Situation des Femmes en Iran

Public

25 juin 2017

Où va l'Iran

"Où va l'Iran ? regards croisés sur le régime et ses jeux d'influence"

Sous la direction de François Colcombet
Préface de Frédéric Encel

Les contributeurs s'interrogent sur la situation économique, sociale et politique de l'Iran contemporain et analysent la stratégie diplomatique et militaire ainsi que les interférences régionales, afin d'avoir une vision de l'avenir

08 juin 2017

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

AFIF INFOS
Mai 2017
 ASSOCIATION DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE 
afifem2001@yahoo.fr

Slogan du 1er Mai en Iran : « Libérez les travailleurs emprisonnés ! »
Secrétariat du CNRI, 1er mai 2017
Les travailleurs iraniens ont transformé la journée du 1er mai en scène de protestation et de démonstration de colère contre le régime anti travailleur des mollahs. Alors que le régime a organisé une journée du travail devant la tombe de Khomeiny, les travailleurs ont chauffé cet évènement et ont coupé le discours de Rohani à plusieurs reprises avec leurs slogans.
Au même moment, des centaines de travailleurs manifestaient devant le parlement du régime.

Les détenus politiques célèbrent le 1er mai en prison
CSDHI, 1er mai 2017
Un groupe courageux de détenus politiques de la prison de Gohardacht en Iran a tenu à saluer le 1er mai et la journée des travailleurs dans leur salle commune, malgré les risques que cela représente pour chacun. Ils ont célébré la mémoire des travailleurs exécutés par le régime, notamment Chahrokh Zamani, Ali Saremi, Sattar Behechti, Afchin Ossanlou et Gholam-Reza Khosravi…

Le 1er mai des Iraniens à Paris
AFIF, 1er mai 2017
Les exilés iraniens ont assisté au défilé de la fête du travail à Paris. La marche du 1er mai était l’occasion pour eux de réclamer la libération des syndicalistes et travailleurs iraniens emprisonnés, l’arrêt des exécutions en Iran et de dénoncer les violations des droits de l'Homme par le régime des mollahs.


Experts de l'ONU : Au moins 90 mineurs dans le couloir de la mort en Iran 
sightmagazine.com, 1er mai 2017
Au moins 90 personnes âgées de moins de 18 ans sont dans le couloir de la mort en Iran, a affirmé un groupe d'experts de l'ONU qui appelle les autorités à mettre fin à l’exécution des mineurs.
Trois experts de l'ONU - Asma Jahangir, rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l'Homme en République islamique d'Iran, Agnes Callamard, rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires et Benyam Dawit Mezmur, président du Comité des droits de l'enfant, ont fait savoir la semaine dernière d’avoir reçu des informations selon lesquelles l’exécution de Peyman Barandah, âgé de 15 ans au moment de sa condamnation en 2012 pour homicide sera imminente.

36 filles et garçons arrêtés dans une soirée à Abadan
Agence ROKNA/tabnak.ir, 1er mai 2017
Lors d’une soirée mixte dans la ville d’Abadan, 36 adolescents et adolescentes ont été arrêtés. Ils ont été livrés à la justice pour une enquête.

25 jeunes garçons et filles arrêtés dans une pizzeria à Ahvaz
mizanonline.ir, 1er mai 2017
Réunis pour un anniversaire, 25 jeunes garçons et filles qui dansent dans une pizzeria ont été arrêtés par des policiers dans un quartier d’Ahvaz. La pizzeria fut fermée et les adolescents ont été livrés à la justice.

Vieux hôpitaux pleins de maladies en Iran
ifmat.org, 2 mai 2017
Compte tenu du coût élevé de la médecine et des soins médicaux, chaque année, un pourcentage de la population iranienne tombe en dessous du seuil de pauvreté après avoir payé les coûts invalidants de ces services.
Le régime iranien qui ne fournit pas de budgets adéquats pour la santé et les soins médicaux, intensifie encore cette crise…
Les patients sont forcés de vivre avec leurs maladies lorsqu'ils sont hospitalisés dans des hôpitaux extrêmement dangereux et de mauvaise qualité. Alors que la majeure partie du budget du pays est alloué à la machine de répression du régime et à la guerre en plein air en dehors de l'Iran.

Une femme médecin transférée au quartier des femmes d'Evine
hra-news.org, 3 mai 2017
Après 70 jours de détention, Mehrnaz Haghighi, une femme médecin, a finalement été transférée dans le quartier des femmes de la prison d'Evine à Téhéran.
Elle avait été arrêtée le 19 février 2017 par les forces de sécurité à son domicile de Bandar Abbas et emmenée dans un endroit inconnu. Aucun détail n’a été donné sur les causes de son incarcération. 

L'Iran prive 55 millions d'électeurs d'informations publiées librement
RSF, 3 mai 2017
Avec la campagne pour l’élection présidentielle iranienne officiellement en cours depuis le 28 avril, Reporters sans frontières (RSF) condamne les nombreux obstacles - nouveaux et anciens - aux nouvelles et informations publiées en Iran…
L'Iran est classé 165ème sur 180 pays dans l'indice mondial de la liberté de la presse 2017 de RSF.
L’une des plus grandes prisons au monde pour les femmes journalistes
Les nombreux journalistes sont arrêtés depuis le 27 décembre comprennent Tahereh Riahi, Zeniab Karimian, Saleh Deldam, Henghameh Shahidi, Morad Saghafi. Ramin Karimian a été arrêté le 14 mars.
D'autres femmes journalistes sont en prison depuis beaucoup plus de temps comme Roya Saberi-Nejad Nobakht, Narges Mohammadi …

Khamenei ferme la porte au programme d'éducation de l'UNESCO
MENAFN - Trend News Agency, 7 mai 2017
Lors d'une réunion avec un groupe d'enseignants iraniens et spécialistes de l'éducation, le guide suprême de l'Iran a déclaré que l’organisation de l’'UNESCO est infiltré par les puissances mondiales et n'a pas le droit de prendre des décisions pour d'autres nations. Ali Khamenei a ajouté que la République islamique ne se rendra pas au programme Global #Education 2030 de l'UNESCO.

55 personnes arrêtées au cours d’une fête privée
Farda, 11 mai 2017 
Cinquante-cinq hommes et femmes ont été arrêtés pour avoir participé à une fête privée à Kerman (sud).

La journaliste iranienne Hengameh Shahidi est en danger de mort 
RSF, 11 mai 2017
RSF condamne avec la plus grande fermeté l’attitude irresponsable des autorités iraniennes qui refusent de libérer la journaliste Hengameh Shahidi. Selon sa famille, elle était en grève de la faim depuis deux mois, et a complètement arrêtée de s'alimenter depuis le 10 mai 2017.
Interpellée le 9 mars 2017, Hengameh Shahidi avait été privée de ses droits et de ne pas avoir eu accès à son avocat. Elle est actuellement maintenue à l’isolement dans la section 209 de la prison d’Evine. Selon sa famille, elle se trouve actuellement dans une situation très critique…

Une prisonnière politique continue de refuser de prendre ses médicaments
Militants des droits de l'Homme en Iran, 11 mai 2017 
Dans une lettre adressée au procureur général, Amir Salar Davoudi, l'avocat de la prisonnière politique kurde, Zeinab Jalalian, a annoncé que sa cliente refusait de prendre des médicaments. « Alors que je suis extrêmement préoccupé par la santé de ma cliente, je tiens à souligner une fois de plus la responsabilité que les fonctionnaires de la prison de Khoy, les responsables de la sécurité et la magistrature de la ville endossent concernant la santé physique et mentale de ma cliente ». « La grève de médicaments de ma cliente continuera jusqu'à résolution des problèmes », a-t-il ajouté.
Zeinab Jalalian est en train de perdre la vue.

Depuis 7 ans, nul ne sait où se trouvent les tombes de ces opposants en Iran
CSDHI, 12 mai 2017
Il y a sept ans, le 9 mai 2010, tout un groupe de jeunes opposants politiques kurdes était exécuté en Iran. Leur pendaison avait suscité de vives condamnations dans la société iranienne et à l’étranger. Amnesty International avait dénoncé ces exécutions iniques. 
Il s’agit de : Farzad Kamangar, instituteur, Ali Heydarian, Farhad Vakili,  Shirine Alam-Houli - une jeune femme d’un grand courage - et Mehdi Esllamian.

La police du vice arrête 60 filles et garçons lors d’une fête à Gorgan
Agence de presse officielle Mehr, 13 mai 2017
Le responsable du tribunal publique et révolutionnaire de la ville de Gorgan (nord) a annoncé l'arrestation de 60 filles et garçons lors d'une soirée. « Ces personnes ont été arrêtées sur ordre des autorités judiciaires par la police de la sécurité morale», a déclaré Ezatollah Hamzeh-Nejad.

Condamnée à laver des morts pour des relations «illicites »
Quotidien officiel Iran, 13 mai 2017
Une femme de 35 ans a été condamnée à 74 coups de fouet et à laver des cadavres dans une morgue pendant deux ans pour avoir eu des relations «illicites » avec un homme. 
Elle n'a été identifiée que par son prénom, Mina, et a été inculpée par la Cour pénale de Téhéran. 

Une détenue politique maintenue en prison malgré le paiement de sa caution
humanrightsiniran.org, 15 mai 2017
La militante des droits civils, Massoumeh Zia, est toujours détenue dans la section féminine de la prison d'Evine, malgré la fin de ses interrogatoires préliminaires. Les autorités judiciaires ont reçu la somme de 5500 euros environ, en mars, à titre de caution pour sa libération, cependant les autorités pénitentiaires ont refusé de la libérer.
Zia est membre du groupe Psymentology « Erfan Halgheh » et elle a été arrêtée par des agents de renseignement le vendredi 7 janvier 2017 à l'aéroport, alors qu’elle revenait d'un voyage à l'étranger.

Trois femmes bahaïes arrêtées et incarcérées dans la prison de Bandar Abbas 
Human Rights Activists in Iran, 15 mai 2017
Mahnaz Jansar et Maral Rasti, deux bahaïes arrêtées il y a quelques jours dans la ville de Bandar Abbas, ont été après les interrogatoires, transférées dans la prison centrale de cette ville.

Une autre femme de confession bahaïe, Nasim Ghanavatian, a également été récemment placée en détention et conduite dans la prison de Bandar Abbas.

La championne iranienne de kayak polo demande l'asile à l'Allemagne
namnak.com, 16 mai 2017
Membre de l'équipe nationale iranienne kayak polo depuis 2007, Fereshteh Hosseini, qui s’était rendue en voyage en Allemagne, a officiellement demandé l'asile à ce pays.
Elle a annoncé l’information sur les médias sociaux et a déclaré qu'elle n'avait pas l'intention de retourner en Iran.

Plus de 150 membres du Parlement européen condamnent la mascarade électorale en Iran
Communiqué de presse, 18 mai 2017
À la veille des élections présidentielles iraniennes, 156 membres du Parlement européen ont publié une déclaration conjointe et ont déclaré : "Les élections en Iran ne sont pas libres et équitables. L'opposition est interdite. Tous les candidats doivent déclarer leur croyance sincère à la notion de règle cléricale suprême. Un organe non élu nommé «Conseil des gardiens», dont les membres sont nommés par le guide suprême Ayatollah Khamenei, disqualifie la plupart des candidats. » ...

Une kurde condamnée sur des aveux forcés 
Site web Maf News, 18 mai 2017 
Les confessions de la militante politique Safi Sadeghi extorquées sous la torture au centre de renseignement des pasdarans de la ville d'Oroumieh, ont servi de base à sa condamnation. Une source proche de la famille de Sadeghi a déclaré qu'elle avait été membre d'un parti kurde mais qu’elle n'avait jamais eu d'activités armées et avait renoncé à son adhésion. En dépit de cela, le tribunal révolutionnaire l'a accusée de « guerre contre Dieu» (pouvant entraîner la peine de mort). 
Safi Sadeghi a été arrêtée en mars 2017 à Oroumieh et forcée à de faux aveux sous la torture. .

Quatre jeunes filles et garçons bahaïs traduits devant la justice à Ispahan 
Militants des droits de l'Homme en Iran, 18 mai 2017 
Le 16 mai, au matin, quatre citoyens bahaïs, Pegah Agahi (f), Arshia Rohani, Parvine Nik-Aien (f) et Adib Janamian ont été jugés par la 1ère branche de la cour révolutionnaire d'Ispahan. Toutes les accusations portées contre eux, sont liées à leurs croyances et à la pratique de celles-ci.

RSF exige des candidats des engagements en faveur de la liberté de presse
Reporters Sans Frontières, 16 mai 2017 
A la veille des élections présidentielle et municipales en Iran le 19 mai 2017, Reporters sans frontières (RSF) demande une nouvelle fois à l’ensemble des candidats de s’engager clairement en faveur de la liberté de l’information. Il y a quatre ans, RSF émettait des recommandations aux candidats lors de la 11e élection présidentielle. Quatre ans plus tard, ces mêmes demandes sont malheureusement toujours valables et nécessaires pour la liberté de la presse en Iran.
Quelques avancées, comme la baisse des suspensions de médias par le ministère de la Culture et de l’orientation islamique, sont à noter, mais la promesse du président sortant Hassan Rohani “en faveur de la liberté d’expression et de la presse” n'a pas été tenue. La situation de la liberté d'information est toujours déplorable. Avec 27 journalistes et journalistes-citoyens emprisonnés, l’Iran est toujours l’une des cinq plus grandes prisons du monde et constitue égal…

Election présidentielle en Iran : ouverture, repli ou mascarade ? 
Le Parisien, vidéo clip
Le vidéo clip du Parisien sur l'élection présidentielle en Iran et un rappel du bilan saignant des protagonistes : Hassan Rohani et Ebrahim Raïssi…


Election présidentielle en Iran : un deuxième mandat pour Hassan Rohani
LCI, 20 mai 2017
Le mandat du président sortant iranien Hassan Rohani a été reconduit…
Ses adversaires politiques, les conservateurs, ont rapidement concédé leur défaite. L’un des premiers chantiers du président sera de réunir les réformateurs et les conservateurs…

« Dix provinces iraniennes ont violé les lignes rouges du hijab »
CNRI, 20 mai 2017 
Ahmad Sehat-Ghol, directeur de l'Organisation islamique des médias iraniens, a déclaré que « dix provinces iraniennes ont violé les lignes rouges du hijab» ; une « sonnette d'alarme » pour le régime iranien… Il a accusé ceux qu'il qualifiait d'« ennemi » d'« investir énormément » pour tenter de mettre un terme au hijab en Iran.
Le dispositif sécuritaire iranien est connu pour allouer des budgets énormes pour imposer la réglementation obligatoire du voile obligatoire dans les écoles, lancer une patrouille des mœurs et arrêter des femmes et des jeunes filles pour des raisons absurdes.
Le chef du pouvoir judiciaire iranien, Sadegh Amoli-Larijani, a mis en garde contre le fait que plus de femmes en Iran défient la réglementation du hijab.
Le chef de la police du Grand Téhéran, Hossein Sajedinia, a admis que les plans répressifs du régime ont échoué quant à la lutte contre ce qu'il a appelé le mauvais port du voile.
« Le statut actuel du voile ne correspond pas à notre société islamique, et en analysant les conditions du voile au cours des 15 dernières années, nous sommes parvenus à la conclusion que la situation n'a fait qu’empirer », a-t-il déclaré.
Le Guide Suprême iranien, Ali Khamenei, a demandé aux chefs de la sécurité iranienne de ne pas prêter attention à ceux qui pourraient s'opposer au hijab et de se concentrer sur la poursuite de leurs missions.

Les Iraniens à l'étranger n'ont porté aucun intérêt à l'élection en Iran  
France 3 Iles de France- vidéo, 22 mai 2017
Les Iraniens en France ne se font aucune illusion sur la réélection de Rohani. C'est pourquoi ils ont été très peu nombreux à aller voter comme partout ailleurs à l'étranger. Sur la base des chiffres officiels des médias étrangers comme la BBC ont évoqué un taux de participation de seulement 6,5% du corps électoral pour l'étranger. Sur 2.5 millions de votant à l'étranger, seul 168430 sont allés voter.
Il faudrait donc mettre sérieusement en doute les chiffres officiels à l'intérieur du pays. Pour Behzad Naziri membre du Conseil national de la Résistance iranienne, le résultat de cette élection témoigne de l'affaiblissement du Guide suprême et du régime.

ACTION URGENTE
Menace de représailles pour avo
ir dénoncé le massacre de 1988 en Iran 
Amnesty International, 22 mai 2017 
La prisonnière d'opinion Maryam Akbari-Monfared a été menacée d'une peine de trois ans de prison et d'exil dans une prison éloignée. Ce fut en représailles pour ses lettres ouvertes qui cherchaient la vérité et la justice pour ses frères et sœurs qui ont été exécutés extrajudiciairement en 1988. Elle a été détenue à la prison d'Evine à Téhéran depuis 2009 pour une peine de 15 ans.

Une militante des droits des femmes dans un état critique en Iran
Amnesty International, le 23 mai 2017
La santé de la militante des droits des femmes iraniennes Atena Daemi s’est gravement détériorée après 46 jours de grève de la faim pour protester contre les peines d'emprisonnement avec sursis prononcées contre ses sœurs Hanieh et Ensieh pour «outrage à agents dans l’exercice de leurs fonctions ». 
Son état de santé est maintenant critique et son corps a commencé à rejeter les fluides.
Malgré les avertissements des médecins, les autorités continuent de refuser de la transférer dans un hôpital extérieur Le 13 mars 2017, un tribunal pénal siégeant à Téhéran a condamné Atena Daemi et ses deux sœurs à une peine d’emprisonnement de trois mois et un jour… 
Les trois sœurs doivent comparaître devant la 48e chambre de la Cour d’appel à Téhéran le 27 mai.

La République islamique n'est pas une démocratie, mais une dictature théocratique
Washington Times, 23 mai 2017   Par Clifford D. May 
Les informations se doivent d’être nouvelles, mais pas nécessairement surprenantes. La nouvelle franchement pas étonnante de la semaine dernière en Iran : il y a eu une (sorte d’) élection et le gagnant était Hassan Rohani, le président sortant.
Un religieux apparemment doux au sourire béat, il a présidé l'Iran pendant quatre ans - une période de violations flagrantes des droits humains, de massacres en Syrie soutenus par l'Iran, de prises en otages d’Américains et d’autres et de soutien croissant aux terroristes à l’étranger. Néanmoins, dans la plupart des médias, il est décrit comme "modéré".
Il est tout au plus un pragmatiste, avec un sens aigu de la crédulité des diplomates et des journalistes occidentaux… 
En Iran, le président n'est pas le personnage le plus puissant…. Les femmes ont également été exclues.
Le New York Times a appelé la forme de gouvernement en Iran une « démocratie antidémocratique ». C'est à la limite un oxymore mais franchement pas précis. Je dirais qu’il s’agit d’une dictature théocratique habilement emballée pour donner l'illusion d'une gouvernance représentative. Il pourrait être utile de la comparer au système soviétique dans lequel le parti communiste décidait des candidats qui pouvaient se présenter et de ce que les officiels élus pouvaient faire. En Iran, substituez les mollahs aux commissaires.

Des milliers de femmes SDF et "mal-voilées" arrêtées 
Site web officiel, Roydad, 23 mai 2017 
Suite à l’arrestation de milliers de filles et de femmes SDF en Iran, il a été déterminé que 600 d'entre elles étaient des prostituées et qu’elles étaient forcées d'exercer ce travail.
Selon d'autres statistiques, il existe 1,5 million de veuves et de divorcées dans le pays et chaque jour, 160 personnes sont ajoutées à ce chiffre.
En l'espace d'un mois, de très nombreuses femmes "mal-voilées" ont été arrêtées en Iran… 

28 hommes et 35 femmes arrêtés dans une soirée à Machhad
Agence de presse officielle, Tasnim 23 mai 2017 
Le Procureur adjoint de Machhad a annoncé l'arrestation de 28 hommes et de 35 femmes qui participaient à une soirée. Hossein Heidari a déclaré que 10 groupes de policiers ont été envoyés pour s’occuper de la fête. « Les agents ont été forcés de tirer en l'air parce qu'un certain nombre de personnes s'échappaient», a-t-il ajouté.

L'ACPPU demande la libération de Esmail Abdi
Ottawa, 24 mai 2017
L'Association canadienne des professeures et professeurs d'université (ACPPU) a écrit au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali, pour demander la libération immédiate de Esmail Abdi, le secrétaire général de l’Association professionnelle des enseignants iraniens…
M. Abdi a été ciblé à cause des fonctions de leadership et de sa participation légitime au mouvement syndical. Il a été arrêté sous de faux prétextes et condamné à six ans de prison dans la célèbre prison d’Evin, où il fait présentement la grève de la faim depuis le 30 avril.
La santé de M Abdi se détériore et il n’a pas le droit de communiquer avec son avocat ou les membres de sa famille.

Iran : Les femmes confrontées à la discrimination sur le plan professionnel
Des obstacles liés à certaines lois et pratiques discriminatoires
HRW, 25 mai 2017 Par Sarah Leah Whitson*
(Beyrouth) – Des lois et politiques discriminatoires à l’égard des femmes constituent des violations du droit des Iraniennes à travailler, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd’hui. Les femmes se heurtent à un éventail de restrictions allant de leur droit à se déplacer aux interdictions d’accéder à certains emplois, en p
assant par l’absence de protections juridiques fondamentales.
https://youtu.be/asam0Nnsu-A
Le rapport de 59 pages, intitulé « ‘It’s a Men’s Club’ : Discrimination Against Women in Iran’s Job Market » (« ‘Un club réservé aux hommes’ : Discrimination à l’égard des femmes sur le marché du travail en Iran »), examine de manière approfondie les dispositions discriminatoires et les protections insuffisantes du système juridique iranien qui constituent des obstacles à l’égalité d’accès des femmes au marché du travail. Au cours des quatre dernières décennies, les Iraniennes ont formé la moitié des diplômées de l’Université. Mais, selon les statistiques officielles disponibles les plus récentes, qui couvrent la période allant de mars 2016 à mars 2017, à peine 14,9 % des Iraniennes font partie de la population active, contre 64,1 % des hommes. Un taux inférieur à la moyenne de 20 % pour l’ensemble des femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Actuellement de 20,7 %, le taux de chômage pour les femmes est le double de celui pour les hommes.
Les accomplissements des Iraniennes dans l’enseignement supérieur démontrent leur aptitude et leur détermination à être des partenaires égaux dans la construction d’un avenir meilleur pour leur pays, mais des lois discriminatoires les en empêchent. 

*Directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch

Si vous pensez qu'un «modéré» a gagné en Iran, réfléchissez-y à deux fois
The Telegraph, 28 mai 2017    Par Christophe Booker
Largement ignoré, la semaine dernière, c'est le changement géopolitique remarquable effectué lorsque le président Trump a aligné l'Arabie Saoudite et Israël dans ce qu'on appelle « une coalition de type OTAN » contre le pays que tous s’accordent à dire qu’il est au cœur de la plupart des problèmes du Moyen Orient : l'Iran. Au lieu de sa rhétorique de campagne semblant opposer les États-Unis à tous les musulmans, il est désormais allié à la moitié
du monde musulman.
Cela faisait suite à l’épouvantable farce de l'élection présidentielle en Iran, où une fois de plus on nous a annoncé que Hassan Rohani, un « modéré » l’avait emporté contre un « radical ». Comme je l'ai signalé à plusieurs reprises, Rohani est un opérateur des plus impitoyables, qui préside depuis 2013 sur un effondrement économique et ce qu’Amnesty International appelle « une frénésie d'exécutions sidérante », assassinant et emprisonnant tellement de dissidents que l’Iran détient le taux d'exécutions le plus élevé par habitant dans le monde. 
Le véritable pouvoir en Iran est aux mains des gardiens de la révolution (pasdaran), qui ne rendent des comptes qu'au guide suprême l’ayatollah Khamenei. Ce corps militaire contrôle non seulement plus de la moitié de l'économie iranienne mais est aussi responsable de la propagation de la terreur à l’intérieur du pays, et du terrorisme à l'étranger et à travers le Moyen-Orient.




Fête des mères, 28 mai 2017
Bonne fête à toutes les mères dans le monde et une pensée particulière aux mères de l'Iran
qui est fière de ses mères courages...

Un homme condamné à 99 coups de fouet
Rokna.ir, 29 mai 2017
Le prénommé Amir, 32 ans, a été condamné à 41 ans de prison et à 99 coups de fouet à Téhéran. Il était accusé de vol.

Le nombre de femmes élues dans des conseils municipaux diminue de 36%
Quotidien officiel Iran, 30 mai 2017 
Selon les rapports et malgré les attentes, le nombre de femmes dans les conseils municipaux en Iran lors des élections municipales dans 31 provinces a considérablement diminué (36,4%)...
Les rapports de 22 centres montrent que parmi les 253 personnes dont les noms figurent dans la liste, seulement 42 étaient des femmes, ce qui signifie que seulement16,6% des candidats (qualifiés) étaient composés de femmes. Téhéran avait le plus grand nombre de femmes au Conseil avec six personnes alors que Rasht avait le plus bas et parmi les 11 candidats, il n'y avait pas de femmes.

Condamné à 99 coups de fouet pour avoir une relation illégitime
aftabnews.ir, 30 mai 2017
Suite à la plainte d’une femme de 27 ans pour le harcèlement contre Hamid, âgé de 32 ans, il fut arrêté dans sa maison à Téhéran. Il a été jugé hier par la 5ème branche de la Cour pénale de Téhéran où il a été condamné à 99 coups de fouet et un an d'exil dans des villes éloignées pour avoir eu une relation illégitime. 

Les employées seront soumises à des contrôles pour port approprié du voile
Agence de presse officielle ISNA, 30 mai 2017  
À partir du prochain mois (persan), des inspections débuteront dans les bureaux provinciaux et municipaux afin de procéder à des contrôles dans les domaines de la chasteté et du voile des employées par des groupes d'inspection de l’équipe de protection provincial.


La seule femme et un élu sunnite exclus du Comité de la présidence du parlemen
ir.voanews.com, 31 mai 2017
Suite à l’élection mercredi matin du comité de la présidence du parlement iranien, tous les anciens membres ont été maintenus sauf la seule femme et un représentant sunnite. 

Mai 2017
33 exécutions

La main d’un détenu amputée avant son exécution à Chiraz
Agence officielle ROKNA, 1er mai 2017
La peine de mort à l’encontre d'un homme reconnu coupable de meurtre et de vol a été exécutée à Chiraz. Sa main a été amputée avant sa pendaison. 

Un détenu pendu à Hamedan
iranhr.net, 2 mai 2017
Le matin du dimanche 30 avril, un détenu qui a été condamné à mort pour meurtre a été pendu dans la prison de Hamedan. Il a été identifié comme Omran Askardasht, âgé de 30 ans.

Huit prisonniers, dont deux femmes pendues à Rajaie Shahr
 iran-hrm.com, 3 mai 2017
Le matin du mercredi 3 mai, huit prisonniers, dont deux femmes, ont été pendus dans la prison de Rajaie Shahr à Karaj. La plupart d'entre eux ont été reconnus coupables d'un meurtre.
Les hommes ont été identifiés étant Maziar Alayibakhsh, Jabar Mollahashemi, Shayan Shad-Del, Mohammad Jegaraki, Mahmoud Bayat et Ali Maleki. Il n'y a pas d'informations exactes sur l'identité des deux femmes qui ont été exécutées.

Un détenu pendu à Machhad
Agence officielle ROKNA, 6 mai 2017
Un jeune homme qui avait tué l’un de ses proches dans un combat a été pendu le jeudi 4 mai dans la prison centrale de Machhad.

Un homme exécuté à Machhad
Agence officielle ROKNA, 9 mai 2017
Un homme de 35 ans reconnu coupable d’avoir tué un homme de 50 ans a été pendu à l'aube du 8 mai dans la prison centrale de Machhad.

Exécution à Tabriz
iranhr.net, 10 mai 2017
A l’aube du mardi 9 mai, un détenu a été exécuté à la prison centrale de Tabriz. Il a été identifié étant Davoud Fatemi.

Un détenu pendu à Bandar Abbas
Droits de l'Homme en Iran, 12 mai 2017
Le matin du mardi 9 mai, un prisonnier reconnu coupable de meurtre a été pendu dans la prison centrale de Bandar Abbas. Il a été identifié comme Kourosh Langeroudi, 36 ans.

Un prisonnier pendu à la prison d'Ispahan 
Human Rights in Iran, 21 mai 2017 
Un détenu condamné sur des accusations liées à la drogue a été pendu le 21 mai dans la prison d'Ispahan. Il s’appelait Amir Hossein Norouzi.

Un détenu exécuté à Ardebil 
Site web Keihan Novin, 23 mai 2017 
Un prisonnier a été pendu le 22 mai dans la prison centrale d'Ardebil. Davar Hamdard était âgé de 50 ans, marié et avait des enfants.

Un prisonnier pendu dans la prison de Zahedan 
iranrights.org, 23 mai 2017
Un prisonnier a été pendu au matin du 23 mai, dans la prison centrale de Zahedan. Il a été identifié comme Abdolkarim Shahnavazi et avait 30 ans.

Un champion national de lutte exécuté en Iran
Site web officiel Tabnak, 25 mai 2017
Hojatollah Tadaro, un lutteur célèbre en Iran qui avait été détenu pendant une dizaine d'années pour un crime a été pendu dans la prison de Diesel-Abad de Kermanchah. Il a eu un certain nombre de championnats nationaux dans différents groupes d'âge.

Cinq prisonniers pendus à Tabriz 
Organisation Iranienne des Droits de l'Homme, 23 mai 2017 
Cinq prisonniers condamnés à mort pour meurtre ont été pendus le matin du mardi 23 mai dans la prison centrale de Tabriz. Trois de ces prisonniers ont été identifiés étant Kazem Hajaji, Seyed-Ali Mousavi et Jaber Fakhri.

Un homme exécuté à Kermanchah 
hra-news.org, 24 mai 2017
Le matin du mardi 23 mai, un prisonnier a été pendu dans la prison de Dizel Abad à Kermanchah. Il a été reconnu coupable de meurtre et a été identifié comme Mehran Ashrafi.

Arrêté à l’âge de 16 ans, exécuté 30 ans après 
Amnesty International, 25 mai 2017
L'Iran a démontré son mépris total pour les droits de l'enfant en exécutant un homme arrêté pour un crime commis alors qu'il avait 16 ans... Accusé d’avoir tué le fils de son voisin, âgé de 12 ans, l’homme a été pendu le 23 mai dans la prison centrale de Karaj, 30 années après.

Une pendaison dans la prison de Machhad
rokna.ir, 25 mai 2017
Un homme de 42 ans qui a été reconnu coupable d'avoir tué un vieil homme à Machhad il y a 17 ans a été pendu à l'aube du 23 mai dans la prison centrale de cette ville. Il n'a été identifié que par ses initiales H.N.

Un homme pendu dans la prison de Zahedan
Human Rights and Democracy Activists in Iran, 25 mai 2017
Le matin du jeudi 25 mai, un prisonnier a été pendu dans la prison centrale de Zahedan. Il a été identifié comme Habib Bardegi, âgé de 24 ans. 

Une exécution à Birjand
Site de télévision d’Etat « Seda va Sima », 25 mai 2017
À l'aube du 25 mai, un homme a été pendu dans la prison centrale de Birjand. L'homme de 23 ans a été condamné à 15 ans de prison pour enlèvement et exécuté pour viol.

Trois prisonniers pendus à Oroumieh
Iran Human Rights, 27 mai 2017
A la veille du mois saint musulman du Ramadan, l’Iran a pendu trois prisonniers pour des accusations liées à la drogue le matin du vendredi 26 mai, dans la prison centrale d’Oroumieh. Les noms des prisonniers sont Salaheddin Shafikia, Ramezan Mokhtari et Osman Hosni.

Un homme pendu dans la prison de Zanjan
Site web de Kurdpa, 28 mai 2017
Le mercredi 24 mai, un homme a été pendu dans la prison centrale de Zanjan pour l'achat et la vente de stupéfiants. Il a été identifié comme Abdullah Qaderzadeh, âgé de 34 ans.

Pendaison dans la prison de Khoram-Abad
hra-news.org, 29 mai 2017
Sous les accusations liées à la drogue, un prisonnier a été pendu à l'aube du 26 mai dans la prison de Parsilon à Khoram-Abad. Il a été identifié étant Morteza Sanaie, âgé de 55 ans. 

Un détenu pendu à Bouchehr
Organisation Iranienne des Droits de l'Homme, 29 mai 2017
Un prisonnier reconnu coupable d'un meurtre a été pendu dans la prison centrale de Bouchehr le 23 mai. Il a été identifié étant Ahmad Delvari-Ahmadpour, âgé de 30 ans. 




csdhi

Les Iraniennes en révolte