Situation des Femmes en Iran

Public

04 septembre 2007

Bulletin mensuel d’informations sur l’Iran

Août 2007
ASSOCIATIONDES DES FEMMES IRANIENNES EN FRANCE
116 Rue de Charenton 75012 Paris – France
Tél./Fax (331) 43 65 57 84
afifem2001@yahoo.fr
http://femmesiraniennes.blogspot.com/


Les Iraniens confrontés au rationnement de l'essence
Le Monde, 1er août
Depuis le 27 juin, l'essence est rationnée en Iran, quatrième puissance pétrolière au monde, qui se trouve contraint, en raison d'un manque de raffineries, d'importer 40 % de ses besoins en produits pétroliers raffinés. A cause de ses activités nucléaires, l'Iran a été frappé de sanctions de l'ONU et celles-ci pourraient s'accroître à l'automne, avec le vote d'une nouvelle résolution au Conseil de sécurité…

DIX PENDAISONS EN UN JOUR
Sept à Machhad, deux à Zahedan et une Chiraz
Radio d’Etat / IRNA / RFI persan, 1er août



Les autorités iraniennes ont pendu 10 personnes en public mercredi, ont rapporté les medias officiels qui ont diffusé des images des exécutions.
"Cinq personnes ont été exécutées dans un secteur de Machhad, a indiqué le procureur général de Machhad, Gholam-Hossein Esmaili.
La télévision iranienne a montré les images des pendaisons à Machhad où des milliers de personnes étaient rassemblées pour assister aux exécutions.
"Appliquer la justice apporte la sécurité", pouvait-on lire sur une banderole.
Dans le premier cas, les cinq hommes ont été montés en même temps sur un camion. Lorsqu'ils avaient la corde au cou, le camion a démarré pour appliquer la sentence.
Dans un autre secteur, « deux jeunes hommes âgés de 24 ans », ont été exécutés, a-t-il ajouté.
Deux autres Iraniens, reconnus coupables de "corruption sur terre", du meurtre de deux policiers et de trafic de drogue, ont été pendus à Zahedan (sud-est).
Enfin, un meurtrier prénommé Ramin a été pendu à Chiraz (sud).


Première pendaison publique à Téhéran depuis cinq ans
Deux hommes pendus pour meurtre d’un magistrat
AFP, 2 août


Deux hommes reconnus coupables d'avoir assassiné un haut magistrat iranien en 2005 ont été pendus jeudi, en plein centre de Téhéran.
Majid Kavousifar et son neveu Hossein Kavousifar, reconnus coupables du meurtre du vice procureur Hassan Mogaddas, ont été pendus depuis des grues devant le complexe judiciaire que le magistrat dirigeait...


Le procureur général de Téhéran, Saïd Mortazavi, sort du Palais de justice et affirme que "les condamnés ne regrettent pas leurs actes". "M. Kavousifar a expliqué qu'il pouvait identifier les gens corrompus et les tuer. Ils voulaient tuer autant de juges qu'ils pouvaient".

Le procureur assassiné était connu pour ses positions dures dans des dossiers sensibles impliquant des personnes ayant critiqué les autorités.


Pendaisons publiques en Iran : "forte inquiétude" de l'Italie
AFP, 3 août
Le ministère italien des Affaires étrangères a fait part jeudi de sa "forte inquiétude" après les pendaisons publiques en Iran et a indiqué être également "très préoccupé" par la condamnation à mort de deux journalistes kurdes, dans un communiqué.
"Le ministère des Affaires étrangères a fait part au responsable-adjoint de mission de l'ambassade d'Iran à Rome, Hossein Mafi Moghaddam, durant un entretien qui s'est déroulé au ministère, la forte inquiétude de l'Italie concernant les exécutions qui ont eu lieu ces dernières semaines dans le pays", ont indiqué les services de Massimo D'Alema.
Le ministère déplore "la référence également faite aux accusations d'homosexualité qui figurent parmi les chefs d'inculpation" des personnes ayant été pendues. "Une vive préoccupation a également été exprimée pour la condamnation à la peine capitale de deux journalistes kurdes, accusés d'espionnage", a ajouté le ministère.
L'Italie "a demandé la suspension de l'exécution de la sentence" et a rappelé son engagement en faveur d'un moratoire universel sur la peine de mort.


L'UE demande à l'Iran de ne pas exécuter deux journalistes kurdes iraniens
AFP, 4 août


L'Union européenne a demandé vendredi à Téhéran de ne pas exécuter deux journalistes kurdes iraniens Adnan Hassanpour et Abdolvahed Boutimar condamnés à mort et leur assurer "un procès équitable", selon un communiqué de la présidence portugaise de l'UE...

Diplomatie française : Dans une déclaration le 1er août, Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes tout en faisant part de sa « vive préoccupation », appelle l’Iran à ne pas exécuter cette peine et à respecter la liberté d’expression et de la presse conformément à ses obligations internationales, notamment aux droits civils et politiques.

RSF : L'organisation Reporters sans frontières a lancé une pétition pour demander la libération de deux journalistes kurdes condamnés à mort en Iran, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.
RSF demande également la libération du journaliste Farshad Gorbanpour, placé en détention mardi pour des motifs "non révélés", et de l'ancien rédacteur en chef du quotidien Jomhouriat Emadoldin Baghi, condamné le même jour à trois ans de prison pour "action contre la sécurité nationale" et "publicité en faveur des opposants contre le régime".
Selon l'organisation, onze journalistes et cyber dissidents sont actuellement emprisonnés en Iran. La pétition est ouverte à la signature sur le site http://www.rsf.org.

Les Verts d’Italie : Dans un communiqué, la Fédération des Verts (Federazione dei Verdi) italiens a condamné la peine de mort touchant les journalistes kurdes iraniens, Adnan Hasanpour et Hiva Butimar. Ce parti soutient la campagne internationale pour leur libération.
Le parti des Verts autrichiens a également demandé de tout mettre en œuvre pour empêcher de l'exécution des deux journalistes kurdes iraniens.

La dirigeante des Verts allemands, Claudia Roth a mis en garde contre la nouvelle vague d'exécutions en Iran et appelé à y mettre fin.
Dans un communiqué, elle affirme que « le message est clair ; si quelqu'un en Iran s'oppose à la volonté de dirigeants ou les critique, il est menacé de mort ».
Claudia Roth a qualifié la vague d'exécutions en Iran de retour à la barbarie et à la sauvagerie et a aussi demandé la suspension de la peine de mort pour les deux journalistes kurdes.


Trois hommes pendus à Zahedan
AFP - Téhéran, 6 août
Trois condamnés à mort ont été pendus lundi en Iran pour trafic de drogue et attaque à main armée dans la province du Sistan-Balouchistan (sud-est).
Abdolaziz Esmail Zehi, Abdoljamal Shahbakhsh et Ali Akbar Shahbakhsh ont été pendus dans la prison de la capitale provinciale, Zahedan, selon le site web de la radio nationale.

Exécution publique à Gonbad Kavous
AFP, 7 août
D’après le site de la télévision d’Etat, un meurtrier a été pendu à Gonbad Kavous dans la province de Golestan (nord). Identifié étant Nasser Morad Gholipour avait tué un officier de police, il y a deux mois.


Double exécution
IribNews, 8 août
Condamné à la double exécution, Nazir Tajik a été pendu dans le village Arjouyeh à Jahrom (sud). Il a été accusé de meurtre de deux frères et de vol à main armée.

Appel mondial pour la libération de deux syndicalistes
Amnesty International, 9 août
« Amnesty International, la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) lancent un appel mondial le 9 août pour la libération de deux syndicalistes iraniens, Mansour Ossanlou et Mahmoud Salehi… »


Pendaison à Babolsar
Quotidien Etemad, 12 août
Accusé d’avoir assassiné sa belle mère, le prénommé Taghi a été pendu sur la place Bassidj à Babolsar au Nord.


Trois pendaisons à Zahedan
Quotidien Etemad / ISNA, 12 août
Les autorités judiciaires de la province de Sistan-Balutchestan ont déclaré la mise à mort par pendaison de trois « bandits ».
Accusés de « corruption sur terre » et d’attaque à main armée, Abdolaziz A., Abdoljamal Ch. et Aliakbar Ch. ont été pendus dans la prison de Zahedan (sud est).


9,2 millions d’Iraniens sous le seuil de pauvreté
RTL INFO Belga, 12 août
Quelques 9,2 millions d'Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté, soit 10,5% des citadins et 11% des ruraux, a déclaré le ministre iranien des Affaires sociales et du bien-être, Abdolreza Mesri dont les propos ont été publiés par le quotidien économique Sarmayeh (Capital).
L'Iran compte une population de 70,4 millions d'habitants selon le dernier recensement national de la population effectué en 2006, ce qui donne 13% de la population vivant sous le seuil de pauvreté en se basant sur ce chiffre. Le ministre s'est refusé à fixer le seuil de la pauvreté, mais il a précisé que près de deux de ces 9,2 millions d'Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté absolue, ce qui veut dire qu'ils gagnent moins de 650.000 rials (environ 70 dollars) par mois. L'Iran compte actuellement 3 millions de chômeurs, selon les chiffres officiels.

Eté sanglant en Iran
Communiqué ECPM, abolition.fr, 13 août


En moins d'un mois, plus d'une trentaine de personnes viennent d'être exécutées en Iran ! STOP !
« Depuis le début du mois de juillet, 32 personnes au moins ont été exécutées dans différentes villes d'Iran, par pendaison ou par lapidation. Certaines exécutions ont été rendues publiques. Les motifs des condamnations sont extrêmement divers (du vol à main armé à l'adultère, de l'assassinat à la sodomie) et les exécutions souvent mises en scène pour terroriser la population. Ainsi plus de 150 personnes ont été exécutées en Iran depuis le début de l'année, ce qui place ce pays dans le trio de tête des pays exécuteurs (avec la Chine et le Pakistan).
Ensemble contre la peine de mort (ECPM) condamne fermement ces exécutions et les peines de mort prononcées par la justice iranienne. ECPM invite les autorités iraniennes à cesser immédiatement les exécutions et à commuer les peines de mort des centaines d'Iraniens en attente de leur exécution. ECPM invite tous les gouvernements européens ainsi que la Commission européenne à faire pression sur le gouvernement iranien et à lui rappeler leur opposition à la peine de mort. »


Tournée stratégique en Asie centrale pour Ahmadinejad
RFI, 14 août


Ce mardi, pour la première fois depuis le début de son mandat en juin 2005, Mahmoud Ahmadinejad avait fait le déplacement pour Kaboul afin d’examiner avec Hamid Karzaï «les derniers développements de leurs relations bilatérales et signer un accord pour renforcer les relations entre les deux pays»…
Le président iranien a démenti mardi à Kaboul que des armes iraniennes soient fournies aux talibans en rébellion contre le gouvernement afghan…

Il poursuivra sa tournée en Asie centrale, au Turkménistan et au Kirghizistan où le point d’orgue sera pour lui, le 16 août, la septième réunion du Conseil des chefs d'Etat de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).
A l’OCS, où Moscou souhaite un partenariat renforcé avec les pays observateurs comme l’Iran, la présence du président chinois, Hu Jintao, sera sans nul doute de la plus haute importance pour Mahmoud Ahmadinejad…


Deux exécutions à Khorasan
ISNA, 14 août
Les autorités judiciaires de la province de Khorasan ont annoncé que deux trafiquants de drogue, identifiés étant M.T. et M.R. ont été pendus dans la prison Tabyad (est).

Washington va classer «terroristes» les Gardiens de la révolution
RFI, 15 août


… Les Etats-Unis s'apprêtent en effet à qualifier d'organisation « terroriste » les Gardiens de la Révolution iraniens. Selon le Washington Post et le New York Times, cette décision de la Maison Blanche permettra d'agir contre les opérations financières de ce corps armé, soupçonné de financer les rebelles chiites en Irak. L’Iran juge « sans valeur » le projet américain et parle de propagande.
Pour la première fois, les Américains devraient mettre sur la liste des organisations terroristes, un corps d'armée appartenant aux forces d'un pays souverain, en l'occurrence l'Iran, annonce le New York Times.
Selon le Washington Post, la décision est déjà prise et elle répond aux pressions du Congrès sur la Maison Blanche pour que soit durcie la position américaine vis-à-vis de Téhéran. Le journal ajoute, que George Bush est irrité par l'inefficacité de l'Onu contre le programme nucléaire iranien…

Téhéran intensifie la répression contre les Kurdes
Le Monde, 16 août
Pendaisons, arrestations, fermetures de journaux... Il souffle sur l'Iran un vent de répression accrue, particulièrement aux marches du pays où la présence de minorités ethniques et religieuses fait craindre aux autorités de Téhéran des risques de rébellion. C'est le cas des provinces frontalières de l'Irak et de la Turquie, où vivent la plupart des 6 millions de Kurdes iraniens.
Cette forte minorité a une longue histoire de soulèvements, contre le chah puis contre la République islamique dès son avènement en 1979. Créé il y a trois ans, le groupe armé Pejak (Parti pour une vie libre au Kurdistan), multiplie les embuscades depuis les montagnes du nord de l'Irak où se situent ses camps d'entraînement. Téhéran accuse Washington de les financer pour tenter de déstabiliser le régime…


Pendaisons à Astaneh et à Zahedan
AFP, 16 août
Le site de la télévision d’Etat a fait part de la pendaison jeudi d’un accusé de meurtre à Astaneh Achrafieh (nord) et d’un autre accusé de vol à main armée à Zahedan (sud est).
Leurs identités n’ont pas été révèlées.


Un homme pendu en public à Astaneh
Radio d’Etat, 17 août
Un homme a été pendu en public jeudi dans la province du Guilan dans le nord. L'homme dont le nom n'a pas été révélé, a été pendu dans la ville d'Astaneh Ashrafiyeh, a annoncé dans une dépêche sur son site web la radiotélévision d'Etat IRIB.

Washington veut inscrire les Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes
Le Monde, 17 août
Le gouvernement américain a l'intention de placer les Gardiens de la révolution - l'armée idéologique du régime iranien - sur sa liste des organisations terroristes, a rapporté, mercredi 15 août, la presse américaine. L'annonce, non officialisée, semble destinée à accroître la pression sur Téhéran et ses partenaires commerciaux. Elle indique aussi que les Etats-Unis perdent patience dans la recherche d'une solution multilatérale avec leurs partenaires européens à l'ONU, où la Russie et la Chine s'opposent à des sanctions sévères contre l'Iran.


Trois pendaisons publiques à Saveh
IRNA, 19 août
Trois personnes ont été pendues en public dimanche à l’aube dans la ville de Saveh (nord).


Exécutions à Oroumieh et Naghadeh
VOA, 19 août
Davoud Alinejad a été exécuté jeudi dans la prison d’Oroumieh.
De même, Ali Ghalandari et Rasoul Gord ont été exécutés dans la prison de Naghadeh.


Deux pendaisons à Zahedan
AFP, 21 août
IRNA a rapporté la pendaison de deux personnes à Zahedan pour le trafic de drogue.


L'universitaire irano-américaine détenue en Iran a été libérée sous caution
AFP - Téhéran, 21 août


L'universitaire irano-américaine Haleh Esfandiari, détenue en Iran depuis mai pour espionnage, a été libérée mardi contre une caution de 240 000 euros…
Mme Esfandiari, 68 ans résidant aux Etats-Unis, s'était rendue en Iran en décembre pour y voir sa mère malade. Elle avait été arrêtée le 8 mai et était détenue depuis à la prison d'Evine de Téhéran.

Deux autres Irano-américains, le sociologue Kian Tajbakhsh et l'homme d'affaires Ali Shakeri, ont été arrêtés avec elle et leur sort reste en suspens. Mais selon une source du Parquet citée par l'agence ISNA, "il est possible que la situation (de Kian Tajbakhsh) change dans les prochains jours"…

Une quatrième Irano-américaine, la journaliste Parnaz Azima, a été arrêtée puis libérée sous caution. Elle est accusée de travailler pour un média "contre-révolutionnaire", Radio Farda, la station en persan de Radio Liberty/Radio Free Europe, financée par le gouvernement américain et basée à Prague.

L'Iran, qui ne reconnaît pas la double nationalité, a rejeté à plusieurs reprises les appels de Washington à la libération des Irano-américains


Paris menace Téhéran de sanctions "substantielles" au Conseil de sécurité
AFP - Paris, 21 août
La France a menacé mardi l'Iran de l'adoption de sanctions "substantielles" au Conseil de sécurité de l'ONU si Téhéran persévère dans son refus d'accepter de suspendre ses activités nucléaires sensibles.
"Tant que l'Iran n'aura pas accepté la suspension des activités sensibles, nous devons clairement continuer à envoyer un message de fermeté", a déclaré à la presse un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hugues Moret. "Nous devons donc, conformément à la résolution 1747, retourner devant le Conseil de sécurité, et y entamer les consultations nécessaires à l'adoption d'une troisième résolution de sanctions, que nous souhaitons substantielles", a-t-il ajouté sans donner de détails sur ces mesures.
L'Iran a averti lundi que de nouvelles sanctions du Conseil de sécurité rendrait "stérile" sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
La France, avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, a l'intention de pousser à l'adoption d'une nouvelle résolution du Conseil contre l'Iran dès le mois de septembre, selon des diplomates à New York.
L'ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Ashgar Soltanieh, a indiqué dimanche que les "activités d'enrichissement de l'uranium se poursuivent sans interruption.


Pendaison publique à Chiraz
Agence Fars, 22 août
Accusé d’homicide, Gholiollah Gh. a été exécuté par pendaison publique au sud de la ville de Chiraz.


Arrestation de membres d'un groupe séparatiste au Khouzestan
AFP - Téhéran, 22 août
Des membres d'un "groupe séparatiste" ont été arrêtés par les autorités iraniennes dans la province du Khouzestan (sud-ouest), à la frontière avec l'Irak, a indiqué mercredi le ministère des Renseignements.
"Des membres d'un groupe séparatiste ont été arrêtés ces derniers jours au Khouzestan", selon un communiqué repris par l'agence Mehr, qui précise qu'une "quantité substantielle d'armes de guerre" a été trouvée dans leur cache...


Deux hommes pendus à Zahedan
Médias officiels, 23 août
Les autorités ont pendu deux hommes mardi 21 août dans la province du sud-est du Sistan-Balouchistan…
Accusés de trafic de drogue, les deux anonymes ont été pendus dans une prison de la ville de Zahedan.


Deux exécutions à Iranchahr
IribNews, 23 août
Deux trafiquants de stupéfiant ont été pendus à IranChahr (sud).

Fermeture de salons de coiffure jugés non conformes à l'islam
AFP, 24 août
Plusieurs salons de coiffure pour hommes, accusés de proposer des coupes "non conformes" aux codes édictés par les autorités religieuses iraniennes, ont été contraints de fermer….
"Ces 15 derniers jours, 13 coiffeurs pour hommes qui ne respectaient pas les directives du syndicat professionnel ont dû fermer", a déclaré le commandant de police, Mohammad Ali Najafi, au quotidien iranien Etemad.
Il a précisé que l'association des coiffeurs avait notamment rangé l'épilation masculine des sourcils parmi les "styles occidentaux déviants".
"Onze salons de beauté féminins ont également été fermés faute de posséder une autorisation valable, ou pour des infractions comme la pratique du tatouage, qui est interdite par une directive du ministère de la Santé", a-t-il ajouté.
En avril, l'association des coiffeurs pour hommes de Téhéran avait interdit à ses adhérents de réaliser certaines coupes de cheveux et d'utiliser des produits de beauté. Les cheveux longs, les coupes à la brosse ou utilisant trop de gel sont vus d'un mauvais oeil par les autorités religieuses iraniennes.
Ces fermetures de salons interviennent dans une période de répression accrue contre les femmes enfreignant le code vestimentaire de la République islamique.


Nicolas Sarkozy : "Un Iran doté de l'arme nucléaire est inacceptable"
AP / Le Monde, 27 Août


Dans son premier discours sur sa politique étrangère, prononcé devant les ambassadeurs réunis à Paris lundi, le président Sarkozy pointe l'acuité de la crise avec l'Iran. Il donne un ton nouveau à la diplomatie française….
Nicolas Sarkozy a à la fois formulé une mise en garde et une offre d'ouverture à l'Iran, alors que ce pays est menacé de nouvelles sanctions de l'ONU en raison de la poursuite de son programme nucléaire.
L'Iran doit négocier avec la communauté internationale et renoncer à se doter de l'arme nucléaire car il risquerait dans le cas contraire un bombardement, a dit le président Nicolas Sarkozy…


Ahmadinejad : « l'Iran nucléaire » maîtrise pleinement l'enrichissement de l'uranium
AP, 28 août
Le président iranien a réaffirmé mardi que l'Iran maîtrise désormais pleinement l'enrichissement de l'uranium, et averti les puissances occidentales que le dialogue, et non les menaces, était la seule façon de traiter avec Téhéran. Il a également déclaré que l'Iran était prêt à "combler le vide politique" chez son voisin irakien…

Paris réfléchit à des sanctions hors ONU contre l'Iran
Le Monde, 31 août
La France est disposée à passer à une phase de sanctions contre l'Iran en dehors du cadre de l'ONU. Ce tournant a été imprimé par le président français, Nicolas Sarkozy, sans faire, pour l'heure, l'objet d'annonces publiques, et sans qu'une décision n'ait encore été prise quant au contenu de telles sanctions…

Ahmadinejad s'empare des leviers du pouvoir économique


Dans la lutte de clans au sein du pouvoir iranien, le président Ahmadinejad est en train de marquer des points, en s'appropriant les leviers du pouvoir économique : Ebrahim Sheibani a été prié de démissionner de la présidence de la Banque centrale d'Iran, le 26 août ; Kazem Vaziri, ministre du pétrole, et Ali-Reza Tahmasebi, ministre de l'industrie, avaient subi le même sort, le 12 août. Ils s'étaient opposés aux tentations populistes du président…

Au premier abord, l'économie iranienne ne se porte pas mal mais a réalité est plus sombre. Le président avait promis durant sa campagne électorale "d'apporter l'argent du pétrole à la table des Iraniens" et de "lancer une campagne en faveur des déshérités"...

"AUGMENTATION DE LA PAUVRETÉ"
En juin, 57 économistes iraniens ont publié une lettre ouverte au président pour mettre en garde contre ces politiques désordonnées "qui vont à l'encontre des objectifs de justice affichés" ; ils soulignaient "une augmentation de la pauvreté" due à des "décisions non scientifiques et précipitées" . Les loyers ont été multipliés par sept en deux ans à Téhéran…

csdhi

Les Iraniennes en révolte