Situation des Femmes en Iran

Public

10 septembre 2014

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Août 2014
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr

Nouvelle vague d’agressions contre des journalistes tandis que la répression s’aggrave
Amnesty international s’inquiète de l’aggravation de la répression en Iran
AI/CNRI, 1er août 2014
http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Iran-Nouvelle-vague-agressions-contre-des-journalistes-tandis-que-la-repression-s-aggrave-12264

L’Amnesty International déplore un an après la prise du pouvoir par Rohani ce constat de l’aggravation de la répression en Iran...
« Les journalistes iraniens ainsi que les correspondants étrangers ont subi des actes de harcèlement et d’intimidation, des arrestations, des peines de prison en raison de leurs activités journalistiques légitimes.
D’autres travailleurs des médias, par exemple des cinéastes, ont été frappés par des interdictions judiciaires qui les ont empêchés de faire leur travail »…
« L’appareil judiciaire iranien fait peu de cas de la loi et utilise les procès interminables et les peines de prison non purgées pour contraindre les journalistes indépendants à l’autocensure. »
« Le journalisme indépendant n’est pas un crime. Les autorités iraniennes doivent libérer sans délai et sans condition toutes les personnes qui ont été arrêtées et emprisonnées ces derniers mois uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit légitime à la liberté d’expression, d’association et de réunion », a conclut Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord.

La discrimination sexuelle monte d’un cran
Commission des Femmes du CNRI, 1er août 2014
… Le plan d’apartheid sexuel initié à la municipalité de Téhéran par Qalibaf, le maire de

la capitale, s’étend désormais à d’autres organes du régime.
L’ampleur de l’indignation que soulève ce plan misogyne dans la population est telle que ses auteurs ont dû monter au créneau pour en prendre la défense. Nous ne devons pas permettre, a déclaré Qalibaf, qu’une dame durant les heures d’ouverture au fil des jours et des mois ait plus de contacts et de discussions avec des inconnus qu’avec ses proches, son mari et ses enfants. Où est passé notre honneur ? »
Ali Bakhtiari, directeur général de la cour de justice administrative, a jugé qu’il s’agit d’une mesure «d’assainissement du milieu professionnel des femmes »...
Pour-Mohammadi, ministre de l’Intérieur de Rohani a estimé que c’est « conforme aux valeurs du régime et que cela augmentera les revenus ». (Agence Fars, 23 juillet)

Plus de 183 députés du régime ont salué ce plan misogyne, disant qu’il offre « une attention et un hommage particuliers aux femmes ».

La municipalité de Téhéran a l’intention de séparer les bancs dans les jardins et les parcs publics pour les filles et les garçons.
La faculté des sciences de l’industrie a elle aussi concocté un plan répressif baptisé « charte morale » qui « ne permet pas la mixité dans l’espace de l’université ». La charte interdit notamment l’usage du parfum et de l’after-shave.
Par ailleurs le régime a fait monter d’un cran la répression des femmes :
- le nombre de blogueuses emprisonnées est supérieur à dix.
- une jeune interprète et compositrice a été arrêtée sur la scène en pleine représentation dans la ville de Karadj.
- Les insultes, humiliations et harcèlements se poursuivent sous prétexte du code vestimentaire…


Une province riche en pétrole minée par la pauvreté
Jonoubpress.ir, 2 août 2014
Le Khouzistan dans le sud-ouest de l’Iran qui renferme la majorité des réserves de pétrole et
de gaz naturel du pays est paradoxalement une région pauvre de l’Iran, a reconnu Abdolah Tamimi, député de Shadegan.
«La province du Khouzistan  possède 85 % du pétrole iranien et 60 % de son gaz naturel. Malheureusement, en raison d’une mauvaise gestion combinée à une mauvaise utilisation des ressources, cette province est désormais considérée comme l’une des plus pauvres du pays.»
«La province du Khouzistan souffre de pénurie en matière médicale, manque de routes et de logements, pâtit de pollution de l’air, de mauvaises infrastructures, de projets à moitié terminés, de problèmes d’eau et d’assainissement, de chômage et de bien d’autres problèmes. »


Arrestations d’équipes de « chaînes télévisées satellites illégales »
Iran-ncr.org, 4 août 2014 Le ministère du Renseignement (Vevak) a affirmé le 3 aout avoir fermé les sites de plusieurs chaines satellites basées à l'étranger en raison de leur implication dans des activités «secrètes et illégales».
Un communiqué du Vevak affirme que ces chaînes satellites, basées aux États-Unis et en Grande-Bretagne, avaient illégalement établi des bureaux de production dans quatre provinces en Iran. Les sites ont été identifiés et fermés et les équipes arrêtées…
Ces arrestations interviennent alors que le régime iranien a lancé, une fois de plus, une vaste campagne de collecte des antennes et récepteurs de chaines satellites dans le pays.


Taux de mortalité routière le plus élevé au monde
Ministère de la Santé, 4 août 2014
Selon un responsable du ministère, avec au moins 27.000 tués dans des accidents de circulation, l'Iran compte le plus de victimes de la route au monde par habitant.
D’après la même source, pour 10.000 véhicules en Iran il faut compter 120 accidents, alors qu’en France le taux n’est que de 12 accidents.
En de nombreuses occasions, la situation catastrophique du réseau routier en Iran a suscité les protestations des parents des victimes.
Ces accidents font aussi 300.000 blessés ou handicapés par an en Iran, sur une population d'environ 77 millions d’habitants.
Sur la base de ces chiffres, le nombre de victimes de la route est 45 fois plus élevé que dans les pays industriels.


Crise de l'eau en Iran
IRNA/Iran Focus, 4 août 2014
… La pénurie d'eau est depuis longtemps un problème dans les pays du Moyen-Orient. Mais l'Iran figure de loin parmi les pires.
Réserve de biosphère de l'UNESCO, le lac d’Oroumieh a abrité environ 200 espèces d'oiseaux et 40 espèces de reptiles. Il y a quelques décennies, le lac mesurait 140 km sur 55 km ; aujourd’hui il ne reste que 5% de son eau.
La vitesse à laquelle cela s’est passé est une catastrophe écologique de proportions monumentales.
Ces derniers mois, douze grandes villes, notamment Téhéran et Chiraz, ont menacé de rationner l'eau.
La consommation d'eau a augmenté de 10% dans des villes comme Téhéran entre mai et le début de l'été en juin.
Depuis, l'ONU a élargi le programme à 41 autres villages avec environ 13 000 agriculteurs qui en bénéficient. En mai, le gouvernement japonais a fait don de 1 million $ pour sauver le lac d’Oroumieh.


Un réformateur condamné à six ans de prison ferme
IRNA, 5 août 2014
Un ancien leader étudiant, Serajeddine Mirdamadi, a été condamné à six ans de prison ferme pour action contre la sécurité nationale et propagande contre le régime…
Il a quitté l'Iran en 2001 pour s'installer en France avant de revenir en Iran l'an passé après l'élection du président Hassan Rohani. Il a été arrêté début mai et se trouve en prison.

Dimanche, les médias ont rapporté la condamnation d'un célèbre intellectuel, Hachem Aghajari, à un an de prison ferme pour "propagande contre le régime".
Professeur d'université, il avait été condamné à mort après avoir déclaré en 2003 que les musulmans n'étaient pas des "singes" censés "suivre aveuglément" leurs dirigeants religieux…




Concert annulé pour ségrégation sexuelle
ISNA/CNRI, 5 août  2014
Un concert a été annulé dans la ville d’Oroumieh (nord-ouest) parce que le public était mixte. Le ministère de la Culture a signifié aux organisateurs qu'ils auraient dû vendre des billets aux femmes pour une représentation le premier jour, et aux hommes pour le deuxième...


11 détenus meurent dans un incendie
Le Figaro.fr/Reuters, 5 août 2014
… Au moins onze détenus sont morts de suffocation dans une prison du centre de l'Iran lorsqu'un incendie s'est déclaré. Quatorze autres prisonniers ont été hospitalisés après avoir inhalé du monoxyde de carbone généré par le feu déclenché lundi après-midi dans la prison de Shahr-e-Kord.
"L'incendie a été causé intentionnellement et le coupable a été identifié", a déclaré le chef de la prison Asghar Jahangir à Téhéran, précisant qu'il n'y avait pas eu d'échauffourée.
Une seconde version des faits
Le site d'opposition Saham News dit de son côté que les gardes ont fermé les portes de la prison, empêchant les secours de venir en aide aux détenus qui avaient mis le feu à leurs habits et à leurs matelas en signe de protestation.
"Les prisonniers étaient en colère car les détenus avaient été punis par les autorités carcérales pour avoir protesté contre des conditions de vie misérables", pouvait-on lire. L'incident intervient trois mois après que des passages à tabac ont été dénoncés dans la prison d'Evin.


Appel à sauver Zahra Zehtabchi, prisonnière politique
CNRI, 5 aout 2014
La Résistance iranienne appelle l’ensemble des organisation de défense des droits humains et des droits des femmes à entreprendre des actions urgentes pour la libération de la prisonnière politique Zahra Zehtabchi arrêtée par les services de renseignement (Vevak) le 16 octobre 2013.
Cela fait près de 10 mois qu’elle est maintenue en isolement dans la section des femmes de la prison d’Evine à Téhéran. Cela lui a causé de grave troubles physiques. Les interrogateurs ont ordonné à sa famille de ne pas informer les médias sur sa situation, sinon cela aura de graves conséquences.
Le père de Zahra, Ali Asghar Zehtabchi, était un négociant réputé du bazar de Téhéran, qui a été exécuté en 1981 à l’âge de 40 ans pour son soutien à l’OMPI.
Zahra Zehtabchi, 46 ans, est sociologue et chercheur en sciences sociales et mère de deux filles de 20 et 8 ans.


Mort suspecte à Istanbul d’un défenseur des droits de l’homme en Iran
Hra-news.org, 5 août 2014
Dans la matinée du 5 août, la police turque a découvert à Istanbul le corps sans vie de Seyed-Djamal Hosseini (Esfandiar Baharmast) , un animateur d’une agence focalisée sur les violations des droits de l’Homme en Iran, HRNA [¬Human Right Activists News Agency Iran].
Djamal Hosseini était âgé de 34 ans. Son corps a été trouvé chez lui derrière son bureau. Quelques gouttes de sang étaient visibles sur son visage et dans la maison.
Les raisons du décès n’ont pas encore été élucidées et la police poursuit ses recherches. Hosseini était réfugié politique en Turquie.
L’agence HRNA a annoncé que Hosseini avait été menacé à plusieurs reprises par les services de renseignement du régime iranien.



Nouvelle vague de pendaisons publiques
Hengamnews.com/CSDHI, 6 août 2014
Deux condamnés à mort pour viol et «corruption sur terre», Abdollah H et Hossein T et deux autres jeunes de 28 et 30 ans Abdollah et Soleman GH CH ont été exécutés ensemble à l’aube sur la place Payam à Chiraz…
Un autre jeune de 27 ans, Reza Fallah, a également été pendu dans la rue au quartier Golchahr à Karadj (ouest de Téhéran). Il avait été condamné à 15 ans de prison, et 100 coups de fouet, qu’il a reçus en public avant d’être pendu.
Les photos de cette barbarie ont été diffusées à profusion par les agences officielles du régime.



Une femme et sept hommes exécutés à kermanchah
IRNA/CNRI, 7et 8 août 2014
Mojtaba Maleki, le procureur général de kermanchah, a annoncé l’exécution de deux personnes sur la place Azadi à 10h ce matin à Kermanchah (ouest). Les deux hommes étaient accusés de meurtre.
Montés sur un autobus et la corde attachée à un pont. Ils ont été mis à mort quand l’autobus a démarré les laissant suspendus dans le vide.
Sept d’entre eux, dont une femme, ont été pendus à la prison centrale de la ville.


Après la mort d'un blogueur, un policier condamné à trois ans de prison
AFP/Mehr News, 9 août 2014
La justice iranienne a condamné à trois ans de prison ferme, deux ans d'exil intérieur et 74 coups de fouet un policier reconnu coupable du meurtre non prémédité du blogueur Sattar Beheshti en 2012.
Beheshti, âgé de 35 ans, avait été arrêté le 30 octobre 2012 pour avoir critiqué le régime iranien sur internet. Il avait été retrouvé mort dans sa cellule le 3 novembre, selon la justice iranienne.
Le parquet de Téhéran avait indiqué que sa mort était "probablement due à un choc provoqué par un ou plusieurs coups sur les parties sensibles du corps, ou à des pressions psychologiques extrêmes".
Selon la justice, il s'agit d'un "meurtre non prémédité", ce que contestait Guiti Pourfazel l'avocate de la mère de la victime...
Des experts de l'ONU et plusieurs pays occidentaux avaient demandé au gouvernement iranien de faire toute la lumière sur cette affaire.




Quid des droits de l'Homme sous la présidence «modérée» de Rohani ?
CNRI, 9 août 2014
http://www.ncr-iran.org/fr/actualites/14803-iran-quid-des-droits-de-l-homme-sous-la-presidence-moderee-de-rohani.html
En août 2013, après avoir représenté pendant 24 ans le guide suprême dans la plus haute instance sécuritaire en Iran, le Conseil suprême de sécurité, Hassan Rohani prend ses fonctions de président du régime.
La devise affichée de son nouveau mandat est la «modération ». Les tenants du changement au sein de la dictature religieuse s’enflamment pour ce président, dans l'espoir d'une ouverture qui permettrait de conserver cette théocratie. Ils espèrent avec la fin de l'extrémisme marqué par Ahmadinejad, voir une ère promettant une manne commerciale et une cohérence politique.
Un an plus tard, dans les villes et les villages d’Iran nul ne sent le changement, même dans les domaines économiques et sociaux. Ali Tayebnia, ministre de l’économie de Rohani, explique le 2 août qu’ « au cours de son histoire, l'économie iranienne n'a jamais connu de conditions aussi complexes qu’aujourd'hui…
Le projet nucléaire du régime continue et son ingérence en Irak et la Syrie s'est aggravée. Toutefois, le premier indicateur pour le bilan de Rohani reste des droits humains.


Quatre hommes pendus à Racht
dadgil.ir, 9 août 2014
Accusés de détention et trafic de drogues, trois hommes ont été pendus ce matin dans la prison centrale de la ville de Racht (nord). Leurs identités ont été annoncées par les initiales : « R A » 44 ans, « M A » 45 ans et « E G » 40 ans.
Un autre détenu, « K S »,  a été en même temps exécuté pour meurtre.


Une mère et son fils de 20 ans ont été exécutés ensemble
CNRI, 10 août 2014
Le 9 aout, dans un crime choquant, une mère et son fils, avec trois autres condamnés ont été exécutés à la prison centrale de Zahedan (sud-est).
Osman Dahmardeh, 20 ans, exécuté avec sa mère, n’avait que 17 ans au moment de son arrestation. Les trois autres détenus étaient Rassoulbakhsh Delchadi, 28 ans, Ali Basham Naroui, 32 ans, et Kamran Bameri, 35 ans.
Les cinq condamnés, ainsi qu’un autre détenu, Hossein Mishkar, avaient été transférés dans la section d’isolement vendredi dernier. Les bourreaux ont stoppé l’exécution de Hossein Mishkar, au dernier moment, après lui avoir mis la corde au cou…


Près de 40 morts dans le crash d'un avion civil à Téhéran
Le Monde.fr/AFP/Reuters, 10 août 2014
Trente neuf personnes ont été tuées ce dimanche dans le crash d'un avion peu après son décollage de l'aéroport Mehrabad, à Téhéran, venant rallonger la liste des catastrophes aériennes survenues ces derniers mois à travers le monde.
L'Antonov An-140 appartenant à la compagnie iranienne Sepahan Air effectuait une liaison interne entre Téhéran et la ville de Tabass (est). Il s'est écrasé à 9 h 18, heure locale dans le quartier résidentiel d'Azadi, un secteur réservé aux militaires et leurs familles situé à moins de 5 kilomètres de l'aéroport.

Flotte aérienne vétuste
… Pour ses vols intérieurs, l'Iran s'est lancé dans la construction d'avions de type russe ou ukrainien, notamment des Antonov An-140. Selon la télévision d'Etat, l'Iran en possède neuf, dont celui qui vient de s'écraser à Téhéran.


L'Iran veut interdire la contraception définitive
Elle, 11 août 2014
L'objectif est d'instaurer une politique nataliste à long terme. En Iran, le parlement vient de voter une loi interdisant toute contraception définitive, comme le rapporte "The Guardian".
Les hommes ne pourront ainsi plus subir de vasectomie et l'opération des trompes pour les femmes sera prohibée. Le texte indique que les médecins qui enfreindront cette loi seront "punis", sans préciser de quelle façon.
Le vote de cette loi au parlement s'inscrit dans une démarche de repopulation, initiée par l'ayatollah Ali Khamenei. Le but est de "renforcer l'identité nationale" et de lutter contre "les aspects indésirables du mode de vie occidental".
Un conseil constitué de théologiens et de juristes doit maintenant étudier la loi, afin de déterminer si elle est conforme à l'Islam.

Les femmes cantonnées à leur rôle de mère
Les réformistes iraniens craignent que ce texte ostracise davantage les Iraniennes. Selon eux, tout ceci ne serait qu'une tentative de la part des conservateurs pour enfermer les femmes dans leur rôle d'épouse et de mère de famille.

Les défenseurs des droits de l'Homme sont également inquiets d'une possible hausse des avortements illégaux. Les IVG ne sont en effet autorisés en Iran que si la santé de la mère est en danger, ou si le fœtus présente une malformation.


Flagellation publique à Lendeh
Nafass dar Ghafass, 11 août 2014
Sur la sentence du tribunal de la province de Kohkilouyeh, un homme condamné à 5 mois de prison a reçu également 70 coups de fouet mardi matin en public sur la place Enghelab dans la ville de Lendeh (ouest).



Les écoutes autorisées par le Guide suprême
CNRI, 11 août 2014
Le Centre de recherche du parlement  a reconnu officiellement que les écoutes téléphoniques se déroulent en Iran sous le contrôle du Guide suprême, Ali Khameneï.
Dans son rapport du mois de juillet publié en août le Centre écrit : «le juge chargé des écoutes est choisit par le Guide suprême de la République islamique et ce juge ne répond qu’au Guide et au président du conseil suprême de sécurité.»…
Selon ce rapport dans 31 provinces d’Iran, une centaine de juges sont chargés de lancer des ordonnances pour des écoutes. Ces juges sont méconnus du public. La publication de ce rapport fait suite aux plaintes de plusieurs députés qui ont été mis sur écoutes.


Deux détenus exécutés à Birjand
HRANA, 12 août 2014
Deux prisonniers accusés de détention et trafic de drogue ont été pendus dimanche dans l’enceinte de la prison de  Birjand (nord-est).
Ces pendaisons n’ont pas été rapportées par les médias officiels.


« Meurtrier d’Amol exécuté »
negahnews.com, 13 août 2014
Le jeune de 28 ans originaire de la ville d’Amol (nord) a été exécuté à 6h ce matin. Identifiés sous les initiales « Gh H », il était accusé d’avoir tué Ali-Akbar E.


Trois accusés pendus à Bandar Abbas
IRNA, 13 août 2014  
Reconnus coupables de viol deux hommes sous initiales de« Y H » 48 ans et « Y R » ont été pendus dans la prison de Bandar Abbas (sud).
Un troisième « M T » accusé d’homicide a été exécuté dans l’enceinte de cette prison.


Conférence à Genève

L'opposition iranienne affirme que le départ de Maliki est une défaite pour le régime
ATS/Iran Focus,  13 août 2014
Maryam Radjavi à Genève : le régime des mollahs ne mérite pas de représenter le peuple iranien à l’ONU
"La destitution d'al Maliki est une défaite stratégique pour le régime des mollahs en Iran", a déclaré la présidente du CNRI lors d'une réunion organisée au siège de l'ONU à Genève.
"Cette destitution représente l'espoir de l'éviction complète du régime iranien hors d'Irak", a-t-elle ajouté.
Elle s'exprimait aux côtés d'opposants syriens qui ont critiqué le soutien de Téhéran au président syrien Bachar al-Assad...
L'opposition iranienne en exil a constamment dénoncé ces dernières années l'alliance entre Téhéran et Bagdad et les tentatives d'al-Maliki d'éliminer quelque 3000 Moudjahidine réfugiés au camp d'Achraf, puis au camp Liberty près de Bagdad.
Pour Maryam Radjavi, la "modération" du président iranien Hassan Rohani est "une illusion". Les Occidentaux doivent cesser de faire preuve de "complaisance" à l'égard de Téhéran…



Deux photographes condamnés au fouet pour "insulte" à un officiel
Quotidien La Voix de Qazvin, 13 août 2014
"Sur la base d'une décision de la chambre 102 du Tribunal de Qazvin, un accusé a été condamné à 25 coups de fouet et un autre photographe à 50 coups."
"Il semble que la condamnation a été rendue en raison de remarques exprimées par ces photographes sur un livre écrit par le conseiller culturel du gouverneur de la province. Ces remarques ont incité le conseiller culturel à déposer plainte contre ces photographes à Qazvin".

[Selon les statistiques officielles publiées par le système judiciaire du régime pendant le mois du Ramadan, au moins 200 personnes ont été fouettées dans la seule province de Qazvin.
Mercredi, deux hommes ont reçu des coups de fouet en public près de la capitale pour "trouble à l'ordre public".]



La lauréate de la médaille Fields « revoilée » par la presse iranienne
Le Monde/Chahrvanyar, 14 août 2014
Le visage de Maryam Mirzakhani, première femme à recevoir la médaille Fields, s'est affiché mercredi 13 août à la une des journaux du monde entier.
Considérée comme le Nobel des mathématiques, a mis en lumière le travail de cette Américano-Iranienne de 37 ans, professeure à l'université Stanford aux Etats-Unis.
Mais dans son pays, le portrait de Maryam Mirzakhani a posé problème, a remarqué France24. La plupart des titres de presse ont eu recours à des montages pour éviter de mettre en valeur une femme non voilée dans leurs pages. A la une du journal réformiste Shargh, le visage de la chercheuse apparaît ainsi comme fondu dans un tableau noir où figurent des formules mathématiques.
Le journal officiel du gouvernement, Iran, a pour sa part choisi d'ajouter un tchador fleuri pour encadrer le visage de la mathématicienne, tout en concédant sur le devant une mèche de cheveux, "ce qui est relativement rare" dans la presse iranienne, note France24.
Le premier journal conservateur du pays, le quotidien Kayhan, a botté en touche, ne consacrant aucun article à la reconnaissance internationale accordée au travail de l'Iranienne.

D’après l’Atelier éducatif Chahrvandyar, plusieurs des camarades surdués de Marayam MirzaKhani sont arrêtés, condamnés ou emprisonnés par les autorités : Mitra Aali, Omid Kokabi, Amin Niabifar, Javad Alikhani…


Protestation contre la lapidation d’une femme
hambastegimeli.com, 16 août 2014
Un groupe de femmes de la ville d’Iranshahr (sud-est) se sont rassemblées jeudi devant l’immeuble de la justice à avenue Taleghani pour protester contre la sentence de lapidation à l’égard de « Zohreh Baran-Zehi » demandant l’abolition de ce châtiment inhumain. D’après les rapports reçus, deux cas de lapidation ont eu lieu le mois dernier dans cette ville.


Les couples non-mariés vivant sous le même toit inquiètent les conservateurs
Le Monde, 18 août 2014
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2014/08/18/iran-les-couples-non-maries-vivant-sous-le-meme-toit-inquietent-les-conservateurs/
Le nouveau phénomène menaçant sérieusement les mœurs en République islamique d'Iran s'appelle "le mariage blanc". Depuis quelque temps, l'augmentation du nombre des couples qui vivent ensemble alors qu'ils ne sont pas mariés, "ni selon la religion ni selon la tradition", est pointée du doigt par la presse et les médias conservateurs.

Le site conservateur Alef a consacré un article, le 15 août, à ce nouveau risque, si sérieux que "dans les prochaines années, 70 % des enfants nés en Iran seraient des bâtards (...), comme au Canada".
"Deux personnes vont vivre sous le même toit en se présentant comme mari et femme sans avoir fait les démarches religieuses, explique le site. Ce mode de vie est inédit en Iran, et avant qu'il ne soit trop tard, il faut le corriger".
Selon ce site, la conséquence inévitable de ce style de vie sera la naissance abondante des enfants hors mariage et dans l'illégalité. "Un avenir noir", prédit le site Alef.
Pour éradiquer ce phénomène dangereux, le site propose que les familles iraniennes diminuent leurs exigences quant au mariage et qu'elles soient moins strictes. "Il ne faut pas que la dot et les cérémonies du mariage soient trop coûteuses", conseille le site...


Un puissant séisme à Ilam fait 250 blessés 
Le Point/AFP, 18 août 2014
Un séisme de magnitude 6,1 a frappé lundi la province peu peuplée d'Ilam (ouest), faisant au moins 250 blessés et d'importants dégâts matériels. L'Institut américain de géophysique
 USGS avait indiqué peu auparavant que la magnitude du séisme, localisé à 36 km au sud-est de la ville d'Abdanan, avait atteint 6,3.
Le séisme s'est produit à 7 h 02 locales (2 h 32 GMT) près de la ville de Mour-Mouri, non loin de la frontière irakienne, selon la télévision d'État…


Exécution collective à la prison de Ghezel-Hessar
hra-news.org/CNRI, 18 aout 2014
Les gardes ont tiré à bout portant sur les détenus faisant 5 morts et de nombreux blessés
Dans la matinée du 18 aout, le régime du guide suprême a exécuté ensemble au moins onze condamnés à la prison de Ghezel-Hessar, en banlieue de Téhéran. Des informations font part d’un plus grand nombre d’exécutions. Quatre des pendus ont été identifiés étant Hamed Rabi’i, Milad Rabi’i, Ebrahim et Mansour.
Dans l’après-midi du dimanche 17 aout, un grand nombre de prisonniers de la section 2 de Ghezel-Hessar ont vivement protesté lorsque des codétenus ont été emmenés pour être exécutés et des heurts ont éclaté avec les gardiens. La garde spéciale a rapidement ouvert le feu, tuant à bout portant des prisonniers et faisant de nombreux blessés. Les premières informations parlent d’au moins cinq morts.
 Les sections 2 et 3 de la prison réservées aux condamnés à la peine capitale, sont actuellement assiégées par la garde spéciale.

A l’extérieur, des familles des détenus protestaient contre le meurtre de leurs enfants. Les forces répressives ont chargé, les visant avec des lances à eau et tirant en l’air, pour les disperser…



Exécution publique à Baneh
ghatreh.com,  18 août 2014
Un trafiquant de crac a été pendu publiquement lundi dans la ville de Baneh (ouest).


Deux exécutions à Saravan
iranhrv.com, 19 août 2014
Les autorités iraniennes ont pendus deux détenus dans la prison de Saravan (sud-est) jeudi matin. Les détenus sont identifiés étant Jalaledine Nouti Zehi et Vahid Abdol Zehi. D’autres prisonniers de cette prison sont dans le couloir de la mort.


Interview: Maryam Radjavi évoque la politique iranienne
Al-Arabiya, 19 août 2014
http://english.alarabiya.net/en/webtv/programs/point-of-order/2014/08/17/Mariam-Rajavi-talks-Iranian-politics.html
Dans une interview avec la chaine Al-Arabiya, Maryam Radjavi a estimé que «les peuples syrien et irakien souffrent de la dictature du régime des mollahs en Iran plus que tout autre chose."
Elle a soutenu la formation d'un gouvernement inclusif en Irak et appelé à la fin de l'état de siège imposé aux résidents du camp Liberty par Nouri al-Maliki, à la demande du régime iranien.
Radjavi a déclaré qu'au cours du mandat de Maliki en Irak, les résidents des camps Achraf et Liberty ont été attaqués à 26 reprises, faisant 116 morts parmi les membres de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) et plus de 1300 blessés. Par ailleurs, sept personnes ont été prises en otage et 24 autres sont mortes en conséquence du siège médical cruel imposé contre les résistants iraniens...


HRW demande la libération de dizaines de "prisonniers politiques"
AFP, 20 août 2014
http://www.hrw.org/fr/news/2014/08/18/iran-des-dizaines-de-personnes-sont-detenues-illegalement-dans-trois-prisons-karaj
L'organisation Human Rights Watch a appelé mardi les autorités iraniennes à libérer plusieurs dizaines de "prisonniers politiques" détenus selon elle pour avoir "exercé leurs droits fondamentaux".
"L'élection il y a un an d'un nouveau président se déclarant modéré (Hassan Rohani) avait créé l'espoir que beaucoup de prisonniers politiques seraient libres rapidement, mais nombre d'entre eux sont toujours derrière les barreaux", a déclaré dans un communiqué le vice-directeur de HRW pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, Joe Stork.
Dans 63 cas, les prisonniers ont été condamnés pour "avoir exercé leurs droits fondamentaux, notamment le droit d'expression et de rassemblement", affirme HRW dans ce communiqué, à l'occasion de la publication d'un rapport sur le sort de 189 personnes détenues dans trois prisons à Karaj (ouest de Téhéran).
HRW cite notamment 33 membres dont cinq dirigeants de la communauté Baha'ie, deux religieux chrétiens et deux convertis au christianisme, neuf journalistes et blogueurs ainsi que sept avocats défenseurs des droits de l'Homme, notamment Mohammad Seifizadeh.
HRW soupçonne également "une violation flagrante" dans la procédure judiciaire ayant conduit à la condamnation à mort de 126 autres prisonniers, dont 35 risquent une "exécution imminente", pour des activités liées au "terrorisme".
Le président Rohani "devrait s'exprimer clairement en faveur d'un moratoire sur les exécutions dans la mesure où il y a un doute sérieux sur l'équité des tribunaux révolutionnaires", a plaidé M. Stork, soulignant que "l'Iran doit libérer toute personne arrêtée pour avoir exercé ses droits légaux".


La poétesse iranienne Simine Behbahani s'est éteinte
CNRI, 20 août 2014
La poétesse iranienne Simine Behbahani s'est éteinte mardi dans un hôpital de Téhéran, à l'âge de 87 ans.
Elle souffrait de problèmes respiratoires et cardiaques et avait été dans le coma depuis 13 jours.
Nominée à deux reprises pour le prix Nobel de littérature, Behbahani a commencé à écrire de la poésie à l'âge de douze ans et a publié son premier recueil à quatorze ans.
En mars 2010, alors qu'elle était sur le point de prendre l'avion pour Paris, les autorités iraniennes l'ont empêchée de quitter le pays, lui confisquant son passeport…
Une sélection de poèmes de Simine Behbahani a été traduite en Français.


Le ministre des sciences révoqué
Regain d'activités anti-régime dans les universités
CNRI, 21 août 2014
Le parlement du régime iranien a révoqué mercredi le ministre des Sciences. L'éviction de Faraji-Dana illustre les préoccupations croissantes au sein du régime concertant la situation explosive dans les universités, alors que les étudiants demandent plus libertés...
Le président de la commission de l'éducation et de la recherche du Parlement a déploré mardi le fait que des étudiants liés à l'opposition iranienne l'OMPI aient intégré les universités. Selon lui, l'année dernière l'OMPI aurait distribué des publications dans les universités et il a ensuite lu des extraits de messages distribués parmi les professeurs et les étudiants condamnant le massacre de 1988 des prisonniers politiques en Iran.
D'autres députés ont également accusé le ministre d'avoir réintégré dans les universités des étudiants recalés par les autorités "pour des raisons morales et politiques".
Ils ont également reproché à Faraji-Dana d'avoir nommé dans son cabinet des responsables ayant participé au mouvement de contestation de 2009…
La faction pro-guide suprême a multiplié ces derniers mois les critiques contre le gouvernement. Le Parlement a déjà adressé des avertissements à plusieurs ministres, dont celui de l'Intérieur, à qui il reproche d'échouer à faire respecter le port du voile islamique obligatoire pour les femmes.


Pendaison publique à Qazvin
farsnews.com, 21 août 2014
L’homme de 50 ans avec les initiales “E N” a été pendu jeudi matin en public à Qazvin (centre). Il était accusé d’avoir tué un enfant.


Amputation publique à Abarkouh
khabarfarsi.com, 22 août 2014
Accusé de vol, un homme avec les initiales “M N” a été amputé des quatre doigts de la main droite. La sentence de l’amputation exécutée en public à Abarkouh de Yazd a été prononcée par le tribunal de cette province.


Plus de 9% des toxicomanes sont des femmes 
ISNA/Radio d’Allemagne, 22 août 2014
Dans la marge de la réunion professionnelle des experts de la lutte contre la drogue à Chiraz, Babak Dinparast dit qu’il faut revoir les mesures dissuasives prises depuis des années contre la toxicomanie. D’après lui les statistiques actuelles montrent que l’addiction a augmenté chez les femmes et les jeunes. Parmi les toxicomanes, 21% ont fait des études supérieures ; 63% sont mariés ; 53% sont actifs.
Suite à la cure de sevrage seul 25 à 26% restent sevrés. 40% des prisonniers sont liés directement et 25% indirectement aux affaires de drogues. La drogue est la cause de 55% des divorces et de 20% des actes immoraux.
Babak Dinparast parle de 1 325 000 toxicomanes dont 9.3% sont des femmes.

Alors qu’en juin dernier Hassan Hachemi, ministère de la santé, a déclaré à deux millions le nombre des toxicomanes dans le pays et que le nombre des femmes droguées a doublé en 4 ans.
30 à 35% des ouvriers dans l’industrie et la production sont drogués, ce qui représente entre 600 000 à 700 000 travailleurs.
Abdolreza Rahmani-Fazli, ministre de l’intérieur, avait déclaré au printemps que 9 personnes meurent par jour pour avoir consommé des drogues. « … les drogues traditionnelles sont changées en industrielles », a-t-il ajuté.



Exécution d’une femme et de deux hommes à Zahedan
hrdai.net, 23 août 2014
Les Activistes des Droits de l’Homme en Iran rapportent la pendaison collective ce matin d’au moins trois détenus dont une femme dans la prison centrale de Zahedan (sud-est).
Alireza Shah-Bakhsh avait 24 ans et demeurait en prison depuis 6 ans. La femme exécutée faisait partie de sa famille.
L’autre homme, Nourollah Barahoui était âgé de 36 ans et détenu depuis plus d’un an.

Une unité spéciale antiémeute pour les femmes
Agence officielle Tasnim, 24 août 2014
Hossein Karami, le commandant de l'unité spéciale des forces de sécurité, a annoncé la formation à Téhéran d'une unité antiémeute pour les femmes et a ajouté: "la colonne vertébrale de cette unité antiémeute pour les femmes a été constituée de façon expérimentale avec un bataillon de 500 effectifs à Téhéran et a reçu les formations nécessaires."
Il a ajouté: "les activités liées aux renseignements, aux méthodes d'interrogation et à l'évacuation des rassemblements de protestations sociales des femmes feront parti des activités de la police. L'unités antiémeute des femmes interviendra par exemple dans le cas d'un rassemblement de salariées de sexe féminin d'une société qui protestent contre le non versement de leurs salaires."
Hassan Karami a par ailleurs précisé que les unités spéciales vont également se déployer sur les plages, les centres sportifs et d'autres lieux publics…


Un jeune pendu à kermanchah
kurdpa.net, 25 août 2014
Accusé d’avoir tué son camarade de classe à 15 ans, Hadi Palani, 18 ans, a été exécuté lundi dans la prison de Kermanchah (ouest).


Fuite des cerveaux
L'Iran en première classement mondial
Reuters/Quotidien Sharq, 26 août 2014
L'Iran occupe la première place dans la fuite des cerveaux dans le monde, avec près de 25% des diplômés iraniens qui vivent dans les pays développés.
L'Iran est un pays de 73 millions d'habitants avec 50% âgées de 18 à 45 ans. Il y a 4,5 millions d'étudiants en Iran qui poursuivent leurs instructions dans 19 universités et plus de 1400 autres institutions.
Les noms de vingt-quatre professeurs iraniens comptent parmi la liste de 3200 scientifiques les plus éminents du monde. Parmi eux, dix sont dans le pays, douze résident aux États-Unis, un au Canada et un autre en Grande-Bretagne. En outre, il y a douze mille Iraniens distingués qui vivent à l'étranger, ajoute le rapport…
Selon les statistiques du Fonds monétaire international (FMI), il y a 150 000 diplômés iraniens qui tentent chaque année de quitter le pays, et parmi les 91 pays en développement, l'Iran occupe la première place dans la fuite des cerveaux…
Selon le FMI, il y a actuellement plus de 250 000 ingénieurs et médecins iraniens et plus de 170.000 Iraniens avec un haut niveau d'instruction qui vivent aux États-Unis
Le rapport du FMI ajoute que plus de 15% des ressources humaines de l'Iran émigrent au Etats-Unis et 25% vont dans les pays membres de l'OCDE en Europe.



Pendaisons publiques à Sari et à Borazjan
CNRI, 26 août 2014
… Dimanche matin, un homme a été pendu en public dans la ville de Sari (nord) et un autre a subi le même sort dans la ville de Borazjan.


Une femme et quatre hommes pendus à Kerman
Agence Farat (en persan)/ hra-iran.org, 26 août 2014
Au petit matin du mardi, une femme et quatre hommes ont été pendus dans l’enceinte de la prison Chahab de Kerman.
Accusés de détention et trafic de drogue, les hommes ont été identifiés étant Hossein Shahriari, Abbas Pour-Yazdanpanah, Hamid Mir et Mohammad Hosseini. L’identité de la femme n’est pas révélée.





Exécution collective de cinq détenus à Bandar Abbas
hra-iran.org, 26 août 2014
Mercredi à l’aube, cinq détenus ont été pendus dans la prison centrale de Bandar Abbas (sud). Deux d’entre eux sont identifiés étant Edris Hossein-Zadeh 41 ans et Sajad Ezat-Abadi 26 ans.


Un détenu exécuté à Saghez
kurdpa.net, 27 août 2014
Navid Fathi, un citoyen kurde, a été pendu dans la prison centrale de la ville de Saghez. Il était accusé d’homicide.


Saisie de récepteurs satellites dans divers points de Téhéran
IRNA, 27 août 2014
Les forces de l’ordre ont lancé un raid dans le quartier de Saadat Abad de Téhéran pour saisir les récepteurs satellites chez l’habitant et détruire et antennes sur les toits…


Un homme exécuté à Zahedan
HRANA, 28 août 2014
Accusé d’homicide, le détenu Morad Cheybak a été exécuté dans la prison centrale de Zahedan.



Présence des musiciennes interdite dans les concerts
hra-news.org, 29 août 2014
Dans la suite des restrictions imposées sur les activités culturelles et artistiques, la présence des femmes musiciennes est également interdite lors des concerts dans la plupart des villes en Iran…



Le "blocus" d'un camp liberty des réfugiés iraniens renforcé par les forces irakiennes
AFP, 30 août 2014
Les opposants iraniens du CNRI dénoncé vendredi le "blocus" organisé selon eux par les autorités  irakiennes du camp de réfugiés de Liberty, près de l'aéroport de Bagdad.
"Sur ordre du régime iranien, les agents de Maliki bloquent depuis 17 jours l'entrée du carburant, des vivres et des médicaments dans le camp Liberty", a dénoncé le CNRI dans un communiqué.
"Etant donné que le gouvernement irakien a refusé de relier l'électricité du camp au réseau de Bagdad, tous les systèmes de Liberty, les cuisines, les réfrigérateurs et les chambres froides pour la nourriture, l'éclairage, la climatisation, l'évacuation des eaux usées fonctionnent à l'électricité produite par les générateurs. En bloquant l'entrée du carburant, tous ces systèmes ont cessé de fonctionner ou sont sur le point de le faire". Le CNRI appelle "le gouvernement américain et l'ONU à contraindre le pouvoir irakien à lever immédiatement ce blocus inhumain et à laisser les habitants de Liberty avoir un accès libre et inconditionnel à la nourriture, aux médicaments et aux soins médicaux.


ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041 Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé :35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035
BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte