Situation des Femmes en Iran

Public

07 octobre 2015

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Septembre 2015
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 32 97
afifem2001@yahoo.fr


Il y a 27 ans, 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés en Iran 
AFIF, 1er septembre 2015
Cette fin d’été marque le 27ème d’un triste anniversaire : celui du massacre, dans les prisons d’Iran, de 30 000 prisonniers politiques ; femmes et hommes de tout âge.
Ce crime commis par le régime de Khomeiny en 1988 passé sous silence reste toujours impuni. Selon beaucoup de défenseurs des droits de l’Homme et de nombreux avocats internationaux, ce massacre est le plus grand crime contre l’humanité commis depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.
Aucun des responsables et auteurs de ce massacre abominable et notamment Ali Khamenei, le guide suprême actuel, n’ont été traduits devant la justice.
Les familles des victimes de ce massacre n’ont pas été autorisées à récupérer les dépouilles de leurs proches enterrées pour la plupart dans des fosses communes du cimetière de Khavaran situé dans le sud de la capitale iranienne. 
Ces familles tentent de se réunir à chaque anniversaire à Khavaran pour se recueillir mais les forces de sécurité les dispersent. Malgré cette répression, le sol de Khavaran bien que sans aucune tombe apparente est couvert de fleurs. 


Il y a deux ans, 52 opposants iraniens assassinés à Achraf
AFIF 1er septembre 2015
A l’aube du 1er septembre 2013 les forces armées irakiennes aux ordres du Premier Ministre Nouri al-Maliki ont attaqué la cité d’Achraf - au nord de Bagdad - où résidaient depuis de nombreuses années les réfugiés iraniens opposants au régime des mollahs au pouvoir en Iran… Au cours du massacre brutal de civils sans armes au camp d'Achraf, 52 membres de l’OMPI ont été exécutés et sept autres pris en otages dont six femmes, leur sort reste toujours indéterminé.
Plusieurs opposants ont été exécutés d’une balle dans la tête, les mains liées dans le dos. De nombreux blessés ont été achevés à la clinique d’Achraf…
Les familles de ces victimes attendent que les commanditaires et les exécutants de cette tuerie soient punis.


Des mères réclament justice
CSDHI, 3 septembre 2015
Les mères de deux militants civils emprisonnés, Omid Ali Shenas et Atena Daemi, ainsi que la mère de Said Zeinali qui est porté disparu depuis les incidents du 9 juillet 1999, se sont rassemblées à l’extérieur du tribunal révolutionnaire, mardi 1er  septembre.
Elles ont brandi des pancartes pour protester contre les décisions rendues par une justice iranienne qui résonne comme le symbole même de l'injustice. 
Elles étaient accompagnées par un certain nombre d'autres personnes également mécontentes.


Pauvreté : une femme s’immoler avec son mari 
CSDHI, 4 septembre 2015
Shahla Taheri, 30 ans, et son mari, Nariman Balian, 41 ans se sont aspergés de kérosène et se sont immolés, parce qu'ils n'avaient plus rien pour vivre.
Shahla Taheri était la mère de trois filles âgées de 7 à 16 ans. Elle est décédée le lendemain à l'hôpital. Son mari, toujours vivant, a été brûlé à 80 %.
Ce drame est survenu le 29 août, dans une commune de Kermanchah, (ouest). Selon leurs voisins, le couple était au chômage et extrêmement pauvre.


L'âge du mariage des filles et leur dépendance commence à 13 ans
ISNA, 4 septembre 2015
Selon Shahindokht Mollaverdi, vice-présidente de Rohani chargée des affaires féminines et familiales, « Les chiffres affligeants enregistrés du mariage des filles avant l'âge légal en Iran ont augmenté depuis 2 ans, y compris le mariage des petites filles, même âgées de moins de 10 ans ».
Elle a ajouté : «Actuellement, l'âge légal du mariage est fixé à 13 ans en Iran, mais selon les articles du code civil iranien, si les parents de la petite fille le jugent approprié, celle-ci peut se marier avant même d’avoir atteint ses 13 ans ». Elle a fait remarquer que la plupart des mariages de mineurs permettent aux parents de se sortir de la pauvreté.
Mollaverdi a également souligné que « l'âge moyen de la dépendance aux drogues commence à 13 ans chez les filles » et il y a eu un changement vis-à-vis des substances utilisées par rapport au passé : de plus en plus, les jeunes filles utilisent des substances industrielles et des amphétamines ».
Les résultats obtenus à partir de l'atlas des femmes à travers le pays indiquent qu'il y a plusieurs questions qui doivent être abordées de toute urgence, a déclaré Mollaverdi. « Les questions des femmes chefs de famille, des femmes détentrices d’un diplôme universitaire, et les jeunes femmes en général font partie de ces problèmes. À l'heure actuelle, il n'y a pas d'équilibre entre les responsabilités des femmes à la maison et leurs responsabilités sociales. Cela implique une double pression sur elles. En outre, aucune solution n’a été envisagée pour la sécurité de l'emploi des femmes », a-t-elle ajouté.


101 femmes mortes d’overdose 
IRNA, 5 septembre 2015
101 femmes sont mortes en l’espace de quatre mois en raison d'une overdose de stupéfiants.
L'annonce a été faite par le Bureau du médecin légiste qui a totalisé le nombre de décès causés par overdose : 939 personnes entre mars et juillet 2015.


Persépolis et Naqsh-e-Rostam menacés de destruction
Hodana.ir, 5 septembre 2015
Les sites Persépolis et Naqsh-e-Rostam, situés près de Chiraz (sud) sont menacés de destruction.
Persépolis (la capitale de l’Empire perse Achéménide, située à 70 km au nord-est de Chiraz) a été construit au VIe siècle avant J.C. et fait partie du patrimoine de l’Humanité.
Naqsh-e-Rostam abrite les tombes de plusieurs empereurs perses, ainsi qu’un temple de feu en forme de cube datant de l’antiquité.
Ezzatollah Raïssi-Ardakani, professeur à l’université de Chiraz, a confirmé que dans ces sites, il y a des affaissements de terrain et que dans certains endroits, le sol a descendu jusqu’à environ un mètre. Il a ajouté que ces affaissements de terrain ont été provoqués par le pompage intensif d’eau dans les nappes phréatiques se trouvant sous ces sites archéologiques.


Chômage chez les Iraniennes même super-diplômées
ILNA/radiofarda.com, 6 septembre 2015
La vice-présidente de Rohani aux affaires des femmes et familles a annoncé à plus de 40% les femmes diplômées d’études supérieures en chômage. Shahindokht Mollaverdi a déclaré par ailleurs que le nombre des femmes pauvres ou à la tête des familles monoparentales est en hausse…


Une exposition sur les droits de l’Homme bafoués en Iran
Le Parisien.fr, 6 septembre 2015
La maire du Pin, Sylvie Fassier, s'est activement rapprochée l’an dernier de la résistance iranienne et pour acter son engagement, elle accueille jusqu’à ce lundi soir une exposition sur les droits de l’Homme bafoués, violés en Iran.
Son témoignage, ses actions en faveur de la lutte contre le fanatisme du régime des mollahs en Iran sont une incitation de plus à poursuivre le combat mené par l'OMPI, membre de la coalition du CNRI présidé par Madame Maryam Radjavi...


2200 filles privées d’école à cause des profs masculins 
ISNA, 7 septembre 2015
"2200 filles sont privées de scolarisation en Iran parce que leurs enseignants étaient des hommes." 
Cette information a été donnée par la vice-ministre de l’Education, Marzieh Gord.
Elle a ajouté qu'il y avait aussi beaucoup de problèmes au niveau des pensionnats de filles dans les petites villes.


Les Iraniens célèbrent le 50ème anniversaire de l’OMPI 
CSDHI, 7 septembre 2015
Voilà maintenant 50 ans que l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran a vu le jour. Composée d’hommes et de femmes qui depuis 5 décennies combattent quotidiennement la dictature religieuse de Téhéran.
Les résistants des premières heures, épris de liberté et rêvant qu’une démocratie gouverne un jour leur pays, ont été rejoints par des milliers d’iraniens, ce qui constitue aujourd’hui la vraie force de l’OMPI, mais ce qui met également en danger de mort chaque citoyen iranien qui affiche son soutien envers la résistance. A Paris, en Iran et d’autres villes dans le monde tous ont célébré cet anniversaire historique.


Elections du conseil central de l’OMPI
Simaye Azadi, 8 septembre 2015
Le dimanche 6 septembre, Simayé-Azadi (la chaîne télévisée de la Résistance iranienne qui diffuse ses programmes vers l’Iran via satellite) a diffusé un reportage sur les dernières élections au sein de l’Organisation des Modjahédine du peuple d’Iran (OMPI). Lors de ces élections qui ont eu lieu au camp Liberty en Irak et dans plusieurs villes en Europe, les membres du conseil central de l’organisation ont été désignés. Le conseil central de l’OMPI est composé de 1000 femmes, dont de nombreuses jeunes qui sont nées après la révolution de 1979.


Traitement médical urgent pour Zeinab et sa libération immédiate 
csdhi.org, 8 septembre 2015
Un groupe d'activistes civils, politiques et spécialistes des droits des femmes a demandé une permission, un traitement médical urgent et la libération de la militante politique kurde iranienne, Zeinab Jalalian.
Jalalian a été arrêtée en 2007 à l'âge de 24 ans et se trouve actuellement détenue dans la prison de Khoy (nord-ouest). Elle se trouve incarcérée depuis près de 9 ans et à ce jour, aucune permission ne lui a été accordée. 
La santé de Jalalian s’est considérablement détériorée en raison des terribles tortures qu’elle a subies après avoir été arrêtée, et à présent, elle est sur le point de perdre complètement la vue. En outre, elle a été victime d’une infection intestinale sévère et d’une hémorragie interne en prison, et il est actuellement urgent qu’elle puisse bénéficier de soins médicaux...


Les véhicules des conductrices mal voilées seront confisqués
ISNA/CSDHI, 8 septembre
Le chef de la police de circulation, Teimur Hosseini, a déclaré au sujet des mesures à prendre contre les femmes mal voilées qui conduisent un véhicule ou se trouvent dans une voiture en tant que passagères : « si une telle personne est incorrectement voilée dans un véhicule, sur la base de la loi, alors leur véhicule sera confisqué».

Seyyed Abol-Hassan Mahdavi, un ayatollah au sein du régime iranien et membre de l’Assemblée des Experts, est allé jusqu'à déclarer que "le non-respect du code vestimentaire de la République islamique (le port obligatoire d’un tchador noir) provoque des maladies de l’intestin et de l’estomac chez les femmes»... 


Trois femmes bahaïes poursuivies au Golestan 
CSDHI, 8 septembre 2015
Roufia Pakzadan, Soudabeh Mehdinejad et Nazi Tahghighi sont trois femmes bahaïes poursuivies par la justice iranienne dans la province du Golestan (nord). Elles sont accusées de « propagande contre les institutions du régime iranien ».
En juillet dernier, un certain nombre de bahaïs ont été poursuivis par la justice iranienne, dont faisait partie Mme Pakzadan. La même initiative a été organisée dans les villes de Gorgan et Gonabad, le 28 décembre 2014. Ces bahaïs ont eux aussi été poursuivis pour les mêmes chefs d’accusations «propagande contre les institutions du régime iranien » et depuis cette date, 15 citoyens bahaïs ont été condamnés.

Dayan Alayi, le porte-parole de la Communauté internationale bahaïe, a dit que les bahaïs se trouvent dans les prisons iraniennes seulement pour leurs croyances et parce qu’’ils sont victimes de « discrimination systématique ». 


Amnesty International condamne l’exécution d’un instituteur après des «aveux » extorqués sous la torture
AI, 11 septembre 2015
Dans un communiqué, Amnesty International a condamné l’exécution d’un instituteur en Iran.  Selon  l’ONG, « Les autorités iraniennes ont exécuté ce matin Mahmoud Barati, instituteur reconnu coupable d’infractions liées à la législation sur les stupéfiants à l’issue d’un procès inique, fondé notamment, selon certaines informations, sur des « aveux » extorqués sous la torture et les mauvais traitements.
« D’après nos contacts dans la prison de Qezel Hessar, Mahmoud Barati a été transféré à l’isolement hier et a été exécuté mardi 8 septembre 2015 à l’aube. Les autorités iraniennes doivent mettre fin à leur frénésie meurtrière sans précédent – plus de 700 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année, la plupart pour des infractions à la législation sur les stupéfiants.
« … à la suite de son arrestation il y a 10 ans, Mahmoud Barati a été détenu dans un centre de l’Office de lutte contre les infractions à la législation sur les stupéfiants pendant 10 jours. Il y aurait été soumis à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements en vue de le faire « avouer ». Par la suite, dans des déclarations au procureur et au tribunal, il est revenu sur ses « aveux ».


4600 nouvelles patrouilles renforceront la police des mœurs
AFIF, 11 septembre 2015
Un organe chargé de « promouvoir la vertu et réprimer le vice» a annoncé la formation de 4600 agents qui vont patrouiller par groupe de dix pour faire respecter le code vestimentaire et pour contrôler des contacts entre les filles et garçons.
Un projet de loi pour protéger les agresseurs des femmes « mal voilées» a été adopté par le Parlement des mollahs au début de l’année.
Selon un responsable, « les forces recrutées pour la mise en œuvre de cette loi ont reçu les formations nécessaires dans les mosquées et les centres religieux et s'apprêtent à commencer leur mission. »
Après l'adoption de la loi en question, un responsable du « QG de la lutte contre le vice» avait annoncé : « Ceux qui sont chargés dans les rues de contraindre les mal-voilées à respecter le code vestimentaire, seront protégés par la loi. Le projet de soutien légal aux pourfendeurs des mal-voilées sera lancé dans 200 villes du pays à titre d'expérimentation. »


RSF dénonce l’instauration de l’Internet « halal » et le « Filtering Intelligent » en Iran
RSF, 11 septembre 2015
Le régime iranien a récemment créé le conseil supérieur du cyberespace qui est voué à centraliser la censure sur Internet en Iran. Cette décision du guide suprême du régime qui prétend vouloir instituer « l'Internet halal » a été dénoncée par les militants des droits de l'Homme et Reporters sans frontières… 


Crise de pénurie d’eau dans plus de 520 villes d’Iran
« Iran d'aujourd'hui est confronté à une crise beaucoup plus grave que la guerre » 
Agence Mehr/CNRI, 11 septembre 2015
Le vice-ministre de l’énergie dans le gouvernement de Hassan Rohani vient de déclarer : « La sécheresse est un problème que nous ne pouvons pas maîtriser. »
Issa Kalantari a déclaré le 9 septembre 2015 : «Conformément aux normes internationales, pour maintenir le niveau des resserves renouvelables d’eau, on doit consommer chaque année moins de 40% de ces réserves. Or, actuellement nous consommons environ 96% de ces réserves. A ce rythme, nous serons bientôt dans une situation catastrophique. »
Il a annoncé que plus de 520 villes sont confrontées à une crise de manque d’eau, en ajoutant que dans 4 grandes villes Bandar-Abbas, Kerman, Bouchehr et Sanandaj les niveaux des réserves en eau ont baissé de façon alarmante…

En raison d’une sécheresse chronique dans le pays, les habitants des zones rurales migrent de plus en plus vers les zones urbaines. 
Un article paru dans les médias proches du régime précise qu’à cause du chômage et de manque de ressources, les migrants venant des zones rurales adhèrent à différents groupes armés. Cet article ajoute que ce phénomène risque de provoquer dans les prochaines années des crises sociales débouchant sur des menaces sécuritaires pour le régime.


Rapport sur le non-respect des droits des femmes en Iran sous Rohani
La Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a publié un livre intitulé "Les femmes iraniennes sous Rouhani", soulignant la violation des droits des femmes durant les deux premières années de mandat d'Hassan Rohani. Le rapport se penche sur les conditions des femmes au cours des deux dernières années, et révèle deux problèmes : d'une part, l'augmentation de la répression et des pressions contre les femmes et d'autre part, la suite des protestations…



Mort très suspecte en prison du syndicaliste Shahrokh Zamani
HRANA/AFIF, 14 septembre 2015
Shahrokh Zamani, syndicaliste, âgé de 51 ans et peintre en bâtiment, arrêté en 2011 a été retrouvé mort dans sa cellule. Les circonstances de ce décès sont particulièrement étranges. Il portait les marques de coups à la tête.
Il était incarcéré dans la prison de Gohardacht dans la ville de Karaj, au nord-ouest de Téhéran, accusé d’ « activités contre le régime» des mollahs iraniens ».
Comme beaucoup de ses camarades emprisonnés pour des raisons politiques, il a subi les tortures, les maltraitances de la part des autorités carcérales ce qui a eu pour conséquences de gravement altérer son état de santé, ignoré par ses geôliers. Mais cela ne l’a jamais empêché de se rebeller avec ses camarades pour faire prévaloir le respect des droits humains.

Suite à la mort suspecte du syndicaliste Shahrokh Zamani dans la soirée du 13 septembre, les gardiens et tortionnaires de la prison de Gohardacht (près de Téhéran) ont lancé un raid contre les prisonniers politiques de la section 4 afin de terroriser et empêcher tout mouvement de protestation. Toutefois, les courageux prisonniers leur ont fait barrage et les ont fustigés copieusement.
Appel pour la constitution d’une commission d’enquête internationale afin d’investiguer sur les morts suspectes de prisonniers politiques en Iran.



Une mort bien étrange dans une prison iranienne
Amnesty International demande des investigations sur l’assassinat du syndicaliste Shahrokh Zamani
AI, 15 septembre 2015
Le décès du syndicaliste et prisonnier politique Shahrokh Zamani dans la prison de Radjaï-Chahr (située près de la ville de Karaj, à l’ouest de Téhéran) a provoqué les réactions de plusieurs syndicats de travailleurs en Iran et à l’étranger. Ces syndicats ont réclamé des investigations exhaustives sur les raisons de son décès.


Préoccupation majeure du Haut-Commissaire des Nations Unies concernant les Droits de l'Homme en Iran
CNRI, 15 septembre 2015
Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme se déclare préoccupé par le nombre d'exécutions en Iran.
"L'utilisation précipitée de la peine de mort, les préoccupations concernant le droit à un procès équitable, et le maintien en détention des journalistes, blogueurs et défenseurs des Droits de l'Homme restent une cause majeure de préoccupation", Zeid Ra'ad Al Hussein, dans son discours d'ouverture de la séance du lundi 14 Septembre du Conseil des Droits de l'Homme à Genève.
"Je demande instamment à l'Iran de faire des progrès sur le sujet des Droits de l'Homme", a-t-il dit.

Une déclaration faite par le bureau du Haut-Commissariat le 5 août dernier rapportait que "l'Iran aurait exécuté plus de 600 personnes depuis le début de l'année. Et l'année dernière, ce sont au moins 753 personnes qui ont été exécutées dans le pays".
Plus de 2000 personnes ont été exécutées en Iran depuis qu'Hassan Rohani a pris ses fonctions.


Le taux de divorce augmente
Agence de presse officielle, Mehr, 16 septembre 2015
Le taux de divorce en Iran a augmenté de 11,5% au cours des cinq derniers mois par rapport à la même période de l'année précédente, a annoncé Ali Akbar Mahzoon, directeur général de l'Office de l'information de l'Organisation nationale de l’état civil.
Selon Mahzoon nombre de mariages a subi une hausse de 3,3 % par rapport à la même période de l'année dernière.


Victime des attaques à l’acide à Ispahan : Priez pour moi
ISNA, 16 septembre 2015
Soheila Jorkesh, l’une des victimes des attaques à l’acide à Ispahan, se trouve en Espagne pour une opération chirurgicale sur ses yeux et d’autres soins. Dans un entretien avec le quotidien Iran, elle demande aux Iraniens de prier pour elle. Elle a l’espoir de retrouver sa vue pour pouvoir voir « la beauté du monde »… 


Le procureur de Téhéran demande à ramasser les prostituées
VoA persan, 16 septembre 2015
Abbas Jafari-Dolatabadi, procureur général de Téhéran a critiqué l’image de Téhéran en disant que « Malheureusement, le visage de la capitale dans les intersections et aux bords des autoroutes et des zones de grande circulation n’est pas convenable.  Le paysage des enfants errants, des vendeurs ambulants et des mendiants,… est inappropriée. » 

Il a appelé à organiser le regroupement des femmes prostituées (qualifiées par les autorités des femmes des rues) et à les mettre sous la couverture de l'Organisation du Bien-être…

Conformément à l'interdiction religieuse et légalisation de la prostitution en Iran, de tels projets sont beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre. C’est donc les plans d'urgence une fois de plus sont mis à l'ordre du jour.


Khamenei se dit inquiet de « l’influence culturelle » de l’Occident 
ncr-iran.org, 17 septembre 2015
Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, a déclaré lors d’une réunion avec les commandants des pasdaran : « Certains pronostiquent que dans dix ans, l’Iran sera complètement changé. Il ne faut pas laisser ce projet diabolique des ennemis se réaliser… Les pasdaran doivent éviter de faire des choses qui nuisent à leur réputation.»

Le Corps des gardiens de la Révolution (pasdaran) – qui est l’organe de répression du régime iranien – a été fondé dans le but de maintenir au pouvoir ce régime. Cet organe dispose d’importants moyens financiers et contrôle un grand nombre de groupes industriels à travers le pays.

Khamenei a par ailleurs ajouté : « L’ennemi essaye d’exercer une influence dans le domaine de la culture pour ébranler nos croyances et les fondements de notre société. »…


La capitaine de l’équipe du futsal féminin empêchée de quitter l’Iran
AFP, 18 septembre 2015
Niloufar Ardalan, capitaine de l'équipe d'Iran de football en salle s'est vue interdire par son mari de quitter le pays pour participer aux championnats asiatiques de futsal en Malaisie, une décision qui a déclenché cette semaine une polémique dans la République islamique.
La loi en vigueur en Iran n'autorise pas une femme à sortir du pays sans la permission de son mari.
La sportive de haut niveau, Niloofar Ardalan, devait aller participer aux premiers championnats féminins asiatiques de futsal (football en salle) qui se déroulent du 21 au 26 septembre en Malaisie, selon des médias locaux…


Après l’hôpital, retour en prison
humanrights-ir.org, 18 septembre 2015
Longtemps privée de soins médicaux, Narguess Mohammadi a été hospitalisée quelques temps.
Bien que dans un état de santé critique, les autorités judiciaires ont retourné l’avocate détenue en prison d’Evin.
Elle n’est par ailleurs pas autorisée de prendre contact avec son mari et ses enfants qui sont en France.


AFIF à l’ONU- Genève
18 septembre 2015
A l’invitation de cinq ONG, l’Association des Femmes Iraniennes en France a participé à une table ronde qui a eu lieu le 18 septembre à Genève, en marge de la 30e session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. 
La responsable de l’AFIF a pris la parole lors de cette conférence décrivant la situation des femmes et des filles en Iran. Elle a dénoncé les violations systématiques des droits des Iraniennes par les mollahs et la hausse de la pauvreté malgré l’immense richesse du pays…


Une activiste civile arrêtée à Sanandaj
csdhi.org, 18 septembre 2015
Des rapports provenant de intérieur de l'Iran indiquent que le 8 septembre, des agents de la sécurité ont perquisitionné le domicile de Zheila Negahdar, militante civile, à Sanandaj (ouest) et ont procédé à son arrestation. 
Toujours sur la base de ce rapport, des agents du régime en civil ont fait irruption dans sa maison et ont effrayé tout le monde alors qu'ils n’avaient aucun mandat de perquisition. Ils ont commencé à fouiller les lieux et ont fini par l’arrêter. Quand sa famille s’est rendue au Département des renseignements, les agents ont fait preuve de mépris et les ont expulsés du bâtiment, les informant que leur fille sera placée en détention pendant un certain temps. 


Neuf actrices interdites de jouer
CNRI, 19 septembre 2015
Selon un récent communiqué délivré par un organisme gouvernemental de supervision sur l'Organisation TV & Radio en Iran, neuf célèbres actrices ont été interdites de jouer en raison de « port incorrect du voile et de briser les normes».
Mesdames Linda Kiyani, Hanane Shahshahani, Nargues Mohammadi, Alnaz Habibi, Bahare Afshari, Hadith Mir - Amini, Sahar Ghoreishi, Ronak Younesi et Rabe'e Oskoui, toutes artistes du cinéma et du théâtre de l'Iran, ont été empêchées de poursuivre leur performance.


L'égalité des sexes, le plus important défi du régime iranien selon l'ONU
Agence Mehr/CSDHI, 19 septembre 2015
L’agence Mehr  a publié un rapport le 17 septembre, sur l'atelier des femmes de l'ONU précédant la réunion des dirigeants mondiaux sur l'égalité des sexes, dans laquelle il a exprimé sa vive préoccupation concernant les défis auxquels le régime iranien sera confronté lors de cette réunion et des exigences de tous les Etats membres.
D’après Mehr, « Dans les circonstances actuelles, tout a été préparé pour une participation active et un engagement sur le sujet de la place des femmes au plan international, mais quels sont les plans de la République islamique d'Iran pour faire acte de présence et y participer au maximum ? Quels sont les plans et les mesures de la Direction des femmes en ce qui concerne la réalisation de l'objectif de « présenter un modèle» sur le plan international, auquel le rapport de la direction base sa conduite depuis deux ans 

Se référant au fait que l'égalité des sexes et le soutien pour les droits des femmes sont les questions les plus importantes posées par les femmes de l'ONU qui éclipsent toutes les autres questions, Mehr a ajouté : « Quelle sera l'approche du gouvernement dans certains cas controversés et sur des questions comme la santé et les droits reproductifs, les droits et les emplois salariés sous-payés des femmes (femmes au foyer), etc.? »

« Il y a aussi la question très importante concernant la nécessité de réformer des lois qui garantissent l'inégalité des sexes. Bien sûr, à la lumière de certaines différences dans les droits et les devoirs des hommes et des femmes, les pays islamiques ont besoin d’une planification minutieuse et de réflexion », a averti Mehr.


Une mendiante décède en prison
aftabnews.ir, 21 septembre 2015
Une mendiante du nom de Fatemeh Nasseri, arrêtée en vertu d'un plan exécuté par les forces de sécurité, visant à rassembler tous les mendiants des rues dans la ville de Birjand, a perdu la vie à cause du manque d'attention des autorités médicales de la prison.
Elle souffrait d'asthme et utilisait des sprays médicaux pour la soulager. Quand son spray a été vide, sa santé s’est détériorée et les responsables de la prison n’ont prêté aucune attention à ses appels à l’aide. Le médecin de la prison est arrivé à son chevet une heure après son décès.
« Cette femme a été arrêtée par les forces de sécurité et transférée au tribunal. Elle a été condamnée à payer une amende mais une fois transférée en prison, elle n’avait pas d'argent pour la payer », a déclaré un fonctionnaire de la ville de Birjand.

Auparavant, ce fonctionnaire avait déclaré qu’un total de 72 mendiants s’était rassemblé à Birjand de mars à fin juin. « Sur 72 de ces personnes, 31 étaient des hommes et 41 étaient des femmes », a-t-il ajouté.


Pauvreté des femmes
Des diplômées d'université ont recours au colportage dans les rues
lemondenouveau.info, 22 septembre 2015
Un nombre considérable de femmes se tournent vers le colportage pour compenser leurs difficultés financières. Parmi ces colporteuses se trouvent des femmes instruites qui ont terminé des études universitaires de haut niveau.

Leila, 45 ans, mère de deux enfants, est diplômée de sciences informatiques. Elle dit qu'elle est satisfaite de son revenu provenant du colportage dans les stations de métro souterraines, mais elle se plaint des approches « non appropriées » de certains passants.

Maryam, 27 ans, est diplômée en sciences agricoles. « J’ai des revenus très faibles et je ne peux pas soutenir ma famille », dit-elle. « Parce que je ne peux trouver un emploi dans mon domaine, l'éducation, j’ai dû recourir au trafic ».


Une députée misogyne demande que tous les angles de la vie des iraniens soient contrôlés
TV d’Etat/ ISNA/CSDHI, 22 septembre 2015
 « Nous devons avoir une loi qui étende notre culture islamo-iranienne de telle sorte qu'elle embrasse tous les comportements, y compris nos remarques, nos façons de vivre, la coiffure et toutes les affaires liées à notre mode de vie », a déclaré Laleh Eftekhari, citant le Guide suprême du régime, Ali Khamenei.
Eftekhari qui a fait le commentaire ci-dessus dans une interview à la télévision, est un membre du parlement des mollahs qui a signé le plan visant à protéger la sainteté du voile et la chasteté.
Tout en admettant que le défi des femmes iraniennes au sujet du port obligatoire du voile constitue une petite partie du mécontentement général contre le régime au pouvoir, elle a dit : « Le problème principal de notre société est qu’elle ne se voile pas et n’est pas chaste ».
En attendant, elle a appelé à un renforcement des lois obligatoires sur le port du voile en les intégrant dans un livret complet et universel : « Nous avons déjà 25 lois, règlements et ratifications adoptées par le Parlement et le Conseil suprême de la révolution culturelle sur les femmes non -voilées et mal - voilées. Nous devons intégrer toutes les lois à ce sujet ».


Entrée scolaire en absence des profs emprisonnés
AFIF, 23 septembre 2015
Ce 23 septembre sonne la rentrée scolaire et universitaire en Iran. Plus de 8 millions écoliers et lycéens et près de 5 millions étudiants s’apprêtent à entamer l’année scolaire dans tout le pays.
C’est une rentrée particulièrement agitée car le corps enseignant est en grogne depuis plusieurs mois en Iran. Quelques centaines d’entre eux sont en prison arrêtés lors de de nombreux rassemblements.


La Pauvreté
Vente d’organes affichée près du palais du guide suprême
Agence Mehr/CNRI, 24 septembre 2015
 Le 20 septembre, « eghtesadnews.com » (un site Internet basé en Iran) a publié un article concernant une annonce de vente d’organes qui avaient été affichée sur la place Pasteur à Téhéran. Cette place est située à proximité du palais d’Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, et du bureau d’Hassan Rohani, le président de ce régime.
Le texte de l’annonce : « cornée, moelle osseuse, foie du groupe sanguin B +, pour vente immédiate. »
L’auteur de l’article souligne que probablement, de nombreux responsables gouvernementaux passent tous les jours devant cette annonce de vente d’organes sur le chemin vers leur lieu de travail.
Selon des rapports reçus de Téhéran, des annonces sur la vente d’organes sont visibles dans d’autres rues de la capitale.

La pauvreté des personnes sans-abri dans 13 quartiers du 12e arrondissement de Téhéran a atteint des niveaux insupportables, a déclaré le docteur Chit-Chian, professeur d’université et membre du groupe de travail de la mairie de Téhéran sur les problèmes sociaux dans la capitale.
« Malheureusement, dans ces quartiers, nous avons assisté à des ventes de bébés », a-t-il dit…
« La situation est très grave. Des bébés sont vendus alors qu’ils sont encore dans le ventre de leur mère, au prix de 1,75 millions de tomans (environ 585 dollars) », a-t-il ajouté.


Militante Atena Farghdani en grève de la faim pendant 3 jours
HRANA, 26 septembre 2015
Atena Farghadani a observé une grève de la faim pendant 3 jours pour protester contre les mauvais traitements qu’elle a subis en prison. Elle a menacé que si ces mauvais traitements recommencent, elle reprendra sa grève de la faim.
Lors de sa dernier rencontre dans la prison avec son avocat, Atena Farghadani avait serré la main de son avocat. A cause de cette poignée de main, les agents du régime des mollahs ont accusé ce prisonnier politique de « relations illégitimes » avec son avocat.
Selon la mère d’Atena, elle souffre des maladies de sang et de lymphe et cette grève de la faim est très inquiétante.
Arrêtée le 10 janvier 2015, Farghadani a été accusée d’avoir manqué de respect à l’égard des membres du parlement du régime des mollahs dans un de ses dessins, d’avoir « des contacts avec des éléments antirévolutionnaires et d’avoir manqué de respect à l’égard du guide suprême » du régime des mollahs. Elle a été condamnée à 12 ans de prison.


L'équipe de futsal féminin remporte le titre asiatique
IRNA /VoA persan, 27 septembre 2015
L'équipe iranienne de futsal féminin a vaincu le Japon et a remporté pour la première fois la Coupe d'Asie. 
L'entraîneur de l'Iran était Forouzan Soleimani, la Chine et le Vietnam jugeaient la compétition. 
Le Japon, champion d'Asie en 2013, a été battu deux pour un par l'Iran…



Pas de citoyenneté aux "Enfants de femmes iraniennes et des hommes étrangers"
IRNA/Site Radio Farda, 27 septembre 2015
Le parlement iranien vient de refuser d’accorder la citoyenneté aux enfants issus du mariage des Iraniennes avec des hommes étrangers.



Le Secrétaire général de l'ONU : Les droits des femmes en Iran ne sont pas respectés
CSDHI/AFIF, 30 septembre 2015
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a présenté son rapport annuel sur l’Iran au Conseil des droits de l’Homme exprimant sa profonde inquiétude concernant les violations flagrantes et généralisées des droits humains et les vagues d'exécutions.
Il a critiqué Téhéran pour le nombre élevé d'exécutions et accusé l'Iran de violer les droits des femmes :
Le Code pénal islamique accorde aux maris un contrôle important sur la vie de leurs femmes et de leurs enfants. Article 21/630 permet au mari de tuer sa femme si elle est prise en flagrant délit d’adultère. Le Secrétaire général estime qu'il est regrettable que la population globale proposée et la glorification du projet de loi sur la famille, actuellement en discussion par le comité parlementaire des affaires culturelles, pourrait exposer les femmes à des risques accrus de violence domestique.
Le Secrétaire général est préoccupé par l'augmentation considérable du nombre de lois et de politiques publiques qui menacent les normes universellement établies sur les droits des femmes, y compris la liberté de mouvement, de santé et d'activité économique. Le Secrétaire général est également préoccupé par les restrictions imposées aux femmes d’avoir accès à la justice ainsi qu’aux jeunes filles qui ont été victimes de violence, y compris de viol conjugal.
Le mariage précoce reste monnaie courante dans la République islamique d'Iran. Entre mars 2012 et mars 2013, plus de 40.600 jeunes filles de moins de 15 ans ont été mariées. Au moins 1 537 des mariages enregistrés en 2012 concernaient des filles de moins de 10 ans - une augmentation significative par rapport aux années précédentes. Le nombre de mariages précoces auraient atteint un sommet jamais connu en 2013-2014. 
Des statistiques récentes révèlent que 201 filles de moins de 10 ans et plus de 41.000 filles entre 10 et 14 ans ont été mariées pendant cette période...



Septembre 2015
48 exécutions
Signez la pétition





HRANA, 2 septembre 2015
Quatre prisonniers ont été exécutés par pendaison dans la matinée de ce mercredi dans la prison centrale de Karaj (ouest de Téhéran). 
Mostafa Akhound-Zadeh, Madjid Rezai, Said Djalali, Hamid Faradji avaient été placés en isolement deux jours avant leur exécution. 
Aucune information n’était diffusée sur les conditions d’arrestation et les motifs de condamnation à mort de ces prisonniers.


CNRI, 3 septembre 2015
Le mardi 1er septembre, deux prisonniers identifiés étant Mostajab Pour-Mohammad et Davoud Emazadeh ont été exécutés dans la ville de Tabriz (nord-ouest). 
Le même jour, deux autres prisonniers aux noms de Zahed Hedayati et Jamal Jaafari ont été exécutés à Sanandaj (ouest).


Campagne des Activistes Baloutches, 5 septembre 2015
Après 8 années d’emprisonnement pour détention et trafic de drogues, le citoyen baloutche Madjid Sasouli, 45 ans et père de 6 enfants a été exécuté dans l’enceinte de la prison de Zabol (sud-est).


CNRI, 9 septembre 2015
Le lundi 7 septembre, le régime iranien a exécuté par pendaison 10 prisonniers dans la ville de Karaj (à l’ouest de Téhéran).
Ces 10 prisonniers – qui avaient été placés en isolement la veille de leur exécution – ont été pendus à l’aube dans la prison Qezel-Hessar.


khorasannews.com, 10 septembre 2015
Accusé d’homicide, harcèlement et cambriolages, un homme a été pendu dans la prison centrale à Birjand (nord-est).


Agence Forat, 10 septembre 2015
Six prisonniers ont été pendus le mercredi 9 septembre dans l’enceinte de la prison centrale de Tabriz (nord-ouest). Hojat Almassi, Sajad Maghsoudi, Vali Narimani, Nasser Hossein-Zadeh étaient accusés de trafic de drogues et Mohammad-Ali Yossefi pour homicide. Un autre accusé pour homicide avait été exécuté le samedi 5 septembre dans la même prison.


Asre Iran, 13 septembre 2015
Deux trafiquants de chiche et crack ont été pendus le 12 septembre dans la prison centrale de Racht (nord). Ils sont identifiés par leurs initiales « H N » 34 ans et « N B » 45 ans. 


hra-news.org, 15 septembre 2015
Cinq détenus Morteza Ahmad-Beigui, Mohammad Marzban, Mehdi Kaheh, Davous Alam-Beigui et Mohammad Mahmoudi ont été pendus collectivement dans la prison Rajai-Chahr à Karaj (ouest de Téhéran). Deux d’entre eux étaient âgés de 22 et 24 ans.


HRANA, 16 septembre
Un prisonnier Said Zargari, a été exécuté en public sur la place Dadgostari à Ardestan près d’Ispahan.


CNRI, 17 septembre 2015
Après avoir subi 13 ans d'emprisonnement, Raouf Hassani a été pendu dans la prison de Sanandaj (ouest).


HRANA, 19 septembre 2015
Deux accusés de trafic de stupéfiants ont été pendus samedi matin dans la prison centrale de Racht (nord). Les deux hommes sont identifiés par leurs initiales « H M » 45 ans et « Sh P » 46 ans.


HRANA, 19 septembre 2015
Quatre prisonniers pendus à Qezel Hessar. "Ali Tafreshi", "Hossein Rostami", "Mahmoud Barati" et "Mehdi Rahimi" sont les quatre prisonniers qui ont été exécutés le lundi matin, et un prisonnier, avec prénommé "Zanyar", qui a été transféré à l'isolement sur dimanche, n'a pas été exécuté comme son verdict a été arrêté.


CNRI, 25 septembre 2015
Un détenu identifié seulement par son prénom Abbas a été pendu le lundi 21 septembre, dans la prison centrale de Sanandaj (ouest).


CNRI, 30 septembre 2015
Six des prisonniers, dont trois frères, ont été pendus mercredi dans la province centrale de Yazd. Tous les six étaient originaires de la province de Sistan & Baloutchistan (sud-est).

Un autre prisonnier, Mohammad-Reza Fiouji, 27 ans, a été pendu dans une prison de Bandar Abbas (sud). Il avait été transféré en isolement samedi dernier (le 26 septembre) en vue de son exécution.


ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France 
Tél. : (331) 43 65 32 97 
afifem2001@yahoo.fr
Envoyez vos dons par chèques à l’ordre de
L’Association Internationale des Droits Humains des Femmes
23 Rue du Départ 75014 Paris
Ou par virement à : La Banque Postale - Centre financier de Paris
Etabl : 20041   Guichet : 00001 Compte : 2739481C020 Clé : 35
IBAN : FR68 2004 1000 0127 3948 1c02 035    BIC : PSSTFRPPPAR

Libellés : ,

csdhi

Les Iraniennes en révolte