Situation des Femmes en Iran

Public

08 avril 2014

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Février 2014
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


Concert autorisé mais sans les joueuses
IRNA, 29 janvier 2014
Le groupe de musique 'Noir et blanc' gérée par Peyman Mir Aqassi, sera en concert les 6-7 Février à Dezful (sud).
L’Imam de vendredi de Dezful, Seyes Mohammad-Ali Qazi, s’est inquiété de la présence des musiciennes dans l’orchestre et a déclaré, «  il faut respecter la sensibilité des gens, la musique traditionnelle peut être jouée à Dezful mais pas de  joueuses dans le groupe »…


Enquête en France sur les Moudjahidine du Peuple: beaucoup de bruit pour pas grand-chose
AFP, 1er février 2014    Par Nicolas GAUDICHET
http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/02/01/enqute-en-france-sur-les_n_4707515.html
 Rarement coup de filet aura été aussi orchestré que l'arrestation en France en 2003 de plus de 160 membres du groupe d'opposition iranien en exil les Moudjahidine du peuple, mais l'enquête qui s'achève sans grand résultat conforte l'idée d'une opération pour soigner les relations de Paris avec Téhéran.
Malgré quelque 140 tomes de dossier, des investigations de Luxembourg à Dubaï en passant par Amman, ce qu'un enquêteur décrit comme le "grand cinéma" de l'"Opération Théo" du 17 juin 2003 ne débouchera peut-être jamais sur un procès.
Le juge français Marc Trévidic, qui a hérité du dossier en 2009, a clos son enquête fin 2013 et le parquet doit prendre ses réquisitions. Mais dès 2011, le magistrat avait abandonné toute incrimination terroriste, ne conservant que des délits financiers pour neuf des 24 inculpés. Des "collectes de fonds un peu baroques" via l'association Iran Aide, résume un proche du dossier qui n'exclut pas un non-lieu général.
Le non-lieu sur le terrorisme "avait mis fin à plus de huit ans d'instrumentalisation de la justice, pour des motifs politiques que personne ne peut plus contester", dénonce l'avocat Me William Bourdon, qui attend une mesure similaire sur les infractions financières…


L’exécution imminente d’une femme
ISNA/ir.voanews.com, 2 février 2013
Farzaneh Moradi une jeune femme de 26 ans est dans le couloir de la mort. Elle a été transférée dans une cellule isolée et son exécution dans la prison d’Ispahan est imminente d’après son avocat.
A l’âge de 15 ans Farzaneh est donnée au mariage par son père à un parent éloigné. A 16 ans, elle  donne naissance à sa fille, à 19 ans elle tombe amoureuse d’un prénommé Saïd et à 20 ans, elle fut arrêtée pour avoir tué son mari et demeure depuis 6 ans en prison...


Quatrième procès pour la femme d’un syndicaliste
Militants des droits humains et de la démocratie en Iran, 2 février 2014
Shahnaz Sagvand, épouse du syndicaliste Ali Nejati, a été convoquée par la cour d’appel pour la révision de son procès. Elle est accusée de « Propagande contre le régime” uniquement parce qu’elle a défendu et suivi le dossier de son mari.
Shahnaz Sagvand devait se présenter le 3 février. Elle a fait l’objet de nombreux procès à Chouch et à Dezfoul (sud), où cependant son innocence a été prouvée et d’où elle est ressortie libre. Mais le procureur de Chouch a fait appel, déclenchant déjà trois nouveaux procès, celui du 3 février étant le quatrième.


Des responsables anti-corruption arrêtés pour fraude
Agence Fars/AFP, 2 février 2014
Plusieurs responsables d'un service de lutte contre la corruption ont été arrêtés en Iran pour des soupçons de fraude, a annoncé dimanche le ministère de la Justice.
"Certains de nos collègues au sein de l'Organisation gouvernementale des peines discrétionnaires (GDPO) ont été corrompus", a indiqué le ministre, Mostafa Pour-Mohammadi.
"Plus de dix personnes du GDPO, pour la plupart des responsables et des consultants, ont été arrêtés et interrogés," a-t-il ajouté…


Un accusé trainé dans les rues à Rasht
Agence Tasnim, 2 février 2014
Mehrdad Mehregan, chef de la police de sécurité publique de la province de Guilan (nord), a déclaré aux journalistes qu’un individu aux initiales « E B » a été             trainé dans les rues de Rasht, selon un décret émis par les autorités judiciaires.
Attirant l'attention sur l'arrestation des bandits de quartiers Rasht Mehregan, il a dit: "Les agents ont découvert la cachette de ce voyou et l'ont arrêté en coordination avec l'autorité judiciaire."


Tempête de neige sans précédent dans le nord du pays
ISNA/AFP, 3 février 2014
Une tempête de neige sans précédent depuis 50 ans a touché les provinces du nord de l'Iran en bordure de la mer Caspienne, provoquant des coupures d'électricité et des opérations de sauvetage.
Près de 500.000 habitants n'ont plus d'électricité depuis samedi dans le nord du pays, selon les médias alors que les routes menant à la plupart des villages de la région sont impraticables à cause des chutes de neige.
Dans plusieurs provinces du nord du pays, les écoles sont fermées depuis trois jours.
Près de 11.000 automobilistes ont été secourus par les équipes du Croissant rouge iranien dans 18 provinces du pays touchées par la tempête de neige et 3.800 personnes ont été hébergées d'urgence dans des centres…
La neige a également atteint Téhéran, provoquant des embouteillages dans certains quartiers du nord de la ville où plusieurs écoles primaires étaient fermées lundi. La nuit de samedi à dimanche avait été la plus froide de cet hiver dans la capitale, qui culmine à 1.700 m d'altitude, avec -7 degrés...


Vives critiques contre un plan de distribution alimentaire
AFP, 5 février 2014
Le gouvernement iranien était mercredi sous le feu des critiques pour sa gestion d'un programme de distribution de produits alimentaires aux pauvres, qui a provoqué des files interminables.
Le programme, qui a débuté samedi, prévoit la distribution d'un panier de produits de base -poulet, riz, huile, fromage et œufs- d'une valeur de 800.000 rials (environ 20 euros) aux familles gagnant moins de 5 millions de rials par mois (125 euros).
Au moins 9 millions de paniers doivent être distribués dans le pays d'ici au Nouvel an iranien, le 20 mars.
Mais les opérations ont provoqué de longues files d'attente devant les centres de distribution, alors qu'une partie de l'Iran est sous la neige.

Plusieurs députés et responsables politiques conservateurs ont dénoncé cette méthode de distribution qui donne selon eux une mauvaise image du pays…
"Ce plan aurait pu montrer que le gouvernement se soucie des pauvres (...) mais il est devenu une mauvaise mesure doublée d'une insulte et d'une humiliation", écrit l'éditorialiste du quotidien conservateur Kayhan.
"Ce grand nombre de pauvres attendant dans le froid glacial (...) est utilisé par les médias ennemis pour montrer une image sombre de l'Iran", affirme-t-il, alors que la presse et la télévision d'Etat ont largement relayé l'opération…

Le décès d'un homme, d'une crise cardiaque selon la police, alors qu'il faisait la queue dans la province de Kermanchah (ouest) a compliqué un peu plus les choses...


Quinze détenus exécutés à Tchabahar
iranpressnews.com, 6 février 2014
Quinze détenus baloutches ont été clandestinement exécutés mercredi matin dans la prison de Tchabahar (sud).
Selon la « Campagne de la paix des militants en exil », ils étaient accusés d’avoir organisé un attentat suicide par explosif prés de la mosquée de la ville qui a tué 39 personnes.
La plupart des exécutés sont issus de la famille Rigui.


Deux hommes exécutés à Bandar Abbas
tasnimnews.com, 6 février 2014
Selon le département de la justice de Hormozgan deux hommes identifiés par leurs initiales « P A » et « F S » ont été pendus dans la prison centrale de Bandar Abbas (sud). Ils étaient accusés d’homicide.


Une "convention générale" d'Iraniens à Paris pour dénoncer le régime des mollahs
AFP, 8 février 2014
Des représentants de plus de 300 associations iraniennes d'Europe, des États-Unis et d'Australie se sont rassemblés samedi à Paris pour dénoncer le régime des mollahs, a annoncé le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).
 Au terme de cette première "convention générale", les représentants de ces associations, composées d'universitaires, médecins, enseignants, intellectuels, ont adopté une résolution dans laquelle ils apportent leur soutien "au renversement de la dictature religieuse dans sa totalité, comme le seul moyen d'instaurer la liberté et une république démocratique en Iran, fondée sur la séparation de la religion et de l'État", selon le communiqué du CNRI.
"La résolution souligne que la société iranienne se trouve dans une situation explosive et que la théocratie est dans sa phase de renversement. Elle ajoute que le changement de régime est à portée de la main", poursuit le communiqué.
Le texte condamne en outre "le silence de la communauté internationale face aux violations sauvages et systématiques des droits de l'homme en Iran et aux violations des engagements de l'ONU et du gouvernement américain quant à la protection des habitants du camp Liberty" qui abrite des réfugiés iraniens en Irak.
Le camp Liberty a été bombardé par des dizaines de roquettes le 26 décembre dernier, tuant quatre opposants iraniens et blessant 70 autres habitants, selon le CNRI.
Maryam Radjavi, présidente de la résistance iranienne et invitée d'honneur du rassemblement à Paris, a qualifié les "35 années de régime du guide suprême" comme "le règne d'une catastrophe permanente" et assuré que le régime était "dans sa phase terminale".


10% des toxicomanes sont des femmes
Agence Fars, 10 février 2014
http://farsnews.com/newstext.php?nn=13921121000014
Dinparast, sous directeur de la Mission de lutte anti drogue, a déclaré que 9,3% de 1 325 000 toxicomanes dans le pays sont des femmes. Le taux moyen de l’avancement de la toxicomanie en Iran est 65,2% a t-il précisé.


« Les femmes à la prison d’Evine, section 209 »
Shahrzad News/ CSDHI, 10 février 2014
Ce livre renferme les mémoires de Jila Bani Yaqoub, journaliste et militante des droits des femmes, arrêtées par deux fois et emprisonnées en 2006...
Dans la préface, elle explique avoir écrit  ce livre « pour enregistrer les événements dans l’histoire… Ce que nous avons souffert comme prisonnières de 2001 à 2011 dans la République islamique, n’est pas du tout comparable à la douleur et à la souffrance des prisonnières politiques des années 1980. Une décennie ou le fouet et les exécutions étaient une routine quotidienne dans les prisons. »
Jila Bany Yaqoub est née en 1971. Elle a travaillée pendant des années en écrivant des articles dans divers quotidiens iraniens tels que 'Norouz', 'Vaqaye Etefaqieh' et 'Sarmayeh'.
Elle a reçu le prix international du 'courage en journalisme' de la Fondation des médias internationaux pour les femmes et le prix global pour la liberté d’expression de l’Organisation des journalistes canadiens en 2010.  Elle est actuellement rédactrice du Site du club des femmes iraniennes.
Elle a été arrêtée à nouveau en 2010 avec son mari et a passé six mois en prison. Elle a été condamnée à un an d’emprisonnement et 30 années d’interdiction de pratiquer sa profession pour avoir critiqué le gouvernement d’Ahmadinejad.


En Iran, les footballeuses étaient des footballeurs… ou presque
IRNA/AFP, 12 février 2014
http://www.france24.com/fr/20140212-iran-footballeuses-sexe-footballeurs-suspension-genre-equipe-nationale/ 
Scandale au pays des mollahs : sept joueuses de football féminin - dont quatre membres de l’équipe nationale - ont été suspendues car il s’agissait d’hommes n’ayant pas encore fini leur processus de changement de sexe.
Depuis une fatwa émise en 1987 par feu l’ayatollah Khomeiny, le changement de sexe est permis en Iran. Cette approche libérale dans un pays par ailleurs très strict sur les questions de mœurs vient de rencontrer ses limites sur les terrains de football.
Sept joueuses de ce sport particulièrement populaire en Iran viennent d’être bannies du droit de fouler la pelouse car elles n’étaient pas tout à fait des femmes... Comble du scandale au pays des mollahs, quatre d’entre elles faisaient partie de l’équipe nationale féminine de football.
Il s’agissait, d’après les autorités sportives iraniennes, d’hommes dont l’opération de changement de sexe n’était pas encore aboutie. En Iran, le processus, très encadré, dure deux ans et nécessite plusieurs traitements hormonaux en plus d’une intervention chirurgicale.


Exécutions publiques à Chiraz
ISNA/dadfars.ir, 13 février 2014
Selon le département de la justice de la province de Fars, deux individus ont été pendus sur la place Kouzehgari à Chiraz (sud). Les deux hommes Rahim A  et Mohammand D, 36 et 37 ans, étaient accusés de meurtre et de viol.
Les images de la pendaison ont été largement diffusées par les médias officiels.


Régine Deforges : « Les moudjahidines du peuple me touchent »
France Info, 16 février 2014
http://www.franceinfo.fr/monde/memoire-vive/regine-deforges-les-moudjahidines-du-peuple-me-touchent-1308697-2014-02-16#comment-440143
… J’ai été très touchée par leur combat, par leur courage, le fait justement qu’ils soient en exil, éloignés de leurs pays et qu’ils militent pour un Iran démocratique, avec leurs enfants souvent emprisonnés dans les camps d’Achraf ou de Liberty. Il y a une grande dignité chez ces femmes, et moi ça m’a touchée…


Le patron du HCR à Téhéran pour parler des réfugiés afghans
AFP, 16 février 2014
Le Haut-commissaire aux réfugiés de l'ONU Antonio Guterres est attendu à Téhéran lundi pour une visite de deux jours consacrée aux réfugiés afghans en Iran, a-t-on appris dimanche auprès de cette agence.
Avec la transition en Afghanistan en 2014 et le départ programmé des troupes de l'Otan, "le besoin en aide humanitaire pourrait s'accroître (...) et pour cela, l'Iran et le Pakistan -les deux premiers pays d'accueil de réfugiés au monde- auront encore besoin d'un soutien international pour maintenir un espace d'asile durant ces temps difficiles", indique le HCR dans un communiqué.
Depuis les années 1980, plusieurs millions d'Afghans ont fui la guerre, l'insécurité et la pauvreté pour rechercher en Iran du travail et une vie meilleure.
Actuellement, 840.000 d'entre eux sont répertoriés par l'ONU comme réfugiés et près d'un million d'autres vivent illégalement dans le pays, selon la police iranienne.
Le HCR et les organisations non-gouvernementales s'inquiètent notamment du manque de préparation de l'Afghanistan, dont l'économie est sous perfusion occidentale, à un retour massif des migrants, volontaire ou non…


Deux hommes exécutés en public à Karaj
Agence Mehr, 17 février 2014
http://www.mehrnews.com/detail/News/2236064
Accusés d’enlèvement et de viol, deux individus ont été exécutés en public ce samedi matin. Les deux hommes ont été identifiés par leurs initiales « N J » et « A R ».


Deux individus pendus à Nochahr
Agence Mehr, 17 février 2014
Reconnus coupables d’homicide, deux personnes ont été exécutées à l’aube du lundi dans l’enceinte de la prison de la ville de Nochahr (nord).


Khamenei affirme que les négociations nucléaires "ne mèneront nulle part"
AFP, 17 février 2014
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a jeté lundi une ombre sur les négociations qui doivent reprendre entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire, en affirmant qu'elles "ne mèneront nulle part".
Le numéro un iranien, ultime décisionnaire des dossiers stratégiques, s'est exprimé après l'arrivée à Vienne de la délégation iranienne menée par le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif…

Deux trafiquants pendus à Zanjan
Agence Mehr, 17 février 2014
Sous les initiales de « S B » et « M R », deux hommes ont été exécutés à 7h du matin à ce jour dans l’enceinte de la prison de Zanjan (centre). Ils étaient accusés de trafic de l’héroïne.


Trois trafiquants exécutés à Qazvin
farsnews.com, 18 février 2014
Reconnus coupables de trafic de drogue, trois hommes ont été exécutés dans la prison centrale de Qazvin (centre). Ils sont identifiés sous les initiales « H L »,  « A M » et « J T »…


Quatre trafiquants exécutés à Kerman
afkarnews.ir, 18 février 2014
Accusés de détention et trafic de l’opium et l’héroïne, quatre individus ont été exécutés par pendaison dans l’enceinte de la prison centrale de Kerman (sud)…


Exécution publique à Khoy
uromnews.ir, 19 février 2014
A l’aube de ce mercredi, un homme a été pendu en public à Khoy (nord ouest). Sous les initiales « A R », il était reconnu coupable d’avoir violé et tué une fille de 9 ans.


Pendaison publique à Chiraz
mehrnews.com, 19 février 2014
Identifié par « A R » et accusé d’homicide et de vol à main armée, un homme a été pendu  ce matin sur la place Kouzehgari à Chiraz. L’un de ses trois complices a été tué lors de l’arrestation et les autres sont condamnés à l’amputation de la main et de la jambe...


Un quotidien réformateur suspendu cinq jours après son lancement
IRNA/AFP, 20 février 2014
 La justice iranienne a annoncé jeudi l'interdiction du quotidien réformateur Aseman ["ciel" en persan], lancé il y a moins d'une semaine, pour avoir publié un article qualifié d'insultant envers la loi islamique en vigueur en Iran.
"Dans un article publié mardi, il a qualifié « d'inhumain » la qisas, la loi du talion inscrit dans la charia, la loi islamique en vigueur en Iran.
Le directeur général du quotidien, Abbas Bozorgmehr, a été arrêté jeudi et incarcéré à la prison d'Evin...
Un autre quotidien réformateur, Bahar [printemps], a été fermé en octobre pour avoir également publié un article considéré comme insultant envers la religion chiite.


Les violations des droits continuent sous Rohani, avec une vive augmentation des suicides
Iran focus, 20 février 2014
Malgré l'apparence de modération qu'à voulu se donner le nouveau gouvernement d'Hassan Rohani, les atteintes aux droits humains et le cycle des exactions continuent sans relâche en Iran.
Le nombre des exécutions annoncées en 2014 se monte à 132 et le régime n'a pas davantage de clémence envers les femmes. Le 13 février une femme de 45 ans a été exécutée à Roudbar après neuf années de réclusion. Le but est d’intensifier le climat de terreur et d’empêcher tout mouvement populaire…

Multiplication des suicides face à la répression et la misère en Iran
Alors que des centaines de milliards de dollars des richesses du pays sont dilapidées par le régime dans le projet nucléaire funeste, l’exportation du terrorisme et les menées bellicistes dans les pays de la région comme la Syrie, le chômage, la pauvreté et la corruption bat des records en Iran et ont entrainé une vive augmentation des suicides :
. Le 17 février, à l’arrivée d'Hassan Rohani au ministère du Pétrole, un retraité de l’industrie pétrolière s’est immolé par le feu, pour protester contre les conditions de vie catastrophiques des retraités, notamment leur expulsion des logements de service et l’indifférence des autorités à leurs revendications.

. Le 6 février, un jeune de 27 ans, Arach Pachaï, incarcéré dans la section 4 de Ghezel-Hessar, en banlieue de Téhéran, s’est pendu dans sa cellule après neuf années de calvaire en prison.


. Le 5 février, la photo du suicide d’un jeune déshérité à Ahwaz (sud-ouest), a été largement diffusée.
. Le 3 février, un homme prénommé Hossein, s’est suicidé par le feu dans la ville d’Ilam, en raison de la dureté de ses conditions de vie. Il était marié et père de trois enfants.
. Le 2 février, un homme de 35 ans, dans la ville de Kangan, de la province de Bouchehr (sud), s’est suicidé chez lui. Sa mort a soulevé une vague d’indignation dans la population locale.





. Le 1er février, une jeune femme de 29 ans à Andimechk dans la province du Khouzistan (sud-ouest), principale province pétrolière du pays, a mis fin une vie douloureuse en se suicidant après le licenciement de son époux. Elle laisse derrière elle une petite fille de huit ans.



80 exécutions en 2014, un "pic" inquiétant selon l'ONU
AFP, 21 février 2014
"Nous sommes profondément préoccupés par le pic signalé d'exécutions en Iran depuis le début de cette année. En seulement plus de sept semaines, au moins 80 personnes ont été exécutées. Certaines sources fiables indiquent que le chiffre réel pourrait être de 95", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Ravina Shamdasani, lors d'un point presse à Genève.
La majorité de ces exécutions sont liées à des infractions relatives à la drogue, selon l'ONU. Or la peine de mort pour ces cas ne correspond pas au standard de "crime grave" tel que défini par le droit international, a expliqué Mme Shamdasani.
En outre, a-t-elle déploré, un certain nombre de personnes ont été exécutées en secret et au moins sept personnes ont été exécutées en public cette année.
"Nous sommes particulièrement préoccupés par l'exécution (...) en secret de M. Hadi Rashedi et M. Hachem Sha'bani Amouri, tous deux membres de la communauté arabe d'Ahwaz", a-t-elle relevé.
"Les deux hommes auraient été condamnés à mort pour apostat (mohareb), corruption sur terre (Mofsid fil-arz) et pour avoir agi contre la sécurité nationale". Leurs exécutions auraient eu lieu en janvier à l'issue de procédures non conformes aux principes "d'équité du procès" et de "procès en bonne et due forme" qui sont définis dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques...
Selon l'ONU, la recrudescence de l'application de la peine de mort en Iran, en particulier à l'encontre de prisonniers politiques et de membres de minorités, est palpable depuis le second semestre 2013.
Au moins 500 personnes (dont 28 femmes) ont été exécutées l'an dernier et 57 d'entre elles se sont vues appliquées la peine capitale en public. La pendaison reste un des moyens de prédilection des autorités, selon Mme Shamdasani.


Deux millions femmes toxicomanes
mehrnews.com, 23 février 2014
 Le ministre de l’Intérieur s’inquiète de la hausse de la toxicomanie chez les femmes. Selon lui, il y a deux millions femmes droguées en Iran…


Nouvelle convocation de Nasrine Sotoudeh
Kurdpa, 24 février 2014
Nasrine Sotoudeh a été convoquée à nouveau au tribunal correctionnel pour se faire annoncer qu’elle ne sera pas autorisée à poursuivre ses activités d’avocate.
La décision devait être prise le 15 novembre 2013 et elle avait demandé à ce qu’elle soit retardée. L’avocate et militante a été condamné à 6 ans de prisons et dix années de privation du droit d’exercer par la cour d’appel de Téhéran en été 2010, accusée de « mener des activités contre le régime ».


Deux condamnés exécutés à Semnan
Agence Fars, 25 février 2014
Accusés d’homicide, deux hommes sous les initiales « H N » et « A N » ont été exécutés dans l’enceinte de la prison centrale de la ville de Semnan.


Accidents de la route
IRNA, 26 février 2014
L’Iran se classe septième en ce qui concerne les accidents mortels de la route… L'an dernier, 10% des décès d'enfants dus à ces accidents ; cette année, le taux a atteint 12%.
 

Trois hommes pendus en public à Alborz
IRNA, 26 février 2014
Accusés de viol, trois hommes ont été exécutés par pendaison dans la province d’Alborz. Selon le procureur de Karaj,  ils avaient commis également 80 cas de vol. Le premier Arsalan A, 26 ans a été pendu à Mehchahr à Karaj, e deuxième Habib A, 26 ans,  Habib A sur la place de la mairie à Nazar Abad et le troisième Habib Y, 26 ans, sur la place Dokhaniat à Hashtgerd.


Pollution
Quotidien Ebtekar, 27 février 2014
Le directeur de l’organisation de l’Environnement pour le développement durable, classe l’Iran en 11ème sur 132 pays en ce qui concerne des indicateurs de performance environnementale ajoutant que  Téhéran, Ispahan, Ahvaz sont parmi les 10 villes les plus polluées du monde... Selon ce responsable, chaque année 2700 personnes perdent la vie en Iran à cause de l’air pollué...


Justice selon le bon vouloir d’un grand père
Site Dana, 27 février 2014
La bagarre entre deux cousins jaloux de l’amour de leur grand père a fait perdre la vie d’un.
Mehras, 17 ans au moment des faits, a tué à coup de couteau son cousin Ramin et a été condamné à mort selon la loi du talion.
Après avoir passé quatre années en prison et à 21 ans, Mehras restait dans l’attente du pardon de la famille de son oncle et de son grand père.
Malgré l’intervention de quelques notables de la ville de Jouibar (nord), le grand père n’a pas gracié son petit fils qui a été exécuté à l’aube du mardi 25 février.


La réduction des heures de travail des femmes signifie graduellement les écarter des emplois
CNRI, 27 février 2014
La secrétaire du syndicat islamique des femmes, Touran Vali Morad expliquait le 8 février à l’agence officielle Mehr :    « Généralement personne n’est en charge des affaires féminines dans notre pays et elles sont toujours prises en considération d’un point de vue des hommes.
La réduction des heures de travail des femmes signifie graduellement les écarter des emplois. Et de cette manière, elles vont perdre leur indépendance économique. »
Sur la question des lieux de travail éloignés des domiciles des femmes, la syndicaliste assure que « ce ne peut être la raison de la réduction de leurs heures de travail. Selon la loi, les hommes comme les femmes ont le droit de choisir un travail à temps plein ou à mi-temps. Il faut les laisser choisir selon leurs conditions familiales et le genre d’emploi qu’ils recherchent. Il ne faut pas décider de ça pour toutes les femmes qui travaillent ».
Rappelons qu’en Iran les femmes ne peuvent pas occuper tous les emplois qu’elles souhaitent, la magistrature leur étant fermée, la direction des affaires aussi. De plus, dans ce régime misogyne, un mari peut décider d’interdire un emploi à sa femme s’il juge que cela porte atteinte à son propre honneur. Reste encore de nombreux domaines universitaires interdits aux femmes.
Pour la secrétaire de ce syndicat, il n’est pas possible pour les femmes de travailler à domicile. «Tout plan nécessite des infrastructures pour pouvoir être mis en œuvre. Par exemple, pour travailler à domicile il faut que le réseau internet du pays offre la possibilité d’un transfert rapide des informations. Il faut aussi des garanties pour que les femmes puissent conserver leur emploi si elles travaillent à domicile.»
Ce qui en dit long à la fois sur la censure d’internet et la lenteur des services, et par ailleurs sur les discriminations dont sont victimes les femmes dans leur travail.


Sakineh a tenté de se suicider en prison
Comité International Contre la Lapidation, 28 février 2014
Selon les nouvelles de la prison de Tabriz, Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à mort par lapidation, a malheureusement tenté de se suicider il y a cinq jours. Elle a été transférée à l’hôpital.
Les médecins sont parvenus à la sauver grâce à deux opérations au ventre. Après quatre jours d’hospitalisation, sous la pression des gardiens et de la surveillance, Sakineh est retournée en détention.
Aujourd’hui, Sakineh est très faible et en très mauvaise condition physique et psychologique.
Nous appelons tous les organismes internationaux et toutes les organisations de défense des droits humains, à faire pression sur la République Islamique pour que Sakineh Mohammadi Ashtiani soit libérée.

ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR


Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte