes/11099-appel-a-sauver-les-prisonnieres-sympathisantes-de-lompi-dans-le-camp-de-la-mort-de-garachak
Mme Sarvnaz Chitsaz, présidente de la commission des Femmes du CNRI a appelé à sauver la vie de Sedigheh Moradi et Kobra Banazadeh-Amirkhizi, deux prisonnières politiques sympathisantes de l’OMPI qui ont été transférées à la prison de Garachak à Varamine en banlieue de Téhéran…


La détenue politique Sedigheh Moradi a été arrêtée avec d’autres familles de l’OMPI le 1er mai 2011. Elle a été condamnée à dix ans de prison pour être sympathisante des Moudjahidine du peuple. Après avoir subi de multiples tortures dans la section 209 d’Evine, elle a été transférée au camp de la mort de Garachak le 11 juin 2012 pour lui faire subir davantage de pressions.


Kobra Banazadeh-Amirkhizi, 58 ans, ancienne détenue politique des années 1980, a été transférée dans ce centre de tortures malgré de son état critique… En raison des conditions moyenâgeuses sévissant en prison, elle a attrapé toutes sortes de maladies comme de graves problèmes cardiaques, une hépatite B et une maladie de l’appareil digestif. Sous la violence de la torture, elle a perdu un œil et risque de perdre l’autre…



Des iraniens manifestent à Paris
CSDHI, 25 août


Des Franciliens, Iraniens et autres, se sont rassemblés le 25 aout à Paris pour alerter les organisations internationales sur l'exécution annoncée d'un prisonnier politique en Iran, Gholam-Reza Khosravi au mois de septembre. Ils leur demandent de tout faire pour empêcher la pendaison de cet homme condamné à mort pour avoir financé une chaine de télévision satellite de l'opposition iranienne.



Un blogueur et un militant arrêtés de nouveau
Amnesty International, 30 août


Hossein Ronaghi Maleki et Navid Khanjani ont été interpellés une nouvelle fois le 22 août dernier, après que les forces de sécurité ont, semble-t-il, attaqué un camp de secours pour les victimes du séisme dans la province de l'Azerbaïdjan oriental. Les deux hommes sont détenus dans un lieu inconnu…



Sommet des Non-Alignés en Iran
Les limites de la propagande iranienne
Le Figaro, 30 août


Ce devait être, selon le slogan du régime iranien, « le plus grand événement diplomatique de l'histoire». En accueillant en grande pompe, ces jeudi 30 et vendredi 31 août, le 16ème sommet des Non-Alignés, la République islamique avait la ferme intention de redorer son étoile, de plus en plus pâle sur la scène internationale. Isolée à cause de son programme nucléaire, économiquement fragilisée par un renforcement des sanctions, elle espérait rallier à sa cause les nombreux pays invités.



A Téhéran, Ban et Morsi mettent à mal la politique iranienne
Reuters, 30 août


Le secrétaire général de l'Onu et le président égyptien ont prononcé jeudi des discours tranchants lors du sommet du Mouvement des non-alignés (MNA) à Téhéran, développant des thèses à contre-pied de celles du pays hôte sur le nucléaire iranien et la Syrie.
Les Iraniens ont ainsi dû écouter Ban Ki-moon les condamner pour avoir appelé à la destruction d'Israël et nié l'Holocauste.
Mohamed Morsi, premier dirigeant égyptien à visiter l'Iran depuis la révolution islamique de 1979, n'a pas non plus mâché ses mots, exhortant les pays non-alignés à soutenir les Syriens qui tentent de renverser le président Bachar al Assad, plus proche allié arabe de Téhéran.
Les Etats-Unis et Israël, qui avaient appelé au boycottage du sommet de Téhéran, n'ont pu que se réjouir du malaise causé par le secrétaire général de l'Onu et l'orateur égyptien. "Je rejette fermement les menaces émises par un Etat membre (de l'Onu) d'en détruire un autre ou les commentaires révoltants niant des faits historiques comme l'Holocauste", a déclaré Ban Ki-moon, sans citer l'Iran.



À Téhéran, Morsi défend la révolution syrienne, les interprètes iraniens travestissent ses propos
France 24, 31 août


http://www.france24.com/fr/20120831-iran-morsi-egypte-revolution-syrie-interpretes-traduction-bahrein-bachar-al-assad-onu-ban-ki-moon-
Au sommet des non-alignés à Téhéran, les interprètes iraniens ont eu tôt fait d'évacuer les critiques du président égyptien Mohammed Morsi contre le régime de son homologue syrien Bachar Al-Assad en remplaçant la "Syrie" par le "Bahreïn".



Bahreïn dénonce la traduction par l'Iran du discours de Morsi au sommet des non-alignés
RFI, 31 août
Rien ne va plus entre l'Iran et le Bahreïn. Le royaume du Golfe dénonce la façon dont les traducteurs officiels iraniens ont déformé les propos du président égyptien Mohamed Morsi sur la Syrie lors du sommet des pays non-alignés, faisant croire qu'il critiquait le gouvernement du Bahreïn.


Nucléaire : l'AIEA accable à nouveau l'Iran
Le Figaro, 31 août


http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/31/01003-20120831ARTFIG00529-nucleaire-l-aiea-accable-a-nouveau-l-iran.php
… Coïncidence de calendrier: la publication, le soir même, d'un nouveau rapport de l'AIEA risque de renforcer encore plus l'isolement de Téhéran. Selon le document d'une dizaine de pages, l'Iran aurait doublé en trois mois le nombre des centrifugeuses utilisées à l'enrichissement de l'uranium à la centrale souterraine de Fordow, passant de 1064 machines à 2140. D'après les inspecteurs, des bâtiments auraient en outre été détruits et des travaux de terrassement menés sur un site militaire que l'agence souhaitait visiter…


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte